Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des Françaises connues par leurs écrits

 | 
Fortunée Briquet

Texte

A Mademoiselle Élise A....

Texte intégral

1Niort, le I.er germinal, an II.

2Que faites-vous, chère Élise ? A dix-huit ans, avec des richesses et de la beauté, vous cultivez les lettres ! Trois années n’ont point encore épuisé votre constance ! Au contraire, à vous entendre, l’étude offre sans cesse de nouveaux charmes, et procure de nouveaux plaisirs :

Du chagrin le plus noir elle écarte les ombres,
Et fait des jours sereins de mes jours les plus sombres.
RACINE.

3Si je vous représente que certaines gens attachent du ridicule au savoir dans les femmes, dont ils regardent les vertus mieux en sûreté sous la sauve-garde d’une heureuse ignorance et d’une douce oisiveté ; vous me répondez avec La Fontaine :

Laissons dire les sots, le savoir a son prix.

  • 1 Horace, Epître à Lollius.

4Vous ajoutez, d’après un ancien1 : La vertu n’est point un don de la nature, mais de l’étude. L’ignorance et le désœuvrement enfantent la moitié des crimes.

5Si je réplique : Une femme savante est triste et répand la tristesse ; elle perd ses grâces, et n’est qu’un homme de plus ; vous riez de mon objection, et vous m’écrivez : « Avec plus de connaissances, on est capable de plus de plaisirs ;

Qui possède un talent peut promettre un bienfait.
LA HARPE.

 » Les grâces se trouvent plus ordinairement
 » dans l’esprit que dans le visage, et les
 » femmes qui se distinguent dans les sciences
 » ou dans les lettres, deviennent, non pas des
 » hommes, comme le prétend le vulgaire, mais
 » des femmes plus aimables : on ne dénature
 » point le sexe en le perfectionnant. »

6Je cède à vos raisons, et je me range de votre parti : aussi-bien, d’après mon goût pour la littérature, j’aurais mauvaise grâce de contrarier le vôtre, et il ne me conviendrait guères de ne pas faire cause commune avec vous.

7La science, a dit Cornificie, est la seule chose au-dessus des révolutions de la fortune. Pourquoi cette ressource nous serait-elle interdite ? Ne sommes-nous pas appelées à partager avec les hommes les biens et les maux ? Et si, dans ce partage, la nature s’est montrée un peu marâtre à notre égard, pourquoi nous priver des consolations de l’étude ? L’étude sert d’aliment à une imagination souvent très-active chez les femmes ; elle accoutume avec soi, et rend la société plus agréable, parce qu’elle la rend moins nécessaire ; elle préserve de l’avilissement, et contribue aux bonnes mœurs ; elle prémunit contre un essaim de maux ou réels ou imaginaires, et fait échanger les heures d’ennui que l’on doit avoir dans le cours de sa vie, contre des heures délicieuses. Il est vrai, comme le dit Voltaire, il est vrai qu’une femme qui abandonnerait les devoirs de son état pour cultiver les sciences, serait condamnable, même dans ses succès ; mais, ajoute-t-il, le même esprit qui mène à la connaissance de la vérité, est celui qui porte à remplir ses devoirs. La reine d’Angleterre, l’épouse de Georges II, qui a servi de médiatrice entre les deux plus grands métaphysiciens de l’Europe, Clarke et Leibnitz, et qui pouvait les juger, n’a pas négligé pour cela un moment les soins de reine, de femme et de mère.

8La plupart des individus de l’espèce humaine sont malheureux, parce qu’ils ne savent pas s’approprier la partie du bonheur qui leur convient. Les lumières, bien loin de nuire à l’accomplissement des devoirs, en facilitent la pratique. Le bon goût n’est-il pas un amour habituel de l’ordre, et cet amour, une vertu de l’ame qui prend le nom de goût dans les choses d’agrément, et qui retient celui de vertu lorsqu’il s’agit de mœurs ? Le bon n’est que le beau mis en action.

9Molière a rendu un très-grand service, en jetant à pleines mains le ridicule sur les pédantes et les précieuses : car l’affectation est un vice aussi contraire au goût dans la société, qu’il l’est dans les beaux-arts. Je regarde que la comédie des Femmes Savantes et celle des Précieuses Ridicules doivent encourager les femmes à cultiver les sciences et les lettres. C’est une mer sur laquelle on court moins de risque de faire naufrage, depuis qu’un habile pilote en a signalé les principaux écueils. En effet, dans ces deux comédies, Molière enseigne aux femmes qu’il ne faut rien outrer, et que la modestie est à la science ce que la pudeur est aux grâces.

10Vous avez lu, chère Élise, les Odes d’Anacréon. Ce poëte aimable, ce philosophe charmant, ce peintre, dont les grâces ont broyé les couleurs riantes, a caché des leçons sous les fleurs ; il débit d’excellentes maximes en cueillant des roses. Son ingénieuse allégorie de l’Amour enchaîné par les Muses, indique aux femmes un des moyens les plus puissans de s’attacher leurs époux, et de rendre délicieuse la société conjugale, en dépit de cette maxime de Larochefoucauld : « Il y a de bons mariages ; mais il n’y en a point de délicieux. »

11Un autre motif qui doit engager les femmes à cultiver leur esprit, c’est que l’éducation du premier âge de la vie est confiée à leurs soins, à leurs lumières. N’est-ce pas à elles qu’il appartient de donner à leurs enfans les premières idées de courage, de grandeur d’ame ? N’est-ce pas à elles à leur inspirer les premiers sentimens de vertu, à les garantir des préjugés funestes à l’humanité ? Agricola dut à sa mère cette sobriété de sagesse si difficile et si rare, qui fait éviter l’excès, même dans le bien. Louis IX, François I.er et Henri IV, offrent de nouvelles preuves de l’importance de l’éducation donnée aux enfans par leurs mères : Louis IX fit régner la justice et l’humanité ; François I.er fut le père des lettres, et il ne lui manqua, pour être le premier prince de son tems, que d’être heureux ; Henri IV fut le père de ses sujets, et la France n’a point eu de meilleur ni de plus grand roi.

12A voir l’espèce d’éducation que reçoivent les jeunes Demoiselles, on serait tenté de croire qu’elles ne doivent pas vieillir : car on ne leur apprend rien qui puisse répandre des agrémens sur le dernier âge. Toute saison de la vie a ses épines, pour quiconque n’a aucune ressource en soi-même. Les lettres sont les meilleures armes de la vieillesse. Elles ont embelli les derniers jours de Madame Duboccage. Plus que nonagénaire, elle avait encore une cour brillante ; sa conversation était agréable, et même pleine de grâces ; peu de tems avant sa mort, j’ai écrit sous sa dictée des vers charmans. Pour une amie des lettres, la vieillesse est le soir d’un beau jour.

13Si vous allez, dans ce mois, herboriser à la campagne, je vous engage d’observer exactement le tems de la fleuraison des plantes que vous mettrez dans votre corbeille. J’en ferai autant de mon côté. La communication de ces notes nous fera connaître la différence de la température des lieux que nous habitons. N’oubliez pas, dans vos promenades, de vous munir d’un crayon et de quelques feuilles de papier. L’air balsamique du printems, le doux chant des oiseaux, l’émail des prairies, et l’ombre des bois, inspirent d’heureuses pensées. Ne méprisez pas mon conseil, vous éprouverez que les Muses ne se plaisent pas moins dans les champs que Flore. Adieu, chère Élise, persévérez dans vos goûts pour les lettres et pour la botanique.

La Harpe me semble avoir écrit pour vous, lorsqu’il a dit :
Les arts dont tu reçois une grâce nouvelle
Te rendront plus heureuse en te rendant plus belle.

Notes

1 Horace, Epître à Lollius.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540