Version classiqueVersion mobile

Lettres de Rome (1808-1810)

 | 
Friederike Brun

Texte. Lettres de Rome

Lettres de Rome à mon frère Dr Friedrich Münter, évêque de Seeland1

Première lettre

Friederike Brun

Texte intégral

  • 1 Dr Friedrich Münter, évêque de Seeland (1761-1830). Frère de Friederike Brun, évêque depuis 1808, i (...)

1Le brave pape se tient tel un héros, mon très cher frère, et parmi tous les saints qui ont été faits depuis Charles Borromée, il est seul mien pour peu que justice lui soit faite pendant que je serai encore en vie !

  • 2 Plus haute et plus septentrionale des collines de Rome. Un des principaux lieux de résidence des ri (...)
  • 3 Sextus Alexandre François, comte de Miollis (1759-1828) était issu de la noblesse aixoise. Pendant (...)

2Les misérables ! Avec de grosses pièces d’artillerie, des mèches enflammées et un pas tempétueux, ils sont montés sur le Quirinal2 et ils sont passés devant le palais grand ouvert de ce vieillard sans défense. Lorsque le comte Miollis, général en chef français et gouverneur de Rome3, a exigé pour la première fois une audience auprès de Sa Sainteté, il n’a même pas été reçu. Il l’a été la seconde fois, mais le pape lui a juste dit sèchement : « Je n’ai rien à ajouter aux déclarations que j’ai déjà faites : tout a été dit. »

3Il avait fait afficher pour son peuple une proclamation. Je me donnerai tout le mal nécessaire afin de te la procurer, mais sans doute en pure perte, puisque les Français l’ont immédiatement arrachée, comme la précédente. D’après ce qui se dit, ils exigent du pape d’abord 1) l’annulation de différents mariages (et parmi eux quelques-uns très importants), afin d’autoriser de nouvelles unions ; 2) la suppression des monastères ; 3) l’autorisation pour les prêtres de se marier ; 4) l’abandon des fêtes légales. Maintenant, de tous ces points, il n’en est aucun que le noble vieillard croie pouvoir accepter sans trahir ses devoirs de protecteur et de gardien des droits de l’Église catholique et de sa discipline chrétienne, et il préférera tout subir avec patience. Et de même pour tout le collège des cardinaux. On dit qu’on lui a donné cinq jours de réflexion, pour l’apparence, parce qu’en réalité, il ne vacille ni ne cède aucunement.

  • 4 Créés au milieu du xvie siècle par le cardinal Alexandre Farnèse, cette succession de jardins en te (...)

4Je ne pouvais supporter de voir de mes yeux l’entrée des Français, et j’ai fui de l’autre côté du Tibre, dans la solitude des jardins Farnèse4. Là, appuyée contre la balustrade en pierre qui traverse le joli jardin des Hespérides et surplombe les tourbillons rapides du Tibre, je me suis laissée flotter dans ce courant de pensées qu’aucune rivière ne peut produire en moi et ne peut nourrir à l’exception de ce fleuve sacré. Comme il m’est apparu insignifiant le tout petit événement de ce jour, devant la masse des faits qui ont eu pour témoins ces collines éternelles qui s’élèvent là-bas, de l’autre côté des eaux déferlantes ! Comme il paraît léger dans la balance du jugement de la postérité, le tyran qui retient prisonnier un vieillard sans défense, dont il ne pourra jamais fléchir la ferme volonté ! Combien en revanche est sublime la résistance morale de cet homme seul, seul contre la plus énorme puissance, et qu’est-ce donc, sinon ce ferme sentiment de volonté qui a tiré Rome de la poussière et qui l’a élevée au rang de maîtresse du monde, puis qui a éveillé la Ville Éternelle des cendres de son antique grandeur jusqu’à un gouvernement spirituel dominant la Terre entière ? Cet esprit vit toujours dans le clergé romain, et même dans la populace, et nous verrons tout ce que cette force négative, à laquelle Pie VII et son peuple se sont bornés jusqu’à présent, avec sagesse, peut réaliser.

  • 5 Le frère cadet de Napoléon, futur prince de Canino (1775-1840). D’abord orienté vers les ordres, il (...)

5Pendant ce temps, le chef suprême de la Chrétienté n’est pas le seul que l’on tourmente ici-même : le frère du tyran, Lucien5, aux distingués talents duquel il devait tout au moins son élévation à la dictature du Consulat, est également impitoyablement harcelé par lui. Il est vraisemblable qu’une vieille haine dirigée contre la jolie épouse du sénateur soit la raison principale de la persécution subie par cette innocente famille. L’épouse de Lucien était la fille d’un douanier en Bretagne ou en Normandie : une jolie jeune fille, épanouie, irréprochable. Napoléon Bonaparte s’enflammait pour elle, mais elle, de son côté, amoureuse et aimée en retour, avait choisi le plus talentueux et séduisant des deux frères : cette âme sombre de barbare ne l’a jamais supporté ! Lucien avait déjà été marié une première fois, sa femme était morte prématurément et lui avait laissé deux filles. Celles-ci, Napoléon affecte de les aimer, mais il ignore les enfants issus de cette deuxième union sous prétexte qu’ils ne sont que les fruits d’un mariage civil. Lorsque le premier fils de son frère est né, il lui a dit : « N’est-ce pas vrai, mon frère, qu’on aime beaucoup ces petits bâtards ? » Lucien lui a répondu : « Pourquoi bâtards ? Je ne crois pas être moins bien marié que vous, mon frère ? » Et en effet, Napoléon n’était lui aussi uni à Joséphine que par un mariage civil, avant le malheureux couronnement.

  • 6 Joseph Fesch (1763-1839) est l’oncle de Napoléon. Il n’entre dans les ordres qu’après le Concordat. (...)
  • 1 J’ai appris plus tard qu’il existait quelques variantes à propos de l’histoire de Madame Lucien Bon (...)

6Et l’épouse de Lucien s’est jetée dans ses bras telle une jeune femme épanouie et irréprochable : ils vivent dans une union bénie par de beaux enfants et particulièrement heureuse. Il a tout tenté pour les séparer ! À lui, il a déjà proposé plusieurs couronnes, mais toujours seulement sous la condition qu’il se séparerait de sa femme. Comme il l’a trouvé inébranlable, il s’est lui-même tourné vers la jolie épouse, par l’intermédiaire du misérable cardinal Fesch6. Celui-ci devait lui proposer les duchés de Parme et Plaisance pour elle et ses enfants, si elle consentait à la séparation ; dans le cas contraire, elle et ses enfants seraient sérieusement menacés. Mais elle a repoussé le misérable intermédiaire vers la porte du cabinet, dans lequel il avait joué un rôle si honteux, avec les mots suivants : « Vous, un membre du Sacré Collège, n’avez-vous pas honte de vouloir tenter une femme d’abandonner son époux ? Quittez-moi à l’instant ! »1.

716 février. Comme cette lettre ne peut arriver jusqu’à toi qu’en cas de bonne fortune, je vais pendant ce temps t’écrire petit à petit tout ce que je suis en mesure d’apprendre sur ce qui se passe ici. Le pape Pie VII semble en effet être un homme singulier, pénétré de la dignité de sa haute fonction, qui sent qu’on ne pourra faire plier une forte volonté comme la sienne et qu’il est vraiment le roc contre lequel ces fières vagues doivent se briser. Les bruits qu’on colporte se divisent en trois principales rumeurs à propos des exigences que le régime français lui a posées : A) Suppression des jours de jeûne ; abandon de tous les monastères ; introduction du mariage des prêtres (ceci est la version la plus populaire, largement répandue par les Français, parce qu’elle flatte de nombreuses espérances) ; B) Nomination de trois primats en Espagne, en Allemagne, en France ; établissement de la règle que deux tiers des cardinaux devront toujours être Français ; reconnaissance du frère de Napoléon, Joseph, comme roi de Naples et de Sicile ; alliance éternelle avec la France, une alliance offensive et défensive, dont le commencement consisterait à se joindre à la campagne contre [les Bourbons de] Naples. Beaucoup croient que seul ce dernier point aurait une application immédiate ; et C) le divorce.

8À tous ces points, le pape a répondu dès le début qu’« il ne peut en accepter aucun, ni en tant que chef de l’Église catholique chrétienne, ni en tant qu’homme intègre. Son royaume terrestre est entre leurs mains, et il ne peut malheureusement pas défendre ses sujets ; de l’argent, on ne peut lui en prendre, car il est l’homme le plus pauvre de Rome : mais sa vie est dans les mains de Dieu ! » Sur cette déclaration, les Français stationnés en Toscane se sont rapprochés d’ici. Il avait donné pour ordre à ses troupes qu’elles devraient se considérer comme prises par surprise, n’offrir aucune résistance et dire seulement : « Nous n’avons reçu aucune espèce d’instruction de Sa Sainteté pour ce cas précis. »

9Au soir du 1er février, alors que les Français bivouaquaient déjà entre Ponte-Mollo et Rome, il a rassemblé tous les cardinaux en un consistoire et il leur a dit : « Mes frères, je vous déclare à tous que les temps et les circonstances actuelles en sont arrivés à un point où chacun d’entre nous est susceptible de tout perdre, jusqu’à sa vie et ses biens, s’il veut rester fidèle à son devoir. Je suis fermement décidé à l’être. Que celui d’entre vous qui ne s’en sent pas le courage s’exprime librement pour que, en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je le relève immédiatement de sa dignité et de toutes les obligations qui y sont liées. » Tous voulurent rester. Alors il a poursuivi : « Je vous déclare donc à présent, solennellement, que je cesserai d’être pape à partir du moment où ma liberté personnelle aura subi le plus petite atteinte, et je vous donne le pouvoir, mes frères, d’en élire alors un autre parmi vous. » Ils doivent avoir désigné ensuite, entre eux, l’évêque de Malte ou celui de Palerme. Tu peux considérer tout cela comme tiré des meilleures sources, de même que ce qui suit.

10Alors que les Français tambour battant mèche allumée marchaient contre le vieillard sans défense en gravissant la colline du Quirinal, on chercha à l’éloigner des fenêtres, vers lesquelles les barbares avaient dirigé leur artillerie. Mais lui sortit sur le balcon, à la vue de tous, et il regarda courageusement dans leur direction. Quand le général Miollis est venu à lui pour la première fois, le pape s’est dirigé vers lui avec une telle dignité et majesté que celui-ci, comme aveuglé, a involontairement porté la main devant les yeux. Puis, il lui a demandé : « Siete cattolico voi ? » [Êtes-vous catholique ?] Miollis pouvait à peine bredouiller : « Santissimo Padre si ! » [Très saint père, oui !] Là-dessus, sans ajouter un mot, il lui a donné silencieusement sa bénédiction et il est retourné dans son cabinet – l’audience était terminée.

11Quand Miollis est venu pour la deuxième fois et qu’il avait désormais repris ses esprits, il s’est adressé au pape très respectueusement, avec beaucoup d’urbanité, et il a voulu alors commencer à parler des affaires qui l’amenaient. Comme Pie VII l’a interrompu et a répondu avec grande finesse à tout ce qui le concernait personnellement, il a retourné chaque politesse. En ce qui concernait les affaires (a-t-il ajouté), il a demandé à son hôte de s’adresser à son secrétaire d’État, à qui il avait déjà donné des ordres irrévocables.

12Et c’est ainsi que s’est achevée la deuxième audience du gouverneur français de Rome. Celui-ci devait s’adresser au cardinal secrétaire d’État et un messager est parti avec le résultat de cet entretien, duquel on attend qu’il rapporte une réponse décisive.

13Cependant, mon frère, l’humeur des habitants de la ville immortelle est différente selon les motifs qu’inspire l’intérêt personnel ou le sentiment. Toute la masse du peuple tient très sincèrement au cher honnête vieillard, qui ne lui a fait que du bien, qui lui a évité bien du mal et dont le caractère et la conduite démontrent une si grandiose simplicité que même le plus humble des hommes le comprend. Seuls les grands de Rome s’affolent, ils tremblent de la peur mesquine que leur pape n’agisse de manière trop noble et trop digne ! Et lorsque nous, étrangers, nous laissons éclater des expressions d’un enthousiasme empli d’admiration à son propos alors ils nous disent : « Oh oui ! vous en parlez à votre aise, car vos biens ne sont pas en jeu ! »

14Hier, le pape a quitté pour la première fois le palais du Quirinal (et c’est resté la première et dernière fois en dix-huit mois) depuis l’arrivée des Français, pour aller se recueillir dans son monastère. Alors, le peuple a dételé les chevaux, on voulait l’emmener – alors il s’en est retourné humblement et il n’est plus ressorti depuis, sauf dans les jardins du palais du Quirinal, où il se promène beaucoup, nourrit tranquillement ses oiseaux et accueille volontiers tous les étrangers qui ne sont pas Français, mais malheureusement aucune dame non plus ! Cependant, les Français remplissent toujours plus la ville et ils sont d’ailleurs encore calmes et conservent une bonne discipline, car ils veulent, là où c’est possible, gagner les Romains par une feinte bonté. Leur insolence froide et polie, surtout dans les relations personnelles qu’entretiennent les officiers avec les propriétaires des maisons où ils ont leurs billets de logement, cause plus d’irritation à elle seule plus que même les excès ne le feraient, – excès dont ils ne s’abstiennent, on le sait très bien, que par contrainte. En revanche, comme des chiens de chasse, ils se lancent aux trousses de tous les Napolitains et Anglais (donc des gens de bonne compagnie et bien-pensants) qui auraient trouvé refuge ici, et ils incommodent même des citoyens de ces nations qui se sont établis paisiblement à Rome depuis longtemps. C’est ainsi qu’avant-hier, une jeune Anglaise malade qui vivait depuis cinq ans dans ce doux climat avec une belle-sœur (depuis la mort de son mari qu’elle avait perdu à Rome) a soudainement été arrêtée et amenée devant le deuxième général français, d’Erban. Tu peux t’imaginer l’effroi de ces deux timides colombes : tous les étrangers ici et les plus importantes familles romaines ont intercédé pour elles – eh bien elles ne seront libérées qu’en échange d’une caution.

  • 7 Karl Viktor de Bonstetten (1745-1832) appartenait par sa naissance à la classe dirigeante de Berne. (...)
  • 8 D’après le manuscrit il s’agit de Jozef, prince Poniatowski (1763-1813). Officier dans l’armée autr (...)
  • 9 Giuseppe Gioeni d’Angio (1743-1822) était connu comme un naturaliste et un vulcanologue. Membre de (...)

15Hier, Bonstetten7 a vu chez le prince P……8 un chevalier sicilien, en qui il a vite reconnu un homme érudit et cultivé ; au fil de la discussion, il s’est avéré que c’était ton ami, le chevalier Gioeni, de Catane9, qui pensait encore à toi comme si tu n’avais quitté le pied de l’Etna qu’hier. Hier après-midi, il est venu chez moi et il est resté toute la soirée. C’est une belle âme, chaleureuse et amicale ! Son frère aîné est mort ; ainsi, en tant que chef de la famille, il a quitté les ordres et s’est marié à Palerme où il est engagé à la cour. De là, il est parti il y a cinq ans à Naples, d’où il a été envoyé ici, et il est maintenant depuis plusieurs années sans nouvelles de sa femme et de ses sept enfants. Je crains qu’il ne soit en danger.

  • 10 Allusion au fait que les Bourbons de Naples, sous la protection des Anglais et de leur marine, rest (...)
  • 11 Deux monstres marins de la mythologie grecque (un tourbillon et un récif) affrontés par Ulysse, qui (...)

16Dans la région de Naples, tout paraît encore terrible ! Uniquement autour de la capitale, il règne un calme forcé. On dit que l’armée des insurgés de Calabre aurait à nouveau fortement gonflé. Le prince de Hesse-Philippsthal, qui a défendu Gaëte si courageusement, la commande. Les Français ont pris Reggio. Mais il résulte de cette guerre dévastatrice que la Calabre est devenue un désert, au point que le pain que l’on mange à Reggio est cuit à Messine10 et doit d’abord passer entre Scylla et Charybde11 avant que les pauvres soldats ne le reçoivent.

  • 12 Isenburg est le nom d’un régiment crée en 1805 à Mayence (Allemagne) et rassemblant différents pris (...)

17Les cruautés découlant de cette guerre de partis font frémir l’humanité et la Calabre est, comme l’Espagne, un tombeau grand ouvert pour les Français ! Mais quoi ! les Allemands aussi doivent combattre les courageux Calabrais (quelle ignominie, quelle honte immense qu’ils doivent faire ceci !). Nous habitions l’été dernier en même temps que deux régiments allemands, Isenburg et Bayreuth, à Albano12. Je n’ai jamais vu la détresse, ainsi que les plus sombres pressentiments, plus clairement exprimés que dans cette belle armée. Ils sont revenus à la fin de l’automne, c’est-à-dire… ils sont revenus… à peine cent hommes de chaque régiment ! Ce qu’ils ont enduré, cela fait dresser les cheveux sur la tête ! Les autochtones les traitaient naturellement comme des Français. Les femmes allaient sur les champs de bataille et achevaient les blessés ! ! Un officier, de qui nous tenons ces détails, gisait gravement touché sur le champ alors que ces terribles esprits de vengeance se rapprochaient et il a vu de loin le sort de ses compagnons blessés ; il a alors traîné son corps meurtri, se pressant péniblement à travers de denses broussailles, jusqu’à un marais couvert de roseaux, s’y croyant en sécurité. Mais un fidèle petit chien qui avait suivi la trace de son maître bien-aimé a menacé de le trahir par ses aboiements. Le malheureux s’est vu contraint de rassembler ses dernières forces pour étrangler l’animal bien-aimé, le traître trop aimant ! Il a alors perdu connaissance. Seul lui avait été porté disparu, parmi les fuyards de son régiment qui étaient revenus, on avait suivi sa trace sanglante et il a été retrouvé ! Aucun romancier ne peut s’élever jusqu’à l’affreuse intrication de faits multiples et jusqu’à l’émotion bouleversante qu’éveille l’histoire de notre époque.

  • 13 Allusion très probable à John Rocca, qui était revenu gravement blessé et handicapé de la guerre d’ (...)

18Écoute l’événement suivant, issu de la guerre espagnole, qui te réconciliera à nouveau avec mon sexe. Un jeune officier français, très bien de sa personne (natif de Genève où je l’ai connu), gisait sur un rempart, déjà aux portes de la mort, lorsqu’une jeune Espagnole l’a aperçu13. Elle a rapidement été touchée par sa beauté, et ne croyant pas que la mort ait tant de grâce, elle se persuada qu’il y avait encore de la vie en lui. Se décidant avec promptitude, elle l’a arraché au cortège des femmes meurtrières et elle l’a fait passer pour mort en déposant son corps devant l’autel d’une chapelle toute proche. Là, elle veilla le faux mort tant aimé jusqu’à ce que la foule se dispersât puis elle le fit apporter discrètement jusqu’à son logement, où elle pansa ses blessures et le rappela à la vie en lui administrant des remèdes. Pendant six semaines, la tendre créature était sa seule infirmière ; lorsque l’amertume augmentait ses douleurs, elle lui chantait des chansons pieuses (et également sans doute des chants d’amour !), s’accompagnant à la guitare. Il a guéri et il est retourné chez les siens. Et quant à elle ? Prenant conscience de la noblesse de son acte, ce jeune cœur incandescent ne se sera-t-il pas apaisé ?

  • 14 Charles-Jean-Marie Alquier (1752-1826), diplomate français, l’un des plus importants du Premier Emp (...)

19Mais continuons sur la situation de Rome ! La réponse ardemment attendue du despote français est arrivée dans la nuit du vingt-cinq et, bien qu’elle ait été gardée secrète, on sait tout de même en quoi elle consiste parce que le pape veut qu’on le sache. Elle contient en effet la répétition des précédentes réclamations avec les deux ajouts suivants : envoyer les cardinaux nés sur le territoire napolitain à Naples pour qu’ils y fassent allégeance au roi Joseph, et deuxièmement, placer les troupes pontificales sous commandement français, pour qu’elles fassent allégeance avec les forces françaises à l’empereur, en prêtant le serment militaire. Quand le baron Alquier (ambassadeur français à Rome)14 est venu vers le pape avec ces propositions, celui-ci lui a répondu : « Les cardinaux ne souhaitent pas partir et se parjurer. Je n’ai pas le pouvoir de m’opposer matériellement à l’incorporation de mes troupes et là, que ce que je ne peux éviter advienne donc. Mais je ne veux pas avoir à régler tout ceci seul ! ». Il a donc désigné quatre cardinaux qui devaient régler toutes les affaires avec les Français. La conséquence de cette réponse a été le départ de l’ambassadeur de France, le renforcement de la garnison française, la saisie de toutes les correspondances postales destinées à l’étranger et le blocage de tous les voyageurs. Le secrétaire de la Légation française est resté, provisoirement.

2026 février. Aujourd’hui l’incorporation des troupes pontificales aux forces françaises a été réalisée de la manière suivante : la pathétique armée a été rassemblée toute entière sur la belle place Colonna. Là, on leur a annoncé que « celui qui ne jurerait pas serait fusillé » et soudainement tout le monde a prêté serment. Ô pieux saint Antoine ! ! À quel point le pape avait raison de ne pas compter sur ces misérables ? Son influence ne peut pas constituer une armée au plan temporel, sa seule armée est spirituelle.

  • 15 Littéralement, « au-delà du Tibre ». Seul quartier du centre historique de Rome situé sur la rive d (...)
  • 16 Vaste plaine située au nord du Capitole et à l’est du Quirinal, sur la rive gauche du Tibre, il con (...)
  • 2 Calembour amusant de Marforio, sur le mot dialectal papagoi, c’est-à-dire « perroquet » (pappa-gall (...)
  • 17 Marforio est un personnage de théâtre de rue et de satire qui joue un rôle fondamental dans le folk (...)

21Dimanche [28 février]. Aujourd’hui, nous sommes sortis pour voir la place Saint-Pierre transformée en champ de parade, où plusieurs nobles princes romains ont défilé paisiblement avec les Français. Il semble néanmoins qu’ils n’aient pas la même confiance inconditionnelle dans les habitants du Trastevere15 que celle qu’ils mettent dans ceux du Champ de Mars16, car un parc d’artillerie chargé de prévenir tout désordre entourait les troupes rassemblées là, en partie aussi pour protéger les Papagalli (c’est ainsi que Marforio nomme les troupes pontificales gallicisées)217 des injures du peuple romain.

  • 18 Obélisque égyptien haut de 25 mètres, transporté à Rome par Caligula en 37, sur la partie sud de l’ (...)

22Je ne pouvais pas me lasser de voir avec quelle disinvoltura les jeunes princes romains, qui avaient appartenu à l’armée pontificale, apparaissaient là en grande pompe aux côtés des généraux français, sans avoir honte, ni s’affliger, ni devant la foule ricanante qui les entourait, ni devant la multitude de saints apôtres et martyrs, qui tout autour d’eux d’en haut les regardaient, ni devant le symbole de l’éternité, la majestueuse obélisque18, qui a difficilement vu durant son existence longue d’un millénaire plus d’infamie.

  • 19 Construit en 135, sur la rive droite du Tibre, par l’empereur Hadrien pour lui servir de mausolée. (...)
  • 20 C’est-à-dire le maître d’œuvre de la répression et de la reprise en main à Naples en 1799. Après la (...)

23Pour te revigorer quelque peu, écoute ce qui suit : le commandant de la place de Rome (son nom est Bratschi, que tu ne dois pas confondre avec celui de la famille des neveux de Pie VI, Braschi) était connu pour avoir dit qu’il ne prêterait pas le serment. Pour le mener à bien et pour lui épargner les quolibets, le général d’Erban l’a invité à sa table et on exigea de lui qu’il jurât. Il répondit poliment qu’il avait déjà voulu prendre congé auparavant et en demandait maintenant la permission. Il avait été conduit au château Saint-Ange19 où tant de dames romaines lui rendent visite quotidiennement qu’une nuée de carrosses bloquerait presque la route jusqu’à Saint-Pierre. Les braves cardinaux napolitains, presque tous des vieillards, sont tourmentés de presque toutes les manières possibles, mais pour autant aucun ne veut aller à Naples jurer allégeance ! Voici leurs noms : Trajetto, Caraffo, Ruffo-Scilla, Ruffo-exgenerale20, Saluffo, Carracciolo.

  • 21 Ce sont des mascarades publiques interprétées par des tréteaux ou des petits théâtres de rue.
  • 22 Caroline von Humboldt (1766-1829). Après avoir passé sa jeunesse en Thuringe, elle se maria en 1792 (...)

24Ils ont cherché et ramené Ruffo, le cardinal-général, d’une petite ville aux environs de Spolète. Il n’y a pas de Carnaval, pas de courses de chevaux, pas non plus de Festinos. Personne ne les avait explicitement interdits, mais le pape a invité au jeûne et à la prière – et tout cela n’a pas eu lieu21. Ce soir toutefois, le général en chef français, le comte Miollis donne un grand bal à l’occasion du Martedi grasso ; nous sommes invités et nous nous y rendrons avec notre amie la baronne de Humboldt22. J’évite sinon toute espèce de contact avec les Français ici, car le ton de ces fils de la Révolution est en général très pénible et pourtant le gouverneur-général nous couvre d’amabilités.

  • 23 Cette ville lombarde, dans la plaine du Pô, a un rôle stratégique important pour l’accès à l’Italie (...)

25Que ce général Miollis ait été au moins autrefois un homme droit, tu peux le constater en ceci qu’il fut le seul de tous les généraux français à avoir refusé au tyran sa voix pour sa désignation comme empereur. Il y a cinq ans déjà, j’ai entendu des éloges généralisés à son égard, à Mantoue et dans les environs23. Il s’est également conduit parfaitement en Toscane, d’autant plus qu’il a donné à Livourne les preuves d’un rigoureux sens de l’honneur. Pour un homme seulement à moitié honnête, il y avait là à mener un commerce très lucratif, entre la confiscation des marchandises anglaises et l’encaissement des amendes, etc. Lorsqu’il a enfin liquidé ces affaires, devant une quantité de marchands qui avaient déposé des tas d’or devant lui, il y a ramassé un sequin et a déclaré : « Messieurs, je prends seulement ceci, en souvenir de ces commerces que nous avons eus ensemble. » Lorsqu’il a quitté Livourne, il était complètement désargenté et je connais le banquier qui lui a avancé suffisamment d’argent pour qu’il puisse continuer à voyager. La discipline des troupes françaises est vraiment très sévère. Quiconque vole seulement quelques denrées alimentaires est fusillé, au point que les Romains, au cœur toujours ému par le sort des criminels, s’en désolent. Cette armée doit se contenter de peu ; mais le pape doit lui-même payer son entretien.

26Il est tenu pour certain que le choix lui est laissé d’aller à Avignon, Venise ou Paris, mais il aurait seulement répondu que ce n’est que par la contrainte qu’on l’éloignera de son palais. Il ne quitte pas celui-ci, en partie pour ne pas enflammer l’enthousiasme du peuple jusqu’à déclencher des violences, en partie pour éviter d’être escorté par les Français, ce qui doit lui être intolérable.

  • 24 Le manuscrit porte, curieusement : « 5 mars ».
  • 25 Erreur typographique pour « Herbin ».

2720 mars24. C’est là que les choses en étaient restées lorsque, il y a quelques jours, on a finalement emmené de force les cardinaux napolitains réfractaires. Ils ont d’abord encore une fois été respectueusement enjoints de se soumettre et de partir de leur plein gré, mais ils ont seulement répondu que l’ordre de leur Souverain était impératif et qu’ils ne quitteraient pas Rome. Le général d’Erban25 a encore trouvé dans la nuit un officier qui les a une nouvelle fois priés, avec beaucoup de considération et d’émotion, en son nom, de céder, et lorsqu’il a obtenu la même réponse, il a ouvert les portes de la salle et, avec les mots « c’est bien à regret », leur a montré le vestibule rempli de soldats. Les vieillards ont été emmenés de force de cette manière. Ils ont exilé le commandant de Rome Braschi je ne sais où, après l’avoir d’abord gardé emprisonné au château Saint-Ange, parce qu’il ne voulait pas prêter un serment qui est un parjure honteux, et pour que son exemple ne devienne pas contagieux. Avant qu’il n’ait quitté Rome, il avait encore eu une audience avec le pape, qui l’avait chaleureusement béni et qui lui avait dit : « Vous êtes un brave, avec vous je partagerais mes dernières bouchées de pain. » Il lui a versé une petite pension, malgré sa propre pauvreté.

28Le bal chez Miollis était étincelant, avec des officiers français, des troupes romaines et tous les étrangers présents. Le seul qui n’était pas là et qui ne s’est jamais montré là-bas à aucun moment, c’était Lucien Bonaparte.

29Écoute maintenant la suite de l’histoire des cardinaux napolitains emmenés de force. À la moitié du chemin vers Naples, ils ont trouvé des ambassadeurs du roi Joseph qui les ont poliment priés de ne pas se donner la peine de continuer leur voyage. On avait pensé trop tard qu’on ne pouvait tout de même pas forcer les vénérables vieillards vêtus de pourpre, objet de l’admiration générale, à prêter serment sous la menace du bâton, et ils ont tous été, sans exception, reconduits calmement à Rome. Il est remarquable de constater à quel point les tyrans connaissent mal les véritables limites de leur autorité. Je crois qu’elle va se trouver très clairement délimitée, négativement, jusqu’à ce qu’un jour elle le soit aussi positivement, par le réveil des peuples au-delà du Rhin.

30L’ambassadeur français, le baron Alquier, est déjà parti sans faire de bruit et personne ne lui envie l’accueil qui l’attend à Paris. Il avait, ainsi qu’on le raconte, admis « que le pape se soumettrait seulement lorsqu’il verrait une armée pénétrer à Rome ». À vrai dire, avant de partir, il avait cherché à se justifier par un bon mot et il avait dit : « Ce vieillard a une gourmandise extrême du martyre ». Naturellement, il ne s’agit d’aucun des plats que l’Almanach des Gourmands recommande. D’autre part, Alquier a vu venir son rappel, et il n’a jamais voulu s’immiscer dans quelque démarche irrespectueuse que ce soit envers le pape, pour la personnalité duquel il témoigne tout haut de la plus grande considération.

31Je t’ai dit comment ils ont forcé les soldats du pape à prêter serment ; pour les maintenir de bonne humeur, les Français ont immédiatement augmenté leur solde et ils se sont montrés suffisamment incohérents pour exiger de l’argent pour cela du pape, lequel a répondu « qu’il n’avait plus de soldats et il ne voulait pas payer des traîtres ». Là dessus, on a voulu lui rendre ses troupes, ce à quoi il a répondu : « Mes forteresses et mes ports, les portes de ma capitale sont occupées, je mets ma confiance en Dieu pour ma propre sécurité et pour ce qui est de ma garde d’honneur, j’ai mes vieux Suisses ». Ces derniers, presque tous issus des cantons catholiques, lui sont totalement dévoués. Et avec ça, les Papagalli ont tous, sans exception, été renvoyés dans leurs villages de naissance, de sorte que ce pauvre territoire a gagné 1 400 paires de bras pour l’agriculture.

32Hier, nous les avons rencontrés dans toutes les rues de Rome se mettant en route, le havresac sur le dos. On peut à peine s’imaginer plus de malveillance et d’inconséquence réunies que l’histoire de ce jour en contient.

  • 26 Ou villa Tuscolana. Située dans la ville de Frascati, à 20 km à l’est de Rome, la villa tient son n (...)

33La famille de Lucien Bonaparte, sur qui couve si continûment l’amère haine du tyran, est très à plaindre. Il déteste particulièrement le fils aîné issu de cette union. Ce jeune garçon brillant et plein d’esprit porte l’uniforme de la garde nobiliaire pontificale, dans laquelle il est déjà colonel. Il protège les enfants de la première épouse : deux filles de 14 et 10 ans et maintenant justement, la plus âgée vient d’être convoquée à Paris, où il veut la faire infante d’Espagne selon ce qui se dit. Mais toute cette famille s’aime tendrement et Madame Lucien Bonaparte est une excellente belle-mère. Cette maison est plongée dans une profonde affliction depuis l’invasion française. Certes, on voit peu de Français dans leurs réunions ; ils sont cependant entourés d’espions, de sorte que le maître des lieux, charmant et disert habituellement, a soudainement pris le parti de ne presque plus parler. Lucien s’était choisi Rome pour lieu de retraite. Il a acheté la villa Ruffinella à Frascati26, avec beaucoup de terres qui y sont attachées, qu’il fait cultiver d’une main experte et qu’il aménage avec simplicité. Il a fait exhumer beaucoup d’antiquités dans ce qui est considéré par beaucoup comme le Tusculanum cicéronien, antiquités qui décorent sa villa avec cet éclat qui ne rayonne qu’autour des villas romaines.

  • 27 Palais situé sur le mont Pincio à Rome. Construit aux alentours de 1544 pour le cardinal Giovanni R (...)

3422 mars. Tout est calme. La tyrannie se repose de ses vaines tentatives contre le ferme caractère d’un vieillard qui ne veut pas plus qu’il ne peut. Nous avons assisté hier à un grand concert que le général a donné en l’honneur du jour de la fête de l’impératrice Joséphine et du roi de Naples. Cette fête était en même temps le jour du couronnement du pape et la fête de saint Joseph, le saint protecteur des Fritaroli (ou frituriers ambulants publics). Nous traversions seulement la ville, curieux de savoir comment la discorde de cette quadruple fête s’équilibrerait ? Vois ça ! Les Romains avaient préféré ne pas illuminer pour leur pape tant-aimé et pour les vénérés saints plutôt que d’être soupçonnés de l’avoir fait pour Joseph et Joséphine. Les frituriers avaient seulement décoré leurs échoppes avec des branches vertes. L’hôtel du général Miollis et la Villa Médicis27 (à présent l’Académie de France) étaient les seuls bâtiments illuminés avec éclat, et ils apparaissaient d’autant plus isolés.

  • 28 Palais Doria-Pamphili, construit en 1435, possède une façade (rajoutée en 1735) donnant sur la via (...)

35Le comte Miollis occupe le magnifique palais Doria sur le Corso et les fêtes sont données dans le bosco dei Quadri (appelé à Rome le bosquet des peintures) de la magnifique galerie Doria28. Quelle impression cela ne m’a-t-il pas fait, quel regard sérieux ces sublimes œuvres d’art jettent au-dessous d’elles sur l’état clinquant et bigarré du présent ? Le spectacle de ces immenses salles magnifiquement illuminées (où les grands paysages de Schwanenfeldi, Ruisdael, Poussin, et d’autres encore sont accrochés) était imposant. Une grande double rangée de chaises était remplie avec les plus belles dames de Rome (spécialement sélectionnées non seulement parmi celles d’un rang élevé, mais aussi parmi les plus belles personnes issues de la bourgeoisie relativement cultivée). Jamais je n’ai vu autant de beautés réunies en un seul et même lieu ! Le costume des dames romaines est toujours particulièrement joli et pour celles de la classe supérieure, il est d’une imposante splendeur. Les plus jolies parmi ces dernières étincelaient de joyaux, sans que toutefois l’éclat de leur beauté en soit pour autant amoindri.

36Il n’y a rien de plus beau sur la Terre qu’une telle splendide brune romaine, surtout dans la lumière des lampes. Le front d’un blanc éclatant et dégagé, autour duquel s’enroule la chevelure noire et brillante et sous lequel les étoiles des yeux étincellent depuis la magnifique voûte formée par les cils ombragés, surmontés d’arcs délicatement incurvés. Toute cette forme superbe de la tête, la courbure grandiose du menton et avant tout la manière dont la tête de la Romaine (depuis la princesse jusqu’à la femme du peuple du Trastevere, c’est une seule et même manière de faire fière et audacieuse) repose sur sa nuque, et dont celle-ci repose à son tour et se meut sur ses épaules…

37C’est seulement à Rome que cette beauté classique (que Raphaël a saisie ici, d’après nature, pour toutes ses figures féminines) du cou, des épaules, de la poitrine est si généralement répandue qu’à Rome. Chez Raphaël, bras et mains sont aussi de type romain. Pour faire court, aussi longtemps que les femmes romaines sont assises ou agenouillées, ce sont des déesses ou des saintes ! ! ! Mais dès lors qu’elles se lèvent et déambulent, le charme est rompu. Car dès que les premières années de la jeunesse sont passées, la santé et le confort font que la plénitude de la beauté devient lourdeur ; si en plus elles dansent, alors le désenvoûtement est complet.

38Un peu de tempérance dans la manière de vivre et un travail domestique modéré (car une Romaine ne s’astreint jamais à un travail dur, pas même parmi la populace) permettent aux femmes romaines des classes moyennes les plus modestes et des classes populaires de conserver plus longtemps la beauté de leur silhouette : celles-ci déambulent et se meuvent avec splendeur, et lors de cette danse folklorique audacieuse et sauvage, le saltarello romain, ce sont des bacchantes déchaînées volées à un bas-relief des Anciens. La société de la galerie Doria était terne et tranquille, le concert médiocre, parce que les meilleures chanteuses de Rome sont désormais des amatrices, qui ne désiraient pas chanter ici. Qu’il soit également mis au crédit des Romaines le fait qu’étaient seulement présentes celles qui, par égard pour leurs connaissances et pour leur mari, pouvaient difficilement manquer.

3923. Vive le peuple romain ! Écoute par quelle finesse le dilemme s’est résolu. La fête du couronnement du pape a pour coutume de durer deux jours, de sorte qu’avant-hier, on n’a illuminé ni pour lui ni pour saint Joseph, afin que ceux qui ne sont pas du tout des saints ne le prennent pas pour eux. Hier soir seulement, Rome était illuminée comme d’habitude aux jours du couronnement du pape et toutes les gargotes rayonnaient pour le pape et saint Joseph ! ! Mais de l’autre côté, l’esprit de vengeance commence aussi à se défouler.

40Hier, tous les cardinaux qui n’étaient pas issus de vieilles familles romaines ont été reconduits avec une escorte, chacun dans son pays. Le très vieux cardinal-secrétaire d’État Doria, malgré son âge et sa faiblesse a également été expulsé, sous le pitoyable prétexte que les Doria – installés depuis cent ans à Rome et dont la famille était éteinte à Gênes – étaient originaires de là-bas, alors même que les statues de leurs grands et nobles ancêtres Johann et Andreas Doria y gisent dans la poussière. Le gouverneur-général avait promis au cardinal-secrétaire d’État Doria qu’il serait laissé tranquille. Lorsque le vieillard lui a fait des reproches à propos de sa promesse non tenue, il s’est excusé en évoquant des ordres impératifs. Le cardinal a répondu : « Signor generale, sapete se sono attaccatissimo al mio sovrano ? Ma se mi avesse ordinato di rubbare, io non l’avrei mai fatto ! ». [« Monsieur le général, vous savez si je suis attaché très fortement à mon souverain ? Mais s’il m’avait ordonné de voler, moi je ne l’aurais jamais fait ! »]

41Cependant, il a tout de même été reconduit. Le pape leur a écrit une noble lettre au moment de leur départ, dont je vais chercher à te procurer une copie.

423 avril. Je poursuis, au jour le jour, l’histoire honteuse de la tyrannie française. Avant-hier, le dernier vestige d’un gouvernement pontifical séculaire a été aboli à son tour. On a proposé à tous les fonctionnaires du pape de leur laisser leur poste s’ils prêtaient serment au gouvernement français. Aucun, ni civil, ni fonctionnaire ecclésiastique, n’a voulu jurer ni rester en place sous les Français, et on a dû, dans un premier temps, les laisser en fonction faute de pouvoir les y remplacer. La rumeur va bon train qu’on veut déposer le pape et le cantonner aux fonctions de simple gardien de la basilique Saint-Pierre et du Vatican. Il est en tout cas certain qu’il a donné l’ordre de fermer, jour et nuit, les portails, les portes extérieures, même les portes intérieures du Quirinal, de manière à les obliger à s’introduire dans le palais comme des brigands pour le prendre.

  • 29 Le duc de Braschi.

436 avril. Ce matin, ils se sont donc vraiment glissés à l’intérieur comme des voleurs. Un officier d’état-major français sollicite une audience de Sa Sainteté à propos de questions de toute première importance. Le Suisse de garde ouvre la petite poterne de la grande porte ; une ribambelle de soldats entre derrière lui et le pauvre vieux est désarmé sous le nombre. Les rares membres de la garde nobiliaire qui entouraient encore le pape sont désarmés et incités à prêter le serment : comme aucun ne veut jurer, ils sont tous conduits à Saint-Ange. Aux vieux Suisses aussi, les armes sont retirées et on demande de prêter serment de la même manière – ceux-ci criaient furieusement : « Neun ! Neun ! Neun ! Neun ! » (Non ! Non ! !). Les Français riaient et criaient : « Oui ! oui ! oui ! oui ! » et c’est ainsi qu’on s’est séparé. On dit des officiers suisses que l’un d’eux s’est couvert de honte et a juré. Je ne veux pas mentionner son nom29, car il peut encore avoir des parents en vie en Suisse. Les autres sont emprisonnés dans le château.

44Désormais, le noble martyr est donc tout seul avec les vieillards désarmés ! éloigné de toute société en raison de sa haute et lourde dignité, séparé en raison de sa vertu de tous ses parents, qu’il a volontairement laissés dans sa ville de naissance Cesena, satisfaits de tout petits bénéfices, pour se garder de tout népotisme. Oh ! On voudrait être quelque chose pour lui, pour le soigner et pouvoir le consoler – si jamais il avait besoin de réconfort, car une conscience si pure doit s’élever loin au-dessus de ses persécuteurs et toutes leurs misérables brimades.

  • 30 C’est le nom de famille de Pie VII, qui comme son prédécesseur était originaire de Cesena, proche d (...)

45Lorsque les cardinaux napolitains sont revenus, sans y être forcés, les retrouvailles de ces vieillards ont dû être un spectacle profondément émouvant, tous pleuraient et se promettaient fidélité jusqu’à la mort. Oh ! si ce vieux Chiaramonte30, avec une âme de héros, avait été assis sur un des plus puissants trônes temporels, comme il en irait peut-être autrement en Europe, aujourd’hui ?

4611 avril. Aujourd’hui, c’est le dimanche des Rameaux. Je viens du Quirinal, où j’ai assisté à la grand-messe. Quand j’ai aperçu le vieillard ravagé par le chagrin, j’ai éclaté en sanglots. Mais en même temps, je me suis réjouie de le voir regarder autour de lui de manière plus vivace et de le voir se tenir plus droit qu’à son habitude. Son œil noir regardait d’une manière qui inspire le respect. Lui, ils ne l’ont jamais fait plier !! Ayant été trompé une fois, il ne tombera plus jamais dans le filet de la perfidie.

  • 31 Chapelle Renaissance du Vatican, construite en 1537 sous Paul III, la chapelle Pauline est voisine (...)

47Personne ne sait encore précisément comment cela se passera avec les autres offices de la Settimana-Santa (la Semaine sainte). Le pape a fait connaître que les cérémonies seraient exécutées à Saint-Pierre et au Vatican, c’est-à-dire le lavement les pieds dans la sala regia, l’adoration de la tombe dans la capella Paolina, les lamentations de Jérémie dans la capella dei Canonici, l’illumination de la Croix et l’Adoration à Saint-Pierre, et le Miserere dans la capella Sixtina31.

48Jusque-là, le cher pape a fait tout ce que j’espérais secrètement. Puisse-t-il maintenant encore satisfaire le plus ardent de mes désirs, et donner la grande bénédiction du Jeudi-Saint depuis le balcon du Quirinal pour montrer qu’aucune autorité terrestre ne peut lui voler le plus saint de ses privilèges : appeler la bénédiction du Ciel sur la Terre, sur l’ami et sur l’ennemi ! On dit communément et on le donne pour très certain qu’on a, du côté français, laissé répandre dans différents journaux européens que le pauvre pape aurait perdu l’esprit, c’est pourquoi les cardinaux étrangers auraient demandé qu’une escorte sûre leur fût donnée afin que chacun rentrât dans sa patrie, car ils n’auraient pu supporter plus longtemps de rester auprès du vieil insensé. D’autre part, [on laisse entendre que] les fonctionnaires français entretiendraient ici les meilleurs rapports avec ceux du pape et ainsi de suite.

49Le 14, soir du Vendredi-Saint. J’ai assisté à toutes les festivités et me suis, peut-être pour la dernière fois, délectée des voix célestes du Miserere. En vérité mon frère, c’est un quart d’heure dans l’autre monde et on a du mal à revenir dans le nôtre après cela !

  • 32 Niccolo Jomelli (1714-1774), compositeur italien, fut directeur du conservatoire de Venise, puis de (...)

50Toute cette musique sacrée est aussi, pour ainsi dire, une tradition venue du Ciel, car je n’ai jamais pu bien comprendre quand elle est née et d’où elle vient ? Comme elle n’a jamais été imprimée et qu’elle n’est exécutée que par des voix humaines sans aucun accompagnement instrumental et qu’aucune copie de ce Miserere n’est donnée (c’est-à-dire de la composition du 51e psaume de David, qui est exclusivement chanté dans la capella Sixtina), celui-ci garde ainsi toujours quelque chose d’exclusif et de mystérieux. Il appartient au Jugement dernier de Michel-Ange, qui offre, dans le fond de la chapelle, l’interprétation des tons en suspens. Avant qu’on ne s’élève vers le Miserere (sur le plus beau de tous les escaliers de la Terre !), on entend dans la capella dei Canonici les lamentations de Jérémie, et particulièrement les magnifiques fugues de Jomelli32.

  • 33 Traduction littérale ou bien citation faite de mémoire par Friederike Brun ? Toujours est-il que la (...)

51Nous venions de tout relire à la maison. On ne peut exprimer ce que j’ai ressenti, quand ces mots ont retenti : « Quoi donc ! Comme elle est déserte/Cette ville si peuplée !/Elle est devenue comme veuve ! / Celle qui était princesse parmi les païens/Et reine parmi les pays/Elle doit désormais se faire servante33 ! »

  • 3 Il y est véritablement mort une année plus tard.

52Et maintenant les oppresseurs arrogants dans leurs vêtements brillants d’or – et au-dessus dans une des quatre loges, le vieil et honnête sénateur de Rome, Rezzonico, tombé à genoux, fondant en larmes, est apparu comme le représentant de la ville opprimée. Il voulait encore emmener de Rome ces sentiments sacrés, ensuite il quitterait la ville pour toujours, afin de mourir en paix sur ses domaines de Bassano3.

  • 34 Giambattista Caprara (1733-1810). Cardinal issu d’une illustre famille. Légat en France, avant d’êt (...)

53Le cardinal Matthei, grisonnant, courbé en avant, accomplissait, à côté du cardinal Caprara34 les fonctions du pape : le lavement des pieds des pèlerins, la distribution de nourriture, etc., pendant que Pie VII, seul dans sa chapelle privée du Quirinal, disait la messe et priait – car tous les cardinaux encore présents à Rome, au nombre de 9, étaient alors à Saint-Pierre.

54Seule la grande bénédiction n’était pas donnée, c’est-à-dire que le pape ne l’a pas faite afin d’éviter qu’une trop grande foule ne se réunisse et de prévenir ainsi toute agitation qui aurait pu se déclencher.

55Lors de toutes ces festivités, le gouverneur-général comte Miollis était présent. D’habitude, il est toujours très couvert de décorations militaires et de blessures, car je n’ai jamais vu une personne mise dans un tel état par la guerre ; à côté de cela, il a un visage si honnête et bon, et quelque chose de si franc et bien disposé dans sa personnalité, qu’on ne peut pas le regarder sans regretter qu’il serve ce maître-là et qu’il ait répandu son sang pour une cause si mauvaise. Mais aujourd’hui, il est apparu partout dans des vêtements civils avec une expression d’humilité, de déférence et de tristesse que tous ont remarquée. Les officiers, qui se pressaient partout dans leurs costumes brillants, manquaient d’autant plus de modestie. Le tout-venant des soldats en revanche était particulièrement humble.

  • 35 Dans le manuscrit figurait à l’origine cette formule, que Friederike a supprimée : « Rome est dans (...)

56Miollis est vraiment à plaindre35. On dit qu’il a accepté le poste uniquement parce qu’il aime vraiment beaucoup l’Italie et Rome en particulier, et qu’il voulait empêcher que les choses prennent une tournure plus grave. Aussi aimable et pondéré qu’il puisse être, si aucune personne honorable ne se laissait employer à ces machinations, la mesure serait bientôt pleine et la dernière goutte, qui manque encore partout, l’aurait bientôt fait déborder ! À présent, le mal advient quand même, mais d’une manière à peu près supportable, et les peuples le supportent effectivement aussi longtemps qu’il leur est possible.

  • 36 Si Friederike pense à ce pape qui régna entre 1073 et 1085, c’est parce que lors de la querelle des (...)

57Je ne vais jamais à Saint-Pierre, sans que me vienne en esprit Grégoire VII36, armé de l’anathème et de l’interdit, au-dessus du trône de la tribune, porté par les quatre Pères de l’Église.

58Le 16. Le sénateur [Lucien] Bonaparte était allé avant la fête, avec sa famille, dans sa villa à Frascati. Avant-hier soir, il est revenu tard en ville et tôt hier, sa nombreuse famille au grand complet, avec tous les serviteurs de leur palais dans la strada Croce, avait disparu. Personne ne sait où ! Certains disent qu’il a quitté Rome parce qu’il l’aime trop pour vouloir être témoin des scènes qui nous attendent encore. D’autres disent qu’il est allé à Paris pour recevoir la couronne d’Espagne. Seule la première solution est la bonne. À quel point il avait peu envie de n’importe laquelle de ces couronnes usurpées, l’anecdote suivante, que je sais de source très sûre, devrait le prouver.

  • 37 Allusion à la rencontre de Mantoue entre Napoléon et Lucien (décembre 1807), dans laquelle il aurai (...)

59Il y a quelque temps déjà, son frère lui en avait proposé tantôt une, tantôt une autre de ces couronnes, qu’il a ensuite laissées en désuétude, par absence de prétendant. Lucien répond enfin pour une fois à un de ses encouragements d’entrer tout de même dans les rangs de la dynastie bonapartiste. « Oui ! il voulait bien se résigner et être roi. Mais il voulait aussi pouvoir choisir. » Napoléon extrêmement réjoui lui a répondu : « Choisissez mon frère, pourvu que vous soyez un des nôtres, tout est à vous ! ». Et là, [Lucien] a exigé pour lui le trône d’Angleterre. Le sens de cette demande était très profond et on croit généralement que le potentat en a ressenti très cruellement l’ironie37.

6020 avril. Ce vieil homme donne beaucoup de travail à la tyrannie ! Pendant qu’il campe sur ses positions, persistant dans la même ferme simplicité, celle-ci tourne autour de lui comme un serpent et elle oublie une chose après avoir fait attention à l’autre.

  • 38 Dans le manuscrit, Friederike précisait qu’il s’agissait du « secrétaire d’ambassade Le Fêbre [, qu (...)

61Le chargé d’affaires français38, s’est rendu il y a quelques jours chez le pape, avec une lettre de Napoléon, qui était supposée contenir des conditions plus avantageuses.

« Quand cette lettre est-elle arrivée dans vos mains ? »
« Il y a cinq jours ».
Le pape : « Et pendant ce temps-là on a encore emprisonné ma garde nobiliaire ? »
Le Ch. d’affaires : « C’est arrivé sur ordre du général Miollis qui a des instructions particulières ».
Le pape : « Auquel d’entre vous dois-je donc faire confiance, si chacun agit selon des instructions différentes ? »

62Et après cela, le mandataire a dû se retirer, pour cette fois au moins, sans que Sa Sainteté ait seulement daigné regarder la lettre de son enfant rebelle.

63Le jour suivant, Le Fèbre est revenu et l’a prié de lire au moins les propositions en vue d’un accord.

64En quoi elles consistaient, on n’en sait rien. Mais la réponse du pape a été la suivante : « Ces conditions me seraient apparues très agréables auparavant. Mais rien que parce que je suis considéré aujourd’hui comme un prisonnier, je ne peux rien ratifier. Qu’on rappelle mes cardinaux déportés, qu’on rende la liberté à ma garde nobiliaire, qu’on libère ma capitale des troupes ennemies, alors seulement je pourrai et voudrai répondre ». Cette réponse aussi audacieuse que justifiée a eu pour conséquence que le gouverneur de Rome a été déplacé et le chargé d’affaires rappelé.

  • 39 Il avait quitté Rome le 17 avril 1808. Mais Napoléon lui intima de s’éloigner de Florence, de sorte (...)

65On dit, et cela apparaît vraiment crédible vu ce qui précède, que le pape désire et souhaite que prenne fin cette longue souffrance et qu’il préfère terminer sa vie dans un monastère, plutôt que d’assister plus longtemps à ce déchirement, ce manque de discipline et d’ordre. L’exemple de Naples suffit à montrer à quel point la force colossale qui pèse sur l’Europe est déjà parvenue à l’épuisement. Car là-bas, on n’est absolument pas maître des provinces du royaume, et tout le pouvoir est concentré aux alentours de la capitale. Napoléon doit être parti vers l’Espagne, qui sera le tombeau de l’armée française. Le sénateur Lucien se fait oublier à Florence39.

66Nous habitons ici depuis que Bonstetten nous a quittées, plus retirées qu’auparavant, mais nous fréquentons toujours davantage les autochtones, parce que cela m’a toujours paru une impardonnable arrogance et une étroitesse d’esprit de ne pas faire plus ample connaissance avec la nation au milieu de laquelle on vit. C’est plus particulièrement la classe moyenne la plus cultivée (celle à laquelle appartiennent en fait à Rome les bonnes et nobles familles, qui ne sont pas devenues riches et puissantes grâce au népotisme) qui m’attire le plus, ici comme partout.

67Une partie du haut clergé, parmi lequel se trouvent les personnes très intéressantes, est dispersée, et une autre partie s’est entièrement retirée, loin de ce temps de persécution. Dans ces bonnes familles bourgeoises pourtant, je trouve une union des âmes si naturellement aimante, une forme de bienveillance et une vie intérieure du cœur, qui sont pour moi vraiment attirantes. Ici les filles, toujours dans les jupes de leur mère, grandissent dans une complète innocence et ce qu’on trouve à Rome comme talent féminin cultivé vient de ces classes-là. Parmi les bonnes mères se distingue particulièrement la marquise Macherani ! Une belle femme pleine d’esprit, qui s’est arrachée encore jeune à l’habituel bel esprit et à la vie, si mortelle pour l’âme, du beau monde d’ici, pour instruire sa fille, dont elle est l’unique professeur.

  • 40 Dans le manuscrit : « Lucien vit tout seul à Florence. Maintenant court une rumeur que Napoléon ava (...)

68J’ai trouvé une bonne occasion de t’envoyer cette lettre et je l’achève donc. Ici tout est encore incertain parce qu’on a trouvé des choses plus nécessaires à faire40. En effet, le corps d’armée principal des troupes locales est allé en Espagne à marche forcée et seuls le gouverneur-général avec un régiment de cavalerie et les troupes de garnison indispensables à l’occupation du château Saint-Ange et de la ville sont restés. Le pape se considère donc encore avec raison comme un prisonnier et il renonce à tout pouvoir terrestre et à tout arbitraire. Il a seulement de nouveau pourvu les postes et les charges des cardinaux reconduits, ce à quoi on voit qu’il ne consent en aucune façon à renoncer à sa suprématie spirituelle.

  • 41 Les Marches pontificales seront en effet détachées des États de l’Église et intégrés au royaume d’I (...)

69Le 14 mai. Je dois ajouter quelques mots encore : la marche d’Ancône, les villes de Macerata, Spolète et Camerino ont été occupées et elles doivent à l’avenir être considérées comme appartenant au royaume d’Italie41.

70Pourtant, ces provinces sont les nourrices et les greniers à céréales de Rome et très manifestement Napoléon cherche à mettre le pape face à des pénuries, et à le faire languir aussi longtemps qu’il n’en aura pas fini avec l’Espagne.

  • 42 Allusion aux événements d’Espagne du printemps 1808, et notamment au « guet-apens de Bayonne », au (...)

71Là-bas, on dit le principe della pace vendu aux Français et on s’attend à ce qu’il leur livre prochainement le roi. Le parti du prince des Asturies42 doit avoir voulu s’enfuir avec lui vers l’Amérique du Sud, comme le prince du Portugal. Cela aurait été un acte important et de conséquences imprévisibles ! Mais je crains maintenant que ce beau pays et ce noble peuple ne tombent sous le joug du mal, à qui le royaume est concédé quelque temps, uniquement afin que les peuples apprennent à utiliser l’unité des volontés comme force pour faire le bien, alors qu’ils ne savent la concentrer que pour la consolidation du mal.

72Puisse cette lettre ne pas te faire passer à côté de quelques faits intéressants à travers trop de difficultés de lecture.

73J’ai essayé de l’amender et de la corriger, autant que possible. Reconnais-moi donc cette bonne volonté.

Notes

1 Dr Friedrich Münter, évêque de Seeland (1761-1830). Frère de Friederike Brun, évêque depuis 1808, il est connu comme théologien et comme antiquitaire. Ayant lui-même longuement séjourné à Rome après 1780, il a grandement facilité l’accès de Friederike aux cercles savants de la ville, notamment ceux de l’archéologie romaine et proche-orientale.

2 Plus haute et plus septentrionale des collines de Rome. Un des principaux lieux de résidence des riches Romains. Construit entre 1583 et 1585 sous l’impulsion de Grégoire XIII, le palais du Quirinal domine Rome et sert (jusqu’à Pie VII) de résidence principale au pontife.

3 Sextus Alexandre François, comte de Miollis (1759-1828) était issu de la noblesse aixoise. Pendant la guerre d’indépendance américaine, Miollis combattit et fut gravement blessé (il en garda une balafre très disgracieuse). Rallié à la Révolution française, il est rapidement promu général et est envoyé en 1796 en Italie. Il est nommé gouverneur de Mantoue en 1797, puis général de division après l’expédition de Toscane, mais il est compromis en 1800 dans la capitulation de Gênes après l’effondrement de la domination révolutionnaire sur la péninsule italienne. Pour avoir voté contre le Consulat à vie en 1802 (un point à son actif que Brun rappellera un peu plus loin), cet esprit indépendant est même mis un temps en disponibilité. Mais il est rappelé quelques années plus tard : en 1805, il est de nouveau nommé gouverneur de Mantoue et en février 1808, c’est lui qui prend possession de Rome qu’il n’évacuera que le 10 mars 1814. Il a le rang de « gouverneur général des États romains ». Tous les témoignages concordent pour donner de lui l’image d’un homme d’honneur, qui s’acquitta strictement de sa mission, sans zèle excessif mais sans tergiversations, et aussi d’un personnage charmeur, conquis par Rome, et qui sut se faire apprécier des Romains des deux sexes par ses qualités d’hôte, de collectionneur, et de patron des beaux-arts (voir Henri Auréas, Un général de Napoléon, Miollis, Strasbourg, Publications de l’Université de Strasbourg, 1961).

4 Créés au milieu du xvie siècle par le cardinal Alexandre Farnèse, cette succession de jardins en terrasse s’étage sur les flancs du Palatin.

5 Le frère cadet de Napoléon, futur prince de Canino (1775-1840). D’abord orienté vers les ordres, il fait montre d’un goût prononcé pour l’éloquence et d’une solide confiance en lui-même. Malgré une certaine méfiance envers Napoléon, il a un rôle décisif au moment du coup d’État du 18 Brumaire face à l’assemblée des Cinq-Cents. Avec le Consulat, Lucien Bonaparte est d’abord ministre de l’Intérieur, fonction qu’il quittera en 1800 pour entrer au Tribunat. Veuf, il se remarie en 1803 avec Alexandrine Jacob de Bleschamp, veuve de l’agent de change Jouberthon, qui était sa maîtresse depuis plusieurs mois. Cette décision provoque un terrible affrontement avec Napoléon, dont le projet de marier Lucien à la reine d’Étrurie est contrecarré. Le Premier Consul considère aussi que son frère donne un mauvais exemple d’indépendance à la famille. Lucien refuse tout divorce pourtant, lors d’une dramatique entrevue avec Napoléon à Saint-Cloud. Il part pour Rome en avril 1804, la disgrâce se doublant d’un exil volontaire. En vertu du rôle de premier plan qu’il a tenu dans les négociations du Concordat, Lucien est bien accueilli par Pie VII. Après avoir baptisé personnellement la dernière-née de ses enfants, Giovanna, en juillet 1806, le pape lui offre en février 1808 la châtellenie pontificale de Canino, ce qui était une véritable provocation envers Napoléon. Lucien se montre de son côté très hostile à l’entrée des troupes françaises dans Rome et oppose un refus inflexible aux offres de Joseph et de l’empereur (qu’il rencontre à Mantoue en décembre 1807), notamment au moment où Joseph passe de la couronne de Naples à celle d’Espagne entre avril et juillet 1808. Il préfère abandonner à Murat le trône napolitain plutôt que d’être contraint à divorcer. Sa mise en quarantaine familiale et son interdiction de séjourner à Rome, deux mesures prises par Napoléon, ainsi que ses difficultés financières croissantes, lui font songer à un départ pour l’Amérique, et il demandera vainement l’autorisation de l’empereur pour ce faire. Les Lettres de Rome se terminent avec sa fuite sur un navire anglais vers Malte, le 10 août 1810. Il s’installera finalement en Angleterre pour quelque temps et rentrera à Rome en 1814.

6 Joseph Fesch (1763-1839) est l’oncle de Napoléon. Il n’entre dans les ordres qu’après le Concordat. En 1803, il est nommé cardinal. C’est lui qui est chargé de négocier avec le pape Pie VII, notamment pour organiser la venue de ce dernier à Paris pour sacrer Napoléon empereur, lors d’une mission diplomatique (voir André Latreille, Napoléon et le Saint-Siège. L’ambassade du cardinal Fesch à Rome, Paris, Alcan, 1935). Il participera aux pressions familiales pour acculer Lucien au divorce. Celui-ci lui écrivit sèchement, en septembre 1807, les mots suivants : « Ayez au moins assez de bon sens pour […] m’épargner la honte inutile de vos lâches conseils […]. Cachez au moins sous votre pourpre la bassesse de vos sentiments, et faites votre chemin en silence dans la grande route de l’ambition » (cité par Frédéric Masson, Napoléon et sa famille, Paris, Plon, 1910, t. 4, p. 35). Lors du conflit qui oppose plus tard Napoléon et le pape, Fesch prendra très timidement ses distances vis-à-vis de l’empereur. Il trouvera asile à Rome, comme Laetizia Bonaparte du reste, après 1814.

7 Karl Viktor de Bonstetten (1745-1832) appartenait par sa naissance à la classe dirigeante de Berne. Il préféra la carrière des lettres à celle du gouvernement (il fut cependant bailli à Nyon, dans le pays de Vaud, de 1787 à 1793), et il se rapprocha du groupe de Coppet. Depuis 1791, après la première visite de Friederike Brun en Suisse, il s’est étroitement lié avec elle et l’a accompagnée de nouveau en 1795 et 1802-1803 en Italie. Il était très lié à l’historien Johannes von Müller et au poète Friedrich von Matthisson. Parmi ses œuvres les plus célèbres, citons le Voyage sur la scène des six derniers livres de l’Énéide, Genève, 1805 (Voyage dans le Latium, rééd. présentée par Michel Dentan, Lausanne, Bibliothèque Romane, 1971), et L’Homme du Midi et l’homme du Nord, Genève et Paris, 1824 (rééd. établie et présentée par Peter et Doris Walser-Wilhelm, 2 vol., Genève, Slatkine, 2012). Voir notamment Louis-G. Boursiac, Un essayiste et philosophe familier de Coppet : Ch.-V. de Bonstetten et son œuvre française, Paris, 1940.

8 D’après le manuscrit il s’agit de Jozef, prince Poniatowski (1763-1813). Officier dans l’armée autrichienne à l’origine, il avait établi l’armée polonaise sous le roi Stanislas-Auguste et en avait pris le commandement en 1791-1792. En 1806, il a repris la nouvelle armée lors de l’invasion des Français et a conduit en 1809 la campagne contre l’Autriche en Galicie. En 1812, il prendra le commandement du 5c corps de l’armée contre la Russie. Il a couvert la retraite de Napoléon à la bataille de Leipzig d’octobre 1813, où il a trouvé la mort.

9 Giuseppe Gioeni d’Angio (1743-1822) était connu comme un naturaliste et un vulcanologue. Membre de plusieurs sociétés savantes, il fut célèbre en son temps par sa lithologie du Vésuve et par le musée d’histoire naturelle qu’il avait fondé dans sa ville natale, Catane, au pied de l’Etna (d’où l’allusion de Friederike Brun à la phrase suivante).

10 Allusion au fait que les Bourbons de Naples, sous la protection des Anglais et de leur marine, restent maîtres de la Sicile. Après la rapide campagne de 1806 qui les avait chassés de la partie péninsulaire de leurs États, une guérilla avait repris dans les Calabres en 1807, appuyée par des subsides et des hommes débarqués de Sicile (le manuscrit des Briefe aus Rom parle de « 60 000 hommes »), et les forces françaises avaient même dû évacuer une partie de la région après une défaite des troupes du général Reynier devant un corps expéditionnaire anglais qui avait été brièvement débarqué. Sur tout ceci, voir Milton Finley, The Most Monstrous of Wars. The Napoleonic Guerrilla in Southern Italy, 1806-1810, Columbia, University of South Carolina Press, 1995, et l’article « Patriots or Brigands ? The Calabrian Partisans, 1806-1812 », Consortium on Revolutionary Europe, 20, 1991, p. 161-170.

11 Deux monstres marins de la mythologie grecque (un tourbillon et un récif) affrontés par Ulysse, qui sont censés se trouver dans le détroit de Messine. Cette légende est à l’origine de l’expression « tomber de Charybde en Scylla » signifiant « aller de mal en pis ». Ici, l’expression désigne le parcours compliqué du pain avant d’arriver dans les mains des soldats.

12 Isenburg est le nom d’un régiment crée en 1805 à Mayence (Allemagne) et rassemblant différents prisonniers de guerre allemands, autrichiens et russes. Bayreuth semble être un régiment formé à partir de différents prisonniers de guerre, comme le régiment d’Isenburg. Albano, sur les rives du lac Albano, est une villégiature très prisée sur les premières hauteurs aux portes de Rome.

13 Allusion très probable à John Rocca, qui était revenu gravement blessé et handicapé de la guerre d’Espagne, et qui fut le dernier compagnon de la vie de Germaine de Staël. Fils d’une famille de patriciens de Genève, avec des origines piémontaises, Rocca avait servi dans les hussards et obtenu le grade de lieutenant, avant de perdre l’usage d’une jambe en Andalousie. Staël le rencontra à Genève en 1811 et l’épousa en secret en octobre 1816, après avoir eu un fils de lui, né en 1812. Rocca mourut peu de temps après elle, en 1818, à l’âge de trente ans. Voir l’ouvrage de la comtesse Pauline de Pange, Le dernier amour de Madame de Staël, d’après des documents inédits, Genève, La Palatine, 1944.

14 Charles-Jean-Marie Alquier (1752-1826), diplomate français, l’un des plus importants du Premier Empire. Il exerça d’abord en Espagne (1799-1800), en 1801 à Naples et en 1806 à Rome, où il remplaça le cardinal Fesch. Il fut rappelé par Napoléon en 1808, car jugé trop conciliant envers le Saint-Siège. On lui reprocha aussi d’avoir voulu s’enrichir personnellement. En 1809, il retrouva une ambassade, d’abord à Stockholm, puis à Copenhague. Dans le manuscrit, Friederike Brun a écrit après les mots « ambassadeur à Rome » : « un instrument aveugle ».

15 Littéralement, « au-delà du Tibre ». Seul quartier du centre historique de Rome situé sur la rive droite du Tibre, (par la porte Santo Spirito, il communique avec le Borgo, la ville pontificale, tandis que par la Portese et la San Pancrazio, il est directement lié à la campagna). Il est considéré à l’époque comme une sorte de conservatoire de la romanité, avec une population de miséreux jalouse de son indépendance, aux réactions imprévisibles, alors qu’en fait c’est le quartier des migrants, des petites gens, artisans, domestiques, population flottante encore imprégnée de culture rurale et magique. En réalité, cette image doit beaucoup à la révolte du 25 février 1798 contre les Français, qui répondit surtout aux provocations des soldats contre les femmes, et au fait que les juifs du ghetto de Rome, émancipés par la nouvelle République, arboraient la cocarde tricolore. Sur les instances du clergé local, très remonté contre l’irréligion professée par les Français, les violences s’étaient déclenchées et avaient été écrasées. Plusieurs dizaines d’exécutions avaient suivi. Le quartier (12e rione de Rome) compte quelques vestiges de la chrétienté primitive, mais se présente plutôt comme un dédale de ruelles et de placettes (avec madones et ex-votos aux maisons d’angle) coupé de villas et jardins appartenant à des familles nobles ou des ordres religieux.

16 Vaste plaine située au nord du Capitole et à l’est du Quirinal, sur la rive gauche du Tibre, il constitue le 4e rione Romain. À l’origine dévolu aux exercices militaires, sa situation et son étendue en ont fait le lieu de loin le mieux adapté aux vastes programmes de bâtiments publics, dès le iie siècle avant J.-C. Le Panthéon ou encore les thermes d’Agrippa se trouvent sur le Champ de Mars. Brun habite donc ce qui était le cœur de la ville antique, qui va depuis la place du Peuple jusqu’à la place Colonna, incluant la place d’Espagne : plutôt dégradé, peu sûr, mal éclairé, ce quartier accueillait pourtant la plus grande partie des étrangers.

17 Marforio est un personnage de théâtre de rue et de satire qui joue un rôle fondamental dans le folklore romain. Il s’agit ici d’un jeu de mots à partir du terme dialectal papagoi, c’est-à-dire « perroquet » et de galli, les « Français ».

18 Obélisque égyptien haut de 25 mètres, transporté à Rome par Caligula en 37, sur la partie sud de l’actuelle basilique Saint-Pierre. Transféré au centre de la place Saint-Pierre après la construction de cette basilique, en 1586. Au siècle suivant, le Bernin lui a donné l’allure monumentale qu’on lui connaît encore.

19 Construit en 135, sur la rive droite du Tibre, par l’empereur Hadrien pour lui servir de mausolée. Par la suite, il devint un bastion assurant la défense du quartier du Borgo, et enfin une prison pontificale.

20 C’est-à-dire le maître d’œuvre de la répression et de la reprise en main à Naples en 1799. Après la chute de la République, une fraction importante de la noblesse, supposée avoir collaboré aux entreprises anti-bourboniennes, avait été décimée.

21 Ce sont des mascarades publiques interprétées par des tréteaux ou des petits théâtres de rue.

22 Caroline von Humboldt (1766-1829). Après avoir passé sa jeunesse en Thuringe, elle se maria en 1792 avec Wilhelm von Humboldt. Son époux est alors à Rome en tant que conseiller de légation prussien, c’est-à-dire qu’il a rang d’ambassadeur auprès du Saint-Siège d’une puissance protestante. Il s’est consacré à l’étude de la philologie classique avant d’entrer dans la diplomatie. Le ménage a joué un rôle important dans le cercle romantique d’Iéna et de Berlin. Ils ont aussi séjourné en 1799 en Espagne, et sont installés à Rome depuis 1802. Frère du grand savant et explorateur Alexandre de Humboldt, Wilhelm était lui-même l’un des penseurs les plus éminents de son temps, notamment pour la philosophie de l’histoire. En Italie, il trouva le temps d’étudier la linguistique et l’anthropologie comparées et de multiplier les courts voyages accompagné de ses enfants à travers les sites antiques du Latium et de l’Étrurie. L’habitation des Humboldt dans la Villa Malta était devenue le cœur de la communauté allemande de Rome. Caroline a cependant perdu son fils aîné, et a dû retourner en Allemagne en raison de la santé du deuxième en 1803-1805. Elle est rentrée à Rome en 1807, où ce fils est finalement décédé lui aussi (cf. la note de Brian Keith-Smith in Briefe aus Rom, op. cit., p. 74). Wilhelm ira prendre de nouvelles fonctions gouvernementales en Prusse fin 1808, puis en 1810 il sera nommé ambassadeur à Vienne, où Caroline le rejoindra. Celle-ci quitte donc Rome quelques mois seulement après Friederike : c’est le début d’une correspondance entre les deux femmes, qui a été publiée par Ilse Foerst-Crato (éd.), Frauen der Goethezeit. Ein Briefwechsel Caroline von Humboldt-Friederike Brun, Düsseldorf, Eigenverlag, 1975.

23 Cette ville lombarde, dans la plaine du Pô, a un rôle stratégique important pour l’accès à l’Italie centrale. En 1796, lors de la campagne d’Italie, le siège de la ville (tenue par les Autrichiens) a duré près de huit mois, avant qu’elle ne soit prise par les troupes de Bonaparte en janvier 1797.

24 Le manuscrit porte, curieusement : « 5 mars ».

25 Erreur typographique pour « Herbin ».

26 Ou villa Tuscolana. Située dans la ville de Frascati, à 20 km à l’est de Rome, la villa tient son nom de l’évêque Alessandro Ruffini qui l’a fait construire en 1578, puis l’a cédée aux jésuites. Lucien Bonaparte a racheté la propriété en 1804, après s’être établi quelque temps dans le palais Lancellotti, non loin du château Saint-Ange, où était installé le cardinal Fesch, puis avoir habité et fait restaurer un édifice baroque situé via Condotti, le palais Nuñez. C’est là qu’il établit sa « galerie », collection de peinture et d’antiquités, notamment étrusques, qui lui valut un grand prestige à Rome. L’achat de la villa répondait donc au besoin d’avoir une gentilhommière, dans les parages des castelli romani. La vue depuis le parc de la Rufinella s’étendait superbement jusqu’aux monts Sabins (voir Antonello Pietromarchi, Lucien Bonaparte. Prince romain, Paris, Perrin, 1985 [Reggio d’Emilia, 1980], p. 183-185).

27 Palais situé sur le mont Pincio à Rome. Construit aux alentours de 1544 pour le cardinal Giovanni Ricci de Montepulciano, racheté en 1576 par le cardinal Ferdinand de Médicis. En 1803, Napoléon Bonaparte y fait transférer l’Académie de France à Rome.

28 Palais Doria-Pamphili, construit en 1435, possède une façade (rajoutée en 1735) donnant sur la via del Corso (allant de la piazza Venezia à la piazza del Popolo et bordée de nombreux églises et palais, elle était le lieu principal du défilé de chars décorés de branchages et de fleurs, conduits par des personnages habillés de façon fantaisiste, qui était le clou du Carnaval romain).

29 Le duc de Braschi.

30 C’est le nom de famille de Pie VII, qui comme son prédécesseur était originaire de Cesena, proche de Forli dans les anciennes Légations pontificales.

31 Chapelle Renaissance du Vatican, construite en 1537 sous Paul III, la chapelle Pauline est voisine de la chapelle Sixtine, et les cardinaux s’y réunissent avant un conclave pour écouter un sermon leur rappelant leurs obligations durant celui-ci. Œuvre musicale de l’époque baroque, composé par Allegri et créée en 1638, le Miserere est chanté a capella pour les matines du Mercredi-Saint et du Vendredi-Saint dans la chapelle Sixtine, chapelle qui doit son nom au pape qui l’a fait construire de 1477 à 1483, Sixte IV. Située dans les palais du Vatican, c’est entre ses murs que se déroule le conclave lors duquel est élu un nouveau pape.

32 Niccolo Jomelli (1714-1774), compositeur italien, fut directeur du conservatoire de Venise, puis deuxième maître de chapelle de l’église Saint-Pierre à Rome et termina sa carrière comme chef d’orchestre à la cour de Stuttgart. Il était un des plus importants compositeurs d’opéra de l’école italienne au xviiie siècle (Fetonte, 1786), mais il a aussi écrit de la musique d’église expressive et dramatique.

33 Traduction littérale ou bien citation faite de mémoire par Friederike Brun ? Toujours est-il que la traduction la plus courante du psaume de David est légèrement différente : « Quoi donc ! Elle est assise solitaire, / Cette ville si peuplée ! / Elle est devenue comme une veuve ! / Grande parmi les nations, / Princesse sur les provinces / Elle est soumise à la corvée ! »

34 Giambattista Caprara (1733-1810). Cardinal issu d’une illustre famille. Légat en France, avant d’être élevé au rang d’archevêque à Milan, où il sacre Napoléon roi d’Italie. Inhumé dans l’église Sainte-Geneviève suite à une décision de l’empereur.

35 Dans le manuscrit figurait à l’origine cette formule, que Friederike a supprimée : « Rome est dans un état d’anarchie. C’est la faute du gouvernement pontifical. »

36 Si Friederike pense à ce pape qui régna entre 1073 et 1085, c’est parce que lors de la querelle des investitures, c’est lui qui avait obligé l’empereur germanique qu’il avait excommunié à venir faire pénitence auprès de lui à Canossa.

37 Allusion à la rencontre de Mantoue entre Napoléon et Lucien (décembre 1807), dans laquelle il aurait été question que Charlotte, la fille aînée de Lucien, soit donnée en mariage au prince des Asturies, dans le cadre de la politique d’alliance avec l’Espagne (que l’empereur n’était pas encore décidé à envahir). Ou bien que Lucien prenne lui-même une couronne royale, par exemple en Étrurie (royaume que Napoléon avait donné en compensation à une princesse espagnole, en 1806, mais qui ne vivrait pas au-delà de 1808 où fut recréé le Grand-Duché de Toscane pour sa sœur Élisa). Mais Napoléon se montrait inflexible dans son exigence que Lucien divorce de sa seconde femme. Plus que jamais, le chantage que l’empereur exerçait sur son frère apparaît à Friederike Brun comme une lutte opposant la raison d’État à la liberté de l’individu, qui est digne d’être mise en parallèle avec la persécution infligée par l’empereur au saint père (et qui apparente la réflexion de Friederike à celle d’une autre victime du despotisme napoléonien, son amie Germaine de Staël, dans ses Dix années d’exil).

38 Dans le manuscrit, Friederike précisait qu’il s’agissait du « secrétaire d’ambassade Le Fêbre [, qui] était resté alors que Alquier était parti ».

39 Il avait quitté Rome le 17 avril 1808. Mais Napoléon lui intima de s’éloigner de Florence, de sorte qu’il se rendit à Bologne (où il eut un entretien avec son frère aîné Joseph, le 27 mai), et qu’il retourna ensuite à Canino (octobre 1808), où il résida la plus grande partie du temps ensuite, ne faisant à Rome que de brèves apparitions.

40 Dans le manuscrit : « Lucien vit tout seul à Florence. Maintenant court une rumeur que Napoléon avait banni son frère avec femme et enfants en Corse. La belle épouse ! Les brillants enfants. Il aimait Rome plus que tout et voulait simplement vivre calmement et en paix. »

41 Les Marches pontificales seront en effet détachées des États de l’Église et intégrés au royaume d’Italie (ce ne sera officiel qu’en avril 1809) – royaume sur lequel veille le vice-roi Eugène de Beauharnais, fils d’un premier lit de l’impératrice Joséphine que Napoléon a adopté, et dont l’empereur lui-même a ceint la couronne, à Milan, en 1805. Début 1806, il s’était aussi agrandi de la Vénétie, cédée par l’Autriche après sa défaite à Austerlitz, aux termes de la paix de Presbourg. L’opération permet donc de lui constituer une large façade maritime sur l’Adriatique, et va dans le sens de l’application du Blocus continetal aux côtes italiennes, qui est l’un des facteurs clés de la brouille entre Napoléon et Pie VII. Le blocage sur la question des ports pontificaux avait déjà précipité l’occupation de Rome le 2 février 1808.

42 Allusion aux événements d’Espagne du printemps 1808, et notamment au « guet-apens de Bayonne », au cours duquel Napoléon, sous couvert d’arbitrer entre Charles IV et son fils, le prince des Asturies (futur Ferdinand VII, 1784-1833), les a forcés tous les deux à l’abdication, pendant que Murat maintenait l’ordre à Madrid. Aucun des deux prétendants au trône ne put s’enfuir vers l’Amérique latine (où les colonies espagnoles ne reconnurent cependant jamais l’usurpation de Joseph Bonaparte et des Napoléonides). Ils furent déportés à Valençay (Indre), dans le château de Talleyrand. Le principe de la pace, ou « prince de la paix », est Manuel Godoy (1767-1851), dont le jeu trouble entre les deux souverains servit en effet les intérêts des Français. Napoléon avait parlé de le récompenser en lui taillant un royaume dans le Nord du Portugal. Cette affaire intéresse aussi au premier chef, on le verra plus loin, la fille aînée de Lucien Bonaparte, que Napoléon voudrait marier à l’un des protagonistes de l’affaire espagnole.

Notes de fin

1 J’ai appris plus tard qu’il existait quelques variantes à propos de l’histoire de Madame Lucien Bonaparte. Mais comme d’une part, beaucoup des choses exposées supra étaient complètement authentiques, et que d’autre part, le reste m’était parvenu d’excellentes sources, je n’ai absolument pas dévié de ma conviction initiale, qui est tout à l’honneur de cette famille injustement persécutée. (note de F. B.)

2 Calembour amusant de Marforio, sur le mot dialectal papagoi, c’est-à-dire « perroquet » (pappa-gallo en italien moderne).

3 Il y est véritablement mort une année plus tard.

Auteur

Danoise de langue allemande, Friederike Brun (1765-1835) était une intime de Madame de Staël et d’une autre figure du groupe de Coppet, Charles-Victor de Bonstetten. Connue dans les cercles romantiques d’Iéna et de Weimar comme une grande poétesse, elle a également publié plusieurs volumes autobiographiques sur ses séjours en Italie, en France et en Suisse.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search