Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier écossais, 1900-1931

 | 
Christian Civardi

Introduction

Texte intégral

Les avatars d’une réputation

  • 1 C. HARVIE, « Labour and Scottish Government : The Age of Tom Johnston », The Bulletin of Scottish P (...)

1« Ressurrect the Red Clyde ! » implorait, dans le Forward du 10 septembre 1926, une annonce publicitaire invitant les prolétaires de Glasgow à s’inscrire en masse à la section locale du Scottish Labour College. « Forget the Red Clyde ! » conseille de son côté, un demi-siècle plus tard, l’historien de l’Ecosse contemporaine, Christopher Harvie1. La supplique des militants semble l’avoir emporté sur l’injonction de l’historien : soixante-dix ans après les événements qui lui donnèrent naissance, la réputation révolutionnaire de la Clyde fonctionne encore comme référence de base dans le débat politique écossais, et même dans celui d’un pays voisin – à preuve ces deux coupures de presse, parmi des dizaines du même acabit.

2Dans une lettre publiée par le Sunday Standard du 17/3/1982, une étudiante de Glasgow oppose le marxisme d’un ancien combattant de la « Clyde rouge », Harry McShane, au réformisme du candidat présenté par le tout nouveau parti social-démocrate à l’élection législative partielle de Glasgow-Kelvinside, l’Anglais Roy Jenkins :

« In a rather jibing leaflet distributed around Glasgow University the SDP asked rethorically why anyone would be the slightest bit interested in attending a meeting with Harry McShane on “The Meaning of Marxism”. I believe that many people would be interested in hearing a 91-year old veteran of the “Red Clyde” speaking about Socialism, a word one leading personality in the SDP stopped using many years ago. I would suggest that the SDP are posing the wrong question. Instead, I would ask why anyone would wish to listen to, let alone vote for, Mr. Roy Jenkins ? »

3Dix jours plus tard un long article intitulé « La Clyde rouge » paraît dans l’Arbeiderbladet – le « journal des travailleurs »–, grand quotidien populaire norvégien. Sous-titré « le jour où la révolution eut presque lieu en Grande-Bretagne », il célèbre, à l’occasion de la sortie des mémoires d’un autre Red Clydesider nonagénaire, Lord Shinwell (mort à 101 ans en mai 1986), le combat exemplaire des ouvriers glaswégiens au lendemain de la Première Guerre, et le propose en modèle.

  • 2 Cf. S. MacINTYRE, Little Moscows, Londres, Croom Helm, 1980, 212p.

4Si la France, l’Italie ou l’Allemagne comptent plusieurs cités pouvant se prévaloir du titre de « rouge », le Royaume-Uni n’en a jamais revendiqué qu’une seule, Glasgow. Certes, la presse populaire de l’entre-deux-guerres parvint à dénicher un certain nombre de Little Moscows, mais il s’agissait uniquement de bourgades isolées au fond des vallées industrielles de Galles et d’Ecosse, comme Mardy, Lumphinnans ou le Vale of Leven2.

  • 3 Cf. K. DIXON, « Glasgow mythifiée dans la littérature écossaise : le cas de No Mean City », Ecosse  (...)
  • 4 C. HANLEY, Dancing in the Streets, Londres, Hutchinson, 1958 (4e de couverture, édition Grey Arrow, (...)

5La réputation révolutionnaire de la Clyde s’est forgée entre 1915 et 1922, grâce à un enchaînement de conflits très durs – grève des loyers et grève des ouvriers de la mécanique en 1915, grève pour la semaine de quarante heures en 1919 – et de succès électoraux travaillistes, particulièrement en 1922, le tout sur un arrière-plan de pacifisme militant et de répression gouvernementale, avec son lot d’incidents spectaculaires et de martyres édifiants. Nommé par Lénine consul d’U.R.S.S. à Glasgow, le leader révolutionnaire John Maclean exhortait en novembre 1920 ses camarades à faire de la métropole de la Clyde la « Petrograd de l’Ouest ». Nous verrons ce qu’il en advint. Une quinzaine d’années plus tard, quelques romanciers à sensation en font la Chicago de l’Est. En 1935, en même temps que The Shipbuilders de George Blake, qui analyse avec une certaine finesse, en dépit d’un ton désagréablement paternaliste, la complexité des rapports entre patrons et ouvriers des chantiers navals confrontés à la crise économique, paraît No Mean City de McArthur et Long3. Le rouge de la Clyde y est emblématique, non plus des espoirs de libération du prolétariat, mais de son avilissement dans le sang des rixes d’ivrognes. Depuis sa publication, ce roman a connu dix-sept éditions. Aussi ne faut-il guère s’étonner que, lorsque le romancier et journaliste Clifford Hanley publia en 1960 un livre de souvenirs, Dancing in the Streets, dans lequel il prenait grand soin de mettre à mal le stéréotype de Glasgow-la-violente, son éditeur aît cru bon d’informer le public que ce livre était « rooted in the 1930s, the days when the Clyde ran red ».4

  • 5 W. GALLACHER, Revolt on the Clyde, Londres, Lawrence & Wishart, 1936, 301p. -The Rolling of the Thu (...)

6Il fallut encore quelques années pour que la signification politique de cette hyperbole finît par être exhumée. Certes, pendant cette longue période de désintérêt pour le récent passé de militantisme glaswégien que furent les années de 1935 à 1965, un certain nombre d’anciens combattants de la Clyde rouge s’étaient efforcés de propager les leçons de leur expérience révolutionnaire, en particulier le député communiste du Fife, Willie Gallacher. En 1919, les masses étaient prêtes pour le grand soir, affirme-t-il dans la première et la seconde parties de ses mémoires, publiées en 1936 et 19475 ; seules l’impéritie, voire la lâcheté de leurs dirigeants – le parti communiste de Grande-Bretagne n’avait pas encore été fondé – les en frustrèrent.

  • 6 J. BROOM, John Maclean, Loanhead, 1973, 207p., N. MILTON, John Maclean, Londres, Pluto, 1973, 318p. (...)

7C’est un type de discours qui passe très mal à Glasgow en ces années d’après-guerre. Le gouvernement et la municipalité sont travaillistes, les chantiers navals ont des carnets de commandes surchargés, les syndicats fixent très haut le taux de l’heure supplémentaire, les soins médicaux sont gratuits. Lorsqu’en 1948 la société Ecosse-URSS organise un meeting à l’occasion du 25e anniversaire de la mort de John Maclean, Hugh MacDiarmid et Sidney Goodsir Smith déclament les poèmes qu’ils ont écrits pour cette circonstance devant une assemblée fort clairsemée. Un quart de siècle plus tard, une anthologie des poèmes composés en l’honneur du cinquantième anniversaire de la mort du héros révolutionnaire se vend à des dizaines de milliers d’exemplaires, et trois hagiographies sortent des presses6.

  • 7 J. McGRATH, The Game’s a Bogey, Edimbourg, EUSPB, 1975, pp. 43, 53.

8On est alors en pleine période nationalo-gauchiste : quel meilleur modèle pourrait-on proposer aux jeunes générations en quête d’un communisme à l’écossaise que cet homme qui possède l’immense avantage d’être à la fois Highlander et Lowlander, écossais et pro-irlandais, ouvrier et universitaire, puritain et athée, communiste et nationaliste et, surtout, martyr : Maclean mourut à 44 ans des suites d’une pneumonie contractée au cours de l’un de ses nombreux séjours en prison et ravivée par une campagne électorale au cours de laquelle il prononça des dizaines de discours juché sur une caisse à savon, en plein hiver, alors qu’il venait de donner son unique manteau à un vagabond américain et noir de surcroît. D’un tel homme, il était inévitable que l’on fît un saint : « Scotland has had few men whose names matter – or should matter to intelligent people. But of these Maclean, next to Burns, was the greatest » décrète MacDiarmid, tandis que le dramaturge John MacGrath lui fait dire, dans the Game’s a Bogey : « There are two forms of morality. There is capitalist class morality and there is working class morality. I appeal to the working class. I appeal exclusively to them because they, and they only, can bring about a time when the whole world will be in one brotherhood on a sound economic foundation. » On apprend également, dans cette pièce d’agit-prop présentée par la 7/84 Company en 1975 jusque dans les villages les plus reculés d’Ecosse, que « then, as now, the Scottish working class was a long way ahead of the London leadership... (but)... the revolutionary fervour of the Clydeside was systematically suppressed and diverted into minor social reforms. »7

9Bref, chacun fait parler les morts, ou les moribonds, de l’époque héroïque. Le comité central du C.P.G.B. prie Gallacher d’accélérer la rédaction de ses Last Memoirs. Peu après la mort de ce dernier, Jimmy Reid, leader – alors encore communiste – du long work-in de 1971 aux Upper Clyde Shipyards, s’évertue à le béatifier, comme l’a été son rival Maclean :

  • 8 J. REID, Reflections of a Clyde-built Man, Londres, Souvenir Press, 1976, p. 47.

« Consider Willie Gallacher, who all his life served the working class, served the cause of Socialism and died as a tenant of a two-room-and-kitchen in a council house in Paisley. Compare his life with those of some of his contemporaries, who were also involved in the struggle on behalf of the working class of Clydeside in the early part of this century, and who ended up, regrettably, in the House of Lords, or living in the stockbroker belt in the South-East of England8. »

  • 9 H. McSHANE & J. SMITH, No Mean Fighter, Londres, Pluto, 1978, 275p.
  • 10 Lord SHINWELL, My First Ninety Six years, Londres, Cassell, 1981.
  • 11 E. WRIGHT (député conservateur, Glasgow Pollock), « Politics », in D. GLEN, Whither Scotland ?, Lon (...)

10Les trotskistes se précipitent chez le nonagénaire Harry McShane, compagnon de Gallacher puis de Maclean, organisateur des grandes marches de la faim des années trente, pour enregistrer, avant qu’il ne soit trop tard, une compilation de ses hauts-faits9. Les travaillistes sont soulagés lorsque Lord Shinwell justifie leur évolution réformiste dans le récit de ses « quatre-vingt-seize premières années10 ». Les catholiques chantent les louanges de John Wheatley, né en Irlande, mineur dans le Lanarkshire à l’âge de douze ans, fondateur de la Catholic Socialist Society, théoricien de l’Independent Labour Party et ministre de la Santé du premier cabinet MacDonald. Les patrons expliquent que le déclin industriel de Glasgow est dû à la dissuasion que sa réputation de militantisme ouvrier opère depuis des décennies sur les investisseurs. Les – rares – tories glaswégiens mettent la main sur un prétexte honorable à leurs échecs répétés : « Glasgow will stay a Labour city, because its folk memory is set firmly in the bitta legendry of the 20s and 30s, fighting not the next election but folk-myth elections still haunted by the names of Keir Hardie and James Maxton and Manny Shinwell and Willie Gallacher11 », et les nationalistes ne ratent pas l’occasion de rappeler la perfidie d’Albion :

  • 12 D. GLEN, « Nation or Region ? », in Ibid, p. 15.

« And the so-called Clydeside rebels – did they not finally individually sell themselves short by playing the wild Scot who was in fact firmly caged by the soft iron glove of the English Establishment ? Kirkwood, with his peerage, obviously fell for this, and even Maxton was pacified and made into a tame rebel from wild and romantic Scotland. They were not, finally, taken seriously by the English who would, and did, give short shrift to Northern working-class rebels12. »

  • 13 I. McLEAN, The Legend of Red Clydeside, Edimbourg, John Donald, 1983, p. 25.
  • 14 T. GALLAGHER, « “Catholics in Scottish Politics”, The Bulletin of Scottish Politics « , no 2, 1982, (...)
  • 15 « James Maxton was perhaps dealt the cruellest hand of all by winding up as a House of Commons char (...)

11Face à ce déferlement, certains historiens se livrent depuis peu à une courageuse tentative de démythification. Outre Christopher Harvie, déjà cité, mentionnons Iain Maclean, pour lequel « La Clyde rouge n’était pas un mouvement de classe, mais un mouvement défendant les intérêts d’un certain groupe13 », et Torn Gallagher, le premier à utiliser le terme de « mythe » à propos de la réputation de militantisme de Glasgow : « Comme tant d’autres choses dans l’histoire écossaise contemporaine, la Clyde rouge est un mythe..., ce que corroborent la nature et le destin de ses leaders élus14 ». Et d’énumérer la pairie de Davie Kirkwood (ex-mécanicien, député I.L.P. de Clydebank), le titre de chevalier conféré à P.J. Dollan (leader de l’I.L.P. et maire de Glasgow après la Seconde Guerre) et celui de privy Councillor à George Buchanan (longtemps député de la circonscription la plus prolétaire de la Clyde, Gorbals), l’assagissement de Shinwell après son élection dans une circonscription anglaise, l’anti-communisme mystique (il adhéra au Moral Rearmament Movement) de John McGovern (successeur de Wheatley en tant que député de Glasgow-Shettleston) pendant la guerre froide et, comble du mauvais goût pour un révolutionnaire, le prix de camaraderie que ses fellow MPs décernèrent à Maxton15.

  • 16 Ibid.

12Autre argument rétrospectif, et tout aussi peu convaincant, celui qui fait grief aux Clydesiders d’avoir porté à la tête du parti travailliste le « futur traître » Ramsay MacDonald16. Autant invoquer Doriot pour refuser à Saint-Denis le label de « ville rouge ». Plus intéressant par contre est le débat qui porte sur l’existence d’un potentiel révolutionnaire entre 1915 et 1919. Harvie souligne à juste titre que la Clyde fut extrêmement patriotique : elle fournit pendant la guerre plus d’engagés volontaires que n’importe quelle autre région du Royaume-Uni, excepté le Sud du Pays de Galles. Outre que le « patriotisme » n’était peut-être pas la cause principale de ces engagements massifs, on peut toutefois retourner cet argument, se demander si les « patriotes » de 1915 ne devinrent pas les déçus de 1919, les combattants auxquels Lloyd George avait promis un « pays digne de héros » et qui, ne voyant rien venir, vinrent grossir les rangs des mécontents.

Une histoire négligée

13Nous entrons là dans le vif du débat, ce qui n’est pas la fonction d’une introduction. On l’aura compris, l’objet de la longue évocation ci-dessus était de rappeler que le mouvement ouvrier glaswégien et, plus généralement, écossais avait sa propre histoire, et que la spécificité, réelle ou supposée, de cette histoire, à savoir un ancrage nettement plus à gauche que celui du mouvement ouvrier anglais, nourrissait encore aujourd’hui, non seulement les débats des historiens, mais aussi ceux des hommes politiques et, au-delà de la classe politique, informait la mémoire collective de tout un peuple.

  • 17 Si monographies et biographies sont relativement abondantes, il n’existe que trois histoires généra (...)
  • 18 A. TUCKETT, The Scottish Trades Union Congress : the First Eighty Years, 1897-1977, Edimbourg, Main (...)
  • 19 S. MacINTYRE, « Socialism, the Unions and the Labour Party after 1918 », Bulletin of the Society fo (...)

14Or, l’histoire du mouvement ouvrier écossais reste à écrire17. On sait que l’Ecosse dispose, avec le Scottish Trades Union Congress, de sa propre confédération syndicale – au demeurant assez nettement dépendante du T.U.C. britannique — qui fait l’objet d’une monographie fort bien documentée18. Mais l’on n’a pas assez tenu compte du fait que, outre le petit et éphémère Scottish Workers’Republican Party de John Maclean, trois formations politiques ayant joué un rôle fondamental dans le développement de la gauche britannique – le Socialist Labour Party, l’Independent Labour Party et, dans une moindre mesure, le Communist Party of Great Britain, furent, tant par leur implantation majoritairement calédonienne que par le rôle majeur de leurs dirigeants écossais sur la scène politique au nord comme au sud de la Tweed, des partis à très forte coloration écossaise. Il en va de même pour ces grands oubliés de l’historiographie du mouvement ouvrier britannique, les socialist Sunday schools, les labour colleges et la presse militante. Il n’est que de feuilleter cette mine d’informations qu’est Forward, l’hebdomadaire de la gauche écossaise publié à Glasgow sous la direction du dirigeant de l’I.L.P. Thomas Johnston, pour apporter une nuance de taille à l’affirmation selon laquelle « McKibbin has corrected the mistaken idea that 1918 saw the creation of a network of constituency parties brimming with new members. We see instead how the Trades and Labour Councils continued to exercise a vital role at the local level19. »

15Or, au moment où furent adoptés les nouveaux statuts travaillistes de 1918 qui, en permettant l’adhésion individuelle au parti, contribuèrent à distendre les liens institutionnels entre le Labour et le mouvement syndical, l’Ecosse comptait pas moins de 170 sections locales de l’Independent Labour Party. Depuis sa fondation un quart de siècle plus tôt, l’I.L.P. (cofondateur du parti travailliste en 1906, mais conservant son identité et ses structures propres) reconnaissait le principe de l’adhésion individuelle, et le rôle de ses sections dans les activités politiques locales était nettement plus important que celui des bourses du travail : si la mise au point de McKibbin éclaire d’un jour nouveau l’histoire des organisations ouvrières en Angleterre, elle n’est qu’à moitié recevable pour l’Ecosse, où la multitude de sections I.L.P. palliait amplement l’insuffisance de l’organisation du L.P. dans les circonscriptions.

16On le voit, l’année 1918 ne marque pas uniquement la fin de la guerre. Adoptée en janvier, les nouveaux statuts travaillistes, qui fixent au parti un objectif explicitement socialiste, modifient fondamentalement le rapport de forces au sein du mouvement ouvrier, et exacerbent la rivalité entre les organisations socialistes pour l’encadrement de la classe ouvrière. Elle structure en grande partie le débat qui, en 1919-1920, oppose les organisations révolutionnaires quant à l’opportunité de la création d’un parti communiste britannique. De plus, 1918 voit la résurrection de la Scottish Home Rule Association, qui bénéficie d’emblée d’un large soutien travailliste et syndical, que l’on peut en partie expliquer par une réaction à l’intervention croissante de l’Etat : désormais, le gouvernement intervient statutairement dans la régulation de nombreux secteurs d’activité économique, ainsi que dans les relations du travail. Il en résulte une politisation de plus en plus marquée des conflits du travail, qui culminera dans la grève générale de mai 1926. Elle sera particulièrement dramatique en Ecosse, dont des pans entiers de la structure industrielle se sont écroulés à partir de 1920.

17C’est en 1931, avec l’éclatement du cabinet MacDonald et l’extension de la récession à l’ensemble du royaume, que le mouvement ouvrier écossais finit par rentrer dans le rang. Le paysage politique s’atomise : l’I.L.P. prend ses distances par rapport au parti travailliste (il s’en désaffiliera l’année suivante, essentiellement sous l’impulsion de ses dirigeants écossais), et la rupture entre mouvements ouvrier et autonomiste est consommée par la fondation du Scottish National Party. Quant au parti communiste, l’influence grandissante qu’y prend une nouvelle génération d’adhérents formés à Oxford et Cambridge lui fait en grande partie perdre sa coloration écossaise.

18Consacrée à la « condition ouvrière », la première partie de cette étude fait le point sur le déclin démographique et économique qui marque l’Ecosse de la décennie d’après-guerre et détermine fortement ce qui fait l’objet du second volet de cette première partie, les conditions de vie et de travail des ouvriers de l’industrie.

19La deuxième partie porte sur les différentes composantes de la culture ouvrière écossaise, tant dans le domaine de la consommation que dans celui de la création, par le biais d’une analyse des différentes institutions – Eglise, école, famille, pub, stade, bibliothèque, etc. – au sein desquelles elle se constitue et se véhicule. Il s’agit là encore de dégager facteurs d’homogénéité et d’hétérogénéité, en particulier dans le domaine de la constitution des idéologies et des mentalités. Le deuxième volet de cette seconde partie porte sur ce que j’ai qualifié de « contre-culture ouvrière », c’est-à-dire sur la tentative d’élaboration d’une culture prolétarienne fondée sur des valeurs considérées comme spécifiques à la classe ouvrière, destinée, en s’appuyant sur un certain nombre d’institutions (sportives, éducatives, voire religieuses, etc.) à contester la vision bourgeoise du monde et à préparer l’avènement d’un monde meilleur.

20Nous abordons là le rôle du mouvement ouvrier à proprement parler, auquel est consacrée la troisième partie. Si les partis politiques ouvriers y font l’objet d’une étude nettement plus approfondie que les organisations syndicales et coopératives, c’est essentiellement parce que les deux dernières n’offrent guère d’originalité par rapport à leurs homologues anglaises, dont l’histoire a déjà été écrite, tandis que l’histoire des districts écossais de l’I.L.P., du S.L.R et du G.P.G.B. est encore partiellement en friche. Or l’étude de ces partis permet d’atténuer quelque peu la condamnation pour « empirisme » souvent infligée au mouvement ouvrier britannique dans son ensemble. Leur contribution théorique aux débats économiques, politiques et culturels fut réelle, profonde et, il est vrai, trop souvent négligée, tant, à quelques exceptions près, par leurs camarades anglais que par la majorité des historiens.

21Cette lacune de l’historiographie est particulièrement sensible dans le domaine des luttes ouvrières, qui fait l’objet de la quatrième partie. Elle permettra de rassembler tous les éléments analysés auparavant – conditions économiques et sociales, idéologies et mentalités, structures culturelles, politiques et syndicales – et d’évaluer leur influence à l’épreuve des faits. L’organisation chronologique de cette dernière partie est fonction du découpage de la période étudiée en phases de flux favorables à l’offensive ouvrière et phases de reflux pendant lesquelles le mouvement ouvrier se voit contraint aux luttes défensives – ce qui n’alla pas, bien entendu, sans provoquer certains décalages propices à la noyade entre le début réel de l’inversion des courants et la perception de cette modification. C’est une telle contradiction entre conditions économiques et politiques défavorables et militantisme ouvrier exacerbé qui permet, entre autres, de mieux comprendre les raisons de l’échec de la grève générale de mai 1926.

Notes

1 C. HARVIE, « Labour and Scottish Government : The Age of Tom Johnston », The Bulletin of Scottish Politics, no 2, 1981, p. 1.

2 Cf. S. MacINTYRE, Little Moscows, Londres, Croom Helm, 1980, 212p.

3 Cf. K. DIXON, « Glasgow mythifiée dans la littérature écossaise : le cas de No Mean City », Ecosse : Littérature et Civilisation, no 7-8, 1988, pp. 67-87.

4 C. HANLEY, Dancing in the Streets, Londres, Hutchinson, 1958 (4e de couverture, édition Grey Arrow, 1961).

5 W. GALLACHER, Revolt on the Clyde, Londres, Lawrence & Wishart, 1936, 301p. -The Rolling of the Thunder, L. & W, 1947, 229p. -Last Memoirs, L. & W, 1966, 320p.

6 J. BROOM, John Maclean, Loanhead, 1973, 207p., N. MILTON, John Maclean, Londres, Pluto, 1973, 318p. ; et John Maclean : In the Rapids of Revolution, Londres, Allison & Busby, 1978, 256p.

7 J. McGRATH, The Game’s a Bogey, Edimbourg, EUSPB, 1975, pp. 43, 53.

8 J. REID, Reflections of a Clyde-built Man, Londres, Souvenir Press, 1976, p. 47.

9 H. McSHANE & J. SMITH, No Mean Fighter, Londres, Pluto, 1978, 275p.

10 Lord SHINWELL, My First Ninety Six years, Londres, Cassell, 1981.

11 E. WRIGHT (député conservateur, Glasgow Pollock), « Politics », in D. GLEN, Whither Scotland ?, Londres, Gollancz, 1971, p. 15.

12 D. GLEN, « Nation or Region ? », in Ibid, p. 15.

13 I. McLEAN, The Legend of Red Clydeside, Edimbourg, John Donald, 1983, p. 25.

14 T. GALLAGHER, « “Catholics in Scottish Politics”, The Bulletin of Scottish Politics « , no 2, 1982, pp. 30-31.

15 « James Maxton was perhaps dealt the cruellest hand of all by winding up as a House of Commons character beloved on all sides. » Ibid.

16 Ibid.

17 Si monographies et biographies sont relativement abondantes, il n’existe que trois histoires générales du mouvement ouvrier écossais : JOHNSTON Tom, The History of the Working Classes in Scotland Glasgow, Forward, 1922, 502p. (un monument, mais vieilli et partisan), MARWICK William H., A Short History of Labour in Scotland Edimbourg, Chambers, 1967, 119p. (utile, mais fort succinct) et YOUNG James D., The Rousing of the Scottish Working Class, Londres, Croom Helm, 1979, 242p. (qui alterne l’excellent et le moins bon, et est également un peu succinct pour une si longue période – 1707-1707-1931 !).

18 A. TUCKETT, The Scottish Trades Union Congress : the First Eighty Years, 1897-1977, Edimbourg, Mainstream, 1986, 444p.

19 S. MacINTYRE, « Socialism, the Unions and the Labour Party after 1918 », Bulletin of the Society for the Study of Labour History, no 31, 1975, p. 102.

© Presses universitaires de Strasbourg, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site