Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des Françaises connues par leurs écrits

 | 
Fortunée Briquet

Introduction

La vie et les écrits de Fortunée Briquet

Nicole Pellegrin

Texte intégral

  • 1 Fortunée Briquet, Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises et des Étra (...)

« Aucun siècle n’a commencé avec un aussi grand nombre de femmes de lettres ; aucun siècle n’aura vu l’éducation des femmes plus soignée » (F. Briquet, 1804)1

1Fortunée Briquet (1782-1815) est encore une jeune prodige, connue pour ses œuvres poétiques et son mariage avec un prêtre poitevin défroqué, quand elle publie, à Paris, en l’an XII (1804), un monument d’érudition intitulé Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises et des Étrangères naturalisées en France, connues par leurs écrits, ou par la protection qu’elles ont accordée aux gens de lettres, depuis l’établissement de la Monarchie jusqu’à nos jours. Ce titre dont l’auteure et ses éditeurs (Treutell et Würtz) ont pesé tous les termes, résume les enjeux, tout autant politiques que culturels, qui font le prix de cet ouvrage : bilan, post-révolutionnaire, d’une douzaine de siècles de production littéraire féminine francophone dont il faut assurer la transmission, cette compilation – encore inégalée aujourd’hui – est aussi la démonstration et des capacités intellectuelles des femmes et de la légitimité de leur droit à l’éducation. C’est alors leur principale revendication « politique ».

  • 2 Trois entrées sont collectives, évoquant des sœurs elles-aussi écrivaines (« Angelucie et sa sœur » (...)

2En trois cent quarante-six pages format in-octavo (la préface couvre trente-six pages supplémentaires), la vie et les œuvres de 560 femmes sont présentées sous forme d’autant de notices diversement condensées où l’auteure mêle des éléments biographiques (quand ils sont disponibles), des données bibliographiques et – éventuellement – des jugements critiques et quelques citations2. Par son ampleur et sa variété, la richesse factuelle de ce dictionnaire est incomparable, bien que son contenu dérive en partie d’ouvrages antérieurs et que son auteure ne s’intéresse qu’aux seules utilisatrices – hexagonales ou non – d’une « langue française » à visée hégémonique.

3Le projet est en effet original à plus d’un titre puisqu’il rassemble, dans une même perspective longue (du VIe siècle au Consulat), les « vies » de mécènes et de salonnières, de traductrices et d’auteures, et cela sans hiérarchiser les genres : y figurent des prosatrices et des versificatrices, des laïques et des religieuses, des scientifiques et des conteuses, des auteures de publications imprimées et des rédactrices de manuscrits restés inédits, des célébrités et d’obscures créatrices connues par simple ouï-dire. Ce dictionnaire est donc un véritable « monument » : c’est un instrument de travail vivant, toujours susceptible d’être utilisé par celles et ceux qui cherchent à connaître aujourd’hui les réalités concrètes de la vie des femmes du passé, mais c’est aussi un objet historique, produit de son temps et du destin particulier d’une femme injustement méconnue, elle-même écrivaine mêlée aux débats intellectuels de ce tout premier XIXe siècle. Pour cela cette œuvre élégante, au style proprement littéraire, est un édifice qui ne saurait avoir la feinte apparence de neutralité qu’on a longtemps prêtée aux dictionnaires : c’est un fervent et lucide plaidoyer en faveur de l’égalité des femmes et des hommes, alors même que s’ouvre pour celles-ci un des siècles juridiquement les plus durs, au moins en France, de leur histoire.

  • 3 C’est à ce titre qu’il figure, par mes soins mais en pièces détachées, dans la rubrique « Dictionna (...)
  • 4 Deux ouvrages, trop récents pour être utilisés comme il convient, abordent désormais la question de (...)

4Parce qu’il prend parfois la forme d’un manifeste proto-féministe, ce dictionnaire est un objet étrange. Avant même d’être utilisé par nous – et éventuellement enrichi – comme un vivier d’informations ponctuelles3, il mérite d’être compris en tant que document faisant ensemble avec d’autres textes similaires ou apparentés : listes de femmes célèbres, galeries peintes d’Illustres, collections de portraits ou d’écrits féminins, etc. Récapitulation douce-amère, faite aux lendemains de la Révolution, des multiples rôles joués par les femmes dans la vie littéraire ancienne, il mise sur l’effet de masse d’une documentation exceptionnelle. Le rassemblement de celle-ci et sa présentation stylistique posent de passionnants problèmes. Enfin parce qu’il est dédié au Premier Consul et aux mânes de Rousseau, ce « texte » nous oblige à nous interroger sur les conditions d’une mémoire historique, libre et durable, propre aux femmes4. Une question d’aujourd’hui qui fut aussi un problème d’hier comme le montrent la vie, les œuvres et les diverses sources d’inspiration de Fortunée Briquet.

La célébrité, suspecte et partagée, d’une muse de la Raison5

  • 5 Titre emprunté à Geneviève Fraisse (La Muse de la Raison, Aix, Alinéa, 1988).

5Questionner les données biographiques qui permettent d’éclairer un projet littéraire et politique est une entrée en matière tout à la fois conventionnelle et dangereuse. Difficile, elle n’en est pas moins nécessaire.

  • 6 Nicole Pellegrin, « L’androgyne au XVIème siècle : pour une relecture des savoirs », Femmes et pouv (...)

6La présentation de telles données est en effet toujours idéologique, fruit d’une sélection orientée par les affinités personnelles du biographe (quels que soient son sexe, son statut et son époque) et par les préoccupations dominantes de son temps. Les Vies – et il importe peu qu’elles soient masculines ou féminines – sont d’ailleurs un terrain privilégié d’investigation pour les historiographes. Quand cet examen porte sur les jugements successifs auxquels une même « femme illustre » peut avoir été soumise, il est aisé d’y puiser mille occasions d’ironiser sur les multiples facettes d’une misogynie récurrente mais formellement instable, et les fluctuations de ces représentations sont une preuve supplémentaire – si cela était nécessaire – de la constante construction/déconstruction de la notion de genre. Malgré sa faible notoriété, Fortunée Briquet n’a pas échappé aux perfidies verbales et aux falsifications qui mutilent, de façon plus ou moins marquée mais toujours efficace, notre compréhension des grandes figures féminines de l’histoire de France6. Et il faut sans doute, pour cette écrivaine aussi, commencer par un rapide bilan historiographique car, en mêlant à leurs jugements à l’emporte-pièce un lot de renseignements biographiques précieux et parfois de première main, les présentateurs successifs de notre auteure sont encore, sur elle, les meilleurs des informateurs.

  • 7 Louis-Gabriel Michaud (dir.), Biographie des hommes vivants, ou histoire par ordre alphabétique de (...)
  • 8 Marie-Nicolas Bouillet, Dictionnaire universel d’histoire et géographie, Paris, Hachette, 1842 ; le (...)
  • 9 Dictionnaire biographique et album des Deux-Sèvres, Paris, Flammarion, s. d. (vers 1907) ; R. Picar (...)
  • 10 A. Ménégault, Martyrologe littéraire, ou Dictionnaire critique de 700 auteurs vivans, par un hermit (...)
  • 11 Pour Hœfer et Vapereau, Fortunée meurt en 1825 et non le 14 mai 1815 (Archives départementales des (...)

7La présence (ou l’absence) de Fortunée Briquet et/ou de son mari, voire de son fils, dans les grands dictionnaires biographiques des XIX-XXe siècles, est un premier indice de sa célébrité relative. Au moins deux des membres de la famille Briquet figurent dans les « Michaud » de 1816-1817 et 1843, les « Quérard » (1827 et 1842)7, « le Levrault » (1834), « le Hœfer-Firmin Didot » (1853), « le Vapereau » (1876) et « le Prévost-D’Aman » (1956)8, mais ils sont ignorés du « Bouillet » (1850) et de la plupart des compilations biographiques dédiées aux personnages célèbres du Poitou alors même que les deux époux et leur fils Apollin, historien et archiviste, sont tous trois originaires de cette province9. Les érudits locaux leur réservent cependant une certaine attention dans des textes plus confidentiels où le parti-pris que ne peuvent s’autoriser les auteurs de dictionnaires, se déploie avec crudité. Car c’est la même violence verbale qui traverse toutes les notices biographiques consacrées à notre auteure, depuis le sarcastique Martyrologe de Ménégault en 1816 jusqu’aux bio-bibliographies les plus récentes10. Ce trait mérite attention, même s’il n’est pas aisé aujourd’hui de saisir le mécanisme des dépréciations en chaîne qui est ici à l’œuvre. Est-ce seulement la conséquence de la paresse des auteurs de notices, reprenant sans les vérifier jugements antérieurs et dates fausses11 ? N’est-ce pas surtout le reflet de modes de pensée, collectifs et individuels (ils sont partagés d’ailleurs par les deux sexes), qui persistent à vouloir minimiser l’importance de la littérature féminine en général et de son versant érudit en particulier et qui, pour mieux en effacer le souvenir, recourent aux affèteries d’une galanterie affichée et d’un pseudo-moralisme intransigeant ?

  • 12 Omission avouée et réparée, mais la date de naissance de Fortunée est erronée (Henri Beauchet-Fille (...)
  • 13 Chantal Théry, « Madame votre sexe... Les auteurs de manuels et les femmes écrivains » (1985), in R (...)
  • 14 Jean-François Dreux-Duradier, Bibliothèque historique et critique du Poitou. Histoire littéraire du (...)

8Faut-il déplorer ou mépriser des remarques comme celles de Vapereau et de Prevost qui, à près d’un siècle de distance, usent des mêmes qualificatifs méprisants ? Pour le premier en 1876, le Dictionnaire de Fortunée Briquet n’est qu’un « ouvrage superficiel » et, pour le second en 1956, il le reste à peu de choses près : n’est-ce pas un « travail superficiel, mais utilisable » ? On doit noter que treize lignes de résumé biographique accompagnent cette appréciation, alors que mari et fils occupent, chacun, dix-sept lignes dans ce célèbre (et précieux) ouvrage. Mais c’est là une proportion minimale qu’on retrouve dans toute collection biographique quand se succèdent les notices de plusieurs membres d’une même famille car l’omission de mères et d’épouses qui ont été femmes de lettres peut être totale12. En avantageant toujours les hommes d’un point de vue visuel et quantitatif, les auteurs de dictionnaires (tout comme la plupart des historiens de la littérature13) enlèvent originalité et autonomie aux plus savantes de leurs compagnes même quand ils avouent, comme le fait le docteur Hœfer à propos de Fortunée Briquet : « épouse du précédent […] les ouvrages qu’elle a composés sont plus connus que ceux de son mari ». Dans sa Bibliothèque historique et critique du Poitou, le continuateur de Dreux-Duradier, le très légitimiste vicomte de Lastic-Saint-Jal, consacre quatre pages et demie à Hilaire-Alexandre Briquet (il est vrai, à ses yeux, un très haïssable « prêtre apostat et juge révolutionnaire », pitoyable historien de surcroît) et seulement deux feuillets à une épouse « qui cultiva les lettres avec un certain éclat » mais qui, en préfigurant « les Lionnes et les Bas-bleus, ces deux fléaux de la société et de la famille », mérita de mourir très jeune, ravie « sans retour aux illusions fraîches et pures de la jeunesse »14.

  • 15 La cohabitation des Grâces et des Muses est un thème controversé qui mériterait attention (abbé Ant (...)

9Autre trait dont on ne sait s’il faut le taire ou le souligner en le ridiculisant, les charmes physiques des intéressées sont souvent mis en exergue par les faiseurs de notices biographiques quand rien d’analogue ne nous est jamais dit de leurs compagnons. Ce lieu commun galant et misogyne autorise souvent des jugements de valeur condescendants ou anodins15. Pour le Répertoire de Louis-Marie Prudhomme en 1826, Fortunée Briquet « réunit à beaucoup de grâce une grande instruction » et cette grâce, discutée par tous ses contemporains et peut-être utilisée par elle-même à des fins publicitaires – c’est du moins ce que suggère une remarque de son fils (on y reviendra) –, sert de motif aux rubriques les plus perfides (et les plus grivoises) la concernant. Les jeux de mots assis sur son nom d’épouse et d’écrivaine, Briquet, renvoient, semble-t-il, aux images équivoques et voluptueuses peintes par Fragonard dans Le feu aux poudres. Ainsi Menegault écrit en 1826 :

BRIQUET, (madame Fortunée) sixième Muse.

10Si plus d’une de ses fables eussent été avouées par la muse de Florian, ses autres poésies annoncent aussi une sage imitatrice de Deshoulières. Certain banquier, homme d’esprit, mais qui n’en place que dans sa prose, a fait le madrigal suivant sur madame Fortunée Briquet :

  • 16 A.-P.-F. Menegault, op. cit., p. 61-62. Antoinette du Ligier de la Garde, dame Deshoulières (1637-1 (...)

De ses vers séduisans telle est la destinée,
Qu’Amour les change en pleurs pour en faire un bouquet,
Dont aussitôt sa mère ornée
Va se mirer d’un air coquet :
C’est alors que le Dieu, se servant de briquet,
Fait feu sur Vénus fortunée.16

11Quant aux écrivains poitevins les moins salaces et les moins sensibles à cette « allumeuse », ils ne sont pas en reste de compliments galants et citent complaisamment les vers de Decailly qui figurent au bas du portrait gravé par Gaucher, présent en tête du Nouvel Almanach des Muses de 1803 et repris dans le Dictionnaire :

  • 17 Jean-François Dreux-Duradier et Lastic-Saint-Jal, op. cit., p. 537.

A vingt ans franchissant l’espace
Qui forme le sacré vallon,
Et comme muse, et comme grâce,
Elle brille sur l’Helicon.17

  • 18 H. Plick, « Fortunée Briquet », in H. Clouzot, Portraits à la plume, Niort, L. Clouzot, 1891, p. 1- (...)

12La silhouette, esquissée en 1891 par « H. Plick » (le pseudonyme de l’érudit et historien de l’art, Henri Clouzot) en tête de son « portrait à la plume » d’une « petite Niortaise », a beaucoup plus de vivacité que l’image convenue que ressuscitent les vers cités par le vicomte, mais les conclusions de cette alerte évocation sont au moins aussi misogynes que celles de son prédécesseur, le censeur royaliste18. L’amateur fin-de-siècle de « petites femmes » a plus de verve que Lastic-Saint-Jal, plus de hantises érotiques aussi, quand il décrit, grâce à sa découverte de Fortunée Briquet dans « un vieil Almanach des Muses de l’an grégorien 1803 », les malheurs qui guettent toutes les femmes savantes : repoussées par les hommes d’esprit, elles tombent nécessairement dans la mélancolie, l’inconduite et le ridicule !

Oh ! le joli portrait que l’éditeur a placé là et comme le graveur Gaucher a traité amoureusement cette aimable figure ! J’ai été tout de suite attiré par cette physionomie spirituelle et douce, par ce visage d’enfant un peu poupard, éclairé par les plus jolis yeux qu’on puisse rêver, encadré de la façon la plus mignarde du monde par deux longues boucles de cheveux tombant d’une coiffure à la grecque, par deux anneaux d’or plus grands à coup sûr que les mignonnes oreilles qui les supportent. Comme elle est bien de son époque, la petite femme, avec son fourreau de mousseline dont la taille, remontée jusque sous le bras, moule très exactement une gorge de fillette, entr’ouverte comme au dernier siècle, lorsque Debucourt ou Lawrence peignaient leurs jolies actrices poudrées.

Elle a eu son roman, elle aussi, notre petite compatriote, et son heure de célébrité [suivent quatre pages de présentation des œuvres de F. Briquet]

[…] O petites femmes, laissez à l’homme le travail inquiet de la pensée, la poursuite souvent vaine de l’idée attirante et insaisissable « comme une belle et méchante fée dans un nuage » ; soyez douces, aimantes, jolies si vous pouvez et vous resterez ainsi notre amour et notre consolation dans le dur labeur de la vie. Autrement, voyez-vous, nous penserions involontairement à ces paroles de La Bruyère :

« On regarde une femme savante comme on fait une belle arme, elle est ciselée artistement, d’une polissure admirable et d’un travail fort recherché, mais ce n’est qu’une pièce de cabinet » (Fin).

13Pièce de cabinet et lame fine, Fortunée Briquet devient, au propre et au figuré, dans l’imaginaire inquiet de Plick/Clouzot, une sorte de potiche délicate et inutile, bizarre et dangereuse, dont la beauté est efficacement dévaluée par un vocabulaire répétitif de la petitesse et de l’infidélité. Ainsi mesurée à l’aune de ses inconduites supposées, ce « petit bout de bas bleu.... très foncé, qui dépasse sous sa tunique antique » a cependant pour compagnes trois écrivaines, plus célèbres qu’elle mais tout aussi immorales : Germaine de Staël (1766-1817), Fanny de Beauharnais (1737-1813) et George Sand (1804-1876). Cohabitation curieuse qui évite de nommer, dans le texte, des écrivaines plus récentes ou plus fameuses et qui permet, surtout et encore, de mêler déni intellectuel des femmes, phallocentrisme et imagerie gauloise selon un dosage caractéristique de l’anti-féminisme du XIXe siècle et du premier XXème.

  • 19 Henri Plick (op. cit., p. 6) associe consciemment le patronyme Briquet avec les feux de l’amour. Re (...)

De plus je ne crois pas que des hommes d’esprit puissent être flattés de voir leurs compagnes cultiver des arts où leur sexe n’a jamais produit un seul véritable chef-d’œuvre, ni même un seul ouvrage d’une valeur durable ou originale. Mais ceci est une opinion dangereuse et soutenable jusques au feu exclusivement, comme dirait notre maître à tous François Rabelais.19

14C’est ce même Plick/Clouzot cependant qui, en se livrant d’un même mouvement au dénigrement et à l’encensement de Fortunée Briquet, nous indique les épisodes essentiels de la vie de son héroïne et, notamment, l’un des plus ignorés (il est le seul à le mentionner), son « divorce ». La date en est fausse et, comme nous le verrons, ce divorce fut une « séparation », mais ce détail, noyé dans le récit bien-pensant d’un destin malheureux « mérité » – celui que subissent, aux dires de leurs contemporains, toutes les écervelées de la plume – est précieux à connaître. Sans cette notation une des raisons probables des ambitions littéraires avortées de Fortunée Briquet nous échapperait encore.

  • 20 Notice insérée et signée « A. Briquet fils » dans l’Histoire de la ville de Niort dont l’auteur est (...)

15La méchanceté, consciente ou inconsciente, des biographes de parti-pris est une (res)source au moins aussi précieuse que les articles faussement neutres fabriqués de loin par les auteurs de dictionnaires ou, au plus près, par des proches trop intéressés à cacher des secrets de famille sous les mièvreries de l’hagiographie. Ici la comparaison des deux versions de la « notice biographique » rédigée par un fils en quête de notabilité s’avère fort intéressante : Apollin Briquet (1801-1881), sur le point de devenir un très respectable archiviste mais à jamais stigmatisé par ses contemporains comme le fruit du mariage d’une écrivaine féministe et d’un ex-prêtre, chante diversement les louanges de sa mère. Sans réserves à son égard dans la version manuscrite de la notice qu’il lui dédie, il tempère et condense l’expression de son admiration quand cette notice passe à l’impression ; par des formules absentes du brouillon manuscrit, il répond peut-être ainsi à une demande prudente de son père, commanditaire mais non signataire de ce texte20.

16Néanmoins c’est à partir de cet amas hétéroclite d’informations biaisées, peu sûres et forcément incomplètes, qu’il faut tenter d’esquisser les trois moments successifs de la vie de Fortunée Briquet née Bernier : les débuts niortais d’une jeune prodige, les succès parisiens d’une poétesse à succès, la retraite poitevine d’une panégyriste des femmes.

Une éducation « libérale »

17Sur les registres paroissiaux de la paroisse Notre-Dame de Niort, on peut encore lire en 1782 :

Le seize juin a été baptisée Marguerite Ursule Fortunée, née de ce jour a neuf heures du matin, du legitime mariage de Me Louis Jacques Bernier, no(tai)re royal, greffier secrétaire de l’hôtel commun, et d’Ursule Marie Perraine, le parrein a été Me Pierre Augustin Perraine procureur et la marreine dame Marguerite Bernier, en présence du père qui s’est avec nous soussignés.

  • 21 AD. 79 : 1 Mi Ec 40. R 92 (1782).

18Quatre signatures suivent, dont trois (un « Bernier », deux « Perraine » distincts dont l’un est « p (rê) tre ») ont l’élégante lisibilité et les ornements chantournés propres aux paraphes des hommes de loi et d’église, tandis que la quatrième (« Marguerite Bernier ») semble bien maladroite avec ses lettres séparées et plongeantes, comme gravées avec peine dans la page21. Ces cinq lignes peuvent paraître banales, mais elles nous immergent dans un milieu social dont l’originalité doit être d’emblée relevée : tous les protagonistes de l’acte savent signer, y compris une femme qui est, comme souvent, la marraine et la grand-mère du bébé ; tous ont leurs noms et prénoms précédés d’un titre (« dame » ou « maître ») et ces derniers peuvent afficher avec fierté des emplois certes roturiers mais que nous dirions tertiaires et, ici, fort lucratifs. Le contraste est saisissant avec les actes de baptême qui encadrent sur le même feuillet, celui de la jeune Bernier : les pères, pour l’une journalier, pour l’autre menuisier, de Marie-Jeanne Giraudeau et de Jean Baron, ne savent pas signer mais les parrains et marraines choisis, sans doute, pour leur notabilité (un « sieur », un « dragon » et des « demoiselles »), peuvent le faire. Fortunée Briquet est née dans un milieu familial bourgeois, à la fois catholique et lettré, actif et prospère. Elle appartient aussi à la deuxième ville du Poitou.

  • 22 Jean-Louis-Marie Guillemeau, médecin militaire, Coup d’œil historique, topographique et médical sur (...)
  • 23 Gaston Coirault, Les Écoles Centrales dans le Centre-Ouest, Tours, Arrault, 1940 (p. 102 et 275) et (...)
  • 24 Marie-Louise Fracard, L’abbé Bion (1704-1774), archiprêtre de Niort et fondateur de la bibliothèque (...)
  • 25 Sur le dualisme religieux qui existe dans nombre de foyers niortais et sur les préoccupations, vagu (...)
  • 26 Pour plus de détails, voir Hilaire-Alexandre Briquet (op. cit.) ; Léopold Favre, Histoire de la vil (...)

19Niort compte à la fin du XVIIIe siècle 17 à 18 000 habitants22 et voit cohabiter artisanat et proto-industrie (surtout des textiles et des articles de chamoiserie), administrations judiciaires et municipales, activités agricoles et portuaires. Grâce à sa « position proximative des centres de Bordeaux, Nantes, La Rochelle, Rochefort et l’île de Ré (..), le commerce des eaux-de-vie, de bestiaux et de pelleterie, si renommé, donne à ses habitants des relations fréquentes avec les Anglais et les Espagnols » et c’est peut-être, pour cela, que « l’esprit de commerce a toujours eu à Niort une grande prééminence sur le goût des lettres ». Cependant la ville possède, au moins pour les garçons et dès l’Ancien Régime, des établissements scolaires renommés dont un collège de l’Oratoire où furent respectivement professeur et élève, deux grands notables de l’Empire, Fouché et Fontanes23. Par ailleurs, des réalisations culturelles, pionnières dans la région et au-delà, permettent aux Niortais (et sans doute à leurs compagnes) de satisfaire des curiosités intellectuelles multiples : une « Bibliothèque municipale » a été fondée dès 1771, et elle cohabite avec une « Chambre de Lecture » (créée en 1775 par le libraire Elies et qui devient « Cabinet Littéraire » en 1789) et des « librairies » de couvents ouvertes aux laïcs24. Le passé militaire de Niort (une forteresse médiévale, une garnison permanente sous la monarchie), est lié à une longue histoire féodale et aux persécutions anti-protestantes qui ont créé un partage interconfessionnel vivace dans la province et dans la ville25 avant que celle-ci ne devienne, sous la Révolution, un avant-poste des armées en lutte contre l’insurrection vendéenne26.

20Autant de « frontières » qui donnent à Niort dès la fin de l’Ancien Régime un ton politique « avancé » et un dynamisme économique et culturel que Poitiers ne semble plus alors posséder. Autant d’indices d’un environnement propice à l’essor intellectuel et, peut-être, aux ambitions d’une femme, issue d’une bourgeoisie éclairée qu’intéresse le problème de l’égalité, celle des hommes entre eux mais aussi celle des femmes avec leurs congénères des deux sexes.

  • 27 René-Louis-Augustin né le 2 décembre 1786 meurt dix-sept jours après ; Philippe Louis Célestin surv (...)
  • 28 Calculs à affiner, obtenus à partir du « Répertoire des actes reçus par Mr Louis Jacques Bernier nr (...)
  • 29 Dans sa Biographie poitevine, Lastic précise que, pendant la Révolution, « son rôle fut plus passif (...)

21Avant de devenir célèbre sous le nom de Fortunée Briquet, Marguerite-Ursule-Fortunée Bernier est cependant d’abord fille et sans doute petite-fille de notaires royaux prospères et industrieux et elle en est très tôt l’unique héritière, puisque ses deux frères cadets meurent en très bas âge et la laissent seule bénéficiaire des biens accumulés par la famille27. Son père en activité à Niort de 1770 à 1802 réalise en moyenne 200 actes par an entre 1780 et 1790 et triple ce volume dans la décennie suivante, le quintuplant même en l’an III28 ; il est aussi greffier de la nouvelle municipalité, après l’avoir été de l’hôtel de ville et de la chambre consulaire29. Grâce à ces revenus et à une culture familiale où les femmes savent lire et écrire, grâce aussi à des « dispositions heureuses », la jeune fille peut bénéficier d’une instruction remarquablement étendue : certains (on ne sait quels furent leurs informateurs) la diront « distinguée », tandis que d’autres, comme l’auteur du Répertoire de Prudhomme, se contenteront de la déclarer « grande […] sur la littérature, principalement les romans ». Une manière sans doute de la louer en la déconsidérant, puisque son savoir, attaché aux œuvres de fiction, serait de nature inférieure.

  • 30 Louis-Gabriel Michaud, op. cit., 1843, t. V, p. 538 ; Louis-Marie Prudhomme, op. cit., 1826, t. I, (...)
  • 31 Germaine de Staël refuse la traduction à la française qui supprime tout ce qu’il y a d’étrange(r) d (...)

22Son fils, Apollin Briquet, le répètera, et les propres écrits de sa mère le prouvent : « ses parents lui donnèrent une éducation libérale, et lui firent apprendre quelques langues étrangères. Elle fit des progrès rapides dans la littérature ». Dans le brouillon, resté manuscrit, de cette même « notice biographique », il précise : « elle se livra de bonne heure à l’étude et elle acquit une instruction solide, quoique précoce, la littérature, la poësie, la musique et la botanique firent, tour à tour, ses délices »30. On ne sait comment ce bagage (et notamment sa partie linguistique) fut acquis en un temps de fermeture des établissements religieux, d’intense agitation politique et aussi de migrations intérieures et extérieures, mais il rendit cette femme capable, à l’âge adulte, de traduire ou de commenter des textes poétiques anglais, allemands et italiens, et, comme Gournay – la nièce d’alliance de Montaigne –, elle sut « moissonner dans toutes les nations » et se passionner pour les exigences (et les ambiguïtés) du travail de traduction31. Réinterprété, voire francisé, rajeuni ou décalqué, le texte traduit est alors une création à part entière où brille un grand nombre de lettrées, contemporaines de Fortunée Briquet. Par désir d’acquérir « une originalité transcendante » (Staël) ou tout simplement par nécessité, car la traduction est alors un gagne-pain pour nombre d’intellectuels des deux sexes.

  • 32 FBD, p. 84. Parmi les artistes qu’elle mentionne longuement, des figures aujourd’hui trop méconnues (...)

23Il est probable que l’éducation de la jeune Fortunée ait été complétée par un début d’initiation au dessin, alors une activité complémentaire de cette science botanique où la Niortaise excella plus tard32. Elle aurait écrit à une amie dans une lettre qui lui sert de premier avant-propos au Dictionnaire : « Si vous allez, dans ce mois, herboriser à la campagne […]. N’oubliez pas, dans vos promenades, de vous munir d’un crayon et de quelques feuilles de papier ».

  • 33 FBD, p. 230 et 266. – AD. 79 : 3 E 5026 (inventaire après-décès du 20 juin 1815).

24C’est là l’expression d’une sensibilité aux charmes de la nature et à l’utilité des arts appliqués, sensibilité qui s’étendra, semble-t-il, à l’ensemble des beaux-arts. Car s’il y a dans le Dictionnaire d’innombrables références à des portraits peints ou gravés, épitaphes, miniatures et bustes liés aux femmes de lettres dont elle veut dépeindre les traits et les activités, on y trouve aussi de multiples preuves d’une admiration désintéressée pour les artistes et leurs mécènes. Appréciant les livres illustrés de gravures et les collections publiques d’œuvres d’art – elle connaît les sculptures funéraires du musée parisien des Monuments français et le portrait de Maintenon que possède l’Ecole centrale de Niort –, elle saura parer son intérieur niortais de très nombreux « cadres » et « plâtres »33.

Fig. 2 : Plan du Jardin botanique de Niort dans l’Almanach des Muses des Deux-Sèvres, an VIII (Médiathèque François-Mitterand de Poitiers, cliché O. Neuille)

  • 34 FBD, p. 275.- Claude Labrosse, Lire au XVIIIe siècle. La Nouvelle-Héloïse et ses lecteurs, Paris-Ly (...)

25Enfin on peut être sûr d’un autre point : selon son fils, elle « se livra à l’étude », elle se soumit donc très tôt à une pratique intensive de la lecture, celle-ci étant complétée et comme doublée par des exercices réguliers de copies et de prises de notes. Cette technique de « l’extrait », chère aux femmes de plume et d’étude de ce temps, est la base et l’âme, semble-t-il, de son Dictionnaire34. Ne dit-elle pas que pour connaître « tous les bons livres anciens et modernes », Manon Roland « avait fait des extraits de la plupart, et s’était approprié le génie des meilleurs écrivains français » ?

  • 35 Il s’agit de conjectures fondées sur le déclin des activités pédagogiques des Ursulines (Marie-Loui (...)
  • 36 Le mot « sexuel » est écrit en majuscules par le contemporain niortais de Fortunée, Jean-Louis-Mari (...)
  • 37 Sur l’abbé Delille et ses Jardins ou l’art d’embellir les paysages. Poëme, (Neuchâtel, Société Typo (...)
  • 38 Keith Thomas, Man and the Natural World, Londres, 1983, p. 65 ; Jeannette Geffriaud Rosso, « L’Ency (...)

26Fruit vraisemblable d’une éducation à domicile où, comme pour d’autres, les leçons particulières de maîtres(ses) ont préparé ou doublé l’autodidaxie dont doivent alors se contenter les femmes qui n’ont pas fréquenté durablement les écoles conventuelles35, la connaissance de la littérature, de la botanique, des langues étrangères et d’un peu d’histoire constitue un bagage intellectuel dont il ne faut minimiser ni l’étrangeté ni l’importance chez une jeune roturière de province. Elle est, il est vrai, une fille unique et, pour cela, élevée avec plus de soin que d’autres, dotées d’un ou plusieurs frères. En voulant se présenter à la fois comme épistolière et botaniste quand elle préface son Dictionnaire, Fortunée Briquet s’inscrit dans une lignée, alors de plus en plus nombreuse, de femmes lettrées rôdées aux plaisirs encore scandaleux des sciences naturelles et de l’écriture sans tutelle. Le système de Linné n’est-il pas d’abord « sexuel »36 ? Sur les traces de Rousseau et de l’abbé Delille37, on voit marcher (et herboriser) des écrivaines aussi illustres que Victorine de Chastenay, Stéphanie de Genlis, Amélie Suard, etc, car « les Muses ne se plaisent pas moins dans les champs que Flore » (F. Briquet). C’est à l’unisson que, muses parmi les Muses, les plus talentueuses des femmes de lettres composent alors herbiers et poèmes38.

  • 39 AD. 79 : 3 E 5026 (inventaire après-décès du 20 juin 1815). Des cages (à oiseaux ?) y figurent ains (...)

27Cet amour de la nature, ou du moins de sa version horticole, est attesté par la présence, au dernier domicile de la Niortaise, de nombreuses caisses de plantes et autres pots de terre, ainsi que par la dissémination dans toutes les pièces de la maison de « bouquetier(e) s de faïence » : sans doute des vases dont l’orthographe semble embarrasser un notaire peu habitué à expertiser ce genre d’objet rare39. A ces indices matériels d’un goût avéré pour les fleurs et la botanique, il faut ajouter les remarques qui figurent dans la correspondance de Fortunée Briquet : lettres envoyées à son mari ou missives, sans doute fictives, adressées « A mademoiselle Elise A ** », et qui tiennent lieu de double avant-propos au Dictionnaire. La seconde commence ainsi :

A la même.

Niort, le 27 prairial an 11.

  • 40 FDB, p. 86 (cette lettre aurait été rédigée le 17 juin 1803).

Lorsque l’on m’a remis votre dernière lettre, j’étais occupée à parer mon jardin d’une plante, nouvellement en fleur, que j’ai rencontrée dans mes promenades champêtres. C’est l’Ophrys ou Orchis mouche, ainsi nommée parce que la fleur ressemble à une mouche qui vole. La campagne que vous habitez vous offrira cette belle plante, dans les terrains dont le sol est crayeux. Elle est de la vingtième classe de Linné ; la tige en est garnie de feuilles, et la lèvre du nectaire, légèrement divisée en cinq lobes [...] C’est assez s’occuper aujourd’hui de botanique. Je viens à la partie de votre lettre, où vous parlez de l’influence que les femmes ont exercée en France ; et, puisque vous l’exigez, je vais vous dire ce que je sais à ce sujet. […]40

28Confidences trop rares, trop appuyées aussi, pour ne pas y voir le désir d’une démonstration sur les liens nécessaires entre lyrisme et besoin de savoirs scientifiques, que ceux-ci concernent les plantes ou les gloires du passé. Ces remarques cependant, si elles prouvent les qualités de botaniste de Fortunée Briquet, ne permettent pas de connaître leur mode d’acquisition et les raisons profondes de leur exhibition. Tout au plus, elles invitent à parler d’un air du temps dont participerait Fortunée Briquet mais que son fils et biographe n’a pas de raison d’expliciter tant le goût de l’herborisation était alors banal.

  • 41 Elizabeth C. Goldsmith et Dena Goodmann, « Introduction », in Going Public. Women and Publishing in (...)

29Parce qu’Apollin Briquet cherche avant tout à mettre en valeur tout ce qui particularise les premières années de sa mère, il insiste fortement sur les talents oratoires de celle-ci et reste silencieux sur ses mérites privés. Le fait est d’autant plus frappant qu’un opprobre certain entoure toute forme publique d’activité chez une femme41. En effet, après avoir évoqué « l’éducation libérale » reçue par celle-ci, Apollin Briquet enchaîne aussitôt sur trois détails significatifs et sans doute liés (ils sont en tout cas associés inconsciemment par lui) : l’aisance verbale de la jeune femme, sa grâce physique et la publication précoce de ses écrits.

Douée d’une élocution facile, et de beaucoup de dignité dans le débit, elle savait faire oublier, dans ses lectures en public, qu’elle n’avait qu’une petite taille. Sa physionomie était spirituelle et douce, son maintien plein de noblesse. Ses premières productions littéraires parurent, en 1798, dans le second volume de l’Almanach des Muses de l’Ecole centrale des Deux-Sèvres.

30Remarques qu’il faut confronter, encore une fois, au brouillon initial de cette notice car, en y présentant différemment les talents d’oratrice de sa mère, Apollin Briquet nous donne les moyens de comprendre les succès fulgurants, mais sans doute fragiles, des exhibitions mondaines de sa mère :

Elle possédait le talent de bien lire : talent rare, qui voile les défauts d’un livre et qui ajoute du prix à ce qu’il renferme de bon. Sa taille était petite, mais sa tournure gracieuse et sa physionomie expressive annonçaient un esprit vif et une imagination active. Son âme énergique aimait la liberté : ses odes la peignent toute entière.

31Par-delà la vénération filiale qui donne à ses textes un ton proche de l’hagiographie, Apollin Briquet met ici en avant les possibilités qu’offrit à une très jeune fille (elle a une quinzaine d’années) l’ouverture à Niort en 1796 d’un Ecole Centrale. Lieu d’enseignement réservé aux garçons, cet ancêtre de nos lycées organisait des séances publiques ouvertes à tous (et même à toutes) et publiait annuellement des ouvrages rassemblant les meilleures œuvres des élèves et des auditeurs. Fortunée Briquet y aurait non seulement suivi les conférences de belles-lettres et de sciences naturelles (un jardin botanique complétait les bâtiments scolaires), mais elle y aurait aussi trouvé et un éditeur et un mari en jouant des effets de charme que pouvaient produire une intelligence précoce, un joli minois, une petite taille et une diction parfaite.

  • 42 José-Luiz Diaz, « L’enfant sublime » et Geneviève Fraisse, « Le génie et la muse », in Le printemps (...)
  • 43 L’expression de « révolution culturelle » est empruntée à Serge Bianchi (La révolution culturelle d (...)

32« Enfant sublime » à sa manière (ou paraissant telle) en ces temps de Révolution où était exalté le prodige de gloires juvéniles42, la jeune fille put et sut lire à l’Ecole Centrale de Niort ses premières œuvres, y recevoir aussi des hommages appuyés et participer à l’effervescence intellectuelle où, en province comme à Paris, les femmes crurent alors avoir à jouer un rôle durable. Car si l’on a, à juste titre, souligné l’exclusion radicale des femmes du droit à la citoyenneté politique sous la Terreur, on n’a peut-être pas assez souligné la « révolution culturelle » qui eut aussi lieu à cette période quand fut débattue et en partie mise en acte (ou, du moins, en scène) la possibilité de lieux mixtes d’éducation43.

  • 44 La Décade (op. cit.), 1er trimestre an X, p. 505. Sur la capacité à se produire en public que parta (...)
  • 45 Michaud, op. cit., 1843, t. I, p. 538. Créer de l’émulation parmi les élèves par des exercices orat (...)

33Les exercices publics des écoles centrales — tout comme les lectures déclamées des sociétés savantes parisiennes — offrirent aux femmes des tribunes, certes temporaires mais propices à l’expression de leurs talents littéraires et de leurs griefs politiques : ainsi le 16 brumaire an X, à la séance d’ouverture du Lycée de Paris, Constance Pipelet, future comtesse de Salm, usa, contre Boileau, de sa « voix sonore et musicale » pour « venger son sexe des sarcasmes du vieux satirique […]. Les hommes applaudissaient, malgré eux, à la peinture de leurs défauts ! »44. Curieusement Plick/Clouzot ne brosse pas le facile tableautin que pouvait lui offrir une jeune Sapho disant ses vers devant un aéropage de jeunes mâles, mais le « F-T-E » qui signe la notice des Briquet dans la Biographie universelle de 1843 ne s’en prive pas : « Ce n’était pas une chose si désagréable pour les élèves de trouver au milieu d’eux la jeune et sémillante épouse de leur professeur » de belles-lettres45. Là encore on peut s’étonner de la présence de ces lignes, d’autant qu’elles semblent dépeindre avec exactitude les prestations de Fortunée Briquet. On ignore en effet l’origine de ces informations mais ce qu’elles suggèrent, est confirmé par des vers insérés dès le premier numéro de l’Almanach des muses de l’Ecole Centrale du département des Deux-Sèvres :

  • 46 Vers signés « Plisson » (Almanach des muses de l’Ecole Centrale du département des Deux-Sèvres, Nio (...)

Aux citoyennes
Qui viennent aux séances publiques
du cours des belles-lettres.
Si nos faibles essais ont le don de vous plaire,
Venez souvent nous visiter :
Ce que le travail ne peut faire,
Ou Minerve ou Vénus saura nous l’inspirer.46

34Cadre faussement aimable cependant, où une femme (sans doute exceptionnelle) fait spectacle sous prétexte d’inciter à l’émulation de jeunes garçons et où elle peut ainsi satisfaire des désirs de gloire qui sont peut-être autant les siens que ceux de son époux.

  • 47 AD. 79 : 1 Mi Ec 40 (état-civil, commune de Niort). Les témoins sont d’une part les deux parents de (...)

35Un homme en effet est l’auteur, sinon l’acteur, de cette double « performance » (celle de cours publics mixtes et celle d’une édition – luxueuse – des « productions littéraires » de tous les élèves de l’Ecole) : il s’agit du citoyen Hilaire Briquet qui veut ainsi travailler « pour la restauration de l’instruction publique dans notre département ». C’est en tout cas ce qu’il affirme dans la dédicace « aux administrateurs » des Deux-Sèvres du 15 vendémiaire an VI (1798) qui figure en tête du premier volume de son Almanach des muses. Il est d’ailleurs, depuis le 1er jour complémentaire de l’an V (17 septembre 1797), le mari de Fortunée Bernier47.

  • 48 Pierre Massé, Pierre-François Piorry, conventionnel et magistrat (1758-1847), Poitiers, Société des (...)
  • 49 Deux (contre ?) modèles de biographies : Stefan Zweig, Joseph Fouché, Paris, Livre de Poche, 2002 ( (...)
  • 50 Les héros du roman de Jules Barbey d’Aurévilly, L’Ensorcelée (1852), en offrent une version politiq (...)

36Le personnage est énigmatique et ses accusateurs républicains le définiront eux-mêmes comme « un Tartuffe contrefaisant le Patriote ». À leur tour, les meilleurs et les plus impartiaux des historiens locaux parleront – sans autres preuves que celles fournies par des témoins à charge – de son « double jeu » et de son caractère « cauteleux »48. Allégations qui pourraient s’appliquer à bon nombre d’autres personnages d’une période tumultueuse où il n’est jamais facile de comprendre les véritables raisons d’agir des uns et des autres, et cela aussi bien en matière amoureuse qu’en matière politique et religieuse. Faute de pouvoir écrire un « portrait psychologique » à la manière de Stefan Zweig et par crainte de créer un nouveau Nat Tate qui n’aurait pas le charme que lui a donné William Boyd49, il faut se contenter de l’esquisse de « biographie intellectuelle » qu’autorise l’abondante production imprimée laissée par Briquet lui-même. Ces écrits, malgré leur ton polémique, peuvent parfois corriger une tradition historiographique – presque uniquement légitimiste – qui a construit, autour de son personnage et de celui de sa femme (et en partie pour les mêmes raisons), une image sulfureuse et négative d’athéisme, d’arrivisme et de pédanterie50.

Un mari déprêtrisé

  • 51 Affiches du Poitou, 25 avril 1782, p. 66 (poème latin en l’honneur du mariage du fils de l’intendan (...)

37Né le 30 octobre 1762 à Chasseneuil dans l’actuel département de la Vienne, à une dizaine de kilomètres au nord de Poitiers, venant d’un milieu proche de celui des Bernier de Niort et épris comme eux des choses de l’esprit, c’est un de ces nombreux fils d’homme de loi, destinés – souvent sans vocation – à la prêtrise et qui occupent leurs loisirs aux belles-lettres et/ou à l’agronomie : il avait reçu un prix d’excellence en rhétorique au collège Sainte-Marthe de Poitiers dès 1779 et, devenu professeur, avait publié en 1782 ses premières églogues, « genre champêtre pour lequel il avait un goût particulier, en attendant qu’il abordât la tragédie en action », comme l’affirmera perfidement le vicomte Pierre-Henri-Alfred Lastic-Saint-Jal51.

  • 52 Comme le montrent ses fonctions de juge et de défenseur officieux (Rochefort et Niort en 1794) mais (...)
  • 53 Un destin analogue (déprêtrisation, mariage, goût des lettres et de la chicane) est désormais connu (...)
  • 54 Légitimité du mariage des prêtres, Poitiers, Chevrier, brumaire an II (octobre 1793) en 27 pages. P (...)

38Quand il se marie, il a quinze ans de plus que son épouse et – fait plus remarquable – il consomme pour elle la rupture de vœux déjà désavoués solennellement quand il s’est déprêtrisé à la fin de l’automne 1793 après avoir été vicaire jureur de la paroisse Saint-Cybard de Poitiers, puis grand vicaire – élu – du diocèse. Homme à histoires (sans nécessairement aimer les controverses, il les a très tôt suscitées et il a le goût de la procédure, sinon de la justice52), on pourrait le croire hors normes si le diocèse de Poitiers n’avait pas connu dans son ensemble un nombre important de prêtres jureurs (environ 70 % au printemps 1791) et moindrement d’abdicataires53. Et il ne faut pas oublier que, parmi ceux-ci, 148 se marièrent dès l’hiver 1793-1794 dans ce seul diocèse, justifiés d’ailleurs par la sécularisation de l’Etat et les nouvelles modalités d’un anticléricalisme ancien : les reproches d’incivisme, de parasitisme, d’immoralité et d’infécondité faits au clergé sont ceux de Briquet lui-même dans son Discours de légitimation du mariage des prêtres54.

  • 55 A noter qu’il serait mort « après avoir reçu les derniers secours de la religion » en 1833 (AD. 79  (...)
  • 56 Cf. « la vendetta Piorry-Thibaudeau » (Pierre Massé, op. cit., chap. I). Son appartenance au Comité (...)
  • 57 Hilaire-Alexandre Briquet, Justification (..), Rochefort, Jousserant, s. d.

39Pour cet ex curé-citoyen, attaché à la chose publique (ses activités de clubiste, de juge puis de pédagogue le montrent), le renoncement aux fonctions sacerdotales ne fut pas le fait de la peur ou de la prudence, mais bien d’une option personnelle même si elle ne s’accompagna pas de déclarations d’athéisme. Lors de la grande mascarade anti-religieuse de la fête de la Raison à Poitiers le 20 frimaire an II (10 décembre 1793), furent fouettées les huit « Folies » d’un défilé qui comptaient le Père éternel mais aussi des sorciers, papes, reines, curés, etc…, mais Briquet, dans un discours applaudi et imprimé, y professa la nécessité d’une religion naturelle somme toute assez orthodoxe55. Sages ou timorés, les choix de cet homme, dès lors déprêtrisé, l’amenèrent d’ailleurs à abdiquer de ses fonctions de membre du comité de Surveillance de Poitiers dès le 7 ventôse (25 février 1794) quand se déchaînèrent les luttes intestines suscitées, dans cette ville comme à Paris, par le durcissement de la Terreur et des rivalités personnelles d’ordres divers56. Retiré à Chasseneuil (Vienne), il y est arrêté quelques jours après et envoyé à Rochefort où étaient regroupés tous les condamnés aux pontons ou à la déportation, au premier rang desquels figuraient des prêtres réfractaires, mais aussi d’anciens jacobins jugés, comme Briquet, trop modérés. En attendant un éventuel navire en partance pour l’Afrique de l’Ouest, l’ex-jureur y prit la défense devant la Société Populaire de trois matelots accusés à tort d’avoir volé des ecclésiastiques et prépara ainsi de façon indirecte sa propre Justification, paru à Rochefort57. Il fut libéré après deux ans de captivité le 5 germinal an IV (25 mars 1796) et gagna rapidement Niort y cherchant (et y trouvant) une réinsertion plus facile qu’à Poitiers, le théâtre de ses anciennes activités sacerdotales et politiques, et où il avait été jugé, tout-à-tour et comme beaucoup d’autres, trop modéré puis trop radical. Grâce à la création de l’École centrale en 1796 dans les anciens locaux du collège de l’Oratoire, le « terroriste » de l’an II redevint enseignant et professeur de belles-lettres aux côtés d’au moins six autres anciens ecclésiastiques, prêtres séculiers ou oratoriens.

  • 58 Pierre-Henri-Alfred de Lastic-Saint-Jal, L’Église et la Révolution à Niort et dans les Deux-Sèvres,(...)

40Ce nouvel engagement signale, dans la carrière du futur mari de Fortunée Bernier, un tournant professionnel et peut-être politique, là aussi, somme toute, assez banal en son temps, mais que la postérité saluera comme une nouvelle apostasie. Ses détracteurs doivent cependant reconnaître que, dans ses nouvelles fonctions, l’ancien vicaire épiscopal « contribua à développer, sinon le goût, du moins l’intelligence et l’imagination d’une foule d’enfants qui plus tard sont devenus des hommes distingués dans les diverses carrières qu’ils ont parcourues sous l’Empire et la Restauration »58. Le compliment est de taille puisqu’il provient de la plume fielleuse du vicomte de Lastic et mérite réflexion, puisque ce sont peut-être ces mêmes talents de poète-pédagogue qui séduisirent la très jeune Fortunée Bernier, alors encore une poétesse débutante en quête d’un public et, peut-être, d’un maître.

  • 59 Faut-il même parler d’une certaine gérontophilie ? On pourrait le croire à voir l’attachement très (...)

41Fut-elle fascinée par l’étrange aura que peut conférer un passé d’homme d’Église promu agent des nouveaux pouvoirs révolutionnaires ? S’éprit-elle plutôt du « rescapé » à jamais marqué par l’épreuve – sur soi et sur les autres – de la cruauté et de l’injustice propres à cette époque de bouleversements radicaux ? Faut-il se demander ce que ces expériences ont ajouté aux charmes personnels d’un homme en pleine maturité59 ? Comment savoir enfin si ce mariage fut l’union d’un Pygmalion de préfecture et de sa créature ou l’association amoureuse et charnelle de deux intelligences baignant dans la même culture républicaine et lettrée ? Le double rôle de maître et d’amant peut inquiéter ou prêter à sourire (et Briquet, déguisé en Chronos, a su lui-même s’en gausser par l’image), mais ce faux barbon semble s’être marié sans y être poussé par la pression des évènements ou le souci de démontrer sa bonne foi républicaine, contrairement à certains de ses confrères en religion. Son acrimonieux biographe, le vicomte de Lastic, y insiste : « lorsque rien ne l’y obligeait plus, il se maria ». Qu’en fut-il pour la jeune Niortaise ?

Fig. 3 : Chronos et Polymnie. Frontispice et page de titre de l’Almanach des Muses des Deux-Sèvres, an VII
(Médiathèque François-Mitterand de Poitiers, cliché O. Neuille)

42L’union de Chronos et Polymnie sert de frontispice au second numéro de l’Almanach des Muses de l’École Centrale des Deux-Sèvres dont on sait que Briquet fut, sinon l’instigateur, du moins l’animateur et le maître d’œuvre, dans le but, proclamé, d’y faire paraître « quelques-unes des productions littéraires » de ses élèves et, à l’occasion comme on le sait déjà, celles de sa bien-aimée. La gravure représente le Vieillard Temps, ailé et barbu, aux pieds de la muse de la Poésie lyrique, assise au milieu des emblèmes du savoir et d’un encensoir ; il semble se pâmer d’amour tandis que Polymnie fait tomber sur lui une pluie de pétales de fleurs. Et un sous-titre précise :

Ainsi l’aimable Polymnie
Sait parsemer de fleurs le chemin de la vie.
par le citoyen Briquet

  • 60 Briquet conclut son Eloge de J. de Laquintinie par des vers de son épouse (Niort, Elies, 1807, p. 2 (...)
  • 61 AD. 79 : 1 J 125, lettre du 12 vendémiaire an XIII à « monsieur Briquet, chez Monsieur Marette, gra (...)

43La scène est gracieuse mais académique et la prééminence physique et morale qu’elle prétend donner à l’héroïne de la légende (Fortunée elle-même ?) peut être de pure convention. Faut-il aller plus loin et imaginer un sincère attachement à la cause des femmes qui dépasserait, chez cet homme, la galanterie de bon ton et les manifestations habituelles de l’amour conjugal ? Briquet s’est plu à citer son épouse aux dernières lignes de son premier « grand » texte, un Eloge de l’agronome de Louis XIV, prétendument né à Saint-Loup-sur-Sèvre, Jean-Baptiste de La Quintinie, où il donne libre cours au goût, qu’il partage avec sa femme et nombre de leurs contemporains, pour les célébrités locales, les jardins et la littérature scientifique60. Deux lettres (les seules conservées ?) où Fortunée narre ses joies d’épouse et de mère, semblent prouver qu’au moins un temps, un certain bonheur et une vraie collaboration l’unirent à son professeur et mari. Un unique enfant, Apollin, naît de ce mariage le 27 septembre 1801. Doté d’un prénom néo-classique qui le lie à l’Olympe et aux activités intellectuelles que chérissent ses parents, il semble avoir été choyé comme le suggèrent les dernières lignes d’une lettre de sa mère, écrite le 12 vendémiaire an XIII (4 octobre 1804)61 :

[…] Apollin est à la foire avec Suzanne, il m’a bien recommandé de t’écrire qu’il est sage. Adieu. Porte toi bien. Je m’en vais au jardin donner le bal à mes idées. Je te promets de bien rêver et de bien penser à toi.

Ton amie, ton épouse.
Fortunée B. Briquet.

  • 62 Hilaire-Alexandre Briquet (Histoire, op. cit., p. 126, 189, 210, 313). Cependant, c’est cet homme q (...)

44Encore à la fin de sa vie, le pédagogue-citoyen qu’est Hilaire-Alexandre Briquet montre assez d’intérêt à l’égard de la cause des femmes, pour rappeler en 1832, dans son Histoire de la ville de Niort, les faits d’armes, pendant la Révolution, des citoyennes des deux camps et pour plaider en faveur de la création d’une Société maternelle62. Mais c’est dans l’espace particulier de l’École Centrale et de ses publications que sont seulement visibles et la mise en scène d’une éventuelle égalité sexuelle entre les deux époux et sa traduction par des comportements concrets : ici les hommes et les femmes, soumis aux mêmes principes éducatifs, pourraient devenir, les unes et les autres, producteurs de savoirs équivalents, ici les œuvres et les fonctions d’une jeune épousée incarneraient au sens propre, c’est-à-dire physique et public, ce qui n’est, encore et pour longtemps, qu’une utopie.

Une muse de département

  • 63 Voir sur les Écoles Centrales, la remarquable mise au point de Denis Woronoff (La République bourge (...)

45L’époque révolutionnaire et plus précisément la période du Directoire sont des temps de grandes interrogations éducatives, où se mêlent inquiétudes et espérances notamment à propos des filles63.

  • 64 Ce point reste à vérifier, même si tous les historiens ont jusqu’ici oublié de chercher l’impact su (...)

46C’est l’époque où se multiplient les projets – il est vrai violemment combattus – et où prennent forme des réalisations qui ont survécu jusqu’à nos jours : le Muséum, le Conservatoire des Arts et métiers, le Conservatoire de Musique, l’Ecole Polytechnique, l’Ecole Normale Supérieure, l’Ecole des Langues Orientales, le système des écoles primaires et secondaires, etc. La pédagogie des Ecoles Centrales, plus encore que le contenu des programmes (« idéologie », mathématiques, sciences appliquées, dessin en sont les dominantes), est proprement révolutionnaire et pour cela elle sera vite contestée par les amoureux de l’ordre ancien et des belles-lettres classiques : les cours facultatifs peuvent en principe être suivis dans n’importe quel ordre, les classes n’existent plus, les professeurs touchent le même traitement quelle que soit la discipline enseignée, il n’y a pas de directeur de l’école, la prise de décisions est collégiale et elle reste sous tutelle de plusieurs organismes concurrents (le département, un « Bureau d’Ecole centrale » et un « Jury central d’Instruction publique »), le tout étant supervisé par le ministère de l’Intérieur. Tout cela donnait une grande liberté aux enseignants et aux élèves et conduisait à stimuler leur esprit de curiosité, au risque d’une certaine confusion pédagogique peu susceptible de plaire aux conformistes de tous bords. La fermeture des écoles centrales dès 1802 et leur remplacement par trente lycées nationaux ou, comme à Niort, par des écoles secondaires municipales, l’attestent. En attendant, ce système, d’esprit libertaire même s’il s’inscrit dans la continuité des réformes du XVIIIe siècle, sut, semble-t-il, profiter à quelques jeunes femmes d’exception comme Fortunée Briquet64.

  • 65 Almanach des Muses de l’École Centrale des Deux-Sèvres, Niort, Dépierris, an VII : « avertissement  (...)

47Au revers du frontispice de l’Almanach des Muses de l’École Centrale des Deux-Sèvres pour l’an VII (le numéro où trônent Chronos et Polymnie), figurent quelques lignes qui marquent l’avènement de Fortunée Briquet dans le monde des lettres65 :

AVERTISSEMENT.

La citoyenne BRIQUET (*), élève du citoyen Jozeau, Professeur d’histoire naturelle, a fourni à l’éditeur de l’almanach des Muses, les articles de botanique et de minéralogie qui sont joints à l’annuaire. Elle a observé, dans la distribution des plantes, le temps approximatif de leur floraison, en y ajoutant le nom de la classe et de l’ordre du système de Linné. Quant aux minéraux, elle les a classés suivant l’ordre déterminé par Daubenton.

[En note] (*) Marguerite-Ursule-Fortunée B. Briquet, née le 16 juin 1782.

  • 66 Voir Geneviève Fraisse, « Le génie et la muse », op. cit., p. 132-167 ; Nouvel Almanach des Muses p (...)

48Cet avertissement est intéressant en ce qu’il fait d’une élève de l’École Centrale un objet de distinction, car elle est le seul (la seule) des neuf contributeurs de ce recueil à être mis(e) en avant et pour sa jeunesse et pour son sexe. Cette double exception, utilisée à des fins publicitaires dans le périodique niortais de son mari, fera longtemps la gloire de Fortunée puisque sa féminité et son âge resteront présents dans l’argumentaire subliminal de publications ultérieures, plus prestigieuses bien que sans prétention scientifique : les quatre poèmes parus au milieu de beaucoup d’autres en 1803 dans le Nouvel Almanach des Muses et le texte du Dictionnaire seront précédés d’un même portrait gravé, orné à l’identique d’un bandeau portant son nom et sa date de naissance. La figure et son accompagnement, habilement soulignés par la mise en page de la gravure, ne permettent pas d’oublier, encore en 1804, une précocité étonnante et... durable66. En l’an VII, cette Minou Drouet avant la lettre (mais elle a déjà 16 ans), est d’abord vantée pour ses talents de naturaliste, comme si, chez une jeune personne, la qualité de femme de lettres paraissait moins exceptionnelle que celle de femme de sciences.

  • 67 Almanach (an VII), p. 22-23. Les essais de ce type sont cependant multiples et officiels (Jean Tula (...)
  • 68 Almanach (an VIII), p. 104.

49Car c’est elle qui a créé le calendrier – complètement laïc – qui ouvre, comme il se doit cet almanach : à chaque jour correspond une plante et celle-ci fait l’objet, dans une troisième colonne, d’une attribution à une classe et à un ordre. Le premier jour de l’année du premier mois, celui de vendémiaire, est ainsi défini : « Primidi. Sauge des bois. Didyn. Gym » selon une nomenclature linnéenne pas toujours orthodoxe dont les abréviations sont dûment explicitées à la fin du calendrier67. Fortunée Briquet est – à ma connaissance – la seule femme à avoir fabriqué un calendrier aussi original, tout en respectant la proposition de Fabre d’Églantine (« les réalités de la Raison sont substituées aux visions de l’ignorance ») et elle récidivera de façon encore plus personnelle en produisant les deux années suivantes un almanach des « Femmes célèbres », puis un autre nommé par elle des « Femmes artistes ». Les avertissements qui figurent dans le périodique précisent et soulignent que « la citoy. Briquet a fourni à l’éditeur tout ce qui concerne les Françaises célèbres par leurs écrits, dans les trois premières colonnes de chaque mois », ce dont l’auteure est d’ailleurs félicitée en prairial par « le citoyen François de Neufchâteau, ministre de l’Intérieur »68. En l’an VII, le premier primidi de vendémiaire est patronné par « Radégonde. 6e siècle. Œuvres diverses » et le dernier quintidi des jours complémentaires par « Geoffrin. 18e. Protec. des gens de lettres ». Quant à l’an VIII, il s’ouvre par « Laporte. 17e. Déclamation » et s’achève par cinq « protectrices des artistes » : Catherine et Marie de Médicis, Mlle de Montpensier, « D. Du Maine, B. Bonaparte ».

  • 69 Ibidem, p. 8, 47, 50, 53, 69, 75, 80, 112, 145, 169, 170, 197, 202. Seul le « dialogue » occupe plu (...)

50Faiseuse revendiquée de calendriers (végétaux, puis féministes), « la cit. Briquet » signe aussi de véritables textes : ainsi 14 sur les 77 pièces distinctes publiées dans le numéro de l’an VII sont de sa plume et c’est là, sans doute, où elle continue à mériter, à nos yeux sinon à ceux de ses contemporains, le plus de gloire, tant paraissent grandes la polyvalence de cette très jeune écrivaine et la culture qu’elle déploie dans les genres les plus variés. Ne trouve-t-on pas, dispersés dans ce seul volume, en plus de l’avertissement déjà mentionné, un « bouts rimés » à la gloire de Bonaparte, cinq « épigrammes » imitées de Martial, une double « idylle imitée de l’allemand », deux fables originales, des « Vers pour mettre au bas du portrait de Constance Pipelet », une traduction de trente vers de Métastase et enfin un « Dialogue en prose » entre madame Sévigné et madame Deshoulières69 ? Mais ce sont là, à l’exception de ce dernier texte, solidement écrit et d’ailleurs en prose, des poésies de salon où la rime – facile – et la scansion – laborieuse – n’est jamais bien loin du genre des bouts rimés : à partir de quatre mots (par exemple, « Italie », « vainqueur », « cœur » et « patrie »), la poètesse mais aussi, dans le même numéro, son éditeur et émule Dépierris, construisent tous deux de piteux quatrains. Celui de la citoyenne Briquet se décline ainsi :

A Buonaparte.
O toi qui de ta gloire as rempli l’Italie
Des Germains modeste vainqueur,

Tes illustres exploits, les vertus de ton cœur
Seront l’honneur de ta patrie.

  • 70 En l’an IX seul le calendrier (« les Femmes artistes ») peut lui être attribué.

51Le poème n’a guère d’éclat, même s’il montre déjà le soutien donné à Bonaparte par bon nombre de Républicains et par leurs compagnes. La panégyriste des femmes a plus d’originalité que la poétesse, mais elle avance encore à mots couverts et seulement par la confection de calendriers. Car ses titres de gloire vont devenir autres : les années suivantes elle continue à fournir à l’Almanach toutes sortes de versifications et d’essais en prose, mais elle est aussi promue, au moins à deux reprises, « secrétaire rédacteur des séances publiques » de l’Ecole Centrale. Une tâche indispensable mais subalterne que le XXe siècle aimera confier aux femmes, et qui fut impartie, précocement et momentanément, à une jeune Niortaise pour deux raisons au moins : à cause de son zèle à épauler son mari, à cause peut-être aussi du relâchement de l’enthousiasme initial suscité par une institution vite controversée et incapable d’élargir son recrutement. Les deux procès-verbaux de Fortunée Briquet s’ajoutent donc en l’an VIII à huit autres contributions dont six en vers. Au total cependant sa participation écrite devient alors plus faible que celle de l’année précédente au regard des soixante-dix textes que livrent à l’impression vingt et un autres auteurs, tous masculins. Sans doute est-ce là l’amorce de son propre désengagement au niveau local, ce que confirment et son absence dans les tables des matières de l’Almanach en l’an IX et en l’an X et le statut, nouveau, de ses premières Odes : des publications autonomes70.

52Il n’en reste pas moins que l’Ecole Centrale, et notamment la tenue de séances publiques régulières ouvertes à tou(te)s, fut pour Fortunée Briquet un lieu indispensable de formation autant qu’un tremplin. Cette toute jeune femme, adulée par son entourage et déjà talentueuse, y gagna, malgré sa petite taille, une stature de déclamatrice et d’érudite, désormais apte à marcher vers la notoriété et les salons parisiens.

Une gloire parisienne et européenne

53Incontestable, cette gloire est encore aujourd’hui malaisée à comprendre, faute de documents suffisamment variés sur les nombreuses facettes, féminines et masculines, de la vie intellectuelle sous le Consulat. Les preuves imprimées d’un réel succès littéraire de la jeune Niortaise existent (ce sont les œuvres mêmes de la poétesse, leurs lettres d’accompagnement et leurs échos dans la presse du temps) mais l’exercice concret de ces succès, leur signification profonde et les mondanités qui les ont accompagnés (et portés), sont difficiles à saisir. Faute de témoignages personnels, faute aussi d’éléments de comparaison valides avec d’autres femmes de lettres de ce temps.

Fig. 4 et 5 : Première page des calendriers « républicains » de Fortunée Briquet dans l’Almanach des Muses des Deux-Sèvres, an VII et an VIII
(Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers, cliché O. Neuille)

  • 71 Marie-Laure Girou-Swiderski, Marie-Laure, « D’intéressantes « retrouvailles » : la seconde carrière (...)
  • 72 A Niort, c’est une femme qui tient une librairie avec un cabinet de lecture riche de 6000 volumes ; (...)
  • 73 Sur ces bilans, voir Roland Mortier, Le Tableau littéraire de la France au XVIII e siècle, Bruxelle (...)

54Quand elles ne sont pas ignorées (Germaine de Staël jouit encore ici d’un statut particulier et, avec elle mais plus récemment, Stéphanie de Genlis et Isabelle de Charrière)71, les écrivaines d’alors sont toutes mesurées à l’aune des valeurs masculines prédominantes et des préjugés qui sont encore les nôtres à l’égard de l’ensemble de la vie culturelle sous le Consulat et l’Empire. L’absence supposée de « chefs d’œuvre » reconnus (sauf Corinne et René) serait la marque d’un temps frappé par un complet « asservissement de la pensée » (F. Ponteil). Du coup sont oubliées les particularités d’une période dite préromantique où se mettent en place de nouvelles formes littéraires de l’investigation du moi et un élargissement des lectorats que confirme la multiplication des cabinets de lecture72. Le « tableau littéraire de la France au XVIIIe siècle » que l’Académie Française met au concours en 1804, peut bien catalyser les fureurs des ennemis des Lumières, il souligne aussi, dans ses multiples variantes et malgré la censure, la vigueur de la vie littéraire sous le Consulat et l’Empire et le rôle qu’ont continué à y jouer les femmes, à l’échelon provincial comme au niveau national73.

  • 74 AD. 79 : 4°-62, op. cit., t. II, p. 371.
  • 75 Voir Dominique Margairaz, François de Neufchâteau, essai de biographie intellectuelle, (Paris, PUS, (...)

55Selon le vicomte Lastic de Saint-Jal, « en 1800, la jeune muse prit un essor plus hardi : une Ode sur les vertus civiles lui avait ouvert les portes de la Société des Belles Lettres de Paris et des premiers salons de la capitale où elle s’était rendue »74. La carrière de Fortunée Briquet ne paraît pas surprendre ses premiers biographes, mais il faut revenir sur les liens entre son milieu niortais d’origine, républicain et bientôt bonapartiste, et l’élite intellectuelle d’une capitale, culturellement plus « féminine » et plus effervescente qu’on ne le croit d’ordinaire. Ces liens, au moins autant que les talents et la séduction de la jeune muse niortaise, éclairent les raisons de son succès et d’abord les conditions de son départ à Paris. Trois noms du monde des lettres se détachent qui semblent avoir pu contribuer à l’ascension de Fortunée Briquet et lui permettre d’être connue et publiée hors de sa province natale : il s’agit de deux hommes de pouvoir (deux amis dont les opinions politiques furent initialement distinctes : François de Neufchâteau et Fontanes75) et d’une salonnière et poétesse de renom qu’ils fréquentèrent l’un et l’autre : Fanny de Beauharnais.

56Le premier (Nicolas-Louis François dit de Neufchâteau, 1750-1828) est un Vosgien modéré qui ayant refusé de siéger sous la Convention, fut incarcéré avant Thermidor mais joua un rôle-clef dans la vie culturelle du Directoire et du Consulat comme Directeur (de septembre 1797 à mai 1798) et, plus encore, comme ministre de l’Intérieur, de juillet 1797 à septembre 1797 et de juin 1798 à novembre 1799 (coup d’état du 18 brumaire an VIII). Bientôt chargé, par Napoléon et avec Fontanes, des « affaires laudatives », il fut de la première fournée des sénateurs et promu comte d’Empire avant de finir à l’Académie Française sous la Restauration. Ce versificateur précoce (son premier recueil de poésies fut publié en 1765), a beaucoup publié dans des domaines aussi variés que l’agronomie, l’histoire, la philosophie (celle de Pascal) et des genres aussi différents que la poésie descriptive, la circulaire, le manuel et le panégyrique, celui de Napoléon principalement. Passionné d’instruction publique et conciliateur né, il fut l’artisan actif de la mise en place des Écoles Centrales dans le but de mobiliser tout le monde des lettres au service de la République. On a vu comment il sut féliciter Fortunée Briquet de son « Calendrier des Femmes célèbres » et l’on peut supposer qu’il fut un de ceux qui, directement ou non, ont, sinon permis, du moins encouragé son départ vers Paris.

  • 76 Entre autres témoignages sur la vie de ces salons, les Mémoires de Victorine de Chastenay (Paris, P (...)

57Tout aussi fantomatique dans notre documentation actuelle, un autre poète, ami de François de Neufchâteau et, comme lui, grand « modérateur », Fontanes semble avoir pu jouer un rôle efficace dans la réussite parisienne de sa compatriote Briquet. L’accueil reçu par celle-ci dans les salons bonapartistes ressemble d’ailleurs au soutien dont il bénéficia lui-même à son arrivée, tout jeune homme dans la capitale, comme à ses retours d’exil après Thermidor, puis Brumaire : il profita alors de l’amitié de quelques salonnières, et notamment de Fanny de Beauharnais. Un patronage traditionnellement donné aux talents provinciaux qui « montent » à Paris munis de recommandations, un patronage de nature particulière cependant du fait des brassages sociaux et politiques générés par la fin d’un ancien régime des lettres où les femmes se mêlent désormais aux hommes pour quêter introductions utiles et appuis durables dans des salons aux étiquettes idéologiques en partie renouvelées76.

  • 77 FBD, p. 78 et 79.
  • 78 Une écrivaine (1737-1813), dont les œuvres et la personnalité mériteraient plus d’attention que cel (...)

58Il est frappant de constater que, comme Fontanes, Fortunée Briquet fit ses premières armes parisiennes dans ce même salon de Fanny de Beauharnais et qu’elle y reçut les appuis nécessaires à des publications placées sous des « auspices » bonapartistes : de flatteuses dédicaces au Premier Consul77, mais aussi et tout d’abord des encouragements lyrico-mondains, alors de mise dans la vie intellectuelle. Chacun(e) devait savoir écrire mais aussi dire des pièces fugitives et des poèmes de circonstance qui remplissaient ensuite tous les recueils de poésies, périodiques ou non, aux côtés de travaux moins légers. La qualité de la diction, le charme d’une présentation de soi séduisante avaient ici une importance certaine, puisque la lecture publique était l’étape nécessaire, sinon suffisante, à toute publication au sens restreint et moderne du terme, c’est-à-dire une impression sur papier. L’entraînement acquis à Niort, dans les séances publiques de l’École Centrale, fut sans doute un réel atout dans le cercle de beaux esprits que réunissait chez elle, depuis 1762, la toujours sémillante et très généreuse Fanny de Beauharnais78.

  • 79 Louis-Sébastien Mercier, op. cit., p. 340.
  • 80 Voir sa « Préface ou Épître aux Dames » (L’Ile de la Félicité ou Anaxis et Théone. Poëme en trois c (...)
  • 81 Sur la question de l’auctorialité feminine et la piraterie littéraire, voir, entre autres, Adeline (...)
  • 82 Voir Alphonse Aulard, Paris sous le Consulat, Paris, Cerf, 1903, passim et t. IV, p. 755 et 769 ; B (...)

59Liée successivement à deux des plus célèbres poètes de la fin du XVIIIe siècle, Dorat et Cubières, et poétesse elle-même autant que romancière et dramaturge, Marie-Anne-Françoise Mouchard, dite Fanny, devenue comtesse de Beauharnais par mariage, tint un salon où brillèrent, entre autres, Mably, Delille, Buffon, Restif, Cazotte, Fontanes, Joubert, Mercier. Ce dernier79 salue, quelques années avant la Révolution, « ses compositions originales (..), où l’esprit, le sentiment et la connaissance du monde, sont si bien fondus ensemble ». De sensibilité féministe80, cette femme en vue fut souvent malmenée par la critique masculine toujours en quête d’un « teinturier » réécrivant ses textes (« elle fait son visage mais pas ses vers », dira le poète Lebrun)81. Elle fut aussi une femme surveillée et l’objet de rapports de police réguliers sous le Consulat du fait de sa triple allégeance au clan frondeur des poètes, à l’aristocratie ancienne et à la famille Bonaparte : Joséphine était sa nièce par alliance et la mère de sa filleule, Hortense de Beauharnais82. De par l’assise des biens de son mari (non loin de La Rochelle), elle n’était pas étrangère à la vie culturelle des pays d’Ouest où elle séjourna à plusieurs reprises et ces liens expliqueraient qu’une jeune provinciale poitevine comme Fortunée Briquet fût accueillie si libéralement chez cette Parisienne, célèbre par son salon et ses écrits et de quarante-cinq ans son aînée. L’amabilité de leurs relations et une sorte d’admiration mutuelle se lit dans la notice que Fortunée consacre à Fanny dans son Dictionnaire mais aussi dans les dédicaces versifiées qu’elles s’échangent. L’envoi du poème Anaxis est accompagné de deux lignes, brèves mais emphatiques, auxquelles Fortunée réplique par un spirituel quatrain.

Muse et Grâce à la fois, un jour que sera-telle ?
Les talents n’ont point d’âge : elle naît immortelle
(F. de Beauharnais)

  • 83 Ces hommages versifiés sont complaisamment cités, avec celui de Decailly, par Briquet fils (Hilaire (...)

Quelle est cette métamorphose ?
D’après les vers charmants que pour moi l’on a faits,
Je crois sans peine à la métempsychose,
Et que je naquis Beauharnais
(F. Briquet)83

  • 84 Les liens sont déjà multiples et très forts entre les intellectuels italiens et une partie de l’éli (...)
  • 85 L’activité remarquable de Claude-François-Étienne Dupin (1767-1828), « administrateur philosophe » (...)
  • 86 Voir l’article de Fontanes sur le « De la littérature » de Germaine de Staël, dans le Mercure de Fr (...)

60Ces vers sont sans grand mérite et appartiennent à un genre évidemment très convenu mais ils prouvent l’effet causé par la jeunesse et les talents de la Niortaise, d’emblée fêtée et acceptée par diverses assemblées de lettrés de la capitale, salons informels aussi bien que sociétés savantes. Ainsi Fortunée Briquet devint-elle membre de la Société des Belles-Lettres après y avoir, en personne, fait lecture de son Ode sur les vertus civiles, dans une séance tenue au Louvre le 23 vendémiaire an X (15 octobre 1801). Dans ce cénacle, elle fut, d’après son fils, « plusieurs fois interrompue par les applaudissements » et un assistant, le Napolitain Forges-Davanzati, fut si enthousiasmé qu’il écrivit, en trois jours, une traduction en italien de l’ode84. Il faut pourtant noter que la poétesse n’avait pas eu autant de succès lors d’une première présentation de ce texte dans les Deux-Sèvres, où un concours de poésie avait été organisé par le préfet de ce département sur ce thème des vertus civiles avec pour récompense une rose d’argent85. Elle y avait été classée seconde seulement, alors qu’à Paris au contraire, « la très jeune muse, connue par d’autres ouvrages, où brillent de tous leurs charmes, la facilité, la délicatesse et le sentiment surtout, apanage de son sexe » reçut des louanges très appuyées et la possibilité d’être immédiatement éditée. Avoir du charme et non du génie, c’est là une manière d’exalter, tout en les clôturant hermétiquement, les domaines d’excellence des femmes. C’est là en tout cas le ton qu’adoptent tous les critiques littéraires du temps quand ils font la promotion de Fortunée Briquet ou de ses consœurs86.

  • 87 Les annonces par anticipation d’un livre encore inachevé sont alors fréquentes. Chateaubriand y eut (...)

61Les pages d’un membre de la Société Philotechnique, nommé Guichard, dans la Bibliothèque Française dirigée par Charles Pougens, sont sur ce point très caractéristiques et de la misogynie inavouée de ceux qui se disent admirateurs du « sexe » et des mœurs éditoriales qui prévalent en ce début de siècle : le « genre » du poème (gender et style confondus) fait l’objet de publicités croisées permettant aux mêmes pièces brèves d’être couchées plusieurs fois sur le papier après avoir été lues en public. En vantant l’œuvre de Fortunée Briquet et sa féminité, Guichard relance la curiosité du public pour l’Ode parue quelques mois plus tôt et, en bon publicitaire, fait l’annonce d’un nouvel ouvrage qu’elle aurait déjà mis « sous presse » chez ce même éditeur87. En fait le Dictionnaire ne parut que deux ans plus tard et ailleurs que chez Pougens ; plus encore il n’était pas encore achevé en l’an X. En effet le même Guichard précise que « l’auteur engage les personnes qui s’intéressent à la gloire de son sexe, à lui envoyer avant le premier germinal, et franc de port, tous les renseignements qu’ils croiront nécessaires à la perfection de son ouvrage ».

  • 88 Bibliothèque Française, 2e année, no XI (ventôse an X-mars 1802), p. 124-127. Les vingt pages de l’(...)

62Quant à l’ode, Guichard nous dit que, sans avoir « toujours le ton sublime, […] elle est du genre gracieux et simple, en un mot du genre analogue à la matière traitée »88. Jeux de renvois polis, à nos yeux pittoresques et quelque peu futiles, mais qui sont les symptômes d’une vie littéraire où prime la notion de convenance : celle de l’auteur au genre littéraire et du thème à la forme. Le contenu des treize strophes de dix vers octosyllabiques n’en reste pas moins assez plat, la rime n’est pas très riche et la forme paraît très scolaire. Il s’agit pourtant d’un hymne aux vertus, pacifiques et ici confondues, que sont la prudence, la justice, la force et la tempérance. Est-ce l’expression du vœu sincère d’une femme lassée des guerres civiles et autres fracas martiaux ou seulement l’exhibition d’ambitions ambigües usant d’un écrit de circonstance pour se faire entendre ? Au moment où, sous l’égide de Napoléon, se discute la fin – espérée – de tous les conflits révolutionnaires avec les préparatifs du Concordat, du Code civil et de la paix franco-anglaise, ces deux aspirations ne sont pas contradictoires et il paraît logique que leur résolution s’exprime formellement dans un exercice de virtuosité prosodique, mêlant envolées lyriques et références classiques.

  • 89 Une édition d’abord isolée de l’Ode sur la mort de Dolomieu (Niort, Dépierris et Paris, Pougens, an (...)
  • 90 Pour la critique, voir Charles Pougens (« Ode sur la mort de Dolomieu », Bibliothèque française, 3e(...)

63L’ode suivante (Fortunée avait alors vingt ans) parut en opuscule autonome mais aussi au sein d’un recueil, mêlée aux productions d’autres poètes, et, sous ces deux formes, elle reçut encore plus de compliments que les poésies précédentes89. L’œuvre était plus ambitieuse aussi puisque la mort – survenue le 7 frimaire an X – du minéralogiste Dolomieu en était et le prétexte et l’objet, et qu’elle juxtaposait une notice biographique de seize pages à un poème de treize strophes couvrant quatre pages serrées, elles-mêmes étant d’ailleurs suivies d’une lettre de louanges adressée à l’auteure par un des secrétaires de l’Institut (trois pages en gros caractères)90.

Muses, d’un crêpe noir entourez vos portiques ;
Suspendez à leurs voûtes un lugubre flambeau :
O Muses, entonnez de funèbres cantiques,

DOLOMIEU descend au tombeau.

(..)
A tes maux, DOLOMIEU, qu’à l’instant où nous sommes
Ferdinand doit gémir d’avoir prêté les mains !...
Vous, que le sort appelle à gouverner les hommes,

  • 91 Première et dernière strophes de l’Ode sur la mort de Dolomieu, Niort, Dépierris et Paris, Pougens, (...)

Soyez justes, soyez humains.91

  • 92 Souvenirs de la marquise de Créquy, Paris, Fournier, 1835, t. VII, p. 240.
  • 93 Sur l’empirisme de Déodat de Dolomieu (1750-1802), les transformations de sa discipline et ses trib (...)

64L’émotion sentimentale l’emporte sur la précision scientifique. Cette biographie en vers, plus politique qu’intellectuelle, est en fait un éloge de type académique où les cachots de Messine transforment en martyr de la République celui qui fut, entre autres, le négociateur de la reddition de Malte et le minéralogiste de l’expédition d’Égypte et de la percée du Simplon. Œuvre de célébration (et… d’auto-célébration), l’ode et sa notice d’accompagnement taisent bien sûr certains épisodes peu édifiants de la vie d’un chevalier de Malte contesté92 et insistent sur la mobilisation internationale de savants qui permit à Dolomieu d’échapper aux geôles napolitaines du roi Ferdinand. Fortunée Briquet se contente d’évoquer les lieux des investigations minéralogiques de Dolomieu (îles Lipari, Calabre, Alpes, Égypte) et ne dit rien des convictions qui font l’originalité des travaux de ce savant : cohésion des sciences, nécessité d’une nouvelle nomenclature des roches (il sut redéfinir le basalte et son origine volcanique, la pierre ponce, etc.), recherche d’un système d’explication externe des plissements tectoniques et des cassures du socle géologique de la terre, etc93. Plus importantes que l’apport scientifique de Dolomieu, les circonstances d’une mort précipitée par les souffrances d’un emprisonnement arbitraire, focalisent l’intérêt de Fortunée Briquet, d’autant qu’elles lui permettent de se faire connaître et d’élargir le cercle de ses propres relations. En France comme en Grande-Bretagne.

Fig. 6 : Page de titre de l’Ode à Lebrun de Fortunée Briquet, an XI/1803
(Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers, cliché O. Neuille)

  • 94 Fontanes, pendant son séjour à Londres, rendit au moins deux fois visite à Banks (Fontanes, Corresp (...)
  • 95 Extraits, traduits différemment dans l’Histoire de Briquet (op. cit., p. 56), et dans l’article de (...)

65On reviendra sur le début de ses échanges avec le poète Lebrun : après avoir été, devant la classe de Littérature et Beaux-arts de l’Institut, le lecteur de l’Ode aux vertus civiles, il fut le dédicataire de sa troisième grande ode. Mais il faut retenir dès à présent que la publication de cette même ode permit aussi à la poétesse de se lier à des célébrités, françaises et étrangères, et notamment d’entamer une correspondance avec le sauveur, britannique, de Dolomieu, Joseph Banks, à qui elle envoya et son poème et son portrait. Banks répondit à cet envoi dès le 7 avril 1802 par une lettre de remerciement qui figurera, dûment traduite par le fils Briquet, dans la notice de sa mère et flanquée de la réponse de celle-ci. Ce Banks qui fut un compagnon de Cook pendant son voyage autour du monde et fut à son retour, pour cela, un des savants les plus révérés94 de son temps, était intervenu efficacement pour sauver le minéralogiste. Fortunée sut le rappeler avec d’autant plus de chaleur que cela lui permettait de satisfaire sa quête personnelle de notoriété (la sienne et celle des autres) mais aussi de proclamer son désir d’une paix durable entre l’Angleterre et la France. Ce désir d’une pacification généralisée – un topos, d’ailleurs partagé par tous ses contemporains – s’exprime avec encore plus de force dans une seconde missive, adressée à Banks et accompagnant l’autre Ode parue la même année et, cette fois-ci, consacrée (et dédiée) à un confrère en poésie, le très illustre Lebrun95.

Je voudrais qu’il fût donné à une Muse encore novice, d’embellir par ses chants le soir de votre vie. Les beaux-arts ont fait de l’Europe une famille nombreuse. Leur commerce resserre des liens que la politique relâche quelquefois, mais qu’elle ne brise jamais sans retour. Loin de nous les dénominations différentes, qui naissent du plus ou du moins d’éloignement des individus : l’humanité les désavoue. Vous êtes philanthrope, vous êtes mon concitoyen.

  • 96 Le numéro du 5 messidor an X du journal niortais reprend l’article de La Décade du 30 prairial an X (...)
  • 97 J. Bompard, « Le Brun », in Georges Grente et François Moureau éds., Dictionnaire des lettres franç (...)
  • 98 Georges Buisson, « Le poète Le Brun sous la Terreur » et « Odes républicaines du Citoyen Le Brun co (...)

66Au commencement de 1803, une nouvelle Ode en effet avait vu le jour, mais son impression semble avoir moins fait sensation que les précédentes puisqu’après son édition parisienne et niortaise, elle ne fut commentée – à ma connaissance – que dans La Décade philosophique et dans un périodique régional, le Journal Officiel du département des Deux-Sèvres96. Est-ce parce que la posture de novice qui continue à être celle de Fortunée Briquet devient difficile à tenir, quand la mode change et que ses talents lyriques ne se renouvellent guère ? Le dédicataire (et l’objet du poème) est pourtant un des plus fameux bardes du temps comme le montre son surnom de Lebrun-Pindare : Ponce-Denis Ecouchard Lebrun, né en 1729 et donc âgé en 1803 de 74 ans, avait eu pour maître en poésie le petit-fils de Racine et, comme principal disciple, André Chénier97. Le texte qui l’avait lancé (une Ode sur les causes physiques des tremblements de terre) datait de 1755 mais le succès de sa poésie n’avait pas désemparé depuis lors, y compris sous la Terreur98. Pendant le Consulat et l’Empire (ses Œuvres seront publiées en 1811 par Ginguéné), Le Brun est toujours choyé par la critique et par « le sexe », bien qu’il ait – comme la plupart de ses contemporains – fustigé les femmes de lettres et – fait étrange – subi l’opprobre d’un procès retentissant en séparation avec sa première épouse et... muse. Il se serait écrié – et comment ne pas s’apitoyer ici sur toutes celles qui, à l’instar de Fortunée Briquet, l’encensèrent tout au long de sa vie ? :

Voulez-vous ressembler aux Muses ?
Inspirez, mais n’écrivez pas.

67Bonapartiste, après avoir été royaliste puis robespierriste, cette « girouette » politique fut un remarquable épigrammatiste mais tira l’essentiel de sa gloire de « hardiesses » lyriques, que nous trouvons aujourd’hui un peu froides, mais qui, imitées de Lucrèce, parurent déjà romantiques à un critique littéraire aussi averti que Sainte-Beuve. Des élans qui remplissent ses élégies et plus encore ses odes, le genre de prédilection de la poétesse Briquet. Aussi celle-ci s’emploie-t-elle à imiter un modèle qui maîtrise parfaitement les mythes antiques et la prosodie et, le temps de treize strophes, elle mêle au nom de Lebrun, écrit en lettres majuscules, celui des « neuf Sœurs ». En scandant cette louange des grands hommes, elle construit un hymne à l’immortalité qui s’achève, banalement, par le refus de flatter un si grand maître et par la proclamation de sa propre insuffisance :

Ne soyons point ingrats, honorons les grands hommes :
Leur génie agrandit, dans le siècle où nous sommes,
L’éclat du nom français.
Dans la postérité nous vivrons de leur gloire.
Acquittons notre dette, et qu’un jour leur mémoire
Atteste nos bienfaits.

  • 99 Ode à Lebrun, Paris, Pougens et Niort, Dépierris, an XI-1803, p. 7.

J’ai bu dans votre coupe, ô Filles d’Aonie,
Et du luth enchanteur du Dieu de l’harmonie
J’ai tiré quelques sons.
O toi, dont ma patrie admire les ouvrages,
Chantre immortel, LEBRUN, reçois mes hommages
Le fruit de tes leçons.99

  • 100 Ce point est souligné dans le compte-rendu louangeur de l’Ode à Lebrun paru dans la Décade (3e trim (...)
  • 101 Des détails précieux sur les activités éditoriales et sentimentales de cet attachant personnage fig (...)
  • 102 Ode qui a concouru pour le prix de poésie décerné par l’Institut national de France, le six nivôse (...)

68Le texte traduit une double obsession : la nécessité de chanter la gloire des héros et le sentiment d’une incapacité personnelle à le faire comme il convient et sans être accusée de flagornerie100. Ce leit-motiv est récurrent dans toute l’œuvre de Fortunée Briquet et ne trouvera une sorte de (ré) solution qu’avec la (re) construction du panthéon féminin qu’est le Dictionnaire. Aussi la fascination pour l’Homme du moment (ce Bonaparte qu’elle ne nomme jamais Napoléon) est particulièrement présente dans la dernière Ode, celle que Fortunée Briquet dédie à Charles Pougens, son premier éditeur parisien et son mentor101. Le poème est d’ailleurs encore placé sous la protection de quatre vers de Lebrun mais elle ne veut (ne sait ?) donner à ce texte aucun titre précis, contrairement aux précédentes odes102.

69Le sujet, tiré de Montesquieu (« La vertu est la base des républiques »), avait été mis au concours par l’Institut, et fut traité, par Fortunée Briquet, de façon résolument apologétique bien que la forme, quelque peu hybride, n’ait rien de linéaire. L’ode commence en effet par un hymne au soleil, se poursuit par des lamentations sur l’incapacité des républiques d’Athènes, de Rome puis de Venise, à rester vertueuses, tandis que le final du poème se consacre au patriotisme français et s’achève par l’exaltation des vertus de Bonaparte et de l’Empire :

À la Vertu toujours fidèle,
Des Empires heureux tu seras le modèle,
L’honneur, l’amour du monde entier.

70Des vers maladroits pour dire une admiration sincère pour « le Premier » des héros du panthéon – cependant toujours républicain – de la poétesse : le futur empereur des Français, auquel sera dédié le Dictionnaire. Des vers de circonstance qui n’eurent guère de succès : non seulement le prix ne fut pas décerné à la jeune femme, mais la publication du poème se fit uniquement sous forme de brochure et par un seul éditeur, niortais de surcroît.

  • 103 Nouvel Almanach des Muses (1804, p. 5). Sur cette gravure, voir plus loin la description du Diction (...)
  • 104 Nouvel Almanach des Muses (1802, p. 13 et 265).
  • 105 Comptes-rendus « critiques » du Mémoire sur l’amélioration des bêtes à laine, par J. A. Ogier, de l (...)
  • 106 Longues nécrologies de ces deux femmes dans le Nouvel Almanach des Muses (1803, p. 270-276 et 304-3 (...)
  • 107 Santé fragile, « langueur » et mort précoce pourraient être dues à la tuberculose, sans que rien ne (...)

71Cette ode scelle, semble-t-il, la fin des activités poétiques parisiennes de Fortunée Briquet. D’ailleurs le Nouvel Almanach des Muses, où ne figure plus aucune de ses œuvres, se contente en 1804 de rappeler que le portrait de sa « Muse » de l’année (l’actrice Joséphine Duchesnois) succède à d’autres gravures de Gaucher dont celle de Fortunée Briquet, « une élève de Clio, qui a déjà quelques titres à la gloire dans un âge où l’on ne donne encore communément que des espérances »103. Cependant si en l’an X, cette « muse adolescente » âgée de « 19 ans aussi modeste qu’aimable » avait mérité « des encouragements et même des éloges » de la part du périodique, elle ne semble plus avoir, deux ans plus tard, les excuses d’une « première production »104. Et on peut imaginer l’amertume d’une jeune femme portée aux nues en 1802 et déjà presqu’oubliée en 1804, au moins dans les cercles poétiques où s’abreuve cet almanach. Sa reconversion dans la prose (dès 1802, elle avait livré à Pougens de longs comptes-rendus de livres techniques d’auteurs… poitevins105) et ses séjours plus durables à Niort (où paraissent ses dernières œuvres connues), s’expliquent – sans doute – par la désaffection d’un public mondain et la fin de l’engouement éphémère suscité par sa jeunesse et sa beauté. Son retrait des sociétés parisiennes qui furent le théâtre de ses premiers succès s’intègre peut-être aussi dans une série d’évènements plus précis où le politique se conjugue avec le particulier pour pousser Fortunée Briquet à se retirer en province : la fondation en 1804 du Premier Empire, la disparition de deux de ses modèles et tutrices en poésie (Du Boccage et Viot décédées l’année précédente et fort regrettées106), la lassitude physique d’une probable poitrinaire107 et la publication – tardive et en partie incomprise – d’une œuvre ambitieuse à la seule gloire des femmes expliqueraient son abandon des salons parisiens au moment même où, avec le Code civil, le « Sexe » perd pour longtemps les rares avantages acquis pendant la Révolution. Lui reste cependant, au moins jusqu’en 1816, le droit de divorcer : acquis par la loi du 20 septembre 1792 et reperdu de 1816 à 1884, ce droit permit à Fortunée Briquet de faire – localement – un dernier éclat et de gagner (regagner ?) son indépendance.

72« Son âme énergique aimait la liberté », écrira un fils, par ailleurs muet sur la séparation de ses parents.

Un divorce niortais

73Parler de désenchantement et de lassitude est, de ma part, une façon, peut-être abusivement romanesque, de tenter de définir les dernières années d’une jeune femme dont les succès littéraires, au départ si brillants, semblent s’arrêter net avant même qu’ils aient pu s’épanouir. Fortunée Briquet a vingt-trois ans et elle a déjà dépassé les deux tiers de sa courte vie quand elle rejoint, semble-t-il définitivement, sa terre natale et un foyer où l’attendent encore un vieux mari et un jeune fils. Les raisons de ce retour, brusque, à Niort, l’abandon d’une carrière intellectuelle prometteuse et une procédure, inattendue, en séparation de corps, me paraissent, pour l’instant, encore énigmatiques, même si l’érudition locale a cru les élucider. En faire état permet néanmoins de poser des questions qui dépassent le cas d’une jeune prodige des lettres provinciales : comment vivre femme et auteure au temps des Aigles conquérantes ?

  • 108 Seule une des lettres de la correspondance figurant dans le 263e catalogue mensuel de la librairie (...)

74Les documents concernant cette période sont rares et hétéroclites : il s’agit de la dernière œuvre imprimée née de la plume de Fortunée Briquet et de ses échos dans la presse, d’un reste de correspondance privée108, d’un gros dossier judiciaire, et enfin des bribes de souvenirs publiés par la famille et par ses ennemis, pour soutenir une légende, tour à tour, noire ou rose.

  • 109 Le second de ces deux poèmes, publiés chez É. Dépierris à Niort, est réédité dans le Journal des De (...)

75C’est sous la signature de « Mme Briquet, De la Société des Belles-Lettres, et de l’Athénée des Arts, de Paris » que paraît à Niort en 1806 la dernière production littéraire imprimée connue de cette auteure. La brochure de huit pages est intitulée Élégies imitées de Milady Montague, et contient deux longs poèmes : « Sur la mort de Mistriss Thompson » et « La petite vérole »109. Il y a du snobisme, et sans doute un certain provincialisme, dans le désir d’afficher – toujours et encore – une appartenance à des sociétés savantes de Paris, mais c’est là une habitude prise dès l’impression de l’Ode aux vertus civiles et qui ne lui est pas propre.

  • 110 Apollin Briquet recourt, dans les deux versions de la notice biographique de sa mère, au « Madame » (...)

76Plus originale, et au moins aussi caractéristique de la transformation des mœurs à la fin du Consulat, l’appellation de « madame Briquet » attire l’attention car elle fait ici, pour la dernière fois retour, sur la couverture d’une œuvre non-parisienne. Jusqu’alors l’en-tête se contentait d’un « Citoyenne Briquet » (les débuts niortais), puis d’un « Fortunée B. Briquet » (les brochures poétiques de 1801-1803, les articles de la Bibliothèque française et de La Décade). Quant à la dernière Ode, publiée en avril 1804 à Niort, elle se parait, tout comme le Dictionnaire, d’un « madame Fortunée B. Briquet » alors que toutes les publications dans les journaux niortais ainsi que les Élégies sont signées, dès 1801, d’un « Madame Briquet » destiné à souligner localement un statut d’épouse (et de mère110) plutôt qu’une identité personnelle de femme de lettres usant du patronyme paternel : l’écrivaine y gagne une respectabilité nominale directement empruntée à l’Ancien Régime. Ces titulatures fluctuantes ont en effet le mérite de rappeler l’abandon des utopies égalitaires républicaines et le retour à une hiérarchisation des positions sociales, certes simplifiée mais de nouveau rigide : on est « femme Y » ou « madame Z » et un fossé sépare désormais ces deux dénominations, fossé qu’approfondit parfois la présence d’une particule et/ou d’un titre. Autant que les pseudonymes masculins choisis au XIXe siècle par certaines littératrices, ces « titres » créent des frontières et mériteraient d’être étudiés pour eux-mêmes.

  • 111 César de Proisy d’Eppe, Dictionnaire des girouettes, Paris, Eymery, 1815.

77Le Nouvel Almanach des Muses est en ce domaine un observatoire pertinent en révélant et les incertitudes sociales propres à ce temps de consolidation et la quête d’une définition d’elles-mêmes entreprise par les femmes de lettres : dans ce périodique, les poétesses exhibent toutes le patronyme de leurs maris, mais semblent hésiter à le faire précéder du « madame » à connotation nobiliaire des temps prérévolutionnaires. Le refuser, c’est afficher politiquement un refus concerté du retour de l’Ancien Régime, mais c’est aussi se placer sur un pied d’égalité avec les auteurs de sexe masculin. Il semble que plusieurs femmes, y compris les plus aristocratiques, jugent avilissante une distinction qui les subordonnerait. En 1802 et 1803, le Nouvel Almanach des Muses publie côte à côte des vers de « Mad. Joliveau », « Mad. de Genlis », « Mad. De France née Chompré », mais aussi des vers simplement signés « Fanni Beauharnais », « Constance Pipelet », « Emilie Collomb » et « Fortunée Briquet ». Cette dernière accepte donc d’être, au gré des lieux et des moments où elle est éditée, une autre et elle-même car, jusqu’aux Élégies, elle s’attache à toujours afficher son prénom d’élection, le troisième de ceux reçus au baptême : « Fortunée ». Dans sa dernière œuvre, au contraire, elle (re)devient la quasi anonyme épouse de son mari puisqu’elle signe « Mme. Briquet ». Une versatilité apparente dont il est difficile de savoir s’il est un effet de mode, une nécessité née de l’air du temps ou le fait d’une de ces nombreuses girouettes politiques que l’époque se plaisait à caricaturer et dont Fortunée et son mari seraient des versions provinciales111.

  • 112 Dans une « Notice sur Klopstock » de la Décade (la revue a alors changé de nom), elle s’étend sur l (...)
  • 113 Voir la présentation de la vie de lady Mary Montagu (1689-1762) en préface à quelques-unes de ses l (...)
  • 114 Dans un cas (« Sur la mort de Mistriss Thompson »), onze vers et dix huit vers et, dans l’autre cas (...)

78Les inévitables ambiguïtés de la position de Fortunée Briquet comme écrivaine, transparaissent dans sa décision de poursuivre sa carrière, non comme historienne des femmes, mais comme poétesse réécrivant, en vers, la prose d’une autre. Il est intéressant de noter encore une fois ses talents de traductrice-adaptatrice : après s’être exercée sur des textes masculins en anglais, en italien puis en allemand112, elle se réapproprie de nouveau, dans sa dernière œuvre, un peu de cette littérature anglophone alors si en vogue, au moins quand elle est romanesque et « gothique », mais qui ne l’intéresse ici que parce qu’elle est lyrique et utilitaire. Célèbre aujourd’hui pour la relation de son séjour en Turquie et la liberté de ton de sa correspondance, lady Montagu fut surtout connue au début du XIXe siècle comme propagandiste – efficace – de l’inoculation anti-variolique113. La volonté de Fortunée Briquet de traduire deux textes, particulièrement mélancoliques, de l’intrépide voyageuse britannique étonne quelque peu, même si on y redécouvre son goût des sciences appliquées et un souci du bien public que la jeune femme partage depuis toujours avec son entourage, parisien et plus encore niortais. La forme de ces deux déplorations est plus surprenante encore : elle est proprement poétique, mais si les règles métriques, certes assouplies, y sont respectées, l’organisation strophique n’a rien de régulier, faisant alterner des blocs de quatre à dix-huit vers114. Difficile de savoir si c’est par respect du texte original ou par désir de troubler le jeu prosodique habituel dans les élégies à la française.

79Mais il est tentant de trouver aussi dans ces vers l’écho d’un drame plus personnel : le sentiment d’une perte irrémédiable, qui est peut-être celle de ses propres charmes physiques, si utiles au début de sa carrière et peut-être disparus avec l’âge (il est vrai, encore très relatif) et/ou la maladie (encore impossible à définir mais avérée). Les accents poignants par lesquels s’achève la deuxième des deux Élégies imitées de Milady Montague a un ton de vérité qui peut faire croire que Fortunée Briquet vécut elle-même un sort analogue à l’in-fortunée héroïne du poème, défigurée par une atteinte de variole :

Cesse, cesse ta plainte, ô fille infortunée ;
Une belle eut toujours d’un roi la destinée :
Hors du trône, il n’est rien ; sur le trône, il est dieu.
Reine de tous les cœurs, te voilà détrônée ;
Va pleurer ta disgrâce, en quelque sombre lieu

Où nul être vivant n’afflige ta misère :
Mais plutôt soumets-toi, pardonne au sort contraire ;
Et quand tu n’es plus belle, ose en faire l’aveu :
Fuis les regards, et dis, sans dépit, sans colère :
Beauté, parure, monde : adieu.

  • 115 Parmi les victimes de la variole, il y a, bien sûr, l’imaginaire Merteuil des Liaisons dangereuses,(...)
  • 116 Les seize vers d’hommage d’un « M. Forget, de Saintes », initialement parus dans la Revue littérair (...)

80Vers étranges reflétant des préoccupations alors à la mode, mais dépeignant peut-être aussi les sentiments d’une fin de vie affligée. Dans un écrit resté privé, son fils Apollin cite deux autres strophes de ce poème pour s’interroger sur les éventuels pressentiments de sa mère, morte « après 9 années de maladie et de souffrances » et il sera plus précis, dans la version imprimée de ce texte, en parlant de « malheurs domestiques et d’une maladie de langueur ». Mais il faut avouer que rien ne permet d’assurer qu’au moment d’entrer dans la plénitude de son âge, Fortunée Briquet perdit réellement sa beauté, comme nombre de ses contemporaines, du fait des ravages de la variole ou de la tuberculose115. Bien au contraire, encore en 1804-1805, elle reçoit des compliments rimés d’admirateurs inconnus dont les vers continuent d’avoir les honneurs de la presse locale116. Par ailleurs une lettre de cette année-là, déjà citée et datée de façon encore très républicaine du 12 vendémiaire an 13 (4 octobre 1804), conserve le souvenir d’une vie en apparence équilibrée, sinon heureuse. S’adressant à son mari parti en voyage à peu de distance de là chez des parents rochefortais, une jeune femme aimante (elle signe « ton amie, ton épouse ») y narre un quotidien où le babil d’un enfant de trois ans – son fils Apollin – et la surveillance de quelques travaux sont seuls à interrompre des activités intellectuelles toujours aussi appliquées :

Je suis, mon Ami, toute étonnée de t’écrire. Je ressemblerais volontiers à Apollin qui hier après son souper vint dans ma chambre en disant je vais voir papa. Hier matin il me demandait papa viendra-t-il dîner ? (..)

Je suis entourée de mes amis, c’est-à-dire de mes livres. Jean Racine, Louis Racine et Luneau de Boisjermain sont auprès de moi. Leur compagnie m’est tout à la fois utile et agréable. Ils me forment le goût et le jugement. J’ai lu la Thébaïde. En général mes réflexions se sont trouvées conformes aux remarques des commentateurs. J’aime mieux juger Jean Racine avec Luneau de Boisjermain qu’avec Louis Racine. L’un parle franchement, tandis que l’autre tout en avouant les fautes du poëte semble vouloir les dissimuler.

Ce matin on a posé les premières pierres de la fondation. Il y a deux hommes de plus au chantier (..).

J’ai beau à chercher dans ma tête, je n’ai rien de neuf, rien de nouveau à t’apprendre. Apollin est à la foire avec Suzanne, il m’a bien recommandé de t’écrire qu’il est sage. Adieu. Porte-toi bien. Je m’en vais au jardin, donner le bal à mes idées. Je te promets de bien rêver et de bien penser à toi.

Ton amie, ton épouse

  • 117 AD 79. : 1 J 125. Il s’agit d’une des lettres mises en vente et partiellement citées dans le 263e c (...)

Fortunée B. Briquet.117

  • 118 Malgré une législation relativement favorable maintenue à grand peine dans le Code civil par Napolé (...)

81Le tableau de cette conjugalité heureuse et pacifiée contraste avec la dernière péripétie connaissable, au moins à l’heure actuelle, de la vie de Fortunée Briquet : une tumultueuse séparation d’avec son mari, séparation dont la découverte, fortuite et tardive (une demie-ligne peu lisible rajoutée au bas d’un registre) rappelle les aléas et les difficultés de tout travail biographique, par essence lacunaire et toujours soumis aux préoccupations – contemporaines – du scripteur. Cet évènement n’est peut-être qu’un détail dans le parcours intellectuel d’une femme de lettres, mais le silence même qui l’entoure en souligne la gravité. Pour l’entourage de Fortunée Briquet, il semble bien que ce « divorce » ajoute à l’opprobre qui entoure son couple et on n’insistera jamais assez sur le scandale que représentait au XIXe siècle (et au delà) une rupture des liens du mariage, même quand ceux-ci n’ont pas été sacralisés par l’Eglise et ont uni un ex-prêtre à une toute jeune fille118.

  • 119 Dreux-Duradier, op. cit., p. 538. Le brouillon manuscrit de Lastic-Saint-Jal ne comportait pas l’ad (...)

82L’expression pudique de « malheurs domestiques », déjà citée et dont use avec hésitation Apollin Briquet, est amplifiée dans les dernières lignes de la notice venimeuse de Lastic-Saint-Jal publiée en 1844, sans que cependant ni l’un et ni l’autre n’énoncent les mots de « divorce » ou de « séparation ». Le continuateur de Dreux-Duradier parlera en effet des dangers du succès pour les femmes119 :

les enivrements de la gloire exaltèrent une imagination ardente et troublèrent un cœur tendre et sensible. Son bonheur domestique fut détruit. Des altercations fréquentes provoquèrent une rupture ; les chagrins, en altérant sa santé, la ravirent sans retour aux illusions fraîches et pures de la jeunesse. Elle mourut, à Niort, le 14 mai 1815.

83Plus explicite, légèrement plus sobre mais à peine plus crédible dans ses analyses tant il lie lui aussi le malheur des femmes à leurs prétentions à l’égalité, Henri Plick/Clouzot offre en 1891 la seule indication imprimée d’un mariage rompu : « elle perdit aussi vite l’amour des lettres que celui du ménage ; elle cessa d’écrire à vingt-deux ans, divorça quatre ans après le 25 janvier 1808 et mourut à trente trois ans le 14 mai 1815, en déshéritant son mari, son fils et ses proches ». Scénario fatal et, pour lui, inévitable, mais qui s’est avéré difficile à reconstituer et plus encore à comprendre. Malgré la découverte récente de documents qui en livrent les principales étapes (et en attendant d’autres trouvailles, notamment dans les archives notariales), la fin – légale – de l’union de Chronos et Polymnie reste encore obscure, attestée cependant et par une note de l’état civil et par les traces d’un jugement en séparation, présentes dans les liasses de trois juridictions distinctes : à Niort, une justice de paix et un tribunal civil, et à Poitiers, la cour d’appel. La procédure fut en effet sordide et tortueuse et trouble définitivement l’image d’un couple harmonieux, celle qu’a rebâtie leur unique héritier. Elle atteste cependant de la pugnacité d’une femme diffamée ou/et se disant telle.

  • 120 Les principaux éléments de l’affaire sont consignés dans les comptes-rendus, non paginés, des audie (...)
  • 121 Dans huit cas sur dix, l’initiative est féminine et justifiée par des accusations de mauvais traite (...)
  • 122 AD. 79 : 4 U 102 (21 juin et 5 juillet 1806). Fortunée refuse de comparaître à ces deux tentatives (...)
  • 123 C’est à partir du 22 mai 1806 que Briquet cherche, étrangement, à attirer sur l’inconduite de sa fe (...)
  • 124 Ibid. : audience du 19 mai 1807. La levée des scellés apposés en mai-juin 1806 a finalement lieu le (...)

84Ce sont les registres des jugements du tribunal civil de première instance de l’arrondissement de Niort qui permettent de retracer la marche d’une séparation de corps et de biens, initiée et acquise par Fortunée contre son mari. Obtenu le 21 janvier 1808 en appel à Poitiers et entériné à Niort le 2 février, ce jugement est le fruit d’un an et demi d’enquêtes et de contre-enquêtes qui ont allongé de seize mois la durée moyenne de ce type d’action120 : dans les dix autres affaires traitées par les juges niortais pendant cette période, deux à trois mois au plus s’écoulent entre la demande de séparation (qu’elle soit de corps ou de biens) et son obtention121. En effet, si les premiers procès-verbaux de non-conciliation sont rédigés dans l’affaire Bernier/Briquet, dès les mois de mai et juillet 1806122, par le juge de paix du premier arrondissement de Niort sur la base d’accusations en « diffamation et injures graves », la mise sous scellés des biens communs, la vérification des témoignages, la contre expertise des témoins (une nourrice fut un temps récusée du fait de ses liens ancillaires avec la demandeuse), l’adjonction – juridiquement inacceptable – de nouveaux griefs une fois lancée la mise en accusation, enfin la nécessité d’un appel devant une cour extérieure, font que la lecture de la décision définitive n’eut lieu que dix-huit mois après le lancement de la procédure à Niort. Quant au fond, il paraît impossible de savoir pourquoi Briquet, après avoir répandu la rumeur (et cela jusqu’auprès du préfet123) que son épouse fréquentait un sieur Guilliot, « allait dans les bleds avec lui » et lui « donnoit des rendezvous chez sa nourrisse », prétendit en appel un an plus tard que « son épouse avait toujours vécu avec lui dans la plus douce intimité et l’accord le plus parfait, et l’avait toujours considéré comme l’époux le plus tendre et l’amant le plus affectueux ». Pour ce qui est de Fortunée Briquet, en passe de devenir « dame Bernier », on ne comprend guère mieux pourquoi elle refusa de façon si malencontreuse à son mari le droit de récupérer les livres nécessaires à son métier d’enseignant ainsi que des objets en perdition du fait de la mise sous scellés de leur maison124. Les « malheurs domestiques » dont la mémoire locale a gardé la trace, apparaissent, à la lecture des actes judiciaires, un triste euphémisme, cependant les actes qui les ont motivés, semblent à jamais un secret bien gardé.

  • 125 AD. 79 : 4 E 187/183, f° 38 r°.

85Dans le registre des déclarations de décès de la ville de Niort, en date du 14 mai 1815, un paragraphe est consacré au décès à six heures du matin de « Marguerite-Ursule-Fortunée Bernier, épouse dudit Briquet agée de trente deux ans, née en cette commune et demeurant rue Saint-André, fille de défunts Jacques Bernier et Ursule Perraine ». Un appel de renvoi après « épouse* » oblige à lire au bas du texte une ligne écrite en lettres minuscules qui dit : « séparée approuvé le renvoy pour valoir ». Ainsi validé, ce rajout capital et pourtant presque invisible est suivi de trois signatures, celle de l’adjoint au maire (il est aussi officier d’état civil et se nomme Jean-Antoine Busseau) et celles des deux co-déclarants du décès, « le sieur Hilaire Alexandre Briquet, homme de lettres, agé de cinquante deux ans, et Pierre Jacques Belliveau, propriétaire, agé de cinquante quatre ans »125. Un encadrement tout masculin qui, jusque dans la mort, confine les femmes dans un statut d’éternelles mineures légales. Quelques semaines avant Waterloo et le retour avec Louis XVIII de la plupart des valeurs de l’ancien monde, c’est donc l’ex-prêtre marié Briquet qui témoigne de la mort de celle qui a cessé, huit ans plus tôt, d’être officiellement son épouse et qui a payé, peut-être par un divorce, le prix d’ambitions égalitaires encore impossibles.

  • 126 AD. 79 : 3 E 5026 (20 juin 1815). Dans cet inventaire, la prisée des meubles s’élève à 4 972 francs (...)
  • 127 Seules concessions probables aux modes locales, deux « couvertes » (étoles faisant office de capes) (...)
  • 128 Une boîte en carton contient « deux paires de boucles d’oreilles, une bague, une épinglette, deux p (...)

86Un inventaire après décès est dressé entre le 20 juin et le 4 juillet 1815 et sept vacations furent nécessaires pour décrire et évaluer 254 lots dispersés dans six pièces et leurs annexes : une cave, trois greniers, un corridor, quatre réduits dont un « à latrines », un jardin, le tout sur trois ou quatre niveaux)126. Le décor de la maison est cossu et la garde-robe de sa défunte occupante, tout à la fois abondante et élégante. L’ancienneté de ce vestiaire, hérité ou non de ses années parisiennes, ne peut être précisée car le notaire Jacques-Pierre Pougnet ne note pas, contrairement à la plupart de ses collègues, le degré d’usure des objets qu’il évalue. Il se contente d’énumérer des robes, jupes, justins, corselets, mantes, bonnets ronds et de nuit, et d’indiquer les couleurs de leurs étoffes : des taffetas, indiennes, dentelles, mousselines et gazes aux nuances changeantes. Allant du gris au violet en passant par le noir, le rouge, le jaune et le rose, ces brillantes tonalités teignent indifféremment des tissus unis, imprimés ou rayés. Sans doute faut-il ajouter à cette palette multicolore, quelques tons plus sourds : le brunâtre et les bleus éteints des étamines, espagnolettes et toulousines où avaient été taillées les vêtements les plus ordinaires de Fortunée Briquet, mais leurs coloris, propres aux tenues régionales, n’ont pas accroché l’œil du tabellion et n’ont pas été précisés par lui. Cet ensemble, avec de nombreux mouchoirs (qui sont ou de cou ou de poche), des gants, mitaines et bas, deux perruques, deux chapeaux de paille, deux « ridiculles » (des sacs réticules dont l’un est en soie noire, l’autre en coton brodé), un manchon, plusieurs éventails et « deux schales façon cachemir », est prisé plus de 407 francs127. Les bijoux ne montent par contre qu’à 57 francs mais comportent peut-être les grands anneaux à l’antique avec lesquels l’écrivaine triomphante s’était fait représenter128. Des coupons de tissus divers, des « retaillons », des pièces « defetes » (défaites ?), de l’argent dû à une couturière, un dé, prouvent, avec plusieurs glaces et miroirs, un besoin affirmé de rester élégante jusque dans une retraite qui pour être provinciale, reste, sinon fastueuse, du moins douillette.

  • 129 Le capharnaüm du bureau de Genlis en 1823 est décrit par un témoin oculaire (avant-propos aux Mémoi (...)

87Quant à la vie intellectuelle de la dame Bernier ex-Briquet, quelques objets rappellent qu’elle n’était pas qu’un souvenir à la veille de sa mort. Ainsi le notaire décrit « un segrétaire et une bibliothèque pardessus » où il a trouvé des liasses de papiers, « un encrier en bois, un kilogramme de vermichel, une jatte, une boîte à confiture en fayence, un petit pot de terre et une phiolle ». Mais l’inventaire ne s’arrête pas à la description d’un émouvant fouillis où se lit, comme sur le bureau de Stéphanie de Genlis129, le mélange de préoccupations domestiques et de joies immatérielles qui caractérise le quotidien de toute « femme auteur ». Le tabellion mentionne aussi, dispersés dans diverses pièces de la maison, « deux bouteilles d’encre », « treize volumes reliés, une bible in folio reliée et quatorze brochures », « vingt-neuf volumes de différents ouvrages et cinquante brochures de différents ouvrages » et divers porte-feuilles en maroquin. Les titres et les contenus de ces livres manquent malheureusement dans l’acte notarié, mais la dispersion même de ces objets indique que lecture et écriture ne sont pas des activités de façade ou révolues. Bien au contraire elles semblent des plaisirs pratiqués régulièrement par la défunte, au gré de ses humeurs et de ses besoins, au saut du lit comme sur une table du « sallon ». La présence, dans la chambre principale, d’une malle et, dans un grenier, de « dix-sept ancien registre et un tas de vieux papiers » sans doute hérités de son père, rappelle que, fille d’un riche notaire de province, dame Marguerite-Ursule-Fortunée Bernier fut aussi, au moins un temps et sous le nom de Fortunée Briquet, la transfuge de plusieurs mondes et une femme de plume de renommée internationale.

88N’est-on pas célèbre soi-même quand on a fréquenté d’autres célébrités ? C’est en tout cas ce que veut faire croire son fils quand il clôt, avec sa ferveur habituelle et des séries variées de points de suspension, l’éloge (plus hagiographique que biographique) de sa mère : elle fut

  • 130 Ce passage, dont nous avons respecté la présentation graphique, s’achève, comme on l’a déjà vu, par (...)

amie de mesdames Duboccage, Constance Pipelet, Brayer Saint-Léon, Hélène Williams, & c…, recherchée par les Lebrun, Pougens, & c… en correspondance avec des savans étrangers tels que Banks, secrétaire perpétuel de l’académie de Londres, Forges d’Avanzati, évêque de Canosa, & c…130

89Façade brillante d’une plénitude trompeuse, le récit du fils de Fortunée Briquet est troué – au moins graphiquement – par de trop fortes marques de ponctuation pour ne pas rendre suspect l’espoir d’une reconstitution exacte dans toutes ses parties du destin de sa mère. Grâce à une écriture ininterrompue et un jeu important de notes, le biographe, celui d’hier comme celle d’aujourd’hui, prétend noircir les blancs d’une vie à la compréhension incertaine. Au final il lui faut avouer (après beaucoup d’autres) les illusions propres à tout exercice biographique.

90Jouer donc, comme Fortunée Briquet, à l’exploratrice – modeste mais ambitieuse – de l’Illustration au féminin.

Notes

1 Fortunée Briquet, Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises et des Étrangères naturalisées en France, connues par leurs écrits, ou par la protection qu’elles ont accordée aux gens de lettres, depuis l’établissement de la Monarchie jusqu’à nos jours, Paris, Treutell et Wûrtz, an XII-1804, p. VI (désormais mentionné sous l’abréviation FBD). A noter que cette citation est l’ironique entrée en matière de l’étude d’Alfred Marquiset (Les Bas-bleus du premier Empire, Paris, Champion, 1913, p. 3) ; il y précise que « cent-cinquante dames encombraient alors la carrière littéraire ».

2 Trois entrées sont collectives, évoquant des sœurs elles-aussi écrivaines (« Angelucie et sa sœur », Anne et Lucrèce Morel aux côtés de Camille, Gabrielle Patin à la suite de Charlotte) ce qui pourrait faire monter à 564 le nombre des femmes présentées dans le Dictionnaire, s’il ne fallait encore y adjoindre au moins une vingtaine de lettrées, françaises ou étrangères, évoquées en passant dans le corps des 560 entrées : ainsi les dames Dupuis, mère et fille, dans la notice de la seconde madame Deshoulières, ou « Anne et Philippine Duprat, connues par leur mérite littéraire » et filles d’Anne Séguier, dame Duprat, puis dame de la Vergne qui est seule à faire l’objet d’une entrée (FBD, p. 100, 247 et 254 ; 163 et 302). Au total, c’est donc au moins 587 silhouettes féminines qui hantent le livre de Fortunée Briquet. Une comptabilité un peu supérieure à celle de Carla Hesse (The Other Enlightenment. How French Women Became Modern, Princeton, Princeton U.P., 2001, p. 38).

3 C’est à ce titre qu’il figure, par mes soins mais en pièces détachées, dans la rubrique « Dictionnaires anciens » du site de la SIEFAR (siefar.org), que ne cessent d’enrichir les notices inédites de la rubrique « Dictionnaire moderne ». Sa fondatrice, Eliane Viennot, a su autrefois m’encourager à publier mes recherches sur les dictionnaires de femmes illustres dont une première version a vu le jour dès 2002 sans pouvoir être publiée. Grâce à elle, un vaste corpus de textes interrogeant l’inégalité femmes/hommes sous l’Ancien Régime est disponible sur le même site : www.siefar.org/revisiter-laquerelledes-femmes/lecorpus.htlm.
J’ai plaisir à rappeler que ma découverte de Fortunée Briquet date de l’automne-hiver 1988 lors de la préparation d’une exposition itinérante sur Marie, Fortunée, Amaranthe et les autres. Femmes et Révolution en Poitou-Charentes dont le Centre d’Information des Droits des Femmes avait pris l’initiative, joyeuse entreprise à laquelle participèrent, entre autres, mes amies Christiane Escanecrabe et Hélène Mathurin.
Je tiens de plus à remercier pour leur amitié tout aussi vigilante Christine Bard, Natalie Zemon Davis, Annie Geffroy, Aline Fernandez, Sabine Juratic, Sandrine Lely, Michelle Perrot, Martine Reid, Claudette Roussel, Bonnie Smith et Frédérique Villemur, et les auditoires avertis rencontrés, grâce à Fortunée Briquet, dans divers cercles universitaires ou érudits à Châtellerault, Houston (Texas, USA), Montréal, Nantes, New-Brunswick (New-Jersey, USA), Niort, Paris, Poitiers, Québec, Thouars et Waterloo (Ontario, Canada).
J’ai bien sûr beaucoup de reconnaissance à l’égard de Nicolas Bourguinat, mon éditeur actuel, et à Pierre-Alexandre P. À cause de la notoriété acquise par le document publié ici et malgré l’existence d’une réédition antérieure, il est vrai fautive, sur papier, ils ont jugé l’un et l’autre opportune une publication, en contexte, du Dictionnaire. Merci à eux deux et à mes relecteurs, anonymes ou familiers.

4 Deux ouvrages, trop récents pour être utilisés comme il convient, abordent désormais la question de « la célébrité » et de « la réputation », au moins au masculin : Jean-Luc Chappey, Ordres et désordres biographiques. Dictionnaires, listes de noms, réputation des Lumières à Wikipédia, Seyssel, Camp Vallon, 2013 ; Antoine Lilti, Figures publiques. Aux origines de la célébrité (1750-1850), Paris, Fayard, 2014.

5 Titre emprunté à Geneviève Fraisse (La Muse de la Raison, Aix, Alinéa, 1988).

6 Nicole Pellegrin, « L’androgyne au XVIème siècle : pour une relecture des savoirs », Femmes et pouvoirs sous l’Ancien Régime, sous le dir. de Danièle Haase-Dubosc et Eliane Viennot, Paris, Rivages, 1991, p. 13 ; Eliane Viennot, Marguerite de Valois, histoire d’une femme, histoire d’un mythe, Paris, Payot, 1993.

7 Louis-Gabriel Michaud (dir.), Biographie des hommes vivants, ou histoire par ordre alphabétique de la vie publique de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs actons ou leurs écrits [...], Paris, L.-G. Michaud, 1816-1817 et 1843 ; Joseph-Marie Quérard, La France littéraire, ou Dictionnaire bibliographique [...], Paris, Didot, 1827-1864, 12 vol. et La Littérature française contemporaine, 1827-1849, Paris, Daguin, 1842-1857, 6 vol. A ne pas confondre avec le recueil d’archives littéraires qui a en 1855 pour titre : Le Quérard.

8 Marie-Nicolas Bouillet, Dictionnaire universel d’histoire et géographie, Paris, Hachette, 1842 ; le docteur Jean-Chrétien Hœffer, Nouvelle biographie universelle depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours [...], Paris, Didot, t. VII (1853), p. 432 ; Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 327 ; Michel Prevost et Jean-Charles Roman d’Amat (dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey, t. VII (1956), p. 343. À noter que par la taille et le statut, tous ces dictionnaires diffèrent fortement et mériteraient des analyses spécifiques, comme le montre l’étude récente de Jean-Luc Chappey, op. cit.

9 Dictionnaire biographique et album des Deux-Sèvres, Paris, Flammarion, s. d. (vers 1907) ; R. Picard, Femmes célèbres du Poitou-Charentes, Amiens, Martelle, 1998. Par contre le généalogiste Beauchet-Filleau mentionne les deux époux Briquet et leur fils dans la seconde édition élargie (six volumes) du Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Poitiers, Oudin, 1891 sq., t. I, p. 785. La première édition en deux volumes datait des années 1840-1854.

10 A. Ménégault, Martyrologe littéraire, ou Dictionnaire critique de 700 auteurs vivans, par un hermite qui n’est pas mort, Paris, Mathiot, 1816, p. 61-62. L’auteur (article « madame Beaufort d’Hautpoult », p. 55-56) « remarque, en passant, que la plupart des noms de nos littératrices commencent par la seconde lettre de l’alphabet et j’en ai déjà compté une soixantaine, tels que ceux-ci : mesdames de Beaufort, Beauharnais, Beaumont, Beaunoir, Bussy, du Boccage, Bournon, Bissy, Bourette, Barbier, Bursay, Babois, Briquet, Barbé, etc., etc. Que les amateurs de remarques singulières consultent à cet égard nos dictionnaires poétiques, historiques, ils ne perdront pas plus de temps qu’à lire un feuilleton […] ».

11 Pour Hœfer et Vapereau, Fortunée meurt en 1825 et non le 14 mai 1815 (Archives départementales des Deux-Sèvres, désormais abrégées AD. 79 : 4 E 187/183 : registre des déclarations de décès, Niort 1815, f° 37v°). Pas de dates et un notice d’égale longueur pour le mari et la femme dans la Biographie universelle et portative des contemporains (Paris, Levrault, 1834, t. I, p. 639).

12 Omission avouée et réparée, mais la date de naissance de Fortunée est erronée (Henri Beauchet-Filleau et Charles de Chergé, op. cit., 1889, t. I, p. 785). Ces oublis et autres falsifications altèrent de façon analogue notre connaissance d’une autre grande historienne des femmes, Louise de Keralio-Robert, et de sa mère, la romancière et traductrice, Marie-Françoise Abeille, dame de Kéralio, du fait de la notoriété des hommes de la famille (Carla Hesse, op. cit., p. 82-103 ; Nicole Pellegrin, « Une traductrice historienne. Louise de Kéralio-Robert et les voyageurs anglais », in Agnese Fidecaro et al., éds., Femmes écrivains à la croisée des langues / Women writers at the Crossroads of Languages, Genève, MétisPresses, 2009, p. 67-90. ; Annie Geffroy-Robert, « Louise de Kéralio, traductrice, éditrice, historienne et journaliste avant 1789 » in Isabelle Brouard-Arends (dir.), Lectrices d’Ancien régime, Rennes, PUR, 2003, p. 103-112 ; FBD, p. 208-209 et 269-270).

13 Chantal Théry, « Madame votre sexe... Les auteurs de manuels et les femmes écrivains » (1985), in R. Baader (dir.), Das Frauenbild im Literarischen Frankreich, vom Mittelalter bis zur Gegenwart, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1988, p. 288-306. Dans les dictionnaires biographiques, le lettrage accentue le dimorphisme sexuel de la considération : petits caractères pour les patronymes des femmes, majuscules pour leurs compagnons qui, par ailleurs, ont toujours le pas sur leurs parentes. Quant à moi, et selon l’usage anglo-saxon, je n’hésiterai pas à parler de Sévigné ou de Pipelet sans l’habituel « madame », puisqu’on ne dit jamais « monsieur Molière » ou « monsieur Baudelaire ».

14 Jean-François Dreux-Duradier, Bibliothèque historique et critique du Poitou. Histoire littéraire du Poitou (..) continuée jusqu’en 1849, par M. de Lastic de Saint-Jal, Niort, Robin, 1849, t. 3, p. 532-538. Ouvrage à distinguer d’une première édition en 1754 qui fait partie des sources mises en œuvre par Fortunée Briquet dans son Dictionnaire (FBD, p. 80, 206, 298).
Les opinions politiques du continuateur (1803-1890) expliquent la hargne qui caractérise les notices consacrées à la vie et aux œuvres de ce couple. Le contenu de leurs travaux est critiqué autant que leur style d’écriture (pour l’un, « académique, c’est-à-dire, en général, correct, mais froid et monotone », pour l’autre, « élégant et naturel », mais la critique n’en est pas très sévère). Un brouillon de cette notice précise que les lionnes et les bas-bleus (ici sans majuscules ni italiques), sont « deux variétés de la libre-penseuse, la honte de la société et le fléau de la famille », mais que « notre auteur plus réservée n’aspirait qu’à une réputation solide et méritée et se renfermait dans les limites d’une sage prudence et d’une indulgence qu’elle appelait elle-même » (AD. 79 : 4°-62, Biographie et bibliographie poitevine, t. II, f° 373). On s’amusera de ce que les épouses de plusieurs de ces érudits locaux (et notamment la vicomtesse Lastic de Saint-Jal et une des dames Beauchet-Filleau) ont laissé de multiples traces de travaux littéraires, historiques et généalogiques de qualité dans des périodiques savants comme la Revue littéraire de l’Ouest ou la Revue du Bas-Poitou.

15 La cohabitation des Grâces et des Muses est un thème controversé qui mériterait attention (abbé Antoine Sabatier de Castres, Les Trois siècles de la littérature française ou Tableau de l’esprit de nos écrivains, depuis François Ier jusqu’en 1773. En forme de dictionnaire (1774), Amsterdam et Toulouse, La Porte, 1775, t. II, p. 135 : notice de madame Guibert ; abbé Joseph de La Porte, Histoire littéraire des femmes françaises, Paris, Lacombe, 1769, t. I, avertissement non paginé).

16 A.-P.-F. Menegault, op. cit., p. 61-62. Antoinette du Ligier de la Garde, dame Deshoulières (1637-1694), publia principalement des poèmes réunis en deux collections dont la seconde – posthume – fut supervisée par sa propre fille en 1695 et constamment rééditée jusqu’à l’an X. Fortunée Briquet a pu lire les portraits de et par Deshoulières mère (« Amarante ») dans le Recueil de la Grande Mademoiselle, et elle voue aux deux femmes une grande (et légitime) admiration (cf. FBD, p. 160, 163 et 245 ; Recueil des portraits et éloges en vers et en prose. Dédié à son Altesse royale Mademoiselle, Paris, Charles de Sarcey et Claude Barbin, 1659 ; Lewis Seifert, « Deshoulières, Antoinette », in Eva Martin Sartori (dir.), The Feminist Encyclopedia of French Literature, Westport, Greenwood Press, 1999, p. 151-153).

17 Jean-François Dreux-Duradier et Lastic-Saint-Jal, op. cit., p. 537.

18 H. Plick, « Fortunée Briquet », in H. Clouzot, Portraits à la plume, Niort, L. Clouzot, 1891, p. 1-7. Propos à confronter avec le portrait, déjà mentionné, gravé par Gaucher (dont on reparlera) et avec l’utilisation de ce même passage de La Bruyère par Jean-Baptiste Suard, « Fragmens sur les femmes » in Mélanges de littérature, Paris, Dentu, 1804, t. I, p. 220.- Henri Clouzot, alias Plick (Niort 1865 – Paris 1941) fut conservateur au musée Galliéra à Paris et l’auteur de nombreux ouvrages d’érudition.

19 Henri Plick (op. cit., p. 6) associe consciemment le patronyme Briquet avec les feux de l’amour. Relire le meilleur connaisseur, pendant longtemps, des femmes de lettres du tournant des XVIIIe-XIXe siècles, Alfred Marquiset. Il place sur la couverture d’un livre, par ailleurs très documenté, ces propos d’Alphonse Karr : « Une femme qui écrit a deux torts : elle augmente le nombre des livres et diminue le nombre des femmes ». Il se moque des « Malvina d’alors » et d’aujourd’hui qui vont « roucouler des fadaises plaintives près d’un rocher taillé à la main sur les bords d’un ruisseau factice et qui, après avoir mangé une boîte de thon et trois bananes […], dorment en ronflant, et qui rêvent qu’elles sont hommes et que leur maîtresse les appelle monstre en leur donnant un gros bécot sur les yeux » (op. cit., p. 8-10). Voir Christine Bard (dir.), L’antiféminisme français, Fayard, 1999, et Martine Reid, Des femmes en littérature, Paris, Belin, 2010.

20 Notice insérée et signée « A. Briquet fils » dans l’Histoire de la ville de Niort dont l’auteur est son propre père, Hilaire-Alexandre Briquet, devenu sans doute ambivalent à l’égard de son ex-épouse défunte (Niort, Robin, 1832, t. II, p. 52-58). À comparer avec la version initiale, restée manuscrite (AD. 79 : 2 F1, « Quelques documents pour servir à l’histoire de Niort. Notice biographique […] de madame Briquet »). Deux ans plus tard (1834), Apollin sera nommé inspecteur des Monuments historiques, puis archiviste municipal à Niort, ville qu’il quitte en 1847 pour prendre la direction à Paris du Bulletin du Bibliophile. Il est l’auteur de nombreux travaux d’archivistique et d’un ouvrage lié aux luttes sociales de la Seconde République : La prospérité publique garantie par l’Etat (s. l., s. n., 1849).

21 AD. 79 : 1 Mi Ec 40. R 92 (1782).

22 Jean-Louis-Marie Guillemeau, médecin militaire, Coup d’œil historique, topographique et médical sur la ville de Niort et ses environs, Niort, Dugrit, 1795, p. 34. Voir aussi le préfet Dupin, Statistique du département des Deux-Sévres, Paris, Imprimerie des Sourds-Muets, an IX, p. 42-53.

23 Gaston Coirault, Les Écoles Centrales dans le Centre-Ouest, Tours, Arrault, 1940 (p. 102 et 275) et Marie-Louise Fracard, La fin de l’Ancien Régime à Niort. Essai de sociologie religieuse, Paris, Desclée, 1956 (p. 168-188).

24 Marie-Louise Fracard, L’abbé Bion (1704-1774), archiprêtre de Niort et fondateur de la bibliothèque municipale, Niort, Nicolas, 1959, p. 106-117 ; Eric Surget, Le Siècle d’Elies : penser, lire, écrire à Niort au XVIIIe siècle, Niort, Imbert, 1990.

25 Sur le dualisme religieux qui existe dans nombre de foyers niortais et sur les préoccupations, vaguement théistes et fortement sentimentales, de la jeunesse lettrée, voir Marie-Louise Fracard (« La jeunesse de Louis Fontanes à Niort », Revue du Bas-Poitou, 1956, p. 124) et certains poèmes de ce même Fontanes (« Discours sur l’Edit en faveur des Non-Catholiques (1789) » in Œuvres, Paris, Hachette, 1839, t. I, p. 397-403).

26 Pour plus de détails, voir Hilaire-Alexandre Briquet (op. cit.) ; Léopold Favre, Histoire de la ville de Niort depuis son origine jusqu’en 1789, Niort, Favre, 1880 ; l’Histoire de Niort des origines à nos jours (Poitiers, Projets Editions, 1987) et Jacques Peret, Histoire de la Révolution française en Poitou-Charentes, 1789-1799 (Poitiers, Projets Editions, 1989).

27 René-Louis-Augustin né le 2 décembre 1786 meurt dix-sept jours après ; Philippe Louis Célestin survécut six mois de plus, du 21 novembre 1791 au 5 juin 1792 (A. D. 79 : fonds Laurence, fiches Bernier n o 1637 et 1638). A sa mort, Fortunée Bernier, épouse alors séparée d’Hilaire-Alexandre Briquet, laisse, en meubles (6482 francs) et immeubles (40 862, 81 francs), une des plus grosses successions enregistrées par l’administration en 1815 et 1816 (AD. 79 : 3 Q 18/565, f° 10 r° ; un sondage portant sur 178 successions (la lettre B) la situerait parmi les plus riches et, dans cet échantillon – certes réduit – en troisième position).

28 Calculs à affiner, obtenus à partir du « Répertoire des actes reçus par Mr Louis Jacques Bernier nre royal puis notaire public à Niort » (AD. 79. : 3 E 507) où il a repris les études de deux autres notaires (Affiches du Poitou, no 149 : jeudi 7 septembre 1775, p. 151) ce qui place Bernier au niveau des trois plus grosses études de Poitiers (Sébastien Jahan, Profession, parenté, identité sociale. Les notaires de Poitiers aux temps modernes (1515-1815), Toulouse, PUM, 1999, p. 126 et 198) et lui donne une position très avantageuse dans sa propre ville alors qu’il y est en concurrence avec huit autres notaires (renseignements tirés du livre de son gendre, Hilaire-Alexandre Briquet, et qu’accompagne un « Hommage aux notaires » : op. cit., t. II, p. 290-293 et 303). À noter que l’époque révolutionnaire voit partout flamber l’activité, sinon la fortune, des notaires (Nicole Pellegrin (dir.), « Actes notariés et Révolution en Poitou », Le Pays chauvinois, no 51/2013, p. 189-203).
Un Jacques Bernier est alors notaire royal de la sénéchaussée de Poitiers et notaire de la baronnie et abbaye royale de Saint-Jouin-de-Marnes, de 1769 à 1791 (id. : 3 E 11911).

29 Dans sa Biographie poitevine, Lastic précise que, pendant la Révolution, « son rôle fut plus passif qu’actif et rien n’indique qu’il ait partagé les mauvaises passions de son temps » (AD. 79 : 4°-63, t. II, p. 371).

30 Louis-Gabriel Michaud, op. cit., 1843, t. V, p. 538 ; Louis-Marie Prudhomme, op. cit., 1826, t. I, p. 474 ; A. Briquet in H.-A. Briquet, op. cit., t. III, p. 53, et AD. 79 : 2 F1. Lastic évoque « dispositions heureuses » et « éducation libérale » dans les deux versions, manuscrite et imprimée, de sa Biographie poitevine (op. cit., p. 536, et AD. 79 : 4°-63, p. 371).

31 Germaine de Staël refuse la traduction à la française qui supprime tout ce qu’il y a d’étrange(r) dans le texte (P. Hazard, La Révolution française et les lettres italiennes (1789-1815), Paris, Hachette, 1910, p. 480).- Une bonne connaissance de l’italien transparaît dans le Dictionnaire à travers la citation de nombreux ouvrages italiens (FBD, p. 105, 123, 135, 207, 266, etc.) et des réflexions sur « traduction libre », texte « rajeuni », etc. Par contre les références allemandes peuvent avoir été indirectes grâce à des traductions préexistantes. Fortunée Briquet n’en reste pas moins nourrie de culture germanique alors que l’anglomanie régnante et le roman gothique semblent l’exaspérer (remarque faite à propos de la sobriété des récits de Souza : FBD, p. 291). Pour Gournay, FBD, p. 219.– Sur une traductrice de l’époque révolutionnaire, voir Annie Geffroy-Robert (« Louise de Kéralio, op. cit., » p. 103-112) et Nicole Pellegrin (« Une traductrice historienne, op. cit. », p. 67-90).

32 FBD, p. 84. Parmi les artistes qu’elle mentionne longuement, des figures aujourd’hui trop méconnues comme Brunant, Chéron (voir Lahaye), Gautier, Labille-Guyard (alias Vincent), Marron, Mauzé, Pompadour (FDB, p. 137, 160, 189, 236, 238, 260, 305). Le vibrant hommage à la républicaine Vincent – rivale de la future mémorialiste et portraitiste Vigée-Lebrun dont le Dictionnaire ne peut rien dire – concerne moins sa peinture que le mémoire où elle proposa d’appliquer les arts aux produits de l’industrie pour en faire un gagne-pain pour les femmes (FBD, p. 305 ; voir aussi Anne-Marie Passez, Adélaïde Labille-Guiard, 1749-1803, Paris, 1973) ; Sandrine Lely, « La massue d’Hercule soulevée par la main des Grâces. Le débat sur la place des femmes dans l’art, entre 1747 et 1793 » in Eliane Viennot (dir.), Revisiter la « querelle des femmes ». Discours sur l’égalité/inégalité des sexes, de 1750 aux lendemains de la Révolution, Saint-Etienne, PUSE, 2012, p. 45-56 ; Marie-Josèphe Bonnet, Liberté, égalité, exclusion. Femmes peintres en Révolution, 1770-1804, Paris, Vendémiaire, 2012, p. 33-36).

33 FBD, p. 230 et 266. – AD. 79 : 3 E 5026 (inventaire après-décès du 20 juin 1815).

34 FBD, p. 275.- Claude Labrosse, Lire au XVIIIe siècle. La Nouvelle-Héloïse et ses lecteurs, Paris-Lyon, CNRS, 1985, p. 175-184 ; Nicole Pellegrin, « Lire avec des plumes : l’art (féminin ?) de l’extrait à la fin du XVIIIe siècle » in Isabelle Brouard (dir.), Lectrices d’Ancien Régime. Rennes, PUR, 2003, p. 113-130 ; Martine Sonnet, L’éducation des filles au temps des Lumières, Paris, Cerf, 1987.

35 Il s’agit de conjectures fondées sur le déclin des activités pédagogiques des Ursulines (Marie-Louise Fracard, op. cit., p. 157-159).

36 Le mot « sexuel » est écrit en majuscules par le contemporain niortais de Fortunée, Jean-Louis-Marie Guillemeau, un médecin poète et polygraphe, auteur, entre autres, d’une Histoire naturelle de la rose (Paris, Vatar-Jouannet, an IX (1800) et d’un Calendrier de flore des environs de Niort, [...] suivant le Système SEXUEL du célèbre Linné, précédé d’un Abrégé élémentaire de botanique (Niort, P. Élies, an IX-1801).

37 Sur l’abbé Delille et ses Jardins ou l’art d’embellir les paysages. Poëme, (Neuchâtel, Société Typographique, 1782), voir Edouard Guitton (Jacques Delille (1738-1813) et le poème de la nature en France de 1750 à 1820, Paris, 1974, p. 541 sq.) et Jean Dhombres (« La gloire de la science : culture et poésie vers 1800 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 39-4, octobre-décembre 1991, p. 551-571). L’enthousiasme pour la botanique permet d’allier amour de la nature, effusions poétiques, rationalité scientifique et aspirations à la pacification politique (Jean-Louis-Marie Guillemeau, Calendrier, op. cit., page de titre et dédicace à Linné ; Norbert Pressac, Aux botanistes amis de la paix, de l’humanité et de la modération, s. l. (Saint-Gaudant ?), s.n., an VIII). À noter que le premier article et le frontispice d’ouverture du périodique le plus caractéristique du monde intellectuel d’alors (La Décade philosophique, littéraire et politique, no 1-10 floréal an II) est une des « Vues générales de l’histoire naturelle » : le Jardin national des Plantes. Cette revue offre de longs extraits des « Calendriers de Flore » de Victorine de Chastenay et du Niortais Guillemeau où l’on affirme que « les femmes sont extrêmement bien disposées à l’étude des plantes » (id., 4e trim. an X, p. 331-345).

38 Keith Thomas, Man and the Natural World, Londres, 1983, p. 65 ; Jeannette Geffriaud Rosso, « L’Encyclopédie, la femme et la botanique », in Christiane Mervaud (dir.), Le Siècle de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 1987, p. 513-522 ; Yvonne Noble, « Male, female or neuter ? Unexpected consequences of the gendering of flowers and honeybees », Transactions of the 7th International Congress on Enlightenment, Oxford, Studies on Voltaire, 1989, t. II, p. 912-913 ; Patrick Matagne, « La botanique dans le Centre-Ouest (1800-1915) », Bulletin de la Société Historique et scientifique des Deux-Sèvres, 3e série, t. V, 1er trim. 1997, p. 125-147 ; Nicole Pellegrin, « Lire avec des plumes », op. cit. ; Dominique-Joseph Garat, Mémoires historiques sur la vie de M. Suard, Paris, Belin, 1820, t. I, p. 310. Genlis et Chastenay se sont aussi intéressées à la botanique : l’une en composant des herbiers, l’autre en écrivant un copieux traité, Calendrier de Flore, ou Etude de fleurs d’après nature (Paris, Maradan, 1802-1803). De ce passe-temps à la mode, Joséphine de Beauharnais est un autre exemple, ainsi que quelques autres (L’impératrice Joséphine et les sciences naturelles, Paris, RMN, 1997 ; Yvonne Knibiehler, « Fanny Arnaud-Reybaud, romancière provençale », Provence historique, t. XLI-164, avril-juin 1991, p. 117). Seule Staël semble n’avoir pas herborisé avec autant de passion que ses consœurs.
Sur ces femmes, voir FBD, p. 149 (Chastenay), 289 (Sillery-Genlis), 293 (Staël), 295 (Suard).

39 AD. 79 : 3 E 5026 (inventaire après-décès du 20 juin 1815). Des cages (à oiseaux ?) y figurent ainsi que 64 « pots à fleurs en terre », 4 parapluies et 2 parasols, tous objets qui peuvent attester d’un réel goût des activités de plein air.

40 FDB, p. 86 (cette lettre aurait été rédigée le 17 juin 1803).

41 Elizabeth C. Goldsmith et Dena Goodmann, « Introduction », in Going Public. Women and Publishing in Early Modern France, Ithaca, Cornell U. P., 1995, p. 1-9 ; Elizabeth Colwill, « Laws of Nature/Rights of Genius : the Drame of Constance de Salm », ibidem, p. 224-242 ; Maïté Bouyssy, « Thérésia Cabarrus, de l’instruction des filles et de la Révolution », Annales historiques de la Révolution française, no 344/avril-juin 2006, p. 125-146.

42 José-Luiz Diaz, « L’enfant sublime » et Geneviève Fraisse, « Le génie et la muse », in Le printemps des Génies. Les enfants prodiges, Paris, Bibliothèque Nationale/Laffont, 1993, p. 132-167 ; Anne-François-Joseph Fréville, Vies des enfans célèbres (..) pour servir de lecture et d’instruction à la jeunesse (Paris, Dugour et Durand, an VI, 2 vol.). Mais l’intérêt pour les enfants prodiges est notable bien avant la Révolution ; ainsi l’Almanach des Muses est fier de publier, en 1765, un poème du jeune François, futur de Neufchâteau « âgé de 13 ans » et, en 1788 et 1789, trois pièces poétiques d’une « Mlle Emilie âgée de 13 ans ». La traduction française d’une églogue latine du mari de Fortunée Briquet fut publiée, avec éclat, en 1782 par un garçon-imprimeur de 11 ans (AD. 79 : 4 °-62, t. II, p. 80).

43 L’expression de « révolution culturelle » est empruntée à Serge Bianchi (La révolution culturelle de l’an II. Elites et peuple, 1789-1799, Paris, Aubier, 1982) et à Elke et Hans-Christian Harten (Femmes, culture et révolution, Paris, Des Femmes, 1989), mais les débats intellectuels où se mêlèrent des écrivains des deux sexes pendant la Directoire et le Consulat n’ont fait l’objet d’analyses socio-historiques développées que dans les essais, déjà cités, de Geneviève Fraisse et Carla Hesse, ainsi que dans la thèse de Caroline Fayolle (un article de celle-ci : « L’éducation est-elle l’instrument de l’égalité ? Les débats sur l’éducation des femmes à la période révolutionnaire et post-révolutionnaire », in E. Viennot et N. Pellegrin, Revisiter la « querelle des femmes ». op. cit., p. 97-108).

44 La Décade (op. cit.), 1er trimestre an X, p. 505. Sur la capacité à se produire en public que partageaient Pipelet et Briquet, voir Elizabeth Colwill (op. cit., p. 224-242), et la Corinne de Germaine de Staël.

45 Michaud, op. cit., 1843, t. I, p. 538. Créer de l’émulation parmi les élèves par des exercices oratoires publics était déjà une pratique pédagogique chère aux Jésuites (voir la traduction de l’ouvrage en latin du père de Jouvancy, par un professeur de belles-lettres à l’Ecole centrale de Fontainebleau, Jean-François Lefortier : Manière d’apprendre et d’enseigner, Paris, Le Normant, an XI-1803, p. 96-103 ; Francisque Vial, Trois siècles d’histoire de l’enseignement secondaire, Paris, Delagrave, 1936, p. 30-31).

46 Vers signés « Plisson » (Almanach des muses de l’Ecole Centrale du département des Deux-Sèvres, Niort, É. et P. Dépierris, an VI, p. 67). Onze autres auteurs ont, avec Plisson, fourni les 73 « textes » (bouts-rimés, épitaphes, élégies, épigrammes et autres « compositions ») que contiennent, avec quelques renseignements utilitaires (calendrier, dates et lieux des foires, composition des administrations, etc.), les 159 pages de ce premier volume. Il a pour frontispice (certains exemplaires sont coloriés) un Apollon en joueur de lyre, quand les suivants (les almanachs des ans VII, VIII et IX ; 239, 204 et 228 pages) sont ornés respectivement de « l’Aimable Polymnie (qui) sait parsemer de fleurs le chemin de la vie » (un frontispice), des Génies de l’Eloquence et de la Poésie (page de titre avec commentaire en regard). Il en est de même en l’an IX où figure un génie lanceur de couronnes de différentes espèces. Ce quatrième volume contient de surcroît deux gravures (le Jardin botanique de Niort et le double portrait de Desaix et La Tourd’Auvergne), tandis que le tome X (187 pages) ne contient plus de page ornée, sinon un unique hors-texte : un chant et sa musique.

47 AD. 79 : 1 Mi Ec 40 (état-civil, commune de Niort). Les témoins sont d’une part les deux parents de Fortunée et d’autre part deux « amis » du futur : Jacques Briault, président du tribunal criminel des Deux-Sèvres, et Charles-Guy-François Agier, juge au tribunal civil du même département. Onze autres signatures sont apposées sur le registre.

48 Pierre Massé, Pierre-François Piorry, conventionnel et magistrat (1758-1847), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 1968, p. 19 et 66 : « l’on n’est point surpris de le voir mêlé à des affaires douteuses » (un dépôt de chevaux installé dans l’abbaye de Montierneuf à Poitiers de février à juin 1793 et destiné à équiper l’armée de Vendée) ; Marie de Roux, La Révolution à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers, M. S. A. O, 1910, p. 64. Difficile, même pour les plus athées d’alors, de ne pas éprouver un certain « effroi moral » face aux revirements de tant de prêtres d’Ancien Régime (voir les belles remarques du Conventionnel Baudot, Notes historiques, Genève, Slatkine, 1974, p. 159).

49 Deux (contre ?) modèles de biographies : Stefan Zweig, Joseph Fouché, Paris, Livre de Poche, 2002 (1ère éd. : 1929), p. 13 ; William Boyd, Nat Tate (1998), Paris, Seuil-Points, 2002.

50 Les héros du roman de Jules Barbey d’Aurévilly, L’Ensorcelée (1852), en offrent une version politiquement inversée, mais tout aussi maléfique : le désir sacrilège de Jeanne de Feuardent pour l’abbé de La Croix-Jugan se doit d’être mauvais et inassouvi.

51 Affiches du Poitou, 25 avril 1782, p. 66 (poème latin en l’honneur du mariage du fils de l’intendant Blossac, réédité la même année en brochure indépendante, avec une traduction en français). Ses thèses de théologie avaient été soutenues en 1786 ou 1787 et suscité quelques remous du fait de leur « jansénisme outré » (AD. 79 : 4 °-62, Lastic-Saint-Jal, Biographie (op. cit.), t. I, p. 83 et 228 ; Marie de Roux, Histoire religieuse de la Révolution à Poitiers et dans la Vienne, Lyon, Lardanchet, 1952, p. 18 ; Fabrice Vigier, Les curés du Poitou au siècle des Lumières, La Crèche, Geste Éditions, 1999, p. 23). D’autres églogues furent publiées, pendant la Révolution, par la presse locale.
A noter que le jansénisme n’est, pour sa future épouse, qu’une « épidémie » malgré les louanges dont elle couvre les femmes de la famille Arnauld (FBD, p. 104-105).

52 Comme le montrent ses fonctions de juge et de défenseur officieux (Rochefort et Niort en 1794) mais aussi la rédaction tardive d’un Mémoire. H.-A. Briquet, propriétaire à Niort, département des Deux-Sèvres, demandeur ; A M. H. Bernardeau, propriétaire aux Châteliers, commune de Fenioux, canton de Coulonges, arrondissement de Niort, défendeur, se disant héritier bénéficiaire de M. Ch.-H. Bernardeau, son père, s. l. (Niort), s.n., s.d. (1817).

53 Un destin analogue (déprêtrisation, mariage, goût des lettres et de la chicane) est désormais connu, de l’intérieur, par un ensemble remarquable de textes de type autobiographique publiés par Christiane Escanecrabe (Mémoires de Jacques-César Ingrand, né en 1733, Bonnes, Gorgones, 1999).
Pour données chiffrées et analyses des deux serments demandés aux curés (décrets du 27 novembre 1790 et 14 août 1792) et du mariage d’une partie d’entre eux, voir Timothy Tackett (La Révolution, l’Église, la France, Paris, Cerf, 1986, p. 358-359), Michel Vovelle (La Révolution contre l’Eglise. De la raison à l’Être suprême, Paris, Complexe, 1988, p. 280), Jacques Peret (Histoire de la Révolution française en Poitou-Charentes, 1789-1799 (Poitiers, Projets Editions, 1989, p. 127-135 et 232-234) et surtout Marie-Louise Fracard (« Les déprêtrisations dans le département des Deux-Sèvres », Actes du 89e Congrès national des Sociétés savantes, Paris, CTHS, 1965, Section Histoire moderne, t. I, p. 183-217) et Jacques Marcadé (« La Révolution et le mariage des prêtres. L’exemple du diocèse de Poitiers », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 2e trim. 1997, p. 143-154).

54 Légitimité du mariage des prêtres, Poitiers, Chevrier, brumaire an II (octobre 1793) en 27 pages. Paraît alors aussi un Discours sur la légitimité, l’utilité, la nécessité du mariage des prêtres, prononcé à la Société des amis de la Liberté et de l’Égalité de Poitiers, par un de ses membres, le 6 janvier 1793, Poitiers, Chevrier, s. d. (1793). Longtemps auparavant, le fameux curé de Loudun, Urbain Grandier, avait écrit en 1634 un Traicté du coelibat (Michel de Certeau, La possession de Loudun, Paris, Julliard, 1970, p. 90-96) et le poète Cubières lui-même, ami de Fanny de Beauharnais, commit « L’apologie du mariage, ou la dernière session du concile de Trente », Nouvel Almanach des Muses pour l’an 1802, an X-1802, p. 68-76.

55 A noter qu’il serait mort « après avoir reçu les derniers secours de la religion » en 1833 (AD. 79 : 4°-63 ; Lastic, op. cit., t. II, p. 88). Sur ses travaux, encore appréciés, d’historien régional, voir Régis Rech, « L’historiographie des communes du Poitou du XVIe au XIXe siècle », in Robert Favreau, Régis Rech et Yves-Jean Riou (dir.), Bonnes villes du Poitou et des pays charentais (XIIe -XVIIIe siècles), Poitiers, SAO, 2002, pp. 253-254.

56 Cf. « la vendetta Piorry-Thibaudeau » (Pierre Massé, op. cit., chap. I). Son appartenance au Comité de surveillance ne dura donc que deux mois.

57 Hilaire-Alexandre Briquet, Justification (..), Rochefort, Jousserant, s. d.

58 Pierre-Henri-Alfred de Lastic-Saint-Jal, L’Église et la Révolution à Niort et dans les Deux-Sèvres, Niort, 1870, p. 212-213 et 223-225. Du même auteur, des louanges en faveur de Briquet figurent dans la Biographie (op. cit.), t. II, p. 86.

59 Faut-il même parler d’une certaine gérontophilie ? On pourrait le croire à voir l’attachement très vif (mais peut-être fut-il surtout intéressé ?) et l’admiration de Fortunée Briquet pour des femmes d’âge très avancé comme les poétesses, Marie-Anne Du Boccage (1710-1802) et Fanny de Beauharnais (1737-1813) et pour leur collègue, Ponce (Ecouchard) Lebrun (1729-1807). De celui-ci elle saura vanter avec enthousiasme des talents poétiques qui lui serviront en retour de faire-valoir. La vénération pour le grand âge quand il est conjugué avec la gaieté et le talent trouve aussi quelques échos dans les pages où un autre jeune poète raconte sa rencontre avec cette même Duboccage alors âgée de 82 ans (François-Auguste de Frenilly, Souvenirs, 1768-1828, éd. par A. Chuquet, Paris, Plon, 1909, p. 158-159 ; FDB, p. 170, 93 et 170-173).

60 Briquet conclut son Eloge de J. de Laquintinie par des vers de son épouse (Niort, Elies, 1807, p. 29) : « Honorons les grands hommes ; / […] Dans la postérité nous vivrons de leur gloire (Mad. Briquet) ». Laquintinie avait publié en 1690 des Instructions pour les jardins fruitiers et potagers. — Sur le lyrisme scientifique, voir l’article de Jean Dhombres (op. cit.). Sur la phraséologie conjugaliste des révolutionnaires, voir les travaux d’Anne Verjus et notamment, en collaboration avec Denise Davidson, Le Roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l’époque de la Révolution et de l’Empire, Seyssel, Champ Vallon, 2011.

61 AD. 79 : 1 J 125, lettre du 12 vendémiaire an XIII à « monsieur Briquet, chez Monsieur Marette, grande rue, à Rochefort ».

62 Hilaire-Alexandre Briquet (Histoire, op. cit., p. 126, 189, 210, 313). Cependant, c’est cet homme qui accuse (injustement ?) sa femme d’infidélité en 1806 et entraîne celle-ci à demander une séparation qu’il semble n’avoir pas souhaitée (voir plus loin).

63 Voir sur les Écoles Centrales, la remarquable mise au point de Denis Woronoff (La République bourgeoise (1794-1799), Paris, Seuil-Points, 1972, p. 157-160) et des études plus spécifiques comme celles de Francisque Vial (Trois siècles d’histoire d’enseignement secondaire, Paris, Delegrave, 1936), Gaston Coirault (Les Écoles Centrales dans le Centre-Ouest, Tours, Arrault, 1940) et de Joanna Kitchin (Un journal « philosophique ». La Décade (1794-1807), Paris, s. n. (Paillart), 1966, p. 179-192). Des textes aussi disparates que ceux de Thérésia Cabarrus, Condorcet, Élisabeth Lafaurie, Édouard Lefébure, Sylvain Maréchal, Mirabeau ou Germaine de Staël sur l’éducation féminine doivent être relus comme des symptômes, ceux de prises de conscience réactualisées et souvent rendues inquiètes par la participation active des femmes à la vie politique et littéraire de l’époque révolutionnaire. On reviendra sur les débats qu’ils ont suscités et auxquels me semble répondre le Dictionnaire de Fortunée Briquet.

64 Ce point reste à vérifier, même si tous les historiens ont jusqu’ici oublié de chercher l’impact sur les femmes de l’ouverture puis de la fermeture des écoles centrales (Félix Ponteil, Napoléon Ier et l’organisation autoritaire de la France, Paris, PUF, 1965, p. 127-141). Gaston Coirault (op. cit., p. 366) note cependant le cas d’une jeune Tourangelle de huit ans primée en l’an VI pour sa participation aux cours d’histoire naturelle de l’école de Tours où elle « a plusieurs fois été proposée pour modèle aux grands élèves ».

65 Almanach des Muses de l’École Centrale des Deux-Sèvres, Niort, Dépierris, an VII : « avertissement » (p. 8) et « table particulière » par nom d’auteur (p. 238).

66 Voir Geneviève Fraisse, « Le génie et la muse », op. cit., p. 132-167 ; Nouvel Almanach des Muses pour l’an grégorien 1803, Paris, Barba, an XI-1803, avec une planche : le portrait non signé de « Fortunée Briquet, Née à Niort le 16 juin 1782 ».

67 Almanach (an VII), p. 22-23. Les essais de ce type sont cependant multiples et officiels (Jean Tulard et al., Histoire et dictionnaire de la révolution française, Paris, Laffont, 1987, p. 616-617 et 413-425 ; Marc Regaldo, Un milieu intellectuel, la Décade philosophique (1794-1807), Lille, Service de reproduction des thèses, 1976, t. 5 , p. 810). Le poète Cubières mit en vers un Calendrier républicain (Charles Monselet, Les oubliés et les dédaignés. Figures de la fin du XVIIIe siècle, Paris, 1876, p. 106-107), mais le plus célèbre de ces calendriers – le plus scandaleux aussi – fut l’œuvre de Sylvain Maréchal. D’autres ont pu servir de modèles comme cet Almanach des femmes célèbres, Par leurs vertus, leur science et leur courage. Essai de philologie. Dédié aux femmes intéressantes, récemment découvert et œuvre du girondin franc-maçon Jean-Louis-Pierre Beyerlé (Paris, chez l’auteur, s. d. [1797-1798]) ? Cet écrivain (1738-1805) récidive l’année suivante avec un Calendrier de Rome ancienne et moderne dont Sainte-Beuve possédait un exemplaire.

68 Almanach (an VIII), p. 104.

69 Ibidem, p. 8, 47, 50, 53, 69, 75, 80, 112, 145, 169, 170, 197, 202. Seul le « dialogue » occupe plus de quelques lignes (p. 135-140). Les fables s’intitulent « La Jardinière et l’Abeille » ou « Le Pourceau et les Abeilles », les idylles « Adèle et Bastien » ou « Aminte ».

70 En l’an IX seul le calendrier (« les Femmes artistes ») peut lui être attribué.

71 Marie-Laure Girou-Swiderski, Marie-Laure, « D’intéressantes « retrouvailles » : la seconde carrière de trois femmes de lettres » [Charrière, Graffigny et Thiroux d’Arconville], Dix-huitième Siècle, 2014, p. 235-251. – Béatrice Didier (La littérature française sous le Consulat et l’Empire, Paris, PUF, 1992) a joué un rôle pionnier, mais la déconstruction globale du canon littéraire n’est pas encore accomplie malgré les travaux de Christine Planté, Martine Reid et quelques autres. Par contre la réhabilitation de la production artistique, y compris son versant féminin, est ancienne (voir, par exemple, le catalogue de l’exposition, De David à Delacroix. La peinture française de 1774 à 1830, Paris, RMN, 1974, et, plus récemment, Marie-Josèphe Bonnet, op. cit.)

72 A Niort, c’est une femme qui tient une librairie avec un cabinet de lecture riche de 6000 volumes ; « on n’achetait, autrefois, à Niort que des almanachs, ou des livres à la toise, pour remplir une bibliothèque de luxe qu’on ne consultait jamais. Depuis plusieurs années, on achète des livres pour les lire » (E. Jacquin, Annuaire statistique du département des Deux-Sèvres, Niort, an XIII, p. 496).

73 Sur ces bilans, voir Roland Mortier, Le Tableau littéraire de la France au XVIII e siècle, Bruxelles, Palais des Académies, 1972. Marie-Joseph Chénier dans son Tableau historique de l’état et des progrès de la littérature française depuis 1789 (Paris, Maradan, 1817, p. 403-422) jauge et énumère 320 auteurs dont 24 femmes, ce qui, avec les 7 autres écrivaines qu’il mentionne dans le reste du livre, porte à 9,6 % la part qu’il accorde aux femmes dans la littérature française. La proportion est de 2,4 % chez Bouvet de Cressé qui retient seulement mesdames Dacier, Du Boccage, de Graffigny, de Lambert, de Tencin et Viot (Tableau littéraire de la France dans le XVIIIe siècle, Paris, Chaumerot, 1810, p. 125-143) et la proportion est encore moindre chez A. Jay (« Tableau littéraire de la France pendant le XVIIIe siècle » (1810), in Œuvres, Paris, Montaudier, 1830, t. IV, p. 1-106). L’essai d’Eusèbe de Salverte ne produit pas de liste d’écrivaines mais consacre quatre pages d’une grande finesse à neuf d’entre elles (et notamment à Roland et Salm-Dick) et affirme « la supériorité des productions des femmes à la fin du XVIIIe siècle » (Tableau littéraire de la France au XVIIIe siècle, Paris, Nicolle, 1809, p. 350-354). Même conviction dans plusieurs des cercles parisiens que fréquentent lady Morgan (La France, Paris, Treuttel et Würtz, 1817, t. II, p. 324) et Jean-Baptiste Suard (op. cit., t. I, p. 221-225).

74 AD. 79 : 4°-62, op. cit., t. II, p. 371.

75 Voir Dominique Margairaz, François de Neufchâteau, essai de biographie intellectuelle, (Paris, PUS, 2005), les analyses de Gaston Coirault (op. cit.) et, bien sûr, quelques unes des publications de Neufchâteau lui-même, comme Les Vosges. Poëme (Paris, Desenne, an V), la Méthode pratique de lecture (Paris, Didot, an VII) ou le Rapport sur le perfectionnement des charrues, fait à la Société libre d’Agriculture du Département de la Seine (Paris, Bossange, an IX), etc. La remarquable circulaire aux professeurs et bibliothécaires des Écoles centrales est citée in-extenso par François Grossin, J. A. N. Denesle, botaniste poitevin de la période révolutionnaire, Poitiers, UIA, 1994 (annexe V-3 non paginée). Quant à Ménégault, il dresse un portrait-charge du personnage en poète (op. cit., p. 142-143).
Sur Fontanes, un temps professeur d’École Centrale à Paris longtemps avant d’être grand maître de l’Université impériale, voir Norbert Savariau (« Fontanes et la Terreur : témoignages et combat d’un modérateur », Cahiers Roucher-André Chénier, no 15-1997, p. 153-164), Norbert Alcer, Louis de Fontanes (1757-1821) homme de lettres et administrateur (Francfort, Peter Lang, 1994) et Les Cahiers de Madame de Chateaubriand (Paris, Perrin, 2001, p. 68).

76 Entre autres témoignages sur la vie de ces salons, les Mémoires de Victorine de Chastenay (Paris, Perrin, 1987), les Salons célèbres de Sophie Gay, (Paris, Dumont, 1837), Mes Souvenirs d’Alexandrine de Bawr (Paris, Passard, 1853), Les Cahiers de C. de Chateaubriand (op. cit.) et les études de Jacqueline Hellegouarc’h (L’Esprit de société. Cercles et « salons » parisiens au XVIIIe siècle, Paris, Garnier, 19XX) et Albert Tornezy (Fontanes. Étude biographique et historique, Poitiers, Blay, 1901, p. 42 sq. : le salon de Fontanes lui-même).

77 FBD, p. 78 et 79.

78 Une écrivaine (1737-1813), dont les œuvres et la personnalité mériteraient plus d’attention que celle qu’on lui accorde habituellement (Grimm et al., Correspondance littéraire, Paris, Furne, 1830, t. X, p. 276-277, 461-462, t. XI, p. 10, t. XIII, p. 298-300, 367-368 ; Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Amsterdam, s. n., 1782-1788, t. X, p. 339 ; Gouverneur Morris, Journal (1789-1792), Paris, Mercure de France, 2002, p. 26-27 ; Fontanes, Correspondance avec Joubert, Paris, Plon, 1943, p. 13 ; Jacques Lablée, Tableau de nos poètes vivans, 1789, p. 13-14 ; FBD, p. 113-114 ; Charles Monselet, op. cit., p. 87 sq. ; Jacqueline Hellegouarc’h, op. cit., p. 311-325 ; Eva Sartori, op. cit., p. 41).

79 Louis-Sébastien Mercier, op. cit., p. 340.

80 Voir sa « Préface ou Épître aux Dames » (L’Ile de la Félicité ou Anaxis et Théone. Poëme en trois chants, Paris, Richard, an I de l’Empire français-1804, p. 5-12).

81 Sur la question de l’auctorialité feminine et la piraterie littéraire, voir, entre autres, Adeline Gargam, Les Femmes savantes, lettrées et cultivées dans la littérature française des Lumières ou la conquête d’une légitimité (1690-1804) ï, Paris, Champion, 2013, p. 256-268.

82 Voir Alphonse Aulard, Paris sous le Consulat, Paris, Cerf, 1903, passim et t. IV, p. 755 et 769 ; Bernadette Wirtz-Daviau, « Les Beauharnais des Roches-Baritaud », Revue du Bas-Poitou, 1937, p. 11-56 ; Paul Tisseau, « Fanny de Beauharnais, comtesse des Roches-Baritaud », ibid., 1961, p. 380-387 ; Françoise Wagener, La reine Hortense, Paris, Lattès, 1992, p. 45-46, 50 et 448 ; Olivier Blanc, Regnaud de Saint-Angely, Paris, Pygmalion, 2002, p. 121.

83 Ces hommages versifiés sont complaisamment cités, avec celui de Decailly, par Briquet fils (Hilaire-Alexandre Briquet, Histoire, op. cit., p. 54 et 58) mais ils sont sans doute trop ostensiblement élogieux pour être mentionnés par Lastic-Saint-Jal et Plick/Clouzot.

84 Les liens sont déjà multiples et très forts entre les intellectuels italiens et une partie de l’élite française (Gianmarco Gaspari, « La cultura letteraria » in Napoleone e la Republica Italiana (1802-1805), Genève et Milan, Skira, 2002, p. 62-69, ill.). Dans son dictionnaire (FBD, p. 123 et 185), Fortunée Briquet fera allusion à un Génie de la littérature italienne, peut-être attribuable à Julio-Roberto Sanseverino et traduit en 1762, mais aussi à des ouvrages anciens en italien dont le célèbre Nobiltà delle donne de Lodovico Domenichi (Venise, G. Giolito di Ferrarii, 1549).

85 L’activité remarquable de Claude-François-Étienne Dupin (1767-1828), « administrateur philosophe » et préfet polymathe des Deux-Sèvres de 1800 à 1813, est synthétisée par T. de Morembert (Prevost et Roman d’Amat, op. cit., t. XII, 1970, col. 364) et parfaitement contextualisée par Marie-Noëlle Bourguet (Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 1988). Il fut aussi le fondateur de l’Athénée de Niort (Mémoires de l’Athénée de Niort, Niort, É. Depierris, s. d. (1801), p. 7-8) dont Hilaire Briquet fut lui-même membre.
Le prix d’une rose d’argent rappelle les fleurs en métal précieux que distribuait l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse aux poéte(sse)s qu’elle primait et dont des Recueils annuels retenaient la mémoire pour le plus grand bénéfice d’une collectionneuse de célébrités méconnues (FBD, p. 170, 179, 180, 213, 244 et – pour la fondatrice des Jeux Floraux, Clémence Isaure, p. 205).

86 Voir l’article de Fontanes sur le « De la littérature » de Germaine de Staël, dans le Mercure de France de 1800 (Œuvres, Paris, Hachette, t. II, 1839, p. 161-162) ou les remarques de Chénier sur la poésie lyrique et les femmes : « Ne leur contestons pas la faculté d’écrire comme elles sentent, et le droit d’être inspirées comme elles inspirent » (op. cit., p. 289-291).

87 Les annonces par anticipation d’un livre encore inachevé sont alors fréquentes. Chateaubriand y eut recours pour le Génie du christianisme (préface au De la Littérature, de Germaine de Staël, Paris, Flammarion, GF, 1991, p. 45).

88 Bibliothèque Française, 2e année, no XI (ventôse an X-mars 1802), p. 124-127. Les vingt pages de l’Ode sur les vertus civiles […], avaient paru quelques mois plus tôt avec ou sans la traduction de Forges-Davanzati, « évêque de Canossa et membre du ci-devant Directoire de la République napolitaine » (Paris, Pougens, an X – 1801), au prix de 40 centimes. Un « Sonnet sur le passage des Alpes » par ce même Forges-Davanzati est traduit et publié par Fortunée Briquet dans le Nouvel Almanach des Muses (1803, p. 183). Éditeur de correspondances, cet écrivain italien l’est aussi de biographies dont l’une parut en français (Vie d’André Sereao, évêque de Potenza, Paris, Stone, 1806).

89 Une édition d’abord isolée de l’Ode sur la mort de Dolomieu (Niort, Dépierris et Paris, Pougens, an X-1802), puis dans le Nouvel Almanach des Muses pour l’an grégorien 1803, Paris, Barba, p. 36. Ce numéro, qui s’orne du portrait de Fortunée Briquet, publie aussi, de sa plume, une Épître à Fanny de Beauharnais, un Anniversaire de la naissance de Mme Duboccage et la traduction du Sonnet sur le passage des Alpes par le Premier Consul de son admirateur italien, Forges-Davanzati (p. 108-109, 130-132 et 183). Le numéro précédent n’avait recueilli que trois textes de Fortunée Briquet : une fable sans titre, des « Vers pour mettre au portrait de Constance Pipelet », une « Traduction libre d’une cantate de Métastase » (ibid., 1802, p. 62, 90 et 207-208).

90 Pour la critique, voir Charles Pougens (« Ode sur la mort de Dolomieu », Bibliothèque française, 3e année, n ° IV (thermidor an X-août 1802), p. 135-137) qui profite de son invocation des « vers charmants » de cette « jeune muse, l’honneur du département des Deux-Sèvres », pour annoncer de nouveau l’édition du Dictionnaire. Quelques phrases louangeuses paraissent aussi dans La Décade philosophique (20 ventôse an XI, p. 483), reprises par le Journal du département des Deux-Sèvres, n ° 35 (25 ventôse an XI, p. 266). Selon le fils de Fortunée Briquet, « cette ode valut à l’auteur le portrait de Dolomieu que lui offrit le vicomte du Bouchage » (AD. 79 : 2 F1).

91 Première et dernière strophes de l’Ode sur la mort de Dolomieu, Niort, Dépierris et Paris, Pougens, an X-1802, p. 17 et 20.

92 Souvenirs de la marquise de Créquy, Paris, Fournier, 1835, t. VII, p. 240.

93 Sur l’empirisme de Déodat de Dolomieu (1750-1802), les transformations de sa discipline et ses tribulations personnelles, Rachel Laudan (From Mineralogy to Geology. The Foundations of a Science (1650-1830), Chicago U. P., 1987, p. 185, 194 et passim), Gabriel Gohau, (Histoire de la géologie, Paris, La Découverte, 1987, p. 125-128 et passim) et Nicole et Jean Dhombres (Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France (1793-1824), Paris, Payot, 1989, p. 100, 118, 148 et 459).

94 Fontanes, pendant son séjour à Londres, rendit au moins deux fois visite à Banks (Fontanes, Correspondance, op. cit., p. 14 et 36).

95 Extraits, traduits différemment dans l’Histoire de Briquet (op. cit., p. 56), et dans l’article de Pougens (op. cit., p. 136-137).

96 Le numéro du 5 messidor an X du journal niortais reprend l’article de La Décade du 30 prairial an X et cite, outre les deux dernières strophes, celles où la poétesse s’en prend à ceux qui, pour réussir, « se rangent sous la bannière des flatteurs de grands hommes » (p. 439). La louange des grands hommes a pour revers la flagornerie, un risque qui obsède nombre d’écrivain(e) s d’alors et Genlis en particulier (Les Chevaliers du Cygne ou La cour de Charlemagne, Hambourg, Fauche, 1795, p. 29).

97 J. Bompard, « Le Brun », in Georges Grente et François Moureau éds., Dictionnaire des lettres françaises. Le XVIIIe siècle, Paris, Fayard, La Pochothèque, 1995, p. 705-707. Voir aussi l’auteur anonyme des Mémoires d’une femme de qualité sur le Consulat et l’Empire, Paris, Mercure de France, 1966, p. 37.

98 Georges Buisson, « Le poète Le Brun sous la Terreur » et « Odes républicaines du Citoyen Le Brun corrigées d’après ses indications manuscrites », Cahiers Roucher-André Chénier, no 15-1995, p. 125-151 et no 16-1997, p. 7-51.

99 Ode à Lebrun, Paris, Pougens et Niort, Dépierris, an XI-1803, p. 7.

100 Ce point est souligné dans le compte-rendu louangeur de l’Ode à Lebrun paru dans la Décade (3e trimestre an X, p. 567) : « Madame Fortunée Briquet, très jeune muse, déjà connue par des vers faciles et par un ouvrage sur les femmes célèbres, que nous avons annoncé […], a observé que pour réussir, il fallait aujourd’hui se ranger sous la bannière des flatteurs ou sous celle des satiriques ».

101 Des détails précieux sur les activités éditoriales et sentimentales de cet attachant personnage figurent dans les Mémoires et souvenirs de Charles de Pougens, continués par Mme Louise B. de Saint-Léon, Paris, Fournier, 1834. Il fut chéri par un brillant aéropage de femmes de lettres dont plusieurs furent elles-mêmes liées à Fortunée Briquet et statufiées dans son Dictionnaire (Beauharnais, Du Boccage, d’Hautpoul, de Salm-Dick, Brayer de Saint-Léon, et l’Anglaise francophile que fut Hélène Williams) ; de sensiblité moins républicaine, d’autres ont figuré dans ce groupe comme Lucile de Chateaubriand, la marquise de Créquy, les duchesses de Choiseul et Montmorency, etc. (p. 188-191, 211, 214, 244). L’estime qu’éprouvait Fortunée Briquet pour Pougens s’exprime dans plusieurs notices du Dictionnaire et notamment à propos de sa critique (louangeuse) du De la Littérature de madame de Staël (FBD, p. 294 ; voir aussi la notice « Créqui » (FBD, p. 154).

102 Ode qui a concouru pour le prix de poésie décerné par l’Institut national de France, le six nivôse an XII, Niort, E. Dépierris aîné, an XII-1804, 12 pages.

103 Nouvel Almanach des Muses (1804, p. 5). Sur cette gravure, voir plus loin la description du Dictionnaire (il est introduit par le même portrait).

104 Nouvel Almanach des Muses (1802, p. 13 et 265).

105 Comptes-rendus « critiques » du Mémoire sur l’amélioration des bêtes à laine, par J. A. Ogier, de l’Athénée de Poitiers et de la Société d’Agriculture du département de la Vienne, et de l’Annuaire statistique du département des Deux-Sèvres, pour l’an XI du docteur Guillemeau de Niort (Bibliothèque Française, 3e année, no VII (Brumaire an XI-novembre 1802), p. 107-112 et p. 170-172). Une double occasion de faire la promotion des intellectuels de sa province et notamment des animateurs des écoles centrales, puis secondaires (ibidem, p. 172) ?

106 Longues nécrologies de ces deux femmes dans le Nouvel Almanach des Muses (1803, p. 270-276 et 304-307). Marie-Henriette Payan de l’Etang, devenue madame d’Entremont, Bourdic et enfin Viot, était née en 1746. Dans ce même numéro du Nouvel Almanach, figure un long poème de Fortunée (« Anniversaire de la naissance de Mme Duboccage. 1 frimaire an X »), accompagné en bas de pages de précisions biographiques sur cette dernière (p. 30-132). Des regrets émouvants figurent par deux fois dans l’avant-propos du Dictionnaire et soulignent la familiarité de la jeune femme avec Du Boccage (FBD, p. 84 et 93).

107 Santé fragile, « langueur » et mort précoce pourraient être dues à la tuberculose, sans que rien ne puisse cependant l’attester si ce n’est l’incroyable quantité de « phiolles » au contenu non défini et de bouteilles d’alcools divers qu’énumère son inventaire après décès (AD. 79 : 3 E 5026, 20 juin 1815) : vins de Saintonge, de Bordeaux et de pays en fûts et en bouteilles dans la cave, « liqueurs » (une est de coing), anisette, bière, Malaga dans des flacons divers, plus ou moins entamés et dispersés dans les principales pièces de la maison. Besoin de fortifiants physiques ou de remontants psychologiques ? A noter que, parmi les dettes passives de la défunte, 253, 50 francs sont dus à « Mr. Guillemeau jeune, médecin à Niort pour visite et traitement » et 184, 70 francs « à Mr. Chretien pharmacien à Niort pour fourniture de médicaments depuis le mois de juillet 1810 ».

108 Seule une des lettres de la correspondance figurant dans le 263e catalogue mensuel de la librairie ancienne et moderne L. Clouzot (Niort, Clouzot, s. d.) a été acquise par les Archives départementales des Deux-Sèvres, sans qu’il m’ait été encore possible de localiser les autres missives de Fortunée Briquet, alors pourtant mises en vente. Son fils précise que « le recueil manuscrit des lettres de madame Briquet, formerait un volume in-8° de 300 pages » (Hilaire-Alexandre Briquet, Histoire, op. cit., t. 2, p. 57).

109 Le second de ces deux poèmes, publiés chez É. Dépierris à Niort, est réédité dans le Journal des Deux-Sèvres, no 32-samedi 1er mars 1806, p. 255-256.

110 Apollin Briquet recourt, dans les deux versions de la notice biographique de sa mère, au « Madame », parfois abrégé « Mme » dans le manuscrit. Ici, de plus, il s’insurge de voir Prudhomme, dans sa Biographie des femmes célèbres (1830), appeler sa mère « mademoiselle Fortunée C. Briquet » (AD 79 : 2F 1 ; Hilaire-Alexandre Briquet, Histoire, op. cit., passim).

111 César de Proisy d’Eppe, Dictionnaire des girouettes, Paris, Eymery, 1815.

112 Dans une « Notice sur Klopstock » de la Décade (la revue a alors changé de nom), elle s’étend sur les difficultés de toute traduction poétique et notamment des productions de ce barde allemand (1724-1803) : elles ressemblent « à ces liqueurs subtiles qui s’évaporent quand on les transvase » (La Revue philosophique, littéraire et politique, 3e trim. an XIII-10 avril 1805, p. 122-124). Redécouverte tardivement, la Messiade de Klopstock fut célébrée avec ferveur par toute une génération et l’on sait aujourd’hui le rôle de cet auteur dans une définition de « la librairie allemande » (Henri Girard et Pierre Poux, « Klopstock et le romantisme français jusqu’aux Consolations de Sainte-Beuve », Revue de Littérature Comparée, no 8 (1928), p. 688-703 ; Roland Mortier, Les « Archives littéraires de l’Europe » (1804-1808) et le cosmopolitisme littéraire sous le Premier Empire, Bruxelles, Palais des Académies, 1957, p. 87-96 ; Frédéric Barbier, « De la République des auteurs à la République des libraires : statut de l’auteur, fonctions et pratiques de la librairie en Allemagne au XVIIIe siècle », in Frédéric Barbier, Sabine Juratic et Dominique Varry (dir.), L’Europe et le livre. Réseaux et pratiques du négoce de librairie (XVIe-XIXe siècles), Paris, Klincksieck, 1996, p. 415-448). Gérando avait traduit et analysé des odes de Klopstock dans La Décade (10 frimaire an IX, p. 414-419 et 567), mais une traductrice l’avait précédé pour la Messiade, éditée chez Pougens en l’an IX : une chanoinesse allemande, longtemps rémoise, nommée Kourzrock (FBD, p. 209).

113 Voir la présentation de la vie de lady Mary Montagu (1689-1762) en préface à quelques-unes de ses lettres turques (L’Islam au péril des femmes. Une Anglaise en Turquie au XVIIIe siècle, Paris, Maspéro, 1981) ou dans la biographie détaillée d’Isobel Grundy (Lady Mary Wortley Montagu, Oxford, Clarendon Press, 1999). A noter qu’une traduction des Lettres, par Anson, est parue peu avant la publication des Elégies (La Décade, 4e trim. an XIII, p. 92-101) et que cette correspondance était très appréciée de Voltaire dès 1764 (FBD, p. 173).

114 Dans un cas (« Sur la mort de Mistriss Thompson »), onze vers et dix huit vers et, dans l’autre cas (« La petite vérole »), une succession de huit strophes irrégulières (quatre, six, neuf, treize, seize, treize, quatre et dix vers). Sur l’inoculation en Turquie et en Angleterre, voir Isobel Grundy, op. cit., p. 203-222 ; en France, Pierre Darmon (La longue traque de la variole, Paris, Perrin, 1986) et Catriona Seth (Les rois aussi en mouraient. Les Lumières en lutte contre la petite vérole, Paris, Desjonquères, 2008). Dans le Centre-Ouest, deux contemporains au moins de Fortunée Briquet ont publié sur ce sujet (Jean-Baptiste. Bobe, De la Vaccine, Rochefort, Jousserant, an IX, et André-Joseph Canolle, Rapport fait au nom de la Commission médicale de vaccine [...], Poitiers, Catineau, s. d. (vers 1807) et 1813.

115 Parmi les victimes de la variole, il y a, bien sûr, l’imaginaire Merteuil des Liaisons dangereuses, mais ses contemporaines sont nombreuses à pouvoir se plaindre des ravages visibles et parfois mortels de cette maladie, et d’abord Mary Montagu ellemême (op. cit., p. 65-84). Voir aussi les Mémoires de la marquise de Ferrières, 1748-1837 (Bonnes, Gorgones, 1998, p. 35, 52-53, 74 et 77).

116 Les seize vers d’hommage d’un « M. Forget, de Saintes », initialement parus dans la Revue littéraire pour remercier F. Briquet de son Dictionnaire, sont reproduits dans le numéro du 15 messidor an 13 - jeudi 4 juillet 1805 du Journal du département des Deux-Sèvres (p. 453).

117 AD 79. : 1 J 125. Il s’agit d’une des lettres mises en vente et partiellement citées dans le 263e catalogue mensuel de la librairie ancienne et moderne L. Clouzot, déjà cité. Elle est adressée à « Monsieur Briquet, chez Monsieur Marette, grande rue, à Rochefort ». À noter que pour Fontanes (et d’autres ?), la lecture de Racine apparaît comme le meilleur des antidotes au spleen et à l’abattement moral (Louis de Fontanes, « Lettres inédites à Baudus (1798-1815) », Revue de littérature comparée, n ° 8, 1928, p. 542). Pierre-Joseph-François Luneau de Bois-Germain (ou Boisjermain) avait réédité en 1768 les Œuvres de Jean Racine en sept volumes, ainsi que des Commentaires de celles-ci et de nombreux ouvrages de pédagogie (cours de langues, d’histoire, de sciences domestiques, etc.) et notamment du très célèbre Nouveau Viard des enfants, ou Vrais principes de leccture, d’orthographe et de prononciation française, encore réédité à Avignon en 1825. Tous ouvrages, susceptibles d’être utilisés par un professeur de lettres d’une école centrale comme l’était Hilaire Briquet.

118 Malgré une législation relativement favorable maintenue à grand peine dans le Code civil par Napoléon, divorcer ne pouvait être une mince affaire (Dominique Dessertine, Divorcer à Lyon sous la Révolution et l’Empire (Lyon, Presses Universitaires, 1981 ; Françoise Wagener, op. cit., p. 252-264). Le tribunal civil de Niort a traité 10 affaires en séparation, de janvier 1807 à février 1808 (AD. 79 : 3 U 3, 1807-1808).

119 Dreux-Duradier, op. cit., p. 538. Le brouillon manuscrit de Lastic-Saint-Jal ne comportait pas l’adjectif « pures », mais ajoutait, avant la date de décès : « Fleur tendre et délicate, elle s’étiola, dépérit sensiblement et mourut […] » (AD. 79 : 4°-62, p. 373). Le fils Briquet, dans son propre brouillon de notice (AD. 79 : 2 F 1), la disait seulement « chérie de son époux » et ne disait rien de la séparation de ses parents. Il se dut cependant de l’évoquer dans la version imprimée. Est-ce à la demande de son père, vindicatif divorcé ou honnête biographe (c’est lui le signataire de l’ouvrage mais non de la notice), à moins que cet aveu ne soit dû qu’à la notoriété d’une rupture impossible à occulter ?

120 Les principaux éléments de l’affaire sont consignés dans les comptes-rendus, non paginés, des audiences des 17 février et 19 mai 1807 et du 2 février 1808 du tribunal de première instance (AD. 79 : 3 U 3, 1807-1808). L’arrêt final de la cour d’appel de Poitiers est prononcé à l’issue de deux audiences à huis-clos, les 20 et 21 janvier 1808 (AD. 86 : 2 U 586, f° 403 et 404).

121 Dans huit cas sur dix, l’initiative est féminine et justifiée par des accusations de mauvais traitement (2 cas) ou de dissipation de biens (six). Deux hommes accusent leurs épouses d’adultère, l’un est débouté, l’autre obtient et la séparation de corps et deux ans d’enfermement. A noter que, toujours pendant le même temps, trois divorcé(e) s réclament règlement de succession (un homme et une femme) ou de pension (un émigré). Fortunée Briquet est la seule à invoquer des « injures graves ». Le Code civil distinguait alors comme « causes admises », outre le « consentement mutuel », l’adultère, la condamnation à une peine infamante et « les excès, sévices, injures graves » (Jean-Guillaume Locré, Esprit du Code Napoléon, tiré de la Discussion (..), Paris, Imprimerie Impériale, 1807-1814, p. 131 ; E. Jacquin, Annuaire statistique du département des Deux-Sèvres, Niort, Dépierris, an XII, p. 62-63).

122 AD. 79 : 4 U 102 (21 juin et 5 juillet 1806). Fortunée refuse de comparaître à ces deux tentatives de conciliation, mais fait savoir par son procureur que « son mari s’étant permis envers elle les excès les plus blâmables et les injures les plus graves et les plus déshonnêtes, elle se voit forcée de provoquer sa séparation de corps […] quelque pénible que soit pour son cœur une pareille extrémité ». Elle ajoute à ces griefs « la mauvaise administration de son mari, les dilapidations, les soustractions continuelles qu’il s’est permis de commettre dans les effets de leur communauté ».

123 C’est à partir du 22 mai 1806 que Briquet cherche, étrangement, à attirer sur l’inconduite de sa femme, l’attention de « personnes dignes de considération, et qui peuvent en raison de leur position dans la societté et de leur méritte personnel influer sur l’oppinion publique », allant même jusqu’à assurer que « depuis six ans son épouse vivoit avec le sieur Guilliot » (Ibid. : audience du 24 février 1807)

124 Ibid. : audience du 19 mai 1807. La levée des scellés apposés en mai-juin 1806 a finalement lieu le 23 mai 1807 et permet d’imaginer le cadre de vie confortable d’un couple d’intellectuels : maison à deux étages, cabinet à livres, jardin, etc. La demande de Briquet est justifiée à la fois par les nécessités de son métier et par « la sécheresse continuelle et la chaleur du temps » qui menacent de faire craquer des bandes de scellés trop tendues (AD. 79 : 4 U 102 et 103, justice de paix de Niort, premier canton. Documents en date des 21 juin et 5 juillet 1806, 23 mai et 8 juin 1807).

125 AD. 79 : 4 E 187/183, f° 38 r°.

126 AD. 79 : 3 E 5026 (20 juin 1815). Dans cet inventaire, la prisée des meubles s’élève à 4 972 francs d’actifs (dont 4872 en meubles et effets) mais, grevé de 3 732,71 francs de dettes passives, il ne présenterait qu’un bilan positif de 1 239, 29 francs, tandis que pour l’Enregistrement, les meubles sont évalués à 4 343 francs ! Faut-il rappeler que l’inventaire notarié n’apprécie que les biens meubles, les immeubles (deux maisons à Niort, une métairie et trois pièces de terre) se montant à 26 495, 40 francs, pour un revenu annuel potentiel d’environ 1 800 francs ? La succession de 36 015, 40 francs, diminuée des dettes passives et des frais de notaire et d’enregistrement, ne semble pas cependant suffire à couvrir les quatre legs prévus dans un testament daté du 13 janvier 1812 : 1 500 et 10 000 francs en argent comptant à deux hommes, dont l’un est avoué à Niort et son exécuteur testamentaire, le second un chirurgien parisien ; l’usufruit de ses immeubles revient à deux femmes dont l’une est sa cousine et la légataire de ses meubles et bijoux, et l’autre, sa nourrice et gouvernante (AD. 79 : 3 E 3607).
Glaces et miroirs, gravures encadrées, « portraits en plâtre », jeux de société en grand nombre (échecs, dominos, dés, « cavalerie » ( ?), cartes, rideaux de fenêtres, une théière, témoignent des goûts mondains de Fortunée Briquet, impression que doit peut-être tempérer la présence (un héritage ?) d’une bible et d’un chapelet, seuls indices – ténus – des (non ?) croyances religieuses de Fortunée Briquet, épouse d’un ancien prêtre, membre de cénacles fréquentés par nombre d’athées et de déistes et cependant thuriféraire ardente de celles à qui « l’amour de la retraite et le goût de l’étude […] firent prendre le voile » (FBD, p. 238 : la sœur Agnès Mauzé, 1715-1788). L’avant-propos dénonce le rôle des druides dans la désappropriation politique des Gauloises, mais souligne le rôle des monastères « dans les temps de ténèbres » (FBD, p. 86, 87, 191, etc.) ; la tolérance de Marguerite de Navarre est mise en exergue, mais les mystiques (Alacoque, Bourignon, Cambry) et quelques grandes abbesses sont re-connues comme des modèles pour leur sexe, malgré « le désordre » introduit dans leurs idées par « le fanatisme » (FBD, p. 96-97, 133, 141, 232).

127 Seules concessions probables aux modes locales, deux « couvertes » (étoles faisant office de capes), un « tablier de cheval » et des serre-têtes. A noter, autre signe d’aisance et de propreté, la présence de « latrines » dans la maison, ainsi que des pots de nuit et des fontaines avec leurs bassins en faïence dans plusieurs pièces. Un « peignoir » et un « chauffe-chemises » sont des indices, alors rares, d’une attention particulière à son corps : soins capillaires et frilosité.

128 Une boîte en carton contient « deux paires de boucles d’oreilles, une bague, une épinglette, deux passe-galons, une alliance, une bague, un collier de chien, le tout en or au 3e titre, un tour de médaillon aussi en or au 3e titre », le tout pesant 11 grammes et valant 24 francs. Il faut y ajouter en argent d’une part une petite boîte, quatorze médailles, deux passe-galons et un dé (106 grammes, 18 francs), d’autre part un gobelet (76 gr et 15 francs), ainsi que, mêlées à d’autres menus objets de faible valeur, trois paires de boucles d’oreille en verre garnies de cuivre et trois colliers de perles.

129 Le capharnaüm du bureau de Genlis en 1823 est décrit par un témoin oculaire (avant-propos aux Mémoires, Paris, Didot, 1878, p. 10). Sur les bureaux des femmes de lettres, voir Annegret Pelz (« The desk : excavation and repository of memories », in M. Myrone (dir.), Producing the Past, Aldershot, 1990, p. 135-148), Nicole Pellegrin (« Lire avec des plumes », op. cit.) et Dena Goodman, Becoming a woman, op. cit.

130 Ce passage, dont nous avons respecté la présentation graphique, s’achève, comme on l’a déjà vu, par « chérie de son époux, mère d’un seul fils, auteur d’ouvrages estimés, à la fleur de l’âge, quel brillant avenir se déroulait à ses yeux ! Que de palmes lui étaient, peut-être, réservés dans la belle carrière où, si jeune, elle s’était élancée ! Hélas !… la coupe enivrante de la gloire et du bonheur était épuisée pour elle ». (AD 79 : 2 F 1).

Table des illustrations

Légende Fig. 2 : Plan du Jardin botanique de Niort dans l’Almanach des Muses des Deux-Sèvres, an VIII (Médiathèque François-Mitterand de Poitiers, cliché O. Neuille)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/4148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 3 : Chronos et Polymnie. Frontispice et page de titre de l’Almanach des Muses des Deux-Sèvres, an VII(Médiathèque François-Mitterand de Poitiers, cliché O. Neuille)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/4148/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/4148/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 4 et 5 : Première page des calendriers « républicains » de Fortunée Briquet dans l’Almanach des Muses des Deux-Sèvres, an VII et an VIII(Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers, cliché O. Neuille)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/4148/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 6 : Page de titre de l’Ode à Lebrun de Fortunée Briquet, an XI/1803(Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers, cliché O. Neuille)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/4148/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540