Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des Françaises connues par leurs écrits

 | 
Fortunée Briquet

Texte

Avant-propos

Texte intégral

1Les sciences et les lettres comptent, parmi les écrivains français ou naturalisés en France, un assez grand nombre de femmes, depuis l’établissement de la monarchie jusqu’à nos jours, pour qu’il paraisse utile et agréable de les trouver réunies dans un Dictionnaire qui leur soit exclusivement consacré. Il est juste d’associer à leur gloire les Françaises qui se sont honorées par la protection qu’elles ont accordée aux gens de lettres. Cet ouvrage national n’existe point. J’ai osé l’entreprendre ; et c’est après quatre années de travaux que je le présente au public. Je n’avais eu d’abord que l’intention d’en faire un répertoire à mon usage particulier ; mais, encouragée par les suffrages de quelques littérateurs distingués, je me suis déterminée à le publier.

2Je n’ai rien négligé pour donner à ce Dictionnaire toute la perfection dont il est susceptible. Je possède et j’ai lu les meilleurs écrits des Françaises, et des Étrangères naturalisées en France ; j’ai consulté les jugements qu’en ont porté les auteurs les plus recommandables par leurs lumières et leur impartialité. Je n’ai cependant pas regardé qu’ils fussent toujours exempts d’erreurs. Je dois dire aussi que je n’ai pris dans aucun ouvrage les articles de mon Dictionnaire ; mais que j’ai rangé à ma manière les matériaux que m’ont fourni les Bibliothèques Françaises de la Croix du Maine et de Du Verdier, l’Apologie des Dames, la Bibliothèque historique et critique du Poitou, les Recherches pour servir à l’Histoire de Lyon, l’Histoire littéraire des Femmes Françaises, les Trois Siècles de la Littérature Française, le Parnasse des Dames, l’Éducation physique et morale des Femmes, le Nouveau Dictionnaire historique, le Dictionnaire des Femmes célèbres, la Collection des meilleurs Ouvrages français, composés par des Femmes ; les Siècles littéraires de la France, les Mémoires, les Éloges, les Critiques, les Journaux, etc.

3Les Dictionnaires historiques et bibliographiques offrent, en général, peu d’exactitude dans les dates. Il est rare de les trouver d’accord, pour les années des éditions, pour le format, pour le titre même des ouvrages, pour les époques de la naissance ou de la mort des auteurs. On ne tient point compte du tems qu’il faut passer, ni des recherches qu’il faut faire pour rectifier une date ; et, s’il n’était pas indigne d’un historien, et contraire à la probité, de se jouer de la crédulité d’autrui, l’ingratitude des lecteurs dispenserait d’être si scrupuleux et de prendre tant de soin. Je n’ose espérer, malgré toutes mes précautions, d’avoir atteint le but que je me suis proposé, et de ne mériter aucun reproche. Aussi j’invite tous ceux qui s’intéressent à la gloire de mon sexe, à relever les erreurs et les omissions qui peuvent m’être échappées dans cet ouvrage. Je m’empresserai de les faire disparaître dans une deuxième édition.

4Je voulais parler des avantages et des agrémens que la culture de l’esprit des femmes procurerait à la société, et surtout à elles-mêmes. J’avais encore le projet d’examiner quelle a été l’influence des femmes en France ; mais cette discussion et cet examen m’auraient peut-être obligée de passer les bornes que je me suis prescrites. Je vais transcrire ici deux lettres, où j’ai à-peu-près traité ces questions.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540