Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des Françaises connues par leurs écrits

 | 
Fortunée Briquet

Texte

A la même

Texte intégral

1Niort, le 27 prairial an II.

2Lorsque l’on m’a remis votre dernière lettre, j’étais occupée à parer mon jardin d’une plante, nouvellement en fleur, que j’ai rencontrée dans mes promenades champêtres. C’est l’Ophrys ou Orchis mouche, ainsi nommée sans doute, parce que la fleur ressemble à une mouche qui vole. La campagne que vous habitez vous offrira cette belle plante, dans les terrains dont le sol est crayeux. Elle est de la vingtième classe de Linné ; la tige en est garnie de feuilles, et la lèvre du nectaire, légèrement divisée en cinq lobes... C’est assez s’occuper aujourd’hui de botanique. Je viens à la partie de votre lettre, où vous parlez de l’influence que les femmes ont exercée en France ; et, puisque vous l’exigez, je vais vous dire ce que je sais à ce sujet.

3Les femmes des anciens Gaulois eurent pendant long-tems l’administration des affaires civiles et politiques. Elles jouissaient d’une si grande réputation de justice et de sagesse, que dans un traité d’Annibal avec leur nation, un des articles portait : Si quelque Gaulois a sujet de se plaindre d’un Carthaginois, il se pourvoira devant le sénat de Carthage établi en Espagne ; si quelque Carthaginois se trouve lésé par un Gaulois, l’affaire sera jugée par le conseil suprême des Femmes Gauloises. Sous le gouvernement des femmes, les Gaulois firent trembler l’Italie, et prirent même la ville de Rome. Cependant les Druïdes usèrent avec tant d’adresse de l’empire que la religion leur donnait sur les esprits, qu’ils parvinrent à s’emparer du souverain pouvoir. Ils ne laissèrent aux femmes qu’une petite partie de l’autorité qu’elles avaient exercée. Celles-ci, arbitres autrefois de la paix, de la guerre, et juges des différends survenus entre les Vergobrets, ou de ville à ville, n’eurent plus que le droit de juger les affaires particulières pour fait d’injures. Des fonctions du sacerdoce, elles ne retinrent que celles qui concernaient la divination ; encore les partagèrent-elles avec les Druïdes. L’étude les consola de ces pertes. Elles tinrent des écoles, et donnèrent aux femmes les mêmes leçons que les jeunes Gaulois recevaient de leurs prêtres. Il y avait des Druïdes dans les Gaules, à l’époque de l’invasion de ce pays par les Francs.

4Subjugués par la force, les Gaulois eurent la gloire, à leur tour, de subjuguer leurs vainqueurs par de plus douces armes, celles de la persuasion. Cette révolution fut l’ouvrage d’une femme : Clotilde, épouse du roi Clovis I.er, lui fit embrasser la religion chrétienne. Les Francs, peuple idolâtre, s’empressent de suivre l’exemple de leur roi. Les Armoriques qui s’étaient soustraits à l’empire romain, se donnent à Clovis, ainsi que les Romains qui gardaient les bords de la Loire. La qualité de catholique rend ce prince cher au reste des Gaulois. La moitié de l’Europe, dit Voltaire, doit aux femmes son christianisme.

5Au septième siècle, le monastère de Sainte-Croix de Poitiers, qui avait été fondé par Sainte Radégonde, épouse de Clotaire I.er, conserva le souvenir précieux des études. Batilde, veuve de Clovis II, eut la régence pendant la minorité de son fils Clotaire III. Le gouvernement de cette princesse fut celui de la douceur, de la prudence et de la justice. Batilde garantit d’exactions arbitraires les pères de famille qui avaient plusieurs enfans, fit des lois sévères pour réprimer les abus, travailla à la réformation des mœurs, et, après dix années d’une administration pleine de sagesse, elle se retira dans le monastère de Chelles qu’elle avait fondé. La réputation de ce monastère, pour les études, passa jusque dans la Grande-Bretagne, et l’on vit aborder de ce pays plusieurs personnes des deux sexes, qui venaient s’instruire dans les écoles de cette paisible retraite. Les rois de la Grande-Bretagne voulurent même établir dans leurs états des maisons fondées sur ce modèle ; et, dans le dessein d’y faire régner le même esprit, ils firent demander à Bertille, première abbesse de Chelles, des sujets propres à remplir leurs vues. Bertille, ayant fait un choix parmi ses élèves, et les ayant munis de livres nécessaires à leur mission, les envoya dans une terre étrangère, qui nous donna depuis le savant Alcuin.

6Les monastères de religieuses du huitième siècle s’occupaient à transcrire les livres anciens, quoique l’usage d’en faire des copies fût abandonné presque par-tout.

7Charlemagne mérita le titre glorieux de restaurateur des lettres ; il établit, jusque dans son palais, des écoles où il allait, avec les princes ses fils et les princesses ses filles, écouter les leçons des maîtres. Le goût du roi, dit le président Hérault, mit les sciences à la mode ; il n’y eut pas jusqu’aux femmes, parmi lesquelles on en vit une se distinguer dans l’astronomie. Giselle, sœur de Charlemagne, protégea les gens de lettres.

8Les successeurs de ce monarque n’héritèrent point de son génie : aussi le neuvième siècle, au commencement duquel mourut ce prince, fut-il menacé de retomber dans les épaisses ténèbres de l’ignorance. Toutefois les monastères des deux sexes s’appliquèrent encore à conserver le précieux dépôt des connaissances humaines, en multipliant les copies des ouvrages des anciens.

9Le dixième siècle vit naître la chevalerie, cette institution singulière, dont l’amour, la guerre et la religion formèrent la base. Chaque chevalier consacrait exclusivement à sa maîtresse son cœur et ses hommages ; uniquement occupé de lui plaire, il aspirait à la gloire des armes et des vertus. Paré des couleurs de sa Dame, il la servait comme une divinité, et plein d’un respect religieux pour ses perfections, il se faisait un devoir d’exposer même sa vie pour leur assurer l’admiration publique. En tirant l’épée, il invoquait sa Dame, comme le poëte, en prenant la plume, invoque sa Muse. Une illustre naissance et de hauts faits d’armes ne suffisaient pas pour être admis dans l’ordre de la chevalerie ; il fallait être de plus sans reproche. L’amour s’accrut en s’épurant, et cette qualité morale rendit les deux sexes plus estimables. La chevalerie servit de contre-poids à la férocité générale des mœurs.

10Les Troubadours suivirent de près cette institution. Constance d’Arles, qui épousa le roi Robert en 998, amena de Provence, à la cour de ce monarque, les Troubadours les plus célèbres de son tems : elle y introduisit avec eux le goût de la rime, unique règle qui distingua pendant long-tems les vers de la prose.

11Le roman, mélange informe de latin, de celtique et de tudesque, était devenu la langue vulgaire ; mais personne ne l’écrivait encore. Les Troubadours l’adoptèrent, leurs chansons naïves mirent en faveur cet idiôme. Nous leur devons les premiers progrès d’une langue qui nous a donné une espèce de suprématie sur les autres peuples européens.

12On vit alors les Troubadours se disputer à qui enleverait les suffrages. Les Belles qui décernaient les prix aux vainqueurs dans les tournois, en réservaient pour les Poëtes qui réussissaient le mieux à chanter ces triomphes. Quelquefois ils exerçaient leur génie sur des sujets du choix de leurs Mécènes, et les Dames adjugeaient des prix à ceux qui se distinguaient dans ces luttes poétiques. Les femmes elles-mêmes parurent souvent avec gloire dans cette carrière littéraire. Le tribunal auquel les Dames présidaient, se nommait le Parlement ou la Cour d’Amour. Il s’éleva, dans le treizième siècle, une dispute entre Simon Doria et Lanfranc Sygalle sur cette question : Qui est le plus aimable de celui qui est né libéral, ou de celui qui s’efforce de le devenir ? Ces deux Troubadours portèrent leur procès à la Cour d’Amour des Dames de Pierrefeu et de Signe ; mais n’ayant point été satisfaits de leur décision, ils en appelèrent à la souveraine Cour des Dames de Romanin. L’histoire nous a conservé les noms de celles qui composaient ce dernier tribunal : Phanette des Gantelmes, Dame de Romanin ; la Marquise de Malespine ; la Marquise de Saluces ; Clarette, Dame de Baulx ; Laurette de Saint-Laurens ; Cécile de Rascasse, Dame de Caromb ; Hugonne de Sabran, fille du comte de Forcalquier ; Hélène, Dame de Mont-paon ; Ysabelle des Borrilhons, Dame d’Aix ; Ursine des Ursières, Dame de Montpellier ; Alaëthe de Meolhon, Dame de Curban ; Elys, Dame de Meyrargues.

13Le Monge des Isles-d’Or ou d’Hières parle d’une autre question qui fut portée au tribunal des Dames tenant cour d’Amour à Pierrefeu et à Signe. La voici : Qui aime plus sa Dame absente que présente, et qui induit plus fort à aimer, ou les yeux, ou le cœur ?

14L’amante de Pétrarque, la belle Laure, fut de la seconde Cour d’Amour, qui s’assemblait, au 14e. siècle, dans le Comtat à Sorgues ou à l’Isle.

15A la faveur de ces jeux d’esprit, l’humanité se fit jour en des cœurs encore barbares ; elle devint bientôt l’apanage des Français, et cette révolution dans les mœurs fut en partie l’ouvrage de l’Amour.

16Les femmes n’eurent pas seulement des Cours d’Amour, elles devinrent aussi magistrats, en possédant des seigneuries, et exercèrent la juridiction des fiefs dans toute son étendue : elles tinrent leurs Assises ou leurs Plaids, y présidèrent, et jugèrent dans la Cour de leurs suzerains.

17Les Troubadours finirent au 14e. siècle, et le génie poétique baissa beaucoup en France. Pour le ranimer, Clémence Isaure fonda les prix des Jeux Floraux. Cette jeune et savante bienfaitrice de sa patrie, dit Lefranc de Pompignan,

... Annonce les jours célèbres,
Qui sous François et sous Louis,
Après des siècles de ténèbres,
Frapperont nos yeux éblouis.
........................................................
Ses jeux entr’ouvrent la barrière
Aux arts plongés dans le sommeil.

18Il y aurait de l’injustice à passer sous silence deux reines du treizième siècle, dont les noms sont chers aux lettres. L’une est Marie de Brabant, qui combla de bienfaits les favoris des Muses, et qui même aida un fameux poëte de son tems, nommé Ly Roix Adenez, à mettre en bon ordre le roman de Cléomadez. L’autre est Jeanne de Navarre, protectrice des savans, qui fonda, avec une magnificence vraiment royale, le collège qui porta son nom.

19Les évènements mémorables qui se passèrent sous Charles VII, sont des titres glorieux de l’influence des femmes. Jeanne d’Arc releva le courage abattu des Français, et ramena la victoire sous leurs drapeaux. Marie d’Anjou, épouse de Charles, et même Agnès Sorel, son amante, contribuèrent beaucoup par la sagesse de leurs conseils au rétablissement des affaires de ce prince, qui ne fut guère que le témoin des merveilles de son règne. Agnès Sorel imprima une galanterie décente à son siècle. Anne de Bretagne, épouse de Charles VIII et ensuite de Louis XII, eut le mérite encore plus grand de rendre la sagesse et la modestie si estimables, que les femmes du plus haut rang n’osaient paraître à la cour sans ces deux qualités. Les savans eurent part aux libéralités d’Anne de Bretagne ; Jean Marot prenait le titre de poëte de la magnifique reine.

20Le seizième siècle fut une époque très-brillante de l’influence des femmes. Louise de Savoie, mère et institutrice de François I.er, avait protégé les gens de lettres ; leur reconnaissance couvrit de fleurs son tombeau. La gloire de protectrice des littérateurs et des savans fut héréditaire dans cette famille : on se rappellera toujours avec une vénération religieuse les noms de Marguerite de Valois, de Jeanne d’Albret sa fille, et de Marguerite de France. A l’exemple de ces Princesses, les Dames Desroches de Poitiers firent de leur maison le sanctuaire des Muses.

21Anne de Bretagne avait commencé à attirer des femmes à la cour ; mais ce ne fut que sous François I.er qu’elles y parurent avec éclat. Clément Marot puisa dans leur conversation cette naïveté dans les pensées, ce naturel dans l’expression, cette vivacité dans les tours, en un mot cet élégant badinage qui fait le charme de ses poésies.

22Le règne de Henri II fut celui de Diane de Poitiers : elle protégea les lettres. Je trouve parmi les enfans de ce prince Diane d’Angoulême, qui, après la mort du duc de Guise, négocia le traité d’union entre Henri III et Henri IV. Vous ne voulez pas que je vous entretienne de l’épouse de Henri II, de cette femme d’un génie vaste et d’un caractère atroce, qui, sous le règne du second de ses fils, effraya par ses fureurs l’Amour et les Muses. Songez plutôt à l’heureuse influence des régences mémorables de la mère de Louis IX et de celle de François I.er. Vous donnerez quelques larmes à la sanglante catastrophe qui termina les jours infortunés de Marie Stuard, cette jeune et belle reine, pleine d’esprit et de grâces, qui fit des adieux si touchans à la France, où elle avait été élevée. La calomnie s’est attachée à sa mémoire ; et, pour enlever à cette princesse jusqu’aux regrets de la postérité sur sa fin tragique, elle a peint des couleurs les plus affreuses toutes les actions de sa vie. Marie Stuard n’avait pas encore épousé François II, lorsqu’elle prononça, avec l’applaudissement de toute la cour de France, un discours latin, où elle prouvait qu’il est bienséant aux femmes d’étudier et d’être savantes. Elle en fut elle-même la preuve, et les lettres adoucirent les horreurs de sa longue détention. Le mérite poétique de Ronsard pénétra jusque dans la prison de cette reine ; et, en 1583, elle lui envoya un buffet fort riche, représentant le mont Parnasse, au haut duquel était un Pégase, avec cette inscription :

A Ronsard, l’Apollon de la source des Muses.

23C’est ici le lieu de vous parler de la duchesse de Retz. Cette femme, d’une érudition étonnante, fit la fortune de son époux, sous les règnes de Charles IX, de Henri III et de Henri IV. Elle était la seule personne à la cour de Charles IX, qui possédât toutes les langues vivantes de l’Europe. Aussi ce prince la consultait sur toutes les affaires politiques où l’intelligence de ces langues était nécessaire. Elle répondit en latin aux ambassadeurs qui vinrent annoncer au roi l’élection du duc d’Anjou à la couronne de Pologne. Mère de dix enfans, elle consacrait une partie de la journée à leur éducation. La nuit la trouvait souvent occupée à cultiver les sciences et les lettres. Son fils, le marquis de Belle-Isle, après la mort de Henri III, se laissa gagner par les Ligueurs, et résolut de s’emparer du bien paternel. La duchesse assembla des soldats, se mit à leur tête, effraya les Ligueurs, dissipa leur faction, conserva l’héritage de ses pères, et maintint ses vassaux dans l’obéissance de Henri IV. Ce prince la combla de louanges et de bienfaits.

24Le règne de Henri IV ne pouvant manquer d’être glorieux pour les femmes. Ce monarque avait les mœurs d’un preux chevalier ; il avait reçu de sa mère une éducation très-soignée ; de ses deux épouses, l’une fut savante ; l’autre, amie des beaux-arts, gratifia Malherbe d’une pension de 500 écus, fit bâtir le palais du Luxembourg, et chargea Rubens d’embellir une galerie de ce château.

25Le cardinal de Richelieu, durant son ministère, érigea l’Académie Française, fonda l’Imprimerie Royale, établit le Jardin des Plantes, et prépara les merveilles du règne de Louis le Grand. Il dut son élévation à la marquise de Guercheville et à la maréchale d’Ancre qui la commencèrent, et à Marie de Médicis qui l’acheva, dirai-je pour sa gloire ou pour son malheur ? J’écris : pour l’une et pour l’autre.

26L’influence des femmes ne fut peut-être jamais plus sensible que sous le règne de Louis XIV. Ce prince les aima toute sa vie, et finit par épouser sa maîtresse. Pendant sa minorité, elles prirent une part très-active à la guerre de la Fronde, dont elles se distribuèrent les principaux agens. Le duc de Beaufort échut à Madame de Montbazon, le duc de la Rochefoucault à Madame de Longueville, Nemours et Condé à Madame de Châtillon, le Coadjuteur à Mademoiselle de Chevreuse, le duc d’Orléans à Mademoiselle de Saujon, et le duc de Bouillon à la duchesse son épouse. Ces Dames joignirent à leur parure les écharpes qui distinguaient leur parti. Les Parisiens sortaient en campagne ornés de plumes, de devises et de rubans ; les troupes du Coadjuteur s’appelaient le régiment de Corinthe, et la cabale du prince de Condé portait le nom de cabale des Petits-Maîtres : On se croit retourné au tems de la chevalerie. La reine-mère mit fin à cette guerre ridicule, en renvoyant le cardinal Mazarin. Les femmes abandonnèrent les factions pour ne s’occuper que de littérature et de galanterie. Henriette d’Angleterre, élevée à la cour de France, y introduisit une politesse et des grâces inconnues au reste de l’Europe ; la cour, dit Racine, la regardait comme l’arbitre de tout ce qui se faisait d’agréable. C’est de cette princesse que Louis XIV apprit à mettre de la dignité dans ses plaisirs, et à couvrir même la volupté du voile de la décence. Le nom d’Henriette d’Angleterre doit être mis dans la liste brillante des protectrices des gens de lettres ; elle s’empressa de réparer l’oubli du monarque dont les bienfaits allèrent étonner les savans du nord, et qui négligea La Fontaine. Plusieurs autres femmes réclament la gloire d’avoir été les bienfaitrices du poëte qui place au Tartare

Ceux dont les vers ont noirci quelque belle.

27Je vous nommerai la duchesse de Bouillon, et sur-tout Madame La Sablière, dont le nom est devenu inséparable de celui de La Fontaine. Il n’est point d’homme de génie, dans ce siècle, qui n’ait eu sa providence : Quinault la trouva dans Mesdames de Thiange et de Montespan, Lulli dans Mademoiselle de Montpensier, Racine et Boileau dans Madame de Maintenon. L’hôtel de Rambouillet, celui de Madame la duchesse du Maine, la maison de Mademoiselle Ninon de Lenclos peuvent être désignés sous le nom de Volières des Muses et des Grâces.

28On ne peut guère parler du siècle de Louis XIV, sans dire un mot du mérite des ouvrages des femmes de lettres qui l’ont illustré. Vous serez charmée de l’esprit et de la fécondité de Mademoiselle de Scudéry, du style et du bon goût de Madame Lafayette, des grâces naïves de Madame Sévigné, le La Fontaine de la prose ; de la pureté de la morale de Madame Lambert, de l’érudition profonde de Madame Dacier, et de l’intérêt qui anime les Mémoires de Mademoiselle de Montpensier et de Madame de Motteville. Les Idylles de Madame Deshoulières vous offriront la peinture des mœurs de l’âge d’or.

29Vous trouverez dans le règne de Louis XV de brillans souvenirs du règne précédent. Vous y remarquerez l’influence des femmes, non pas celle qu’elles exercèrent sous la régence, époque où le vice fut sans pudeur, la décence méprisée, le scandale en honneur, où le libertinage enfin détruisit l’amour. Vous arrêterez vos regards sur les jours que le crédit de Madame Pompadour rendit célèbres par un reste de politesse et de galanterie ; vous admirerez la conduite héroïque de Madame de Châteauroux, qui eut le courage de repousser de ses bras le monarque, et l’envoya se couvrir de lauriers à Fontenoi. Il est des noms chers aux lettres, qui viennent se placer sous ma plume : Madame Geoffrin, Madame du Deffand, Mademoiselle Lespinasse ; leurs maisons furent le rendez-vous des littérateurs les plus distingués. Vous avez entendu parler des ouvrages de la savante Duchâtelet ; vous ferez vos délices des Romans de Madame Riccoboni, la première femme dans ce genre d’écrire. Vous lirez avec plaisir la prose et les vers de Madame Duboccage ; elle conserva dans une carrière longue et glorieuse les mœurs du siècle de Louis le Grand ; sa société fut particulièrement composée de Clairaut, de Fontenelle, de Gentil-Bernard, d’Helvétius, de Condillac, de Bailli, de Condorcet, de l’abbé Barthélemi, de Pougens.

30Les mœurs s’altérèrent de nouveau dans les dernières années de Louis XV ; l’hypocrisie fut le seul hommage que la vertu reçût à la cour. Le sceptre passa sans gloire entre les mains de Louis XVI, prince faible, qui n’eut que les vertus d’un simple particulier. Les femmes régnèrent encore, mais sans éclat : car le trône se démontait pièce à pièce ; et, à la révolution, il n’y avait déjà plus de roi. A cette époque, les femmes reprirent leur énergie. Sous la tyrannie des décemvirs, leur conduite fut héroïque. Pour ne citer qu’un exemple, quelle sublime abnégation de soi-même dans la démarche de cette femme supérieure à Brutus, Charlotte Corday, qui abattit la tête la plus hideuse de l’hydre de la terreur ! L’ouvrage commence par une femme, une autre femme l’acheva : Madame Cabarus fut en partie la cause de l’évènement connu sous le nom de neuf thermidor. La postérité confirmera sans doute le jugement que nos contemporains ont porté sur le mérite littéraire des Dames Genlis, Staël, Flahaut, St-Léon, Cotin, Keralio-Robert, Beauharnais, Pipelet, Viot, Laférandière, Joliveau, etc.

31Tel est, chère Élise, tel est à-peu-près l’aperçu que vous m’aviez demandé. Si mon esquisse est fidelle, vous devez y voir que, jusqu’à présent, les siècles où les femmes ont eu le plus d’empire, sont presque toujours ceux qui ont jeté le plus d’éclat.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540