Version classiqueVersion mobile

Lettres de Rome (1808-1810)

 | 
Friederike Brun

Texte. Lettres de Rome

Quatrième lettre

Friederike Brun

Texte intégral

1Albano, le 7 juin 1809.

  • 1 Allusion aux obstacles rencontrés par Napoléon dans sa campagne contre l’Autriche, pour laquelle i (...)
  • 2 Ferdinand Battista von Schill (1776-1809). Patriote prussien, il avait formé un corps franc de mil (...)
  • 3 Ville de Hesse, devenue à l’époque de Friederike Brun la capitale du royaume de Westphalie, ce nou (...)
  • 4 Wilhelm Kaspar Ferdinand, baron de Dörnberg (1768-1850). Hessois passé plus tard au service de la (...)
  • 5 Formulation qui rappelle le nom de nombreuses loges maçonniques, mais aussi de clubs politiques du (...)

2Quelle nouvelle ! Que peut-on croire ? Certes, ce que nous apprenons directement par les deux armées du Danube, c’est seulement ce que les Français jugent que nous devons savoir. Mais ce qui ne peut être dissimulé, c’est que Bonaparte ne s’est encore jamais trouvé dans une situation si fâcheuse1. Les rumeurs deviennent toujours plus fortes, les signes toujours plus fréquents dans les correspondances qu’en Allemagne du Nord une alliance secrète se serait constituée pour une insurrection générale de la population contre les Français, dont le premier instigateur était le noble Schill2, et qui se répand maintenant depuis Cassel3, par l’intermédiaire de l’excellent Dörnberg4 par le nord-est et vers l’Allemagne du sud jusqu’au Tyrol. Cette alliance des Amis de la Vertu5 attend simplement un moment favorable pour éclater, effrayante de force et d’unité, un moment où le tyran se trouverait dans n’importe quelle situation délicate. On a aussi appris qu’il serait bloqué avec toute une armée sur une île isolée au milieu du Danube dont les eaux n’étaient pas montées aussi haut depuis de nombreuses années. Mais toutes ces nouvelles sont arrivées ici avec bien du retard, de sorte que les espérances se tarissent faute d’être alimentées quotidiennement ! Il est curieux que depuis quelques jours tous les mouvements de troupes soient dirigés vers Naples. On murmure que des troubles ont éclaté là-bas et qu’en Espagne s’enflamme déjà la braise de l’insurrection : nous osons à peine respirer dans l’attente !

3Le 8 juin. Tout est fini. Il s’est échappé avec toute son armée, personne ne comprend comment, et le joug de fer devenu plomb tombe désormais de plus belle sur la nuque des nations. L’entreprise de Dörnberg a été divulguée. Il a fui en Angleterre. Mais l’atmosphère agitée perdure en Allemagne et le feu sacré continue à rougeoyer sous les cendres.

  • 6 Carl Brun, né en 1784, alors âgé de 25 ans. Il avait été en 1795-1796 avec sa mère et sa sœur Lott (...)

4Lorsque j’ai fermé ma dernière lettre pour toi que mon fils6 t’apportera, mon cher frère, je ne croyais pas que la dernière heure de l’existence de Rome en tant que capitale d’un État européen était si proche ! Car il semble que les Français ont en tête des choses plus importantes, beaucoup plus importantes, que de satisfaire leur désir de vengeance envers un vieillard sans défense, dont les longs tourments intéressent de manière brûlante l’humanité tout entière, et dont la hauteur de vue intéresse tous ceux qui ressentent les choses de la même manière, mais dont la sainte résolution n’a pas été ressentie plus profondément depuis des siècles peut-être dans nombre de pays où l’on aimerait gagner les habitants à sa cause.

  • 7 Nouvelle allusion aux troubles intervenus en Italie du Nord au printemps 1809 à la suite de la rév (...)
  • 8 La chronologie est très précisément la suivante : 20 avril 1809 : annexion des Marches et fusion d (...)
  • 9 Christophe Saliceti (1757-1809) était avocat en Corse au moment de la Révolution. Député aux états (...)
  • 10 Joseph-Marie, baron de Gérando (également dénommé à l’époque Degérando) (1772-1842). Issu d’un mil (...)
  • 11 Bien qu’il soit connu pour des réflexions pionnières sur l’anthropologie (Mémoire sur l’observatio (...)

5Il y a quelques jours seulement, le comte Miollis est revenu rapidement de sa division et de son commandement à Mantoue7 : au jour du 10 juin, on a fait connaître par des proclamations publiques que « l’État romain était occupé et réuni à l’Empire franc »8. Ceci a aussitôt été appliqué, car l’ordonnateur Salicetti (un Corse de mémoire sanglante dans les guerres de Révolution italienne que j’ai déjà vu en 1802 à Gênes en tant que commandant en chef) est encore adjoint au général-gouverneur. Celui-ci vient de Naples, où il est ministre plénipotentiaire de la police ; Rome tremble à ce nom, on l’a adjoint à Miollis vraisemblablement jugé trop bon9. Seul le troisième membre élu du Consulat extraordinaire qu’on a appelé pour la restauration du corps de l’État, en effet très malade, est en relation avec le deuxième, le plus exceptionnel : c’est le noble philanthrope Degérando10, auteur de l’œuvre Sur les systèmes philosophiques11.

  • 12 La bulle d’excommunication Quam memorandum ne désigne pas nommément Napoléon, mais « tous les brig (...)
  • 13 En 1552, saint Philippe Néri (figure importante de la Réforme catholique) institue « le tour des s (...)

6Le pape a accueilli tous ces événements avec un grand calme. S’il n’était pas un noble homme, aimé de son peuple, et pour qui les importantes obligations de sa fonction sont sacrées, il aurait accepté avec joie la pension que Napoléon lui offrait et il aurait échappé à beaucoup de tourments dans le présent et l’avenir. Mais Pie VII n’agit pas si égoïstement ! Il n’a rien accepté, ni écouté, de ce qu’on lui disait du côté du tyran ou qu’on lui remettait ou offrait de sa part ! Il a déchiré les papiers sans les lire et les a jetés aux visages des porteurs et il a décliné avec une grande fierté cette offre de pension et hier, le 11 juin, l’empereur des Français et tous ceux qui ont pris part à ses méfaits ont été publiquement excommuniés12 dans les sept basiliques de Rome13 ! La cérémonie de la publication par les fenêtres de la résidence papale et du jeté de torche n’a toutefois pas eu lieu.

7Aucune copie de la bulle pontificale n’est disponible, tu le croiras bien. Je suis vraiment coupée ici de toutes les nouvelles récentes : je sais cependant avec certitude que tout ce qui vient du palais pontifical est retenu et que personne ne peut y entrer. On dit même que les moyens de subsistance nécessaires sont placés dans des corbeilles accrochées à des cordes qu’on tire depuis des fenêtres.

  • 14 Le chevalier Lebzeltern effectua plus tard, en mai 1810, une mission de bons offices auprès du pap (...)

8Le pays tout entier est administré par des fonctionnaires français et du pape lui-même n’est plus reçue la moindre directive. Ils ont envoyé le vieux cardinal Matthei à Bologne pour apprendre là-bas quel serait son destin immédiat. On a envoyé l’ambassadeur espagnol à Turin ; ils ont poliment essayé de convaincre le chargé d’affaires autrichien, le chevalier Lebzeltern14, un homme impétueux, plein d’esprit et d’un excellent caractère, de s’en aller. Mais il a répondu « qu’il avait été envoyé par son empereur auprès du pape et qu’il resterait à Rome jusqu’à ce qu’il soit rappelé par sa cour ».

  • 15 Friederike Brun a rajouté cette formule, qui ne figurait pas dans le manuscrit original. L’allusio (...)
  • 16 Friederike anticipe manifestement sur ce qui sera la politique italienne de Murat en 1814, après q (...)

9On a arrêté presque tous les curati, avocati, [curés, avocats] etc., parce que personne ne veut jurer. L’envoyé bavarois (Monseigneur Haefelin) est le seul qui ait renvoyé au pape ses lettres de créance : la Bavière est profondément assujettie et elle succombe au poids des chaînes forgées pour elle par son ami et ennemi15 ! Erskine a disparu, mais ceux qui le connaissent bien se doutent aisément de l’endroit où il pourrait se trouver. Les Romains n’ont pas le droit de manifester leur volonté et ne le peuvent pas non plus, car premièrement le pape ne veut aucune résistance et deuxièmement le roi de Naples se tient toujours prêt à occuper Rome16.

  • 17 Le tribunal de la Rote est un des trois tribunaux de l’Église catholique romaine. Les juges sont n (...)
  • 18 Sur l’effet de la bulle d’excommunication sur l’opinion, voir Jacques-Olivier Boudon, Napoléon et (...)
  • 19 Allusion au miracle de la liquéfaction du sang de saint Janvier (san Gennaro), qui se produit lors (...)

10Le 19 juin. On a appris que le cardinal Erskine s’est enfui déguisé de chez lui et que, de maison en maison, il a glissé entre les mains des soldats qui étaient venus pour l’arrêter et il s’est ainsi réfugié chez le pape. Le cardinal Valenti devrait aussi être chez lui. Ils n’ont dû arrêter que l’honnête Monsignore Cesari, membre du tribunal della rota [de la Rote]17, ton vieil ami ! Toutefois, l’état des choses est grandement étrange. En Italie du Nord et en Italie centrale, comme en France, l’anathème jeté par le pape n’est pas jugé particulièrement effrayant. Il a autrement plus d’effet en Espagne, au Portugal, dans la Suisse catholique et en Allemagne du Sud18, et surtout dans les provinces de Calabre qui sont toujours enflammées, bien qu’à Naples même, les gens croient davantage au sang du saint Janvier qu’au pape19. Rien que le fait qu’il se soit échappé de l’île du Danube, cela a rendu Napoléon si audacieux qu’il ne prend plus la moindre précaution.

  • 20 Friederike a longuement fréquenté Goethe à Carlsbad, en 1794. Si l’homme ne l’a pas toujours sédui (...)

11Le 20 juin. Je te donne, à partir des nouvelles qui ont retenti ici, comme Goethe le fait à partir de sa vie, Wahrheit und Dichtung, vérité et poésie20. Tu les soupèseras et les distingueras plus tard, avec le sens de la critique historique qui vous est inné, à vous autres chercheurs. On voudrait accorder foi à ce qui se raconte, que le jour où l’excommunication est tombée, une tornade, qui a endommagé beaucoup de maisons et également engendré beaucoup d’autres dégâts, aurait survolé la ville de Paris. Ce serait vraiment un brillant succès de la foudre lancée !

12Le 27 juin. La situation est de plus en plus confuse ici ! Un débarquement considérable des troupes anglaises (on dit que le corps débarqué est fort de 8 000 hommes ?) a obligé à déployer toutes les troupes françaises jusqu’à Terracine, Capoue, etc. Le roi de Naples a également marché contre eux et il n’y a quasiment plus de Français à Rome ; mais est-ce que ça change ?

  • 21 L’Église a célébré ces fêtes depuis le iiie siècle. Elles commémorent le martyre des deux saints, (...)
  • 22 Nom générique donné aux Napolitains du peuple, oisifs, joyeux et nonchalants, malgré l’extrême mis (...)

13Le 3 juillet. Une foule inhabituelle de gens s’était réunie aux fêtes de Pierre et Paul21, depuis la Marche d’Ancône, des gens recueillis étaient venus en masse et comme toutes les troupes françaises (jusqu’à 400 soldats et 300 Lazzaroni22 napolitains, qui ne daignent pas bouger du château Saint-Ange depuis l’excommunication) sont en marche sur la région napolitaine et vers les côtes, ainsi cela aurait été un moment très critique dans n’importe quelle ville. Seulement ici, tout est resté calme ! On a dit en même temps qu’une grande foule de gens, mais uniquement des officiers de maison, des serviteurs, etc. s’était réunie dans le palais du Quirinal, ce qui a seulement augmenté la difficulté d’apporter suffisamment de vivres. Après qu’on les a passées pendant un certain temps dans des paniers, par les fenêtres, on a autorisé des femmes à en porter à l’intérieur, mais celles-ci ont été fouillées d’une manière si impertinente par les Français qui montaient la garde au palais Colonna, pour voir si elles n’apportaient pas aussi des armes, que Miollis lui-même s’est vu contraint de mettre aux arrêts plusieurs coupables de cette effronterie. Depuis, les vivres passent librement.

14Il y a quelques jours, quelques Français auraient tenté pendant la nuit de s’introduire par une porte grillagée du Quirinal. Mais pendant que les vieux Suisses les repoussaient, les femmes auraient, dit-on, fait bouillir de l’huile et de l’eau pour en arroser les assaillants, comme d’après les usages de la guerre du Moyen Âge.

  • * De la nature de cette grâce, il n’a cependant rien dit.

15Je te donne l’anecdote suivante qui vient du palais du Quirinal et qui est répandue partout : le jour avant la fête des apôtres, le pape prie dans le jardin (d’autres disent dans la chapelle) ; il devient soudainement pâle comme la mort et tombe en extase et, en revenant à la réalité, il bénit solennellement ceux qui se tenaient inquiets autour de lui et leur dit : « Abbiamo ricevuto una grazia » [Nous avons reçu une grâce !]*. Le jour suivant, il voulait monter au Vatican et bénir publiquement son peuple depuis là-bas. Mais malheureusement, les cardinaux avisés dans le domaine du temporel (les rares qui sont restés auprès de lui) l’ont dissuadé de le faire.

  • 23 L’excommunication de Napoléon.

16Le moment aurait été si bien choisi pour cela ! Peu de Français dans la ville et une grande partie de son peuple réunie. Cette bénédiction, si rapprochée du plus justifié des interdits23, aurait été un excellent contraste. Le jour des deux apôtres, les Français et les Napolitains avaient retiré leurs drapeaux (vraisemblablement par crainte que les grands saints patrons de Rome ne confirment l’anathème) ; à côté de cela, on croyait qu’en ce jour, la réponse à la bulle d’excommunication envoyée pouvait être arrivée et que ce retrait de drapeaux était une conséquence de son contenu. Mais les drapeaux s’étaient seulement dissimulés devant les deux saints et ils sont réapparus dès que la fête a été finie.

  • 24 Dispositif d’illumination de la gigantesque coupole de la basilique Saint-Pierre, proche d’un feu (...)

17Le peuple le plus pauvre avait illuminé en partie la ville, mais n’en faisaient partie ni Saint-Pierre, ni la coupole ; la girandole24 non plus n’a pas été lancée depuis le château Saint-Ange.

  • 25 Hameau situé sur une colline au nord-ouest de la baie de Naples, célèbre dès l’Antiquité. À l’époq (...)
  • 26 Il s’agit d’un aspect peu connu mais bien réel des difficultés rencontrées par les Français pendan (...)

18La mer Tyrrhénienne grouille de bateaux anglais. On dit que Ischia et Procida sont toujours encore occupées par eux, qu’une flotte de navires équipés pour bombarder la ville stationne devant Naples et que des troupes de la même flotte ont débarqué à la pointe du Pausilippe25. Mais il manque une confirmation de cet événement si important pour Rome : car toutes les communications postales depuis Naples sont interrompues. Il est certain que le long des côtes désertes de la campagne romaine croisent des bateaux anglais et que Miollis est toujours sur la route entre les ports romains et la ville26.

19Albano, le 4 juillet. Veux-tu écouter une jolie légende ? Car beaucoup de choses surannées apparaissent des nouveautés de nos jours. Le jour, où la proclamation de la prise de possession complète de l’État romain a été publiée par l’empereur des Français, une blanche colombe est venue aux fenêtres, voler à l’intérieur du salon du pape. On voulait la faire ressortir, mais en vain : elle circulait toujours tout en haut sous la voûte de ces salles si hautes de plafond, inatteignable. Après beaucoup d’efforts inutiles et comme l’agitation inquiétait le pape, on l’a laissée tranquille et, pour qu’elle ne meure pas, on lui a mis à disposition nourriture et boisson. Mais la créature céleste ne voulait rien toucher de terrestre, mais n’a pas non plus quitté la chambre jusqu’à ce que la bulle d’excommunication ait été établie ; alors, elle est soudainement ressortie par la même fenêtre que celle où elle était entrée trois fois vingt-quatre heures auparavant. N’est-ce pas adorable ?

  • 27 À propos de l’appréciation par Friederike Brun de la religion des Romains, voir notre commentaire,(...)
  • 28 Alessandro Algardi (1602-1654), sculpteur et architecte est surtout connu pour l’imposant bas-reli (...)
  • 29 Par touches successives, le portrait de Napoléon en barbare, nouvel Attila, se poursuit donc. Il s (...)

20Jamais on n’a vu Saint-Pierre plus grouillant de monde qu’aux récentes fêtes des apôtres. Énormément de gens de la campagne étaient présents, mais même les Romains deviennent pieux par amour pour ce pape et, comme tu le sais bien, cela veut beaucoup dire27. Parmi les nombreux autels de l’imposante basilique, la cohue était la plus importante au tombeau du saint pape Léon, où est situé l’immense bas-relief de l’Algarde28, l’apparition des deux princes des apôtres à Attila. Là, se sont élevées les prières les plus sincères « pour la délivrance du fléau du monde et pour l’aide d’en haut, puisque celle d’ici-bas manque »29.

  • 30 C’est-à-dire des jeunes gens des rues, sans morale et sans scrupule, enrôlés à la diable. Les cons (...)
  • 31 L’arrestation de Pie VII a effectivement eu lieu, dans la nuit du 5 au 6 juillet 1809.

21Le 7 juillet. De terribles rumeurs ont retenti ! Les portes de Rome sont fermées, mais on raconte tout de même que cette nuit, les Français se sont introduits par effraction dans le palais du Quirinal et en ont sorti le pape ! Mais comme personne n’a de lettres, on doute encore de cet acte atroce ! Nous frémissons tous pour le cher et véritablement saint vieillard et nous attendons de ses nouvelles, tremblants de crainte ! Personne ne sort de Rome, personne n’a pu entrer. Avant-hier, 400 hommes des troupes françaises de Naples sont venus – des troupes, c’est beaucoup dire : des hommes levés au hasard, le plus souvent de la canaille imberbe30 ; ils doivent avoir fait la besogne31.

22Le 8 juillet. Encore aucune nouvelle sûre, car je n’ai encore parlé avec personne de Rome. Seul circule le récit suivant de l’enlèvement, qui lui-même n’est que trop assuré.

  • 32 C’est de fait ce que redoutaient les autorités françaises, d’où le secret dont elles entourèrent l (...)

23Depuis l’excommunication, les rioni de la ville ont souvent laissé dire au pape qu’ils étaient armés, prêts à se soulever pour lui32. Mais il faisait répondre qu’ils devaient rester tranquilles, que Dieu pourvoirait à tout.

24Dans la nuit de mercredi à jeudi, un des chefs français (on ne sait pas encore lequel), qui avait reçu par trahison trois clés du palais du Quirinal, est rentré par une porte latérale, sur le côté qui mène à la boulangerie ou à la blanchisserie pontificale, et s’est rendu avec un petit détachement d’hommes armés jusque devant la chambre du pape où ils ont toqué. Le pape ne s’est pas du tout effrayé, mais il a demandé, très calme, quelques minutes pour s’habiller. Ensuite, il a laissé ouvrir la porte et un moine bénédictin est venu à leur rencontre, moine qui a dit très humblement que le pape n’était plus ici, mais à Palerme, « ma se volete darvi l’incommodo di portar via il povero Fraticello Chiaramonte, sono alla vostra dispozione » [Mais si vous voulez vous donner la peine d’emmener plus loin le pauvre frère Chiaramonte, je suis à votre disposition]. Imagine leur étonnement ! Aux Suisses, qui voulaient les frapper, il a dit : « Du calme ! qui voulez-vous protéger ? Votre pape est en Sicile, c’est l’archevêque de Palerme ! » Ensuite, il s’est tranquillement laissé emmener vers la porta Pia. Les six cardinaux avaient été emmenés avec lui et tous les autres clercs qui se trouvaient autour de lui ont été emprisonnés dans le château.

  • 33 Prévoyant qu’il pourrait être déchu ou déporté, Pie VII avait effectivement envisagé de se faire r (...)
  • 34 En réalité, Célestin (1210-1296) était le prédécesseur de Boniface. Ermite au mont Morrone dans le (...)

25L’archevêque de Palerme est, paraît-il, un homme d’esprit et de caractère, d’âge moyen, gentil et bon. Nous doutons cependant encore de la validité de l’abdication d’un pape légitimement élu33. Mais le cas n’est pas sans précédent dans les annales des papes et je crois me souvenir que le successeur du malheureux Boniface VIII (qui est mort des tourments que lui a infligés le roi de France Philippe le Bel), Célestin l’Ermite, a également abdiqué de son plein gré34.

26Le 10 juillet. Se non è vero, è ben trovato ! [Si la chose n’est pas vraie, elle est bien trouvée !] Et maintenant, écoute l’authentique récit de l’enlèvement du pape (par lequel le caractère de notre cher vieillard n’en est que grandi), telle que je l’ai appris, tout à fait véridique, directement de la bouche d’un homme particulièrement bien informé.

27Mercredi soir vers 11 h, le 6 juillet. Le pape a été averti par ses fidèles qu’il allait être emmené loin de là cette nuit même. Il a fait fermer et barricader solidement tous les portails et toutes les portes du palais, parce qu’il voulait être enlevé de force, mais il a cependant interdit toute autre forme de résistance, car aucune goutte de sang ne devait être versée à cause de lui.

  • 35 Miollis est nommément désigné dans le manuscrit. Si l’on comprend bien, il aurait utilisé ce crimi (...)

28Il y a quelques années, un faquin au service du pape avait volé dans la sacristie du Quirinal et avait été amené aux galères à Civitavecchia. Un des chefs français l’avait repéré lors de son dernier voyage et emmené avec lui en tant que digne chef de l’entreprise35.

  • 36 Les sbirri, ou sbires, sont les hommes de main, mouchards et agents de la police pontificale, cons (...)
  • 37 Ce récit corrobore parfaitement la présentation de l’événement que donnent les historiens, qui rep (...)

29Tout de suite après avoir appris la nouvelle, le pape avait fait appeler à lui le secrétaire d’État, le cardinal Pacca, et l’avait assis à côté de lui en habit de cérémonie. À une heure du matin, les ravisseurs s’étaient rapprochés après avoir fait fermer et occuper au préalable tous les accès à la colline du Quirinal. Il y avait 400 hommes (venus de Naples), des soldats français, commandés par cette misérable racaille, composés de sbires et de la lie des patriotes romains transformés en gens d’armes36. Ceux-ci ont escaladé, avec des échelles, les hauts murs des bâtiments extérieurs et des jardins du Quirinal à plusieurs endroits en même temps. Les Français les suivaient. Ce faquin voleur les a précédés et conduits à travers des passages secrets, dans les chambres intérieures du pape (après avoir tout de même dû forcer deux portes au passage) et ensuite juste devant la chambre à coucher du noble vieillard. Ils frappent ! Le pape : « Qui est là ? » Les Français : « Armée française ! » Le pape : « Je n’ai plus rien à faire avec les Français. » Les Français : « Nous venons sur ordre de l’empereur français ! » Le pape : « Je ne connais aucun empereur des Français ! » Les Français : « Ouvrez, ou nous enfonçons la porte ! » Le pape : « Faites donc ! » Ils l’ont fait. Alors que la porte était à moitié enfoncée, le vacarme affectait sans doute trop le vieillard, il l’a fait ouvrir complètement par le cardinal Pacca (qui semble avoir été le seul chez lui) : il s’est alors porté au-devant d’eux, fier et courageux : « Que voulez-vous de moi ? » Les Français : « Nous apportons deux papiers à signer. La révocation de la bulle d’excommunication et deuxièmement votre abdication : si vous la signez, vous êtes libre d’aller où il vous plaira ; dans le cas contraire, vous devez nous suivre. » Le pape : « Ce que j’ai dit et écrit reste ainsi, je ne reviens sur rien ! » Les Français : « Alors suivez-nous ! » Le pape au cardinal Pacca : « Andiamo ! » [allons !]37.

  • 38 Pacca.
  • 39 C’est-à-dire « souverain et pontife », termes figurant dans la titulature complète du pape (tradui (...)
  • 40 Probablement erreur typographique, mais aussi confusion avec la via Flaminia qui va de Rome à Spol (...)

30Et c’est ainsi qu’il a descendu les marches, appuyé sur le bras de son ami, exigeant le silence à ceux qui étaient présents à sa droite et à sa gauche. Lorsqu’ils sont arrivés à la grande porte du palais, ils l’ont trouvée encore si fermement barricadée qu’un long moment aurait été nécessaire pour l’ouvrir, alors le pieux martyr s’est penché vers la petite lucarne que les Suisses avaient laissée ouverte (non pas pour s’en servir !). Comme il se trouvait désormais devant la porte de ce qui avait été sa prison pendant dix-sept mois, il a béni à voix haute et de tout cœur l’armée française qui l’entourait de près, suivant le grand commandement (bénissez qui vous fait du mal !) et conformément au doux élan de son cœur, oubliant l’anathème que lui-même avait jeté ! Ensuite, il a béni ses fidèles compagnons de détention et frères en souffrances, et puis la ville de Rome, excluant seulement verbalement de sa bénédiction les traîtres parmi les gendarmes et les patriotes romains. Il est monté ensuite calmement dans la voiture du général français, un étranger qui était arrivé de Naples avec les dernières troupes et dont je ne connais pas encore le nom. Le cardinal secrétaire d’État38 monte avec lui, la voiture est fermée, le général français s’assied à côté du valet de pied du pape sur le siège du cocher et ils roulent, pour sortir par la porta Pia, le long des murs de la ville déserts jusqu’à la porta del Popolo, devant laquelle une voiture de voyage, attelée de six chevaux se tient déjà prête. Quand les postillione qui la conduisent ont vu descendre de l’autre voiture leur Sovrano et Pontèfice39, à côté du cardinal Pacca, tous deux en tenue de cérémonial, et ont compris alors qui ils devaient conduire ! ils sont tombés à genoux et ne voulaient plus ni remonter sur les chevaux, ni conduire jusqu’à ce que le pape lui-même le leur ait ordonné ; à la manière romaine, ils ont alors pris au grand galop la via Flammia40, en passant par Ponte-Molle jusqu’à Viterbe.

  • 41 C’est-à-dire la malle-poste.

31Il paraît qu’il a expliqué à Radicofani, un nid d’aigle dans les falaises à la frontière de son État, qu’il ne pouvait supporter de voyager plus longtemps avec l’Extrapost41. Ah, je veux bien le croire, après tant de souffrances et dix-sept mois d’enfermement !

  • 42 Question oratoire, dans un texte révisé et réagencé en 1816, mais qui se posait de manière brûlant (...)

32Où vont-ils le traîner ces barbares infidèles ? Quel sera son destin ? L’ensemble du clergé catholique se montrera-t-il aussi digne de leur noble chef que les Romains l’ont été jusque-là42 ? Le calme des Romains, lors de cette infâme violence, se justifie seulement par la volonté de leur souverain et père spirituel, connue de tous, exprimée souvent, et de la manière la plus solennelle.

  • 43 Dans le manuscrit il est précisé : « avec les mains liées dans le dos ».
  • 44 Il s’agit de José de Madrazo y Agudo (1781-1859), qui est considéré comme le grand maître de la pe (...)

33Le noble Degérando (qui avait voulu aussi peu que Miollis, le commandant et le préfet de Rome, s’immiscer de quelque façon que ce soit dans l’attentat commis, qu’il n’avait certainement pas vu venir, quand il est arrivé à Rome) n’a pas accepté le poste de président de la Consulta. Oh, et encore quelque chose ! Tous les individus de la nation espagnole à Rome, les rares qui ont juré inclus, ont été arrêtés jeudi, tôt dans la matinée43 ; d’honorables preuves de leur fidélité envers le chef de l’Église ont vraisemblablement été trouvées dans le palais du Quirinal. On avait dispensé un Espagnol, l’adroit peintre de scènes historiques Madrasso ; il ne savait pas pourquoi ? Il est allé chez le commandant romain et a demandé ce qu’il avait donc fait pour mériter cette ignominieuse distinction. Mais on n’a pas voulu l’arrêter et il est venu chez moi à Albano hier à midi. C’est un jeune homme d’esprit et de talent44.

  • 45 Étienne Radet (1762-1825), général de gendarmerie, reste en effet considéré comme le principal res (...)

34Le général français qui a emmené le pape s’appelle Radez, son nom jusqu’ici inconnu, sera seulement rappelé dans l’Histoire pour sa honte ; les Français ont sombré si bas, si bas ! Un général qui se fait conduire par un voleur, entrant lui-même comme un voleur, pour enlever un vieillard sans défense dans sa chambre à coucher45.

35Le 11. Une de mes amies très au courant des événements m’a encore rapporté de Rome les circonstances futiles et particulières suivantes : pendant que le méfait était commis, une heure après minuit jusqu’au matin à quatre heures, le général-gouverneur de Rome, le comte Miollis, allait et venait entre la porta del Popolo et Ponte-Molle et il s’est seulement éloigné quand il a vu arriver de loin le noble enlèvement. La cloche du Quirinal a retenti, vraisemblablement sonnée par les Suisses et aucun Romain n’est apparu ; tous sont restés dans les maisons, autour du palais et tout aussi loin qu’on pouvait entendre la cloche, tout était occupé par des troupes françaises (auxquelles il ne manquait que de l’artillerie).

36Depuis un certain temps déjà, le pape n’avait rien savouré d’autre que des œufs à la coque, il a donc tout de même craint un possible traître dans la maison.

37On avait envoyé au pape (l’opinion courante honore notre bon prince de Gotha, lui attribuant cette belle action) pour 20 000 scudi [écus] d’assignats il y a quelques jours déjà, de manière anonyme. Il les avait acceptées avec amour et reconnaissance. Mais après son départ, on a trouvé ces papiers sur son bureau ; ils avaient été émis, si je ne me trompe pas, à la maison du brave banquier romain, le comte Lavaggi. Il a ordonné de n’absolument rien emmener, rien, pas même des vêtements. On espère que son très avisé valet de chambre s’en est occupé. Lors d’une étape (je crois à Viterbe, à environ 40 milles de Rome), on l’a prié de se débarrasser tout de même de ses ornements de cérémonie et de se mettre à l’aise. Il a répondu : « Non ! Ils doivent savoir qui ils conduisent ! » Je ne sais rien de plus aujourd’hui, mon frère, du noble vieillard, que seuls Dieu et ses bontés accompagnent.

38Les Romains soupirent et se lamentent et pérégrinent autour du palais vide de leur magnanime souverain ! On dit que les cardinaux, au nombre de 5, sont restés au palais ; l’un d’entre eux, un Espagnol, est apparemment parti tout de suite.

  • 46 D’après le manuscrit, 13 juillet.

39Le 17 juillet46. Ici règne un silence de mort, comme à Rome. Je veux seulement encore te faire partager avec moi quelques faits survenus lors de l’enlèvement du pape et les anecdotes qui ont été racontées à ce propos : Le général Radez avait vu le pape pendant son séjour à Paris et il s’est alors répandu en excuses et en lamentations à ce propos : « qu’un ordre plus important l’obligeait » etc. ! Apparemment, le pape a répondu tout d’abord, de façon détournée : « Prosequite pure nel vostro impegno ! è vero che non è glorioso ! » [Poursuivez donc dans votre besogne ! C’est vrai qu’elle n’est pas glorieuse !]. Puis il a ajouté très sérieusement : « Ma all’ora della morte vi rincrescerà ! » [Mais à l’heure de la mort, vous le regretterez !]. Les postillione, qui conduisaient la voiture scellée, dont les stores devant chaque fenêtre avaient été remontés, faisaient de la main gauche le signe de la bénédiction à tous les passants et voyageurs, pour expliquer qui ils transportaient. À Viterbe, l’attroupement était si important qu’on n’osait pas passer à travers la ville, mais on filait au grand galop en la contournant ; pourtant, on a trouvé à l’autre bout une grande foule de gens rassemblée, qui mugissait pendant qu’on changeait les chevaux, qui s’arrachait les cheveux et se pressait autour de la voiture, pleine de désespoir : là, le général Radez a alors crié depuis son siège (son digne trône) : « Est-ce là la manière d’accueillir votre pape ? Tous sur les genoux et recevez la bénédiction ! ». Là, tout le monde est tombé par terre ! On avait ouvert les fenêtres, le pape a béni les gens et dès ce moment, ils ont quitté l’endroit en même temps que lui.

  • 47 Le manuscrit donne leur nom : « Piranèse, le fils du célèbre graveur sur cuivre et entrepreneur du (...)

40C’est terrible mais vrai que deux grands artistes romains47 étaient les adjoints du commandant des Français lors de la malhonnête entreprise ! Leurs noms sont malheureusement trop connus pour que j’aie besoin de les citer.

  • 48 Dans la région de Sienne.
  • 49 Pacca a effectivement été séparé du pape Pie VII à partir de Florence.

41Ses ravisseurs l’ont d’abord emmené dans la chartreuse de Poggibonsi48, quelques étapes avant Florence, parce que la voiture avait été renversée dans la course (cependant, Dieu soit loué, sans dommage pour lui) : il paraît qu’il a été très mal là-bas, mais les barbares l’ont tout de même séparé de son fidèle ami Pacca. Le seul restant ! Maintenant, ils vont tout droit jusqu’à Gênes ; de là, on croit qu’ils iront à Avignon49.

  • 50 Mannequin que l’on percute avec sa lance dans les manèges et écoles d’équitation et qui peut reven (...)

42Au Quirinal, le comte Miollis a fait maintenir les choses à ce point en l’état qu’on aurait dit qu’il attendait le retour du pape d’une heure à l’autre. Le guide des Français, le faquin50, revenu sur les lieux, a volé cette fois dans le cabinet même du pape : il a été renvoyé pour le reste de sa vie aux galères qu’il venait de quitter !

  • 51 Ce n’est pas une référence à la papauté d’Avignon, de 1309 à 1378 de 1378 à 1418, mais bien aux pr (...)

43Le 11 août. Tous ici, nous menons notre vie dans l’ombre, pleurant avec le pays affligé. Pense aux sarcasmes ! Le 15 août, le jour de la saint Napoléon, doit être fêté grandement à Rome. La girandole s’élèvera du château Saint-Ange et la basilique et la coupole de Saint-Pierre seront illuminées ! C’est cette dérision que la Grande Nation, ou le grand homme avec lequel elle s’est identifiée si parfaitement et avec tant de détermination, ne manque jamais d’associer à des actes de violence, cette moquerie, qui irrite si profondément le cœur de toutes les nations ! Du vrai saint, de celui qui a été enlevé, nous avons la nouvelle qu’il a été reçu partout avec adoration, dès qu’il a atteint les frontières méridionales de la France. Le peuple afflue vers lui depuis les villes et les villages, répandant des fleurs et des palmes sur son chemin et des arcs de triomphe sont érigés où il passe : mais à Nice surtout, il semble que la jubilation ait dépassé toutes les descriptions ! Il est maintenant au château fort de Grenoble. L’endroit est certes très joli en été, mais, au pied des hautes montagnes, froid déjà en automne. Le tyran veut-il de nouveau transférer le siège pontifical en France51 ? Espère-t-il faire de Pie VII une idole populaire qui serait son esclave ? Comme il se trouvera trompé dans ses espoirs par ce ferme caractère. Mais son âme est si pleine d’intrigues qu’elle ne peut, à la vérité, se faire la moindre idée de la force tranquille que celui-ci recèle !

Notes

1 Allusion aux obstacles rencontrés par Napoléon dans sa campagne contre l’Autriche, pour laquelle il était revenu en urgence d’Espagne, sans y avoir remporté la victoire décisive qu’il aurait souhaitée. Le difficile passage du Danube et la jonction des deux armées françaises préparent la bataille de Wagram, qui ouvrira aux Français les portes de Vienne.

2 Ferdinand Battista von Schill (1776-1809). Patriote prussien, il avait formé un corps franc de mille hommes environ en 1807 pour défendre la forteresse de Kolberg. En 1809, il conduisit son régiment vers l’Elbe contre l’armée de Napoléon sans avoir reçu d’ordre préalable du roi, puisque la Prusse demeurait neutre. Il fut tué à Stralsund lors d’un combat sanglant contre les troupes hollandaises de la Grande Armée. Il sera considéré, rétrospectivement surtout, comme un véritable héros populaire en Allemagne, un peu à l’égal d’Andreas Hofer, simple aubergiste qui en 1809 entraîna derrière lui des partisans dans le Tyrol autrichien. D’où certainement l’allusion faite par Friederike au Tyrol.

3 Ville de Hesse, devenue à l’époque de Friederike Brun la capitale du royaume de Westphalie, ce nouvel État créé en 1806 dans le centre de l’Allemagne dont Jérôme Bonaparte avait pris la couronne sur ordre de son frère Napoléon Ier. La région connut des troubles en 1809, notamment du côté de Marburg, mais qui ne réussirent pas à faire tache d’huile et à faire vaciller le pouvoir. Jérôme n’en fut pas moins sèchement blâmé par Napoléon pour ses erreurs de jugement sur le plan militaire.

4 Wilhelm Kaspar Ferdinand, baron de Dörnberg (1768-1850). Hessois passé plus tard au service de la Prusse, il servait dans l’armée westphalienne en 1809, lorsqu’il tenta d’entraîner quelques milliers de paysans de la région de Hombourg à marcher sur Cassel. Il fut condamné à mort pour haute trahison, mais il put s’enfuir. En 1812, il devint général dans l’armée russe, puis plus tard dans l’armée hanovrienne.

5 Formulation qui rappelle le nom de nombreuses loges maçonniques, mais aussi de clubs politiques du temps de la Révolution.

6 Carl Brun, né en 1784, alors âgé de 25 ans. Il avait été en 1795-1796 avec sa mère et sa sœur Lotte à Carlsbad et en Italie.

7 Nouvelle allusion aux troubles intervenus en Italie du Nord au printemps 1809 à la suite de la révolte des paysans tyroliens, qui finirent par s’agréger à une contestation antifiscale et par déborder de la Lombardie vers les campagnes d’Émilie-Romagne, et que le prince Eugène réprima avec peine.

8 La chronologie est très précisément la suivante : 20 avril 1809 : annexion des Marches et fusion des troupes pontificales dans l’armée française ; 16 mai 1809 : décret impérial rattachant les États romains à l’Empire ; 17 mai 1809 : Rome déclarée « ville impériale libre » ; 10 juin 1809 : bulle d’excommunication de Napoléon ; 6 juillet 1809 : arrestation du pape ; 2 août 1809 : création de deux nouveaux départements se partageant les anciens États, le Tibre (correspondant au Latium) et le Trasimène (correspondant à l’Ombrie).

9 Christophe Saliceti (1757-1809) était avocat en Corse au moment de la Révolution. Député aux états généraux, il fut aussi élu à la Convention et y vota la mort du roi. Sa carrière s’est très tôt identifiée à celle de Bonaparte. Ce personnage trouble, que Napoléon employa beaucoup tout en se méfiant de lui, avait également préparé, à Gênes, en 1805, la réunion de l’ancienne République ligure à la France. En 1809, il était en effet en fonction à Naples, où il avait accompagné Joseph dès 1806, comme ministre de la Police et de la Guerre, mais il a rempli une mission à Rome pour hâter l’annexion, avec le titre de « président de la commission de réforme administrative des territoires ex-pontificaux ». Il est mort à la fin de l’année 1809 à Naples, dans des conditions suspectes jamais vraiment éclaircies.

10 Joseph-Marie, baron de Gérando (également dénommé à l’époque Degérando) (1772-1842). Issu d’un milieu libéral lyonnais, et émigré après 1793, il vécut en Suisse et en Italie et rentra en France sous le Directoire, où on le retrouve proche des milieux philosophiques de La Décade. Il entre ensuite au Conseil d’État et effectue diverses missions. Il arrive à Rome en 1809 pour mettre en route la Consulta et préparer dans les délais les plus brefs l’assimilation des États romains au système administratif français. Il était aussi membre de la commission pour la gestion des biens pontificaux.

11 Bien qu’il soit connu pour des réflexions pionnières sur l’anthropologie (Mémoire sur l’observation des peuples sauvages), et par ce texte intéressant la philosophie allemande, l’ancien Idéologue attachera surtout son nom à l’économie sociale et au paupérisme.

12 La bulle d’excommunication Quam memorandum ne désigne pas nommément Napoléon, mais « tous les brigands du patrimoine de Saint-Pierre ». Friederike Brun date cette bulle du 11 juin, elle est plus souvent datée du 10 juin. Affichée sur les murs des églises de Rome, diffusée secrètement, elle ne fut qu’imparfaitement connue en France et en Europe mais son impact fut néanmoins très important. Tout un réseau clandestin se constitua, notamment autour de Lyon, pour relayer la parole de Pie VII auprès du clergé de paroisse et des familles catholiques influentes : Matthieu de Montmorency, anciennement proche de Madame Récamier, et par son intermédiaire, de Madame de Staël, prêta notamment ses cercles de relations à cette entreprise, au terme de laquelle se constitua une véritable société secrète catholique, la Congrégation. D’autres textes de Pie VII entrèrent en circulation pendant sa captivité ultérieure à Savone, malgré les précautions prises par Napoléon pour l’isoler de tout contact. Voir Guillaume de Bertier de Sauvigny, Le comte Ferdinand de Bertier et l’énigme de la Congrégation, Paris, Les Presses Continentales, 1948, et J. Verrier, « François-David Aynès : la diffusion des documents pontificaux pendant la captivité de Pie VII à Savone », Revue d’Histoire Ecclésiastique, 55, 1960, p. 71-122, et p. 453-492.

13 En 1552, saint Philippe Néri (figure importante de la Réforme catholique) institue « le tour des sept églises », une expression traditionnelle et officielle du pèlerinage de Rome. Cela sous-entend les quatre basiliques majeures de Rome (Saint-Jean du Latran, Saint-Pierre, Saint-Paul-hors-les-murs et Sainte-Marie Majeure) et trois mineures (Sainte-Croix de Jérusalem, Saint-Laurent-hors-les-murs et Saint-Sébastien-hors-les-murs). Sept basiliques, comme sept collines de Rome

14 Le chevalier Lebzeltern effectua plus tard, en mai 1810, une mission de bons offices auprès du pape, captif à Savone. Mission concertée entre Metternich et Napoléon lors des fêtes données à Paris pour le mariage de l’empereur et de Marie-Louise, mais au cours de laquelle le pape resta sur ses positions, notamment sur son refus d’investir de nouveaux évêques en Allemagne. Issu de la noblesse militaire de la Bucovine, Wilhelm von Lebzeltern (1787-1869) était alors un tout jeune officier du génie, choisi par Metternich pour ces délicates fonctions, et il poursuivit ensuite une longue carrière diplomatique. Il est à noter qu’il fit une cour assidue à Ida Brun. Voir à son sujet Emmanuel de Lévis-Mirepoix (éd.), Un collaborateur de Metternich. Mémoires et papiers de Lebzeltern, Paris, Plon, 1949.

15 Friederike Brun a rajouté cette formule, qui ne figurait pas dans le manuscrit original. L’allusion est manifeste au basculement de la Bavière, puissance catholique, dans l’orbite française, au lendemain du recez d’Empire de 1803 et de la création de la Confédération du Rhin, en 1806, sur les ruines de l’ancien Saint-Empire romain germanique. Devenue royaume, la Bavière s’était nettement agrandie, notamment du Tyrol autrichien, d’où était précisément partie la révolte paysanne et patriote de 1809. Friederike, liée à l’Allemagne protestante, veut-elle d’autant plus montrer du doigt la Bavière, puissance catholique, dans la complaisance qu’elle aurait montreé vis-à-vis de la politique napoléonienne à l’égard de Rome ? Kasimir von Haeffelin (1737-1827), archevêque de Munich, sera en tout cas un des architectes du nouveau concordat entre le Saint-Siège et la Bavière qui sera signé en 1817 et en récompense, il sera fait cardinal par Pie VII. Mais il est vrai qu’en 1810, il fut effectivement déplacé de Rome, où il était ministre plénipotentiaire des Wittelsbach depuis 1803, à Naples, où il exerça les mêmes fonctions auprès de Murat. La Bavière semblait donc acquiescer au coup de force de Napoléon (voir Rudolf Fendler, Johann Casimir von Häffelin, 1737-1827. Historiker, Kirchenpolitiker, Diplomat und Kardinal, Mayence, 1980).

16 Friederike anticipe manifestement sur ce qui sera la politique italienne de Murat en 1814, après qu’il aura trahi Napoléon et signé un traité secret avec l’Autriche, dans l’espoir de conserver son trône. Les armées de Naples occuperont alors la Ville Éternelle, Pie VII et Consalvi devront négocier le retrait de ces troupes, au moment où ils seront de retour à Rome, en mai 1814. Il est possible aussi que Friederike ait à l’esprit la situation de 1808, où Murat cherchait un prétexte pour être le premier à occuper militairement Rome. Il proposa à plusieurs reprises à Napoléon de s’en charger au nom de l’Empire. L’empereur se méfiait déjà des calculs de Murat et déclina ces propositions, préférant confier l’opération à des troupes françaises, commandées par Miollis.

17 Le tribunal de la Rote est un des trois tribunaux de l’Église catholique romaine. Les juges sont nommés par le pape. Il intervient principalement pour des procédures d’appel.

18 Sur l’effet de la bulle d’excommunication sur l’opinion, voir Jacques-Olivier Boudon, Napoléon et les cultes, Paris, Fayard, 2002, et Michael Broers, The Politics of Religion in Napoleonic Italy : The War against God, 1801-1814, Londres, Routledge, 2002.

19 Allusion au miracle de la liquéfaction du sang de saint Janvier (san Gennaro), qui se produit lors des grands moments de l’histoire de la ville de Naples, et qui n’avait pas manqué d’intervenir au moment de la transition des pouvoirs entre Joseph Bonaparte et Murat.

20 Friederike a longuement fréquenté Goethe à Carlsbad, en 1794. Si l’homme ne l’a pas toujours séduite, notamment pour le dédain qu’il laissait transparaître envers les femmes, et en particulier les femmes auteurs, son admiration pour le poète est toujours intacte quinze ans plus tard.

21 L’Église a célébré ces fêtes depuis le iiie siècle. Elles commémorent le martyre des deux saints, exécutés pendant la persécution des chrétiens à Rome, sous Néron – Pierre a été crucifié la tête en bas, à sa demande, car il ne se sentait pas digne de mourir comme le Christ, et Paul a été décapité. La fête du 29 juin est l’une des plus populaires dans le calendrier des fêtes romaines du xixe siècle.

22 Nom générique donné aux Napolitains du peuple, oisifs, joyeux et nonchalants, malgré l’extrême misère de leurs conditions d’existence.

23 L’excommunication de Napoléon.

24 Dispositif d’illumination de la gigantesque coupole de la basilique Saint-Pierre, proche d’un feu d’artifice.

25 Hameau situé sur une colline au nord-ouest de la baie de Naples, célèbre dès l’Antiquité. À l’époque romaine, c’est un lieu de villégiature prisé par les riches aristocrates. Mais à l’époque contemporaine, c’est surtout un panorama de choix sur l’ensemble de la baie, et métaphoriquement « Pausilippe » vaut pour le site de Naples, le golfe et les îles phlégréennes telles qu’Ischia, Ponza et Procida, citées plus haut. Murat avait réussi dès octobre 1808 à reprendre le contrôle de Capri et à en chasser les Anglais, commandés par Hudson Lowe, le futur geôlier de Napoléon, mais les autres îles du golfe lui échappaient toujours. Ces apparitions de navires de guerre anglais étaient courantes, et non seulement elles rappelaient cruellement l’incapacité des Napolitains de reprendre la Sicile, où se trouvaient en exil le roi Ferdinand IV et la reine Marie-Caroline, mais elles faisaient craindre en permanence un débarquement. Les informations dont fait état Friederike Brun ne relèvent pas de la rumeur, car un projet d’expédition lancé depuis Ischia était effectivement en préparation côté anglais. Ensuite, sans avoir d’ailleurs l’aval de Napoléon, Murat s’occupera à à des préparatifs d’invasion de la Sicile, qui aboutiront à une opération avortée en septembre 1810 (seule une petite partie des troupes franchiront le détroit de Messine, avant d’être rembarquées).

26 Il s’agit d’un aspect peu connu mais bien réel des difficultés rencontrées par les Français pendant la domination napoléonienne en Italie. À Naples, malgré des projets assez avancés, Murat ne parvint jamais à reconstituer une marine digne de ce nom. Quant aux anciens États pontificaux, ils n’avaient légué que quelques galères, qui ne pouvaient guère intimider les vaisseaux anglais, et le port de Civitavecchia n’était pas sûr. C’est pourquoi les routes terrestres étaient largement privilégiées pour les itinéraires entre l’Italie et la France.

27 À propos de l’appréciation par Friederike Brun de la religion des Romains, voir notre commentaire, infra, p. 145-148.

28 Alessandro Algardi (1602-1654), sculpteur et architecte est surtout connu pour l’imposant bas-relief illustrant la Rencontre de saint Léon et d’Attila qu’il a réalisé dans la basilique Saint-Pierre à Rome. Il a également travaillé pour l’église Saint-Ignace et la villa Pamfili.

29 Par touches successives, le portrait de Napoléon en barbare, nouvel Attila, se poursuit donc. Il s’agissait d’une des figures récurrentes de la légende noire de l’empereur, mais non la plus fréquente. Voir Jean Tulard, L’Anti-Napoléon, Paris, Gallimard-Julliard, 1963, et Catherine Clerc, La caricature contre Napoléon, Paris, Promodis, 1988. On a vu qu’elle utilisait aussi l’image de l’homme insensible, « cœur de tigre », et celle du semeur de mort. Voir infra notre commentaire p. 143-144.

30 C’est-à-dire des jeunes gens des rues, sans morale et sans scrupule, enrôlés à la diable. Les conscrits recrutés à Naples avaient fort mauvaise réputation – comme d’ailleurs déjà sous l’Ancien Régime bourbonien. Les décrets du 29 mars 1807, du 7 mars 1809, du 6 janvier 1810, qui organisèrent la conscription dans le royaume exemptaient les ecclésiastiques, les gens mariés et les professions libérales, et prévoyaient un tirage au sort parmi les gens de 17 à 25 ans, tout en autorisant le remplacement : plus qu’ailleurs en Europe, le soldat napolitain est, spécialement pour l’infanterie légère, « un représentant du prolétariat du royaume » (Pierre Carles, « Le soldat napolitain sous Joachim Murat », Cavalier et Roi, no 29, 1993, p. 49). Si jamais il s’agissait de la gendarmerie, que le général Radet avait montée de toutes pièces à Naples, le tableau n’était pas meilleur (voir Nicolas Bourguinat, « Gendarmerie, insoumission et brigandage dans l’Italie centrale et méridionale à l’époque napoléonienne », in Jacques-Olivier Boudon (dir.), Police et gendarmerie dans l’Empire napoléonien, Paris, STM, 2013).

31 L’arrestation de Pie VII a effectivement eu lieu, dans la nuit du 5 au 6 juillet 1809.

32 C’est de fait ce que redoutaient les autorités françaises, d’où le secret dont elles entourèrent l’opération, et surtout le transfert, qui fut effectué sur ordre de Miollis dans une voiture aux fenêtres aveugles et aux portes closes, encadrée par une solide escorte.

33 Prévoyant qu’il pourrait être déchu ou déporté, Pie VII avait effectivement envisagé de se faire remplacer temporairement, ou si l’on préfère, de remettre ses pouvoirs à un de ses cardinaux. Mais il avait rapidement écarté une telle solution, qui posait d’insolubles problèmes juridiques. Pendant sa captivité, on sait d’ailleurs qu’il tirera argument du fait qu’il avait été chassé de son siège d’évêque de Rome pour refuser son investiture aux nouveaux évêques désignés par Napoléon. Cela créera de redoutables difficultés pour que l’autorité de ces derniers soit reconnue dans leurs diocèses français ou italiens. Voir notamment Margaret M. O’Dwyer, The Papacy in the Age of Napoleon and the Restoration. Pius VII, 1800-1823, Lanham (Md.), University Press of America, 1985, et Jacques-Olivier Boudon, Les élites religieuses à l’époque de Napoléon, Paris, SPM, 2002.

34 En réalité, Célestin (1210-1296) était le prédécesseur de Boniface. Ermite au mont Morrone dans les Abruzzes, non loin d’un monastère bénédictin qu’il avait établi, il possédait (sous le nom de Pierre de Morrone) une réputation de sainteté, mais était complètement étranger au droit canon et à la Curie romaine ; déjà âgé de 85 ans, il avait été désigné pape un peu par hasard, sur recommandation de Charles II d’Anjou, par un conclave qui peinait à rendre un verdict depuis plus de deux ans. Célestin V a renoncé de son plein gré à la charge pontificale, à la fois par humilité et par sentiment d’incapacité. C’est parce qu’il craignait que cette renonciation fût jugée illicite et que par ricochet sa propre désignation fût remise en question, que son successeur, Boniface VIII, le fit arrêter et mettre en prison, où il mourut peu après. Quant à Boniface (1235-1303), si Friederike Brun le cite, c’est parce qu’il incarne comme Pie VII la lutte de l’autorité spirituelle contre le pouvoir temporel, qui avait fait l’objet de la bulle Unam Sanctam : Boniface s’opposa si vivement à certaines familles romaines, comme les Colonna, et à certains princes comme le roi de France Philippe Le Bel, qu’il s’attira des représailles. En 1303, il fut brièvement arrêté et détenu à Agnani, dans sa résidence d’été, par une troupe envoyée par le roi de France pour se saisir de lui et le faire juger à Paris par un concile, et il mourut peu de temps après… Dans cet épisode, connu sous le nom d’« attentat d’Agnani », la légende le représentait giflé ou battu par les gens d’armes, et se protégeant avec sa tiare, sa crosse et ses clés, les attributs traditionnels du pontifex maximus.

35 Miollis est nommément désigné dans le manuscrit. Si l’on comprend bien, il aurait utilisé ce criminel de droit commun pour obtenir des renseignements sur la configuration des appartements du Quirinal, ce que Friederike Brun juge désohonorant.

36 Les sbirri, ou sbires, sont les hommes de main, mouchards et agents de la police pontificale, considérés comme cruels, corrompus et sans scrupules. Les écrits de voyage du xviiie siècle les avaient déjà signalés à l’attention des étrangers. La rénovation des méthodes et du personnel de la police dans les États de l’Église devait être un grand chantier de la modernisation de la Papauté et le legs de la période française est par exemple discuté dans Steven Hughes, Crime, Politics and the Risorgimento. The Politics of Policing in Bologna, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.

37 Ce récit corrobore parfaitement la présentation de l’événement que donnent les historiens, qui reprennent le plus souvent les mémoires de Bartolomeo Pacca, qui ont paru en italien en 1829 et ont été traduits en français en 1832. Voir à ce sujet Philippe Boutry, « Les écrits autobiographiques des cardinaux secrétaires d’État du premier xixe siècle », dans Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée, 12, 1998/2, p. 591-607, et Jean Leflon et Charles Perrat, « Les suppressions et édulcorations qu’a fait subir à ses “Mémoires” le cardinal Pacca », in Roger Aubert, Alberto Maria Ghisalberti et Ettore Passerin dEntrèves, Chiesa e Stato nell’Ottocento, Padoue, Editrice Antenore, 1962, t. 2, p. 355-381.

38 Pacca.

39 C’est-à-dire « souverain et pontife », termes figurant dans la titulature complète du pape (traduisant le latin pontifex maximus). Voir par exemple Philippe Boutry, Souverain et Pontife. Recherches prosopographiques sur la Curie romaine à l’âge de la Restauration (1814-1846), Rome, École française de Rome, 2002.

40 Probablement erreur typographique, mais aussi confusion avec la via Flaminia qui va de Rome à Spolète puis à Rimini sur l’Adriatique en franchissant l’Apennin. Sortant de la Ville Éternelle par la Porta del Popolo, le pape emprunte la route du nord classique, qui doit rejoindre la Toscane et qui passe notamment par Viterbe, puis par Radicofani (qui n’est alors qu’un simple bourg servant surtout de relais de chevaux), donc l’ancienne via Cassia.

41 C’est-à-dire la malle-poste.

42 Question oratoire, dans un texte révisé et réagencé en 1816, mais qui se posait de manière brûlante en 1809 et dont la réponse restait bien incertaine. Pie VII eut très tôt des doutes sur la fidélité de certains cardinaux, et ne pardonna jamais tout à fait à ceux qui s’étaient rendus au mariage de Napoléon et Marie-Louise en 1810.

43 Dans le manuscrit il est précisé : « avec les mains liées dans le dos ».

44 Il s’agit de José de Madrazo y Agudo (1781-1859), qui est considéré comme le grand maître de la peinture néoclassique en Espagne. Après des études à Madrid et à Paris, il entreprit le voyage d’Italie en 1806 avec son ami Ingres, rencontré dans l’atelier de David, et il se fixa avec lui à Rome. Il devait y séjourner jusqu’en 1815, avant de regagner l’Espagne et d’y devenir peintre de la Chambre du roi, c’est-à-dire peintre de cour. A partir de 1823, il était à la tête du Musée du Prado, dans lequel il avait totalement révisé la présentation des collections royales, et de l’Academia de Bellas Artes de San Fernando. Friederike déclare l’avoir reçu dans sa villégiature d’Albano : c’est d’autant plus logique que d’une part, Madrazo y Agudo était marié à la fille d’un des peintres de la colonie allemande de Rome, Tadeusz Kuntz, et que d’autre part il s’était déclaré un adversaire farouche de l’invasion napoléonienne en Espagne et du nouveau régime de Joseph Bonaparte. Il fut effectivement détenu quelque temps, avec d’autres artistes espagnols de Rome, au château Saint-Ange, puis assigné à résidence à l’ambassade d’Espagne. À côté de scènes historiques dans la veine de David, il se consacrait beaucoup au portrait et nombre de figures de la bonne société romaine et d’étrangers posaient pour lui.

45 Étienne Radet (1762-1825), général de gendarmerie, reste en effet considéré comme le principal responsable de l’arrestation du pape. Napoléon avait pris la précaution, sans doute pour le jugement de l’Histoire, de se dissocier de cette initiative – il s’était contenté de donner un ordre implicite, en écrivant à Murat au lendemain de son excommunication : « [Pie VII] est un fou furieux qu’il faut enfermer. »

46 D’après le manuscrit, 13 juillet.

47 Le manuscrit donne leur nom : « Piranèse, le fils du célèbre graveur sur cuivre et entrepreneur du bas-relief de Zoega, et Piroli, qui a marqué le cuivre d’après les thermes herculéen et pompéien. »

48 Dans la région de Sienne.

49 Pacca a effectivement été séparé du pape Pie VII à partir de Florence.

50 Mannequin que l’on percute avec sa lance dans les manèges et écoles d’équitation et qui peut revenir heurter le cavalier s’il ne passe pas assez vite. De manière métaphorique, comme ici, il signifie « crapule » ou « voleur », terme qui est d’ailleurs écrit en marge dans le manuscrit.

51 Ce n’est pas une référence à la papauté d’Avignon, de 1309 à 1378 de 1378 à 1418, mais bien aux projets prêtés à Napoléon. Cantonnant le pape à une magistrature purement spirituelle, il envisagea sérieusement d’installer Pie VII à demeure à Paris, et quelques années plus tard, le titre de « roi de Rome » qu’il donna à son fils témoigna de sa volonté de ne laisser en Italie qu’une couronne purement civile. Voir l’ouvrage ancien de Victor Bindel, Un rêve de Napoléon : le Vatican à Paris, 1809-1814, Paris/Strasbourg, Clavreuil/Alsatia, 1942.

Notes de fin

* De la nature de cette grâce, il n’a cependant rien dit.

Auteur

Danoise de langue allemande, Friederike Brun (1765-1835) était une intime de Madame de Staël et d’une autre figure du groupe de Coppet, Charles-Victor de Bonstetten. Connue dans les cercles romantiques d’Iéna et de Weimar comme une grande poétesse, elle a également publié plusieurs volumes autobiographiques sur ses séjours en Italie, en France et en Suisse.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search