Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des Françaises connues par leurs écrits

 | 
Fortunée Briquet

Commentaire

Une élève de Clio1

Nicole Pellegrin

Texte intégral

  • 1 Expression tirée de l’article du Nouvel Almanach des Muses (1804, p. 5) et utilisée pour justifier (...)
  • 2 On ignore pourquoi aucun poème de Fortunée Briquet n’a été publié dans l’Almanach des Muses, qu’el (...)
  • 3 Entre autres usager-e-s explicites du dictionnaire : Bonnie Smith (« The Contribution of Women to (...)

1Muse d’almanachs (y compris les plus prestigieux)2, Fortunée Briquet n’est pas qu’une poétesse de salon faiseuse d’œuvres de circonstance. L’ouvrage qui lui assure aujourd’hui une notoriété mondiale3 est un travail de compilation historique qui présente la bio-bibliographie de 564 femmes auteures, le Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises et des Étrangères naturalisées en France, connues par leurs écrits, ou par la protection qu’elles ont accordée aux gens de lettres, depuis l’établissement de la Monarchie jusqu’à nos jours. Au moins pour son fils Apollin, Fortunée Briquet a produit là un ouvrage d’historienne et d’apologiste féministe, radicalement original et cependant inscrit dans une tradition ininterrompue :

Son plus beau titre à l’immortalité est le monument qu’elle a élevé à la gloire de son sexe […]. Cet ouvrage important a dû nécessiter des recherches immenses. On trouve dans ce dictionnaire historique, une grande exactitude de dates, un style pur, varié et attachant, du goût et une critique impartiale et souvent indulgente. La sécheresse ordinaire des notices biographiques disparaît sous la plume élégante de Mme Briquet.

_________________

  • 4 AD. 79 : 2 F 1.

[Note] Ce dictionnaire est, maintenant, incomplet ; mais combien il est supérieur sous le rapport du style et de l’exactitude des faits, à ces modernes compilations biographiques, fabriquées à la hâte et par spéculation ! Je ne parlerai que de la Biographie universelle des femmes célèbres, publiée par Prudhomme, 4 vol. in 8 °, 1830. Cette production est remarquable par le défaut de dates, par l’incorrection du style et par le grand nombre d’articles faux ou répétés 2 ou 3 fois dans le même vol., sous des noms différens. L’auteur cite plusieurs fois Mme Fortunée Briquet : il lui a consacré un article de 4 lignes (1er v. p. 474), d’une inexactitude effrayante pour le reste de l’ouvrage, et dans lequel les règles de la grammaire ne sont pas, même, respectées. De plus Mr Prudhomme appelle constamment Mme Briquet, Mademoiselle Fortunée C. Briquet. Et voilà comme on écrit l’histoire4.

2À cause de ses qualités, tout à la fois formelles et factuelles, l’ouvrage, déjà célébré en son temps, reste plus que jamais un « lieu » – toujours mobilisable – de mémoire. Une réussite qui convie à en décrire l’élaboration et la matérialité, un succès méconnu cependant et qui, pour cela, oblige à détecter derrière une apparence d’originalité, une tradition, mi-esthétique, mi-politique, propre aux femmes et à leurs façons particulières de maintenir vivante la mémoire de leur passé.

Un dictionnaire et son assemblage

3« On a tout mis en dictionnaires. Les savans s’en plaignent ; ils ont tort. Ne faut-il pas que la science descende dans toutes les conditions ? […] Ne faut-il pas qu’elle soit hachée, pour être reçue par le plus grand nombre ? ». Comme pour les quilts anciens et les « assemblages » de plasticiens contemporains, la mise en pièces de matériaux de récupération et leur remontage à nouveaux frais sont deux étapes indispensables à la fabrication de tout dictionnaire. Deux étapes qu’avoue Fortunée Briquet lors même que la plupart des auteurs de dictionnaires les taisent.

  • 5 Louis-Sébastien Mercier, op. cit., t. VI, p. 294-296 (ch. DXXX : « Dictionnaires »). Voir Genevièv (...)
  • 6 Un même « dictionnaire » peut d’ailleurs mêler, à des fins polémiques, des citations en forme de d (...)
  • 7 Compte-rendu, globalement louangeur et non signé, dans La Décade (an XII-4e trimestre, p. 45-48) s (...)

4Louis-Sébastien Mercier consacre un chapitre entier de son Tableau de Paris aux « Dictionnaires », soulignant ainsi la relation privilégiée de la fin de l’époque des Lumières avec un désir de vulgarisation des savoirs que traduit la publication – alors généralement rentable – d’ouvrages de toutes sortes présentés selon un ordre alphabétique5. Passionné de lexicologie, aimable satiriste et auteur lui-même en 1801 d’une Néologie, Mercier songe avant tout, en écrivant ces lignes, aux dictionnaires de mots que « tout compilateur armé de scribes » est capable de bâtir pour répondre à la demande du public et des éditeurs, mais, en disant cela, il oublie qu’à cause des bouleversements nés des Lumières, les compilations de personnages célèbres ont fleuri autant que celles de néologismes ou de notions scientifiques6. Quant à la réalisation de ces ouvrages, loin d’être toujours un travail d’équipe (ce qu’annonce, sur la page de titre, l’expression « Par une Société de Gens de lettres »), elle fut souvent le fait d’une seule personne. Le travail de Fortunée Briquet fut en tout cas solitaire et accroît le mérite de celle qui fut l’unique et lente maîtresse d’œuvre d’un abondant dictionnaire de femmes auteures ou mécènes. Aussi faut-il s’interroger sur les moyens pratiques qui permirent à cette très jeune débutante des lettres, non seulement de rassembler la masse considérable d’informations nécessaires à son travail, mais aussi de décider un éditeur à en livrer les résultats au public. A une époque où, selon Ménégault, « dans nos dictionnaires français, après le mot Romain, peuple, on lit Romaine, salade », le milieu éditorial semblait momentanément plus enclin à glorifier les grands hommes que les femmes célèbres. Pourtant une poétesse âgée d’une vingtaine d’années réussit à produire un « livre à la fois utile et agréable » applaudi par les deux sexes7.

  • 8 FBD, p. 80.

5Il est impossible de dater précisément les étapes d’un projet long à se concrétiser (« quatre années » selon sa réalisatrice8), mais on peut au moins souligner l’ancienneté de l’intérêt de Fortunée Briquet pour la célébrité au féminin. Dès 1798 et 1799 et – on l’a vu – à son initiative, les calendriers de l’Almanach des Muses de l’École Centrale des Deux-Sèvres dotaient chaque jour de l’année d’un nom d’héroïne, d’abord des lettres, puis des arts, fournissant d’emblée une liste de plusieurs centaines d’entrées apte à se transformer en dictionnaire, puisqu’au patronyme du jour étaient déjà adjoints le siècle et le genre où avaient excellé ces nouvelles saintes de la République. De plus, d’autres participations de la jeune femme à ce même périodique soulignent très tôt sa volonté d’affirmer et de prouver, par l’écriture, l’existence et l’excellence des qualités intellectuelles de son sexe. Un désir clair, mais qui s’exprime déjà à travers une attitude de modestie respectueuse, voire de retrait, face aux prétentions masculines à la supériorité.

6Le « Dialogue entre Madame Sévigné et Madame Deshoulières » est, sur ce point et malgré sa brièveté, révélateur, car il confronte deux expériences de « femmes savantes » qui furent aussi les célèbres mères de filles lettrées et aimées. Se louant l’une l’autre de ne pas avoir sacrifié leurs travaux d’écriture aux tâches de la maternité ni d’avoir usé, pour réussir, des prérogatives que leur donnaient leurs charmes physiques, Sévigné comme Deshoulières se reprochent – contrition oblige – des erreurs de jugement (avoir préféré Corneille à Racine) et, pour mieux clore leur échange, elles rappellent les consolations que leur a apportées « la culture de l’esprit », plaisirs dont devraient et pourraient bénéficier toutes les femmes. Et « Madame Sévigné » de conclure dans ce dialogue fictif daté de la fin de 1798 :

[..]

Il faut donc croire, pour l’honneur de Molière, que le seul but de ce poëte, dans sa comédie des femmes savantes, a été de blâmer l’abus qu’on peut faire de la science. Car s’il est toujours avantageux d’avoir de l’esprit, il n’est jamais ridicule de le cultiver.

  • 9 Almanach des Muses de l’École Centrale des Deux-Sèvres (..) an VII, p. 140. À noter l’importance d (...)

La cit. BRIQUET.9

  • 10 Eusèbe de Salverte prétend qu’à la fin du XVIIIe siècle, « l’opinion ne vouait plus au ridicule le (...)
  • 11 FBD, p. 80.

7Devoir sans cesse se justifier, craindre les préjugés, devancer les sarcasmes, ne pas céder à la mélancolie, la figure détestée de ce qu’on nommera bientôt un bas-bleu hante les affirmations, apparemment pleines d’assurance et pourtant anachroniques, des deux protagonistes mises en scène par Fortunée. La peur d’être un objet de risée perce – déjà – dans cet écrit de jeunesse et, si le mot « ridicule » est ici annulé par un « jamais », son emploi rappelle que cette crainte est omniprésente, pour longtemps et malgré quelques nuances, dans les attendus de toute entrée féminine en écriture10. Elle englue tous les efforts de justification auxquels doit se livrer Fortunée Briquet lorsqu’elle met en chantier puis édite son dictionnaire. Un ouvrage qui fut d’abord (mais c’est là un autre lieu commun) « un répertoire à mon usage particulier », avant de devenir un livre : en effet, comme elle le dit dans son premier avant-propos, « encouragée par les suffrages de quelques littérateurs distingués, je me suis déterminée à le publier »11.

  • 12 Expression qui figure encore dans l’avant-propos du Dictionnaire (FBD, p. 81) pour s’en excuser et (...)

8Pour des raisons de tactique et/ou de nécessité, les préparatifs de la publication sont annoncés dans plusieurs journaux et attestent moins de l’existence de véritables difficultés documentaires, que du sérieux que souhaite afficher l’auteure. La démarche est doublement novatrice puisque, avant même la parution effective de son ouvrage, elle demande l’aide des journalistes qui devront en rendre compte (pour le meilleur et pour le pire) et les transforme, eux et leurs lecteurs, en alliés et en complices. Elle fait donc de la presse périodique un outil de travail et une plate-forme publicitaire, tout en cherchant à excuser les éventuelles fautes (« erreurs et omissions »12) que pourrait comporter l’ouvrage achevé : ne seront-elles pas, d’une certaine manière, le fait de ceux et celles qui n’ont pas répondu à la demande de collaboration de l’auteure ? On a déjà évoqué l’appel à contributions paru dans la Bibliothèque Française, au printemps 1802, en note d’un compte-rendu de l’Ode aux vertus civiles, mais d’autres périodiques ont répercuté mot-à-mot la requête faite à la première personne par Fortunée Briquet, ainsi que le montre un article du Journal du département des Deux-Sèvres :

Nous avons déjà parlé de la prochaine publication de cet ouvrage dont l’auteur est Mme. Briquet, épouse du professeur de belles-lettres à l’école centrale des Deux-Sèvres.– Voici la lettre que les auteurs de la Décade philosophique & littéraire viennent d’imprimer dans leur no du 10 de ce mois.

« Les sciences et la littérature comptent parmi les écrivains français, un assez grand nombre de femmes-auteurs depuis le 6e siècle jusqu’à nos jours, pour qu’il paroisse utile & agréable de les trouver réunies dans un dictionnaire qui leur soit exclusivement consacré. J’estime que l’on devroit y comprendre les Françaises qui, sans avoir rien écrit, ont protégé les gens de lettres ; & les étrangères, naturalisées en France, qui possèdent l’un ou l’autre de ces titres. Ce dictionnaire n’existe point : il y a deux ans que j’y travaille, & je m’en occuperai encore pendant une partie de cette année, pour y mettre la dernière main.

J’invite, en conséquence, tous ceux qui s’intéressent à la gloire de mon sexe, & surtout les femmes qui s’adonnent aux sciences & celles qui cultivent les lettres, à m’adresser, d’ici au 30 ventôse an 10, & franc de port, tous les renseignemens qu’ils jugeront nécessaires à la perfection de cet ouvrage : tels que les noms & prénoms des auteurs vivans, la date de leur naissance, leur pays, l’année des éditions de leurs ouvrages, le format & le nombre des volumes ; les traductions qui en ont été faites ; les noms des peintres & des graveurs qui auroient fait leurs portraits ; les anecdotes relatives à leur vie ou à leurs écrits, &c.

Fortunée-B. Briquet, rue Thionville, à Niort,
département des Deux-Sèvres.

  • 13 La Décade, no 10 (pluviôse an X), p. 223-227 ; Journal du département des Deux-Sèvres, no 28, 20 p (...)

Après cette lettre se trouve un des paragraphes de cet ouvrage, il ne peut, disent les auteurs de la Décade philosophique & littéraire, que donner une idée avantageuse de la manière que Mme. Briquet a adoptée.13

  • 14 Sur la « statistique » (science de la description autant que du dénombrement) et les questionnaire (...)

9Moins que l’expression de la (fausse ?) modestie d’une débutante, ces lignes sont l’affirmation d’une ambition trop originale pour ne pas vouloir ou devoir recourir à des aides extérieures. Porteuse d’un projet, à la fois vaste et sensible, qui veut englober des contemporaines autant que des femmes du passé, Fortunée Briquet a su créer un sentiment d’attente chez ses futurs lectrices et lecteurs et se les concilier en faisant apparemment appel à leur collaboration. Et s’il semble impossible d’espérer connaître les échos réels du questionnaire mis au point par l’auteure (elle n’y fait à aucun moment allusion dans son texte), on peut en souligner la précision et l’intelligence. En un temps d’enquêtes de toutes sortes, Fortunée Briquet aurait pu être « statisticienne »14 autant que prosopographe.

  • 15 Ladvocat attaque Moreri dans la préface de son Dictionnaire historique-portatif (Paris, Didot, 175 (...)

10Essentiellement de seconde main (la bibliographie utilisée et les quelques erreurs de l’ouvrage qu’il est possible de repérer le prouvent, et on y reviendra), le travail de Fortunée Briquet n’a oublié aucun des « grands » noms de la littérature féminine, et si elle se contente, pour la période contemporaine, de faire la part belle au cercle de ses propres amies parisiennes, il importe de connaître ses façons de travailler en ce qui concerne les auteures lointaines, femmes du passé ou provinciales obscures de son temps, qu’elle a su repérer et cataloguer. Il importe d’autant plus de le faire qu’elle semble tenir à une présentation, brève mais précise, de ses sources alors que les auteurs de dictionnaires historiques, à moins qu’ils ne veuillent souligner les défauts d’un prédécesseur, ne se soucient guère de cette forme d’honnêteté et d’humilité15. En choisissant le terrain de l’érudition, la compilatrice fait montre encore une fois d’une orgueilleuse volonté d’originalité mais, plus que ses confrères, elle court – ce faisant – le risque de voir confrontés son idéal méthodologique (celui qu’elle présente dès les premiers paragraphes de l’avant-propos) et le bricolage concret à l’œuvre dans le reste de son travail.

  • 16 FBD, p. 80 (premier avant-propos).

11Son entrée en matière est cependant pleine d’une fierté sans équivoque car, après deux phrases liminaires sur l’utilité de faire connaître le nombre « assez grand » des femmes françaises qui se sont illustrées dans les sciences et les lettres, elle annonce qu’elle innovera à la fois sur le fond et sur la méthode16 :

Cet ouvrage national n’existe pas. J’ai osé l’entreprendre et c’est après quatre années de travaux que je le présente au public […].

Je n’ai rien négligé pour donner à ce Dictionnaire toute la perfection dont il est susceptible. Je possède et j’ai lu les meilleurs écrits des Françaises et des Étrangères naturalisées en France, j’ai consulté les jugemens qu’en ont porté les auteurs les plus recommandables par leurs lumières et leur impartialité (..). Je dois dire aussi que je n’ai pris dans aucun ouvrage les articles de mon Dictionnaire ; mais que j’ai rangé à ma manière les matériaux que m’ont fournis les Bibliothèques […].

12La démarche que prétend avoir patiemment suivie Fortunée Briquet est intéressante en soi puisqu’on y trouve énoncée la nécessité de lire d’abord les textes originaux, puis les critiques les concernant, la consultation des compilations (dictionnaires ou anthologies) ne devant se faire qu’en dernier ressort. Une méthode proprement scientifique qui pourrait être celle d’un(e) vrai(e) historien(ne) d’aujourd’hui et dont il faut louer l’ambition intellectuelle, tout en doutant, comme pour le questionnaire sur les femmes de lettres vivantes paru dans la presse, et de sa faisabilité et donc de sa mise en pratique réelle. Proposée comme un modèle, cette méthode ne fut probablement pas en effet celle utilisée par l’auteure du Dictionnaire puisqu’elle se croit elle-même obligée d’écrire : « Je dois dire aussi [souligné par moi] que je n’ai pris dans aucun ouvrage les articles de mon Dictionnaire ». Le déni d’avoir puisé dans ce que nous appellerions des sources secondaires n’est ni très affirmé ni très crédible. Il n’enlève d’ailleurs rien à l’ampleur et à la qualité de la synthèse de Fortunée Briquet : elle a su tirer d’un grand nombre d’ouvrages, nommés ou non, de quoi confectionner son propre livre, et tout en s’inscrivant ainsi dans la tradition multiséculaire des compilations biographiques, la renouveler efficacement. Refondre, et ne pas « prendre » textuellement (on disait alors « extraire »), les éléments fournis par un nombre non négligeable mais indéterminable d’ouvrages antérieurs, c’est sans doute ce qu’elle entend par le « rangé à ma manière » de son premier avant-propos.

  • 17 Dans le corps des notices par contre, ces textes font parfois l’objet de référencements précis et (...)
  • 18 Ces textes sont aussi cités dans le corps d’une demi-douzaine de notices (FBD, p. 122, 175, 188, 2 (...)

13Outre des « Mémoires, des Éloges, des Critiques, des Journaux » non spécifiés17, douze titres seulement sont énumérés. Ils le sont dès la deuxième page, ce qui montre le sérieux que veut afficher Fortunée Briquet en matière d’enquête documentaire. Impossible cependant d’interpréter les raisons d’un ordre de présentation dont on ne sait s’il traduit l’importance, en volume ou en valeur, des informations fournies par chacun des titres indiqués. Les composantes concrètes de cette sorte de bibliothèque de l’héroïsme littéraire au féminin ne sont pas faciles à retrouver cependant. Comme souvent dans les inventaires de ce temps (mais non dans les listes de publications de chaque femme citée), les titres ne sont pas toujours complets ni même exacts. Quant à leurs auteurs, s’ils apparaissent à plusieurs reprises dans le texte des notices, ils ne sont pas indiqués dans l’avant-propos, à une exception près cependant : le premier ouvrage cité, « les Bibliothèques Françaises de la Croix du Maine et de Du Verdier »18.

  • 19 Les Bibliothèques françoises, Nouvelle édition (..) par M. Rigoley de Juvigny, Paris, Saillant et (...)
  • 20 Jean-François Dreux-Duradier, Bibliothèque historique et critique du Poitou, Contenant les vies de (...)

14Cet intitulé pluriel peut d’ailleurs lui-même tromper, puisqu’il renvoie à la réédition commune de deux ouvrages distincts du XVIe siècle, respectivement parus en 1584 et 1585 à Paris et Lyon, et réunis à la suite l’un de l’autre par Rigoley de Juvigny en 1772-177319. Ce recueil de deux monuments d’érudition bibliophilique (auquel on peut adjoindre pour des raisons de proximité formelle la Bibliothèque poitevine de Dreux du Radier citée en troisième lieu20) est placé en tête des sources utilisées par Fortunée Briquet. La prééminence accordée à ces ouvrages semble confirmer le désir d’exhaustivité de cette dernière, désir – certes utopique mais revendiqué – de remonter le plus loin possible dans le temps, de fournir des indications biographiques sur toutes les femmes de lettres et de nommer, non seulement leurs œuvres principales, mais aussi des textes devenus rares, voire des manuscrits inédits ou connus par simple ouï-dire. Sans doute s’agit-il ici de se démarquer des compilations antérieures, mais cette quête de l’original (d’autres œuvres, d’autres noms) est aussi l’expression du désir de prouver l’existence d’un nouveau monde des Lettres : un Eldorado féminin à « inventer », c’est-à-dire à découvrir et peut-être à créer et exhiber.

  • 21 Pas de localisation cependant des manuscrits d’Elisabeth de Dreuillet, de Jeanne de La Fontaine, d (...)
  • 22 Ces mentions attesteraient peut-être d’affinités marquées, voire d’amitiés personnelles avec telle (...)

15Ainsi certains écrits d’une amie des dames des Roches, la poitevine Madeleine de Chemerault, « n’ont point été confiés à l’art typographique ; mais quelques-unes de ces pièces, entre autres des sonnets, ont été conservées dans les cabinets des curieux ». Des manuscrits féminins, plus anciens encore, dormiraient ici ou là. Celui d’une prieure lyonnaise vivant au XIIIe siècle se trouverait « dans les archives de la Chartreuse de Lyon », tandis que les Stances anacréontiques de sa contemporaine, Barbe de Verrue, auraient subi le même sort dans le fonds de l’abbaye de Saint-Germain-des Prés, jusqu’à leur publication en l’an X. Quant au roman Arcite et Polémon de la baronne d’Entraigues, toujours selon Fortunée Briquet, c’est « à la bibliothèque nationale » qu’il serait déposé21. Autre preuve, semble-t-il, de cette quête de complétude et d’un goût historiciste marqué pour le document original, Fortunée Briquet évoque d’ailleurs aussi et à l’instar de La Croix du Maine, quelques projets littéraires contemporains, encore inaboutis ou interrompus par la mort. Ainsi les « portefeuilles » des dames Alloin, Cœurderoy, Condorcet, Georgeon, Guichard, Joliveau, Monnet, Perrier, Du Verdier et Wasse, contiendraient des inédits dignes d’intérêt. Volontairement ou non, le Dictionnaire fait donc gracieusement une aimable publicité à des textes à paraître tout en accroissant sans peine le nombre de ses propres pages22.

16Plus intéressante peut-être à noter, la précédence accordée par Fortunée Briquet, dans sa liste de sources explicites, à des compilations masculines fort anciennes, et cela au détriment de publications féminines récentes : elle peut confirmer la volonté de Fortunée Briquet de se présenter à la fois comme une historienne, « antiquaire » de la cause des femmes, et comme une ambassadrice prudente de celle-ci. Un déploiement d’érudition qui entérine les acquis des recherches bibliographiques propres au temps des Lumières, un déploiement peut-être aussi destiné à mieux atténuer (ou faire passer) des revendications politiques féministes ?

  • 23 FBD, p. 188. Voir Marc Angenot, Les champions des femmes. Examen du discours sur la supériorité de (...)

17La question n’est pas facile à résoudre car, deuxième des livres mentionnés, l’Apologie des dames ne porte pas de nom d’auteur et encore moins de date. L’on sait la vogue et l’ancienneté de ce titre auprès des « champions des dames » et autres défenseurs des « femmes fortes ». Il est probable cependant qu’il s’agisse de l’ouvrage édité en 1736 et de nouveau en 1748 par une madame Galien de Château-Thierry, à qui Fortunée Briquet sait « gré d’avoir inséré tant de faits dans un écrit d’aussi peu d’étendue. Le style en est pur et concis23 ». Le succès et la brièveté de ce livre en rendaient la consultation aisée dans de nombreuses bibliothèques. En montrant de surcroît que les femmes ont sur les hommes « beaucoup d’avantages » et en le prouvant par de nombreux exemples tirés de la Bible et de l’histoire ecclésiastique, cette Apologie pouvait apparaître comme une sorte de manifeste en faveur de certaines revendications des femmes mais sans pouvoir toutefois être soupçonné d’exagération polémique. Cependant, en présentant successivement – à titre de sources – des textes du XVIe siècle (certes remaniés au XVIIIe), puis un ouvrage presque contemporain écrit par une provinciale, la Niortaise de 1804 cherche sans doute à souligner son appartenance à des mondes divers et – à nos yeux – opposés : Paris/Province, univers masculin/conscience féminine, passé/présent et peut-être futur.

  • 24 FBD (p. 269-270 : notice « Robert, Louise-Félix Guynement de Keralio ») fait l’éloge de « son esti (...)

18Le ton de la deuxième femme de lettres mise à contribution par l’auteure du Dictionnaire est beaucoup plus incisif, mais son propos, parce qu’il est autre, ne le montre pas d’emblée. Citée en onzième place des sources consultées et jamais mentionnée dans le livre hors de la notice de son auteure et de l’avant-propos24, « la Collection des meilleurs Ouvrages Français, composés par des femmes » est l’œuvre, follement audacieuse, de la journaliste et historienne Louise de Keralio : les trente-six volumes prévus devaient contenir, sous forme de longs extraits, « les meilleures pièces de poésie, théâtre, romans, lettres des femmes les plus célèbres de la Nation », mais seuls six volumes, allant d’Héloïse au XVIIe siècle, parurent entre 1786 et 1789. Néanmoins Fortunée Briquet put en tirer l’idée d’une histoire littéraire propre aux femmes et y puiser, sinon de nouveaux noms d’écrivaines, du moins des textes rendus inédits par leur mise en contexte.

  • 25 Voir les affirmations un peu alambiquées de Louise de Keralio, dans sa Collection des meilleurs ou (...)
  • 26 Antoine-Léonard Thomas, « Essai sur le caractère, les mœurs et l’esprit des femmes dans les différ (...)
  • 27 FBD, p. 93. Le « presque toujours » est à souligner dans cette phrase de conclusion de l’avant-pro (...)

19En effet l’« abrégé de l’histoire des lettres dans les Gaules, depuis leur origine jusqu’à nos jours » qui figure dans la Collection de Keralio, offre une approche originale de la situation socio-culturelle des femmes au cours des siècles, approche où sont corrélés leur condition politique et les progrès de la civilisation française25. Un projet cependant qui était dans l’air du temps et qui intéressait les meilleurs esprits si on en juge, entre autres, par un ouvrage que semble ignorer Fortunée Briquet, l’Essai sur le caractère, les mœurs et l’esprit des femmes dans différents siècles que Thomas avait publié dès 177226. Des pages beaucoup plus fameuses, parues en 1800, dans le De la littérature de Germaine de Staël, développent ce point de vue « culturaliste » qui anéantit l’idée d’une nature féminine, éternelle et non perfectible, puisque par l’éducation, les femmes peuvent devenir les égales de leurs compagnons qu’elles transforment en se transformant. Sous-jacent à toute la polémique sur le droit à l’instruction et susceptible de variantes sensibles, ce thème sera encore repris en 1811 par Genlis, après l’avoir été, mezzo voce, par Fortunée Briquet dans le second avant-propos de son Dictionnaire. Au terme d’un long défilé historique, les Gauloises, les christianisatrices des temps obscurs, les gentes adulatrices de l’amour courtois, les protectrices des arts de la Renaissance, les créatrices de l’Ancien Régime triomphant, y font la preuve que « les siècles où les femmes ont le plus d’empire, sont presque toujours ceux qui ont jeté le plus d’éclat27 ». L’histoire sert ici à conforter la thèse de la mission civilisatrice des femmes, malgré la présence d’un prudent « presque toujours ».

  • 28 Cette anthologie (Paris, Ruault, 1773 sq., 10 vol.) fut très critiquée par madame de Montanclos (1 (...)
  • 29 FBD, p. 119 : notice de la chevalière (d’Eon) de Beaumont.

20Une autre et dernière source où des écrits de femmes sont directement présentés est mentionnée par Fortunée Briquet : le Parnasse des dames, ou choix de pièces de quelques femmes célèbres en littérature. Ce très riche recueil (trop riche, diront certaines commentatrices), est attribué à Louis-Edme Billardon de Sauvigny et réunit en 1773 des œuvres poétiques de femmes de toutes les nationalités et de tous les temps. La Niortaise semble y avoir découvert matière à au moins cinq notices, de Jeanne Flore à une demoiselle Fatné de Morville28. Quant aux autres ouvrages de référence présentés par Fortunée Briquet, ils sont le fait exclusif d’auteurs masculins et n’ont pas pour but de citer les mots mêmes des femmes. C’est en effet prioritairement dans des « dictionnaires biographiques sur les gens de lettres » du XVIIIe siècle qu’en 1804 cette collectionneuse d’un genre nouveau a dû puiser une bonne partie de sa documentation29. Elle use ainsi d’une tactique vraisemblablement mise au point dès la confection de son double calendrier niortais, quand elle chercha à établir ses premières listes de femmes auteurs, mécènes et artistes.

  • 30 Abbé Joseph de La Porte, Histoire littéraire des femmes françaises, Paris, Lacombe, 1769, 5 vol. ; (...)
  • 31 Sur Radegonde et le monastère de Sainte-Croix de Poitiers, FBD, p. 262 : Histoire littéraire de la (...)

21Quatre compilations biographiques sont explicitement nommées par Fortunée Briquet, et elles datent toutes de cette décennie 1770-1780 où le genre – comme on l’a déjà vu – prolifère. Classées en cinquième, sixième, neuvième et dixième position de sa série de références, elles sont publiées en 1769 pour deux d’entre elles, et en 1779 et 1783 pour les deux autres. Leurs maîtres d’ouvrage sont, respectivement, l’abbé de La Porte (avec l’aide d’une société de gens de lettres dont fait partie Jean-François de La Croix) pour « L’Histoire littéraire des femmes françaises », l’abbé Sabatier de Castres pour « Les Trois Siècles de la Littérature Française », de nouveau Jean-François de La Croix pour son « Dictionnaire des femmes célèbres », et un collectif resté anonyme pour « Le Nouveau Dictionnaire historique »30. Quant au livre des « Siècles littéraires de la France », mentionné en dernier lieu, il s’agit sans doute de l’Histoire littéraire de la France entreprise par des Bénédictins de Saint-Maur en 1733 et dont les douze premiers gros volumes, échelonnés jusqu’en 1763, ne réussirent à couvrir qu’une partie du Moyen-Age. Cet impressionnant monument d’érudition est vraisemblablement, avec le Dictionnaire historique portatif des femmes célèbres, la source des notices très précises consacrées, dans l’ouvrage de Fortunée Briquet, à « Radegonde » (et à sa biographe Baudonivie) et aux autres lettrées de l’époque féodale, femmes dont la présence constitue une des grandes originalités de ce livre31.

  • 32 Prioritairement intéressé par le temps présent et un panorama littéraire bisexué de 997 auteurs, l (...)
  • 33 C’est avec hésitation que Briquet consacre une notice à une poétesse du XVe siècle (« la dame de S (...)
  • 34 Travail à poursuivre, qui devrait étudier et comprendre les méthodes de travail des historien(ne)s (...)

22Ces ouvrages comptabilisent à eux seuls une trentaine de volumes et des milliers de noms. Le seul Dictionnaire historique portatif des femmes célèbres de De La Croix compte – aux dires de son auteur – « plus de trois mille articles », quand Sabatier et La Porte se contentent d’en présenter respectivement 43 et 261, tous – il est vrai – portés par des femmes de lettres32. En fait ces sommes ne doivent pas faire illusion : elles reprennent le plus souvent les mêmes figures de la célébrité au féminin, certaines restant mythiques ou antérieures au Moyen-Age. A contrario l’enquête de Fortunée Briquet démarre à l’époque mérovingienne et ne concerne – en principe33 – que des personnages réels. Parce qu’ils ne peuvent pas enregistrer les écrivaines de la génération révolutionnaire, les compilateurs d’Ancien Régime font donc involontairement la preuve que l’auteure du Dictionnaire de 1804 fut non seulement leur héritière scrupuleuse et leur émule talentueuse, mais qu’elle fut aussi une enquêtrice originale, ce que la comparaison détaillée des notices présentes (et absentes) dans cet ensemble devrait ultérieurement démontrer34.

  • 35 Abbé Joseph De Laporte, La France littéraire, contenant I.– Les Académies établies à Paris et dans (...)
  • 36 FBD, p. 137-140 et 279-280. Mortes respectivement en 1661 et 1660, Calage et Saint-Balmont étaient (...)
  • 37 Trente-huit citations dans 33 notices. Trois auteures sont citées hors de leur notice propre et se (...)

23Soucieuse de laconisme et d’efficacité comme le fut le prolifique abbé Joseph de La Porte dans certaines de ses compilations (La France Littéraire, mais non la profuse Histoire littéraire des femmes françaises)35, Fortunée Briquet fit cependant des phrases là où ce dernier escamotait toute forme verbale et nombre de références bibliographiques. Reprenant aux auteurs de « bibliothèques » et autres « collections » (La Croix du Maine, Dreux du Radier, Sabatier de Castres, etc.), l’idée de l’extrait comme illustration d’un style, elle ne donne pas cependant à ses citations l’ampleur que leur accordent Du Verdier ou Louise de Keralio. Brèves, elles sont réservées, semble-t-il, à des auteures peu connues ou qu’elle cherche à promouvoir : ainsi fut-elle la découvreuse de certaines œuvres de Calage et Saint-Balmont, mais elle cite aussi des amies qui lui sont proches comme Fanny de Beauharnais ou des écrivaines poitevines de générations bien antérieures comme les dames Desroches (mère et fille)36. La présence de cette petite quarantaine de notices à citations tendrait à prouver un recours direct aux œuvres mêmes ou du moins à certaines d’entre elles. Un trait qui distingue, là encore, Fortunée Briquet de la plupart des compilateurs, grands utilisateurs d’ouvrages de seconde main37.

  • 38 FBD, p. 109-112 : une analyse précise des pièces écrites par Barbier et une dénonciation de l’accu (...)
  • 39 FBD, p. 164 et 158 (notices de Desjardins-Villedieu et Dalibard-Saint Phalier). Les mœurs contesté (...)
  • 40 Suggestion faite par le journaliste de La Décade, an XII-4e trimestre, p. 47 : la nomenclature des (...)
  • 41 Les références à Voltaire (« le chantre de Henri » et « le Virgile de Ferney ») et à Boileau (« l’ (...)

24Enfin, tout en livrant de temps à autre des avis critiques sur les écrits qu’elle met en liste à l’issue de chaque notice, Fortunée Briquet fait preuve, le plus souvent, d’une mansuétude généralisée bien éloignée des persiflages des auteurs des Trois siècles de la littérature française. Dans certains cas (voir la très longue notice qu’elle consacre à la dramaturge Marie-Anne Barbier38), elle a à cœur d’écrire de véritables réhabilitations qui contrastent radicalement avec les affirmations sans nuances d’un abbé Sabatier. Celui-ci, comme nombre de ses confrères, évoque en effet « l’indulgence qu’on doit à son sexe […]. Il est si rare de voir des femmes chausser la cothurne, que Mademoiselle Barbier méritoit d’être encouragée. Aujourd’hui l’indulgence s’est ralentie, & l’on ne regarde plus ses tragédies & ses Opéras, que comme des faibles essais qu’on peut négliger sans conséquence ». La neutralité quelque peu lénifiante des jugements de Fortunée Briquet n’empêche pas cependant l’irruption de quelques coups de griffe dont, curieusement, madame de Villedieu, est une des victimes : déclarée bien meilleure prosatrice que poétesse, elle se voit aussi « reproché d’avoir pris pour ses héros des hommes illustres de l’antiquité, qu’elle a dépouillés du caractère que leur donne l’histoire ». De même les ouvrages de mademoiselle Saint-Phalier (alias madame Dalibard) « n’ont point eu de succès, et n’en méritaient pas »39. Ces règlements de compte, peut-être camouflés sous les apparences d’une notice trop brève pour ne pas être suspecte40, sont néanmoins fort rares et ils s’abritent généralement, quand il y a possibilité d’une divergence d’opinions, derrière l’avis d’autorités littéraires de poids. Vertron, Voltaire ou La Harpe sont ainsi les premiers convoqués pour être juges et arbitres quand une réputation d’écrivaine a besoin d’être raffermie ou à jamais panthéonisée41.

  • 42 Ces Recherches pour servir à l’histoire de Lyon, ou les Lyonnois dignes de mémoire (Lyon, les frèr (...)
  • 43 Pierre Roussel, Système physique et moral de la femme (...), Paris, Caille et Ravier, 1809. Des ex (...)
  • 44 Riballier, De l’Education physique et morale des femmes (...), Bruxelles et Paris, Frères Estienne, (...)

25Le recours à des œuvres, aujourd’hui difficiles à identifier, semble confirmer le désir revendiqué par Fortunée Briquet de produire des figures inédites de femmes de lettres et de leur donner un statut incontesté. Quel livre se cache sous l’intitulé de « Recherches pour servir à l’histoire de Lyon » et auquel pourrait renvoyer la Description de la ville de Lyon. Avec des recherches sur les hommes célèbres d’un certain Clapasson publié en 1741 ? Parce que cette œuvre ne comporte aucune mention de femme, il faut plutôt penser que c’est un ouvrage postérieur, les Recherches de l’abbé Jacques Pernetti (par ailleurs cité allusivement dans une notice), qui est la référence nommée par le Dictionnaire42. Qu’en est-il par ailleurs de « L’Education physique et morale des femmes » qui rappelle instantanément le très fameux Système physique et moral de la femmes, de Roussel, imprimé en 1775 et réédité en l’an XI et en 1809 avec une « Notice sur madame Helvétius » et des « Doutes historiques sur Sapho »43 ? A moins qu’il ne s’agisse de L’éducation physique et morale des femmes de Josefa Amar y Borbon (1790), une Espagnole qui n’a pas de notice dans la nomenclature de Briquet et qui était peu connue en France ? Plus vraisemblablement, il s’agit de l’ouvrage, publié anonymement mais écrit par Riballier, dont le sous-titre éclaire et les stratégies éditoriales des années 1780 et l’arrivée massive des femmes dans le champ culturel et économique de cette décennie : De l’Education physique et morale des femmes. Avec une notice alphabétique de celles qui se sont distinguées dans les différentes carrières des Sciences & des Beaux-Arts, ou par des talens & des actions mémorables. Ce véritable pamphlet féministe en faveur « des droits naturels que les Femmes ont aux sciences, aux beaux-arts, aux actions de vertu de force et de courage », est suivi de 984 entrées et inclut, grâce à une demoiselle C. D. L. C. (Charlotte Cosson de La Cressonnière), des « Femmes qui n’ont exercé leur génie & leurs talens que dans des Ouvrages de fiction ». Mais ces « Femmes savantes ou illustres, actuellement vivantes », ne constituent qu’une minorité des notices de ce livre, mêlées qu’elles sont à des héroïnes des cinq continents, « Gauloises », « Persiennes » et autres Yoto, Yuta, Zarine, Zenobie et Zinga, les reines d’Arabie, Chine, Scythie, Palmyre et Angola, par lesquelles s’achève cet ouvrage44.

  • 45 Marie-Louise Fracard, L’abbé Bion (1704-1774) op. cit., p. 35, 76 sq., 105-126 ; Guy Pillard, « Le (...)

26Il faut espérer que des recherches ultérieures, si possible menées collectivement, permettront de résoudre définitivement et les problèmes d’identification des sources d’information consultées (et éventuellement appropriées) par Fortunée Briquet, et les questions connexes sur l’origine des livres qu’elle a utilisés. On a vu en effet qu’à son décès, la Niortaise ne possédait qu’une cinquantaine de volumes, non spécifiés par le notaire et insuffisants en nombre pour avoir permis la réalisation de son opus majeur. Elle écrit cependant en 1804 : « Je possède et j’ai lu les meilleurs écrits des Françaises », ce qui laisse soupçonner l’existence et l’utilisation d’une riche collection de livres, d’accès aisé hors de sa demeure, celle sans doute de la ville de Niort et/ou de l’Ecole Centrale. Fondée en 1771 à partir de la donation du curé-archiprêtre de Niort, Jean-de-Dieu René Bion, la bibliothèque municipale s’était enrichie, sous la Révolution, des volumes confisqués à des émigrés et à des établissements religieux, au point d’atteindre le chiffre de 12 430 titres en l’an III. Fermée un temps, puis réouverte en brumaire an V, elle fut alors confiée à François-Joseph Frigard, un oratorien défroqué et franc-maçon, redevenu professeur de mathématiques dès l’ouverture de l’École centrale des Deux-Sèvres45. Il est probable que Fortunée Briquet y a glané l’essentiel de sa documentation – elle était abondante et disponible sur place – et qu’elle n’eut donc pas besoin de recourir aux ressources bibliographiques d’autres lieux, y compris Paris.

  • 46 Boudier de Villemert, dans la deuxième édition de son Nouvel ami des femmes (op. cit.), mentionne t (...)
  • 47 Le caractère hypothétique de ces derniers paragraphes ne doit pas être minimisé. Ils sont une invi (...)

27Comment dès lors interpréter les appels à contribution parus, à sa demande, dans la presse ? Il semble possible d’y voir l’expression d’un excès de modestie (feinte ou réelle) et d’un zèle légitime à n’oublier personne, tout en reconnaissant la gageure d’un tel pari. Les absences – repérables aujourd’hui – étaient sans doute craintes par l’auteure elle-même, consciente de l’existence de sources qui auraient encore enrichi son Dictionnaire, mais qui, rares, n’étaient pas consultables à Niort : c’est le cas des listes de femmes savantes, anciennes ou récentes, offertes par des écrivains du XVIe siècle devenus peu connus ou celles, écrites par certains de ses contemporains comme Pierre-Joseph Boudier de Villemert ou Sylvain Maréchal46. Ces derniers, inspirateurs trop directs ou trop controversés, n’étaient peut-être tout simplement pas... mentionnables. Étaient-ils absents des rayonnages niortais ou simplement identifiés à une littérature réputée peu favorable aux femmes et aux nouvelles sensibilités nées des consolidations bonapartistes47 ?

  • 48 Vertron (op. cit.) est cité une demi-douzaine de fois ; Buffet et Ménage le sont à trois reprises c (...)
  • 49 Nécrologe des hommes célèbres de France, par une société de gens de lettres, Paris, Desprez, 1770, (...)
  • 50 Par exemple les « nécrologes » de Port-Royal et de Fontevrauld, « l’Année Bénédictine », « l’Histo (...)

28A contrario il faut noter les allusions du Dictionnaire à des sources qui, pour être absentes de la liste de références fournie dans l’avant-propos, n’en sont pas moins explicitement nommées dans le corps des notices. Ainsi Gilles Ménage, Marguerite Buffet, Jacquette Guillaume, Evrard Titon du Tillet et Claude-Charles de Vertron, semblent avoir enrichi un ouvrage qui mentionne en passant leurs textes, mais sans en faire des bases de données assez originales pour être citées d’emblée48. Peut-être d’ailleurs n’ont-ils pas été consultés directement, contrairement à des livres plus récents, voués à l’éloge des défunt(e)s ou à la publication régulière d’œuvres poétiques. Ainsi l’article consacré à Bontemps (1718-1768), traductrice émérite des Saisons de Thompson, s’achève par un rappel éclairant des données que fournissaient annuellement les nécrologes et autres éloges : « On a rendu hommage à sa mémoire dans le Nécrologe des hommes célèbres, 177049. » Ce genre d’ouvrages, sous ses formes laïques ou religieuses, est d’ailleurs mentionné dans sept autres cas au moins50. Une preuve de plus de la diversité des lectures accomplies par Fortunée Briquet pour réaliser son ouvrage, une preuve aussi que, soucieuse de faire (du) nombre, elle n’a négligé aucune des ressources bibliographiques dont elle pouvait disposer, mettant effectivement à profit tout ce qui, dans « les Mémoires, les Eloges, les Critiques, les Journaux, etc. », pouvait enrichir son Dictionnaire.

  • 51 On peut citer, en vrac, l’usage fréquent des « Recueils de l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse (...)
  • 52 À noter que plusieurs brillent dans divers genres et qu’il faudrait leur adjoindre les auteures de (...)

29Nombreuses sont d’ailleurs les notices qui citent des périodiques aux statuts divers comme l’Almanach des Muses, l’Année littéraire, la Bibliothèque française, la Bibliothèque des romans, le Journal des dames, le Magasin des dames ou le Mercure, et cela aux côtés de recueils d’éloges et autres « mélanges littéraires », dont l’ouvrage du même nom par Suard ou le Cours de Littérature de Laharpe – un auteur omniprésent dans le Dictionnaire comme poète autant que comme critique – sont les prototypes51. Cette avalanche de renvois documentaires ne saurait étonner de la part d’un(e) auteur(e) de dictionnaire qui doit faire feu de tout bois dans un domaine encore mal balisé. En multipliant les emprunts et en avouant une partie d’entre eux, elle propose une nouvelle façon de faire l’histoire des femmes : une histoire cumulative, critique et jamais achevée. Les historiennes y ont d’ailleurs la part belle, avec quatre-vingts noms qui peuvent relever de genres aussi disparates que la biographie (32), les mémoires (24), les essais (18), l’histoire locale (9) ou la pédagogie (7), etc52.

  • 53 FBD, p. 159 ; La Croix, op. cit., p. 115 ; Riballier, op. cit., p. 219-220. Voir Erica Harth, Cart (...)
  • 54 Judy Chicago, Embroidering and Heritage. The Dinner Party Needlework, New York, Anchor Books, 1980

30Découvreuse d’inconnues de talent mais aussi de textes oubliés, Fortunée Briquet crée des notices qui peuvent aller d’une demi-ligne sans date, voire sans titre (le record de brièveté est atteint avec une madame Vanesbec, « auteur d’un Roman ») à plusieurs paragraphes ou pages où s’amoncellent, en ce cas, sources documentaires et référents louangeurs. Compilatrice critique de biographies existantes, elle développe plus encore certains de ses textes par l’adjonction de commentaires stylistiques, historiques ou moraux de son cru ; ceux-ci allongent sa rubrique et incitent à acquérir soi-même une connaissance directe des œuvres mentionnées et de leurs différents éditeurs et/ou critiques. De ce processus cumulatif, quelques notices comme celle de la nièce de Descartes, morte en 1706, pourraient offrir l’exemple. « Informée » par des ouvrages antérieurs qui lui ont donné forme et informations, cette notice assez substantielle fait plus que les démarquer. Fortunée Briquet y multiplie par deux les lignes que ses prédécesseurs et informateurs, La Croix et Riballier, ont consacrées à Catherine Descartes car, tout en s’appuyant sur les sources mentionnées par le Dictionnaire portatif des femmes célèbres, elle les étoffe de nouvelles références textuelles et les allège de leurs connotations misogynes. Elle produit ainsi un effet de savoir et de compréhension bien différent de ce qu’on faisait précédemment, ne serait-ce qu’en effaçant un propos rapporté par La Porte (« l’esprit du grand Descartes était tombé en quenouille ») et en citant nommément quelques pièces de cette poétesse. De plus, en précisant que cette personne fut l’amie de mesdemoiselles de Scudéry et de La Vigne, elle modifie notre perception des « Cartésiennes », femmes d’un réseau féminin autant que masculin et aptes, ce qu’on oublie souvent, à faire lignée53. Collect(ionn) euse, Fortunée Briquet est aussi une (r) assembleuse et une célébrante. Une lointaine ancêtre de féministes comme Judy Chicago et ses amies, brodeuses et mythographes de femmes illustres54.

31Provinciale tributaire des ressources bibliographiques locales (d’ailleurs non négligeables), tout en ambitionnant de produire un panorama exhaustif de la littérature francophone féminine, Fortunée Briquet participe d’ailleurs elle-même d’une longue tradition que renouvellent les évènements post-révolutionnaires.

Un genre et son durable succès

  • 55 Nicole Pellegrin, « L’androgyne au XVIe siècle […] », op. cit., p. 11-48 ; Linda Timmermans, L’acc (...)
  • 56 Jean-Baptiste Suard (« Fragmens sur les femmes », op. cit., t. 1, p. 220-221) souligne dans le tex (...)

32Les antécédents du Dictionnaire de 1804 commencent à être soupçonnés55. Ils étaient d’ailleurs bien connus des contemporains de Fortunée Briquet, attentifs à l’émergence du personnage de « la femme auteur », cette anomalie qui ne relevait, à leurs yeux, ni de l’Histoire ni même du bon goût56. Ainsi Jean-Baptiste Suard prend prétexte de la sortie du livre de « l’historien des femmes » Ségur, pour faire dire à une prétendue lectrice en 1804 :

On a bien fait des galeries de femmes célèbres, des vies de femmes auteurs, rien de tout cela n’appartient à l’histoire générale des femmes. Une femme célèbre est une exception à la règle, ou, comme disent les botanistes en parlant de certaines fleurs trop brillantes, une maladie de l’espèce.

  • 57 Boccace énumère 105 femmes remarquables (Le Livre de la louange et vertu des nobles et cleres dame (...)
  • 58 Richard Goulet, Etudes sur les Vies de philosophes de l’Antiquité tardive, Paris, Vrin, 2001 ; Plu (...)
  • 59 Pierre Roussel, op. cit. Cf. les commentaires de Thomas Laqueur (La fabrique du sexe, Paris, Galli (...)

33Faut-il rappeler que la célébration des femmes remarquables remonte au moins au De claribus mulieribus de Boccace, écrit vers 1355 et que ce genre littéraire multiséculaire fait encore florès aujourd’hui sous forme d’ouvrages diversement sérieux57 ? A l’instar de Plutarque et des autres auteurs de ces « vies » chères à l’Antiquité et aux temps modernes dont s’est nourrie tout particulièrement la génération révolutionnaire58, les imitateurs du modèle boccacien déroule, sur la très longue durée et avec des inflexions notables, un discours de l’exception exemplaire où la « monstruosité » féminine, répulsive ou idéalisée, se doit d’être (dé)mon(s)trée comme sur un théâtre imaginaire de la Différence des sexes. Une différence qui fait briller les détentrices de pouvoirs déclarés anormaux longtemps avant que les fondements supposés naturels de l’infériorité des femmes ne fassent encore l’objet d’un véritable débat scientifique59. Il faut attendre les médecins-anthropologues (aussi moralistes) des années 1770 comme Roussel et autres philanthropes rousseauistes pour qu’au nom de la physiologie, se mette en place, en théorie et bientôt en pratique, l’éviction institutionnalisée et généralisée des femmes hors du politique, lors même qu’elles deviennent (et pour cela sans doute) objets et sujets – « distingués » – de nouvelles formes de littérature.

  • 60 Voir les analyses de Geneviève Fraisse (La Raison des femmes. Essai, Paris, Plon, 1992, p. 53-54) (...)
  • 61 Abbé Guyon, Histoire des Amazones anciennes et modernes, Bruxelles, Jean Leonard, 1741, p. XIV-LXL (...)
  • 62 La Croix, Dictionnaire historique portatif (op. cit.), p. III. Est-ce l’abondance de cette « miséra (...)

34Le schéma de l’exceptionnalité au féminin nous fascine, toutes et tous, encore aujourd’hui60. Cependant on ne connaît guère que les modalités masculines de son écriture et de son succès, quand il faudrait savoir comment ce thème fut appréhendé par les femmes, des réceptrices d’autant plus attentives à cette littérature que, tout au long des temps modernes, la liste des plus Illustres s’est enrichie au contact des florilèges qu’offrait la légende, « dorée » ou non, des « femmes fortes » : personnages de la Bible et du Talmud, saintes de vitrail, pieuses combattantes de la réforme catholique, guerrières exotiques ou chrétiennes, héroïnes à talents chères aux Lumières61. En 1769, le Dictionnaire historique portatif des femmes célèbres fait de l’accumulation non hiérarchisée des gloires féminines du passé un puissant argument publicitaire et cet ouvrage marque, à mes yeux, un tournant dans l’histoire de la « Féminye », même s’il est encore l’œuvre d’un homme, simple polygraphe en quête de nouveaux profits62 :

AVERTISSEMENT.

La célébrité s’entend non seulement de la valeur et des actions d’éclat, mais encore de la naissance, des talents naturels, du mérite acquis, des vertus, des vices et des passions. Le Lecteur n’a rien à désirer ici dans tous ces genres. Plus de trois mille articles lui donneront la facilité de suivre son goût & ses idées. Il y verra des femmes guerrières & courageuses, avec les traits curieux qui les caractérisent ; des Reines & des Princesses qui, par leur rang ou par leur mérite, ont joué quelque rôle dans le monde ; des Savantes, dont les talents ont honoré tout à la fois leur sexe et leur siècle ; des mères tendres ou barbares ; des épouses fidelles ou volages ; mille autres femmes enfin, illustres par une piété rare & solide, à qui l’Eglise ou l’estime publique rend de justes honneurs. On a tâché de donner à cet ouvrage tout l’agrément & toute la variété dont il étoit capable […].

35Longtemps conçus comme des réservoirs de monstres ou/et de modèles, les recueils biographiques de l’exemplarité féminine peuvent expliquer les particularités de l’écriture de Fortunée Briquet, héritière innovante mais timide d’un genre ambigu et ancien qu’elle pille et contribue à transformer en légitimant définitivement le sous-genre du dictionnaire des femmes de lettres. Cette inscription dans une tradition littéraire de longue durée que retravaillent sans cesse les débats sur l’infériorité « naturelle » des femmes, pourrait expliquer aussi la réception, d’abord si favorable du Dictionnaire, autant que son rapide oubli.

  • 63 Symphorien Champier, La Nef des dames vertueuses, Lyon, Arnollet, 1503. Dans Les vies des femmes c (...)
  • 64 Ainsi chez Théodore de Bèze, une femme – Marguerite de Valois, sœur de François Ier– sur 103 homme (...)
  • 65 André Thevet (Pourtraicts et Vies des hommes illustres grecz, latins et payens Recueilliz de leurs (...)
  • 66 171 « précieuses » identifiables, outre quatre-vingt autres noms, figurent dans Le Grand Dictionna (...)

36Illustrée en France par des ouvrages autonomes en latin ou en langue vulgaire comme ceux de Dufour, Champier ou Brantôme, la mise en liste de l’illustration féminine organise aussi, sous sa forme raccourcie, les démonstrations de différents écrivains mêlés à la querelle des femmes des XVe et XVIe siècles : au premier chef, Christine de Pizan, mais aussi des hommes comme Billon ou Le Poulchre63. Au moment où s’élabore en langue française un discours de l’illustration au service d’une histoire nationale et/ou d’une réforme des églises chrétiennes, les recueils biographiques64 et leurs traductions iconographiques se doivent d’ailleurs d’inclure des femmes, mais rares sont encore avant le XVIIIe siècle les sommes qui, principalement consacrées à des femmes réelles, exaltent et détaillent leurs activités créatrices et non pas seulement, sous forme d’exempla ou d’historiettes édifiantes, leurs vertus ou leurs monstruosités65. Et cette rareté n’est pas contredite par les galeries littéraires de portraits que sont Le Grand dictionnaire des précieuses de Somaize en 1660 et son prélude, le Recueil des portraits dédié et partiellement écrit par mademoiselle de Montpensier, co-auteure de cet ensemble aux côtés de Charlotte de Bregy, nièce de Somaize, et de quelques autres : Bussy-Rabutin, Deshoulières, etc. Ces ouvrages sont avant tout des exercices de style qui recourent à des pseudonymes pour évoquer l’éclat des salonnières et des gens de cour qui les fréquentent : un Gotha mondain qui se met d’ailleurs à préférer le nom d’Illustres à celui de Précieuses66.

  • 67 Le père Hilarion de Coste (Eloges et vies des roynes, princesses, dames et demoiselles illustres e (...)
  • 68 Le Moyne, op. cit., t. II, p. 33-63.
  • 69 Buffet, Nouvelles observations sur la Langue française (..), avec les éloges des plus illustres sav (...)

37Quant aux recueils d’éloges des pères Hilarion de Coste et Le Moyne, parus en 1630 et 1660 et qui, dans un but purement apologétique, présentent respectivement 102 et 43 femmes, ils privilégient la piété de leurs héroïnes sur toute autre forme de vertu et ils en donnent des « portraits » plutôt que des biographies67. Le premier auteur, un minime, sait distinguer trois catégories de modèles féminins : les « femmes de doctrine », c’est-à-dire celles qui se sont illustrées « pour leur sçavoir ou pour avoir affectionné les bonnes lettres » (35 noms), rivalisent difficilement avec celles de leurs consœurs que des actes de « Courage et Valeur » (41 noms) ou une haute spiritualité (75 femmes illustrent « la Piété ») ont fait passer à la postérité. Le second de ces thuriféraires de femmes fortes, le père Le Moyne, est jésuite et son classement est plus original encore. Il distingue en effet quatre catégories historiques (« les fortes, Juifves, Barbares, Romaines et Chrestiennes ») et chacune de ces catégories offre cinq modèles à suivre et autant de « questions morales », elles-mêmes résolues par un ou deux exemples, ce qui au bout du compte permet à l’auteur d’aligner quarante trois portraits de femmes. Mais, dans cette « galerie », la question du savoir des femmes est seulement associé à une « Forte Romaine » (Pauline) et à l’exemple correspondant de « Jeanne Gray de Suffolc, reine d’Angleterre »68. Le faible rôle accordé par ces ecclésiastiques à la pratique des lettres dans l’accession à la célébrité des femmes souligne, par contraste, l’originalité d’une Marguerite Buffet une génération plus tard et d’une Galien au siècle suivant, quand l’hétéroclisme de la monstruosité exemplaire cède le pas à une présentation qui se veut rationnelle et exhaustive. L’ordre de l’alphabet au service de valeurs terrestres : les talents et le « mérite »69.

  • 70 Riballier, op. cit., p. VII et 89 ; A. Thevet, op. cit., p. 269 sq. Voir Nicole Pellegrin, « Le gen (...)

38En effet c’est seulement dans le dernier tiers du XVIIIe siècle qu’apparaissent, en héritiers dissidents d’une double tradition apologétique (les recueils d’exempla des hommes d’Eglise d’une part ; les recensions féministes de quelques femmes de culture, d’autre part), les premiers véritables dictionnaires historiques de femmes célèbres. Grâce à un classement enfin alphabétique et totalement laïcisé, la mise en série de celles-ci leur donne une véritable inscription dans l’histoire, elle met en valeur leur diversité et fait exister l’activité intellectuelle comme critère de définition à part entière. Des contingents de lettrées y apparaissent qui pourront être récupérés par Fortunée Briquet, mais il s’en faut de beaucoup que les femmes de talents cessent d’être perçues comme des anomalies. On se souvient que « les Savantes, dont les talents ont honoré tout à la fois leur sexe et leur siècle » figurent dans le mélimélo des femmes célèbres dont Delaporte fait un dictionnaire, mais leur apparition dans son livre, entre les Reines et les Mères, montre encore l’incongruité de leur multiplication. Dix ans plus tard, Riballier lui-même fait état de ses hésitations, réelles ou feintes, à les ajouter à sa liste de femmes mémorables et étale une douteuse philogynie quand, contre l’habitude de ses confrères, il se félicite de pouvoir écrire : « Nous avons également pensé qu’il étoit aussi injuste qu’indécent d’avilir leurs productions par des décisions caustiques, ou des plaisanteries injurieuses ». Il continue d’ailleurs (et c’est sa première phrase) à saluer ce « Sexe choisi par l’Eternel, pour être la plus brillante preuve de sa toute puissance »70. Faut-il rappeler que c’est en des termes approchants qu’André Thevet, un « Plutarque à la française », ancien cordelier devenu cosmographe du roi, soulignait en 1584 l’étrangeté du destin de Jeanne d’Arc ? N’écrivait-il pas à son propos que, par le seul vouloir de Dieu, maître en monstruosités exemplaires, « un sexe féminin, fragile et imbécile a maintesfois esté présenté pour secourir un royaume exposé à la fureur des ennemis […] » ?

  • 71 Manon Roland (op. cit., p. 212 ; 278 et 280-281), nourrie de Plutarque mais refusant, au moins pou (...)

39A sa manière, la jeune Muse niortaise se veut elle aussi imitatrice de la Vie des Hommes Illustres et d’un schéma fondé sur leur exceptionnalité. Mais, Plutarque féminisé au contact des vies de saint(e)s et des femmes de lettres, elle détourne un modèle qui, lu avec une ferveur sans pareil par toutes les générations de l’Ancien Régime finissant, n’a pas toujours été perçu de la même manière, et notamment dans sa dimension androcentrée, par Rousseau, Chastenay ou Roland. Celle-ci, indifférente à cet aspect, se souvenait encore en 1793, dans sa prison, de son émotion de fillette, bouleversée à jamais par une telle lecture71 :

Plutarque semblait être la véritable pâture qui me convînt ; je n’oublierai jamais le carême de 1763 (j’avais alors neuf ans) où je l’emportais à l’église en guise de Semaine-sainte. C’est de ce moment que datent les impressions et les idées qui me rendaient républicaine sans que je songeasse à le devenir.

  • 72 Son admiration pour Dacier est cependant immense et se traduit par une notice de plus de six pages (...)
  • 73 Annie Jourdan, « Du sacre du philosophe au sacre du militaire : les grands hommes et la Révolution (...)
  • 74 Apollin Briquet ajoute que « son nom est gravé sous le piédestal de la statue » (AD. 79 : 2 F 1). (...)
  • 75 Aucun doute pour Fortunée Briquet sur le sexe biologique de ce(tte) célèbre travesti(e) aujourd’hu (...)

40Fortunée Briquet est moins fascinée que la mémorialiste girondine par l’Antiquité (ne reproche-t-elle pas à la savante Anne Dacier « d’avoir porté trop loin son amour pour les anciens » ?)72, elle est aussi plus gynophile et plus confiante dans l’avenir des femmes. Du fait peut-être de la génération à laquelle elle appartient, elle participe donc d’un besoin d’illustrations quelque peu différent – à la fois nationaliste et sexué –, celui qu’a développé le culte des célébrités françaises dans le contexte révolutionnaire d’une société en voie de laïcisation, de militarisation et d’auto-gratulation, alors que l’Ancien Régime se plaçait sous l’égide d’un monarque costumé en Apollon providentiel73. Et l’on ne peut être surpris d’apprendre – encore une fois grâce à son fils –, l’admiration éprouvée par sa mère pour l’héroïne encore sulfureuse qu’est « la Pucelle d’Orléans » : « une large médaille en argent, conservée par sa famille, atteste que Mme Fortunée Briquet a souscrit pour l’érection de la statue en bronze de Jeanne d’Arc à Orléans »74. Les faits d’armes quand ils ont féminins et patriotiques, semblent d’ailleurs l’avoir fascinée tout particulièrement et cela malgré un pacifisme affiché et peut-être conjoncturel, celui de ses Odes et de la dédicace du Dictionnaire au signataire du traité d’Amiens, Bonaparte. D’ailleurs, et comme beaucoup d’autres, elle loue les multiples talents de LA chevalière d’Eon, courageuse espionne, autant que diplomate émérite, fine lame et... habile auteure d’éloges75.

  • 76 Faut-il rappeler le projet de monument conçu par Titon du Tillet et qui n’a existé qu’en maquette (...)
  • 77 Les vertus de la méritocratie infusent, comme on l’a vu, tout le Dictionnaire. Ainsi la Berlinoise (...)

41Le genre – politique – des éloges s’est en effet revivifié au contact de l’engouement fin-de-siècle pour l’Histoire et d’un besoin renouvelé d’inventaire des « capacités », passées, présentes et futures. Une double incitation qui pousse à la construction, en bronze, en pierres et/ou en mots, de monuments collectifs ou individuels, autour desquels par la lecture, la déclamation ou le pèlerinage, s’élabore, dès la deuxième moitié du XVIIIe siècle, un culte laïc et posthume des « grands-hommes-la-patrie-reconnaissante »76. Inséparables du voyage à Ferney ou à Ermenonville, les « Parnasse français » et autres recueils poétiques ou biographiques, qu’ils soient universels ou localisés, genrés ou spécifiques, participent de ce goût généralisé pour la célébration de héros démocratisés auxquels les talents ou les mérites ouvrent la route de la postérité77. Leur « distinction » en effet ne provient plus d’une Election, divine ou royale, et cela même quand, sur l’avis du comte d’Angiviller, la monarchie initie un programme de statues destinées « à ranimer la vertu et les sentiments patriotiques ». Il s’agit désormais de couronner, au propre et au figuré, des talents personnels, exceptionnels mais imitables par tou(te)s et, pour cela, dignes de vénération, du vivant ou non du « grand homme » qui les incarne.

42L’histoire des rêves – longtemps difficiles à féminiser – de panthéons de papier ou de pierre élevés à la gloire de la patrie est complexe et non linéaire. Mais le culte qui s’élabore très tôt autour de Bonaparte, tout comme celui que construit Briquet en faveur des femmes, n’est possible que parce qu’il existait, depuis deux ou trois décennies, une attente polymorphe (proprement républicaine et peut-être substitutive des anciennes croyances) en faveur de nouvelles « célébrations ». Le genre humain est capable de se régénérer, les arts soutenus par les élus du peuple doivent contribuer à rendre publique cette régénération et les femmes – mieux éduquées – ne peuvent manquer d’y participer. Ne font-elles pas déjà partie intégrante de « la république des lettres » ? Pour l’auteure d’une dédicace à un premier Consul qui est aussi un nouvel Alexandre et un Solon mâtiné d’un Charlemagne fondateur d’écoles, cette évidence résout le paradoxe d’un état fort et sexiste au service de la cause des femmes. À Bonaparte, l’immortalité et la gloire d’avoir multiplé et fait connaître des Immortelles ! À celles-ci, l’honneur d’avoir propagé et proclamé une grandeur qui les servirait !

  • 78 Jean-Jacques-Daniel Guillemeau, Vies des P.P. Gastaud, Jousseaume, Isidore et Dabillon, Niort, Mor (...)
  • 79 Abbé Joseph Bougerel, Mémoires pour servir à l’histoire de plusieurs hommes illustres de Provence,(...)
  • 80 Parmi d’innombrables exemples de cet exercice oratoire et littéraire à forte résonance politique, (...)

43Sous sa forme littéraire, on relève les traces de cette illusion de longue durée jusqu’en province où les élites culturelles ont longtemps dit souhaiter, avec le docteur Guillemeau, que soient consignées « des anecdotes sur les Niortais qui se sont distingués […], elles serviraient à une biographie qui, un jour, ferait honneur à la ville de Niort. Cette note est adressée à tous les hommes instruits et aimant leur patrie » et à leurs législateurs78. La pratique en est ancienne cependant, y compris en Bas-Poitou, où un curé comme le poète patoisant, Gusteau, fut l’auteur, dès les années 1750, d’une « ode historique » intitulée Fontenay triomphant dans ses hommes illustres, tandis que d’autres ecclésiastiques s’essayaient, en prose, à la célébration des Provençaux ou des Lyonnais79. L’offre répond très tôt à cette demande, locale et nationale, de l’« éloge » et l’on a vu que les époux Briquet ont, l’une et l’autre, produit, c’est-à-dire écrit et lu, des biographies brèves à la louange d’illustres personnages, selon une mode qui remplit de « notices », « éloges » et autres « esprits », les rayons des libraires mais aussi des périodiques comme la Bibliothèque française ou La Décade, après avoir excité la verve littéraire des journalistes d’Ancien Régime80.

  • 81 Sabine Juratic (« Du livre à l’écriture », op. cit.) m’a fait découvrir le texte passionnant (et v (...)
  • 82 Mme [Sophie] de Renneville, Galerie des femmes vertueuses ou Leçons de morale, à l’usage des demoi (...)

44Quant aux liens entre le recueil d’éloges et la série prosopographique à visée pédagogique ou scientifique, il faudrait songer à en faire l’histoire particulière car ces liens sont illustrés, là aussi dès l’Ancien Régime, par la publication de panthéons socio-professionnels comme la Vie d’Etienne Dolet, imprimeur à Lyon dans le seizième siècle, avec une Notice des libraires et des imprimeurs auteurs, un ouvrage paru en 177981. Ce titre et ses homologues donnent naissance sous l’Empire à de multiples imitations qui prouvent la longue durée de la tradition d’où le dictionnaire de Fortunée Briquet tire sa légitimité, ses matériaux et son ton uniformément laudatif. Consacré aux seules femmes de lettres et aux mécènes, il est bien, à sa manière, la réponse – féministe et patriotique – à cette demande renouvelée et démocratisée de personnalités nouvelles que les temps post-révolutionnaires veulent faire servir à la cause nationale. Les publications ultérieures de femmes comme Renneville (1809), Genlis (1811) ou Dufrenoy (1816) et celles – parodiques ou non – de confrères masculins parfois anonymes, le confirment82.

Un livre sous tutelle

  • 83 Est-ce ce que confirment les propos de La Mésangère dans le Journal des Dames (8e année, 25 ventôs (...)

45Les éditeurs, aux lendemains de la Révolution, étaient devenus sûrs de rentrer dans leurs frais quand ils faisaient imprimer des ensembles de biographies, quels qu’en soient le format, l’usage, l’illustration, l’ampleur géographique ou la portée idéologique. Entre pédagogie morale et réflexion politico-philosophique, entre liste courte et encyclopédie, le Dictionnaire de Fortunée Briquet relève d’un peu tous les genres prosographiques et en condensant les données récemment acquises grâce à l’émergence des « femmes auteurs », il créait un produit éditorial inédit83.

  • 84 Frédéric Barbier, « Une librairie internationale », op. cit. Faute d’archives, il est impossible d (...)
  • 85 Une publication créée par Treutell et Würz en 1801 et dirigée par le philosophe, de Gérando, bon c (...)
  • 86 Joseph-Alexandre Ségur, Les Femmes, op. cit.

46Le choix de la maison Treutell et Würtz par l’auteure (mais l’initiative de l’impression serait peut-être à chercher du côté des libraires) est aisé à comprendre. La prospère entreprise de librairie et d’imprimerie de Jean-Georges Treutell (1744-1826) et de son neveu et associé, Jean-Godefroy Würz (1768-1841), est installée à Strasbourg, Paris et Londres, et elle possède une envergure internationale, un intérêt ancien pour l’érudition et une orientation « encyclopédique », sinon républicaine, soucieuse de promouvoir des textes de référence, y compris dans le domaine étranger84. Ces trois raisons peuvent expliquer l’association de la firme Treutell-Würtz et de Fortunée Briquet. Dans la liste des publications de 1803-1804 qui figure parfois en tête du dictionnaire (le catalogage des nouveautés – les leurs et celles d’autres maisons – est un souci constant des deux associés), le livre se retrouve en compagnie de lexiques franco-arabe, franco-espagnol, franco-italien et germano-français, de récits de voyage en Sibérie, en Scandinavie et en Allemagne, de plusieurs recueils d’œuvres d’art et de vies d’artistes, de précis historiques à succès (Toulongeon, Lacretelle), de rééditions illustrées de la botanique de Jussieu, mais aussi de périodiques bibliographiques et littéraires, faisant une large part aux publications allemandes, comme le Journal de littérature étrangère85. Plus tard éditeurs des deux premières collections des œuvres complètes de madame de Staël en 1820-1828, Treutell et Würz font la promotion dès 1803 de la réflexion de Ségur sur la condition des femmes et leur influence, réflexion parue chez Didot, mais il faut noter que leurs propres publications ne comportent alors encore aucun titre consacré à ce sujet86. On peut donc imaginer que l’édition du livre de Fortunée Briquet fut programmée pour combler un vide dans leur catalogue. En retour ce dictionnaire de type nouveau pouvait espérer profiter lui-même de la compagnie d’ouvrages de qualité, tous soigneusement imprimés, et touchant – la poésie exceptée – à tous les thèmes de prédilection de son auteure : les beaux-arts, la traduction, l’histoire.

  • 87 Un des exemplaires du Dictionnaire que possède la Médiathèque de Poitiers double de volume grâce à (...)

47Bréviaire et memento d’une culture féminine lettrée, ancienne mais francocentrée et polyvalente, son dictionnaire est d’abord attirant (au moins aujourd’hui) par son contenu. Sa maniabilité (le format in-octavo d’un volume unique) en fait aussi le charme et cette réussite concrète, celle d’un objet « utile et agréable », me paraît le fruit d’un partenariat, réussi mais difficile à définir, entre les éditeurs et leur auteure. Ni lourd in-folio des gros dictionnaires érudits, ni in-12 des portatifs (parfois démultipliés en plusieurs tomes), la taille du livre est son trait distinctif : ouvrage de dame(s) et à elles principalement destiné, il a la commodité d’un livre sérieux sans être – matériellement et intellectuellement – pesant. Même relié, il reste léger et les cuirs qui ont pu le protéger méritent attention car ils sont à l’heure actuelle, le seul moyen d’imaginer les pratiques de lecture que ce dictionnaire pouvait induire. Comment d’ailleurs ne pas être intriguée par les particularités de certaines reliures ? Il en est de splendides (le maroquin vert céladon d’un exemplaire nord-américain est frappé sur les plats d’une myriade d’abeilles impériales parfaitement ordonnancées), quelques-unes, brunâtres et plus triviales, sont destinées à une lecture purement utilitaire, surtout quand elles intercalent des feuillets blancs rajoutés à dessein pour d’éventuelles annotations. D’autres enfin se contentent de modestes couvertures brochées de papier bleu, tandis que certaines de ces reliures semblent n’avoir jamais renfermé l’avant-propos ni même le portrait-frontispice quand bien même les fers semblent dater de l’époque impériale87.

  • 88 La Réserve de la Médiathèque de Niort conserve ce recueil factice (P 209 E), tandis que le dépôt d (...)

48A contrario, la gravure par laquelle s’introduisent habituellement le Dictionnaire et son auteure, est parfois employée – mais il s’agit d’un état avant la lettre – pour orner un recueil factice des autres œuvres de Fortunée Briquet. Ce réemploi d’une gravure n’est d’ailleurs pas exceptionnel à cette époque. Même quand, sur une reproduction tardive, elle est simplifiée, c’està-dire privée de son cadre, sous-titrée plus succinctement et lithographiée au lieu d’être gravée sur cuivre, cette image atteste de l’entreprise de séduction voulue par l’auteure et ses éditeurs. Commune à tout paratexte, elle témoigne ici d’une mise en scène de soi spécifique et réussie88.

  • 89 L’analyse de la « guirlande » offerte à Julie d’Angennes est l’occasion pour Fortunée Briquet de r (...)

49Ce portrait en buste est charmant, et les Plick et autres érudits un peu canailles du XIXe siècle (Consulat compris) ne sont pas seuls en droit de s’émouvoir de l’air éveillé et énergique d’une vestale au nez court, à la poitrine menue et à la coiffure élaborée. L’image a d’autant plus d’attrait que le fond sombre du médaillon où s’inscrit ce visage peu conventionnel est cerné par un encadrement rectangulaire en trompe-l’oeil qui allie à des lignes géométriques sévères, la joliesse d’un décor floral minimaliste : une fleur à chaque angle. Cette marguerite, cet œillet, cette rose et cette violette (à moins qu’il ne s’agisse d’une pensée) ne peuvent constituer une « guirlande de Julie », mais leur humilité même ajoute encore du charme à la simplicité de la robe à taille haute et aux traits juvéniles de celle que ces simples fleurs semblent encadrer89. Par cet habile, mais peu original, jeu de lignes épurées, une femme et ses portraitistes se mettent réciproquement en valeur et produisent d’entrée de jeu un conditionnement propice à la lecture d’un travail présenté comme énorme et… timide. L’objet qu’est ce livre rappelle les connivences, à la fois esthétiques et politiques, entre monde des arts et cercles lettrés, entre créatrices et artistes de sexe masculin.

  • 90 Sur Noireterre (un nom parfois orthographié Noireserre ou Noiresterres), voir, outre les grands di (...)
  • 91 FBD, p. 194, 276, 288 (portraits de Graffigny, Roland et Sévigné).
  • 92 On peut regretter que si peu d’études portent sur la présentation typographique des pages de titre (...)

50Ce portrait est en effet l’œuvre conjointe d’une femme peintre, Marie-Thérèse de Noireterre, aujourd’hui peu connue, et du célèbre graveur Charles-Etienne Gaucher90. La première, ancienne élève d’Adélaïde Labille-Guiard (1749-1803), est une miniaturiste renommée et l’auteure présumée du dessin ou du tableau, aujourd’hui disparu, à partir duquel fut gravée la plaque de cuivre utilisée, comme on l’a vu, par les éditeurs du Nouvel Almanach des Muses et reprise sans modification par ceux du Dictionnaire. Quant à Gaucher, c’est un graveur alors très apprécié, libéral notoire et bon littérateur. Ses liens avec les Briquet semblent anciens et étroits, puisque mentionné à deux reprises, dans le dictionnaire, par la jeune femme devenue parisienne91, cet homme a pu appartenir à sa période niortaise en gravant quelques-unes des illustrations de l’Almanach des Muses de l’Ecole Centrale des Deux-Sèvres. Le portrait-frontispice du Dictionnaire est classique dans sa forme mais, par la grâce physique de son sujet (une très jeune femme), il réussit à éclairer au propre et au figuré la page de titre qui lui fait vis-à-vis. Page très pleine où le titre long et explicite comme le veut la tradition érudite, est lui aussi « orné » graphiquement et intellectuellement par une cascade de lettrages qui, différenciés par la taille et par la forme, promettent un contenu inédit et conjointement encensent l’auteure, membre de plusieurs sociétés savantes, et son dédicataire : le Premier Consul. Page « décorée » de surcroît d’une citation de Rousseau qui fait ornement mais sert aussi d’accroche publicitaire et de preuve de légitimité à un livre qui semble – encore et toujours – quémander son droit à exister92.

  • 93 Jean-Jacques Rousseau, op. cit., p. 206 (lettre V de la seconde partie) ; et déjà les lignes de la (...)
  • 94 Marguerite Buffet, Nouvelles observations sur la Langue française [...], avec les éloges des plus (...)

51Se rassurer par l’estampille d’une citation et/ou se plier à une mode éditoriale ? La fonction de l’épigraphe « Les âmes n’ont point de sexe » est sans doute double et obéit à l’usage traditionnel d’une formule lapidaire inscrite en petits caractères sous le titre de nombreux ouvrages pour en préciser l’esprit et piquer la curiosité du lecteur. Plus énigmatique ici, la signification de cette citation ouvre de nombreuses perspectives interprétatives, d’autant qu’elle est enfermée et comme théâtralisée par deux lignes parallèles qui coupent toute la page et semblent souligner la phrase précédente « Avec le portrait de l’Auteur ». En invoquant les mânes de Rousseau aussitôt après s’être placée sous l’égide consulaire et paternelle de Napoléon Bonaparte, Briquet semble chercher une seconde protection, celle, devenue tutélaire pour les femmes, du maître des émotions consenties et des sentiments partagés, Jean-Jacques Rousseau. Placer en exergue ce second père, c’est là un moyen habile de s’attirer la sympathie de tous les esprits sensibles qui ont lu ou cru avoir lu cet aphorisme dans Julie ou la Nouvelle Héloïse. En réalité, l’expression était utilisée par l’amie de l’héroïne sur le mode interrogatif et jouait de l’ambiguïté des mots « âme » et « sexe » mis au singulier pour souligner la force des sentiments liant les deux amies et les craintes de la seule Claire (et de Rousseau ?) à l’égard de l’aliénation amoureuse93. Claire, peu pressée de se marier, s’exclame : « Dis-moi mon enfant, l’âme a-t-elle un sexe ? En vérité, je ne le sens guère à la mienne. Je puis avoir des fantaisies, mais fort peu d’amour. Un mari peut m’être utile, mais il ne sera jamais pour moi qu’un mari ». Transformée en affirmation, pluralisée et juxtaposée à un titre prometteur de savoirs inédits sur les femmes, la phrase semble devenir, grâce à Fortunée Briquet, une proclamation d’égalité : toutes les âmes se valent par delà la différence des sexes et les périssables exigences de la chair. Il pourrait y avoir là un intéressant et peut-être volontaire contre-sens sur le texte de Rousseau, à moins qu’il ne s’agisse d’un détournement inconscient car, pour Rousseau, la différence des sexes est une donnée intangible et Julie est femme, et rien que femme, malgré ses (im)mortelles vertus. D’ailleurs on peut se demander si en proclamant l’angélisme ou la transgénéricité de l’intellect (l’âme, comme au-delà du sexe), Briquet n’admet pas cependant l’existence de deux réalités contradictoires (âme/sexe) et n’est pas du même coup, comme toutes les disciples de Rousseau, empêtrée elle-aussi dans les contradictions du différentialisme et de ses justifications pseudo-médicalisantes. Autre hypothèse pour expliquer cette fausse attribution, la réminiscence vague d’un texte tombé dans l’oubli après la Révolution mais que Briquet mentionne dans son dictionnaire : les Nouvelles observations de Marguerite Buffet. Celle-ci affirmait en 1668 que « les âmes n’ayant point de sexe, il s’ensuit par conséquent que la beauté de l’esprit ne connoist point cette différence d’homme et de femme, et qu’elle est sans difficulté l’apanage de l’un et de l’autre sexe94 ». Faire de Rousseau le père d’une formule somme toute vague forgée par la pensée féministe du XVIIe siècle ajoute, en tout cas du piquant à une page de titre passablement encombrée.

  • 95 Mary Wollstonecraft (1759-1797), mal orthographiée « Walstooncraft », est citée une fois dans la n (...)
  • 96 Article d’août 1791 du Journal des Droits de l’Homme qui confronte listes de femmes célèbres et «  (...)

52Fille et survivante des Lumières, Fortunée Briquet n’a pas la rigueur philosophique d’un François de La Barre ou d’une Mary Wollstoncraft95. Elle ne sait pas dire clairement que « l’esprit n’a point de sexe » ou que les femmes possèdent « the gift of reason », mais ce n’est pas pour cela qu’elle adhère aux certitudes d’une partie de ses contemporain(e)s pour qui « la femme est toute entière dans son utérus » et vouée de ce fait à la procréation et au plaisir masculin. Dans un entre-deux difficile à penser et – sans doute – à tenir, les droits des femmes seraient seulement, pour l’auteure du Dictionnaire, ceux de l’intellect (« l’âme » ?) et de son développement par l’éducation. Pourtant derrière la timidité de ce slogan pseudo-rousseauiste, il y a une certitude forte que le livre éparpille sur plus de trois cent cinquante pages et cinq cent soixante-quatre notices : le nombre des femmes déjà instruites est si grand qu’elles ont fait la preuve de leurs capacités et on ne peut donc pas « sans injustice ne pas les admettre au timon des affaires »96.

  • 97 FBD, p. 93.
  • 98 Orthographe erronée : « Sachon » (FBD, p. 278). Cette religieuse défroquée (1631-1703), redécouver (...)

53Par son poids et sa structure même, le livre est en soi une démonstration de force, mais il ne faut pas cacher que celle-ci reste timorée et largement silencieuse. Jusqu’au bout rougissante de ses audaces (et ne pouvant et/ou ne voulant sans doute pas qu’il en fût autrement), Fortunée Briquet n’en affirme pas moins des vérités dont l’évidence restait encore à vulgariser et à consolider durablement : d’abord l’ancienneté, la diversité et la qualité du « mérite littéraire des femmes », mais aussi les reconfigurations constantes des rôles féminin et masculin tout au long des siècles et la nécessité d’une reconnaissance politique définitive de cette « énergie nouvelle » dont les héroïnes de son temps lui avaient donné l’exemple et la nostalgie. C’était faire la preuve par l’Histoire – Tallien et Corday délibérément confondues –, que l’association de Clio et de Sapho pourrait « régénérer » la société, c’est-à-dire la moderniser et y générer, dans le futur, de nouvelles formes de relations de genre97. Une conviction en forme de croyance et d’espoir sur laquelle s’achève le second avant-propos, mais que ne développe – curieusement – qu’une seule notice, celle consacrée à une ancienne religieuse devenue femme de lettres, Gabrielle Suchon98. La parole de cette dernière, exactement maintenue entre des guillemets et noyée dans des informations d’ordre strictement biographique, semble si peu offensive qu’on pourrait douter de son appropriation par Fortunée Briquet :

« l’autorité, la liberté et la science, qui rendent les hommes si importans dans le monde, ne leur sont pas si exclusivement propres, que les femmes ne puissent avoir part aux mêmes avantages, et que si elles en sont privées, c’est plutôt un effet de la coutume qu’une marque de leur incapacité naturelle ».

54Observations bien timides quand on les compare à d’autres textes de Suchon et plus encore aux propositions concrètes faites pendant la Révolution par certaines déclarantes des droits des femmes : Olympe de Gouges ou Mary Wollstoncraft. Observations cependant qui n’en sont pas moins fortement revendicatives quand vient juste de s’apaiser la controverse lancée par Sylvain Maréchal sur le droit de lire et à laquelle furent mêlées plusieurs des amies de Briquet : Pipelet, Gacon-Dufour... Observations surtout qui tirent leur sel de ce qu’elles permettent à Briquet, usant de la parole de l’autre, de prendre parti et de le faire plus hardiment qu’il n’est de coutume dans un dictionnaire. L’usage rare, comme on l’a vu, de la citation d’écrivaine prend dès lors une signification particulière et délimite un discours subliminaire qui met en valeur les positions féministes de Briquet et leurs ambiguïtés.

  • 99 FBD, p. 197, 295 et 102.
  • 100 L’opposition moralité versus activité littéraire, récurrente dans le Dictionnaire, a des implicati (...)
  • 101 FBD, p. 83-84. Duboccage sert encore d’exemple car « pour une amie des lettres, la vieillesse est (...)

55Faut-il souligner encore une fois le centrisme – littéral – de nombre d’opinions émises par un Dictionnaire que l’auteure parsème de « trop » que je souligne99 ? Ainsi Jacquette Guillaume fut « une des femmes qui ont porté trop loin l’amour de leur sexe » puisqu’elle soutint la supériorité des femmes sur les hommes. Une condamnation identique s’abat sur la comtesse de Suze : « son enthousiasme pour la littérature fut poussé trop loin, car il lui fit négliger ses affaires domestiques, qui ne tardèrent pas à se déranger ». Quant à la dissertation d’une demoiselle Archambault (Lequel de l’homme ou de la femme est plus capable de constance ?), elle aurait dû, par son mérite et dès 1750, « terminer ce débat si souvent renouvelé, et également injurieux pour les deux sexes ». De même on pourra s’étonner, et peut-être s’exaspérer, de l’utilitarisme plat des raisons d’instruire les femmes qui figurent dans le premier avant-propos : c’est la vocation sexuelle des femmes (celle de séduisantes amantes, de vertueuses et patientes épouses, de bonnes mères, voire de grands-mères enjouées) qui justifierait leur accès précoce aux livres car, non seulement « on ne dénature point le sexe en le perfectionnant », mais mieux encore on le rend attractif tout au long de la vie en lui donnant de l’instruction. En effet grâce à l’exercice des sciences et des lettres quand il n’est pas excessif100, l’ennui s’éloigne et l’immoralité recule pour le bonheur propre des femmes, mais aussi pour le plus grand bénéfice de leurs compagnons101.

  • 102 FBD, p. 102, 120, 258 et 263. Sur Thiroux d’Arconville (1720-1805), Marie-Laure Girou-Swiderski(...)

56Pourtant d’autres apartés dans le corps des notices tissent un discours aux tonalités moins lénifiantes et dénoncent notamment les pratiques de l’anonymat littéraire des femmes et « le préjugé qui condamne les femmes à ne point écrire ». Les notices consacrées à Beaumont, Pipelet, et Raoul le disent clairement, mais dès les premières pages, le prête-nom de Briquet qu’est l’historienne et femme de sciences Geneviève Thiroux d’Arconville peut servir d’exemple d’un discours plus véhément qu’il n’y paraît : « Affichent-elles la science ou le bel esprit ? si leurs ouvrages sont mauvais, on les siffle ; s’ils sont bons, on les leur ôte ; il ne leur reste que le ridicule de s’en être dites les auteurs »102.

  • 103 FBD, p. 308-309. Girondine et collaboratrice de La Décade, Helen Maria Williams (1769-1827) s’étai (...)

57En poussant à « combattre avec force les préjugés qui oppriment son sexe », certaines des femmes de lettres intronisées par Fortunée Briquet participent, comme leur biographe, à un combat proprement politique, et même si l’exercice des droits liés à la citoyenneté n’est plus revendiqué à haute voix par elles toutes, l’évocation de quelques contemporaines comme la Britannique Williams permet à l’auteure du Dictionnaire d’assurer devant la postérité : « En vain dira-t-on qu’une femmes ne doit point se mêler de politique : quand la cause est belle, qu’importe le sexe de ceux qui la défendent ? »103.

Conclusion : Sapho sous le regard des Aigles

  • 104 Jack Goody, La Raison graphique, Paris, Minuit, 1979, p. 140-196.
  • 105 Sept femmes de lettres au moins sont comparées à Sapho pour leurs œuvres poétiques : une abbesse t (...)

58L’histoire s’écrit au présent et le Dictionnaire de Fortunée Briquet, tout comme ses commentaires, passés et à venir, ne saurait échapper au poids des questions que dessinent à la fois l’état – toujours mouvant – des relations de sexe, et les préoccupations – individuelles et collectives – de ceux et de celles qui en font l’interprétation. La mise en liste est le début de toute science, comme l’a bien montré Jack Goody104, elle est aussi le fruit d’un tri, donc de choix idéologiquement orientés et plus ou moins arbitraires. Tout dictionnaire en exhibe les traces. Celles que nous a léguées la Niortaise révèlent la richesse et les limites d’un féminisme sur la défensive, celui d’une poétesse qui, sous le regard des Aigles, veut chanter toutes les Sapho qui l’ont précédée. Figure du ventriloquisme masculin plus que du désir charnel, lesbien ou non, l’aède antique est alors, comme le rappelle Joan DeJean, l’image cristallisée de « la voix primale du désir littéraire des femmes105 ».

  • 106 La Décade, an XII/4e trimestre, p. 47-48. Galamment le journaliste précise qu’on reprocha parfois (...)
  • 107 Charles Pougens, op. cit., p. 137.

59Parce qu’il est un livre de la célébration, on ne peut s’étonner des lacunes, omissions ou fautes – inévitables – que comporte l’ouvrage de la jeune Briquet : un très petit nombre de données erronées, quelques rubriques trop peu nourries, des provincialismes formels dont l’un, au moins, fut relevé par un journaliste de la Décade et s’inscrit, comme par hasard, dans une phrase où figure le mot « erreur » : « Je n’ai cependant pas regardé qu’ils fussent toujours exempts d’erreurs106. » Fruits d’une certaine naïveté et du désir de multiplier les entrées d’inconnues, ces maladresses sont finalement de peu d’importance au regard de la masse d’informations que charrie le livre. Car, ainsi que l’écrit ce même journaliste, « tous les articles ne sont pas, ne peuvent pas être également intéressans ». Globalement et ainsi que l’annonçait Pougens dès 1802 : « au mérite de la plus scrupuleuse exactitude dans les faits, se joint l’inappréciable avantage d’un style facile, naturel, toujours en harmonie avec le sujet, ce qui est le signe non moins équivoque d’un talent vrai107 ».

  • 108 FBD, p. 80 et titre.

60Il vaut mieux s’interroger sur les biais psychologiques et les implications politiques d’une construction qui se veut « nationale », mais aussi « utile et agréable ». Sous la modeste injonction horacienne de l’utile dulce, quelle utilité et quel agrément pouvait-on attendre d’un ouvrage prétendant n’évoquer qu’un « assez grand nombre de femmes », les Françaises ou naturalisées en France qui ont brillé dans les sciences, les lettres et le mécénat littéraire108 ? En attendant le recensement exhaustif des exemplaires accessibles dans les grands fonds publics et le dépouillement – aléatoire et jusqu’ici infructueux – d’inventaires de bibliothèques privées, la réponse est à rechercher d’une part dans les rares échos – tous journalistiques – d’une réception encore mal connue et d’autre part dans leur confrontation avec les intentions, explicites et implicites, de l’auteure. Celles qu’énonce le premier avant-propos, celles que renforcent ou contredisent des remarques éparses dans le texte des rubriques.

  • 109 Comptages approximatifs donnés à titre indicatif : ils ne tiennent pas compte des lignes incomplèt (...)
  • 110 L’abbé Jean Lebeuf, Dissertations sur l’Histoire ecclésiastique et civile de Paris, Paris, Lambert (...)

61Au total, on l’a vu, les articles du Dictionnaire fournissent près de six cents noms de femmes dignes d’être connues. Parmi elles, une vingtaine d’étrangères, le double de mécènes, deux cents poétesses, une myriade de traductrices et si, dans cette longue liste, les (quasi) contemporaines de Fortunée Briquet sont sur-représentées, il faut noter l’importance des cohortes des siècles précédents : 7 % ont vécu au Moyen-Age, 12 % pendant une Renaissance prolongée aux années 1610, plus encore (27,5 %) au XVIIe siècle et le double (52,5 %) au XVIIIe. Il faut aussi s’émerveiller que la répartition des notices les plus substantielles soit équilibrée entre tous les siècles avec un palmarès qui donne cependant aux amies, de chair ou de papier, la préférence : Deshoulières, Dacier et Dubocage viennent en tête avec, respectivement, 209, 197 et 152 lignes dans l’édition originale109. Elles sont suivies par Madeleine de Scudéry (138 lignes), Roland (109), Calage (103), Beauharnais (92), Labé-Perrin (85), Anne de Bretagne (80), Catherine Desroches (77), etc. Ce sont là des notices dont la longueur est d’abord due aux affinités personnelles de Briquet avec ces femmes : goût pour la poésie, volonté systématique de réhabilitation, relations privilégiées avec certaines contemporaines, attachement à des Poitevines du passé comme Maintenon ou Monbel, etc. Mais la taille de ces notices dépend aussi et plus encore d’une documentation inégalement riche et accessible, celle des commentaires critiques et celle des œuvres elles-mêmes. Ainsi les 62 lignes consacrées à Christine de Pizan (« la dame Castel ») montrent que l’auteure de La Cité des dames n’est connue que de façon indirecte. Certes elle est déjà considérée comme une des plus grandes femmes de lettres françaises et l’on connaît l’existence des manuscrits enluminés de la Bibliothèque nationale et de quelques incunables et autres éditions ultérieures110. Pourtant si l’énumération des textes, abondants, de Pizan permet à Briquet la rédaction d’une notice en apparence riche et longue, il est évident qu’elle n’a pas lu les écrits de « Dame Castel » et n’en parle que par ouï-dire.

  • 111 Première phrase du journaliste de La Décade, an XII/4e trimestre, p. 47 ; FBD, p. 80. Sur la modér (...)

62Cette masse d’informations et l’hétérogénéité des éléments qui la composent ne semblent pas surprendre les contemporains, sans doute habitués à lire ou consulter des compilations de ce genre : « Ce que plusieurs littérateurs ont fait pour les écrivains illustres de tous les pays en général ou de leur patrie en particulier, madame Fortunée Briquet l’a entrepris pour les Françaises qui ont cultivé les lettres avec plus ou moins de succès »111. Hyperbole louangeuse et dépréciation subreptice caractérisent cet article de La Décade. Il ne dit rien du nombre des femmes présentées et Briquet elle-même se contente de le déclarer « assez grand », tout en se disant fière qu’elles soient toutes et sans discrimination « réunies dans un Dictionnaire qui leur soit exclusivement consacré ». Par contre, c’est une procédure d’admission sans discrimination que semble récuser le journaliste, convaincu de l’infériorité littéraire de la plupart des femmes. Cette absence – relative – de jugement sur la qualité des œuvres prises en compte dénote, selon lui, une écrivaine « zélée pour la gloire de son sexe » mais aussi une femme éprise de culture en un temps de dépréciation des activités littéraires et artistiques par ceux mêmes – des hommes « à la bassesse asiatique » – qui s’y livrent. Il est pour cela heureux de remarquer, en le soulignant dans le texte, « le respect senti qu’elle annonce à chaque page pour les nobles fonctions du littérateur ».

63Un deuxième trait du Dictionnaire attire l’attention de la Décade, c’est l’association, particulièrement nouvelle à ses yeux, des femmes-auteurs et des protectrices des lettres. Cette association qui fait la fierté de sa conceptrice (elle en fait l’annonce dans le titre et dès le premier paragraphe) intéresse à tel point le journaliste qu’il va jusqu’à regretter que n’aient pas été placées « dans cette brillante galerie, les femmes qui ont cultivé ou qui cultivent encore avec succès les beaux-arts ». Il croit pouvoir affirmer que pour les inclure, « les additions auraient été peu nombreuses », mais il doit admettre, en note, qu’en mentionnant les artistes « qui se sont fait connaître à la fois dans la littérature et dans les arts » comme Chéron et Vincent (ci-devant Guiard), Briquet a suivi un plan cohérent et sans lacune.

  • 112 Suggestion qui m’a été faite par Dominique Godineau et que confirme Christine Fauré (op. cit., p.  (...)
  • 113 Le Monde, jeudi 6 mars 2003, p. 7 (enquête passant, à dire vrai, sous silence le problème de la se (...)

64Le cosmopolitisme de la nomenclature – « nationale » – de Briquet est, pour nous sinon pour ses propres contemporains, un autre élément distinctif de ce livre. Il y a là une vision hégémonique et sans complexe du français qui est quelque peu paradoxale : elle reflète certainement la place encore occupée par cette langue dans la culture et les relations de pouvoir dans l’Europe post-révolutionnaire, elle promeut aussi une sorte d’internationalisme pré-prolétarien, celui de la moitié opprimée du ciel et des étranger(e)s, désormais privé-e-s les unes et les autres de tout espoir d’acquérir en France le droit à la citoyenneté active112. En retour, l’intégration de ces « étrangères », en fait quelques brillantes bilingues, dans la nomenclature des femmes de lettres établie par Fortunée Briquet, contribue à faire sortir de l’ombre des littératures non-francophones et permet d’allonger la liste des femmes de lettres dignes de considération. Cette double reconnaissance n’est qu’implicite ici (alors qu’elle est théorisée par Staël) mais elle nous frappe d’autant plus aujourd’hui que des historiens et des politiques des deux sexes se sont récemment interrogés sur l’existence potentielle de panthéons paritaires et transnationaux et sur le rôle qu’ils pourraient jouer dans la construction d’une identité européenne débarrassée de ses chauvinismes spontanés et soudée par une mémoire commune non sexiste113.

  • 114 Une définition qui n’est peut-être pas celle de Briquet, muette sur ce qu’elle entend par « natura (...)
  • 115 FBD, p. 307-309 (dans le texte original, 47 lignes sur Wasse (1769-1802) et 51 sur Williams (1769- (...)

65Avec deux habitantes de la Prusse, les « étrangères naturalisées » sont une vingtaine à avoir une notice personnalisée dans le dictionnaire, tandis que d’autres non-Françaises sont éparpillées dans tout l’ouvrage. Présentes dès la page de titre, ces femmes ne sont nulle part définies en tant que telles, pas plus que n’est justifiée leur inclusion sporadique. Aussi est-ce leur lieu de naissance hors de l’Hexagone qui, faute de mieux, permet aujourd’hui de les distinguer des « nationales » au sens étroit114. Les articles qui leur sont consacrés, généralement assortis de considérations élogieuses ou pacifistes, font la preuve de l’intérêt marqué par Fortunée Briquet pour les littératures autres, italiennes et germaniques au premier chef, mais aussi pour des œuvres qui, nées hors de France, n’en sont pas moins francophones. Ainsi c’est avec une émotion mal retenue que Fortunée Briquet évoque une de ses probables amies, la traductrice bruxelloise, Cornélie de Wasse, dont « les voyages développèrent l’esprit juste et observateur » et qui mourut « de la joie qu’elle ressentit à la nouvelle de la paix générale […] le 13 germinal an 10 »115. Admiratrice du polyglottisme et du courage nécessaire aux exilées et autres traverseuses de frontières, nombreuses en ces temps troublés, Fortunée Briquet n’en est pas moins fière de déclarer que son livre est un ouvrage « national » et si ce trait ne suscite aucun commentaire de sa part (ni de la part de ses critiques), il n’est pas sûr qu’il faille donner à cet adjectif un sens dénué d’implications à la fois féministes et patriotiques.

  • 116 FBD, p. 87. Un étrange étalage d’érudition au service de la mission civilisatrice des femmes ? Alc (...)

66L’emploi revendiqué du terme « national » pourrait n’être qu’un argument publicitaire proclamant l’originalité d’un ouvrage centré sur les seules littératrices et locutrices de langue française quand, on l’a vu, la plupart des dictionnaires de femmes célèbres, avaient, auparavant, eu des prétentions universalistes. L’adjectif pourrait aussi être une manière de réclamer, pour les seules femmes francophones, une gloire que leurs compatriotes de sexe masculin gagnent alors par les armes aux quatre coins de l’Europe. La peinture de l’action civilisatrice des religieuses de l’abbaye de Chelles au IXe siècle recourt étrangement au vocabulaire révolutionnaire des missionnaires bottés de la patrie en danger : « Bertille, ayant fait un choix parmi ses élèves, et les ayant munis de livres nécessaires à leur mission, les envoya dans une terre étrangère, qui nous donna depuis Alcuin »116. Mais la « naturalisation » de quelques étrangères dans un dictionnaire « national » est, peut-être et surtout, le signe d’une des nombreuses contradictions intimes de Fortunée Briquet tiraillée entre des rêves républicains et féministes de concorde et sa fascination pour un imperium botté qu’elle peut encore croire pacificateur.

  • 117 FBD, p. 78 et 79. Voir les articles « Etrangers » et « Nation/nationalité » de Jean-René Surrateau(...)

67Le fait d’être Française et fière de l’être la place en effet dans une position paradoxale. Quand ne cesse de se renforcer la législation – thermidorienne puis consulaire – sur « les étrangers », comment servir la cause – transnationale – des femmes ? Quand Alexandre éclipse Solon et Charlemagne, ces trois visages du Consul auquel elle dédie son livre, comment se contenter d’être l’Homère d’un nouvel Achille sans se souvenir des idéaux républicains qui ont un temps élu à la Convention l’Américain Payne et l’Allemand Cloots et donné des brevets de citoyenneté française à Pestalozzi et Schiller117 ? La trace de cet embarras se lit peut-être (et se résoud d’ailleurs en partie) dans la construction de l’avant-propos. Par le passage du passé au présent, des héros antiques à Bonaparte, des protecteurs masculins aux femmes actuelles, Fortunée Briquet semble vouloir démontrer, à l’aide des preuves littéralement « vivantes » offertes par les écrits de ses amies et les siens propres, qu’un autre avenir est possible pour les femmes une fois abattus les despotismes récents (monarchique, puis montagnard) qui bridaient leurs talents. Leur perfectibilité étant désormais attestée par une histoire longue que content une partie de l’avant-propos et la totalité du texte qui suit, l’actuel « mérite littéraire » de ses contemporaines, fortement affirmé dans les dernières lignes de ce même avant-propos et dans les notices des auteures vivantes ou récemment décédées, montre qu’elles ont trouvé (elle dit « repris ») leur « énergie » et sont dignes d’intégrer un ouvrage qui, comme l’annonce le titre, va « jusqu’à nos jours ».

  • 118 FBD, p. 93 et La Décade, op. cit., p. 47 et 48. La signification de l’ordre de ces listes reste à (...)

68Ce « jusqu’à nos jours » mérite d’autant plus considération qu’il est le point que met le plus en valeur (il y revient deux fois) le journaliste de La Décade, impressionné par la présence de femmes vivantes dans le Dictionnaire. Saluée comme une performance, cette intégration des « dames Genlis, Staël, Flahaut, Saint-Léon, Cotin, Keralio-Robert, Beauharnais, Pipelet, Viot, Laférandière, Joliveau », est d’abord ressenti par lui comme une difficulté majeure, ici habilement résolue « avec une dextérité qui ne peut qu’être approuvée ». Par « sa façon de penser, fière, libre, indépendante […], c’est avec la plus aimable franchise que madame Fortunée Briquet paie un juste tribut d’éloge à ses contemporaines et rivales. Qu’on lise pour s’en convaincre, les articles de mesdames de Montolieu, de Staël, Pipelet et autres118 ». En fait « l’idée de nommer dans ce Dictionnaire les Femmes vivantes », jugée comme une pure prouesse diplomatique par le journaliste, est bien autre chose : c’est sans doute la pièce maîtresse d’une démonstration politique, proprement féministe et qui place, pour cela, au centre de ce nouveau dispositif de reconnaissance de la femme-auteur, Fortunée Briquet elle-même. Une auto-promotion autant qu’une exaltation de la valeur de ses consœurs et contemporaines. Une affirmation dédoublée des capacités féminines qu’entérine sans hésitation l’article louangeur de La Décade.

69C’est du même coup avec une certaine amertume qu’on lit la conclusion du principal laudateur du Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique car son compte-rendu s’achève par l’évocation aimable des traits physiques d’une jolie femme de vingt-deux ans. C’est là un triste retour – mine de rien ? – à la galanterie la plus banale et à son usage par la misogynie ordinaire. Un juste retour sur les ambivalences d’un panthéon dressé en l’honneur de toutes les femmes, mais qui est aussi un monument de soi pour soi. Le journaliste de La Décade définit mieux que quiconque la possibilité genrée de lectures multiples, mais au bout du compte il en réduit dramatiquement la portée en jugeant que ce livre est apte à exalter mais aussi à moraliser… « le sexe » :

Comment ce livre n’aurait-il pas de succès ! Les femmes estimeront celle qui emploie ses connaissances et son esprit à faire l’éloge des femmes. Les hommes applaudiront à l’heureuse exécution d’un ouvrage utile qui manquait à la littérature, et qui peut exercer sur la plus belle moitié du genre humain une influence salutaire. Mais si quelques êtres moroses et atrabilaires voulaient censurer l’ouvrage et l’auteur ! Oh ! madame Fortunée Briquet a pris un moyen infaillible de les réduire au silence : elle a fait graver son portrait en tête de son livre. Et même, lorsqu’un livre a comme celui-ci un mérite réel, il n’y a jamais d’inconvénient à faire connaître au public que celle qui l’a composé est une jolie femme, et que cette jolie femme n’a que vingt-deux ans !

70Véritable « antiquaire » de la cause des femmes, Fortunée Briquet a composé ce qui peut apparaître comme un memento, un bréviaire et un programme. Écrit en l’honneur d’une culture féminine lettrée, ancienne et franco-centrée, méconnue et menacée, son livre, bref et riche, fait du passé une arme pour le futur et créée un réservoir stable de savoirs mobilisables par toutes les femmes qui lisent ou peuvent entendre lire les hauts faits et les écrits de leurs devancières pour mieux façonner leur présent.

  • 119 La diversité des usages de ce type d’écrits est bien illustrée par le cas du scribe de village, Pi (...)

71Parce que ce projet d’une mémoire féminine commune est travaillée de l’intérieur par les préoccupations personnelles d’une très jeune provinciale en quête de reconnaissance, il n’en est pas moins aussi une œuvre à maints égards autobiographique, chargée d’affectivité consentie et de partis-pris inavoués. Fait de souvenirs disparates de lecture, de marques d’ambitions stylistiques, de traces d’amitiés diverses et de bribes d’amertumes cachées, tout dictionnaire est texte et celui-ci autant qu’un autre. C’est une œuvre littéraire pour sa créatrice comme pour ses lectorats successifs, passés, présents et à venir119. Des femmes et des hommes, des militant(e)s politiques et des bibliophiles narquois(es), des misogynes et des généalogistes, des esthètes et des historien(ne)s de l’art et du social, des moralistes et des amateur(e)s de textes d’actualité, d’autres encore, peut-être...

  • 120 Un détournement qu’il faut souhaiter ironique et qui paraphrase l’affirmation d’Aimée de Coigny (J (...)
  • 121 Sabatier de Castres, op. cit., t. II, p. 135 (notice de Guibert).

72Que seraient l’Antiquité sans ses grands hommes et leurs misères, les églises catholiques sans leurs saints et leurs souffrances exemplaires, la conscience féministe sans ses héroïnes et leurs savoureuses cuisines120 ? Pourtant, comme le disait un des compilateurs favoris de Fortunée Briquet, l’abbé Sabatier de Castres, « ce ne sont pas les louanges qui font vivre les écrits ; c’est aux écrits à vivre par leur propre mérite, & à justifier les louanges »121.

73Panthéon à poursuivre et (dé)construire, le Dictionnaire de Fortunée Briquet vaut à tout le moins la peine d’être revisité et – si possible – compris, c’est-à-dire intégré dans la chaîne ininterrompue de l’écriture, au féminin pluriel, de l’histoire.

Notes

1 Expression tirée de l’article du Nouvel Almanach des Muses (1804, p. 5) et utilisée pour justifier l’existence d’un portrait de Fortunée Briquet dans le numéro de l’année précédente.

2 On ignore pourquoi aucun poème de Fortunée Briquet n’a été publié dans l’Almanach des Muses, qu’elle cite abondamment (une douzaine de renvois dans son Dictionnaire) car cet annuel a fait appel à 103 poétesses entre 1765 et 1833 (48 avant 1804) sur un total de 1550 auteurs, soit 6,6 % de femmes (Frédéric Lachèvre, Bibliographie sommaire de l’Almanach des Muses, Paris, Giraud-Badin, 1928, p. 11-183). A noter que neuf d’entre elles ont vu imprimer leurs vers dans au moins neuf numéros : il s’agit de Bourdic-Viot (31 numéros entre 1769 et 1813), Pipelet-Salm (19 entre 1795 et 1825), Dufresnoy (19 entre 1786 et 1826), La Férandière (17 entre 1779 et 1808), Beauharnais (15 entre 1772 et 1803), Desbordes-Valmore (13 entre 1815 et 1831), Babois (11 entre 1800 et 1816), Montanclos (10 entre 1775 et 1817), Joliveau (9 entre 1802 et 1828). Sur ces poétesses (sauf Marceline Desbordes-Valmore, 1786-1859, active après la mort de F. Briquet), voir le Dictionnaire de celle-ci, ainsi que les chapitres consacrés à Dufrenoy, Montanclos, Babois et Beauharnais par Alfred Marquiset (op. cit.), l’ensemble du numéro des Cahiers Roucher-André Chénier : « Poétesses et égéries poétiques, 1770-1830 » (no 17-1998) et les enquêtes de Christine Planté, dont Femmes poètes du XIXe siècle. Une anthologie, Lyon, PUL, 1998.

3 Entre autres usager-e-s explicites du dictionnaire : Bonnie Smith (« The Contribution of Women to Modern Historiography in Great Britain, France, and the United States, 1750-1940 », American Historical Review, 1984, vol. 89/3, p. 714, et The Gender of History, Cambridge, Harvard U. P., 1998, p. 51), Carmetta Abbott et Hannah Fournier (Les Jumeaux martyrs (1650) de madame de Saint-Balmon, Genève, Droz, 1995), Carla Hesse (op. cit., p. 38 et 135-136), Jean-Pierre Poirier (Histoire des femmes de science en France, Paris, Pygmalion, 2002) et Jean-Clément Martin (La révolte brisée. Femmes dans la Révolution française et l’Empire, Paris, Colin, 2008). Plus récemment, Sandrine Aragon (« L’histoire des femmes revue et corrigée par les femmes ? Trois traits sur les femmes célèbres publiés par Mmes Galien, Briquet et Genlis », in Sylvie Steinberg et Jean-Claude Arnould (dir.), Les femmes et l’écriture de l’histoire, 1400-1800, Rouen, Publications des universités de Rouen et Le Havre, 2008, p. 367-379), Isabelle Ernot (« Masculin/féminin dans les dictionnaires et recueils de biographies féminines (début XIXe-années 1860) », in Nicole Pellegrin éd., Histoires d’historiennes, Saint-Etienne, PUSE, 2006, p. 67-84), Jean-Luc Chappey, op. cit., p. 257-258, etc.

4 AD. 79 : 2 F 1.

5 Louis-Sébastien Mercier, op. cit., t. VI, p. 294-296 (ch. DXXX : « Dictionnaires »). Voir Geneviève Bollème, Dictionnaire d’un polygraphe. Textes de L. S. Mercier, Paris, 10/18, 1978 (p. 134, 140 et p. 294-296). Tout comme L’Année littéraire de Fréron (1755/5, p. 3 ; 1768/1, p. 314 ; etc.), la Correspondance littéraire de Grimm a souvent l’occasion de se moquer de la mode des « compilations en tout genre et de toute espèce » (Paris, Furne, 1829-1831, t. VI, p. 173, 491 ; t. VIII, p. 56 ; t. XIV, p. 21 ; t. XV, p. 24 et 162 ; etc.). Auteur lui-même de nombreux almanachs et dictionnaires biographiques, Sylvain Maréchal s’amuse de cette prolifération aux dernières pages de son sulfureux Dictionnaire des honnêtes gens (Paris, Gueffier, 1791, p. 113-127). Voir aussi E. de Salverte, op. cit., p. 377-378.

6 Un même « dictionnaire » peut d’ailleurs mêler, à des fins polémiques, des citations en forme de définitions qui concernent aussi bien des institutions et des personnages que des savoirs techniques (Esprit, pensées et maximes de l’abbé Maury, Paris, Cuchet, 1791). Pour cela, la présence de nombreux dictionnaires sur leurs rayonnages est un argument publicitaire de taille pour les libraires et autres propriétaires de cabinets de lecture (Bernadette Braud, « La diffusion des dictionnaires au siècle des Lumières : les cabinets de lecture (1764-1789) », in Frédéric Barbier et al. (dir.), L’Europe et le livre, op. cit., p. 209-225 ; Sabine Juratic, « Du livre à l’écriture : libraires-auteurs à l’âge des Lumières en France », Revue française d’histoire du livre, no 114-115/2002, p. 181-204).

7 Compte-rendu, globalement louangeur et non signé, dans La Décade (an XII-4e trimestre, p. 45-48) sur lequel on reviendra en conclusion.

8 FBD, p. 80.

9 Almanach des Muses de l’École Centrale des Deux-Sèvres (..) an VII, p. 140. À noter l’importance de la marquise de Sévigné dans la fabrication identitaire des « femmes auteurs » (Manon Roland, Mémoires, Paris, Mercure, 1966, p. 239 ; Stéphanie de Genlis, passim ; Sophie Gay, Le Marquis de Pomenars, Paris, Ladvocat, 1820, p. II ; lady Morgan, op. cit., t. II, p. 324-5 ; Décade, 2e trim. an XII, p. 368-371). F. Briquet a au moins lu le recueil du compilateur jansénisant, l’abbé Barral (Sevigniana ou Recueil de pensées ingénieuses, d’anecdotes littéraires, historiques et morales (Grignan, s. n., 1756) qu’elle cite (FBD, p. XIII et 83-84 et 287-289).

10 Eusèbe de Salverte prétend qu’à la fin du XVIIIe siècle, « l’opinion ne vouait plus au ridicule les femmes qui s’occupaient de littérature » et que, dès lors, « leur esprit put embrasser une carrière plus étendue que celle des Romans » (op. cit., p. 352). Neuf ans auparavant, Staël (De la littérature, Paris, Flammarion-GF, 1991, p. 333) est plus réaliste à propos « Des Femmes qui cultivent les lettres » : « dans les monarchies, elles ont à craindre le ridicule, et dans les républiques la haine ». Quant à Pipelet, son ton est déchirant lorsqu’elle rappelle les sarcasmes masculins et la caution moliéresque de leur mépris (Epître aux femmes, Paris, Desenne, an V-1797, p. 10). A comparer avec des avis féminins en apparence contraires (Demonceaux, L’esprit de Madame de Genlis, Paris, Maradan, 1806, p. 105).

11 FBD, p. 80.

12 Expression qui figure encore dans l’avant-propos du Dictionnaire (FBD, p. 81) pour s’en excuser et souhaiter des corrections qu’intégrerait « une seconde édition ».

13 La Décade, no 10 (pluviôse an X), p. 223-227 ; Journal du département des Deux-Sèvres, no 28, 20 pluviôse an X, p. 222 ; Bibliothèque Française, 2e année, no XI (ventôse an X-mars 1802), p. 124-127. Texte à comparer avec le premier paragraphe de l’avant-propos du Dictionnaire, nettement plus hardi : « Cet ouvrage national n’existe point. J’ai osé l’entreprendre ; et c’est après quatre années de travaux que je le présente au public » (FBD, p. 79).
L’appel « Aux Auteurs de la Décade philosophique » s’accompagne d’un exemple de notice bio-bibliographique qui « ne peut donner qu’une idée avantageuse de la manière qu’elle a adoptée » ; il s’agit d’une des plus longues et des plus curieuses, celle d’Anne-Louise Elie de Beaumont (1729-1783) qui fut soupçonnée d’écrire les textes de son mari et non – cliché plus fréquent – d’avoir signé des lignes qui n’auraient pas été d’elle. Voir FBD (p. 119-121 : reprise à l’identique de la notice parue dans La Décade) et son obsession du rôle de prête-nom assigné aux femmes avec ou sans leur accord. La savante traductrice helléniste, Anne Dacier (1651-1721) serait, selon Palissot, « peut-être la seule de nos femmes célèbres à qui personne n’a jamais disputé ses ouvrages » (FBD, p. 155 ; voir aussi p. 109, 113, 131, 137, 165, 215, 223, 287, etc.). Des larcins littéraires patents dont les femmes seraient fréquemment victimes, sont dénoncés par ailleurs (FBD, p. 107, 127, 162, 185, 233, 297) mais ils peuvent n’être dus qu’à des phénomènes de mode qui mettent en circulation certains sujets (exemple des tragédies de Marie-Anne Marron, 1725-1778 ; ibid., p. 236).

14 Sur la « statistique » (science de la description autant que du dénombrement) et les questionnaires qui en permettent la réalisation pendant la Révolution et au delà, voir, entre autres, Jean-Claude Perrot, « L’âge d’or de la statistique régionale (an IV-1804) », Annales historiques de la Révolution française, 44, avril-juin 1976, p. 215-276 ; Marie-Noëlle Bourguet, « Race et folklore. L’image officielle de la France en 1800 », Annales E. S. C., 31, juillet-août 1976, p. 802-823. Selon le comte de Villeneuve-Bargemont (Statistique du département des Bouches-du-Rhône avec Atlas (...), Marseille, 1821-1829, t. 3, p. 282), « dans toutes les Statistiques, les deux articles qui satisfont le plus les habitans du pays, sont les Statistiques Communales et les Hommes Illustres ».

15 Ladvocat attaque Moreri dans la préface de son Dictionnaire historique-portatif (Paris, Didot, 1755, t. I, p. III). Sur le goût de l’annotation à prétention scientifique partagé par les « premières historiennes », voir Natalie Davis, op. cit. et Nicole Pellegrin, « L’histoire et son annotation. La mise en scène des sources par trois historiennes du XVIIIe siècle : Lussan, Thiroux et Keralio », in Jean-Claude Arnould et Sylvie Steinberg (dir.), Les femmes et l’écriture de l’histoire, Rouen, PURH, 2008, p. XX.

16 FBD, p. 80 (premier avant-propos).

17 Dans le corps des notices par contre, ces textes font parfois l’objet de référencements précis et attestent de lectures réelles et multiples (voir, par exemple, sur les éloges écrits par ou sur des femmes de lettres : FBD, p. 119, 136, 190, 213, 235, 281, 288, 290, 299, etc.).

18 Ces textes sont aussi cités dans le corps d’une demi-douzaine de notices (FBD, p. 122, 175, 188, 201, 258, 266, 287), ce qui pourrait attester d’une fréquentation directe de ces ouvrages, tout comme ce fut le cas pour celui de Dreux-Duradier (FBD, p. 206 et 298).

19 Les Bibliothèques françoises, Nouvelle édition (..) par M. Rigoley de Juvigny, Paris, Saillant et Nyon, 1772-1773, 6 vol.– Sur François Grudé, sieur de La Croix du Maine (1552-1592) et Antoine Du Verdier, sieur de Vauprivas (1544-1600), voir Michel Simonin (dir.), Dictionnaire des lettres françaises. Le XVIe siècle, Paris, Fayard, La Pochothèque, 2001 (p. 453 et 661-662). Du Verdier est aussi l’auteur, entre autres, de La Prosopographie, description de personnes insignes (Lyon, 1573).

20 Jean-François Dreux-Duradier, Bibliothèque historique et critique du Poitou, Contenant les vies des Savans de cette province, depuis le 3e siècle jusqu’à présent (..), Paris, Ganeau, 1754, 5 vol.– Deux notices au moins s’y réfèrent, celles de Jeanne d’Albret et de Catherine de La Trimouille, abbesse de Sainte-Croix de Poitiers (FBD, p. 206, 299).

21 Pas de localisation cependant des manuscrits d’Elisabeth de Dreuillet, de Jeanne de La Fontaine, d’Herrade de Lansperg et de « la belle Laure de Pétrarque », respectivement mortes en 1730, « vers 1536 », « au commencement du 12e siècle » et en 1348 (FBD, p. 170, 211, 214, 278).

22 Ces mentions attesteraient peut-être d’affinités marquées, voire d’amitiés personnelles avec telle ou telle de ses contemporaines (FBD, p. 98, 151, 151, 191, 196, 207, 240, 254, 302, 307).

23 FBD, p. 188. Voir Marc Angenot, Les champions des femmes. Examen du discours sur la supériorité des femmes, 1400-1800, Montréal, Presses de l’université du Québec, 1977, p. 78 ; Eliane Viennot, La France, les femmes et le pouvoir. II.– Les résistances de la société (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Perrin, 2008, p. 405.

24 FBD (p. 269-270 : notice « Robert, Louise-Félix Guynement de Keralio ») fait l’éloge de « son estimable auteur » et de « l’intéressant tableau de l’état des lettres dans les Gaules ». Quelques lignes sur la mère de Louise de Keralio (p. 184) à laquelle la Collection est dédiée (Carla Hesse, op. cit., p. 82-103).

25 Voir les affirmations un peu alambiquées de Louise de Keralio, dans sa Collection des meilleurs ouvrages français, composés par des femmes, dédiée aux femmes françaises, Paris, chez l’auteur et Lagrange, 1786-1789 : « Le degré de perfection auquel nous sommes parvenus ne nous permet plus que de tenir compte aux femmes de ce temps des efforts qu’elles ont faits dans leur siècle, en jugeant par eux de ce qu’elles auroient pu faire dans le nôtre » (t. I, p. V).
Voir surtout, pour retrouver des filiations et des concomitances qui restent à affiner, le chapitre 7 de la seconde partie du De la littérature (1800) de Staël (Paris, Flammarion-GF, 1991, p. 332-342 : « Des Femmes qui cultivent les lettres ») et le De l’Influence des femmes sur la littérature française comme protectrices des lettres et comme auteurs, ou précis de l’histoire des femmes les plus célèbres, publié en 1811 par Genlis. Sur la notion centrale de « perfectibilité » chez Staël, voir entre autres, la notice de celle-ci (FBD, p. 293-294), les commentaires du De la Littérature (op. cit., p. 27-42) par Gérard Gengembre et Jean Goldzink et les remarques de Geneviève Fraisse (La Raison des femmes, Paris, Plon, 1992, p. 65 sq.).

26 Antoine-Léonard Thomas, « Essai sur le caractère, les mœurs et l’esprit des femmes dans les différents siècles (1772) », in Elisabeth Badinter, Qu’est-ce qu’une femme ?, Paris, POL, 1989, p. 49-161.

27 FBD, p. 93. Le « presque toujours » est à souligner dans cette phrase de conclusion de l’avant-propos et s’accorde avec les maladresses d’une démonstration où les hommes d’état, gynophiles (Henri IV et Richelieu !), ont autant de poids sur la condition des femmes qu’elles n’en ont sur leur gloire (p. 91). Qui du même coup civilise qui ?

28 Cette anthologie (Paris, Ruault, 1773 sq., 10 vol.) fut très critiquée par madame de Montanclos (1736-1812), l’exigeante directrice dans les années 1774-1775 du Journal des Dames et la future collaboratrice de la Décade : elle regrettait que fussent sorties de l’oubli des œuvres médiocres aptes à nourrir le mépris des hommes à l’égard des femmes de lettres (Nina Gelbart, Feminine & opposition Journalism. « Le Journal des Dames », Berkeley, University of California Press, 1987, p. 190). Des références au Parnasse (et au Journal des dames) dans FBD, p. 146, 159, 185, 207, 248, etc.

29 FBD, p. 119 : notice de la chevalière (d’Eon) de Beaumont.

30 Abbé Joseph de La Porte, Histoire littéraire des femmes françaises, Paris, Lacombe, 1769, 5 vol. ; abbé Sabatier de Castres, Les Trois siècles de la littérature française (..), Amsterdam et Toulouse, Laporte, 1775 ; Jean-François De La Croix, de Compiègne, Dictionnaire historique portatif des femmes célèbres contenant l’histoire des femmes savantes, des actrices & generalement des dames qui se sont rendues fameuses dans tous les siècles, Paris, Belin, 1788, 2 vol. (une première édition en 1769 en 3 volumes chez Cellot). Cet écrivain prolifique est aussi l’auteur d’un Dictionnaire historique des saints personnages (Paris, Vincent, 1777) où figurent 1914 élus dont 13 % sont des femmes, mais aussi d’un Dictionnaire des faits et dits mémorables de l’histoire ancienne et moderne (1768), d’un Dictionnaire des cultes religieux (1770), d’un Dictionnaire des sièges et batailles (1771), d’un Dictionnaire historique d’éducation (1784) et d’un « dictionnaire poétique » joint à une Histoire poétique, tirée des poètes français (1817). Sur les « compilations en tout genre et de toute espèce » de La Croix et La Porte, voir les commentaires sévères (et misogynes) de la Correspondance littéraire de Grimm en février 1769 (Paris, Furne, 1831, t. VI, p. 173-174 : « J’aime mille fois mieux les gens de charrue que les gens de lettres »).

31 Sur Radegonde et le monastère de Sainte-Croix de Poitiers, FBD, p. 262 : Histoire littéraire de la France, où l’on traite de l’origine et du progrès, de la décadence & du rétablissement des sciences parmi les Gaulois & les français ; Du goût et du génie des uns et des autres pour les Lettres en chaque siècle (..), Par des religieux Bénédictins de la Congrégation de S. Maur, Paris, Osmont, 1733 sq., t. III (1735), p. 346-350, 464-491 et 491-493. On sait qu’interrompue en 1763, l’entreprise bénédictine fut reprise au XIXe siècle pour être de nouveau arrêtée en 1938 sans avoir dépassé la fin du XIVe siècle (tome XXXVII). Voir aussi Dorothée Kleinmann, Radegonde, une sainte européenne, Loudun, PSR, 2000.
La figure médiévale de femme la plus fameuse au XVIIIe siècle est celle d’Héloïse, par laquelle s’ouvre d’ailleurs l’Histoire littéraire des femmes françaises en 1769 (op. cit., t. I, p. 1-30), mais Baudonivie, première figure (au propre et au figuré) d’écrivaine française est aussi évoquée par Riballier (De l’éducation physique et morale des femmes. Avec une notice alphabétique de celles qui se sont distinguées dans les différentes carrières des Sciences & des Beaux-Arts, ou par des talens & des actions mémorables, Bruxelles et Paris, Frères Estienne, 1779, p. 145-146) et Boudier de Villemert (Le Nouvel Ami des Femmes, ou La Philosophie du Sexe, Amsterdam-Paris, Monory, 1779, p. 234). Voir Yvonne Labande-Mailfert et al., Histoire de Sainte-Croix de Poitiers, Poitiers, SAO, 1986, p. 27-28 et la réédition récente, par Robert Favreau, du manuscrit de la Vita prima sanctae Radegundis (XIe siècle), où Baudonivie est représentée en train d’écrire (La Vie de sainte Radegonde, Paris, Seuil, 1995).

32 Prioritairement intéressé par le temps présent et un panorama littéraire bisexué de 997 auteurs, l’abbé Sabatier ne peut aligner que 43 noms de femmes, soit 4,3 % du total et 5,2 % de ceux qui vivaient en 1772 (13 femmes et 234 hommes). Il n’apparaît sous le nom de « Sabathier » que dans deux notices de FBD, celles de Lejars de Gournay et Villeneuve (p. 219 et 304).

33 C’est avec hésitation que Briquet consacre une notice à une poétesse du XVe siècle (« la dame de Surville »), inventée par l’écrivain journaliste Charles Vanderbourg (FBD, p. 295). Comme pour Ossian, personne alors ne soupçonnait une supercherie littéraire et la Décade fait connaître les stances de Clotilde de Surville sans sourciller (3e et 4e trim. an IX, p. 501 et 150).

34 Travail à poursuivre, qui devrait étudier et comprendre les méthodes de travail des historien(ne)s du féminin des XVIIIe-XIXe siècles, leurs a priori et leurs emprunts ou pillages réciproques à partir des compilations disponibles. Pour cela la comparaison doit d’abord être quantitative (absences et présences), mais elle implique aussi une approche stylistique (taille et forme des rubriques).

35 Abbé Joseph De Laporte, La France littéraire, contenant I.– Les Académies établies à Paris et dans les différentes villes du Royaume. II.– Les auteurs vivans avec la liste de leurs ouvrages. III.– Les auteurs morts, depuis l’année 1751 inclusivement avec la liste de leurs ouvrages. IV.– Le catalogue des ouvrages de ces auteurs, par une Société de Gens de Lettres, Paris, Veuve Duchesne, 1769-1778, 4 vol.– Ouvrage repris et remanié par Arthur Young dans ses Letters concerning the present state of the French nation, Londres, s.n., 1769 (une liste de 281 auteurs dont 27 sont des femmes).

36 FBD, p. 137-140 et 279-280. Mortes respectivement en 1661 et 1660, Calage et Saint-Balmont étaient nées en 1630 et 1607 (voir aussi Eva Sartori, op. cit., p. 72, 470-471 et 486). A noter que, selon les dictionnaires, la vie des deux grandes poétesses poitevines du XVIe siècle (1520-1587 et 1542-1587) sont narrées ensemble sous l’entrée « Desroches » ou « Roches » ou séparément comme le fait Fortunée Briquet qui les classe à « Desroches » et « Lavillée », contrairement à l’usage actuel (FBD, p. 166-167 et 215-216 ; La Porte, Histoire, op. cit., t. I, p. 103 et La Croix, Dictionnaire, op. cit., t. III, p. 333-334). Ce dernier cite longuement à leur propos Turnèbe et Hilarion de Coste, mais ne mentionne aucune de leurs œuvres, non plus que leur premier éloge, rédigé par Scévole de Sainte-Marthe, dès 1598 (Eloges des hommes illustres, qui depuis un siècle ont fleury en France dans la profession des Lettres, composez en Latin et mis en François, par G. Colletet, Paris, Sommaville, 1644, p. 339-341). Seule autre femme dans le florilège de Sainte-Marthe, Marguerite de Navarre (p. 73-76)

37 Trente-huit citations dans 33 notices. Trois auteures sont citées hors de leur notice propre et servent de « sources » à d’autres (FBD, p. 237, 239 et 285).

38 FBD, p. 109-112 : une analyse précise des pièces écrites par Barbier et une dénonciation de l’accusation de n’avoir été que le prête-nom de l’abbé Pellegrin. Elle doit être opposée aux remarques désobligeantes de l’abbé Sabatier de Castres et à son déni récurrent du rôle joué par les femmes dans la vie littéraire et à son mépris de la valeur de leurs écrits (op. cit., t. II, p. 53 et 156 ; la notice de Marie-Jeanne L’Héritier de Villandon est elle aussi à comparer avec celle de FBD, p. 203). Retenons cependant, éparses dans les Trois siècles de littérature de cet ecclésiastique, ses formules intéressantes sur la renommée.

39 FBD, p. 164 et 158 (notices de Desjardins-Villedieu et Dalibard-Saint Phalier). Les mœurs contestées de la première expliquent peut-être la sévérité relative d’un jugement ambigu (Eva Sartori, op. cit., p. 547).

40 Suggestion faite par le journaliste de La Décade, an XII-4e trimestre, p. 47 : la nomenclature des femmes de lettres vivantes deviendrait « sèche » quand Briquet ne veut pas couvrir d’éloges des ouvrages que « son cœur eût désavoués ».

41 Les références à Voltaire (« le chantre de Henri » et « le Virgile de Ferney ») et à Boileau (« l’Horace français ») sont généralement imprécises et ont pour fonction d’embellir les notices, alors que Vertron (La Nouvelle Pandore, ou Les Femmes illustres du siècle de Louis-le-Grand, recueil de pièces académiques, en prose et en vers, sur la préférence des sexes, dédié aux dames (..), Paris, Vve C. Mazuel, 1698, 2 vol.) et La Harpe (Lycée, ou Cours de littérature ancienne et moderne, Paris, H. Agasse, an VII-an XIII, 19 vol.) servent aussi de sources (FBD, passim). Il en est de même pour le Dictionnaire historique et critique (Rotterdam, 1720) et les Nouvelles de la République des lettres (octobre 1684) de Bayle pour les articles consacrés à Bourignon la mystique et à Dacier la savante (FBD, p. 133 et 155).

42 Ces Recherches pour servir à l’histoire de Lyon, ou les Lyonnois dignes de mémoire (Lyon, les frères Duplain, 1757) semblent connues de Fortunée Briquet (FBD, p. 169 : notice de Marguerite Doynt dont « les écrits, dit l’abbé Pernetti, respirent la plus haute spiritualité ; il y a encore un manuscrit d’elle dans les archives de la Chartreuse de Lyon »). Trois lignes qui m’ont permis de découvrir cet ouvrage rare auquel on s’étonne cependant qu’une telle part soit accordée dans la liste de sources de l’avant-propos.

43 Pierre Roussel, Système physique et moral de la femme (...), Paris, Caille et Ravier, 1809. Des extraits de ce livre sont publiés par La Décade (2e trim. an XI, p. 321-328 et 385-394).

44 Riballier, De l’Education physique et morale des femmes (...), Bruxelles et Paris, Frères Estienne, 1779, p. VII et 87-88. A noter que l’ouvrage n’est mentionné explicitement dans aucune des notices du Dictionnaire bien qu’il soit parfois littéralement recopié (article sur Dourlens : Riballier, op. cit., p. 228 et FBD, p. 169). Par ailleurs Fortunée Briquet n’y dit rien du rôle d’instigatrice et d’informatrice de mademoiselle C. D. L. C., se contentant de faire de Charlotte Cosson, une simple versificatrice anacréontique (FBD, p. 152).

45 Marie-Louise Fracard, L’abbé Bion (1704-1774) op. cit., p. 35, 76 sq., 105-126 ; Guy Pillard, « Le père Frigard, principal du collège de Niort », Bull. Soc. Historique et Scientifique des Deux-Sèvres, 1985, p. 90-93 ; Eric Surget, Le siècle d’Elies, op. cit. et Les sciences chambrières au temps d’Aubigné (Niort, Service des Bibliothèques, 2002, p. 16-18). La Bibliothèque de la ville de Niort, devenue Médiathèque de la communauté d’agglomération, peut s’enorgueillir d’une longue tradition de bibliophilie. Je remercie Eric Surget et Martine David qui m’ont facilité l’accès à des fonds anciens remarquables mais dans lesquels il reste à rechercher ceux qui, mis à la disposition de l’Ecole centrale, ont pu être commodément consultés par Fortunée Briquet.

46 Boudier de Villemert, dans la deuxième édition de son Nouvel ami des femmes (op. cit.), mentionne très succinctement 270 femmes dont certaines, bien que femmes d’écriture, ne sont pas récupérées par Fortunée Briquet pour allonger sa liste de notabilités féminines. Même silence (occultation ?) des renseignements présents dans le Petit almanach de nos grandes femmes, accompagné de quelques prédictions pour l’année 1789 (Londres, s. n., s. d.) et des différentes éditions du Dictionnaire des honnêtes gens (Paris, Gueffier, 1788 à 1791) de Sylvain Maréchal.

47 Le caractère hypothétique de ces derniers paragraphes ne doit pas être minimisé. Ils sont une invitation à reprendre, notice par notice, l’ensemble du Dictionnaire, pour y retrouver les sources précises de l’information de Fortunée Briquet, et les réélaborations qu’elle leur fit subir. Une invitation aussi à rouvrir le dossier de réputés gynophobes (qui plus est athées) comme Maréchal dont les amitiés « féministes » éclairent d’un jour étrange son (trop ?) célèbre Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes, par S* M* (Paris, Massé, an IX-1801 ; une réédition par Michelle Perrot, Paris, Mille-et-une-nuits, 2007).

48 Vertron (op. cit.) est cité une demi-douzaine de fois ; Buffet et Ménage le sont à trois reprises chacun (Nouvelles observations sur la Langue française (..), avec les éloges des plus illustres savantes, tant anciennes que modernes, Paris, Cusson, 1668 ; Historia Mulierum Philosopharum, Lyon, J. Posuel et Cl. Rigaud, 1690), Guillaume et Titon du Tillet en une seule occasion (Jacquette Guillaume, Les dames illustres où par bonnes et fortes raisons il se prouve que le sexe féminin surpasse en toutes sortes de genres le sexe masculin, Paris, Jolly, 1665 ; Evrard Titon du Tillet, Le Parnasse françois. Remarques sur la poésie et la musique (..), Paris, J.-B. Coignard, 1732-1760, 3 vol.). Voir FBD, p. 137, 180 et 196 ; 154, 271 et 303 ; 160 et 296.

49 Nécrologe des hommes célèbres de France, par une société de gens de lettres, Paris, Desprez, 1770, p. 207-214.– Sur Marie-Jeanne de Châtillon-Bontemps, des notices très proches les unes des autres dans Boudier de Villemert, op. cit., p. 236 ; Riballier, op. cit., p. 9 ; La Croix, Dictionnaire portatif (op. cit.), t. I, p. 390 ; FBD, p. 80 et 130.

50 Par exemple les « nécrologes » de Port-Royal et de Fontevrauld, « l’Année Bénédictine », « l’Histoire des Annonciades Célestes », en plus du Nécrologe des hommes célèbres de France, des années 1773 et 1780 (FBD, p. 105, 130, 149, 178, 183, 236, 267).

51 On peut citer, en vrac, l’usage fréquent des « Recueils de l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse » pour la connaissance des poétesses méridionales (FBD, p. 89, 170, 179, 180, 213, 233) et le recours aux Vers choisis du père Bouhours (p. 177, 220), aux Mémoires de littérature et d’histoire du père Desmolets (p. 214), aux Mémoires relatifs à l’histoire de France (p. 226), etc., etc. Laharpe est cité au moins douze fois.

52 À noter que plusieurs brillent dans divers genres et qu’il faudrait leur adjoindre les auteures de nouvelles et romans historiques qui tissent une trame fictionnelle sur un fond évènementiel réel.

53 FBD, p. 159 ; La Croix, op. cit., p. 115 ; Riballier, op. cit., p. 219-220. Voir Erica Harth, Cartesian Women. Versions and Subversions of Rational discourse in the Old Regime, Ithaca, Cornell U. P., 1992, p. 78-98, et le numéro spécial coordonné par Marie-Frédérique Pellegrin, « Penser au féminin au XVIIe siècle », Revue philosophique, juin-septembre 2013. L’autoportrait de cette nièce de Descartes figurait dans les manuscrits Conrart et fut rajouté à la réédition du Recueil des portraits et éloges en vers et en prose. Dédié à son Altesse royale Mademoiselle, par Edmond de Barthélémy, Paris, Didier, 1860, p. 549-551.

54 Judy Chicago, Embroidering and Heritage. The Dinner Party Needlework, New York, Anchor Books, 1980.

55 Nicole Pellegrin, « L’androgyne au XVIe siècle […] », op. cit., p. 11-48 ; Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture (1598-1715), Paris, Champion, 1993, p. 271-280 ; Jean Céard, « Listes de femmes savantes au XVIe siècle », in Colette Nativel (dir.), Femmes savantes, savoirs des femmes. Du crépuscule de la Renaissance à l’aube des Lumières, Genève, Droz, 1999, p. 85-94 ; Brita Rang, « A learned wave. Women of letters and science from the Renaissance to the Enlightenment », in Tjitske Akkerman et Siep Stuurman eds, Perspectives on Feminist Political Thought in European History. From the Middle Ages to the Present, Londres, Routledge, 1999, p. 50-66 ; Andrea Grewe, « L’historiographie des femmes. L’exemple de Brantôme », in L’histoire en marge de l’histoire à la Renaissance, Paris, ENS-Rue d’Ulm, 2002, p. 115-127.

56 Jean-Baptiste Suard (« Fragmens sur les femmes », op. cit., t. 1, p. 220-221) souligne dans le texte l’expression « maladie de l’espèce ».

57 Boccace énumère 105 femmes remarquables (Le Livre de la louange et vertu des nobles et cleres dames, Paris, Verard, 1493). Les miniatures du manuscrit de la Bibliothèque Nationale de France ont été reproduites et analysées par Brigitte Buettner (Boccaccio’s Des cleres et nobles femmes. Systems of Signification in an Illuminated Manuscript, Seattle et Londres, University of Washington Press, 1996) et le texte réédité par Jeanne Baroin et Josiane Haffen (Boccace. des cleres et nobles femmes. Ms. Bibl. Nat. 12420, Paris, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 1993-1995).

58 Richard Goulet, Etudes sur les Vies de philosophes de l’Antiquité tardive, Paris, Vrin, 2001 ; Plutarque, Les Vies des Hommes illustres, traduit du grec en français par Jacques Amyot, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1959, 2 vol. ; Charles Perrault, Les Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle. Avec leurs Portraits au naturel (1696), Paris, Antoine Dezallier, 1700 ; Jean d’Auvigny, Vies des hommes illustres de la France, Depuis le commencement de la Monarchie jusqu’à présent, Amsterdam, Knapen, 1739-1775, 25 vol.

59 Pierre Roussel, op. cit. Cf. les commentaires de Thomas Laqueur (La fabrique du sexe, Paris, Gallimard, 1990, p. 20, 224 et 324) et de Michèle Le Dœuff, Recherches sur l’imaginaire philosophique, Paris, Payot, 1980, p. 190 sq. (« Les Chiasmes de Pierre Roussel »).

60 Voir les analyses de Geneviève Fraisse (La Raison des femmes. Essai, Paris, Plon, 1992, p. 53-54) et Christine Fauré (« Des droits de l’homme aux droits des femmes : une conversion intellectuelle difficile », in Christine Fauré (dir.), Encyclopédie politique et historique des femmes, Paris, PUF, 1997, p. 203-223). Un exemple de la longue durée de cette fascination, longtemps la seule inscription historique des femmes : les activités du secrétaire d’un seigneur languedocien incluent, vers 1750 et sans qu’aucun titre précis ne soit mentionné, la copie d’extraits d’ouvrages sur « les merveilles du monde, les femmes fortes de l’Europe, les manières glorieuses, l’esprit enjoué et l’embarquement des dames françaises » (Emmanuel Le Roy Ladurie (éd.), Pierre Prion scribe, Paris, Gallimard, 1985, p. 143 et 151).

61 Abbé Guyon, Histoire des Amazones anciennes et modernes, Bruxelles, Jean Leonard, 1741, p. XIV-LXLVII : préface historique où figurent une dizaine de femmes chefs d’état. Gœthe produit sa propre liste de 32 auteurs (une seule femme, madame de Tencin) et regrette l’absence d’une histoire des femmes de lettres du XVIIIe siècle français (Des hommes célèbres de France au dix-huitième siècle, et de l’état de la littérature et des arts à la même époque (1805), Paris, Renouard, 1823, p. 224).
Plusieurs récapitulations récentes montrent, avec les dizaines de dictionnaires régionaux de femmes régulièrement publiés en France dans des magazines, la longue durée et la survie du genre : Pauline Bebe, Isha. Dictionnaire des femmes et du judaïsme, Paris, Calmann-Lévy, 2001 ; Roger Picard, Femmes célèbres du Poitou et des Charentes, Amiens, Martelle, 1998 ; Jeanne Urvoy, Dictionnaire des femmes de Bretagne, Spézet, Coop-Breizh, 2000 ; Sylvie Granger, Femmes en Sarthe, actrices de leur temps, Le Mans, Libra Diffusio, 2012. Un curieux florilège de contemporaines : « Femmes », L’Actualité Poitou-Charentes, juillet-septembre 2014.

62 La Croix, Dictionnaire historique portatif (op. cit.), p. III. Est-ce l’abondance de cette « misérable rhapsodie » ou la personnalité d’un non moins « détestable compilateur » qui déplaît aux rédacteurs de la Correspondance littéraire (Grimm, op. cit., t. VI, p. 173) ? Faut-il rappeler que le livre de La Croix est explicitement déclaré par Fortunée Briquet comme une de ses principales sources d’informations (FBD, p. 80) ?

63 Symphorien Champier, La Nef des dames vertueuses, Lyon, Arnollet, 1503. Dans Les vies des femmes célèbres d’Antoine Dufour vers 1500, un manuscrit enluminé que possédait Anne de Bretagne et réédité récemment (Genève, Droz, 1970 ; Sophie Cassagnes-Brouquet, Un manuscrit d’Anne de Bretagne. Les Vies des femmes célèbres d’Antoine Dufour, Rennes, Ouest-France, 2007), sont énumérées 83 femmes, mais 21 seulement chez Brantôme (Recueil des Dames, Paris, Gallimard, 1991). Des listes aussi chez François de Billon (25 héroïnes de son temps dans Le Fort inexpugnable, Paris, Jean d’Allyer, 1555), 15 chez Le Poulchre de la Motte de Messemé (Le Passe-Temps, Paris, Jean Le Blanc, 1597, ff. 32-34) et une centaine chez Christine de Pizan (La Cité des Dames, Paris, Stock, 1986). Seule la version française de cette tradition est examinée ici mais elle est internationale et mériterait une étude comparative.

64 Ainsi chez Théodore de Bèze, une femme – Marguerite de Valois, sœur de François Ier– sur 103 hommes (Les Vrais pourtraits des hommes illustres (..), Paris, Jean de Laon, 1581) ; chez Scévole de Sainte-Marthe, 3 sur 150 (op. cit.) ; chez Paul de Barry, 25 sur 100 (Les Cent Illustres de la maison de Dieu en toute sorte de profession (..), Lyon, Philippe Borde, 1660).

65 André Thevet (Pourtraicts et Vies des hommes illustres grecz, latins et payens Recueilliz de leurs tableaux, livres, medailles antiques et modernes, Paris, Vve Kervert, 1584) « dépeint » trois femmes parmi les 133 portraits qu’il commente : Artémise, Sapho et... Jeanne d’Arc. Sur les galeries d’illustres, genre poétique autant que décoratif, voir notamment Marc Vulson de la Colombiere, Les portraits des Hommes illustres français qui sont peints dans la Galerie du Palais Cardinal de Richelieu (...) (Paris, Bobin, 1667, ill. : 25 « abrégés de vies », dont « Jeanne d’Ark », Marie de Médicis et Anne d’Autriche) et les travaux de Jacques Thuillier (« Peinture et politique : une théorie de la galerie royale sous Henri IV », in Albert Châtelet et Nicole Reynaud (dir.), Etudes d’art français offertes à Charles Sterling, Paris, PUF, 1975, p. 175-205), de Margaret MacGowan (« Le phénomène de la galerie des portraits des illustres », L’âge d’or du mécénat, Paris, CNRS, 1985, p. 411-422) et les remarques de Philippe Ariès (Un historien du dimanche, Paris, Seuil, 1980, p. 123). Le frontispice du Recueil des portraits et éloges en vers et en prose. Dédié à son Altesse royale Mademoiselle (Paris, Ch. de Sarcey et Cl. Barbin, 1659) met en scène concrètement une telle galerie : une enfilade de colonnes y supporte des portraits de forme ovale.
Sur les ancêtres de ces espaces voués aux « illustres », voir plus encore Sophie Cassagnes-Brouquet, « Les Neuf Preuses, l’invention d’un nouveau thème iconographique, dans le contexte de la Guerre de Cent Ans » in Luc Capdevila et al. (dir.), Le genre face aux mutations, Rennes, PUR, 2003, p. 279-290.
Sur leurs séquelles de pierre, voir le projet de Titon du Tillet au XVIIIe siècle et le cycle des statues des reines de France au jardin du Luxembourg au XIXe (June Hargrove, Les statues de Paris, Paris, Albin Michel, 1989, p. 13-19 et p. 77-81 ; Christel Snitter, Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres ?, Paris, Créaphis, 2012). Voir aussi le catalogue de l’exposition Clodion (Paris, RMN, 1992, p. 279-286).

66 171 « précieuses » identifiables, outre quatre-vingt autres noms, figurent dans Le Grand Dictionnaire d’Antoine Beaudeau de Somaize (Paris, J. Ribou, 1661) et 152 environ dans le Recueil offert à la Grande Mademoiselle (op. cit. ; sur le nom d’Illustres, voir ed. 1860, p. 186).– Voir Carolyn Lougee, Le Paradis des femmes, Princeton, Princeton U. P., 1976, p. 215-224, et Jacqueline Plantié, La mode du portrait littéraire en France (1641-1681), Paris, Champion, 1994 ; FBD, p. 135.

67 Le père Hilarion de Coste (Eloges et vies des roynes, princesses, dames et demoiselles illustres en piété, courage et doctrine, Paris, S. Cramoisy, 1647, 2 vol.) est cité trois fois dans FBD (p. 166, 220 et 233) ; mais le père Pierre Le Moyne (La Gallerie des Femmes fortes, Leyde, Elzevier, 1660) ne l’est pas.– Dans la même veine, le jésuite Paul de Barry (op. cit.) aligne 10 « femmes nobles », 7 « femmes de divers employs » (dont la « Villageoise Jeanne Darc »), et 8 « Religieuses », mais il ne met jamais en exergue les qualités intellectuelles de ses « Illustres ».

68 Le Moyne, op. cit., t. II, p. 33-63.

69 Buffet, Nouvelles observations sur la Langue française (..), avec les éloges des plus illustres savantes, tant anciennes que modernes, Paris, Cusson, 1668 ; Galien, op. cit. Récurrente chez Briquet mais appliquée à Graffigny comme à Tencin, Staël ou Roland, la notion de « mérite » a des significations variables qui attirent l’attention.

70 Riballier, op. cit., p. VII et 89 ; A. Thevet, op. cit., p. 269 sq. Voir Nicole Pellegrin, « Le genre et l’habit », Clio, 10, 1999, p. 27-28 et p. 54.

71 Manon Roland (op. cit., p. 212 ; 278 et 280-281), nourrie de Plutarque mais refusant, au moins pour elle, le statut d’écrivaine, se contente d’être « étonnée » de rencontrer dans le monde des femmes mentionnées par l’Histoire des femmes illustres françaises (sic : le « Laporte » ?). De celles-ci elle ne garde pas le souvenir des talents, mais de tous « les ridicules » (Puisieux) ou de « l’air ouvertement voluptueux » (Cosson de la Cossonnière et, surtout, Benoît). Sur les lectures de Plutarque, voir Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau (Paris, Seuil, 1967, p. 122), mais aussi de nombreux passages de La Nouvelle Héloïse ; Valentin Jamerey-Duval, Mémoires, (Paris, Sycomore, 1981, p. 224) ; Victorine de Chastenay (op. cit., p. 28 et 477) ; la duchesse d’Abrantès, etc.

72 Son admiration pour Dacier est cependant immense et se traduit par une notice de plus de six pages (FBD, p. 154-158 et dans le texte original). Voir Eva Sartori (op. cit., p. 137) ; Paul Mazon, Madame Dacier et les traductions d’Homère en France, Oxford, Clarendon, 1936, et Eliane Itti, Madame Dacier, femme et savante du Grand Siècle (1645-1720), Paris, L’Harmattan, 2012.

73 Annie Jourdan, « Du sacre du philosophe au sacre du militaire : les grands hommes et la Révolution », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 39, juillet-septembre 1992, p. 403-422 ; Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998 ; Alison Finch, Women’s Writing in Nineteenth-Century France, Cambridge, Cambridge U. P., 2000, p. 24– 31 (chap. 4 : « Foremothers and Germaine de Staël »).
Les deux premiers auteurs se sont plus intéressés aux héros qu’aux héroïnes et à leur absence, mais ils ont brillamment montré comment tous les arts ont contribué, en France et cela dès la fin du XVIIe siècle, à « lever des idoles désirées » et à statufier, au moins à partir du projet du comte d’Angiviller en 1776, « les grands Hommes de la France » (Clodion, op. cit., p. 279-286 ; June Hargrove, op. cit., p. 19-29). Une version, féminine mais non féministe, de la statuomanie, dans le « Projet de Musée en l’honneur des Héros républicains (25 septembre an II) » de la citoyenne Gond-Boulliand, in Elke Harten et Hans Harten, Femmes, culture et Révolution, Paris, Des Femmes, 1989, p. 447-450.

74 Apollin Briquet ajoute que « son nom est gravé sous le piédestal de la statue » (AD. 79 : 2 F 1). Le culte johannique renaît alors temporairement à Orléans, grâce aux efforts d’un évêque qui, dès 1803, organise les fêtes du 8 mai, mais l’offensive en vue de la béatification ne démarre vraiment qu’avec monseigneur Dupanloup à partir de 1855 (Jacques-Olivier Boudon, « La figure de Jeanne d’Arc chez les catholiques français du XIXe siècle », in Jean Maurice et Daniel Couty (dir.), Images de Jeanne d’Arc, Paris, PUF, 2000, p. 45-52 ; Marina Warner, Joan of Arc. The Image of Female Heroism, Londres, Vintage, 1991, p. 256 sq.). Sur « les titres glorieux de l’influence des femmes » sous Charles VII, voir FBD, p. 90.

75 Aucun doute pour Fortunée Briquet sur le sexe biologique de ce(tte) célèbre travesti(e) aujourd’hui « authentifiée » comme un homme (FBD, p. 116-119 : article « Beaumont, Charles-Geneviève-Louise-Auguste-Andrée-Timothée d’Eon de »). Voir aussi les quelques guerrières énumérées dans l’ouvrage (p. 90, 91, 255, 265, 280) et auxquelles il faut ajouter Catherine de Médicis, la Mater castrorum (p. 144). Sur ce sujet, voir l’étude de Sylvie Steinberg (La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2001) et des biographies du chevalier d’Eon (Gary Kates, Monsieur d’Eon Is a Woman. A Tale of Political Intrigue and Sexual Masquerade, New-York, Basic Books, 1995 ; Evelyne Lever et Maurice Lever, Le Chevalier d’Eon. « Une vie sans queue ni tête », Paris, Fayard, 2009).

76 Faut-il rappeler le projet de monument conçu par Titon du Tillet et qui n’a existé qu’en maquette (peinte ou coulée dans le bronze) et sous la forme livresque et illustrée d’un Parnasse françois. Remarques sur la poésie et la musique (...), Paris, J.-B. Coignard, 1732 ? Elevé en l’honneur des grands écrivains du règne de Louis XIV mué en Apollon, le monument devait inclure, sous les traits des Trois Grâces, des représentations sculptées de mesdames de la Suze, Deshoulières et Scudéry (June Hargrove, op. cit., p. 18-19 ; FBD, p. 160 et 296).

77 Les vertus de la méritocratie infusent, comme on l’a vu, tout le Dictionnaire. Ainsi la Berlinoise huguenote, Reclam-Stosch, « est une nouvelle preuve que le talent s’ouvre lui-même une route » (FBD, p. 296).

78 Jean-Jacques-Daniel Guillemeau, Vies des P.P. Gastaud, Jousseaume, Isidore et Dabillon, Niort, Morisset, 1818, p. 38 (un texte d’un opportunisme aussi rare que son érudition : la glorification, bien pensante et tardive, des oratoriens fondateurs du Collège de Niort).

79 Abbé Joseph Bougerel, Mémoires pour servir à l’histoire de plusieurs hommes illustres de Provence, Paris, Herissant, 1752 ; abbé Jacques Pernetti, op. cit. ; abbé François Gusteau, « Fontenay triomphant dans ses Hommes illustres. Ode historique », Revue du Bas-Poitou, 1947, p. 184-202. Aucun portrait de femme chez ces défenseurs d’illustrations provinciales. Sur ces discours, Nicole Pellegrin, « Françoise d’Aubigné et l’érudition poitevine. Chauvinisme, misogynie et Histoire(s) », Albinea 10-11, 1999, p. 69-87.

80 Parmi d’innombrables exemples de cet exercice oratoire et littéraire à forte résonance politique, les « éloges historiques » de Sedaine (1797) et de La Lande (1810) par Constance Pipelet, ou celui par Joseph Lavallée de l’architecte Dewailly (an VII). Ces trois brochures, reliées ensemble, ont été données par Cuvier à l’École normale, preuve de l’intérêt qu’on portait alors à ce genre de littérature. Voir aussi, dans le premier numéro de la Bibliothèque française (floréal an VIII-mai1800, p. 26-32), le long compte rendu de l’Eloge de Montaigne d’Henriette Bourdic-Viot, et, modèle du genre, l’Eloge funèbre de Washington, prononcé dans le temple de Mars, le 20 pluviôse an 8, par Fontanes (Paris, Agasse, an VIII).
Selon le dictionnaire de Briquet, on ne doit pas oublier parmi les titres de gloire de Sévigné, le fait d’avoir écrit « dans ses Lettres l’éloge des hommes les plus célèbres de son siècle, entr’autres, de la Fontaine » (FBD, p. 289).

81 Sabine Juratic (« Du livre à l’écriture », op. cit.) m’a fait découvrir le texte passionnant (et vide de femmes) de Jean-Baptiste Née de la Rochelle (Vie d’Etienne Dolet, imprimeur à Lyon dans le seizième siècle, avec une Notice des libraires et des imprimeurs auteurs que l’on a pu découvrir jusqu’à ce jour, Paris, Gogué et Née de La Rochelle, 1779).

82 Mme [Sophie] de Renneville, Galerie des femmes vertueuses ou Leçons de morale, à l’usage des demoiselles, Paris, Le Prieur, 1809 ; Mme [Adélaïde] Dufrenoy, Biographie des jeunes demoiselles, ou Vies des femmes célèbres, depuis les Hébreux jusqu’à nos jours, Paris, Eymery, 1816, 2 vol. ; Ménégault (op. cit.) ; Georges-Bernard Depping, Beautés de la biographie française, ou Portraits historiques et moraux des Français célèbres ou fameux, Depuis Charlemagne jusqu’à Louis XVIII ; Extrait des mémoires et des œuvres de nos meilleurs écrivains. Avec gravures, Paris, Ledoux, 1825, 2 vol. ill. ; Louis-Marie Prudhomme, Répertoire universel, historique, biographique des femmes célèbres, mortes ou vivantes, qui se sont fait remarquer dans toutes les nations, par leurs vertus, leur génie, leurs écrits, leurs talens pour les sciences et les arts, par leur sensibilité, leur courage, leur héroïsme, leurs malheurs, leurs erreurs, leurs galanteries, leurs vices, etc., depuis le commencement du monde jusqu’à nos jours, (..), Paris, A. Désauges, 1826, 4 vol ; [La Mésangère], Galerie française de femmes célèbres par leurs talens, leur rang ou leur beauté (..) Paris, chez l’éditeur, 1827 ; etc.
Sur l’utilisation « réactionnaire » de ces « galeries » au XIXe siècle, voir Catherine Marand-Fouquet, « L’archevêque et les couventines ou De l’utilisation des femmes célèbres de la Révolution pour l’édification des jeunes filles », in Marie-France Brive (dir.), Les femmes et la Révolution, Toulouse, PUM, 1989-1991, t. 3, p. 113-122, ill.– Un exemple, parmi d’autres, de cette prose hagiographique : [Guy-Toussaint-Julien Carron de La Carrière], Vie des dames françaises qui ont été les plus célèbres dans le XVIIe siècle, par leur piété et leur dévouement pour les pauvres, Lyon-Paris, Perisse frères, 1819.

83 Est-ce ce que confirment les propos de La Mésangère dans le Journal des Dames (8e année, 25 ventôse an XII, p. 279) : « La mode de mettre les Grands Hommes en scène est passée ; on s’occupe maintenant d’y mettre les Grandes Femmes (si on peut s’exprimer ainsi). Le Vaudeville nous promet Mademoiselle Arnould, la Comédie française, Mademoiselle Lecouvreur ; et Feydeau, Mademoiselle Gaussin » ? L’article se contente cependant d’évoquer des créations dramaturgiques.

84 Frédéric Barbier, « Une librairie internationale », op. cit. Faute d’archives, il est impossible de connaître les relations établies entre les éditeurs et leurs auteur(e)s (recherches en cours d’Anita Kass, que je remercie de cette précision).

85 Une publication créée par Treutell et Würz en 1801 et dirigée par le philosophe, de Gérando, bon connaisseur de l’Allemagne et bientôt grand fonctionnaire (Roland Mortier, Les « Archives littéraires de l’Europe », op. cit., p. 36).

86 Joseph-Alexandre Ségur, Les Femmes, op. cit.

87 Un des exemplaires du Dictionnaire que possède la Médiathèque de Poitiers double de volume grâce à des feuillets restés blancs. Donné par le collectionneur poitevin Arthur Labbé de La Mauvinière avec un important fonds d’ouvrages régionaux précieux, le livre avait été acheté « broché, non rogné, 3 fr. 50 » à Paris en 1912 chez un libraire parisien, avant d’être relié avec des intercalaires vierges entre chaque page par le donateur lui-même peu avant son décès. Je remercie vivement Régis Rech, conservateur à la Médiathèque, de m’avoir fait découvrir l’ensemble de ce fonds et d’avoir... ruiné mon vain espoir d’avoir trouvé un exemplaire manipulé et bricolé par Fortunée Briquet pour mieux préparer une réédition de son livre.

88 La Réserve de la Médiathèque de Niort conserve ce recueil factice (P 209 E), tandis que le dépôt des Archives départementales des Deux-Sèvres possède trois versions du portrait : la gravure de Gaucher d’après Noireterre, un dessin de Pauline Goujon imprimé dans l’Histoire de la ville de Niort et une lithographie imprimée à Paris où la même artiste a « gothicisé » le « Mme Briquet » du titre et modernisé l’échancrure de son corsage (AD 79 : 2 Fi 92-93 et 95).
Des remarques précieuses m’ont été faites sur les différents états de cette gravure par Véronique Meyer et Gerhard Fries, que je remercie vivement.

89 L’analyse de la « guirlande » offerte à Julie d’Angennes est l’occasion pour Fortunée Briquet de rappeler l’existence des velins du Jardin du Roi et de leurs femmes peintres (FBD, p. 243).

90 Sur Noireterre (un nom parfois orthographié Noireserre ou Noiresterres), voir, outre les grands dictionnaires biographiques d’artistes, le catalogue de l’exposition bordelaise, L’âge d’or du petit portrait (Paris, RMN, 1995) et Emile Bellier de la Chavignerie (Dictionnaire général des artistes de l’école française, Paris, Renouard, 1885, t. II, p. 166) qui signale qu’elle peignit les portraits des époux Gaucher en 1787 et celui de Fortunée Briquet en l’an X. Il n’en est rien dit par Elke et Hans Harten, op. cit., p. 77-92 et pl. (« Petit lexique des femmes artistes de la Révolution »).
Sur Gaucher (1740 ?-1804), voir sa nécrologie dans le Nouvel almanach des Muses (1804, p. 235) ; Roger Portalis, Ch.-Ét. Gaucher graveur, Paris, Morgand et Fatout, 1879, ill.

91 FBD, p. 194, 276, 288 (portraits de Graffigny, Roland et Sévigné).

92 On peut regretter que si peu d’études portent sur la présentation typographique des pages de titre (sauf quand elles sont illustrées) alors qu’auteurs et éditeurs y sont souvent très attentifs (ainsi Rousseau pour sa Julie ou la Nouvelle Héloïse (1762), Paris, Gallimard, 1964, p. 1336) et que l’on parlait de frontispicio di Libri pour désigner quelqu’un qui « n’a qu’un souvenir méchanique de tout ce qu’il a lu » (Louis-Antoine Caraccioli, Lettres récréatives et morales, Paris, Bassompierre, 1767, t. 2, p. 201).

93 Jean-Jacques Rousseau, op. cit., p. 206 (lettre V de la seconde partie) ; et déjà les lignes de la lettre XLVI de la première partie sur « la différence morale des sexes » (p. 128). Pourquoi donner la parole à Claire plutôt qu’à Julie ? Merci à Julien Gœury de m’avoir aidée à formuler des remarques qui restent à approfondir (Nicole Pellegrin, « Le Dictionnaire de Fortunée Briquet (1804) : fabrication et postérité d’une histoire littéraire au féminin », in Martine Reid dir., Les femmes dans la critique et l’histoire littéraire, Paris, Champion, 2011, p. 108).
Les lectures enthousiastes et souvent contradictoires de Julie sont analysées par Claude Labrosse, Lire au XVIIIe siècle, op. cit.

94 Marguerite Buffet, Nouvelles observations sur la Langue française [...], avec les éloges des plus illustres savantes, tant anciennes que modernes, Paris, Cusson, 1668, p. 108.

95 Mary Wollstonecraft (1759-1797), mal orthographiée « Walstooncraft », est citée une fois dans la notice de Pipelet : comme celle-ci, sa célébrité aurait été acquise « par une production sur les droits des femmes » dont Briquet prit peut-être connaissance chez Héléna-Maria Williams (FBD, p. 257 et 307-309) ; Claire Tomalin, The life and death of Mary Wollstonecraft, Penguin Books, 1985, p. 164). Le texte intitulé The Vindication of Women’s Rights (Londres, 1792) traduite en français la même année, ne semble pas avoir été lu par Briquet, pas plus que les traités de Poullain de la Barre (De l’Égalité des deux Sexes. De l’Éducation des dames. De l’excellence des hommes, édition, présentation et annotation par Marie-Frédérique Pellegrin, Paris, Vrin, 2011).

96 Article d’août 1791 du Journal des Droits de l’Homme qui confronte listes de femmes célèbres et « nombre des hommes bornés » pour mieux réclamer l’égalité des droits politiques (cité par Christine Fauré, op. cit., p. 211).

97 FBD, p. 93.

98 Orthographe erronée : « Sachon » (FBD, p. 278). Cette religieuse défroquée (1631-1703), redécouverte depuis peu, est, entre autres, l’auteure d’un Traité de la morale et de la politique (1693), d’une apologie Du Célibat volontaire (1700) et du Petit traité de la faiblesse, de la légèreté et de l’inconsistance qu’on attribue aux femmes mal à propos (éd. par Séverine Auffret, Paris, Arléa, 2002). Voir Jeannette Geffriaud-Rosso (« G. Suchon : une troisième voie pour la femme », in Ouverture et dialogue, Tübingen, G. Narr, 1988, p. 669-678) ; Linda Timmermans (op. cit., passim) ; Colette Winn (« Suchon, Gabrielle », in Eva Sartori, op. cit., p. 518-519).

99 FBD, p. 197, 295 et 102.

100 L’opposition moralité versus activité littéraire, récurrente dans le Dictionnaire, a des implications plus larges qui restent à vérifier car elles ne concernent pas seulement le poncif des dangers du roman (FBD, p. 126, 121 et passim).

101 FBD, p. 83-84. Duboccage sert encore d’exemple car « pour une amie des lettres, la vieillesse est le soir d’un beau jour ». Pizan démontre combien l’étude peut être consolation et gagne-pain, mais cette double thématique est présente un peu partout dans le dictionnaire (ibid., p. 142, 191, 226, 304, etc.), tandis que Tencin illustre mieux que d’autres les vertus apaisantes et moralisatrices du passage à l’écriture (p. 297).

102 FBD, p. 102, 120, 258 et 263. Sur Thiroux d’Arconville (1720-1805), Marie-Laure Girou-Swiderski (« Vivre la Révolution. L’incidence de la Révolution sur la carrière et la vie de trois femmes de lettres », in Marie-France Brive (dir.), Les femmes et la Révolution, op. cit., t. 2, p. 239-249) et le collectif sous la dir. de Patrice Bret, Patrice Van Tiggelen et Brigitte Van Tiggelen éds., Madame d’Arconville. Une femme de lettres et de sciences au siècle des Lumières, Paris, Hermann, 2011.

103 FBD, p. 308-309. Girondine et collaboratrice de La Décade, Helen Maria Williams (1769-1827) s’était fixée en France par attachement aux idéaux républicains (Marc Regaldo, op. cit., t. I, p. 271 et t. II, p. 859-861 ; Deborah Kennedy, Helen Maria Williams and the Age of Revolution, Lewisburg (PA), Bucknell U. P., 2002).

104 Jack Goody, La Raison graphique, Paris, Minuit, 1979, p. 140-196.

105 Sept femmes de lettres au moins sont comparées à Sapho pour leurs œuvres poétiques : une abbesse tarasconaise du XVIe siècle (Claude de Bectoz), une Anversoise de ce temps (Anne de Bins), Dacier, Catherine Desroches, Labé, Scudéry, Viot (FBD, p. 123, 128, 156, 166, 255, 286, 305). Seule Louise Labé, « la Sapho de France » selon Briquet, est discutée d’un point de vue moral par le biais d’une citation de l’abbé Barthélémy (Voyages du jeune Anacharsis en Grèce, Paris, Debure, 1788). Sur cette comparaison avec Sapho, conventionnelle et cependant troublante, les livres précieux de Joan DeJean (Sapho. Les fictions du désir (1546-1937), Paris, Hachette, 1994, et notamment p. 7-23) et d’Huguette Krief, La Sapho des Lumières, Saint-Etienne, PUSE, 2006.

106 La Décade, an XII/4e trimestre, p. 47-48. Galamment le journaliste précise qu’on reprocha parfois à Tite-Live de s’exprimer « en citoyen de Padoue » et que d’ailleurs le style de l’auteur du dictionnaire est presque « toujours élégant et pur ».
En attendant une vérification systématique de toutes les données fournies par chaque entrée du dictionnaire, il faut noter au moins qu’y est entérinée une double supercherie, l’invention par deux auteurs masculins (Ménégault et Vanderburgh) d’écrivaines qui leur ont servi de pseudonymes : Gaëtan et Surville (FBD, p. 187 et 295). Naïveté dont Ménégault, l’auteur en 1801 du Mérite des hommes. Poëme, se réjouit dans le Martyrologe (op. cit., p. 62). De même le critique, déjà cité de La Décade, note une mauvaise attribution d’une pièce de théâtre dérivée du roman, Ibrahim, de Scudéry (FBD, p. 284 ; La Décade, an XII/4e trimestre, p. 285). Y ajouter des erreurs orthographiques : Sachon pour Suchon, Walstooncraft pour Wollstoncraft, etc.

107 Charles Pougens, op. cit., p. 137.

108 FBD, p. 80 et titre.

109 Comptages approximatifs donnés à titre indicatif : ils ne tiennent pas compte des lignes incomplètes et des blancs créés par l’insertion de citations.

110 L’abbé Jean Lebeuf, Dissertations sur l’Histoire ecclésiastique et civile de Paris, Paris, Lambert et Durand, 1739.

111 Première phrase du journaliste de La Décade, an XII/4e trimestre, p. 47 ; FBD, p. 80. Sur la modération de ce journal vis-à-vis des revendications des femmes, voir Marc Regaldo, op. cit., t. I, p. 881-891.

112 Suggestion qui m’a été faite par Dominique Godineau et que confirme Christine Fauré (op. cit., p. 211). Un texte anonyme de 1791 s’exaspère de ce que les législateurs aient « assimilé les femmes et les filles françaises aux hommes étrangers à la patrie », privés de tout droit et même si une partie d’entre eux ont pu cependant parfois accéder à des formes de citoyenneté honorifique et siéger dans les assemblées (Georges Avenel, Anacharsis Cloots, l’Orateur du genre humain, Paris, Champ Libre, 1976).

113 Le Monde, jeudi 6 mars 2003, p. 7 (enquête passant, à dire vrai, sous silence le problème de la sexuation de tous les panthéons existants).

114 Une définition qui n’est peut-être pas celle de Briquet, muette sur ce qu’elle entend par « naturalisées en France » mais qui par la mention des lieux de naissance, suggère l’existence d’éventuelles « étrangères », d’ailleurs difficiles à qualifier comme telles, du fait de recompositions territoriales, en cours au temps de Briquet ou ultérieures : six Italiennes (Andréini, Catherine de Médicis, Mancini, la première Riccoboni, Rochefoucauld-Pic de la Mirande, Rolly, Wuiet) ; six Belges dont une Italienne née à Liège (Bins, Dentière, Porrete, Wasse, Wouters ; quatre Allemandes (Charlotte de Bavière dite la Princesse palatine, Kourzrock, Reclam-Stosch, Viot) ; deux Suissesses (Necker, Warens) et une Hollando-Suissesse (Saint-Hyacinthe alias Charrière) ; une Anglaise (Williams). Quant à Montbert et Prémonval, d’origine française, elles résidaient en Prusse.

115 FBD, p. 307-309 (dans le texte original, 47 lignes sur Wasse (1769-1802) et 51 sur Williams (1769-1827). Ménégault (op. cit., p. 307) déclare « Vasse » toujours vivante en 1816 et l’accuse d’avoir « mis au jour une douzaine de romans, qui ne le cèdent, pour le style et l’invention, à aucun des ouvrages médiocres dont nous sommes enrichis depuis vingt-cinq ans ».

116 FBD, p. 87. Un étrange étalage d’érudition au service de la mission civilisatrice des femmes ? Alcuin (735 ? - 804) prit part entre autres à la réforme scolaire carolingienne et Bertille a droit à deux lignes dans le Dictionnaire des femmes célèbres (op. cit., t. I, p. 340).

117 FBD, p. 78 et 79. Voir les articles « Etrangers » et « Nation/nationalité » de Jean-René Surrateau, in Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989, p. 425-427 et 781-783 ; Sophie Wahnich, L’impossible citoyen. L’étranger dans le discours de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1997 ; Jennifer Heuer, « « Afin d’obtenir le droit de citoyen... en tout ce qui peut concerner une personne de son sexe » : devenir ou cesser d’être française à l’époque napoléonienne », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 2000, no 12.

118 FBD, p. 93 et La Décade, op. cit., p. 47 et 48. La signification de l’ordre de ces listes reste à élucider : priorité aux plus célèbres, aux privilégiées de la naissance, aux membres d’une coterie, etc.

119 La diversité des usages de ce type d’écrits est bien illustrée par le cas du scribe de village, Pierre Prion : il copie pour son maître, on l’a vu, « les femmes fortes de l’Europe » mais il s’amuse aussi à inclure dans une bibliothèque canularesque de soixante-et-un titres inventés : « Le Savoir des femmes, par M. Babillard » et « La Vie de Bonneterre, femme de Montpellier, élue capitainesse qui défendit cette ville contre Louis XII, par Madame Quentin » (Pierre Prion scribe, op. cit., p. 143 et 151). Le succès des livres liés à la célébrité au féminin, se lit chez une écrivaine espagnole d’une toute autre envergure, sœur Juana Inès de la Cruz (« Réponse de la poétesse à la sœur Philotée de la Croix » in Le Divin Narcisse, Paris, Gallimard, 1987, pp. 256-258), mais aussi chez Montpensier (Lettres, p. 41 et 54), etc. La recension de ces usages reste à poursuivre.

120 Un détournement qu’il faut souhaiter ironique et qui paraphrase l’affirmation d’Aimée de Coigny (Journal, Paris, Perrin, 1981, p. 113) : « Mme Roland, comme toute cette engeance d’écrivassières n’offrant jamais que la plus exécrable cuisine ».

121 Sabatier de Castres, op. cit., t. II, p. 135 (notice de Guibert).

Auteur

Nicole Pellegrin, historienne du genre et anthropologue du vêtement au CNRS (chargée de recherche honoraire), est l’auteure de cette réédition, qu’enrichissent une biographie de Fortunée Briquet et des commentaires sur une œuvre méconnue et nécessaire.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540