Version classiqueVersion mobile

Lettres de Rome (1808-1810)

 | 
Friederike Brun

Texte. Lettres de Rome

Avant-propos

Friederike Brun

Texte intégral

  • 1 Gottfried Jakob Planck (1751-1822) est un célèbre théologien protestant contemporain de Friederike (...)
  • 2 Petrus in vinculis, c’est-à-dire « Petrus [le pape] enchaîné » ou « aux liens ». Allusion à la fre (...)
  • 3 Pedro Cevallos (1759-1839). Homme d’État espagnol, ministre de Charles IV et adversaire de Godoy, (...)
  • 4 Déesse troyenne et phrygienne, qui est juge dans le royaume des morts.
  • 5 Allusion à la vision de l’empereur Constantin, en 312, avant la bataille du Pont-Milvius qui devai (...)

1Il est un temps où tous les partis religieux devraient plus que jamais se réunir pour parvenir, par une réflexion consciencieuse et par l’acceptation de leurs demandes mutuelles, à un accord pacifique mais chrétien et agréable à Dieu. Celui pour qui il s’agit seulement de faire une bonne action sans suffisance ni hypocrisie s’est déjà réjoui, assuré de son propre point de vue, des souhaits et des propositions qu’un des premiers historiens et théologiens de notre époque, le vénérable Planck1, avait déjà exprimés clairement et de manière satisfaisante à Göttingen dans son dernier écrit : à propos de la légende actuelle et des relations entre les partis catholiques et protestants en Allemagne et certaines dispositions particulières à ce propos, en partie du Parlement allemand jusqu’aux dispositions claires et satisfaisantes attendues. Peut-être que ces lettres, dont effectuer l’édition a été pour moi une agréable tâche, contribueront quelque peu à appuyer ces avis et à encourager ces souhaits. Dans tous les cas, elles seront un document important, lorsqu’on devra répondre à la question : Petrus in vinculis était-il plus grand avant ou après la chute de ses chaînes2 ? Certes, peu de choses pourrait s’opposer à l’affirmation qu’une publication plus précoce de ces lettres aurait produit un effet encore plus grand. Si elles avaient été publiées en particulier pendant l’année 1809, à Vienne, à côté de l’accusation célèbre de Cevallo3 et à côté d’autres souvenirs similaires d’une arrogance qui a précipité elle-même son inéluctable chute, elles seraient passées véritablement pour une déclaration de guerre. Mais justement, sur ce sujet, l’auteur – du reste sincère et intrépide – ne doit pas être blâmée pour n’avoir pas recherché d’elle-même le martyre. Même aujourd’hui, la publication de ces lettres n’arrive pas trop tard. À l’époque, où l’on avait beaucoup parlé et écrit à propos de l’infamie insolente, où l’on avait enfermé ou chassé les chiens fidèles et enlevé le pasteur, afin que les loups puissent librement disposer et régner, l’incorruptible Clio n’aura pas négligé de réunir et de conserver tout ceci pour une période plus appropriée. Mais cet entracte dans le grand drame n’a vraisemblablement été nulle part repris et présenté de manière plus vivante, plus variée, plus propre à faire pénétrer dans la logique de ces actes d’une violence révoltante. Comme Bolingbroke l’a remarqué dans ses Lettres sur l’Histoire, le pire des résultats de l’histoire ne peut être interprété que par des spectateurs étrangers et non par des acteurs autochtones eux-mêmes. Ainsi l’auteur, grâce à sa lointaine patrie, grâce à la construction de sa nation distincte sur de multiples points de celles du Sud, et par ses croyances politiques et religieuses, était peut-être la plus qualifiée de tous les non-Romains, présents à Rome à ce moment-là, pour observer avec acuité, avec un unique enthousiasme, qui est aussi autorisé à l’historien, et avec cette ardeur, qui, issue de l’amour, s’élève jusqu’à la loi immuable et qu’allume en une flamme jaillissante et lumineuse la sainte indignation suscitée par un sacrilège en apparence réussi, et pour mettre par écrit ce qui a été observé sur place avec la plus fraîche vivacité du sentiment. À présent que chacun des acteurs a reçu son jugement et que Némésis Adrastée4 a fait connaître sa sentence, écrite sur des tablettes de diamant, accessible à tous les peuples de la Terre, on a le sentiment incoercible, comme si cela se passait ici devant nous, enregistré sous la forme d’un journal, de revivre tout cela encore une fois. Si ce texte avait été publié auparavant, au lendemain des faits, cela aurait été un antécédent sans conclusion, une intrigue sans résolution. Maintenant, personne ne reposera hors de sa main ce petit livre sans prétention sans avoir aussi jeté un coup d’œil à la croix victorieuse, dans les nuages de son propre ciel intérieur, et sans l’avoir saluée en se signant5.

  • 6 Johannes von Müller (1752-1809), également appelé Jean de Müller en français, est à la fois l’hist (...)
  • 7 Reisen der Päpste (Cassel, 1782) est un des ouvrages de Müller qui a eu la plus grande audience. I (...)

2Pour éviter chaque mauvaise interprétation, parce que l’interprétation subtile et le malentendu sont si abondants, que soit encore cité ici un passage du texte, à conserver constamment, de notre inoubliable Johannes von Müller6, Voyages des papes, texte auquel l’enchaînement fatal de l’histoire contemporaine la plus récente a livré de si importants suppléments7. « La force militaire est dans les mains des princes, l’Église, elle, a une autorité morale. Pour que celle-ci garde l’autre en équilibre, on a inventé la hiérarchie et l’immunité ; la première parce que l’ordre donne de la force, parce que, sans le pape et les évêques, l’Église serait devenue une maison faible ; la seconde était nécessaire, car qui pourrait dire sans immunité à un prince : tu es l’homme de la mort ! L’Église ne sait rien des armes, elle ne devait donc pas non plus les prendre. La dignité était nécessaire et la splendeur était bonne. Mais l’or réveille l’envie. Il est donc meilleur de régner sur les cœurs qui ont l’or que sur l’or lui-même. »

3En conclusion, que l’on n’oublie pas qu’un des plus célèbres artistes de notre époque est occupé à un tableau dans le grand style historique, sur lequel un messager de paix et de bénédictions célestes restitue les clés de Saint-Pierre à un Pie VII, en prière, soumis à la volonté divine, tandis que dans le même temps toute la splendeur du ciel et de ses habitants, se dévoile en haut des régions lumineuses. Certes, nous ne connaissons encore tout cela que par une esquisse réalisée par le maître, mais cela a suffi néanmoins à nous annoncer un chef-d’œuvre.

4L’œil s’attarde avec ravissement sur la vénérable silhouette de ce martyr rudement éprouvé, qui a résisté si magnifiquement, pour laquelle l’artiste a utilisé un joli portrait bien réussi de Camoccini, qui a été terminé récemment à Rome. Tout ça devrait être achevé à Rome, où le maître, M. le directeur v. Grassi, pense partir aussi vite que possible.

5Ainsi, il ne manque rien au drame mené par un agencement du monde bien digne d’adoration : un drame dont les lettres qui suivent n’exposent que le premier acte, mais un acte qui comprend déjà la pièce toute entière, par diverses de ses allusions et par une scène finale ciselée avec un art qui nous dévoile nettement le deus ex machina.

6Dresde, août 1816.

  • 8 Karl August Böttinger (1760-1835), conservateur en chef du musée des Antiques et directeur des étu (...)

7B.8

Notes

1 Gottfried Jakob Planck (1751-1822) est un célèbre théologien protestant contemporain de Friederike, dont l’œuvre, consacrée à la constitution d’une communauté chrétienne, parue entre 1803 et 1809, a eu une large influence.

2 Petrus in vinculis, c’est-à-dire « Petrus [le pape] enchaîné » ou « aux liens ». Allusion à la fresque de Raphaël au Vatican et au tableau de Guido Reni, inspirés de l’épisode de l’emprisonnement de Pierre par Hérode (Actes, 12.1-19).

3 Pedro Cevallos (1759-1839). Homme d’État espagnol, ministre de Charles IV et adversaire de Godoy, qui a défendu l’indépendance de l’Espagne contre Napoléon en publiant, en septembre 1808, une Exposicion de los hechos y maquinaciones que han preparado a la usurpacion de la Corona de España, qui eut un énorme retentissement en Europe.

4 Déesse troyenne et phrygienne, qui est juge dans le royaume des morts.

5 Allusion à la vision de l’empereur Constantin, en 312, avant la bataille du Pont-Milvius qui devait l’opposer à Maxence et faire basculer l’Empire romain vers le christianisme, accompagnée de l’inscription divine « In hoc signo vinces » (par ce signe, tu vaincras). Le Pont-Milvius est le nom latin du Ponte-Molle, aux portes de Rome, dont il est plusieurs fois question dans le texte de Friederike Brun.

6 Johannes von Müller (1752-1809), également appelé Jean de Müller en français, est à la fois l’historien allemand le plus célèbre du tournant du siècle et un homme politique qui a tenté de chercher une voie moyenne pour acclimater l’expérience de la Révolution française au monde germanique, aussi bien en Suisse où il chercha à patronner une réforme de l’éducation en 1797, que dans le royaume de Westphalie, où il prit des fonctions dans le gouvernement du roi Jérôme (secrétaire d’État en 1807 et directeur général de l’instruction publique en 1808-1809). Grand helléniste, il publia aussi bien sur l’Antiquité, l’histoire de la Suisse, et l’histoire universelle, et il eut des entretiens privés avec Frédéric II de Prusse tout comme avec Napoléon (après Iéna). Son cas est d’autant plus intéressant qu’il s’agit d’un rallié à Napoléon. Il avait auparavant été au service de l’électeur-évêque de Mayence (1783-1792), puis de l’empereur François II (1793-1804), auprès duquel, à Vienne, il eut le rang de conseiller aulique et de chef de la bibliothèque impériale. Bonstetten était son ami, et Friederike l’a connu à Mayence en 1791, pendant son voyage retour de Zürich à Copenhague.

7 Reisen der Päpste (Cassel, 1782) est un des ouvrages de Müller qui a eu la plus grande audience. Il y cherche une voie moyenne, là encore, entre la soumission complète des Églises de chaque pays à Rome, et l’éparpillement entre des Églises nationales plus ou moins autonomes. Pour replacer l’ouvrage dans son contexte propre, il faut penser à la suppression de la compagnie de Jésus (1774), à la politique religieuse de l’empereur Joseph II dans ses États, en particulier en Lombardie autrichienne. Müller semble prendre parti contre le joséphisme et sa visée autoritaire et hégémonique. On conçoit que cette référence soit pertinente pour un livre portant sur la politique napoléonienne à l’égard du catholicisme, qui pouvait apparaître aux contemporains comme un nouvel épisode, ou un nouveau stade, d’un combat déjà ancien pour la sécularisation et l’indépendance des Églises nationales (ici, l’Église gallicane).

8 Karl August Böttinger (1760-1835), conservateur en chef du musée des Antiques et directeur des études de l’Académie des chevaliers à Dresde.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search