Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres de Rome (1808-1810)

 | 
Friederike Brun

Introduction. Une poétesse danoise en défense du pape ?

Hélène Risch et Nicolas Bourguinat

Texte intégral

L’auteur : Friederike Brun, germanophone, danoise et protestante

  • 1 Outre son autobiographie publiée en 1824, Wahrheit aus Morgenträumen, il existe deux sommes d’infor (...)

1Friederike Sophie Christiane Münter est née de parents allemands, en Allemagne, mais elle a grandi au Danemark, dont elle a la nationalité1. Elle voit le jour le 3 juin 1765 à Gräfentonna, près de Gotha, en Thuringe. Alors qu’elle n’est âgée que de quatre semaines, sa famille s’installe à Copenhague, où son père, Balthasar Münter, est nommé prédicateur de l’église de Saint-Pierre, un groupe de luthériens de langue allemande. Elle appartient ainsi à la communauté germano-danoise, qui s’insère elle-même dans les sphères supérieures de la société de Copenhague. Elle passe sa jeunesse à se cultiver, entourée de savants et poètes renommés qui, comme Friedrich Klopstock, fréquentent le domicile paternel, et elle devient de cette façon une jeune femme vive et sûre d’elle-même, intelligente, douée pour les beaux-arts.

  • 2 Voir ainsi Nico Perrone, La loggia della Philantropia. Un religioso danese a Napoli prima della Riv (...)

2En 1782, alors qu’elle n’a que dix-sept ans, elle épouse Johann Christian Constantin Brun, un Allemand devenu Danois comme elle. Cet homme, alors déjà âgé de trente-six ans, est en train de devenir l’un des plus riches marchands du Nord de l’Europe, notamment par le biais de son poste de directeur de la Compagnie royale des Indes orientales à Copenhague. Il conserve cette fonction lorsqu’il est nommé consul du Danemark à Saint-Pétersbourg, après son mariage. Friederike l’y suivra. Constantin Brun a un caractère plutôt fort, mais il apparaît comme une personnalité lourde et ennuyeuse. Les deux époux ont des centres d’intérêt très différents, et il n’est que trop évident qu’il s’est rapidement désintéressé d’elle aussi bien en tant que compagne qu’en tant qu’écrivain. D’harmonie conjugale, il n’y a donc guère, au-delà de la naissance de leurs quatre enfants. Par souci de garder une part d’indépendance, Friederike signera toute sa vie ses œuvres du nom de « Friederike Brun, née Münter ». Cette manière de rappeler son nom de jeune de fille revient également à souligner son très fort attachement à son père, dont le souvenir est d’ailleurs rappelé dans un bref passage de ces Lettres de Rome, à propos de la musique religieuse. Quant au destinataire des lettres, le théologien, savant et orientaliste Friedrich Münter, on verra qu’il maintenait très haut la réputation de la famille d’origine de Friederike, par son enseignement à l’Université de Copenhague et par ses publications savantes – le sommet de ses recherches, sur la religion carthaginoise, venait précisément de paraître en 1816. Ce frère tant admiré connaissait aussi fort bien l’Italie, où il avait poursuivi des études auprès des plus grands noms de l’égyptologie et des langues orientales, comme le cardinal Stefano Borgia, à Rome, ou développé des contacts approfondis avec la franc-maçonnerie locale, à Naples2.

  • 3 Stefan Howald, Ausbruch nach Europa. Karl-Viktor von Bonstetten, 1745-1832, Leben und Werk, Bâle/Fr (...)
  • 4 Ida Brun (1792-1857) fut plus tard une cantatrice reconnue, et l’égérie de plusieurs poètes. Elle é (...)
  • 5 Friedrich von Matthisson (1761-1831) est un poète romantique allemand de grande envergure, dont plu (...)
  • 6 Il s’agit du Tagebuch einer Reise durch die östliche, südliche und italienische Schweiz in den Jahr (...)

3En 1788, après la naissance de sa fille Charlotte, Friederike Brun perd une grande partie de l’ouïe. La semi-surdité à laquelle elle est désormais condamnée n’entrave nullement sa vie sociale, qui reste fort animée. Elle en profite même pour approfondir ses études en histoire antique et en histoire des arts, ainsi que ses études de littérature classique et moderne. À l’automne 1790, elle se déplace avec son époux et ses deux enfants vers Paris, en passant par le Nord de l’Allemagne. Elle y rencontre Wieland, qui prendra ses premiers poèmes pour le Deutsche Merkur, et Schiller, qui la publiera plus tard dans le Musenalmanach. Quant à Paris, on se doute qu’elle y suit avec grand intérêt l’actualité politique, avec les débuts de la Révolution qui fascinent alors toute l’Europe. C’est le début d’une période de nombreuses pérégrinations, notamment vers le sud de la France, ou vers Genève où elle rencontre (probablement en 1791) Charles-Victor de Bonstetten, qui va devenir l’un de ses plus grands amis, et le compagnon de cœur de toute sa vie3. En août 1792, naît sa troisième fille Adelaïde, dite Ida4. Un an plus tard, suite à la mort prématurée de son père, l’état psychologique et la santé de Friederike Brun sont si dégradés qu’elle s’installe en Italie sur recommandation de son médecin. Ce nouvel établissement représente un des tournants de son existence, d’autant que traversant la Suisse elle retrouve Bonstetten et qu’ensemble, à Lugano, ils se lient avec la princesse Luise von Anhalt-Dessau qui se rend également en Italie, en compagnie du poète Friedrich von Matthisson qui lui servait de secrétaire et de lecteur5. Ce sont deux amitiés qui compteront beaucoup pour Friederike et qui achèveront de l’intégrer dans les cercles lettrés de l’Allemagne romantique. Cette petite compagnie gagnera Milan, puis Rome, où elle sera initiée une première fois à l’archéologie par le danois Zoega, et se fera très vite apprécier du petit milieu des portraitistes et védutistes allemands, les Reinhard, Hackert, ou Angelika Kauffmann… Elle ira ensuite à Naples, où les bains d’Ischia, l’île fameuse du golfe, la guérissent. Mais elle s’inquiète de l’avancée des troupes françaises, qui menacent d’envahir l’Italie du Nord au printemps 1796. Elle retourne ainsi en Suisse où son mari la récupère pour la remettre sur la route de Copenhague, où elle arrive en octobre 1796. Cependant, assez vite, Friederike repart. En 1798-1799, elle fait un autre voyage à travers la Suisse, pendant lequel elle tient un carnet de voyage dont elle tire un an plus tard la substance d’un livre6.

  • 7 Anne-Louise Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein, connue sous le nom de Madame de Staël, (176 (...)
  • 8 Caroline de Humboldt (1766-1829) et son mari Guillaume de Humboldt, fonctionnaire, diplomate et phi (...)
  • 9 Étienne Hoffman et François Rosset, Le groupe de Coppet. Une constellation d’intellectuels européen (...)

4Pour des raisons de santé, du moins officiellement, Friederike Brun délaisse alors presque complètement le foyer conjugal et le climat copenhagois. Elle recherche désormais systématiquement les hivers moins rigoureux de Berne et de Genève, où on la retrouve en 1801 avec sa fille Ida. C’est à cette période qu’elle rend visite pour la première fois à Madame de Staël à Coppet7. Pendant l’hiver 1802-1803, elle est à Rome où elle fait connaissance avec la famille Humboldt8 mais elle retourne habiter pour les trois années suivantes à Copenhague, où Bonstetten la suit. Elle rejoindra ensuite Germaine de Staël et restera près d’une année entière à ses côtés au château de Coppet, en 1806. Au milieu de cette « constellation d’intellectuels », pour reprendre le titre de l’ouvrage de François Rosset et Étienne Hoffman9, sa réputation grandit, notamment comme poétesse. En 1807, le bombardement de la ville de Copenhague la marque profondément. La ville dans laquelle Friederike Brun a grandi est ainsi châtiée par la flotte anglaise en représailles à l’alliance unissant le Danemark à la France. Il lui faut absolument changer d’horizon, d’autant que la santé de sa fille est chancelante, de sorte que de 1807 à 1810, elle retourne habiter trois ans à Rome avec Ida. C’est pendant cette période qu’elle va se trouver témoin de l’invasion puis de l’occupation de la ville sainte par les troupes françaises, et de l’engrenage des tensions qui conduira à l’annexion des États pontificaux et à la captivité du pape qui sont relatées dans les Briefe aus Rom. Elle fréquente également les nombreux artistes établis dans la ville des papes, ce qui lui permet d’augmenter sa collection d’œuvres d’art, et à l’occasion, comme son amie Caroline von Humboldt, d’en soutenir financièrement quelques-uns. Elle est à Florence pour l’hiver 1808-1809, et en profite pour visiter nombre de sites naturels d’Italie centrale, de galeries et de musées. En 1810, sa fille étant parfaitement rétablie, et la situation de Rome lui paraissant dégradée de façon irréversible, elle retourne au Danemark.

  • 10 Plusieurs figurent dans le recueil suivant : Brian Keith-Smith (éd.), The Friederike Brun Reader. S (...)
  • 11 Sur ces points, voir également deux articles importants de Brian Keith-Smith, « Friederike Brun and (...)

5Après ce voyage retour, la santé de Friederike Brun se dégrade (maladies digestives, arthrose) et lui cause beaucoup d’inquiétude, à laquelle s’associent des soucis familiaux. Elle passe les dernières années de sa vie dans son domaine de Sophienholm, à proximité de Copenhague. Le salon qu’elle y organise est un centre recherché par la société de la capitale danoise, que ce soit par les membres de la cour, ministres, ambassadeurs, ou les représentants de l’élite des intellectuels et des artistes danois. Dans son palais Moltke, au centre de Copenhague, l’hiver, elle fait profiter ses visiteurs de ses importantes collections d’art et de sa proximité d’avec la cour royale. Autour des années 1820, paraissent les Lieder für Hellas, un hymne à l’unité des différentes nations se constituant en Europe, inspiré notamment à Friederike par les premières luttes pour l’indépendance grecque, qui vont fasciner nombre de romantiques, à commencer par Byron bien sûr. À la même période sont publiés ses Gedichte, qui appartiennent à la tradition du poème narratif. Plusieurs de ses poèmes sont également publiés dans Morgenblatt für gebildete Stände, une revue éditée par Johann Friedrich Cotta10. Elle entretient aussi une grande correspondance avec Madame de Staël ou Caroline de Humboldt, jusqu’à la mort de ces dernières11. Friederike Brun meurt le 25 mars 1835 à Copenhague, peu avant ses soixante-dix ans.

  • 12 Brian Keith-Smith, « Friederike Brun (1765-1835) : in tears too there is joy », in Margaret Ives et (...)

6Sa langue maternelle est l’allemand, mais elle pratique presque à la perfection, aussi bien à l’oral qu’à l’écrit, le français et l’italien, ainsi que le danois et l’anglais. Son premier recueil de poèmes est publié, tout comme ses premiers textes relevant de la littérature de voyage, à l’extrême fin du xviiie siècle, et comme on vient de le voir, elle reste active sur la scène éditoriale allemande, danoise et suisse jusqu’au début des années 183012. On peut donc parler d’une véritable « carrière » littéraire, et compte tenu des horizons remarquablement diversifiés de Friederike, il n’est pas exagéré de la qualifier, à l’instar de Germaine de Staël et de leurs amis communs, d’« intellectuelle européenne ». Sans connaître une diffusion exceptionnelle, ses textes de voyage en Italie feront tout de même d’elle un conseiller influent du touriste allemand en visite à Rome. Ses longs séjours à l’étranger lui permettent d’envoyer des comptes rendus détaillés à propos de culture, de paysage et de politique (Italie, Suisse et France) à sa famille au Danemark et au nord de l’Allemagne. Quant aux lettres, non publiées, des vingt-cinq dernières années de sa vie, elles témoignent de sa familiarité avec les développements politiques et sociaux de son temps, non seulement du Danemark, mais de toute l’Europe.

Les Briefe aus Rom, contexte et composition

  • 13 Principale île du Danemark.
  • 14 Parmi d’autres exemples, une brochure telle que Correspondance de la cour de Rome avec les agents d (...)

7Les Briefe aus Rom constituent à première vue un véritable journal intime. Écrit jour après jour entre 1807 et 1810, alors que Friederike Brun est à Rome avec sa fille malade, il raconte les événements auxquels la narratrice a assisté, sans jamais y être directement associée, sous forme de lettres adressées à son frère, le docteur Friedrich Münter, évêque de Seeland13. Ce journal sera retravaillé plus tard, pour être finalement publié en 1816, un an après la défaite de Napoléon à Waterloo et l’écroulement définitif de l’Empire. Friederike Brun est partie du principe que les événements de 1808-1810 étaient, au moins sommairement, encore à l’esprit du public. De fait, l’affrontement entre Pie VII et Napoléon et la déportation du pape à Savone puis à Fontainebleau, des faits sans aucun précédent dans l’histoire de la monarchie pontificale, avaient durablement frappé l’opinion. Dès 1814, une foule de brochures et de documents avait été publiée pour éclairer le public et satisfaire la curiosité suscitée par la ténacité inattendue de Pie VII et la défaite finale de l’Ogre corse14. La popularité du pontife était alors à son zénith, y compris dans le monde protestant ou orthodoxe. Amendé et révisé, le texte a peu perdu de sa liberté de ton d’origine, mais peut-être a-t-il tempéré l’émotion et l’emportement contre les Français qui transparaissaient davantage dans les pages, écrites à chaud, du carnet intime. Parues ainsi pour la première fois à Dresde, les Briefe aus Rom seront tout de suite traduites en plusieurs langues, dans les pays anciennement adversaires de Napoléon, tandis que la France préfèrera les ignorer.

8Ces lettres, de toute évidence, sont discrètement et fermement un ouvrage politique, en même temps qu’un reportage et un essai de synthèse historique. Contrairement à d’autres de ses livres inspirés par ses pérégrinations à travers la Suisse et l’Italie, Friederike Brun a laissé ici relativement peu de place pour les descriptions d’œuvres d’art, de vestiges antiques, ou de paysages. De divertissantes et instructives, les Briefe aus Rom deviennent un récit historique, une étude morale et un véritable reportage, auxquels sont adjoints des intermèdes poétiques, à travers différents styles de description (du point de vue d’un observateur immobile, comme pour les mouvements de foule et les cérémoniaux d’église, ou au contraire d’un spectateur en mouvement, pour les courses en voitures et les promenades à travers les rues et les places, ou aux portes de Rome). La correspondance privée et l’anecdote se transcendent progressivement et se transforment en un véritable pamphlet politique. Les Briefe aus Rom se donnent à lire, au départ, comme un compte rendu d’inspiration assez « littéraire » des répercussions de la Révolution et de l’Empire dans les États de l’Église : mais elles aboutissent à une véritable méditation sur la résistance passive d’un peuple tout entier face à un pouvoir despotique inspiré par un nationalisme destructeur, celui de Napoléon Ier, dont Brun donne en contrepoint un portrait accablant, bien digne de la légende noire de l’empereur.

  • 15 Voir notamment le petit ouvrage de Maurice Vaussard, Jansénisme et gallicanisme : aux origines du R (...)

9Après les victoires d’Austerlitz contre l’Autriche et la Russie et Iéna contre la Prusse (1805-1806), Napoléon entreprend de remodeler l’Europe continentale à sa convenance, d’autant qu’il a réussi à trouver un terrain d’accord avec le tsar à Tilsit, en 1807, et qu’il prévoit de mettre en route une véritable machine de guerre économique contre l’Angleterre (ce sera le Blocus continental). Un système européen qui serait sous domination française de manière directe, ou bien sous l’influence de son modèle du « gouvernement rationnel » et des principes de 1789. L’Italie, en 1807, comprend des territoires qui ont déjà été départementalisés et rattachés au Grand Empire (le Piémont depuis 1802, et la Ligurie, depuis 1805), et d’autres qui constituent des États satellites : le royaume d’Italie, dirigé depuis Milan par le prince Eugène, fils de Joséphine et de son premier mari dont Napoléon est devenu le beau-père et auquel il accorde toute sa confiance ; le royaume d’Étrurie, qui deviendra bientôt le Grand-Duché de Toscane sur le trône duquel il placera sa sœur Élisa, et enfin le royaume de Naples, sur lequel règne Joseph Bonaparte, le frère aîné de Napoléon. Les États pontificaux apparaissent donc comme un maillon faible du dispositif de domination française en Italie, et l’affrontement va se traduire par une véritable tentative d’asservissement de l’Église aux intérêts de l’Empire. Car dans le même temps qu’il travaille à repenser l’organisation politique de l’Italie en fonction des intérêts français, spécialement des intérêts économiques (au point de plonger dans le marasme des ports-francs prospères tels que Gênes, Livourne ou Ancône), Napoléon veut réveiller l’Église gallicane et même au-delà, faire d’elle un rouage de l’État. Ce faisant, il renoue avec les préoccupations du jansénisme des Lumières, dont l’impact en Italie était loin d’avoir été négligeable15, et avec la politique de la Révolution et du fameux serment constitutionnel de 1791. L’occupation de Rome, en 1808, et l’annexion des anciens territoires pontificaux, pour la partie adriatique au royaume d’Italie, pour la partie tyrrhénienne à l’Empire lui-même, en 1809 vont être suivis par l’arrestation et la déportation du souverain pontife, des faits absolument inédits dans l’histoire du christianisme.

10La compréhension de ce contexte historique est essentielle pour saisir ce qui fait l’objet du récit de Friederike Brun et ce qui fait l’originalité de son point de vue. Éclairant à ce sujet est l’avant-propos des Briefe aus Rom, qui n’est pas d’elle mais de Karl August Böttinger, conservateur en chef du musée des Antiques et directeur des études de l’Académie des chevaliers à Dresde, la ville où le livre est paru pour la première fois, qui était alors une des capitales culturelles et éditoriales les plus importantes du monde germanique. Se référant à la captivité de saint Pierre (Petrus in vinculis), il pose d’emblée la question : le pape était-il plus grand avant ou après son enlèvement ? On peut y répondre, précisément parce qu’en 1816, la fin de l’histoire est connue : une publication plus précoce aurait pu être considérée comme une déclaration de guerre, mais une publication trop retardée aurait laissé s’effacer la brûlante actualité de cet épisode romain, qu’aurait éclipsée le congrès de Vienne, qui s’est chargé de réorganiser l’Europe après la chute de Napoléon, en 1814-1815. Et on verra qu’au terme de la lecture, l’appréciation de l’archéologue Böttinger se révèle tout à fait fondée : en cette époque troublée « où l’on avait enfermé ou chassé les chiens fidèles et enlevé le pasteur, afin que les loups puissent librement disposer et régner, l’incorruptible Clio n’aura pas négligé de réunir et de conserver [tous ces souvenirs] pour une période plus appropriée ».

La traduction et les principes de l’édition

11Friederike Brun publie ses Briefe aus Rom une première fois en 1816. Bien qu’elle ait remanié les lettres originelles envoyées à son frère pour composer l’ouvrage, celles-ci ont tout de même conservé la plus grande part de leur fraîcheur d’origine, et elles n’ont pas été nécessairement purgées des petites erreurs, sur l’orthographe des noms propres ou sur la chronologie des faits, qu’elles pouvaient contenir. La première parution du texte se fait sous le titre Briefe aus Rom über die Verfolgung, Gefangennehmung und Entführung des Papstes Pius VII (Dresde, Arnold, 1816). Parfois mentionnée mais beaucoup plus rare, une version serait aussi parue à Leipzig en 1818 sous le titre Briefen und Zuschriften entworfen in den Jahren 1809 und 1810. Enfin, l’éditeur dresdois de 1816, la librairie Arnold, a donné une nouvelle édition du livre en 1820, avec de nouveau un titre légèrement modifié : Briefe aus Rom geschrieben in den Jahren 1808, 1809, 1810. Über die Verfolgung, Gefangenschaft und Entführung des Pabstes Pius VII. Un avant-propos, plus travaillé que les lettres, a été rédigé pour les deux premières éditions en 1816 et en 1818, mais n’a pas été conservé pour celle de 1820.

12En 2000, le texte original de 1816 a été réédité aux États-Unis, sans traduction mais en lettrage romain au lieu du gothique d’origine afin d’en faciliter la lecture, accompagné d’une brève préface et d’une annotation réalisée par Brian Keith-Smith et Herman Moens, sous le simple titre de Briefe aus Rom (New York/Lewiston, The Edwin Mellen Press, 2000). C’est sur cet état du texte que nous avons effectué la traduction en français. Signalons aussi que depuis 2008, la version de 1820, en lettres gothiques, avec un portrait du pape Pie VII en frontispice, est accessible en version numérisée sur internet (https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Briefe_aus_Rom_Brun.djvu). Enfin, il faut ajouter que sur le site américain sophie.byu.edu, consacré aux femmes écrivains de langue allemande, est accessible une traduction en anglais due à Richard P. Stebbins, également réalisée à partir de l’édition de Brian Keith-Smith et Herman Moens, à laquelle nous avons parfois confronté l’interprétation de passages difficiles.

13Tout en restant la plus fidèle possible au texte allemand, la traduction française a cherché à rester compréhensible pour un lecteur moderne. Les paragraphes et les sauts de ligne ont été respectés, mais la ponctuation a fortement été modifiée, principalement parce que les règles de ponctuation diffèrent selon la langue allemande et la langue française. De nombreux guillemets ont été supprimés, Friederike Brun étant une grande adepte du discours indirect introduit par des guillemets, qui ne correspond pas à l’usage actuel du français.

14Les nombres ont été transcrits, tels qu’ils sont dans l’édition de 1816, souvent en chiffres, parfois en lettres. D’autre part, les citations faites par Friederike, ou bien les phrases et expressions figurant comme telles en français, en italien, et même pour une occurrence en hollandais dans le texte allemand ont été mises en italiques. Elles sont suivies de leur traduction en français, entre crochets. Les noms de lieu donnés en italien dans le texte allemand, comme la « piazza Colonna » ont volontairement été laissés dans leur langue originale et mis en italiques, avec le cas échéant une note explicative pour leur première occurrence.

15Les quelques notes de bas de page prévues par Friederike Brun elle-même ont été conservées : elles sont appelées par un astérisque, et composées en italiques, pour les distinguer de notre propre annotation, que nous avons préféré placer aussi en bas de page, plutôt qu’en fin de texte. Nous avons surtout cherché à éclairer les détails que réclamaient un certain nombre des noms de lieux ou de personnages cités, ainsi qu’à fournir des précisions sur la chronologie. Certaines notes reprises de l’édition de Brian Keith-Smith renvoient au manuscrit des Briefe aus Rom conservé à la Kongelige Bibliotek de Copenhague, pour signaler soit des passages originaux qui auraient été retirés de la version publiée, soit au contraire des rajouts, compléments ou corrections, qui dans l’ensemble d’ailleurs sont très mineurs.

Notes

1 Outre son autobiographie publiée en 1824, Wahrheit aus Morgenträumen, il existe deux sommes d’information dont dépendent tous les chercheurs qui s’intéressent à cette auteur : d’abord une dissertation doctorale danoise publiée il y a un peu plus d’un siècle : Louis Bobé, Friederikke Brun, fodt Münter oghendes Kreds, Copenhague, H. Hagerup, 1910. En 1932, Rosa Olbrich s’en inspire pour sa propre « dissertation inaugurale afin d’obtenir le titre de docteur de l’Université de Breslau » (Die deutsche-dänische Dichterin. Friederike Brun, ein Beitrag zur empfindsam-klassizistischen Stilperiode, Breslau, 1932).

2 Voir ainsi Nico Perrone, La loggia della Philantropia. Un religioso danese a Napoli prima della Rivoluzione, Palerme, Sellerio, 2006. Münter avait publié un récit de son séjour en Italie méridionale, quasiment contemporain de celui de Goethe : Friedrich Münter, Nachrichten von Neapel und Sicilien auf einer Reise in der Jahren 1785 und 1786, Copenhague, 1790.

3 Stefan Howald, Ausbruch nach Europa. Karl-Viktor von Bonstetten, 1745-1832, Leben und Werk, Bâle/Francfort, Sroemfeld/Roter Stern Verlag, 1997.

4 Ida Brun (1792-1857) fut plus tard une cantatrice reconnue, et l’égérie de plusieurs poètes. Elle épousa un diplomate autrichien issu de l’Émigration nobiliaire française, Louis Philippe de Bombelles. Voir Louis Bobé, Ida Brun, Grevinde Bombelles, Copenhague, Bianco Lunos, 1932.

5 Friedrich von Matthisson (1761-1831) est un poète romantique allemand de grande envergure, dont plusieurs textes ont été mis en musique par les compositeurs Beethoven ou Schubert. On notera qu’il était quasiment le contemporain de Brun, alors que Bonstetten avait vingt ans de plus qu’elle.

6 Il s’agit du Tagebuch einer Reise durch die östliche, südliche und italienische Schweiz in den Jahren 1798 und 1799, 2 vol., Copenhague, 1800. Un autre texte, relatif au séjour romain et napolitain de 1795-1796 paraît en même temps (Tagebuch über Rom, Zürich, Orell-Fussli und Compagnie, 1800-1801) mais il se compose de lettres déjà publiées en 1798 et 1799 dans le Neue Teutsche Merkur et le Deutsches Magazin. Voir notamment à ce sujet Peter Gendela et Stefanie Kraemer, Italien. Eine Bibliographie zu Italienreisen in der deutschen literatur, Berne, Peter Lang, 2003, p. 16-28 et Lucia Tresoldi, Viaggiatori tedeschi in Italia, 1452-1870. Saggio bibliografico, 2 vol., Rome, Bulzoni, 1975, ici t. 1.

7 Anne-Louise Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein, connue sous le nom de Madame de Staël, (1766-1817) est la figure phare des lettres françaises de la période de l’Empire. Chassée de France par Napoléon, qui la considère comme une redoutable intrigante, elle s’installera en Suisse dans le château familial de Coppet, mais s’enfuira en 1810 après la saisie par la censure impériale du premier tirage de De l’Allemagne. Elle ira alors à Vienne, puis en Russie, puis encore en Suède auprès de Bernadotte, alors brouillé avec l’empereur. Friederike Brun est très angoissée et très choquée de l’errance forcée de son amie, que celle-ci racontera dans un texte qui sera connu de façon posthume, Dix années d’exil. Voir aussi À la charnière du temps. Charles-Victor de Bonstetten, Madame de Staël ; Madame de Staël, Friederike Brun : deux dialogues épistolaires, 1811-1813. D’après les manuscrits originaux, éd. de Doris et Peter Walser-Wilhelm, Genève, Slatkine, 2005.

8 Caroline de Humboldt (1766-1829) et son mari Guillaume de Humboldt, fonctionnaire, diplomate et philosophe prussien, sont également installés à Rome (depuis 1802) et figurent parmi les relations d’amitié et de voisinage de Friederike. Voir à leur sujet Gustav Sichelschmidt, Caroline von Humboldt : ein Frauenbild aus der Goethezeit, Düsseldorf, Drost Verlag, 1989, et Paul R. Sweet, Wilhelm von Humboldt, a Biography, 2 vol., Columbus, Ohio State University Press, 1978-1980.

9 Étienne Hoffman et François Rosset, Le groupe de Coppet. Une constellation d’intellectuels européens, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2005.

10 Plusieurs figurent dans le recueil suivant : Brian Keith-Smith (éd.), The Friederike Brun Reader. Supplement to an Encyclopædia of German Women Writers, Lewiston, The Edwin Mellen Press, 2006. À ce jour, c’est cependant l’édition des Bonstettiana, entreprise en Suisse depuis une dizaine d’années pour honorer le grand philosophe bernois, qui livre le nombre le plus élevé de lettres, de poèmes et d’extraits de journaux intimes de Friederike Brun.

11 Sur ces points, voir également deux articles importants de Brian Keith-Smith, « Friederike Brun and Madame de Staël » in Neglected German Progressive Writers, Galway, University College, 1985, p. 27-43, et « Friederike Brun and her contemporaries », in Margaret Ives (dir.), Women Writers, Lancaster, University of Lancaster, 1988, t. 1, p. 8-35 (rééd. in Id., From Hagedorn to Süskind, Lewinston, The Edwin Mellen Press, 2000, p. 35-49 et p. 50-72).

12 Brian Keith-Smith, « Friederike Brun (1765-1835) : in tears too there is joy », in Margaret Ives et Anthony Harper (dir.), Sappho in the Shadows. Essays on the Work of German Women Poets of the Age of Goethe (1749-1832), Berne, Peter Lang, 2000, p. 145-188. Précisons qu’en 1824, elle publiera des souvenirs de jeunesse, rédigés plusieurs années auparavant, sans doute vers 1810 après le retour de Rome. Wahrheit aus Morgenträumen (« Vérité des rêves matinaux », en français) est un véritable récit de formation. Brun s’y présente aux lecteurs comme une jeune fille à l’esprit très ouvert, plongée dans de vastes lectures et traversant une époque tourmentée, et elle prolonge cet autoportrait par une réflexion sur la « formation esthétique », c’est-à-dire l’éducation, de sa fille Ida. En 1833, avec Römisches Leben, sélection de son journal romain du début des années 1800, elle reviendra une dernière fois à la Ville Éternelle.

13 Principale île du Danemark.

14 Parmi d’autres exemples, une brochure telle que Correspondance de la cour de Rome avec les agents de Buonaparte relative à l’invasion des États du Pape en 1808 (Lyon, 1814), qui contient nombre d’instructions destinées au clergé romain au sujet du serment de fidélité exigé par l’empereur, ainsi que de nombreuses protestations et pièces diplomatiques officielles.

15 Voir notamment le petit ouvrage de Maurice Vaussard, Jansénisme et gallicanisme : aux origines du Risorgimento, Paris, Letouzey et Ané, 1959.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540