Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Un voyage de formation et de conviction dans l’Europe romantique

Nicolas Bourguinat et Marina Polzin

Texte intégral

Les protagonistes : Sophie et Auguste Johanet

  • 1 Voir René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, Paris, Le Seuil, 1988, et Serge Berstein (di (...)
  • 2 On renverra aux termes du questionnement proposé il y a plus d’un siècle par André Siegfried, Tabl (...)

1La narratrice et son époux appartiennent tous les deux à des familles ayant opté contre la Révolution et ayant gardé vivante cette tradition au fil du xixe siècle. Malgré les renouveaux de l’historiographie du politique depuis une trentaine d’années, la naissance des cultures politiques reste encore souvent un phénomène mystérieux1. Les clivages entre Blancs et Bleus qui se sont manifestés sous la Révolution dans la France de l’Ouest ont reçu nombre d’explications historiques : les divergences entre villes et campagnes, les systèmes agraires et leurs inégalités, l’emprise de la croyance religieuse et l’attachement au clergé ont souvent été mis au premier plan, comme autant de facteurs inscrits dans la longue durée, et remontant bien loin en amont des soubresauts de 1789-17942. Mais une tradition politique naît aussi dans des familles, dans des lignages, généralement en harmonie avec les logiques d’un milieu. Les familles Bayart et Johanet ont très tôt pris fait et cause pour la monarchie catholique de droit divin et ont opposé des conduites de résistance aux visées ou aux immixtions de la politique révolutionnaire qu’elles jugeaient abusives et illégitimes. Il est cependant délicat d’identifier avec certitude lequel des deux facteurs a commandé à l’autre. Autrement dit, ces familles ont-elles condamné la Révolution parce que celle-ci les éprouvait durement, ou bien la Révolution a-t-elle bousculé et isolé ces familles parce que celles-ci en condamnaient d’emblée les principes fondamentaux ? Telle est la question qui se pose à nous pour essayer de mieux cerner les cadres mentaux des deux protagonistes de ce journal de voyage, Auguste et Sophie.

  • 3 Ces deux actes sont disponibles aux Archives départementales du Nord. L’acte de décès d’Auguste Jo (...)
  • 4 Nombre d’éléments sur l’histoire de la famille se trouvent dans A. Johanet, Hommage à la mémoire d (...)
  • 5 Le berceau de la famille, pour la lignée paternelle, semble être à Aschères, non loin de Neuville, (...)
  • 6 Georges Lefebvre, Études orléanaises, 2 vol., Paris, Commission d’histoire économique et sociale d (...)

2Auguste Johanet appartenait à une dynastie d’avocats d’Orléans. Dernier né de sa famille, il se fixa à Paris et connut une carrière sans doute moins facile que certains de ses frères. Grâce à l’acte de son mariage avec Sophie Bayart nous savons qu’il est né le 10 mai 1806, et grâce à l’acte de mariage de sa fille, nous savons qu’il est décédé le 8 juin 1860, à Paris3. Ses écrits, relativement nombreux, ne sont absolument pas de nature privée ou personnelle, mais plutôt historique et polémique, principalement liés à son métier d’avocat royaliste. La famille possédait depuis 1787 plusieurs domaines ruraux, dont la terre de Gelou où séjourna Sophie, non loin de Saint-Laurent-des-Eaux (l’actuel Nouan-sur-Loire), tout près de Chambord4. Cela conforta le rang des Johanet, tout en les ancrant dans une terre solognote qui n’était pas la leur5, connue pour la misère des journaliers et métayers et pour la forte emprise foncière des dynasties nobles, comme les Loynes par exemple. Les Johanet appartenaient donc à cette bourgeoisie de robe qui était non négligeable dans la ville d’Orléans (quoique moins nombreuse que la bourgeoisie marchande) et dont certaines familles accédaient parfois à la noblesse. La Révolution dans l’Orléanais a fait l’objet d’études restées classiques, comme celle de Georges Lefebvre6. Comme partout, l’aristocratie locale connaissait des clivages, qu’il ne faut pas d’ailleurs exagérer, mais qu’elle fût ancienne ou fraîchement anoblie, l’aristocratie orléanaise fit bloc très rapidement pour condamner les premières mesures de la Révolution et la disparition de ses privilèges. Les nobles de l’Orléanais les plus progressistes rompirent complètement avec la Convention au cours du printemps 1793. Une nouvelle équipe municipale, proche de Roland et des Girondins, décidée à en découdre contre les taxateurs de grains et les agitateurs, était en place depuis décembre 1792, avec quelques ci-devant comme le marquis de Sailly, quelques robins et un petit nombre de négociants. Le maire, qui portait alors le titre de procureur syndic, n’était autre que Salomon-Lazare Johanet, le père d’Auguste.

  • 7 Ibid., t. 2, p. 88-99 (qui orthographie incorrectement « Johannis »).
  • 8 Lettre du vicomte Alès à Mgr Dupanloup, 5 janvier 1865, cité ibid., t. 1, p. 199-200.

3C’est là sans doute que le destin de la famille se noua. Après plusieurs jours d’agitation des clubs, marqués par la taxation du pain et par l’arrivée de nouvelles alarmantes de la Vendée, en mars 1793, le représentant du Loiret, Léonard Bourdon, fut agressé en pleine rue et manqua d’être assassiné. On peut y voir a posteriori un signe avant-coureur de la révolte fédéraliste qui allait bientôt dresser Lyon et les villes du Midi contre Paris, voire peut-être l’indication du fait qu’un « parti » royaliste agissait déjà en sous-main, à Orléans, et qu’il y recrutait pour la cause vendéenne7. Mais quoi qu’il en soit, la ville fut déclarée en état de rébellion, et le procureur et tous les conseillers municipaux furent arrêtés et conduits à Paris. Ce fut Johanet qui parla en leur nom devant l’assemblée, et par son éloquence il obtint leur élargissement. Mais le tribunal révolutionnaire revint à la charge plus tard, et sous les chefs de complot contre la République, il fit arrêter 26 personnes dont 9 furent condamnées à mort. Simple témoin au départ, Johanet fut finalement décrété d’arrestation par Fouquier-Tinville et il dut se cacher sous un faux nom, en Belgique. C’était le début d’années très difficiles à Orléans. L’Émigration y fut plutôt faible, mais les tensions sociales furent très vives pendant la Terreur car la question des subsistances y fut instrumentalisée par les sans-culottes, et notamment par leur porte-parole local, Taboureau. On peut sans doute appliquer à Salomon-Lazare Johanet cette formule d’un petit hobereau local, Alès de Corbet : « Dans ces grands jours d’épreuve, lorsque la mort planait sur tout ce qui faisait acte de fidélité à Dieu et à son roi, un certain nombre de familles qui n’appartenaient pas à la noblesse partagèrent avec elle le dévouement et le culte des saintes Causes8. » En reconnaissance de son attitude politique de 1793, Johanet fut choisi comme candidat aux élections sous le Directoire. Mais lorsqu’il fut élu député aux Cinq-Cents, en 1797, il était sans doute déjà trop identifié à la cause royaliste, et après avoir pris la défense des prêtres réfractaires déportés dans le cadre de l’offensive anti-religieuse de l’an VI, il fut victime de la purge de fructidor. Il connut la déportation, semble-t-il, et il retourna ensuite à Orléans où il reprit sa place au barreau de la ville. Sous l’Empire, il fréquentait entre autres Matthieu de Montmorency, l’abbé Frayssinous et Louis de Bonald, tous publicistes engagés dans la cause royaliste, puis légitimiste. Le frère aîné décrivait ainsi sa famille :

  • 9 Alexandre Johanet, À mes neveux…, op. cit., p. 11-12.

Une simplicité vraiment patriarcale s’y alliait avec la tenue la plus honorable. Ennemie du luxe et des plaisirs mondains, et vouée à une régularité presque monacale, elle offrait cependant beaucoup de mouvement et d’intérêt […]. Les réunions habituelles se composaient de magistrats, d’ecclésiastiques, d’anciens Émigrés, Vendéens ou chouans qu’on entendait retracer d’une manière souvent saisissante leurs aventures et leurs rudes épreuves, les forfaits de la Terreur et du Directoire, et qui dissertaient avec force sur les intérêts présents et futurs de la société et de la religion9.

  • 10 Voir Guillaume de Bertier de Sauvigny, Le comte Ferdinand de Bertier et l’énigme de la Congrégatio (...)

4On le voit, c’est bien à une famille ancrée dans la Contre-Révolution que l’on a affaire. L’aîné des fils devait prendre la suite du père au barreau d’Orléans, et le second, Emmanuel-Jules, entrer au barreau de Paris. Le premier servit de tuteur à l’autre, lorsqu’il arriva à Paris à partir de 1818, et avec une vieille servante et deux compatriotes orléanais, ils formèrent un sympathique ménage, rue Saint-Dominique. Alexandre Johanet était à ce moment un membre très actif de la Congrégation, dont les libéraux feraient plus tard, écrivit-il, « un épouvantail10 ». Mais en 1821, élève de l’École Normale Supérieure, diplômé en lettres et en droit, Alexandre Johanet allait brusquement quitter la rue d’Ulm pour entrer au séminaire de Saint-Sulpice, de sorte que la succession du cabinet paternel revint à son cadet. En 1824, au décès du père, Emmanuel-Jules le remplaça donc au barreau d’Orléans, réussissant à conserver la même clientèle. À cette époque le jeune Auguste était encore au collège de Saint-Acheul, près d’Amiens, une ancienne abbaye devenue en 1828 un noviciat de la Compagnie de Jésus. Enfin, il est à noter que sa sœur Armande resta célibataire et songea à plusieurs reprises à entrer dans les ordres. Finalement, elle demeura à Orléans et se consacra à élever les enfants de la nouvelle génération, par exemple ceux d’une autre sœur, Flore, qui était retournée vivre dans la maison familiale après son veuvage.

  • 11 C’est tout au moins l’opinion d’Arthur Johanet, Le barreau d’Orléans au xixe siècle, 1800-1900, Or (...)
  • 12 Alexandre Johanet nota qu’à partir de 1817, sous l’influence des errements du gouvernement de Loui (...)
  • 13 Louis Jarry, Discours de réception, op. cit., p. 30.

5Il s’agissait alors des dernières belles années, si l’on peut ainsi s’exprimer. Car lorsqu’Emmanuel-Jules Johanet retourna dans sa ville natale en 1823, après avoir achevé son droit, il y trouva un barreau où « les idées libérales qui amèner[aie]nt la Révolution de Juillet étaient en grand honneur11 ». C’est une observation d’importance, surtout dans une ville où d’impitoyables préjugés réciproques séparaient noblesse et classe moyenne, comme on disait alors : la famille Johanet, bien que roturière, était désormais en dissidence par rapport à son milieu social et professionnel d’origine, la bourgeoisie. On croit comprendre que, sans qu’il ait exactement cédé à cette influence libérale, Emmanuel-Jules Johanet finit par mettre de l’eau dans son vin. Au moins peut-on dire qu’il ne chercha pas à tracer sa voie, dans le barreau local, comme un idéologue du royalisme12. Mais Auguste, tout au contraire, écarté de la succession paternelle à Orléans mais resté fidèle à la carrière juridique, à peine installé et déjà placé en porte-à-faux par la Révolution de 1830, allait choisir la surenchère. Avec le recul, un confrère avocat remarque qu’il « s’est dévoué tout entier, fortune, plume et parole, au service de la plus noble des causes, dont il s’est constitué l’héroïque chevalier13 ».

  • 14 Christianne Marcilhacy, Le diocèse d’Orléans sous l’épiscopat de Mgr Dupanloup, Paris, PUF, 1962, (...)

6Après 1830, presque toute l’aristocratie orléanaise resta acquise aux Bourbons déchus, et son journal L’Orléanais harcela la monarchie de Juillet, au prix de plusieurs procès. C’est une société très fermée, qui tient à distance la bourgeoisie. L’archétype de cette aristocratie châtelaine et paternaliste, que manifestement les Johanet se sont appliqué à imiter sur leurs terres, c’est le baron Bigot de Morogues, propriétaire du château de La Source, à Saint-Cyr-du-Val, ou Villeneuve-Bargemont, propriétaire à Bois-le-Roi, dans l’arrondissement de Montargis, tous les deux historiens et théoriciens du paupérisme. Mais pour notre propos, l’important est que les Johanet se soient trouvés isolés localement, au sein de leur profession, pour leur proximité avec la cause bourbonienne. Car ce qui dominait du côté de la bourgeoisie de talents d’Orléans et de sa région, chez ces avocats, notaires, médecins, enseignants ou magistrats (par exemple chez le président de la cour royale de la ville, Boyard, qui était comme Morogues conseiller général du Loiret), c’était le voltairianisme, la haine du privilège et celle de l’absolutisme. Sous le Second Empire, la rupture resta la même, à en croire l’historienne Christianne Marcilhacy : « La noblesse orléanaise opposa au régime de Napoléon III une indifférence glaciale, voire une hostilité frondeuse14. »

  • 15 Voir Christianne Marcilhacy, Le diocèse d’Orléans au milieu du xixe siècle. Les hommes et leurs me (...)
  • 16 G. Touchard-Lafosse, La Loire historique, pittoresque et biographique, Paris, 1843, t. 3, p. 522-5 (...)
  • 17 L’abbé Johanet pourrait être l’auteur anonyme de la Vie de Mgr de Beauregard, évêque d’Orléans, éc (...)
  • 18 D’après Arthur Johanet (Le barreau d’Orléans…, op. cit., p. 89), s’y distingua particulièrement Me(...)

7Le parcours spirituel des enfants de Salomon-Lazare Johanet témoigne également d’un autre phénomène, bien connu des historiens du fait religieux en France : c’est que la génération née au début du xixe siècle fut marquée par un revival catholique15. « La population orléanaise, écrivait un contemporain, surtout dans les rangs élevés, se montre religieuse jusqu’aux pratiques minutieuses de la dévotion16 ». Après bien des vicissitudes sous la Révolution, et une longue vacance sous l’Empire et le début de la Restauration après la mort de l’évêque Bernier (1810), le siège fut confié à Mgr de Beauregard de 1823 à 1839. Il fut un ardent partisan de l’alliance du trône et de l’autel, au point que le clergé du département du Loiret était considéré par le préfet de Louis-Philippe comme presque complètement acquis aux Bourbons17. Or ce réveil religieux est loin d’être négligeable pour notre propos, étant donné la proximité des Johanet avec la hiérarchie ecclésiastique locale. En effet, le frère aîné et biographe de la famille, Alexandre, retourna dès 1824 à Orléans, alors qu’il n’était encore que sous-diacre, comme secrétaire particulier de l’évêque Beauregard. Nommé professeur de morale au grand séminaire d’Orléans, où l’on venait de rétablir l’enseignement des Sulpiciens, il en prit plus tard la direction et la conserva jusqu’à sa mort en 1873. Après 1849, l’abbé Johanet allait figurer également parmi les proches du nouvel évêque, Félix Dupanloup, qu’il avait connu à Saint-Sulpice en 1821. Ce prélat devait exercer une très grande influence sur la bonne société orléanaise. Dupanloup attira les plus jeunes au petit séminaire de La Chapelle Saint-Mesmin, encouragea les œuvres charitables des femmes, et à l’usage des hommes, il fonda une institution savante, l’académie Sainte-Croix (1863). Il fit l’objet d’une sorte de vénération collective. Un dernier point est à signaler pour camper le milieu familial et caractériser la culture politique d’Auguste Johanet : c’est que dans cette bonne société orléanaise des années 1820-1830, la duchesse de Berry était idolâtrée. La marquise de la Rochejaquelein, veuve du Louis de la Rochejaquelein tué pendant la rébellion des Cent-Jours dans l’Ouest et auteur des fameux mémoires féminins de l’insurrection vendéenne, s’était justement installée à Orléans en 1832. Les salons légitimistes de la ville, et notamment celui qu’elle tenait dans son hôtel du cloître Saint-Aignan allaient s’enflammer cette année-là pour les compagnons de route de la duchesse de Berry, dont le procès fut dépaysé devant la cour royale du Loiret18.

  • 19 Il s’agissait pour lui d’un second mariage. Il s’était marié en 1808 à Mélanie Top, la fille d’un (...)
  • 20 Charles Bayart mourut en février 1847, ainsi que la vicomtesse de Chateaubriand. L’écrivain mourut (...)

8Du côté de Sophie Johanet, comme nous l’avons souligné supra p. 12-13 dans la présentation, le dévouement au légitimisme était également une affaire de famille. Avant son mariage avec Charles Bayart, Sophie-Josèphe De Witte était déjà très active dans son soutien aux Bourbons. Elle avait été une messagère officiellement reconnue par Louis XVIII pendant les Cent-Jours, et avait fait passer des dépêches importantes entre celui-ci, alors stationné à Gand, en Belgique, et différents correspondants par-delà la frontière du Nord. Au moment de son mariage, en 1819, elle était déjà surnommée par certains la « Jeanne d’Arc du Nord ». Charles Bayart, notaire à Armentières, avait lui-même été nommé chevalier de la légion d’honneur pour services rendus durant les Cent-Jours19. C’est donc en 1815 que les futurs époux Bayart s’attachèrent définitivement à la monarchie bourbonienne et se rapprochèrent du premier cercle des conseillers royaux et de la famille royale elle-même. D’abord, du fait des services rendus par Sophie-Josèphe De Witte afin de faire ouvrir les portes de Lille au roi et d’épargner à la ville l’occupation par les Alliés, en juin 1815, après Waterloo. Ces services lui firent rencontrer Louis XVIII et les fils du comte d’Artois. Ensuite du fait du passage de Charles Bayart à la cour de Louis XVIII à Gand (il quitta très tôt la France avec des fonds importants versés par les monarchistes de la région), où il rencontra Chateaubriand. Ce fut le début d’une amitié politique et personnelle durable, qui lierait aussi étroitement Sophie Bayart mère et Madame de Chateaubriand, et qui résista aux différentes évolutions et révolutions, jusqu’à la mort des deux couples20 :

Grand admirateur de son talent, [mon père] voulait voir en lui, partout et toujours, le génie de la royauté ; il souhaitait que la célébrité de l’écrivain rendît cette noble cause populaire parmi les masses et fît bonne justice des préjugés. À ses yeux, Chateaubriand était une puissance : il en fallait fortifier la cause de la légitimité. Malheureusement je conclus aussi, de cette correspondance, que l’enthousiaste admirateur eut souvent à lutter contre les froissements, les petites rancunes de son noble ami à l’égard de la Famille royale.

  • 21 Gérard Flament, La société pendant la Révolution dans quelques communes de la vallée de la Lys, de (...)
  • 22 Vraisemblablement, il s’agissait d’accusation prêtant lieu à des règlements de comptes : un journa (...)
  • 23 Voir Abel Joire, Armentières pendant les Cent-Jours, Lille, Quarre, 1877, rééd. 1995.

9Mais comment les Bayart s’étaient-ils attachés à la Légitimité ? La question est très difficile à trancher. La ville d’Armentières et les autres cités textiles du Nord ne furent pas épargnées par la Révolution, loin de là, tout comme Orléans. Leur situation frontalière encourageait la circulation clandestine de toute sorte d’individus (espions et informateurs, soldats déserteurs, prêtres réfractaires), tout au moins jusqu’en 1794-1795 avec l’invasion et l’occupation de la Belgique par les troupes françaises. La région fut également marquée par les luttes agraires, avec l’ascension d’une petite et moyenne paysannerie propriétaire, dont la faim de terres se heurtait à celle des bourgeoisies citadines, et également par des tensions autour des approvisionnements entre les villages d’un côté, les villes de l’autre. Le département du Nord est également connu comme un foyer de résistance à la politique religieuse de la Révolution. Des études ont confirmé le rôle de refuge de la Belgique, dans le cadre des persécutions dirigées contre les prêtres et les « suspects » (il n’était pas rare qu’on franchisse la Lys pour assister à l’office, ou que des curés belges viennent célébrer des messes privées)21. La ville d’Armentières, qui n’avait alors que quelques milliers d’habitants (Orléans, par comparaison, atteignait sans doute 35 000), avait connu au moins une pénible affaire sous la Révolution. En 1793, plusieurs bourgeois et notables avaient été détenus, puis libérés, puis arrêtés de nouveau et quelques-uns convaincus d’intelligence avec l’ennemi, sur la foi de pièces saisies sur un officier hollandais prisonnier : quatre furent guillotinés, dont un marchand bonnetier de 56 ans, Pierre François Malingié22. De manière évidente, tous étaient suspectés de fanatisme et d’attachement irraisonné à la cause de la religion catholique et de la monarchie23. Le propre père de Sophie-Josèphe De Witte échappa lui aussi de peu à l’échafaud cette année-là, même si ce fut apparemment dans un autre procès – la Vie de Madame Bayart précise en tout cas qu’il fut emprisonné et condamné à mort avec trois coaccusés qui, eux, furent exécutés.

  • 24 Jean-Marie Wiscart, Au temps des grands liniers : les Mahieu d’Armentières, 1832-1938. Une bourgeo (...)
  • 25 Quant aux filles, elles se marièrent à des négociants en tissus ou en filés du Sentier et elles s’ (...)

10Les origines de la famille (bien qu’il y ait d’autres rameaux établis en Belgique) semblent être à Armentières, où des Bayart exercent le notariat depuis le xviie siècle et où Charles-Auguste Joseph Bayart avait pris la succession de son père. Certains rameaux associaient le notariat à d’autres activités lucratives, comme ces cousins alliés aux Selosse, une famille de négociants en toile et en épicerie. Les Bayart-Selosse allaient connaître une réussite exemplaire : en 1843, leur maison déclarait le chiffre d’affaires considérable de 1,40 MF et elle faisait travailler environ un millier de tisseurs à domicile. Cette branche était liée également aux Mahieu, des marchands fabricants qui allaient devenir de puissants patrons liniers sous le Second Empire24, et qui appartenaient aux dynasties de fabricants d’Ancien Régime25.

  • 26 Gérard Flament, La société pendant la Révolution, op. cit., p. 105.
  • 27 Cité par L. Jeanson, « La famille… », op. cit., p. 28.
  • 28 Voir par exemple Jean-Louis Magnan, Le notariat et la Révolution française, Montauban, Impr. de Fo (...)
  • 29 Pour l’attribution de la place de garde-magasin, comme pour la reconnaissance de dette de Chateaub (...)

11Or la Révolution avait fait diverger de manière irrémédiable la route suivie par ces deux rameaux de la famille Bayart. Nicolas-Joseph Bayart-Selosse et son frère Jacques-Philippe Bayart-Delangre tirèrent parti des ventes de biens nationaux de première origine, c’est-à-dire d’Église, l’un rachetant le couvent des Augustines, l’autre celui des Brigittes. Le premier nommé fut membre du comité de surveillance d’Armentières et de la société populaire de la ville, dont il avait rang de président. Celle-ci mena avec vigueur la déchristianisation de l’an II, puis se rallia sans retard au « juste milieu » des thermidoriens. Il accéda finalement à la mairie de la ville en vendémiaire an III26 et conserva ses fonctions sous le Consulat et sous l’Empire, qui le fit chevalier. Après avoir pris ses responsabilités avec fermeté sur le Maximum de 1812 et sur la conscription, il était considéré comme un homme du régime napoléonien, et à ce titre il fut malmené par les royalistes en 1814 (de même que son frère, qui dut « s’absenter » et se faire oublier quelque temps en Belgique). Le cousin Bayart-Selosse eut cependant la sagesse de refuser au préfet des Cent-Jours, Dupont-Delporte, de reprendre son poste de maire d’Armentières. Mais le temps avait fait son œuvre, et le fossé au sein de la famille s’était creusé. La rivalité entre les deux rameaux s’était exacerbée, et les enjeux politiques s’y étaient mêlés : dès les années 1790, dans ses lettres familiales, Nicolas-Joseph Bayart-Selosse se plaignait sans discontinuer que les tuteurs et l’oncle de sa femme fustigent en lui un partisan de la Révolution – « les conversations du cousin Bayart sont trop exagérées relativement aux affaires politiques27 », notait-il en 1794 à propos de Philippe-Charles-Joseph Bayart, le grand-père de notre héroïne. Ce dernier campa dans cette position de refus du nouveau régime issu de la Révolution et il vit ses affaires péricliter rapidement. Il put conserver sa charge notariale, quoique la législation révolutionnaire eût rationalisé la profession. Alors que de très nombreux notaires royaux furent supprimés ou forcés à démissionner, surtout dans les petites villes28, il réussit à la transmettre à son fils Charles-Auguste-Joseph, en 1812 (le père de Sophie avait alors 29 ans). Le retour des Bourbons se traduisit cependant par un spectaculaire rattrapage : sur intervention directe de Chateaubriand, qui était au ministère en 1823, Bayart fut en effet nommé garde-magasin des Tabacs de Lille. C’est ce que l’on appelle une « place », bien rémunérée, qui laisse penser que l’étude notariale héritée de son père était plus ou moins en déliquescence. Il devait se souvenir de ce coup de pouce, car il demeura un correspondant actif de Chateaubriand, partisan de lui faire obtenir un rôle politique plus important. Lui ou sa femme virent régulièrement l’écrivain à Paris (ainsi pour la Saint-Henri, le 15 juillet, où Sophie-Josèphe se rendait dans la capitale pour souhaiter sa fête à l’enfant royal dont elle avait brièvement été la nourrice), et il lui prêta plusieurs milliers de francs dans une période difficile29.

  • 30 Pour ces renseignements, voir Sophie Johanet, Vie de Madame Bayart, op. cit.
  • 31 Elle accoucha de son fils le 20 juillet 1820 dans la maison de campagne de Madame, à Bagatelle, où (...)

12L’ascendance de la mère de Sophie Johanet est celle d’une bourgeoisie rurale, qu’on pourrait rapprocher des « coqs de village » de la Picardie et de l’Artois. La Bonne-Ferme, le lieu-dit de naissance de Mme Bayart mère, se trouve sur la commune de Neuville-en-Ferrain, entre Tourcoing et la frontière belge, ce qui la rattache à la Flandre bien plus qu’à la vallée linière de la Lys. Sophie-Josèphe est fille d’une « fermière », certes, mais ce terme désigne un véritable patronat agricole, un groupe social fier de ses prérogatives, dont l’ascension fut opiniâtre. Devenue veuve assez tôt, cette mère avait à diriger un domaine important et à commander un grand nombre d’ouvriers, et elle mit ses fillettes en pension dans une institution de demoiselles. Puis, après sa première communion peu avant ses dix ans, Sophie-Josèphe De Witte alla à Mouscron en Belgique, « chez d’autres saintes personnes ». Ses frères et sœurs aînés avaient une position sociale élevée dans cette campagne des Flandres, notamment Pierre, qui fut longtemps maire de leur village, et Angélique, qui épousa un Delobel30 (une autre dynastie de gros fermiers et de censiers, remontant au xvie siècle) et mourut jeune en laissant trois enfants… On ne dispose d’aucun élément sur l’impact de la Révolution sur les affaires ou la position sociale des De Witte. Tout juste peut-on supposer que dans cette chrétienté rurale protoindustrielle qu’étaient alors les campagnes de Flandre, la présence et l’influence du clergé pesaient lourd, et que les enjeux fonciers étaient considérables, opposant citadins et paysannerie locale. Ses parents cachaient volontiers des prêtres réfractaires et les aidaient à passer en Belgique – Sophie-Josèphe elle-même eut l’occasion de jouer un rôle très jeune en venant en aide à Mgr de Broglie, évêque de Gand et adversaire notoire de la politique religieuse de Napoléon, en lui fournissant un refuge chez le curé de sa paroisse, qui était apparenté aux De Witte. Mais si le tour contre-révolutionnaire était bel et bien pris, il nous semble que c’est en 1815 que se fit le déclic et que démarra ce que l’on peut appeler un « engagement », qui devait s’exacerber à partir de 1820 et de la brève mission remplie auprès du duc de Bordeaux31, jusqu’à prendre ensuite un tour presque fanatique.

13L’adversité y contribua aussi. Car la Révolution de 1830 avait supprimé la position de Charles Bayart. Les temps étaient durs, et à en croire la biographie rédigée par Sophie Johanet on sous-louait, étage par étage, la maison de Lille. La famille dut même sacrifier son argenterie pour financer le voyage de Mme Bayart à Holyrood, au printemps 1831. Elle vendit aussi les brillants du médaillon contenant les cheveux du duc de Bordeaux que lui avait offert Charles X en 1820 afin de pouvoir payer celui de Charles Bayart à Naples en janvier 1832 auprès de la duchesse de Berry – car bien entendu celui-ci trempa dans la préparation de l’insurrection vendéenne, et la police qui le surveillait l’identifia parfaitement (même s’il ne fut finalement pas inquiété). En 1838, Madame Bayart mère se rendit à Graz et demeura plusieurs semaines auprès de la duchesse de Berry dans sa résidence de Brunnsee, puis elle partit pour Goritz où elle vit le duc de Bordeaux et sa sœur aînée, Mademoiselle. À Ems, en 1849, enfin, elle revit une dernière fois l’héritier du trône, qui avait désormais pris son titre définitif de comte de Chambord, et qui l’appelait familièrement sa « seconde mère », ou sa « plus vieille connaissance ».

  • 32 Bonnie Smith, Les bourgeoises du Nord, Paris, Perrin, 1984, p. 58.
  • 33 Sophie Johanet, Vie de Madame Bayart, op. cit., p. 300. « Je soupçonne la grande dame, ajoute-t-el (...)

14Dans cette première moitié du xixe siècle, les filles de la bourgeoisie se mariaient généralement vers leurs 21 ans32. Cette règle se confirme avec la fille de Sophie-Josèphe Bayart, qui fut amenée à Paris par sa mère en 1842, à l’invitation de Madame de Chateaubriand. Ainsi que le raconta Sophie plus tard, cette dernière voulait la « marier avec un jeune baron de sa connaissance33 ». Mais les choses ne se passèrent pas comme prévu :

  • 34 Elle veut probablement parler de l’Émancipation, journal belge conservateur et plus ou moins catho (...)
  • 35 Voir supra p. 195-196 au sujet de cet accident de voiture, qui fut la cause indirecte de leur rapp (...)
  • 36 Sophie Johanet, Vie de Madame Bayart, op. cit., p. 301.

Une modeste épingle achetée le lendemain au coin d’une rue me fit demander à ma mère si dans cette rue ne demeurait pas l’avocat légitimiste dont le nom était inscrit sur nos tablettes. En effet, ma mère me dit que cet avocat était M. Auguste Johanet, celui qu’on appelait partout le défenseur des Vendéens, celui qui avait plaidé à Cambrai pour l’Émancipateur34. Nous allâmes droit chez lui ; il nous engagea à visiter Chambord et s’offrit à nous guider dans le royal domaine, voisin de la terre de Gelou qu’habitait sa mère. La proposition fut acceptée. Un terrible accident de voiture nous retint trois semaines chez Mme Johanet35, ce qui permit à nos deux familles de se connaître davantage ; on éluda la proposition de Mme de Chateaubriand, et le 26 mars 1845, j’épousais M. Johanet36.

  • 37 Yvonne Knibiehler, « Corps et cœurs », in Geneviève Fraisse et Michèle Perrot (dir.), Histoire des (...)
  • 38 Henri Rossi, Mémoires aristocratiques féminins, 1789-1848, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 102. V (...)
  • 39 Lettre citée par Georges Lefebvre, Études orléanaises, op. cit., t. 1, p. 200.
  • 40 Voir Alfred Baudrillart, Les Normaliens dans l’Église, op. cit., p. 5-6. C’est l’assassinat du duc (...)

15Un peu aidée par le hasard, Sophie ne se laissa donc pas imposer un époux, et elle dédaigna une union qui l’aurait fait entrer dans la petite noblesse et qui n’était certainement pas pour déplaire à ses parents. Ce faisant, la jeune femme manifesta une préférence, une inclination qui traduisait l’espoir d’une union plus intime et plus parfaite37 : l’espoir de parvenir à l’amour entre elle et son mari. Elle répondait ainsi à l’épanouissement de la sensibilité féminine, à une aspiration à un amour vrai et sincère, qu’un auteur tel qu’Henri Rossi situe à la fin du xviiie et au début du xixe siècle, bien loin en amont des dates où les historiens du couple placent le plus souvent la généralisation du « mariage d’amour » à toutes les couches sociales, à savoir les années 1920 et 193038. Si elle participa donc d’une certaine manière au choix de son époux, il n’en reste pas moins que l’union de Sophie et d’Auguste obéissait à des logiques sociales et politiques très fortes. Les deux familles, pour reprendre l’expression du vicomte d’Alès dans sa lettre à Dupanloup de 1865, « avaient constitué leur propre noblesse par leur dévouement dans les jours malheureux ». Après le péril révolutionnaire, elles furent « associées au triomphe » de 1815 et « acceptées par la noblesse quoique jusque-là elles n’en fissent pas partie ». Après 1830, elles « restèrent, avec une énergie admirable, fidèles au parti qu’elles avaient embrassé39 ». Les premiers pas d’Auguste Johanet dans la vie publique l’ancrèrent dans cette orientation esquissée par le parcours politique de son père à Orléans, et entretenue par son frère aîné, l’abbé Alexandre Johanet. En plus d’être liée à Dupanloup, par l’intermédiaire d’Alexandre, la famille Johanet fut associée à Lacordaire, qui avait pareillement cédé à l’appel d’une vocation religieuse après avoir fait son droit40. Et une fois Auguste installé à Paris comme avocat, on le trouva impliqué dans toutes les initiatives tendant à fédérer la jeunesse royaliste et catholique des années 1830 et 1840.

  • 41 Pierre Gourinard, Les royalistes français face à la France dans le monde, 1820-1859, Nîmes, C. Lac (...)
  • 42 Baudicour et Laurentie sont respectivement animateur et secrétaire de rédaction de la Société Cath (...)

16On l’identifie d’abord en 1833, associé au noyau de la future conférence Saint-Vincent de Paul. Il s’agit de l’académie Saint-Hyacinthe, c’est-à-dire un « catéchisme de persévérance » fondé en l’église de l’Assomption41, rue Saint-Honoré, afin de rapprocher les jeunes catholiques isolés dans leur paroisse et déprimés par l’atmosphère anticléricale faisant suite à la Révolution de 1830. Louis de Baudicour, fils d’une famille de petite noblesse de Saint-Dizier qui venait de finir son droit et d’être reçu avocat (et qui fut plus tard un légitimiste actif dans la colonisation de l’Algérie) s’y trouvait aussi engagé, à côté de bien d’autres futures figures du légitimisme : l’abbé Dupanloup et l’abbé Genoude, le vicomte de Saint-Priest (et plusieurs futurs élus de la IIe République comme Combarel ou de Kerdrel), et également plusieurs futures « plumes » prestigieuses du mouvement : Pierre-Sébastien Laurentie42, Alfred Nettement, ou Charles de Riancey.

  • 43 Auguste Johanet, Voyages de Henri de France en Écosse, en Angleterre, en Allemagne et en Italie, P (...)
  • 44 Veuillot jugeait le ton du pamphlet de Combalot trop vif, mais L’Univers vendit des exemplaires de (...)

17Autour de 1840, Auguste Johanet ne fut pas non plus étranger à l’apparition, à Paris, d’une série de débats et conférences dans lesquels on peut détecter l’embryon d’un « parti catholique » qui allait être l’un des viviers du royalisme du milieu du siècle. Y figuraient une majorité de laïcs d’orientation ultramontaine comme lui : Charles de Riancey, de nouveau, ainsi que son frère Henry, Edmond de Cazalès, ou encore Eugène Boré… Pour éviter l’interdiction administrative, leurs discussions portaient volontairement sur des questions d’histoire et de société très variées. Mais leur teneur fut rapportée à un large public par le célèbre publiciste catholique Louis Veuillot, dans une rubrique de L’Univers appelée « Propos divers », de février à juin 1840, et de nouveau au second semestre 1842. La question de la liberté d’enseignement devenait alors l’un des laboratoires où s’élaboraient les réseaux et doctrines monarchiques appelées à marquer le milieu de siècle. Henry de Riancey (1816-1870), connu jusque-là pour ses travaux historiques, était avocat comme Auguste, et présente une trajectoire très proche. Il fit justement ses débuts au barreau de Paris comme défenseur de l’abbé Combalot, auteur d’une brochure qui attaquait violemment les hommes en charge du ministère de l’Instruction publique43. Il plaida ensuite pour Veuillot, avec le même insuccès mais pour les mêmes motifs44, tandis qu’un autre avocat défendait le gérant du journal, Barrier. Mais il quitta finalement le barreau en 1844 pour devenir journaliste à L’Union monarchique, L’Ami de la Religion, ou encore Le Correspondant, donc les journaux de Montalembert dont il était proche et pour qui il jouerait bientôt le rôle de secrétaire du Comité pour la liberté religieuse. Ce qui est donc certain, c’est que par sa position, son réseau, sa profession, Auguste Johanet parvint très près de l’état-major dirigeant, du premier cercle du légitimisme. Car il ne s’agissait pas de rapprochements de circonstance. Auguste était régulièrement, presque structurellement, associé à ces personnalités. Au total, donc, la formation du couple Johanet apparaît comme une union peut-être plus aboutie que l’arrangement que la vicomtesse de Chateaubriand avait rêvé pour la fille de son amie Madame Bayart.

Écriture du voyage et écriture de soi

  • 45 Auguste Johanet, Voyages d’Henri de France en Écosse, en Angleterre, en Allemagne et en Italie, op (...)
  • 46 Voir par exemple l’argument de Katherine Turner, British Travel Writers in Europe, 1750-1800. Auth (...)
  • 47 Voir Isabelle Brouard-Arends (dir.), Femmes éducatrices au Siècle des Lumières, Rennes, PUR, 2005, (...)

18Quel sens y avait-il, pour cette jeune femme, à tenir le journal de son périple ? À première vue, ainsi que nous l’avons souligné dans l’introduction, on pourrait être tenté d’y voir de simples notes destinées à alimenter l’ouvrage politique que préparait son époux, consacré au portrait et à l’éloge du comte de Chambord. Sophie Johanet se montrerait alors respectueuse du partage traditionnel des rôles : à elle la narration de la vie privée du jeune couple, les péripéties, les anecdotes du voyage ; à Auguste, au contraire, le témoignage et le commentaire de la matière politique45. Ses valeurs dictaient d’ailleurs à Sophie la plus grande défiance vis-à-vis des prétentions attachées à l’idée d’une femme savante, ou davantage encore d’une femme de plume. Elle reproduit même sans hésitation les stéréotypes très courants dans les années 1830 et 1840 au sujet des « mauvaises lectures » féminines, passe-temps coupable et potentiellement dangereux. Cependant, cette fonction d’assistante qu’elle a sans doute remplie de bonne grâce n’est pas la seule explication. En fait, comme beaucoup de diaristes, Sophie Johanet est aussi venue à l’écriture personnelle en raison du caractère exceptionnel, sans précédent et vraisemblablement sans suite, de l’expérience qu’elle était amenée à vivre en se lançant sur les routes de l’Italie du Nord à la rencontre du jeune chef de la maison de France. Le développement du récit de voyage en tant que genre, dans le dernier tiers du xviiie siècle, avait en effet ouvert aux femmes un autre espace d’écriture « légitime46 » à côté de ceux déjà établis, comme la littérature de piété ou d’éducation. Ce n’était donc pas encore une littérature libérée de toute contrainte, mais c’était déjà un genre mixte et peu codifié (un peu comme le roman de cette époque, d’ailleurs), dans lequel les lois de la composition étaient peu contraignantes et où l’expression d’un caractère, d’une personnalité, devenait possible. Le genre littéraire s’affichait donc ouvert, à tous les points de vue : la technique n’y était pas maîtresse, les connaissances positives y comptaient davantage que l’érudition classique, et le marché éditorial y était toujours friand de nouveautés. Une femme pouvait y prendre la plume et donner le compte rendu de ses pérégrinations sans pour autant revendiquer une véritable dignité d’auteur, car ce faisant elle restait dans les limites du privé et de la subjectivité qu’on lui attribuait généralement dans le cadre de la doctrine des sphères séparées, tirant la femme du côté de la nature et du domestique et l’y gardant prisonnière, telle qu’elle fleurissait dans le sillage de la Révolution française sur tout le continent européen. De longue date d’ailleurs, le fait de consigner par écrit ses observations était encouragé comme une pratique d’éducation, sans discriminer les filles (tout au moins dans la haute société), car on y voyait une manière de fortifier le style et d’améliorer les capacités d’observation. En 1782, Stéphanie de Genlis en avait fait une des clés de voûte du parcours des deux héros de son grand roman d’éducation, Adèle et Théodore, que leurs parents conduisent à la découverte de l’Italie et de la Hollande47.

  • 48 Voir p. 194.

19Le texte de Sophie Johanet n’est que peu daté, ce qui montre bien qu’il ne s’agit pas d’un journal de route mais d’un texte abouti et soigneusement confectionné. Pour autant, il n’est pas facile de dire s’il a été recomposé a posteriori, après le retour en France, ou simplement composé au fil de l’itinéraire à l’occasion des temps morts et des moments de solitude dont Sophie a pu disposer. La linéarité du récit est parfois prise en défaut. Par exemple, à la page 102, la narratrice mentionne la date du 15 juillet, et au chapitre suivant page 105, elle affirme que « Mme de V*** quitta Venise dans les premiers jours de Juillet ». De la même manière, le dernier chapitre, rédigé une fois le couple rentré en France, mentionne des événements du 1er octobre48, alors que le retour s’effectua le 27 août. Sophie rédige également beaucoup au passé, et le plus souvent au passé simple, ce qui donne l’impression d’une certaine distance entre elle et les événements, mais elle ne dédaigne pas toujours de croquer certaines scènes au présent, pour leur donner plus de vigueur. La fabrication du récit est donc décalée de la saisie des événements vécus, et très probablement, le matériau princeps qui servit de base au travail de Sophie Johanet était un journal de route, terme qui apparaît d’ailleurs quelquefois, ainsi à la fin du chapitre XXVI où elle mentionne bien ses « trente et une pages d’aujourd’hui » (p. 156). Un peu plus loin elle évoque de nouveau les « douzaines de feuilles » qu’elle a « barbouillées », à l’abri des cahots du transport routier, sur le vapeur entre Vienne et Linz. À l’opposé, certaines portions du voyage, parce qu’elles sont trop précipitées ou jalonnées d’incidents, ou parce que les logements offrent peu de facilités pour écrire, sont peu propices à noircir des pages, et Sophie se contente alors de prendre quelques brèves notes. Quitte à opérer un retour en arrière et à les exploiter plus tard : « Je repassai tout à l’heure mes petites notes jetées en courant lorsque je n’ai pas le temps d’en écrire davantage » écrit-elle ainsi à l’orée du chapitre XXVII. Toutes ces notes prises en route, à la hâte, semblent en tout cas avoir disparu : peut-être d’ailleurs est-ce Sophie elle-même qui les a détruites, une fois qu’elles ont eu rempli leur office, à savoir fournir la matière d’où elle a extrait le récit qu’on vient de lire. Dès lors, chercher à préciser à quel moment exactement celuici fut rédigé deviendrait une gymnastique périlleuse. Les quelques dates qui sont parsemées à travers le manuscrit indiquent bien le moment de l’événement vécu, mais non nécessairement le temps de la rédaction. Sophie Johanet assume donc le travail de réécriture et de recomposition dont son manuscrit est le fruit, et elle le signale d’ailleurs à ses lecteurs discrètement, par exemple en datant la rédaction du long développement sur le cabas du 18 août 1845, postérieure de trois jours à la datation de l’entrée du chapitre dans lequel il se trouve inséré (« le lendemain était le jour de l’Assomption »).

  • 49 On relève cependant deux passages où le « je » est largement surreprésenté : de la page 79 à 95, c (...)
  • 50 Stistrup Merete Jensen, « Le travestissement narratif dans les écrits d’Isabelle Eberhardt », in F (...)

20Par ailleurs, on a fait remarquer dans la présentation qu’aux yeux de Sophie, le journal était aussi un monument bâti au tout jeune ménage qu’elle formait avec Auguste Johanet. Ne voit-on pas le récit se refermer avec une véritable apothéose – chantée – du jeune couple ? Et dans le propos de Sophie, l’utilisation du « nous » se révèle largement prédominante par rapport à celle du « je49 ». Différentes utilisations de ce « nous » ont été détectées. En premier lieu, un « nous » désignant Sophie Johanet et son époux, accomplissant une action ensemble, mais également un « nous » impersonnel, englobant les deux voyageurs et leur « cher lecteur ». Le « nous » est également dominant lorsqu’il s’agit de jugement esthétique, comme si, sortant du domaine traditionnellement dévolu aux femmes, Sophie Johanet ressentait le besoin de cacher son opinion propre derrière un pluriel englobant son mari. Cela délivre son écriture de toute implication ou prétention personnelle et lui apporte de la crédibilité50. Mais à l’inverse, Sophie Johanet revendique parfois sa place dans ce « nous », qui cesse d’être uniquement autre et masculin, ainsi lorsqu’elle raconte une altercation avec un voiturier : « C’était peu agréable, nous fîmes les méchants (je fais bien de dire nous, car pour cela Auguste s’en tire fort mal) » (p. 61). C’est aussi une manière de contester, sans en avoir l’air, la répartition sexuée des rôles que le lecteur attend.

  • 51 Friedrich Wolfzettel définit cet intérêt comme un « leitmotiv du voyage au féminin » (« Récit de v (...)
  • 52 « Le choix de présenter au lecteur tel ou tel aspect de la société renvoie toujours à l’image que (...)
  • 53 Voir supra p. 43-44.

21Comme beaucoup de femmes en voyage, Sophie observe ses congénères51. Ce n’est pas une caractéristique dominante de son récit, mais à travers les quelques remarques parsemant le texte, nous pouvons établir les contours d’un portrait des femmes telles que Sophie Johanet les voit, ou telles qu’elle voudrait qu’on les vît52. La sévérité (par exemple à Venise à propos de celles « qui ne sont que jolies, […] mais de cervelle, point » p. 75) se mêle à l’empathie, comme à Milan, où elle remarque que la coquetterie des femmes qu’on lui présente comme consubstantielle à leur nature est en réalité entretenue par le souci de représentation qui hante les époux, et dont témoigne la passeggiata des brillants équipages sur le Corso Romano53. L’humour et l’ironie reviennent d’ailleurs à plusieurs reprises dans l’écriture de Sophie, illustrant la distance qu’elle était capable de prendre avec les événements ou les situations qu’elle vivait. Mais certes pas au point de contester sa situation de femme-épouse, dont elle est comblée : les autres couples qui sont décrits ou à propos desquels des informations sont rapportées servent d’ailleurs bien souvent de faire-valoir aux deux jeunes mariés.

  • 54 Friedrich Wolfzettel, « Récit de voyage et écriture féminine », op. cit., p. 22.

22Si elle ne conteste pas la position sociale dans laquelle la société la place, le voyage lui donne en revanche l’occasion de transgresser les frontières de la domesticité, en la faisant sortir du lieu clos où elle est habituellement confinée54. Le premier exemple est son escapade au haut du Dôme de Milan, qu’elle fait seule, le « cher Auguste craignant que quelque vertige ne le précipitât du haut en bas » (p. 47). Cette manière d’insister sur l’accomplissement de soi par une performance physique ou par une détermination morale qui déroute l’observateur masculin, parce qu’elle est inattendue chez la femme, a priori jugée faible, est à vrai dire un classique de l’écriture féminine du voyage. Ici cependant, c’est davantage qu’un supplément de considération pour soi, car les rôles sont presque inversés. C’est elle qui engage son mari à rester au sol, et c’est elle qui a le courage de grimper au sommet, et qui stupéfie les guides qui lui prédisaient une ascension longue et exténuante… De tels moments du récit sont comme des temps d’égalisation des conditions entre homme et femme – des temps suspendus, mais que le lecteur garde en mémoire, comme des possibles.

  • 55 Bénédicte Monicat, Itinéraires…, op. cit., p. 159-160.
  • 56 Nicolas Bourguinat, « Voyage et genre, une interrogation renouvelée », in Id. (dir.), Le voyage au (...)

23Si les époux n’entrent jamais en conflit, les moments de tension ne sont pas tout à fait absents, comme celui où en quittant Frohsdorf, Auguste la renvoie à sa condition et à sa responsabilité, faire les bagages, avec un « presque insultant : bon courage ! » (p. 147). La narratrice retourne l’incident à son avantage, car s’ensuit une description d’abord déconcertante mais en réalité très inventive et vive du « cabas », objet personnifié que l’on suit de sa fabrication jusqu’à sa mort, en passant par son vaste contenu, et qui est évidemment une manière d’affirmation, de la part de Sophie Johanet, de la dignité de son rôle de femme. Tandis que l’époux, pesamment, s’endort, elle le plaint avec ironie d’être condamné à ne jamais « éprouver le plaisir que l’on ressent en rangeant dans une malle » les effets de son conjoint. Cela sonne à la fois comme une condamnation de l’aveuglement masculin et comme la revendication de tout un champ d’expérience, d’un espace privé, dont comme femme, elle éprouverait la richesse et pourrait (voudrait ?) rester maîtresse55. D’un « je » féminin plutôt modeste nous arrivons ici à un « moi », dont seuls quelques fragments du texte, certes, sont affectés, et dont les dernières pages évoquant le retour en France et son installation en ménage à Paris (p. 191-199), sont singulièrement dénuées, mais qui tout de même s’impose56.

Le voyage de noces et la mise en scène de l’histoire d’un couple

24En signant l’acte de mariage, la femme signait sa soumission à son époux, mais c’est par cet état de femme mariée, le plus souvent, qu’elle parvenait à la reconnaissance sociale, à un statut. À Venise, Sophie rencontre le comte de Kergorlay, qui lui déclare : « Madame Bayart et moi, sommes de vieilles connaissances, de vieux amis, mais je l’aime encore plus depuis qu’elle a Monsieur Johanet pour son gendre ». « Et moi aussi », répond Sophie, « au fond de mon cœur » (p. 74)… C’est grâce à son mariage qu’elle peut sortir de la tutelle de ses parents, devenir maîtresse d’un espace domestique, et ici voyager à la rencontre du grand monde. Le comte de Chambord, la duchesse de Berry, puis la duchesse d’Angoulême signent tour à tour le contrat de mariage des Johanet, les accueillant ainsi, en quelque sorte, dans une communauté. Mais c’est surtout pour Sophie que cet accueil revêt une symbolique particulière puisqu’Auguste, pour sa part, existait déjà dans cette société. On remarquera également qu’en 1843, lors du rassemblement légitimiste de Londres, seule la présence des hommes était souhaitée, d’où le fait que Sophie avait cédé la place à son jeune frère Henri, aux côtés de son père. Une fois célébré son mariage avec l’avocat Auguste Johanet, le voyage de noces la conduisait presque naturellement à être présentée à la famille royale et à la haute société légitimiste. En quelque sorte, il faisait office d’une entrée dans le monde.

  • 57 Voir ainsi Maurice Daumas, Le mariage amoureux. Histoire du lien conjugal sous l’Ancien Régime, Pa (...)
  • 58 Sur les écritures intimes et la vie de couple, voir les actes du récent colloque de Pau : Maurice (...)

25Mais dans le manuscrit, parallèlement à l’enjeu social sous-jacent à cette union, l’aspect affectif est également mis en avant. Une notion qui revient à plusieurs reprises est celle du partage absolu entre les deux cœurs : « Nous borner à nous aimer l’un l’autre, serait à nos yeux de l’égoïsme, nous ne ferions tous deux que nous aimer nous-mêmes, puisque, on le sait, les deux ne sont qu’un seul. » (p. 127) Il y a là à la fois une touche d’autodérision et un rappel discret de la pastorale chrétienne du mariage. Dans le modèle conjugal de la bourgeoisie, cette notion de fusion des deux cœurs ne se ferait une place majoritaire qu’assez tard, vers la fin du xixe siècle, mais elle n’avait jamais été absente, comme en témoignent les manuels de spiritualité et de conjugalité qu’a étudiés par exemple Maurice Daumas pour l’époque moderne57. C’est donc à juste raison qu’elle écrit : « Ce [bonheur]-là n’éloigne point de Dieu, il n’attache point mon cœur aux joies éphémères de ce monde, au contraire, il m’éloigne de celles-ci qui ne la pourraient remplir, en me rapprochant, par la reconnaissance de celui qui me l’a donné… » (p. 131). Outre les questionnements religieux, la réflexion qu’elle développe et qui est liée à son apprentissage de la vie commune avec son nouvel époux la dirige vers la notion de bonheur. L’Église, en demandant de fonder une relation conjugale sur un sentiment d’affection et d’estime partagée, a permis au couple de devenir un lieu d’épanouissement réel. Le journal devient donc un moyen de peindre cette relation conjugale et de l’analyser avec un souci minimum de réflexivité, en même temps que pour ses destinataires – les familles des deux jeunes gens –, il est supposé porter témoignage du caractère harmonieux et de la pleine réussite de cette union58.

  • 59 Laure Adler, Secrets d’alcôve : histoire du couple de 1830 à 1930, Paris, Hachette, 1983, p. 72.
  • 60 Agnès Walch, Histoire du couple en France de la Renaissance à nos jours, Rennes, Éditions Ouest-Fr (...)

26C’est parfois l’image un peu forcée d’un époux modèle qui s’en dégage. Lors de leur passage à Linz, comme la plupart des touristes, ils admirent les femmes de la ville, qui jouissaient d’une grande réputation de beauté. Sophie écrit alors : « Je ne pensais point à me tourmenter de ce qu’Auguste les observait avec un certain plaisir, car j’aime avant tout qu’il soit reconnaissant, et il aurait fallu être aveugle et sourd pour ne pas voir et entendre, même en allemand, qu’il était lui-même bien plus remarqué. Je continuais l’habitude que m’avaient fait prendre les Vénitiennes en le nommant toujours le beau Français. » (p. 165). Quelques lignes plus loin, elle insère dans son journal une vignette de son époux, après avoir été cette fois un peu jalouse d’une femme qui ose demander le portrait d’Auguste… À Venise, elle note également qu’il a une « ravissante taille » (p. 94). Mais son apparence physique est loin d’être son unique atout, puisqu’il est également un compagnon attentionné et bienveillant. Et Sophie y insiste à plusieurs reprises, de l’incident du portefeuille au début jusqu’à l’arrivée à Goritz où elle est épuisée, et où son « cher Auguste » la « f [ait] coucher pendant plusieurs heures, se trouvant rafraîchi, disait-il, de ce repos que je prendrais au profit de la communauté. Lui, pendant ce temps, devait s’informer des heures de réception, de la cérémonie du lendemain etc… » (p. 54). Mais il est également l’« homme de la situation », celui qui excite le « plus vif intérêt » (p. 138) par ses conversations auprès de la famille royale à Frohsdorf, celui à qui elle laisse la faculté d’avoir « toujours raison », et celui à qui elle obéit lorsqu’il refuse de l’emmener avec lui à Wiesbaden, ville de jeux d’argent. L’homme était le tuteur de la femme, considérée comme un être inachevé, et au mieux une sorte de grand enfant59, et ainsi devait la guider. Le Code civil napoléonien formalisait tout cela, comme dans l’article 213 par exemple, stipulant que le mari devait « protection à sa femme » en retour de l’« obéissance » attendue de cette dernière. Mais en fait dès le xvie siècle, selon la démonstration d’Agnès Walch60, l’Église et le pouvoir royal avaient admis que pour instaurer une harmonie conjugale durable, l’époux devait aussi être compréhensif et tolérant pour les « faiblesses » de sa femme (comme l’« étourderie » de Sophie par exemple), et savoir l’entourer de soins prévenants. Auguste s’y conforme donc. Mais cette morale du sacrifice et de l’effacement de soi est réversible, et tout se passe parfois dans ce voyage de noces comme si elle convenait mieux à l’épouse qu’au mari, qui est par ailleurs de 15 ans plus âgé. Lorsqu’il est victime d’une indisposition, Sophie écrit : « Nous passâmes donc tous les deux une nuit affreuse, Auguste de souffrance, moi d’inquiétude » (p. 50). Et pour lui être agréable, Sophie se « condamne » à être privée de lui en l’envoyant voir les courses de Padoue (« je pense qu’il s’amuse, cela me désennuie », dit-elle p. 106).

  • 61 Voir Sylvain Venayre, « L’avènement du voyage de noces (xixe-xxe siècles) », op. cit., ainsi que l (...)
  • 62 Raban de Damville, Manuel de savoir-vivre, Paris, Desloges, 1849, cité ibid. p. 57.
  • 63 Dr A. Coriveaud, Le lendemain du mariage, Paris, Librairie J.-B. Baillière & Fils, 1884, p. 37. Ce (...)
  • 64 Mme Octave Feuillet, Quelques années de ma vie, Paris, Calmann-Lévy (2e édition), 1894. Texte numé (...)
  • 65 Sylvain Venayre, « L’avènement du voyage de noces », op. cit., p. 761. L’auteur situe l’émergence (...)
  • 66 Honoré de Balzac, Physiologie du mariage, Paris, Levasseur et Urbain Canel, 1829.
  • 67 C’est probablement la définition qu’en avait Sophie Johanet, puisqu’elle écrit : « On dira, si l’o (...)
  • 68 « C’est un excellent usage que celui des Anglais, qui vont passer ce mois de félicités dans une ca (...)
  • 69 Voir Christophe Studeny, L’invention de la vitesse. France, xviiie-xxe siècle, Paris, Gallimard, 1 (...)

27Quoi qu’il en soit, ce portrait idéalisé ne sort pas tout fait de la tête de la narratrice, il est d’abord le résultat d’un récit d’apprentissage. Le voyage de noces en était le cadre opportunément choisi. Selon les recherches de Sylvain Venayre, la pratique émerge dans les années 1820, gagne son nom dans les années 1870, et triomphe à partir des années 188061. Dans sa première période, elle était largement décriée par les manuels de savoir-vivre, comme dans celui-ci, qui date de 1849 et où l’on peut lire : « Il est maintenant reçu que, le lendemain de leurs noces, deux nouveaux mariés n’ont rien de mieux à faire que de monter en chaise de poste et d’aller à quelque cent lieues de leur domicile s’enfermer dans une chambre d’auberge62. » Du côté des médecins, on peut observer que le voyage de noces était encore déconseillé alors que son usage s’était déjà largement répandu, comme d’après le docteur Coriveaud en 1884 : « Le voyage de noces est une mode absurde, immorale et dangereuse : dangereuse pour la jeune mariée ; dangereuse pour l’enfant conçu au milieu du trouble et des cahots ; dangereuse pour la famille puisqu’il peut déterminer une stérilité incurable63. » La femme d’Octave Feuillet raconta dans ses mémoires le voyage de noces qu’elle entreprit en 1851, et décrivit ainsi la réaction de son beau-père : « Nous partîmes pour Paris quelques jours après notre mariage, malgré les railleries de mon beau-père qui prétendait que les voyages de noces étaient un genre, une manie, qu’on pouvait tout aussi bien s’aimer chez soi que sur les grandes routes64. » Le terme était certainement d’emploi encore très récent65. Dans l’idéal il correspondait au temps de lune de miel, « la nuptiale saison, si fugitive, pendant laquelle la vie n’est que douceur et ravissement66 », qu’on identifie traditionnellement au mois suivant immédiatement le mariage67. Il peut certes paraître surprenant qu’une telle pratique, décriée par les manuels de savoir-vivre, ait été adoptée par le couple Johanet, issu de familles conservatrices, mais il est possible que ce milieu ait jugé à propos de copier un usage venu d’outre-Manche68. Nous serions donc tentés de définir les années 1820, non pas comme une émergence de la pratique du voyage de noces, mais comme le début de la « mode » de ce voyage, par une diffusion dans la bourgeoisie qui finira par l’installer durablement dans le paysage nuptial69.

  • 70 Helena Michie, Victorian Honeymoons, Journeys to the Conjugal, Cambridge, Cambridge University Pre (...)
  • 71 Barbara Penner, Newlyweds on Tour, op. cit., p. 6. Aux États-Unis, elle situe également l’émergenc (...)
  • 72 Ibid., p. 18.
  • 73 Mme George Duhamel, Mon voyage de noces en Italie, Paris, Société libre d’édition des gens de lett (...)
  • 74 Liselotte, Le guide des convenances, Paris, Bibliothèque de la société anonyme du « Petit écho de (...)
  • 75 Sylvain Venayre, « L’avènement du voyage de noces », op. cit., p. 762. Plus généralement, sur l’as (...)

28Cette conception s’alignerait avec la constatation d’Helena Michie, selon laquelle le voyage de noces était déjà devenu une part importante du rituel du mariage anglais au milieu du xixe siècle70, après avoir existé de manière assez commune à la fin du xviiie siècle dans l’aristocratie71. Nous pourrions également suggérer que, cette mode venant d’Angleterre, les régions du Nord de la France avaient été touchées plus tôt que les autres régions françaises par ce phénomène. Sophie Johanet venait justement de la région lilloise, et Mme Feuillet était Normande – mais il faudrait bien sûr confirmer cette hypothèse par d’autres témoignages contemporains. Barbara Penner, pour la pratique du voyage de noces dans les États-Unis du xixe siècle, relève également un fait intéressant : les allusions, images, représentations des nouveaux mariés, assez faibles dans les années 1820-1830, devinrent abondantes à partir des années 1850, lorsque les just married furent devenus un type social bien particulier72. Ce qui est sûr, c’est que la pratique allait évoluer. Les voyages de Mme Feuillet et Mme Johanet ne ressemblent que très peu aux voyages de noces décrits par les manuels de la fin du siècle et plus tard, dont un exemple écrit à la première personne serait le voyage de noces de Mme Duhamel en 189873. Avec le temps, le départ a eu tendance à se faire de plus en plus juste après la cérémonie de mariage. Dans un manuel de 1931 il se fait même sans dire au revoir aux convives, « à l’anglaise74 », alors qu’ici, en 1845, le couple Johanet attend deux mois pour prendre le large. Le voyage de noces a pris aussi progressivement l’aspect d’une coupure avec le monde, la société et ses devoirs, qui ne cadre nullement avec les mondanités qui attendaient les Johanet sur leur route. Le texte de Mme Duhamel reflète bien cette idée, en mettant en avant le bonheur d’être seule avec la personne aimée. Comme fait social, il n’y a donc pas de doute que le voyage de noces soit associé avec « le processus général d’autonomisation du couple75 » qui s’accomplit au fil du xixe siècle. Même si nous ne sommes pas encore, pour le voyage de noces de Sophie Johanet, dans un temps de renfermement du couple sur lui-même, ce processus, qui inclinait les couples à davantage de partage et d’intimité, était déjà à l’œuvre, pour arriver à cet idéal de fusion également présent dans le journal de Sophie.

  • 76 Barbara Penner, Newlyweds on Tour, op. cit, p. 23.
  • 77 Sylvain Venayre, « Le temps du voyage de noces », op. cit.

29La fonction du voyage de noces est de nourrir les liens affectifs entre les jeunes mariés, tout en les testant et les renforçant, afin qu’ils reviennent mieux préparés à la vie qui les attend. « Quoique muets d’admiration et de saisissement, écrit Sophie, nous disions bien haut, nous sentions surtout : “qu’on sent bien peu les ennuis du voyage, quand on est deux pour faire le chemin” » (p. 37). Bien sûr, c’est au voyage réel qu’elle fait référence, mais cette pensée lui est inspirée par la vue des dangers sur la route traversant le Mont-Cenis, rejoignant tout à fait la parabole de la vie comme un voyage parsemé d’embûches. Ainsi, chaque endroit visité durant le voyage de noces, chaque paysage et chaque événement deviendraient l’occasion pour les jeunes mariés de tirer des leçons sur la bonne conduite à avoir dans la vie, mais surtout en amour76. Les réflexions que lui inspirent le coup du sort subi à Venise et les soins que lui apporte Auguste pendant sa convalescence rejoignent ainsi les pensées qu’elle consigne dans le train de Gratz à Wiener-Neustadt : « La promptitude avec laquelle on est emporté par la locomotive ne permet pas de jouir longtemps du même tableau. Impitoyable comme le temps aux jours de bonheur, elle passe, elle passe vite, sans jamais s’arrêter… Heureux au moins qui sait les apprécier et les allonger en quelque sorte par le souvenir de la veille et l’espoir du lendemain ! Telles étaient mes réflexions, et regardant mon cher Auguste, je lui fis comprendre qu’il en était l’inspirateur. Le temps a été si court depuis le 26 mars ! » (p. 129). Ainsi, le voyage de noces était l’occasion, par l’éloignement, de réaffirmer le vœu que les jeunes époux avaient formé de cheminer ensemble tout au long de leur vie77.

  • 78 Helena Michie, Victorian Honeymoons, op. cit., p. 12.

30Un des principaux arguments d’Helena Michie est que le voyage de noces avait pour fonction de forger un regard commun des deux époux sur leur propre relation et sur les choses78. Le seul fait de voir les mêmes objets au même moment y contribue bien sûr, comme à Venise où les Johanet se redisent sans cesse « Sophie que c’est beau ! Que c’est beau Auguste ! » (p. 67). Consciemment ou non, Sophie Johanet est aussi « initiée » à la vision de son époux (qui est du reste bien plus expérimenté qu’elle, et sans doute plus instruit), puisqu’il lui dicte des réflexions, et il est probable de même qu’il influence ses descriptions de paysage ou de monuments comme nous l’avons suggéré plus haut. Mais si le voyage de noces est là pour forger l’unité, c’est qu’elle n’est pas innée, qu’elle doit être construite, donc qu’elle ne se fait pas sans heurt. En partant de Trieste, Auguste lui dicte aussi une « petite comédie » pour passer le temps, et ce n’est pas sans « grogner », c’est son propre terme, qu’elle se rallie finalement à la « morale de la fable » (p. 127). Un point est à rappeler, même si ce n’est justement pas le cas de nos deux héros : c’est que dans la première moitié du xixe siècle, en principe, les époux s’étaient peu vus et peu fréquentés avant le mariage. Si le voyage de noces était un temps de découverte de l’autre, les trouvailles n’étaient pas forcément heureuses. Et de George Eliot à Guy de Maupassant, la fiction n’a pas manqué de s’emparer de tels sujets pour faire le récit, généralement placé du point de vue féminin d’ailleurs, de quelques cruelles déconvenues.

  • 79 Ce n’est pas encore une règle, bien entendu, et on rencontre encore après 1830 des grands bourgeoi (...)
  • 80 Voir Harvey Levenstein, Seductive Journey. American Tourists in France from Jefferson to the Jazz (...)

31Car nous semble-t-il, on peut rapprocher la diffusion du voyage de noces de la popularisation du voyage en couple qui est un phénomène caractéristique des décennies 1820-1830, au-delà desquelles on ne retrouve plus les « compagnies », les parties comme disaient les Britanniques, très étoffées (avec plusieurs couples, des enfants, des cousins ou parents, des amis, des domestiques), qui caractérisaient le grand-tourisme du xviiie siècle. Les effectifs se resserrent : au lieu de deux ou trois couples, quelques célibataires et de plusieurs générations, on voit apparaître le couple isolé, voyageant sans témoin, si ce n’est un ou une domestique, ce qui était extrêmement rare au temps des Lumières79. Cependant, à partir des années 1840, le voyage en couple devient manifestement une forme de découverte de l’intimité dans le mariage telle qu’elle ne pouvait pas être imaginée dans le pays d’origine. C’est un fait d’autant plus important que dans le système du Grand Tour, la séparation des sexes était plutôt la règle, et chacun vaquait à des occupations différentes, avec sa propre clique ou entourage. Au milieu du xixe siècle, au contraire, les couples qui voyagent passent effectivement le plus gros de leur temps ensemble, ils font chambre commune dans les hôtels, ils dînent ensemble au restaurant, ils visitent ensemble les musées80. Mais ici, il faut toujours se souvenir que le journal est destiné à être placé sous le regard de la famille, et que tout y est dosé de manière à produire l’effet le plus favorable et à persuader de la complète réussite de l’union.

À la découverte de l’Italie et de l’Allemagne en 1845

  • 81 Nicolas Bourguinat, « Voyage et genre, une interrogation renouvelée », op. cit., p. 9.
  • 82 François Brizay, L’image de l’Italie dans les guides et les relations de voyage publiés en France (...)

32Malgré l’ample bibliographie de l’histoire des voyages, celle consacrée en particulier aux conditions matérielles (budget, logement, transport, formalités administratives) est plutôt mince. Une des raisons est la difficulté rencontrée pour récolter les informations, car il faudrait presque suivre l’itinéraire du voyageur étudié et s’inspirer des données de l’histoire locale. Ce quotidien du parcours du voyageur constitue comme un fil rouge dans le récit de Sophie Johanet, et c’est pourquoi il est important de « ne pas se contenter d’une histoire de l’écriture viatique comme système de représentation et comme code de mise en texte, mais au contraire de garder le souci d’analyser les épreuves, les étapes, tout ce qui fait le concret d’un itinéraire parsemé d’observations et de contacts81 ». Partis le 23 mai pour rejoindre Goritz pour la cérémonie du 3 juin, les Johanet n’ont pas de temps à perdre pour arriver à leur but, ce qui fait de leur parcours non pas un voyage d’agrément pour découvrir l’Italie, mais bien un déplacement d’un point A vers un point B. À côté de la route par la Suisse, le passage du Mont-Cenis est un des passages les plus recommandés par les guides de voyage depuis le xviie siècle, et un des plus empruntés82. De plus, grâce aux travaux entrepris par Napoléon Ier, le passage fut accessible aux voitures légères dès 1806, et l’aménagement du col parachevé en 1811. L’itinéraire emprunté par Sophie et Auguste Johanet était donc sans doute le plus rapide. Ils ne font étape en France (à Briare, Moulins et Lyon) que pour relayer et pour passer la nuit. Il se peut qu’ils soient restés deux nuits à Turin, mais la ville n’a pas retenu leur attention et ne donne lieu à aucune description dans le texte de Sophie. Ils passeront 36 heures à Milan, et puis feront de nouveau deux étapes, brèves et purement utilitaires, à Vérone et Udine. Ils arrivent à Goritz le 2 juin, sans avoir « perdu un instant » (p. 54). Ce n’est qu’une fois la commémoration terminée que l’itinéraire sort de sa trajectoire, puisque le couple revient sur ses pas pour se rendre à Venise, où il restera près de deux mois.

  • 83 Pauline de Pange, Comment j’ai vu 1900, Paris, Grasset, 1962, rééd. 2013.

33Arrivée à Goritz, Sophie Johanet nous parle de sa « fatigue de huit jours passés en voiture » (p. 54), ce qui fait un voyage de 10 heures par jour à 12 km/h, en malle-poste, voiture ou omnibus. Voyage long et éprouvant dont Sophie Johanet se plaint peu. À peine évoque-t-elle les nombreuses secousses d’une voiture hippomobile, qui l’empêche de dessiner comme elle l’aurait voulu, sa « main mal assurée cherchant à cadencer ses coups de crayons avec les pas inégaux et saccadés des coursiers » (p. 51). En revanche, le côté éprouvant du voyage est manifeste dans les nombreuses évocations de malaises physiques tout au long du manuscrit. Le voyage entre Goritz et Venise semble avoir été particulièrement difficile, au vu des nombreuses lignes consacrées aux conditions de ce déplacement : jambes coupées par l’inconfort des voitures, manque de place, nombreux changements de voiture avec l’effort physique que demande le déplacement systématique des bagages. Bagages que l’on s’imagine volumineux et en grand nombre, car outre le « cabas monstre » dont Sophie Johanet nous donne une description détaillée à la page 145, elle évoque leur « collection de malles » (p. 34) et les deux heures qu’il lui faut à chaque fois pour les ranger avant un nouveau déplacement, et elle conclura le récit sur les frais de remise en état que plusieurs semaines de pérégrinations auront rendu nécessaires. Bien longtemps après, malgré les progrès de la commodité et de la vitesse des transports, ces bagages resteraient une grosse affaire. Nul n’imaginait possible de voyager léger, ainsi qu’en témoigne encore, dans son célèbre livre sur l’époque 1900, la comtesse de Pange83. Nombre d’objets qui constituent l’indispensable du voyageur apparaissent aussi au fil des pages, tel le tire-botte et le non moins précieux écritoire. Mais notre voyageuse évoque toujours ces difficultés avec son sens de l’autodérision, apportant un réel caractère comique à certaines scènes. Elle sait aussi tirer parti des contrastes, entre par exemple le luxueux hôtel Feder de Turin et des appartements moins favorisés qu’ils seront, ailleurs, forcés de fréquenter, de même qu’elle tire maintes plaisanteries des variations de la qualité de la table d’une auberge à l’autre, en se jouant de l’ambition qu’on pourrait lui prêter de faire un vrai guide, avec notes et commentaires, à l’usage de ceux qui suivront ses pas. Évoquant l’exiguïté de leur chambre à Venise, elle écrit même qu’« en voyage il faut savoir se faire à la gêne, aux incommodités des logements, quand on ne peut trouver mieux : c’est quelquefois ce qui en fait le charme et l’amusement » (p. 69).

34En Allemagne, elle reviendra, naturellement pour le déplorer, sur l’inconfort des hôtels vénitiens : « Mes os […] n’étaient point encore remis du brisement de ceux [des lits] de Venise, qu’on traitait trop doucement en leur donnant le nom de planches » (p. 160). De manière générale, ses choix d’hôtellerie paraissent principalement motivés par la présence de Français, parmi les hôtes, ou de francophones, parmi le personnel. L’absence d’employés parlant notre langue est décriée à plusieurs reprises, en Allemagne surtout. Il ne semble pas que Sophie ait eu la charge du budget, en tout cas elle reste évasive sur la question. Le couple vit sur un assez bon pied, mais sans être dispendieux au point que toute préoccupation financière disparaisse (Sophie versifie pour s’amuser : « Un seul mot vous peindra la gloire de Féder / C’est qu’il est en tous points, magnifique… et pas cher », p. 40). Ce souci d’économie est également visible à Venise, où lorsque leur séjour se prolonge, ils jugent plus raisonnable d’opter pour la location d’un appartement, qui était d’ailleurs la solution couramment adoptée par les voyageurs de toute nationalité, dans les villes italiennes, dès lors qu’ils séjournaient pour une moyenne ou longue durée. De manière générale, dans l’Italie des années 1830 et 1840, et encore après, les étrangers profitaient d’une vie quotidienne très bon marché, et pouvaient vivre avec de faibles rentes sur un pied qui leur aurait été interdit dans leur pays d’origine, Angleterre, France ou Allemagne. Des artistes louaient des étages entiers de palais, comme le sculpteur américain William Wetmore Story à Rome, et des expatriés sans le sou engageaient plusieurs domestiques, un portier, un cuisinier… Les avantages déjà reconnus à la péninsule au xviiie siècle se continuaient donc. Le texte donne enfin des détails sur les formalités administratives et douanières qui accompagnaient, bien davantage qu’aujourd’hui, les déplacements à travers l’Europe. Comme pour le suivi du budget, les affaires de papiers et passages des frontières sont laissés à l’époux, puisque l’épouse n’a pas de passeport propre et figure seulement sur celui de son mari. Les opérations étaient souvent évoquées, dans les récits de voyage du premier xixe siècle, pour leur caractère vétilleux, et parfois vexatoire. C’est surtout parce qu’elles étaient une importante perte de temps en une époque où les temps de parcours s’accéléraient, et parce qu’elles étaient bien souvent une illustration de l’arbitraire et du penchant policier des principautés et des entités politiques qui se partageaient la carte de l’Italie (particulièrement dans les États de l’Église) qu’ils étaient ainsi pointés du doigt. Les Johanet eurent droit à un contrôle des malles minutieux à Pont-de-Beauvoisin, ville limitrophe entre la France et les États de Savoie, accompagné d’un contrôle de passeport sévère. Mais elle rapporte encore que le passeport est visé à Milan, à l’arrivée dans le royaume lombard-vénitien donc, et qu’elle et son mari sont retenus plus de vingt-quatre heures pour un nouveau contrôle à Vienne.

  • 84 Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité, Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français (...)
  • 85 François Brizay, L’image de l’Italie, op. cit., p. 310-312.
  • 86 Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité, op. cit., p. 283-318.

35Les études de Gilles Bertrand sur l’Italie des guides et des voyageurs84, mettent en avant les différentes représentations de la géographie de l’Italie, à une époque où elle n’était qu’une « expression géographique », selon le mot de Metternich, et n’existait qu’à travers une pluralité d’États distincts. La première frontière que Sophie devait rencontrer était bien celle avec la Savoie, frontière politique du royaume de Piémont-Sardaigne, donc, mais aussi porte d’accès aux Alpes qui constituaient alors la vraie barrière, la véritable frontière symbolique et paysagère de l’Italie. D’où le fait que, bien que les formalités de passage aient marqué l’esprit de la jeune femme, elle note qu’« à peine entrés dans la Savoie, l’aspect du pays change complètement » (p. 35), et que malgré la sécurisation de la route du Mont-Cenis apportée par Napoléon, son texte retrouve spontanément le même vocabulaire de crainte mêlé à de l’étonnement que les auteurs du xviie siècle85 : « À peine est-on remis du saisissement éprouvé en frisant la pierre qui sépare d’un gouffre, ou en touchant le roc brisé par l’avalanche ayant, la veille peut-être, englouti ceux qui voulaient nous précéder, que, tournant un peu, on n’aperçoit sur le versant que de riches prairies, coupées par des bouquets d’arbres en fleurs » (p. 37). Après le passage de la frontière politique, après celui d’une frontière naturelle, il est en effet bien logique que Sophie nous introduise en Italie, dont le cielo azzuro et la végétation luxuriante du printemps ont dû lui apparaître d’emblée si différents de ceux de son Nord natal. Aujourd’hui, bien sûr, comme les images fixes ou animées sont omniprésentes, cela nous paraît difficile à croire : mais pour les gens de cette époque qui ne les connaissaient que par ouï-dire, ou tout juste par l’intermédiaire de la peinture et de la gravure (le marché des védutistes, notamment pour Naples et Venise, marchait encore à plein dans les années 1840), de tels paysages étaient du jamais vu. Et dès que la route commençait à s’abaisser vers le Piémont, c’était bien une sorte d’extase, au point que les historiens de la culture du voyage comme Gilles Bertrand ont pu parler d’un « choc italien ». Ici, dans la restitution de son expérience que Sophie nous donne à lire, la rupture n’est que très succintement évoquée mais demeure bien reconnaissable. Elle se fait attendre encore ensuite, car elle et son époux arrivent à Turin la nuit, ce qui la contraint à garder le « silence sur le reste de la ville, que nous visitâmes en dormant », sourit-elle (p. 40). Ils visitent ensuite Milan, et dès ce moment, par certains procédés comme l’utilisation in-texte de quelques mots d’italien, remplissant leur fonction classique d’effet de réel, et par les références aux beaux-arts qui commencent à apparaître en grand nombre, il semble que la narratrice se sente désormais entrée de plain-pied en Italie. Il faut attendre le trajet de Vérone à Udine, pour qu’elle revienne plus longuement sur l’environnement et le cadre naturel. Ces plaines d’Italie qui avaient été longtemps admirées et célébrées par les visiteurs pour leur fertilité (Lombardie, Campagna Felice, Val d’Arno) commençaient parfois à être perçues comme un peu ennuyeuses pour la régularité et l’uniformité de leurs paysages… Sophie n’en est pas moins très attendrie et admirative de cette campagne. La première constatation latente est le changement de climat. D’Orléans au Mont-Cenis, la température va du chaud au plus frais, et puis de nouveau en sens inverse, jusqu’à Milan où « on ressent visiblement la différence de température, c’est une douce tiédeur que l’on respire le soir et la nuit, plutôt que de la fraîcheur » (p. 44). Les différentes agricultures se greffent aux différences climatiques : la Savoie est stérile et difficile à cultiver, la Lombardie féconde et verte, et sans surprise elle voit dans cette gradation des agricultures un signe traduisant une hiérarchie de richesse et, en quelque sorte, de développement économique. En Savoie, les moissons sont « frêles » et les habitants « pauvres », alors qu’en Lombardie le « merveilleux système d’irrigation […] répand tant de fécondité ». À Brescia, « le cristal du lac [de Garde est un] délicieux miroir dont les eaux limpides paraissent refléter le bien-être des habitants » (p. 50). La nouvelle image de la Lombardie qui s’était constituée à la fin du xviiie et au début du xixe siècle, dans le droit fil des réformes joséphines et de l’ère napoléonienne, et qu’a bien identifiée Gilles Bertrand86, est donc nettement ancrée dans l’imaginaire de notre jeune femme voyageuse en 1845. C’est vraiment en Lombardie qu’elle est « au sein de l’Italie », ce « nouveau paradis terrestre » (p. 50).

  • 87 Voir supra p. 40-41. Cette attitude ambivalente mais souvent favorable, y compris chez les Britann (...)
  • 88 Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité, op. cit., p. 284. Voir aussi le doctorat d’Alain Pillepic (...)

36Les descriptions des paysages ne sont cependant que faiblement représentées dans son manuscrit. Au contraire, les villes ont le droit à une attention plus particulière. C’est un peu le contraste entre un paysage vu en mouvement, que l’on ne fait qu’apercevoir, qui laisse toute place à la rêverie et à l’imagination, et une vue approchée de près, vécue, observable. Et puis, n’est-ce pas dans les villes que l’image de l’Italie se concrétise réellement, l’Italie des arts, celle pour laquelle une foule de savants, d’artistes et d’érudits de toute sorte se sont déplacés depuis des siècles ? Sophie Johanet ne s’intéresse qu’à ces œuvres et monuments qui ont déjà suscité l’attention de nombreux voyageurs avant elle, et moins nettement à la vie mondaine, à la trame urbaine, ou à tout ce qui fait le quotidien d’une ville. À Milan, elle visite le célèbre Dôme, elle se promène sur le Corso Romano, se rend au musée, visite la célèbre cathédrale de Monza à une vingtaine de kilomètres de la ville et monte sur l’Arc de la paix. « Visiteurs très pressés » (p. 43), en 36 heures de station, Sophie et Auguste Johanet se contentent d’un circuit touristique banal. Ce qui est remarquable dans ce circuit et les observations que Sophie en fait, c’est l’attention portée aux « nouveautés ». Par exemple, concernant le Dôme, la première chose qui la frappe est « la façade qui est due à Napoléon », achevée de 1805 à 1813. L’Empereur semble avoir trouvé grâce aux yeux de la jeune légitimiste, car écrit-elle, « il a trouvé le temps et le moyen d’expier en quelque sorte ses victoires aux yeux du pays même qu’il soumettait » en donnant « une nouvelle impulsion aux arts87 ». Elle fera des réflexions semblables à Venise, à propos des jardins et de l’Arsenal. Sophie se garde d’ailleurs bien de faire un commentaire, comme tout au long de son récit, sur l’occupation autrichienne. Mais ce qu’attestent la visite de ce monument récent et le commentaire fait sur la façade du Duomo due à Napoléon, c’est le nouvel attrait de Milan aux yeux des Français, justement depuis le passage de l’empereur et sa volonté d’en faire une capitale de premier plan. Ce trait est renforcé par les nombreuses descriptions de statues et tableaux, conférant à cette ville une image de capitale des arts, alors qu’elle était plutôt boudée par les voyageurs avant les années 1780 à cause de « sa moindre richesse en œuvres d’art par rapport au reste de la péninsule88 ». Mais bien plus que Milan, c’est toute la Lombardie qui semble être pour Sophie Johanet une illustration du potentiel esthétique presque inépuisable de l’Italie : « Les arts, observe-t-elle, y font ressentir leur perpétuelle influence jusque dans les auberges et dans les moindres maisons » (p. 44). Les neiges des montagnes lui apparaissent comme « des blocs de marbres ou d’albâtre, attendant que quelque artiste du lieu en forme des groupes, des statues, pour ajouter aux ornements que le pinceau ou le ciseau ont déjà répandus dans ces délicieuses campagnes » (p. 51).

  • 89 Si la feuille de route a été correctement retransmise, nous comprenons que le couple arrive le 6 j (...)
  • 90 Henriette Levillain, « Venise romantique : regards comparés des voyageurs français et anglais », i (...)
  • 91 Cette caractéristique de l’image de Venise au xixe siècle a également été notée par Xavier Tabet, (...)

37Le cas de Venise, où elle passe deux mois, au lieu de 36 heures à Milan89, est évidemment à mettre à part. Dès son arrivée, Sophie Johanet s’extasie sur les palais bordant le Grand Canal et « leurs colonnades d’architecture si irréprochable, leurs fenêtres en ogives ornées de pendentifs délicieusement sculptés, leurs balcons en dentelle de pierre, les incrustations de marbres de toutes couleurs qui décorent bizarrement certaines façades » (p. 65). En visitant la basilique Santa Maria della Salute, « ce gigantesque chef-d’œuvre », elle note les fresques et les sculptures « des grands maîtres » (p. 98). Ces remarques sont originales car la Venise du xviiie siècle n’était pas particulièrement connue pour les œuvres d’art que renfermaient ses églises et ses palais, mais plutôt pour sa position géographique (le site de la lagune), ses canaux et ses constructions sur pilotis, et surtout sa vie sociale haletante et brillante. Après le traité de Campo Formio (1797) qui signa la fin de l’indépendance de la République, les voyageurs y furent attirés par le contraste entre la gloire passée et le présent déclin, donc par le thème de la splendeur et de la décadence90. L’image que Sophie donne de la cité est celle d’un abandon ou tout au moins d’une passivité, par lequel on pourrait glisser jusqu’au thème de la mort de la ville, ou à celui de la mort purement et simplement91. Le palais des doges « apparaît aussi fier qu’aux plus beaux jours de la République » (p. 67), les Vénitiens célèbrent « la mémoire de cette gloire évanouie » (p. 72), la marine est tombée dans la « décadence » (p. 116). Surtout, sur le bateau à vapeur entre Venise et Trieste, Sophie Johanet se laisse aller à une rêverie, qui l’amène à se remémorer un poème de Raymond du Doré sur la déchéance et l’effondrement de Venise, et ses pensées la conduisent finalement sur une pente chrétienne, celle de la vanité des actions humaines. Pourtant, malgré sa décadence, l’émerveillement devant « cette Venise qu’on peut appeler l’unique et exceptionnelle personnification de la difficulté vaincue » (p. 98) est également bien visible tout au long du récit consacré à la ville. Sophie Johanet, bien plus que de recenser des chefs-d’œuvre situés à Venise, voit la cité elle-même comme une œuvre d’art, ayant souvent recours à des métaphores picturales et évoquant, « de quelque côté que l’on tourne les yeux, de sublimes tableaux [qui] se déploient et forment comme autant de décorations de théâtre » (p. 65). Cela lui permet de ne pas tant décrire ou inventorier les hauts lieux de la Cité des Doges que d’en relater l’histoire, dans l’esprit d’un guide ou d’un récit de voyage « informatif » : elle reconstitue ainsi pour les destinataires de son journal le jugement du fornaretto (p. 68) la naissance des Régates (p. 72) et l’origine de la Salute (p. 97). Sans s’aventurer vraiment sur le terrain politique, qui offrait pourtant matière autant à récits semi légendaires qu’à réflexions de fond aux voyageurs de l’âge romantique… Mais il est bien évident qu’elle n’a pas lu l’ouvrage de synthèse historique livré par Daru de 1819 et qu’une monarchiste n’est pas nécessairement inspirée par la question de la dérive de l’oligarchie à la tyrannie qui avait succédé, dans les appréciations des visiteurs et commentateurs des Lumières, au thème plus classique de la liberté vénitienne.

  • 92 Voir les remarques de Jacques Misan-Montefiore, Venise des voyageurs romantiques français, Moncali (...)
  • 93 Chambord lui-même, qui avait découvert le bel canto lors de ses tout premiers voyages, en compagni (...)

38En revanche, elle donne un véritable écho à la vie contemporaine de la cité, que ce soit à travers les rencontres et démarches qu’elle y fait dans le milieu légitimiste, ou à travers les points évoquant le tourisme, comme la grande affluence d’étrangers venus assister aux Régates, qui provoque une pénurie de chambres d’hôtels, ou le développement alors tout récent des bains de mer, sans doute importés au Lido par des résidents étrangers. Excellent nageur, le comte de Chambord lui-même les pratiquait. Parfois, on la trouve proche des stéréotypes associés de longue date aux habitants de la ville : ainsi, elle ne manque pas de donner son avis sur la beauté des femmes, qui grâce au climat, « toujours manches courtes et décolletées comme pour le bal, l’éventail ne les [quittant] pas jour et nuit, jusqu’à l’église et le confessionnal, cherchent à se donner des airs » (p. 67). La liberté des mœurs, qui faisait rêver les visiteurs qui avaient pu découvrir, à partir de 1829, les mémoires de Casanova, n’est l’objet d’aucune autre allusion. On ne relève qu’une phrase subreptice où Sophie plaisante à propos des cavaliere servante – les sigisbées, c’est-à-dire l’amant « officiel », dont l’Italienne de la bonne société se devait d’être flanquée, une pratique qui d’ailleurs était presque disparue dans les années 1840 – mais elle aurait pu être prononcée à propos de n’importe quelle autre capitale italienne. On lui pardonnera aussi certains clichés concernant les gondoliers et les courses en gondole, qui faisaient réellement partie de l’horizon d’attente de tous les écrits sur la Sérénissime92, car par ailleurs ils lui permettent de délivrer au lecteur un échantillon de sa philosophie politique, exaltant les solidarités verticales entre les supériorités sociales, dans lesquelles elle se range, et les petites gens, sur fond de catholicisme dévot. Dans l’ensemble, malgré son caractère assez impressionniste, son tableau est complet – à l’exception peut-être de la vie musicale, qui ne semble pas avoir spécialement retenu l’intérêt du couple et qui était encore essentielle, dans l’Italie des années 1840, notamment pour l’opéra où la Fenice vénitienne tenait encore brillamment son rang à côté de Naples et de Milan93.

  • 94 Identifiées par Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité, op. cit., p. 341.
  • 95 Voir Xavier Tabet, « L’Histoire de la République de Venise (1819), de Pierre Daru… », op. cit., p. (...)

39Sa longue station forcée dans la ville et la part qu’elle prend à la sociabilité de la crème du légitimisme français réunie autour du comte de Chambord et de la duchesse de Berry lui permettent de laisser une grande place à l’observation et à l’anecdote, sans se laisser déborder par l’imaginaire de la ville, avec ce qu’il pouvait avoir de formaté et de contraignant. Tout cela situerait donc Sophie à peu près à égale distance de deux orientations dominantes dans les représentations données de la ville au xixe siècle par les témoignages et par les fictions94, celle du tout début du siècle qui s’apitoie sur la Venise déchue ou qui fait revivre avec nostalgie son passé proche, et celle de la deuxième partie du xixe siècle qui montrera une réelle fascination pour cette ville encore debout malgré les nombreux pronostics prévoyant sa mort prochaine95.

  • 96 Elle se conforme ainsi à l’impression de la plupart des voyageurs de la fin du xviiie et début du (...)

40De Venise, enfin, le couple Johanet se rend à Trieste en bateau à vapeur, ville qu’ils visitent durant une ou deux journées, avant de partir pour Frohsdorf en passant par Adelsberg, Laybach et Gratz. Sophie Johanet ne mentionne aucun changement radical, sentiment de continuité qui a pu être motivé par la présence autrichienne, dès Milan et jusqu’à Vienne. Ensuite, le long séjour qu’elle a fait à Venise l’a poussée à parler de cette ville comme d’une entité propre, se détachant de toute appartenance à une aire géographique plus large96. Venise, puis Trieste, sont décrites séparément, sans réelles analogies, ni distinctions. En l’absence de frontière politique et imaginaire nette, c’est encore une fois un obstacle naturel qui semble faire la différence entre deux aires culturelles distinctes. En quittant Trieste, Sophie écrit : « Nous étions déjà loin, et à chaque instant de grosses montagnes venaient se ranger entre Trieste et nous… De monts en monts nous arrivâmes vers midi à Adelsberg, pour y déjeuner. Le service ne se fait pas comme en France […] » (p. 128). Une nouvelle fois, après le passage des montagnes, les coutumes changent.

  • 97 Voir p. 76 : « Alors de petits feux d’artifice s’élancent dans les airs, aux grands applaudissemen (...)
  • 98 Voir notamment Silvana Patriarca, « Indolence and regeneration : tropes and tensions of Risorgimen (...)

41Enfin, Sophie Johanet ne consacre que peu de passages à dépeindre les habitants de la péninsule. Elle n’a pas, semble-t-il, bénéficié d’une véritable recommandation auprès d’une famille de l’aristocratie vénitienne et elle a eu tendance à rester prisonnière de son petit milieu français. Dans les autres villes, elle n’a fait que de courtes stations, notant brièvement quelques observations sur les costumes ou les manières. C’est donc une vision fortement stéréotypée et assez condescendante qui domine, associant « l’insouciance de l’Italien » et « la stupidité de l’Allemand » à « l’idiotisme du crétin piémontais » (p. 148), autrement dit à des caractéristiques physiologiques des populations fortement contraintes par le milieu naturel et le climat, puisqu’il s’agit ici d’une allusion au crétinisme alpin, maladie provoquée par des carences en iode qui était bien connue dans toute l’Europe et qui était très répandue dans les parties les plus déshéritées des Alpes. Le tableau s’enrichit de quelques traits comportementaux. L’Italien ne pense guère – « ce serait trop fatigant » (p. 111), et se laisse impressionner facilement97, il est malpropre, insouciant, paresseux, irrationnel : on a tout de même l’impression que ce qu’elle cherche à qualifier ainsi, c’est davantage l’homme du peuple que l’Italien en général, d’autant que de telles vues, dans les années 1840, avaient déjà largement gagné la classe dirigeante piémontaise et toscane qui s’apprêtait à conduire la péninsule vers l’Unification98, et qu’elles s’appliquaient de manière interchangeable au popolo minuto des villes du Nord ou aux miséreux des campagnes du Mezzogiorno. Sophie n’a pourtant pas toujours à se plaindre de ses contacts directs avec les petites gens, car en dehors des voituriers indélicats (mais quel voyageur de l’Italie préunitaire n’avait pas une anecdote à raconter à ce sujet-là ?), elle a bénéficié de l’hospitalité d’un pêcheur durant une tempête (p. 112), elle a accordé une petite rente à « une vieille bonne femme » (p. 117), et elle a achevé son séjour vénitien en rendant une visite à la famille de leur « brave » gondolier du traghetto, Pietro (p. 118). Certes, ces contacts sont toujours régis par la supériorité financière des Johanet, qui sont bienveillants, si les services rendus correspondent à leurs attentes. On remarquera qu’elle n’est pas plus tendre avec les habitants de Moulins, dans l’Allier, qu’elle qualifie de « sales [et] laids, mais laids à faire plaisir, pour quiconque a du plaisir à voir des gens laids… » (p. 29). Elle reprend également à plusieurs reprises le terme furia francese, qui à l’origine évoquait l’enthousiasme rageur avec lequel chargeaient les soldats de François Ier pendant les guerres d’Italie, et qui est resté en vigueur, au-delà des Alpes, comme un cliché applicable aux Français, et elle se l’associe à elle-même par ironie. Peut-être l’utilisation de telles généralités n’avait-elle donc rien de malveillant de sa part ? C’est une jeune femme de 22 ans élevée au couvent, ce n’est évidemment pas Montaigne ou Montesquieu. Au total l’image de l’Italie qui transparaît de son journal reste plutôt « classique », c’est-à-dire que c’est celle d’une Italie prisée bien davantage pour les vestiges de son passé que pour son actualité. Néanmoins, si aucun commentaire n’est émis sur l’état de la société, le passé proche n’est pas absent, et le temps présent s’insinue, dans les passages évoquant le legs de l’occupation napoléonienne et celui reprenant l’expression en vogue d’« esprit national » – à propos des dispositions festives des Italiens, ce qui dénote une façon neuve de penser l’Italie éternelle, dont Sophie prend acte même si elle ne la fait pas sienne.

  • 99 Adelsberg se trouve dans l’actuelle Slovénie, mais fut autrichien jusqu’en 1918. Dans le manuscrit (...)
  • 100 C’est-à-dire l’actuelle Ljublijana, capitale de la Slovénie.
  • 101 Horst et Lois Jarka (éd.), The Other’s Austria, Impressions of American and British travellers, t. (...)
  • 102 Paul Pasteur, Histoire de l’Autriche De l’Empire multinational à la nation autrichienne ( xviiie-x (...)
  • 103 Horst et Lois Jarka (éd.), The Other’s Austria, op. cit., p. 18. Par commodité, à chaque fois que (...)

42Comme l’Italie, l’Allemagne n’existait pas encore en tant qu’État-nation en 1845. L’empire d’Autriche au contraire se définissait par un territoire bien identifiable, mais il possédait des satellites tels que la Lombardie-Vénétie ou les principautés d’Italie centrale (à commencer par celle de Modène, où le comte de Chambord devait aller chercher son mariage), et il était imbriqué avec les États allemands par l’intermédiaire de la Confédération Germanique. Comme l’histoire de l’Autriche et des Habsbourg était mêlée à celle du Saint-Empire, et comme il y avait communauté de langue et de culture, Autriche et Allemagne n’étaient pas forcément distinguées l’une de l’autre par les contemporains. On a pu constater que les adjectifs « allemand » et « autrichien » étaient utilisés de manière indifférente et presqu’interchangeable dans le récit de Sophie. En Lombardie, le paysan est décrit comme « semi-allemand semi-italien » (p. 50), mais lorsque de Frohsdorf Auguste Johanet se rend à Vienne, Sophie note qu’il fait « trente bonnes lieues d’Allemagne » (p. 139). Vienne est « la capitale de l’Empire autrichien » (p. 134), mais dès lors que les Johanet ont embarqué sur le bateau à vapeur, ils ne croisent plus que des « Allemands ». Le basculement dans le monde germanique, venant du Frioul, s’était matérialisé par un paysage montagnard, puis s’était fait sentir lors d’un déjeuner à Adelsberg99 ; enfin, à Laybach100, une cinquantaine de kilomètres plus loin, Sophie Johanet « étouffait d’une indigestion d’allemand » (p. 128). La sortie de cet espace germanique est encore plus fluide, au gré d’« un chemin de fer [qui] nous mena tout doucement, déclare Sophie, de Cologne à Aix-la-Chapelle, puis à Liège » (p. 187). Aucune douane ne semble avoir contrôlé leurs bagages avant Mouvaux. Sophie Johanet tendrait donc à perpétuer la notion de l’Allemagne en tant que communauté de langue, que partageaient Madame de Staël et ses contemporains, mais aussi à jouer d’une confusion qui vient du bouleversement politique créé par Napoléon en 1806101, lorsqu’il a dissout le Saint-Empire et poussé du même coup l’empereur François II à prendre le nom de François Ier et le titre d’empereur d’Autriche. Nombre de voyageurs, à l’image de Sophie Johanet, reconnaissent une identité autrichienne, mais ont du mal à la différencier de l’Allemagne (comme on l’entend aujourd’hui), divisée alors en trente-neuf États, cinq royaumes, sept grands-duchés, vingt-trois duchés ou principautés et quatre villes libres102. Ce n’est qu’en 1866, avec la victoire de la Prusse sur l’Autriche et l’expulsion définitive de celle-ci du corps germanique, que l’Autriche retrouvera une identité distincte aux yeux des visiteurs étrangers, mais son centre de gravité aura alors basculé vers les pays danubiens103.

  • 104 Chiffres recueillis par Paul Gerbod, « Voyageurs et touristes français à la découverte de l’Allema (...)
  • 105 Ibid., p. 91 : « w dès 1849, l’on peut atteindre Vienne à partir de Paris en 84 heures (soit 2 124 (...)
  • 106 Page 5 : « Comment essayer d’exprimer les impressions que produit la vue de pareilles difficultés (...)
  • 107 Michel Lagrée, La bénédiction de Prométhée. Religion et technologie, xixe-xxe siècles, Paris, Faya (...)

43Dans cette partie germanique de son itinéraire, le couple Johanet fera l’expérience de nouveaux moyens de transport : le train et le bateau à vapeur. L’effet de nouveauté ne manque pas de les saisir, car les chemins de fer commencent à peine à se développer. En Allemagne, en 1840, le réseau n’excède pas les 900 kilomètres, et atteint les 6 000 en 1850, puis les 20 000 kilomètres en 1870104. Quant à la « promptitude », qu’elle juge stupéfiante mais qui la laisse un peu partagée car elle ne lui laisse guère jouir du paysage, n’oublions pas qu’en 1849 la vitesse moyenne était d’environ 25 km/h105. Comparé aux 12 km/h d’une voiture hippomobile, on comprend cependant la sensation de vitesse, et le sentiment d’admiration devant une telle avancée technique qui lui fait immédiatement parler de l’« audacieux génie de l’homme ». Elle avait utilisé des termes similaires pour décrire le passage du Mont-Cenis106, témoignant d’un temps où le contrôle sur la nature n’en était encore qu’à ses débuts mais semblait accomplir de grands pas, et quoique traditionaliste sur le plan politique, elle ne se dissocie nullement de l’enthousiasme des contemporains pour ces mutations qui s’esquissaient. Comme l’avait montré Michel Lagrée, c’était le cas aussi de l’Église, qui n’était nullement fermée ou rétive à ces progrès, et Pie IX lui-même œuvra pour développer la desserte ferroviaire de Rome107. Les Johanet montent une première fois dans le train à Graz jusqu’à Wiener-Neustadt (ils doivent en descendre pour le franchissement du Semmering), gare qui se trouve à dix kilomètres de leur objectif, le château de Frohsdorf. Ils reprendront encore le train de Francfort jusqu’à Bruxelles, en passant par Mayence, Cologne et Liège.

  • 108 D’après le guide Reichard de 1793, « on peut [alors] louer un yacht pour soi […] et en disposer à (...)
  • 109 Ibid., p. 739.
  • 110 La Rochefoucauld, Pèlerinage à Goritz, Paris, Dentu, p. 30.
  • 111 Hélène Barbey-say, Le voyage de France en Allemagne de 1871 à 1914, Nancy, Presses universitaires (...)
  • 112 Ibid., p. 83-85.

44La remontée des fleuves (le Danube de Vienne jusqu’à Ratisbonne, en passant par Linz) ou leur descente (le Rhin de Mayence à Cologne) par le bateau à vapeur la laissent plus enthousiaste encore. « La délicieuse chose qu’une voiture dont les roues ne touchent pas la terre, et à laquelle les pavés inégaux ne peuvent faire ressentir leurs cahotantes étreintes ! », commente-t-elle. Les progrès de la vitesse et de la régularité étaient considérables par rapport aux performances du halage, ou de la navigation à la voile et à la rame qui étaient la règle un demi-siècle plus tôt108. Le couple ne put cependant échapper aux déplacements en voiture, qui comme en Italie, furent jugés détestables. En partant de Goritz déjà, en direction de Venise, puis plus tard dans la malleposte pour Wurzbourg. « Mauvaise inspiration, déplore Sophie, et voiture plus mauvaise encore ! Il nous en souviendra longtemps des côtes qu’elle nous a cassées, des intérieurs qu’elle nous a bouleversés dans son cahotant coupé ! » (p. 172). Pourtant, ces mêmes chemins reliant Wurzbourg, Nuremberg et Francfort sont décrits dans le guide Reichard de l’époque révolutionnaire comme « superbes », et on précise même que dans les jours d’été, deux journées suffisent pour courir ces 27 milles109 ». Le vicomte de La Rochefoucauld avait constaté également en 1839 qu’« une fois la frontière passée, on voyageait avec plus de facilité et de rapidité qu’en France110 ». Il faut donc croire qu’il y avait dichotomie entre état des routes et état des voitures, car Hélène Barbey-Say conclut pareillement de son côté que les voitures de postes étaient en « mauvais état, surtout fort malpropres et peu confortables111 », mais ceci pour le dernier tiers du siècle, ce qui ne laisse pas d’étonner. Dans l’ensemble, les impressions subjectives de Sophie Johanet et de son mari sur les voitures, l’hébergement, la literie et les repas sont plutôt positives, alors que c’est l’inverse pour les voyageurs d’après 1871112. Mais entreprise par les citoyens de la France vaincue de la guerre de 1870, la découverte du nouveau Reich n’avait plus grand-chose à voir avec les séjours des années 1840, et elle apparaissait davantage comme un apprentissage et un défi : qu’y avait-il à tirer de ce « pays des milliards », vainqueur incontesté sur le terrain militaire mais sorti amoindri sur le plan moral par son appétit annexionniste, qui venait d’arracher à la France deux de ses provinces de l’Est, et en quoi collait-il bien ou mal à sa réputation d’ordre, de discipline, de rigueur mathématique ? qu’était devenue la Kulturnation, l’Allemagne de Goethe, à l’heure des appétits et de la grossièreté encouragées par la civilisation industrielle ? C’était donc un voyage politique et « revanchiste » qui à l’occasion seulement pouvait retrouver les pas des anciennes générations, celles qui à l’âge romantique allaient admirer les emblèmes de la germanité, la cathédrale de Cologne ou les défilés du Rhin, et qui dans ce cas pouvait abandonner le dénigrement systématique pour passer à l’exercice d’admiration…

  • 113 Horst et Lois Jarka (éd.), The Other’s Austria, op. cit.

45L’enthousiasme de Sophie est d’emblée sensible, en 1845, pour la beauté des paysages, qui joueront un rôle bien moins important pour les visiteurs de la fin du siècle. Comme pour le Mont-Cenis, l’effroi en moins, le Semmering est l’occasion de s’extasier sur « la même continuation de vues ravissantes, de spectacles enchanteurs » (p. 131). Mais ensuite, les impressions de paysages ne représentent guère que quelques fragments par-ci par-là, alors que les campagnes autrichiennes sont très vantées pour leur prospérité et leur harmonie dans les textes des voyageurs anglophones113. Même sur le bateau à vapeur remontant le Danube, Sophie Johanet est économe en descriptions, et celles que l’on recense font preuve de peu d’engouement, comme le montre cette comparaison entre deux descriptions du même site, dans le journal de notre héroïne d’abord :

Passau, avec son fort d’Oberhaus qui domine la montagne et la ceint d’une multitude de tours crénelées, voit à ses pieds se joindre deux beaux fleuves. Ils se réunissent sans se confondre, car le fier Danube ne consent pas à mêler ses eaux pourtant jaunâtres et moins limpides, à celles de l’Inn, où vient encore se jeter la petite rivière de l’Ilz. Elles conservent chacune leur couleur en se touchant (p. 168).

46puis chez John Murray, en 1836 :

  • 114 Ibid., p. 179. C’est de ce journal de voyage que John Murray tira un an plus tard son guide, Handb (...)

«there is not a more lovely scene in the whole course of the Danube […] passing the sharp angle of the promontory in front of which the Inn and Danube meet»114.

  • 115 Hélène Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne…, op. cit., p. 105. « Avant comme après 1870, (...)
  • 116 « Sous le charme de ce délicieux aspect [le château d’Eberstein], je donne cours aux fantaisies de (...)
  • 117 Francis Claudon, Le voyage romantique, Paris, Philippe Lebaud, 1986.
  • 118 D’après Hélène Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne…, op. cit, p. 6 (« des années 1820 à 1 (...)

47Le Rhin chanté par des poètes comme Hugo, Musset et Apollinaire115, ne lui inspirera que quelques lignes, certes élogieuses et qui relaient l’opinion commune conférant un caractère romantique au voyage d’Allemagne (« avançant toujours sur ce Rhin si fécond en vues ravissantes, en poétiques ruines », p. 182). Mais une voyageuse comme la baronne de Montaran, venue en 1835, s’était épanchée bien davantage116, mobilisant même des images de Moyen Âge, de légendes du passé, de poésie et de rêves117. À aucun moment d’ailleurs Sophie Johanet ne fait référence aux écrivains, poètes et philosophes allemands qui ont attiré Mme de Staël en Allemagne, et beaucoup d’autres après elle118.

48C’est la raison pour laquelle on peut parfois s’interroger sur les motivations des deux voyageurs. N’auraient-ils pas donné la préférence à cet itinéraire privilégiant les fleuves (par rapport à la voie terrestre passant par Munich et Strasbourg qu’avait empruntée, en 1839, La Rochefoucauld) parce qu’il offrait plus de confort et au moins autant de rapidité, mais non pour son intérêt intrinsèque ? Pressée de retrouver la terre de France et de rejoindre sa famille, Sophie semble parfois plutôt porter son attention sur elle-même que sur son environnement immédiat. Le temps sur le bateau à vapeur par exemple, est employé à écrire : « Depuis six heures déjà, il a glissé doucement sur la surface du grand fleuve autrichien, et nous avons pu nous croire tout ce temps-là dans le grand salon de Gelou ou dans celui de Mouveaux. Nous avons travaillé, c’est effrayant à voir ! » (p. 157). Mais au lieu d’écrire sur les paysages qu’elle traverse, elle repasse ses notes et complète son journal (p. 157-158), décrit sa vie sur le bateau. Les détours sont proscrits, par exemple celui proposé par un compagnon de voyage francophone qui les aurait conduits à voir le monument commémoratif de la bataille de Leipzig proche de Ratisbonne et les aurait retardés d’une journée.

  • 119 Voir Horst et Lois Jarka (éd.), The Other’s Austria, op. cit., p. 169-170 ; et surtout Françoise K (...)
  • 120 Page 164 : « On nous avait dit aussi que nous rencontrions grand nombre de jolies femmes ». Nous n (...)
  • 121 Paul Gerbod, « Voyageurs et touristes français… », op. cit., p. 89 ; Hélène Barbey-Say, Le voyage (...)

49Les villes, comme pour l’Italie, font l’objet d’une attention un peu plus vive. De toutes les villes traversées, on aurait pu attendre de notre narratrice un intérêt plus grand pour Vienne, la capitale d’un grand État catholique dont le souverain a accueilli la famille royale en exil. Mais politique et histoire sont laissées de côté, et la description se concentre sur les sites et leur valeur esthétique, sans s’accompagner de commentaires historiques. Les Johanet y séjournent deux jours, mais seulement parce qu’ils y ont été contraints par le contrôle du passeport. Après une journée de visites, à l’église Saint-Étienne et au caveau des Capucins, c’est-à-dire la crypte de l’abbaye de Saint-Denis des Habsbourg, et une promenade à Schönbrunn, « ce Versailles en miniature », Auguste est souffrant et doit garder la chambre toute une journée (p. 154). Les impressions sont uniquement esthétiques, ou plutôt superlatives : l’Église Saint-Étienne est ce qu’ils ont « vu de plus beau », la ville est « très belle », et les tombeaux des empereurs d’Autriche sont « une des choses les plus intéressantes » qu’ils auront vues. À Linz, il est surtout question de la réputation de beauté des femmes, qui est un ancien cliché revenant fréquemment dans les récits de voyage119, ici propagé certainement par un guide local120. « Deux heures seulement nous furent données pour visiter Ratisbonne, c’était autant qu’il en fallait » (p. 171), écrit Sophie. Elle admet tout à fait que la cathédrale est belle, que cette ville est riche en histoire, mais comme pour les paysages, son manque d’enthousiasme est indéniable. En revanche, Wiesbaden, une des villes thermales les plus populaires parmi les voyageurs121, a droit à un commentaire développé alors même que son mari lui a refusé la visite de cette ville, qu’il jugeait défigurée à cause de la liberté de mœurs qu’y apportait la vogue démesurée des jeux d’argent, et qui lui semblait donc peu recommandable pour une jeune femme. On peut en conclure, comme pour les courses de chevaux auxquelles il s’était rendu seul, à Padoue, que pour ce qui est des rapports entre les sexes, Johanet est partisan d’une séparation très tranchée des loisirs et de la sociabilité. La chose est logique pour un légitimiste, et on verra qu’elle s’applique aussi dans l’épisode de Frohsdorf que nous analyserons infra p. 263-265.

  • 122 Hélène Barbey-say, Le voyage de France en Allemagne…, op. cit., p. 108.
  • 123 Baronne Blaze de Bury, Voyage en Autriche, en Hongrie et en Allemagne pendant les événements de 18 (...)
  • 124 La construction de cette cathédrale s’étale sur plus de six siècles. L’idée de sa construction mod (...)
  • 125 Page 184 : « Ce qui nous fit le plus d’impression dans cette ville fut un tableau de Rubens ».
  • 126 Voir le texte p. 40-41 ainsi que supra notre commentaire, p. 239.

50Seules deux villes sont davantage visitées : Cologne et Francfort. À Cologne, les Johanet découvrent « les différents lieux que l’on montre aux étrangers » (p. 183), manière de suggérer que leur approche ne prétend nullement à l’originalité. On les conduit bien sûr à la cathédrale de style gothique, érigée en emblème de la germanité par le mouvement romantique, qui suscite l’approbation de la plupart des observateurs et témoins français qui viennent sur place122. La baronne Blaze de Bury plaçait ce monument avant tout autre intérêt touristique de la ville et ne craignait pas d’affirmer qu’« à Cologne, il y a une chose devant laquelle tout semble s’effacer, même Albert Dürer, même Rubens, c’est la cathédrale123 ». Pour notre narratrice et son époux, elle ne parut pourtant « pas être bien en rapport avec sa colossale réputation. Bien qu’elle fût encore très inachevée124, il nous sembla que celle d’Orléans la surpassera toujours » (p. 183). Faut-il l’attribuer à leur incompréhension face la volonté d’ériger un monument à la nation allemande, ou à un réflexe patriotique ? Quoi qu’il en soit, à l’inverse de Blaze de Bury (on peut légitimement se demander s’ils ne l’avaient pas lue), les époux Johanet préférèrent une toile de Rubens à la cathédrale125. Comme pour le Dôme de Milan, Sophie est davantage impressionnée par la richesse des trésors de la cathédrale que par son architecture, allant jusqu’à indiquer les matériaux utilisés et leur valeur. Il est également frappant que de toutes les anecdotes historiques de cette vieille métropole médiévale qu’est Cologne, elle ait choisi d’évoquer plus spécialement celle de l’exil de Marie de Médicis (1575-1642), la mère de Louis XIII. On remarque finalement dans son écriture, en filigrane, un discours national, une fierté patriotique, qui peut expliquer aussi son admiration pour l’œuvre de Napoléon malgré sa foi monarchiste126.

  • 127 Hélène Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne…, op. cit., p. 111.
  • 128 Baronne Blaze de Bury, Voyage en Autriche…, op. cit., p. 31.
  • 129 « Louis-Philippe et ceux qui l’ont porté au pouvoir veulent intégrer les juifs dans la nation. Mai (...)
  • 130 Baronne de Montaran, Les bords du Rhin, op. cit., p. 129.
  • 131 Cette différence dans la perception du quartier juif est peut-être due également aux nombreux trav (...)
  • 132 D’autres voyageurs, mais également beaucoup d’intellectuels légitimistes qui « accusent les juifs (...)

51Si elle n’est pas de l’avis de la majorité des voyageurs en ce qui concerne la cathédrale de Cologne, elle la rejoint par contre tout à fait concernant Francfort : « Malgré la physionomie si triste qu’ont, en général, toutes les villes d’Allemagne, le soir, n’étant pas éclairées, Francfort nous parut pour le moment une belle endormie, à laquelle nous trouverions de grands charmes à son réveil. » (p. 173). Elle lui trouva en effet des charmes, pas dans ses monuments historiques et musées, mais dans ses « ravissantes promenades » (p. 176), ses « belles rues, longues, régulières, bien bâties » et ses maisons « spacieuses et belles, [qui] montrent, par leur élégant extérieur, la richesse des habitans » (p. 175). Cette ville en effet, capitale de la finance et de la banque, située sur le Main, entre l’Allemagne du Nord et du Sud, était un passage obligé pour les marchandises et les hommes. Sa prospérité économique, et son indépendance politique (car c’est une ville libre) « l’auréolent de prestige » aux yeux des voyageurs127. Sophie Johanet ne mentionne pas le statut politique de la ville, mais elle attribue en revanche les belles maisons à « ces rois de l’industrie et du commerce » (p. 175). La baronne Blaze de Bury se limitait à noter que « Francfort […] ne mérite point peut-être la sainte aversion que son nom inspire encore à bien du monde128 ». Faisait-elle référence à la forte population juive qui aurait pu repousser plus d’un voyageur français129 ? C’est possible si l’on se réfère au récit de voyage de la baronne de Montaran, qui prétend avoir aperçu « avec saisissement un point noir d’où s’élève en larges flocons une épaisse fumée qui obscurcit le ciel. On dirait un de ces lieux maudits qui, dans les anciennes croyances, étaient habités par l’impie et frappés de la main de Dieu. Ce point noir qui fait tache à la belle ville, et jette son ombre sur sa splendeur, c’est le quartier des Juifs130 ». Quant à elle, Sophie Johanet ne manifeste aucun signe d’antisémitisme. Elle traverse ce quartier et note seulement que « ce sont toutes des maisons extrêmement anciennes dont les façades sont couvertes en ardoises131 » (p. 179), et elle décrit même la « mère des Rothschild » (p. 179) comme une aïeule humble et modeste, et son fils comme un homme généreux. Peut-être peu originale dans sa manière de visiter une ville, Sophie Johanet présente donc des jugements qui la distinguent d’autres voyageurs132.

  • 133 Hélène Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne…, op. cit., p. 86. L’histoire de l’apprentissa (...)

52Quant aux « Allemands », étant donné que ni elle, ni son mari ne parlaient leur langue, les impressions de Sophie furent partagées. Après un premier contact difficile avec cette langue, à Laybach, qui est prétexte à l’amusante anecdote où elle prit son « crayon et [tacha] de copier [le nom de la rue] comme on copie les traits d’un dessin », de nouveaux incidents les attendaient : à Wiener-Neustadt, Auguste et Sophie trouvèrent un épicier en guise d’interprète, mais lorsque celui-ci repartit, ils furent incapables de se faire comprendre par le personnel de l’hôtel pour obtenir ce qu’ils voulaient (p. 133). À Vienne, ils durent attendre deux jours pour leur passeport, et « encore est-ce par miracle si nous avons pu comprendre ce qu’on nous voulait… », souligne Sophie un peu amèrement. Ils cherchèrent un interprète, mais n’en trouvèrent point. Sur le bateau à vapeur, ils restaient dans l’ignorance des étapes du voyage, car « pas une oreille qui entende le français, pas une langue qui le parle » (p. 160). Même après 1870, Hélène Barbey-Say constate encore que « l’écrasante majorité des Français ignore cette langue et ne se donne guère la peine de mettre à profit un voyage outre-Rhin pour l’apprendre133 ».

  • 134 Baronne Blaze de Bury, Voyage en Autriche…, op. cit. p. 161 : « Ne pouvez-vous donc parler alleman (...)
  • 135 Germaine de Staël, De l’Allemagne, Paris, Garnier-Flammarion, 1968, p. 91 ou 94 (tome I) par exemp (...)
  • 136 Baronne de Montaran, Les bords du Rhin, op. cit., p. 137.
  • 137 Terme utilisé par Hélène Barbey-Say pour caractériser l’image des Français à l’étranger (Le voyage (...)

53Mais à l’inverse, l’effort des Allemands pour s’exprimer en français n’est pas non plus bien reçu. « Rien de plus insipide comme un Allemand ayant cette prétention [de parler français] sans la justifier ». Ainsi, si elle se sent mal dans un environnement où l’on ne parle que l’allemand, mais ne se satisfait pas d’un « mauvais français », ni de l’allemand qu’elle qualifie d’« infâme idiome » (p. 171). La baronne Blaze de Bury n’accepte pas non plus une telle déformation du français, mais demande du moins à ce que les Allemands utilisent leur langue134. C’est le cas également pour Madame de Staël, qui déplorait la francisation de la haute société allemande135. La baronne de Montaran en revanche, qui ne parle pas non plus la langue locale, exprime un peu la même idée que Sophie Johanet lorsqu’elle dit qu’« il est d’autant plus difficile de se faire comprendre ici, que le geste ne vient point prêter son secours à la parole. Le supplice que j’éprouve s’accroît encore de la traduction barbare que l’on fait de notre langue dans ce pays136 ». On se rapproche donc plutôt, chez ces deux femmes, d’une espèce de complexe de supériorité137 que leur procure la capacité à parler la langue de Molière.

  • 138 L’image de l’Allemagne propagée par Madame de Staël est présente en filigrane dans tout le texte d (...)
  • 139 Pour saisir une image élargie du regard français sur l’espace allemand, une étude approfondie des (...)
  • 140 Françoise Knopper, Le regard du voyageur…, op. cit., p. 481-497.
  • 141 Frédéric Hartweg, « De la nature du protestantisme français, de sa prétendue provenance germanique (...)
  • 142 En 1799, un Allemand fait le voyage jusqu’à Paris, et note : « Les contre-révolutionnaires disent (...)
  • 143 Beaucoup de protestants accédèrent à de hautes charges, le duc d’Orléans épousa une luthérienne et (...)

54L’impossibilité de communiquer avec les autochtones alliée à ce sentiment de supériorité ne donne pas des bases très encourageantes pour la rencontre avec un autre peuple. La baronne de Montaran, fidèle élève de Madame de Staël, donne aux Allemands un aspect physique grossier et un tempérament flegmatique, mais leur accorde un esprit raisonné, méthodique, tourné bien plus vers la vie intérieure qu’extérieure138. Sophie Johanet passe complètement sous silence cette réputation de penseurs donnée aux Allemands, mais elle garde en revanche l’idée reçue d’une « flegmatique allemande ». Idée reçue qu’elle avait d’ailleurs bien mise au programme de son journal avant même d’entrer véritablement en Allemagne, puisque dès son départ de Goritz elle se plaignait du « flegme d’un Allemand » et de ces « stioupides Allemands » (p. 61). L’emploi de ces quelques stéréotypes montre surtout, sans aucun doute, sa relative méconnaissance de la réalité des pays qu’elle traversait139. D’autres stéréotypes tenaces portant sur les Allemands, comme l’usage excessif de la boisson140, ne trouvent cependant pas place dans le journal du voyage de noces de Sophie. Elle est cependant attentive aux usages domestiques durant la seconde partie de son voyage, peut-être davantage qu’en Italie où elle avait surtout évoqué la polenta. Elle note ainsi à deux reprises les différentes manières de cuisiner, se déclare choquée des goûts vestimentaires des Viennoises, s’étonne de la manière dont on nettoie les serviettes de tables sur le bateau à vapeur. Un autre point essentiel est aussi sa défiance vis-à-vis du protestantisme, qui fait de l’Allemagne une terre d’étrangeté, potentiellement hostile, ainsi qu’on le constate lorsqu’elle entre par erreur avec son mari dans un temple luthérien de Francfort, et déclare – apparemment sans rire – qu’ils ont « fui comme devant le diable » (p. 174). Le manuscrit ne confirme pas, certes, une association systématique entre l’Allemagne et la religion protestante, mais force est d’admettre (ne serait-ce qu’en pensant, par exemple, à l’abbé Barruel et à d’autres classiques de la Contre-Révolution) que des accusations anciennes pesaient en France contre ce culte, et le dénonçaient comme la racine de tous les maux initiés dans le pays par la Révolution141, l’esprit de libre-examen et le libéralisme142. Pour les légitimistes, l’entourage de Guizot était l’illustration même de l’empreinte protestante qui environnait l’« usurpateur » Louis-Philippe143. Si l’Allemagne a donc été présentée à Sophie Johanet comme la terre de naissance du protestantisme, ce qui n’est pas impossible compte tenu de la position politique et religieuse de sa famille, et non pas comme une terre donnant naissance à de grands penseurs, écrivains et musiciens, cela pourrait expliquer en partie son manque d’intérêt et sa position quelque peu hautaine envers les Allemands. En partie seulement, car d’autres explications semblent pouvoir entrer en ligne de compte, comme les guerres de Libération de 1813 où l’Allemagne se dégagea de l’emprise napoléonienne. En effet, l’oncle de Sophie Johanet aurait combattu aux côtés de Napoléon à Ratisbonne en 1809, et à Leipzig en 1813, et elle le voit, près de Ratisbonne, en « vrai chevalier sans peur, aller droit à l’ennemi » (p. 170). Si les Allemands sont perçus comme des « ennemis », on conçoit bien que la rencontre soit difficile…

55Mais nous percevons tout de même des lieux de rapprochement, si nous pouvons les appeler ainsi. Des lieux créés par l’histoire justement, qui n’était pas seulement faite d’antagonismes. C’est le cas pour Coblence, ville d’émigration pour la noblesse française durant la Révolution, où « tout est empreint de touchants souvenirs » (p. 182) pour Sophie Johanet. Mais aussi de Cologne, ville très catholique, où elle aurait « voulu passer des heures [devant] le chemin de la Croix en relief ». Mais là où Sophie semble se rapprocher le plus des Allemands, c’est au niveau des sentiments. En critiquant le français d’un « garçon de place » à Graz, elle ajoute : « C’est une crainte continuelle de blesser son amour-propre en lui faisant sentir qu’il le place très mal ; de ne pas répondre à son obligeance, en s’en servant le moins possible, ou de passer soi-même vis-à-vis de lui pour ignorant en ne le comprenant pas. » (p. 129). Elle accorde donc à cet Allemand les mêmes sentiments qu’elle, et lui accorde un certain respect pour cela. L’exemple le plus probant est celui de la visite d’un cimetière à Francfort, où elle s’identifie totalement à une femme venant pleurer sur une tombe, représentant « la douleur personnifiée » (p. 178). À ce moment-là, plus aucune différence n’est faite entre Allemands et Français, égaux devant la mort et la souffrance.

  • 144 Barbara Penner, Newlyweds on Tour, op. cit., p. 52 et 89.
  • 145 Sylvain Venayre, « L’avènement du voyage de noces », op. cit., p. 770.

56Le principal objectif du voyage de noces du couple Johanet était un pèlerinage politique, mais le plaisir et la découverte n’en étaient pas pour autant exclus. On le constate à Venise surtout, où les époux vivent au rythme des promenades en gondole, des excursions aux îles voisines et des bains de mer. La plage du Lido n’est pas encore bondée d’estivants, et Sophie Johanet raconte même que son amie, la comtesse de V***, était « la première qui osât aller se baigner au Lido où il n’y a pas d’autre abri qu’une plage déserte et un beau ciel bleu » (p. 103). Le voyage sur le bateau à vapeur peut aussi être considéré comme un désœuvrement, un moment où le couple se repose, au rythme des escales et des repas, sans faire grande attention à ce qui l’entoure. Le voyage de noces fonctionne donc par instants comme un « anti-voyage », parce que le temps du rapprochement entre les deux époux se révèle peu compatible, in fine, avec la rencontre de l’altérité. Le côté instructif du voyage de noces devait d’ailleurs s’effacer davantage encore au fil du temps, avec le développement des moyens de transport modernes et le renchérissement de l’aspect sentimental, si ce n’est sentimentaliste, entourant cette pratique d’entrée dans la vie maritale144. Plus le couple se refermerait sur lui-même, tout en bénéficiant d’un confort hôtelier grandissant, et plus le voyage de noces serait considéré comme l’incarnation du tourisme dans son aspect négatif145. Dans le cas de Sophie et d’Auguste nous sommes encore bien loin d’être arrivés à ce stade, mais le contact avec les autochtones est déjà restreint, et Sophie se voit parfois bien plus dans les yeux de son époux que dans les yeux de l’Autre.

  • 146 Christophe Studeny, L’invention de la vitesse, op. cit., p. 93.
  • 147 Alain Corbin, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage (1750-1840), Paris, Aubier, (...)
  • 148 Jeremy Black, Italy and the Grand Tour, New Haven (CT) et Londres, Yale University Press, 2003.
  • 149 Voir par exemple Marc Boyer, Histoire de l’invention du tourisme, xvie-xixe siècles, Paris, Éditio (...)

57Alors que les itinéraires classiques du Grand Tour pouvaient durer entre vingt et trente mois, les époux Johanet ne s’éloignèrent que pour trois mois de chez eux. Sans que le couple « passe en tourbillon, indifférent aux contrées », comme l’écrit Christophe Studeny à propos des touristes146, force est d’admettre que dans les villes, il ne visita que les monuments principaux, les plus connus, et qu’en déplacement, il ne s’écarta pas des grandes routes. Mieux vaut pourtant se garder d’opposer terme à terme deux âges différents du voyage. Car ces caractéristiques que l’on attribue volontiers au touriste « moderne » ou de « seconde génération147 » pourraient bien-être déjà en partie applicables au grand-touriste anglais, allemand ou russe du xviiie siècle, dont le périple prenait souvent l’aspect d’un vernis culturel et social (l’essentiel était de dire qu’on avait vu, et pas tellement de voir) et permettait qu’il s’adonnât largement au jeu et à la débauche148. Le voyage du couple Johanet est donc un bon exemple de la transition qui s’opéra dans la première moitié du xixe siècle, durant laquelle le Grand Tour laissa peu à peu la place au tourisme, sans que l’on puisse dater trop précisément une rupture de l’un vers l’autre149. Leur manière de vivre le voyage en Italie et en Allemagne semble à la fois empreinte de la tradition du voyage de découverte du xviiie siècle et marquée de quelques traits nouveaux qui s’imposaient lentement. Dans les années 1840 et 1850, les chemins de fer se développaient, les distances raccourcissaient et le tourisme évoluait rapidement : le groupe des voyageurs s’ouvrait davantage à la bourgeoisie, les effectifs augmentaient, et davantage de gens se rendaient dans les mêmes endroits, avec les mêmes instruments en main. Les guides, qui avaient à l’origine été rédigés par et pour les voyageurs des Lumières, devenaient avec Murray, Baedeker et plus tard Joanne l’outil premier d’une forme de banalisation du voyage où les jeunes mariés tenaient déjà symboliquement leur place, mais celle-ci n’en était, bien sûr, qu’à ses prémisses.

Une plongée dans la contre-société légitimiste sous la monarchie de Juillet

58Aller trois mois ensemble en voyage de noces, découvrir l’Italie, l’Autriche et l’Allemagne, cela constituait un événement tout à fait hors du commun pour ces deux représentants de la bonne bourgeoisie provinciale de la France louis-philipparde qu’étaient les Johanet. Mais c’est aussi et même surtout pour rendre hommage au chef de file des Bourbons et l’assurer de leur fidélité qu’ils avaient pris la route, et c’est cela qui rendait à leurs propres yeux leurs pérégrinations vraiment exceptionnelles. Elles furent marquées d’abord par une solennité funèbre à Goritz, puis par des réjouissances à Venise, et finalement par le retour à une certaine cérémonialité à Frohsdorf.

  • 150 Henry de Pène écrit de manière amusante : « Ce jour-là [le jour de sa naissance], on vit sourire l (...)
  • 151 Vicomte de La Rochefoucauld, op. cit., p. 82-92.

59On n’a vu pourquoi la naissance du duc de Bordeaux, à la fin de 1820, avait apporté joie et soulagement dans la famille royale150 et chez tous les monarchistes (à l’exception bien sûr des Orléans, qui se voyaient éloignés du trône). Nous n’y reviendrons pas davantage ici. Le départ en exil de la famille royale suite à la Révolution de 1830 éloigna le jeune prince de la vue des Français. Mais ses visiteurs ne cessèrent de le décrire comme plein de promesses, à l’image de Chateaubriand qui se rendit en 1833 au château de Hradschin, à Prague, en tant qu’ambassadeur de la duchesse de Berry, ou bien, en 1839, du vicomte de La Rochefoucauld qui se rendit à Goritz et fut subjugué par ce jeune homme de 19 ans : « Il est impossible de joindre des traits plus fins à une expression plus noble, à un port de tête plus remarquable », c’est « un prince qui joint les qualités les plus brillantes aux principes les plus solides », « il est bon sans faiblesse, poli sans affectations, bienveillant sans aveuglement151 ». Les termes exaltés avec lesquels Sophie Johanet dépeint « ce Prince si parfait » (p. 54) étaient donc très communs parmi les partisans qui allaient à la rencontre du prétendant, particulièrement au cours de ces années où il fit ses premières apparitions publiques, inaugurées avec son retentissant séjour à Rome de l’hiver 1839-1840.

  • 152 Marvin L. Brown, The comte de Chambord. The Third Republic’s Uncompromising King, Durham (NC), Duk (...)
  • 153 Ibid., p. 28-29.
  • 154 Jean-Paul Bled, Les lys en exil ou la seconde mort de l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1992, p. 58.
  • 155 Chateaubriand avait écrit, à propos d’un boulet de canon qui épargna le duc d’Angoulême durant la (...)

60L’entourage de Chambord le tirait davantage vers le passé que vers l’avenir, davantage vers l’intransigeance que vers le choix d’un compromis avec la société moderne. Charles X, le roi ultra, résigné dans son exil, eut une grande influence sur l’éducation du futur prétendant. C’est lui qui choisit les précepteurs de son petit-fils, dont l’orientation inquiéta très tôt les monarchistes plus modérés et libéraux. Le baron de Damas, par exemple, qui arriva auprès du duc de Bordeaux dès 1828, fut retenu pour sa moralité, sa piété et ses capacités militaires, au désespoir de Chateaubriand qui disait qu’« une congestion religieuse lui embarrassait le cerveau152 ». En 1833, l’éducation du jeune prince fut mise, pour une petite durée, entre les mains de prêtres jésuites, ce qui scandalisa une partie des légitimistes français, qui avaient peur qu’on transforme leur héros en un saint, au lieu d’un véritable chef politique153. Le jugement sur le duc de Blacas, ancien favori de Charles X, n’était pas plus clément, car on l’accusait d’avoir entretenu le souverain, et par ricochet le jeune duc de Bordeaux, dans un univers immobile et passéiste, éloigné des réalités de la France154. Nous l’avons dit, les Bayart firent beaucoup d’efforts pour que Chateaubriand soit appelé auprès de la famille royale comme éducateur du duc de Bordeaux à la fin des années 1830. Mais pour une petite phrase de Chateaubriand dans l’ouvrage Le congrès de Vérone (1838), la duchesse d’Angoulême fut « froissée » quatre ans durant, et il fallut maintes négociations et explications pour parvenir à une réconciliation155. Les divergences de vues étaient du reste bien plus profondes. Son programme d’union entre monarchie et liberté ne recueillait pas d’écho auprès de la famille royale. La duchesse de Berry partageait le désir de voir Chateaubriand attaché au jeune prince, mais quand après les négociations ratées de 1833, on permit tout de même progressivement à la mère d’approcher ses enfants, ce fut toujours à condition qu’elle laisse de côté toute ambition et tout rôle politique.

  • 156 La Rochefoucauld utilisa le premier le mot « pèlerinage » pour son voyage de 1839. Dans l’écrit de (...)
  • 157 Cité par Hugues de Changy, Le mouvement légitimiste…, op. cit., p. 212.
  • 158 Ibid., p. 242.

61Avec l’épisode de Belgrave Square, que nous avons évoqué dans la présentation, l’héritier du trône s’était imposé comme le chef de la famille alors même que le duc d’Angoulême, diminué par la maladie, vivait encore. Et on ne peut comprendre toute la valeur que revêtait, aux yeux de deux partisans de la Légitimité comme les Johanet, ce pèlerinage156 auprès du comte de Chambord, si l’on ne situe pas leur voyage dans ce basculement du milieu des années 1840. Au lendemain de la mort de « Louis XIX », le jeune Henri V faisait d’autant plus l’unanimité que les royalistes libéraux, et Chateaubriand le premier, étaient sortis de la visite de Belgrave Square persuadés que le prince était acquis à une vision tempérée et constitutionnelle de la monarchie. De plus, celui-ci avait commencé à donner une orientation au mouvement légitimiste français, qui jusque-là n’en recevait guère, vu le fatalisme qui s’était emparé de la famille royale en exil. Après des succès aux élections de 1842, les comités électoraux légitimistes s’étaient divisés en 1843, notamment à Paris où un « Comité réformiste », proche du nouveau journal La Nation (inspiré par Chateaubriand, animé par l’infatigable abbé Genoude, polémiste qui était aussi le directeur d’un organe plus officiel du légitimisme, La Gazette de France), avait adhéré au mot d’ordre de la réforme électorale, de sorte que son propos l’apparentait parfois aux gauches non monarchistes qui plaidaient pour un élargissement du suffrage censitaire auquel se dérobait obstinément le ministère Guizot. Or en juillet 1843, le marquis de Clermont-Tonnerre avait obtenu que depuis Venise, le jeune prétendant écrive une lettre où il « blâmait formellement tous ceux qui provoquent ou entretiennent ces divisions funestes157 ». De plus, après Belgrave Square, Chambord avait donné rendez-vous aux membres du Comité royaliste de Paris pour le 12 septembre 1844 à Venise. Il y avait donné des instructions écrites à ses visiteurs (Pastoret, d’Hautpoul, Saint-Priest, Hyde de Neuville), se refusant cependant de trancher au sujet des élections, entre l’abstention et l’opposition active. Cela apparut frustrant à certains observateurs, et il dut y revenir : quelques jours à peine avant la visite des Johanet, au début de mai 1845, Chambord venait de faire répondre au Comité la même consigne, par l’intermédiaire du duc de Lévis158.

62La documentation nous manque pour savoir quel rôle fut effectivement tenu par Auguste Johanet, ou à quelle place il aspirait. Dans quelle mesure était-il identifié au courant royaliste du « droit national », que l’abbé Genoude avait propagé via La Gazette de France, et qui finirait par se marginaliser, en 1849-1850, après la mort de son fondateur, d’autant qu’à son échec relatif devant le suffrage universel s’était ajoutée l’expression publique de la réprobation de Chambord lui-même ? Ne doit-on pas penser qu’au contraire, Auguste était d’abord passionnément attaché à la figure du prince dont il attendait les directives comme des oracles, ainsi que bien d’autres monarchistes actifs dans le mouvement ? Mais on peut penser aussi que sa non-appartenance à la noblesse lui fermait le premier cercle des conseillers du prétendant. Peu importe au fond, car en 1845, le comte de Chambord était surtout l’incarnation d’un espoir, et c’est de cela que Sophie Johanet témoigne ardemment : « À l’animation de sa physionomie, à l’onction de son accent, vous reconnaîtrez que sa parole n’est que le faible écho d’un cœur également pur de tout passé et signe d’un plus heureux avenir, digne en un mot de faire le bonheur de cette France dont il parle avec une si amoureuse tendresse. » (p. 54-55). Une longue parenthèse était refermée, qui avait emprisonné le jeune héritier sous l’influence stérilisante de la vieille garde de la monarchie, et qui l’avait coupé de l’autre faction du légitimisme, celle qui voulait se battre pour le retour du prince, celle qui croyait davantage en l’action qu’en l’attente des décrets de la Providence, surtout représentée jusque-là par la duchesse de Berry. Ce désir d’une action réparatrice qui ramène la monarchie légitime est bien présent dans les réflexions de Sophie Johanet, dans la continuité d’une mère qui, nous l’avons vu, s’était engagée personnellement pour cette cause.

  • 159 La Rochefoucauld, op. cit., p. 45-46.

63Les lieux du pèlerinage politique ont également ici toute leur importance. Le vicomte de La Rochefoucauld avait rapporté une impression négative de la petite ville de Goritz, une « fourmilière au milieu des montagnes », avec « une population généralement laide et sale, des maisons affreuses, des rues mal pavées ». De même, l’habitation de la famille royale, le palais Strassoldo au cœur de la ville, lui était apparue comme « une petite maison tristement assise sur une colline et qui paraît abriter tout au plus une famille de bourgeois159 ». Mais cette impression négative se retrouve pour toutes les autres résidences royales, jamais à la hauteur du rang des prétendants aux yeux de leurs fidèles, qui les voudraient bien sûr en France (d’où l’allusion faite par le journal de Sophie au château de Chambord, tout proche des terres de la famille Johanet, et que le prétendant ne connaît pas – il ne le verra brièvement qu’en 1871). Sophie Johanet ne décrit pas Goritz, ni la résidence royale, puisque la duchesse d’Angoulême a décidé, après la mort de son époux en 1844, que tout le monde s’installerait à Frohsdorf, en Styrie, dans un château acquis l’année précédente. Devant l’extrême simplicité de la chapelle du couvent franciscain de Castagnavizza, qu’on baptisera plus tard le « Saint-Denis de l’exil » en référence à l’abbaye servant de dernière demeure aux rois de France, Sophie est partagée entre l’admiration de ce dépouillement tout chrétien et un certain sentiment d’inadéquation, voire d’incongruité :

Pourquoi, la veille du funèbre anniversaire de la mort d’un fils de France, voit-on, pour tous préparatifs de cérémonie, quelques bons religieux, gardiens fidèles du tombeau des deux Rois, tendre de noir leur humble et simple chapelle ; dresser dans le chœur, un modeste prie-Dieu […] ! Et plus loin, à sa suite, au lieu de magnifiques stalles réservées aux Princes du sang, aux grands dignitaires du royaume, des sièges recouverts aussi de noir, pour quelques courtisans du malheur, obligés de venir quatre cents lieues de la France, rendre hommage aux cendres de deux Princes dont l’exil doit se prolonger au-delà de la tombe ! (p. 55).

  • 160 Auguste Johanet, Voyages…, op. cit., p. 695-667. Le fait qu’Auguste Johanet énumère ainsi presque (...)

64Lorsque nous retrouvons le comte de Chambord à l’hôtel Danieli, à Venise, l’atmosphère est toute différente de celle de Goritz : finis le deuil et la tristesse, place aux réjouissances et à la mondanité. D’après l’énumération d’Auguste Johanet, plus d’une soixantaine de Français étaient sur place pour lui apporter leur hommage, sans compter les personnalités étrangères venues pour les fêtes de la Régate du 8 au 9 juin160. « Au milieu des brillantes illuminations » (p. 67) on préparait la tombola, avant le départ des réjouissances des Régates le 8 et 9 juin, qui voient des « flots du peuple en délire » (p. 76), avant que « vers trois heures du matin, […] chacun rentre chez soi, faire du jour la nuit, en attendant qu’une nouvelle fête fasse de la nuit le jour » (p. 76) : la fête du Rédempteur, le troisième samedi et dimanche du mois de juillet. Avant de repartir pour Frohsdorf, le 30 juin, le comte de Chambord reçoit beaucoup à dîner, et tous les jours lui et sa mère se rendent à la place Saint-Marc, où les Français peuvent prendre leurs « places au cercle royal » (p. 79). Nous sommes donc tout au début de la formation d’un point d’attraction autour du Grand Canal, avec la duchesse de Berry, qui a acheté le palais Vendramini en 1844, et bientôt Chambord, qui se portera acquéreur du palais Cavalli. De là partiront de nouveaux manifestes contre-révolutionnaires, comme celui inspiré par le séjour de Blaze de Bury en 1850, Un mois à Venise, où l’on peut lire :

Avant d’arriver au Rialto, vers le milieu du Grand Canal, s’élève le palais Cavalli, gothique, frais et transparent, pierre que le temps semble avoir changée en cristal ! Vous entrez, vous êtes en France ! On a dit que le sol où flottait le pavillon du pays devenait à l’instant national : sur le palais Cavalli, nul pavillon ne se déploie, la livrée qui circule sous le pérystile n’a pas même de cocarde, et cependant vous êtes bien en France, cette France dont l’illustre exilé fut dépossédé de bonne heure, il vous la communique, il vous la rend tant il l’a gardée en lui, tant il la porte dans son sang.

  • 161 Auguste Johanet, Voyages…, op. cit., p. 733-734.
  • 162 Jean-Paul Bled, Les lys en exil, op. cit., p. 174.
  • 163 Auguste Johanet, Voyages…, op. cit., p. 734.
  • 164 Joseph Turquand, Madame duchesse d’Angoulême (1778-1851), Paris, Émile Paul, 3e éd. 1909, p. 415.

65À Frohsdorf les mondanités sont néanmoins d’une autre nature. La famille royale ne pouvait y recevoir autant de monde que le comte de Chambord à Venise, contrainte par l’espace disponible. « Frohsdorf est une grande habitation, mais en peut-il jamais être de suffisante pour le désir que ces bons princes ne cessent d’avoir, de réunir sous leur toit tous ceux qui entourent leur exil ! », écrit Auguste Johanet161. De même, le médecin de cour, le secrétaire du prince et l’ensemble du personnel avec leurs familles devaient habiter au village voisin faute de place162. Sophie et Auguste Johanet étaient donc relativement privilégiés pour pouvoir habiter « un petit pavillon dépendant du château » (p. 136), mais pas assez non plus pour occuper le premier étage, destiné à des parents ou des hôtes de marque de passage. Comme le palais Cavallli, le château autrichien est un fragment de terre de France, où « on se croit transporté au Paris d’il y a seize ans, et, l’illusion continuant, on s’imagine un instant que les Tuileries ont changé de forme163 ». Cette illusion passe par le maintien d’un style de vie monarchique, et surtout par la continuation de l’étiquette française, « comme si le salut de la dynastie en eût dépendu164 ». Tous les témoignages suggèrent que cette étiquette était étouffante, et les témoignages sur l’exil du comte de Chambord consacrent tous une place au déroulement d’une journée au château royal. Voici la description qu’en donne Auguste Johanet :

  • 165 Auguste Johanet, Voyages…, op. cit., p. 725-726.

Dès le matin, Mme la comtesse de Marnes assiste à la messe dans la chapelle, puis elle fait, solitaire, un livre à la main, une longue promenade à pied […]. M. le comte de Chambord se plaît à gravir les montagnes ou à parcourir les vallées des environs. Il rentre vers sept heures du matin ; à huit heures il va prendre le thé chez S.A.R. Mademoiselle, puis se livre à divers travaux dans son cabinet jusqu’à dix heures. Après le déjeuner, M. le comte de Chambord reçoit les Français et les autres visiteurs, il rentre ensuite dans son cabinet jusqu’à trois heures. Alors il monte à cheval ou en voiture, souvent avec son auguste sœur, ou accompagné de M. le duc de Lévis, de M. le comte d’O’Geherty, de M. le vicomte Édouard de Monti de Rezé. C’est aussi l’heure de la promenade en voiture de Mme la comtesse de Marnes, qui, accompagnée de Mme la duchesse de Lévis, de Mme la comtesse de Choiseul, de M. le comte de Montbel, aime à faire de longues excursions. […] À six heures précises, le dîner réunit tous les hôtes de Frohsdorf. […] À la suite du dîner, une promenade à pied, à cheval ou en voiture, occupe et disperse les convives durant une heure. À huit heures, tout le monde est rentré dans le salon, où la conversation a lieu autour d’une table ronde, près de laquelle les hommes sont assis, tandis que Mme la comtesse de Marnes et S.A.R. Mademoiselle travaillent à des ouvrages [de broderie]. La musique et des lectures intéressantes empruntées de préférence aux livres et aux journaux français, occupent agréablement la soirée, qui se termine à neuf heures et demie au plus tard165.

66Chacun savait ainsi exactement ce qu’il avait à faire à chaque moment de la journée. Nous avons emprunté cette description à Auguste Johanet, car elle est plus synthétique et plus linéaire, mais c’est exactement le même genre d’impression qui se dégage du journal de Sophie Johanet. Elle note les personnes qui lui firent des visites, l’heure des repas et promenades, le déroulement d’une soirée, etc. Cependant, chez elle, le protocole n’apparaît pas à ce point pesant, car d’une part ses descriptions valorisent davantage les activités des femmes, auxquelles elle participe directement (autre preuve que c’était bien son journal personnel qu’elle rédigeait), et d’autre part l’étiquette apparaît subsumée dans une atmosphère toujours débordante de bienveillance et d’effusion – d’une manière si systématique qu’elle en devient suspecte, d’ailleurs. Elle est sensible aussi au dépouillement dans lequel vivent les exilés (comme elle l’a été à celui de la sépulture de Charles X et de son fils), et elle s’arrête à plusieurs reprises sur la simplicité de l’ameublement et de la décoration du château où les historiens ont souvent décelé le résultat d’un certain manque d’intérêt, voire de goût, de la part de Chambord et, après 1846, de son épouse.

  • 166 Né sur le modèle de l’Illustrated London News et du Penny Magazine, démarrés en 1832, le Musée des (...)
  • 167 « Le mercredi se passa encore à faire et à recevoir des visites » (p. 141) ; « c’était toujours mê (...)

67Le séjour débute par une visite des lieux, qui donne le temps d’échanger quelques politesses. Les journées se déroulent à se promener dans l’immense parc du château et à rencontrer les différentes figures de la maison royale. À côté du portrait assez attendu de la duchesse d’Angoulême, dont les épreuves passées sont toujours rappelées, et dont la résignation confine à la sainteté, mais à qui on donne toujours le titre de « reine », Sophie fait défiler une galerie de personnages de la suite masculine du prince, des chapelains aux conseillers, en passant par les gentilhommes de service comme Monti de Rezé. Les soirées se passent, comme le dit Auguste, à faire ou à écouter de la musique, et à discuter littérature pour les dames, tout en brodant, alors que les messieurs se sont retirés dans la salle de billard ou le fumoir. On est d’ailleurs assez étonné de voir la famille royale recevoir le Musée des Familles, qui est plutôt un journal de la bourgeoisie à vocation encyclopédique166, ou s’intéresser à Fanny Burney, qui n’est plus certes, en 1845, une romancière moderne (puisque l’essentiel de son œuvre date d’avant 1815) mais qui n’est pas non plus un auteur classique éculé. À neuf heures, tout le monde se retire au signal de la duchesse d’Angoulême. Bien qu’elle soit élogieuse et enthousiaste, il nous semble tout de même que Sophie Johanet souffre un peu du rythme monotone de la vie au château167.

  • 168 Stéphane Rials, « Les chemins de la fidélité : Les royalistes français à l’étranger (1830-1883) », (...)

68Vraisemblablement, le plan initial des Johanet était de suivre le prétendant à Frohsdorf vers le 30 juin, mais ils furent retenus à Venise par la convalescence de Sophie, qui retarda les retrouvailles avec le prince à début août 1845. Plusieurs Français ont d’ailleurs fait le même parcours qu’eux. La plupart des personnes qui se trouvaient à Goritz semblent avoir poussé le voyage jusqu’à Venise, où la réunion des légitimistes fut la plus importante (les Le Corgne de Bonarby, la marquise de Nicolaï, et la comtesse de V***), mais seuls quelques-uns sont ensuite allés jusqu’à Frohsdorf comme le comte et la comtesse de Sèze – sans compter bien évidemment la suite attachée à la personne du comte de Chambord tels les Lévis, Blacas, Barbançois, O’Geherty. Le rite est alors en voie d’institutionnalisation : le premier pèlerinage collectif s’était tenu en 1833 pour la majorité royale du duc de Bordeaux ; le second avait eu lieu à Rome en 1839 où deux cents Français furent reçus par le prince, qui évoqua luimême les nombreux hommages reçus dans son journal d’Italie, qui fut publié en 1933 ; celui de 1843 à Londres avait déjà réuni un millier de personnes, mais le maximum d’affluence devait être atteint à Lucerne en 1862 avec 3 400 pèlerins présents168.

  • 169 Voir Volker Sellin, « La restauration de Louis XVIII en 1814 et l’Europe », in Lucien Bély (dir.),(...)
  • 170 Sur ces sujets, voir René de Castries, Le grand refus du Comte de Chambord, La légitimité et les t (...)
  • 171 Terme et définition repris de Stéphane Rials, « Contribution à l’étude de la sensibilité légitimis (...)

69Le roi, selon la tradition légitimiste, ne pourrait se contenter d’une fonction symbolique, ni s’intégrer à un système où la majorité du pouvoir serait du côté des assemblées. À la rigueur monter sur le trône et écarter ensuite les quelques éléments qui faisaient ombrage à son principe, comme l’avait fait Louis XVIII en 1814169. Cela fait que l’ambiguïté planera toujours sur les intentions réelles de Chambord, et sur sa doctrine de gouvernement. Certes, on s’en souvient, ses visiteurs de Belgrave Square avaient colporté l’image d’un futur souverain acquis à la cause de la monarchie tempérée. Johanet et d’autres publicistes royalistes cherchaient aussi à populariser l’image d’un homme curieux du monde moderne, dévoué au pays, tandis que le mouvement légitimiste, en 1844-1845, se structurait et affinait sa stratégie électorale. Mais la IIe République devait précipiter Chambord vers le conservatisme le plus étroit, et le coup d’État de 1851 suivi de l’installation du régime autoritaire de Napoléon III allait transformer sa stratégie politique en un banal attentisme. Durant des entretiens donnés en Allemagne en 1849, dont Auguste donnera au public la substance dans l’ouvrage Souvenirs du séjour de M. le comte de Chambord et des Français à Ems (1849), et qui lui donneront l’occasion de reprendre les vapeurs du Rhin entre Cologne et Coblence, on verra que l’idée d’une fusion des deux branches, préparée par la victoire du parti de l’Ordre aux législatives de mai, avait fait son chemin dans la pensée de Chambord. Mais elle devait piétiner, du fait des ambiguïtés entretenues par le prince, qui déplaisaient aux orléanistes : ainsi celles de la « circulaire Barthelemy », dite aussi « de Wiesbaden », publiée suite à une indiscrétion par L’Événement en août 1850, bien qu’elle fût aussitôt adoucie par la « Lettre de Venise » du 22 janvier 1851 adressée au grand avocat légitimiste Berryer, où Chambord reconnaissait que la monarchie en France devait être « en harmonie avec son état social, ses mœurs, ses intérêts170 ». Le prétendant allait donc souffler, des années durant, le chaud et le froid. Là n’était peut-être pas l’essentiel pour lui, au fond, et c’est pourquoi il encouragea les attitudes de dévotion aveugle à sa personne, que Stéphane Rials définit comme le « chambordisme », « qui a consisté à abandonner plus ou moins nettement le terrain de la raison politique pour celui de la passion quasi amoureuse [pour le] prince, celui de la démonstration pour celui de la dévotion171 ».

  • 172 Émile Zola, L’Assommoir, Paris, « Grands textes classiques », 1995 (1re édition en 1876), p. 86.

70Le roi a toujours été une figure particulière, représentant l’autorité, la grâce, la divinité. Mais les légitimistes semblent avoir éprouvé cette vision de manière exacerbée pour le comte de Chambord, qui arborait une auréole particulière due à sa naissance, son exil, l’espoir qui était placé en lui. Il devint, dans certains cas, une figure quasi biblique, voire christique, y compris pour Sophie Johanet qui « en voyant tant de vertus, en regard de tant d’ingratitude et d’indifférence, […] se prend à se demander si ce n’est point aussi pour lui que le Prophète s’écria : “mon peuple, que vous ai-je fait, et pourquoi me persécutez-vous ?” » (p. 55). C’était si connu que cela se retrouve dans la fiction, par exemple avec le personnage de Lorilleux dans L’Assommoir d’Émile Zola, ouvrier bijoutier « né le même jour que le comte de Chambord, le 29 septembre 1820. Cette coïncidence le frappait beaucoup, l’occupait d’un rêve vague, dans lequel il établissait une relation entre le retour en France du roi et sa fortune personnelle, [et…] à chacun de ses désirs trop gros pour être contenté, il renvoyait ça à plus tard, quand le roi reviendrait172 ». Comme Jésus, le prince convaincra les incrédules.

Qu’ils viennent ceux qui en doutent, ne craint pas d’écrire Sophie, et quand ils auront vu, quand ils auront examiné et compris la noble attitude de Henri de France, oh ! alors ils croiront, et ils nous reprocheront de n’en avoir pas dit davantage ; ils seront enthousiastes et fanatiques comme nous (p. 144).

  • 173 Baronne Blaze de Bury, Voyage en Autriche, op. cit., p. 57.
  • 174 Après la brève parenthèse de 1848 où ils seront chassés de leurs États avant d’être rétablis par l (...)

71Et ces convictions sont soutenues par des histoires, des anecdotes de toutes sortes pour prouver que le comte de Chambord avait une aura bien particulière, qui rayonnait autour de lui. La baronne Blaze de Bury, après le passage du prince à Hanovre en 1848, se souviendrait ainsi qu’elle et son époux trouvèrent « tous ceux qui avaient eu l’honneur de l’approcher encore sous l’impression produite par le charme de cette puissance de conversation toute française et aussi par la grâce irrésistible de son auguste compagne173 ». Chaque membre de la famille royale, à commencer par la buona duchessa, finit d’ailleurs par être l’objet de cette ferveur toute religieuse et par avoir droit à son adjectif tel « auguste », « noble », « sublime », « sainte », etc. Le journal se clôt par ailleurs par l’annonce du mariage de Louise d’Artois, qui est une nouvelle encourageante pour le légitimisme français. C’est un succès non négligeable, qui lui permet de nouer une alliance avec une famille princière régnante. Car si le père de l’époux ne règne que sur la petite principauté de Lucques, sous le nom de Charles II, il doit récupérer les duchés de Parme, Plaisance et Guastalla qui ont été donnés en viager, au congrès de Vienne, à l’ex-impératrice Marie-Louise. Celle-ci disparaîtra bientôt, en 1847, et l’abdication rapide du nouveau duc portera Louise au trône ducal avec son mari174. Lorsque le mariage sera célébré, en novembre 1845, l’événement suscitera d’ailleurs une très forte mobilisation des légitimistes français, mais aussi de la haute aristocratie autrichienne.

  • 175 Jean-Paul Bled, Les lys en exil, op. cit., p. 305.

72La ferveur autour du prétendant au trône était largement entretenue par des fêtes, comme la Saint Henri le 15 juillet, qui garda une importance particulière durant toute la vie du prince. « La réunion était brillante et nombreuse » (p. 102) à Venise en 1845, et même mourant, lorsque le comte de Chambord ne se présentait plus aux repas, il fit une exception pour la Saint Henri175. Dans la vie quotidienne, une quantité d’objets étaient là pour rappeler l’existence du prince en exil, tels des rubans, bijoux, boîtes, médailles… Et ces objets avaient bien sûr une importance toute particulière lorsqu’ils étaient offerts par la famille royale elle-même.

  • 176 Stéphane Rials, Le légitimisme, Paris, PUF, 1983.
  • 177 Sophie Johanet, Vie de Madame Bayart, op. cit., p. 192. Cf. également p. 184, où Sophie De Witte e (...)

73Le légitimisme n’était donc pas seulement une doctrine politique mais une sensibilité étroitement liée au catholicisme, si ce n’est une religion à lui seul. Et cela explique aussi le rôle important que les femmes ont eu dans la perpétuation de cette sensibilité, ne serait-ce qu’en tant qu’engagées dans les pratiques dévotionnelles et aussi en tant qu’éducatrices176. Ainsi, nous rappelle Sophie, si « parfois des larmes atteignaient [les] paupières [des enfants de Mme Bayart], ils apprenaient à les sécher soudain par un Sursum corda : « Mon Dieu, nous vous offrons tout ce que vous voudrez, pour qu’Henri V revienne177 » ! Certains l’ont expliqué en renvoyant à une nature féminine supposément plus exaltée et plus sentimentale, mais ce n’est là qu’une vieille antienne. Comme l’avait bien perçu Jo Margadant dans ses recherches sur le culte rendu à la duchesse de Berry, la vérité est d’abord que cela leur libérait un espace légitime dans le champ politique, où elles étaient interdites comme électrices et comme militantes, et qu’elles gagnaient ainsi le droit de manifester approbation et engagement, fût-ce seulement par des sentiments et par des gestes forts.

74Enfin, notons que Sophie Johanet relève bien ce caractère du prétendant et de ses fidèles, qu’elle partage d’ailleurs sans nuance, lorsqu’elle évoque la « soumission » du comte de Chambord « aux vues de la Providence » (p. 41). Même pour les légitimistes comme Auguste Johanet qui préféraient agir activement pour rétablir l’influence de leur courant et préparer une restauration, il ne s’agissait pas de déjouer la Providence, mais de l’aider. L’avantage de la Providence, cependant, c’est que ses décrets peuvent tout justifier, jusqu’à l’immobilisme et finalement l’échec. Après 1848, 1851, et surtout 1871-1873, il devint de plus en plus manifeste pour beaucoup de légitimistes que non seulement une restauration ne se ferait pas, mais que le principe d’une monarchie de droit divin tel que le représentait le comte de Chambord s’éteindrait avec lui, puisqu’il n’avait pas eu d’enfant. Mais la dévotion resta, intacte et peut-être augmentée par une sorte de « poésie de l’échec », jusqu’au dernier jour de la vie du prince. En 1845, de toute façon, alors que Chambord n’était pas encore marié et avait l’apparence d’un jeune homme brillant, les perspectives étaient toutes différentes, et rien ne pouvait distraire les pèlerins de Frohsdorf et de Venise comme Auguste et Sophie de leurs rêveries radieuses.

Notes

1 Voir René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, Paris, Le Seuil, 1988, et Serge Berstein (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, 1998.

2 On renverra aux termes du questionnement proposé il y a plus d’un siècle par André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la IIIe République, Paris, Imprimerie Nationale, 1989 [1911].

3 Ces deux actes sont disponibles aux Archives départementales du Nord. L’acte de décès d’Auguste Johanet se trouve dans les Archives du 10e arrondissement de Paris.

4 Nombre d’éléments sur l’histoire de la famille se trouvent dans A. Johanet, Hommage à la mémoire de Mlle Armande Johanet, Orléans, Autographies de A. Jacob, 1854, et À mes neveux Gustave et Arthur, [Vie de Emmanuel-Jules-Michel Johanet], Orléans, 1857 (disponible sur gallica.fr). L’initiale de l’auteur encourage à la confusion avec notre Auguste (voir ainsi les notices erronées de la BNF), mais il s’agit en réalité de l’aîné de la fratrie, celui qui deviendra prêtre : son prénom, Alexandre, est confirmé par Alfred Baudrillart, Les Normaliens dans l’Église, Paris, Impr. Religieuse, 1906, p. 5.

5 Le berceau de la famille, pour la lignée paternelle, semble être à Aschères, non loin de Neuville, c’est-à-dire à la limite de la Beauce et de la forêt d’Orléans, les deux terroirs qui se partagent le nord du département du Loiret.

6 Georges Lefebvre, Études orléanaises, 2 vol., Paris, Commission d’histoire économique et sociale de la Révolution, 1963.

7 Ibid., t. 2, p. 88-99 (qui orthographie incorrectement « Johannis »).

8 Lettre du vicomte Alès à Mgr Dupanloup, 5 janvier 1865, cité ibid., t. 1, p. 199-200.

9 Alexandre Johanet, À mes neveux…, op. cit., p. 11-12.

10 Voir Guillaume de Bertier de Sauvigny, Le comte Ferdinand de Bertier et l’énigme de la Congrégation, Paris, Les Presses Continentales, 1948.

11 C’est tout au moins l’opinion d’Arthur Johanet, Le barreau d’Orléans au xixe siècle, 1800-1900, Orléans, Georges Michau et Cie, 1900. Fils aîné d’Emmanuel-Jules, Arthur Johanet fut bâtonnier de l’Ordre à Orléans, comme l’avait été son grand-père. Un de ses frères travailla pour la maison d’édition des Frères des écoles chrétiennes, un autre mit ses talents de plume au service de l’agrarisme des débuts de la IIIe République.

12 Alexandre Johanet nota qu’à partir de 1817, sous l’influence des errements du gouvernement de Louis XVIII, ou de l’éloquence de certaines plumes libérales, le « légitimisme [d’Emmanuel-Jules] se tempéra sensiblement » : d’où l’indulgence d’opinion qui le caractérisa par la suite, « sans jamais le faire dévier des principes essentiels », et d’où le fait, sans doute, qu’il se limita comme avocat aux affaires de droit privé (sauf cas exceptionnel comme la défense des Vendéens en 1832 ou celle de l’abbé Dufour), et qu’il s’improvisât chef de la famille et maître d’œuvre de l’exploitation des domaines ruraux de Joubeau et de Gelou, en Sologne (relation avec les fermiers, les ouvriers, les domestiques, etc). Sur tout ceci, voir Discours de réception de M. Edmond Johanet et réponse de M. Louis Jarry, Orléans, Imprimerie Paul Colas, 1884.

13 Louis Jarry, Discours de réception, op. cit., p. 30.

14 Christianne Marcilhacy, Le diocèse d’Orléans sous l’épiscopat de Mgr Dupanloup, Paris, PUF, 1962, p. 393.

15 Voir Christianne Marcilhacy, Le diocèse d’Orléans au milieu du xixe siècle. Les hommes et leurs mentalités, Paris, Sirey, 1964, p. 174-175.

16 G. Touchard-Lafosse, La Loire historique, pittoresque et biographique, Paris, 1843, t. 3, p. 522-523, cité ibid., p. 173.

17 L’abbé Johanet pourrait être l’auteur anonyme de la Vie de Mgr de Beauregard, évêque d’Orléans, écrite sur des notes et des documents authentiques, Poitiers, 1842.

18 D’après Arthur Johanet (Le barreau d’Orléans…, op. cit., p. 89), s’y distingua particulièrement Me Janvier (du barreau d’Angers, mais qui s’était d’abord frotté à Nantes à un futur soutien de l’Empire autoritaire, Billault), divers confrères avocats venus de Blois ou de Paris – parmi lesquels Auguste Johanet jeune n’est cependant pas mentionné, et enfin quelques figures du barreau d’Orléans dont Emmanuel-Jules Johanet, qui obtint l’acquittement de 13 accusés sur les 15 dont il avait la charge. La plaidoirie publiée d’Auguste Johanet jeune en défense de La Caqueray et d’un autre aristocrate vendéen concerne une tentative d’évasion à laquelle les vexations de l’administration pénitentiaire les avaient acculés, en 1833, et non directement les procès des conspirateurs de 1832 tenus à Orléans en 1832-1833. Voir également Louis Nottin, Orléans et Montargis sous la monarchie de Juillet, Orléans, Impr. Orléanaise, 1932, p. 45-46 pour le procès fait au journal légitimiste local en 1832.

19 Il s’agissait pour lui d’un second mariage. Il s’était marié en 1808 à Mélanie Top, la fille d’un négociant local. Celle-ci était morte en 1816, âgée de seulement 21 ans, à la naissance d’un troisième enfant. Deux filles, Eugénie et Esther, lui étaient déjà nées, dont seule la seconde survécut : par son intermédiaire, la lignée s’allia aux Delobel, marchands de Tourcoing, une famille dans laquelle s’était également mariée, on le verra, une sœur de Sophie-Josèphe Bayart.

20 Charles Bayart mourut en février 1847, ainsi que la vicomtesse de Chateaubriand. L’écrivain mourut à son tour en juillet 1848, et Sophie-Josèphe Bayart seulement en mai 1866. Quelques réponses de Chateaubriand se trouvent dans Paul Delsalle (éd.), « Onze lettres inédites de Chateaubriand adressées à M. et Mme Bayart (1823-1836) », Société Chateaubriand. Bulletin, no 25, 1982, p. 25-30.

21 Gérard Flament, La société pendant la Révolution dans quelques communes de la vallée de la Lys, de Comines à Armentières, Comines, Mémoires de la Société d’Histoire de Comines-Warneton et de la région, 1976.

22 Vraisemblablement, il s’agissait d’accusation prêtant lieu à des règlements de comptes : un journal tenu par un bourgeois de la ville qualifie Jacques-Philippe Bayart (cousin du père de Sophie) d’« homme de sang qui a coopéré à la mort de son oncle Malingié » (Voir L. Jeanson, « La famille de Nicolas-Druon-Joseph Bayart », Nord Généalogie, no 174, 2002).

23 Voir Abel Joire, Armentières pendant les Cent-Jours, Lille, Quarre, 1877, rééd. 1995.

24 Jean-Marie Wiscart, Au temps des grands liniers : les Mahieu d’Armentières, 1832-1938. Une bourgeoisie textile du Nord, Arras, Artois Presses Université, 2010. Descendant d’une famille de marchands qui s’étaient rapprochés du secteur textile en acquérant une blanchisserie sous l’Empire, à Erquinghem, à la lisière de la ville, Auguste Mahieu (1804-1880) créa la première manufacture mécanique de lin à Armentières en 1839. Notons que la cité de la Toile fut également dotée d’une sociabilité active avec son Cercle du Commerce, fondé en 1834, accueillant « notaires, industriels, anciens fabricants » (Jean Lambert-Dansette, Origines et formation d’une bourgeoisie. Quelques familles du patronat textile de Lille-Armentières, doctorat ès-Lettres, Lille, 1957, p. 717).

25 Quant aux filles, elles se marièrent à des négociants en tissus ou en filés du Sentier et elles s’installèrent à Paris.

26 Gérard Flament, La société pendant la Révolution, op. cit., p. 105.

27 Cité par L. Jeanson, « La famille… », op. cit., p. 28.

28 Voir par exemple Jean-Louis Magnan, Le notariat et la Révolution française, Montauban, Impr. de Forestié, 1952, les travaux de Jean-Paul Poisson, Notaires et société. Travaux d’histoire et de sociologie notariale, 2 vol., Paris, Économica, 1985-1990, et une monographie départementale plus récente comme Marc Vaissière, Les notaires de l’Avairon en Révolution (1789-1800), Rodez, Éditions del Monsénher, 2012.

29 Pour l’attribution de la place de garde-magasin, comme pour la reconnaissance de dette de Chateaubriand envers Bayart, voir Paul Delsalle, « Onze lettres inédites… », op. cit., p. 29.

30 Pour ces renseignements, voir Sophie Johanet, Vie de Madame Bayart, op. cit.

31 Elle accoucha de son fils le 20 juillet 1820 dans la maison de campagne de Madame, à Bagatelle, où elle résidait depuis mai, mais ses fonctions de nourrice ne durèrent en réalité que 3 semaines, de fin septembre à fin octobre. On redouta alors que, victime d’émotions et d’indispositions, elle ne fût pas une nourrice parfaite. D’après le docteur Deneux, accoucheur officiel de la duchesse de Berry, le départ de Sophie-Josèphe Bayart fut provoqué intentionnellement (il suggère qu’on l’empoisonna pour la rendre inapte à allaiter) : « Nous découvrîmes qu’une femme d’un aussi grand caractère portait ombrage à certaines personnes de la maison des Enfants de France, et que l’on avait conçu le projet de l’éloigner. » (Louis-Charles Deneux, Quatrième grossesse de la duchesse de Berry, A. Delahaye et E. Lecrosnie, Paris, 1881, p. 78). Elle retourna donc à Armentières.

32 Bonnie Smith, Les bourgeoises du Nord, Paris, Perrin, 1984, p. 58.

33 Sophie Johanet, Vie de Madame Bayart, op. cit., p. 300. « Je soupçonne la grande dame, ajoute-t-elle, de m’avoir trouvée très provinciale, car c’était mon premier voyage à Paris depuis 1830, et probablement pour me rendre moins gauche, elle voulut me mettre à l’aise en nous recevant d’une manière tout à fait intime. » Il n’empêche que la vicomtesse de Chateaubriand la considérait comme une jeune « provinciale » bonne à marier.

34 Elle veut probablement parler de l’Émancipation, journal belge conservateur et plus ou moins catholique, fondé en 1830.

35 Voir supra p. 195-196 au sujet de cet accident de voiture, qui fut la cause indirecte de leur rapprochement, puis de leur mariage.

36 Sophie Johanet, Vie de Madame Bayart, op. cit., p. 301.

37 Yvonne Knibiehler, « Corps et cœurs », in Geneviève Fraisse et Michèle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. 4, Le xixe siècle, Paris, Plon, 1991, p. 432.

38 Henri Rossi, Mémoires aristocratiques féminins, 1789-1848, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 102. Voir également Gabrielle Houbre, La discipline de l’amour. L’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du romantisme, Paris, Plon, 1997.

39 Lettre citée par Georges Lefebvre, Études orléanaises, op. cit., t. 1, p. 200.

40 Voir Alfred Baudrillart, Les Normaliens dans l’Église, op. cit., p. 5-6. C’est l’assassinat du duc de Berry qui a déterminé Alexandre Johanet à entrer dans les ordres et à abandonner sa thèse de droit. Il pensait qu’après le crime de Louvel, la France ne pourrait plus être relevée que par la religion. Aussi rentra-t-il à Saint-Sulpice, et Lacordaire l’y suivit quelques semaines plus tard. Celui-ci avait d’abord connu Emmanuel-Jules, lorsqu’il était simple étudiant de la Faculté de droit de Paris, ainsi que le montrent les lignes suivantes que Lacordaire lui adressa en juin 1824 : « Mon ancien et cher confrère, [Dieu m’a fait] comprendre l’impuissance de la raison et la nécessité de la foi. Ainsi, rapproché de vous par mes sentiments religieux, j’ai encore le bonheur de vous retrouver dans un frère que j’ai regretté de n’avoir pas connu plus tôt » (Correspondance d’Henri-Dominique Lacordaire, Paris, Le Cerf, 2002, t. 1, p. 121).

41 Pierre Gourinard, Les royalistes français face à la France dans le monde, 1820-1859, Nîmes, C. Lacour, 1992, p. 323. Sur le rôle de cette Société pour la formation des réseaux légitimistes, voir également Steven D. Kale, Legitimism and the Reconstruction of French Society, 1852-1883, Baton Rouge et Londres, Louisiana State University Press, p. 155-157.

42 Baudicour et Laurentie sont respectivement animateur et secrétaire de rédaction de la Société Catholique des Bons Livres (ou Société Reproductive des Bons Livres), une entreprise de propagande imprimée fort importante, dirigée par le duc Matthieu de Montmorency (successeur de son père, l’ami de Mme de Staël). Les causes qu’Auguste a plaidées l’associent de près à cette initiative, ainsi qu’à celle du libraire-éditeur Jeanne, sis passage Choiseul, qui l’engagera pour rédiger le récit officiel du voyage des royalistes français à Ems.

43 Auguste Johanet, Voyages de Henri de France en Écosse, en Angleterre, en Allemagne et en Italie, Paris, Dentu, 1845, p. 569. Combalot était l’auteur d’un Mémoire sur la guerre faite à l’Église et à la société par le monopole universitaire, attaquant notamment Villemain. Voir Marvin Brown, Louis Veuillot. French Catholic and Layman, Durham (NC), A. Publishing Company, 1977, p. 78-80.

44 Veuillot jugeait le ton du pamphlet de Combalot trop vif, mais L’Univers vendit des exemplaires de l’ouvrage, ce qui justifia ensuite les poursuites, qui conduisirent Veuillot un mois en prison, en juin 1844. Veuillot publia alors sa propre brochure (Liberté d’enseignement. Procès de M. l’abbé Combalot).

45 Auguste Johanet, Voyages d’Henri de France en Écosse, en Angleterre, en Allemagne et en Italie, op. cit.

46 Voir par exemple l’argument de Katherine Turner, British Travel Writers in Europe, 1750-1800. Authorship, Gender and national identity, Aldershot, Ashgate, 2001 et de Yaël Schlick, Feminism and the politics of travel after the Enlightenment, Lewisburg / Lanham, Bucknell University Press / Rowman & Littlefield, 2012. Renvoyons également à Nicolas Bourguinat, La Bella Libertà ? L’Italie des voyageuses, 1770-1870 (à paraître).

47 Voir Isabelle Brouard-Arends (dir.), Femmes éducatrices au Siècle des Lumières, Rennes, PUR, 2005, ainsi que Bernard Grosperrin, « Un manuel d’éducation noble. Adèle et Théodore de Madame de Genlis », Cahiers d’Histoire, 19, 1974.

48 Voir p. 194.

49 On relève cependant deux passages où le « je » est largement surreprésenté : de la page 79 à 95, ce qui correspond au moment de la fausse couche jusqu’au début de ses bains de mer, et de la page 144 à 149, depuis la fin du séjour à Frohsdorf, où elle décrit les activités des femmes, jusqu’au développement sur le cabas.

50 Stistrup Merete Jensen, « Le travestissement narratif dans les écrits d’Isabelle Eberhardt », in Franck Estelmann et alii (dir.), Voyageuses européennes…, op. cit., p. 61-62.

51 Friedrich Wolfzettel définit cet intérêt comme un « leitmotiv du voyage au féminin » (« Récit de voyage et écriture féminine », ibid., p. 24).

52 « Le choix de présenter au lecteur tel ou tel aspect de la société renvoie toujours à l’image que l’auteur souhaite donner de lui-même » (Henri Rossi, Mémoires aristocratiques féminins, op. cit., p. 189).

53 Voir supra p. 43-44.

54 Friedrich Wolfzettel, « Récit de voyage et écriture féminine », op. cit., p. 22.

55 Bénédicte Monicat, Itinéraires…, op. cit., p. 159-160.

56 Nicolas Bourguinat, « Voyage et genre, une interrogation renouvelée », in Id. (dir.), Le voyage au féminin. Perspectives historiques et littéraires ( xviiie-xxe siècles), Strasbourg, PUS, p. 9.

57 Voir ainsi Maurice Daumas, Le mariage amoureux. Histoire du lien conjugal sous l’Ancien Régime, Paris, Armand Colin, 2004.

58 Sur les écritures intimes et la vie de couple, voir les actes du récent colloque de Pau : Maurice Daumas (dir.), Amour divin, amour mondain dans les écrits du for privé de la fin du Moyen Âge à 1914, Pau, Éditions Cairn, 2011.

59 Laure Adler, Secrets d’alcôve : histoire du couple de 1830 à 1930, Paris, Hachette, 1983, p. 72.

60 Agnès Walch, Histoire du couple en France de la Renaissance à nos jours, Rennes, Éditions Ouest-France, 2003.

61 Voir Sylvain Venayre, « L’avènement du voyage de noces (xixe-xxe siècles) », op. cit., ainsi que le bref article intitulé « Le temps du voyage de noces », L’Histoire, no 321, 2007, p. 56-61.

62 Raban de Damville, Manuel de savoir-vivre, Paris, Desloges, 1849, cité ibid. p. 57.

63 Dr A. Coriveaud, Le lendemain du mariage, Paris, Librairie J.-B. Baillière & Fils, 1884, p. 37. Ce médecin n’aurait donc pas été surpris de la fausse couche de Sophie Johanet à Venise…

64 Mme Octave Feuillet, Quelques années de ma vie, Paris, Calmann-Lévy (2e édition), 1894. Texte numérisé disponible sur archive.org.

65 Sylvain Venayre, « L’avènement du voyage de noces », op. cit., p. 761. L’auteur situe l’émergence de l’expression dans les années 1870. En 1845, Sophie Johanet l’utilise pourtant à deux reprises, et notamment en écrivant p. 126 : « ce voyage de noces, comme on l’appelle, quoiqu’attristé d’abord par un fâcheux accident, n’a-t-il pas laissé dans mon cœur les plus doux souvenirs […] ? » Le soulignement et l’expression « comme on l’appelle » laissent toutefois penser que c’était une pratique relativement neuve.

66 Honoré de Balzac, Physiologie du mariage, Paris, Levasseur et Urbain Canel, 1829.

67 C’est probablement la définition qu’en avait Sophie Johanet, puisqu’elle écrit : « On dira, si l’on veut, que c’est un langage de lune de miel, quoique son terme soit bien passé » (p. 80). Malgré l’avis de Sylvain Venayre, qui juge que dès les années 1870, la notion de « voyage de noces » fusionnerait les deux termes, on constate que Mme Duhamel fait encore la distinction en 1898 (Sylvain Venayre, « L’avènement du voyage de noces », p. 225) : « Ce voyage de noces que nous terminons et pendant lequel le soleil s’est presque toujours montré radieux tandis que la lune de miel a brillé sans cesse, à nos yeux, sous un ciel toujours pur ». L’évolution des termes en anglais est en fait plus révélatrice de l’idéal à atteindre puisque, dans la première moitié du xixe siècle, le voyage faisant suite aux épousailles se désignait par le terme « wedding journey », « bridal tour », ou « nuptial tour » ; puis, dans la seconde moitié du xixe siècle, ce voyage devint the « honeymoon », « lune de miel » pour la traduction française (Barbara Penner, Newlyweds on Tour : Honeymooning in Nineteenth-Century America, Hanover (NH), University Press of New England, 2009, p. 3).

68 « C’est un excellent usage que celui des Anglais, qui vont passer ce mois de félicités dans une campagne retirée. Cette mode, depuis quelques années, s’est introduite en France, et ce n’est pas un des moins heureux emprunts que la bonne compagnie ait fait à nos voisins » (Horace Raisson, Code conjugal contenant les lois, règles, applications et exemples de l’art de se marier et d’être heureux en ménage, Paris, J.-P. Roret, 1829).

69 Voir Christophe Studeny, L’invention de la vitesse. France, xviiie-xxe siècle, Paris, Gallimard, 1995, p. 159, qui cite les souvenirs de Victorien Sardou sur son grand-père, laissant imaginer qu’une pratique du voyage de noces existait déjà bien avant les années 1820.

70 Helena Michie, Victorian Honeymoons, Journeys to the Conjugal, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 1.

71 Barbara Penner, Newlyweds on Tour, op. cit., p. 6. Aux États-Unis, elle situe également l’émergence de la pratique du voyage de noces dans les années 1820-1830. En Angleterre, elle la voit nettement antérieure, notamment pour l’aristocratie.

72 Ibid., p. 18.

73 Mme George Duhamel, Mon voyage de noces en Italie, Paris, Société libre d’édition des gens de lettres, 1898. Texte numérisé disponible sur gallica. fr.

74 Liselotte, Le guide des convenances, Paris, Bibliothèque de la société anonyme du « Petit écho de la mode », 1931, p. 102.

75 Sylvain Venayre, « L’avènement du voyage de noces », op. cit., p. 762. Plus généralement, sur l’ascension du couple au cours des deux derniers tiers du siècle, voir Peter Gay, The Bourgeois Experience, Victoria to Freud, 5 vol., New York, Oxford University Press, 1984-1995, en particulier les t. 1 (Education of the Senses) et t. 2 (The Tender Passion).

76 Barbara Penner, Newlyweds on Tour, op. cit, p. 23.

77 Sylvain Venayre, « Le temps du voyage de noces », op. cit.

78 Helena Michie, Victorian Honeymoons, op. cit., p. 12.

79 Ce n’est pas encore une règle, bien entendu, et on rencontre encore après 1830 des grands bourgeois comme les Montefiore ou des aristocrates comme les Grosvenor, qui s’adjoignent d’autres couples d’amis ou de parents, au moins pour une fraction de leur itinéraire, voyage en Orient pour les premiers, croisière pour les autres. Les voyages de jeunesse du comte de Chambord ont aussi ce caractère, puisqu’en tant que prince, il est entouré d’une suite. L’autre modèle de mobilité féminine qui apparaît, c’est l’association de deux ou plusieurs femmes seules, qu’elles soient veuves ou célibataires, ou bien encore mère et fille(s), qu’illustrent Elizabeth Strutt en Piémont ou Emily Lowe en Sicile.

80 Voir Harvey Levenstein, Seductive Journey. American Tourists in France from Jefferson to the Jazz Age, Chicago, Chicago University Press, 1998, p. 118-119, pour le caractère neuf et exaltant de cette expérience chez les Américaines.

81 Nicolas Bourguinat, « Voyage et genre, une interrogation renouvelée », op. cit., p. 9.

82 François Brizay, L’image de l’Italie dans les guides et les relations de voyage publiés en France au xviie siècle (1595-1713) : sa construction et son évolution, Lille, ANRT, 1996.

83 Pauline de Pange, Comment j’ai vu 1900, Paris, Grasset, 1962, rééd. 2013.

84 Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité, Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en Italie, milieu xviiie siècle - début xixe siècle, École française de Rome, 2008.

85 François Brizay, L’image de l’Italie, op. cit., p. 310-312.

86 Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité, op. cit., p. 283-318.

87 Voir supra p. 40-41. Cette attitude ambivalente mais souvent favorable, y compris chez les Britanniques, face à l’héritage napoléonien a également été remarquée par Nicolas Bourguinat, « Traces et sens de l’Histoire chez les voyageuses françaises et britanniques dans l’Italie préunitaire (1815-1861) », Genre & Histoire, no 9, automne 2011. Cette indulgence pour l’empereur peut également s’expliquer ici par le rôle qu’a joué Napoléon dans le développement de l’industrie dans le Nord, où on le surnommait le « père de l’industrie », au point qu’une statue lui a été édifiée à Lille en 1850. Voir Bonnie Smith, Les Bourgeoises du Nord, op. cit., p. 36.

88 Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité, op. cit., p. 284. Voir aussi le doctorat d’Alain Pillepich, Milan capitale napoléonienne, Paris, Lettrage/Éditions SPM, 2002.

89 Si la feuille de route a été correctement retransmise, nous comprenons que le couple arrive le 6 juin 1845 à Venise. « L’accident de Dame » date du 10 juin, et c’est le 19 juillet que Sophie peut de nouveau quitter son appartement. Elle doit suivre une prescription de bains de mer, qui reporte leur départ pour Trieste dans les « premiers jours d’août » (p. 113).

90 Henriette Levillain, « Venise romantique : regards comparés des voyageurs français et anglais », in Christian Del Vento et Xavier Tabet (dir.), Le mythe de Venise au xixe siècle, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2006, p. 61-70.

91 Cette caractéristique de l’image de Venise au xixe siècle a également été notée par Xavier Tabet, « L’Histoire de la République de Venise (1819), de Pierre Daru : aux origines de la vision historique et politique du passé vénitien au xixe siècle en France », in Claire Barbillon et Gennaro Toscano (dir.), Venise en France. Du romantisme au symbolisme, Paris, École du Louvre, 2006, p. 15-34.

92 Voir les remarques de Jacques Misan-Montefiore, Venise des voyageurs romantiques français, Moncalieri, Cirvi, 2000, et L’eau, le rêve, et le temps. Venise vue par les voyageurs français de 1850 à 1920, Moncalieri, Cirvi, 2003.

93 Chambord lui-même, qui avait découvert le bel canto lors de ses tout premiers voyages, en compagnie du duc de Lévis, était un hôte très assidu de la Fenice.

94 Identifiées par Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité, op. cit., p. 341.

95 Voir Xavier Tabet, « L’Histoire de la République de Venise (1819), de Pierre Daru… », op. cit., p. 19 et la note correspondante p. 31. C’est notamment l’insurrection vénitienne en 1848 contre la présence autrichienne qui relance l’intérêt Venise aux yeux des observateurs.

96 Elle se conforme ainsi à l’impression de la plupart des voyageurs de la fin du xviiie et début du xixe siècle, qui « enferment Venise dans une bulle, close sur elle-même » : Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité, op. cit., p. 331.

97 Voir p. 76 : « Alors de petits feux d’artifice s’élancent dans les airs, aux grands applaudissements du peuple vénitien, bien reculé apparemment dans ce genre de lumière pour s’extasier de si peu de chose. »

98 Voir notamment Silvana Patriarca, « Indolence and regeneration : tropes and tensions of Risorgimento patriotism », American Historical Review, 110, 2005, no 2.

99 Adelsberg se trouve dans l’actuelle Slovénie, mais fut autrichien jusqu’en 1918. Dans le manuscrit cette domination est attestée par la similitude des habitudes alimentaires : à Adelsberg, le couple mange un veau « si frais que le malheureux vitello vivait encore » (p. 128), et sur le bateau à vapeur remontant le Danube il mange un bœuf « à peine passé de vie à trépas » (p. 160).

100 C’est-à-dire l’actuelle Ljublijana, capitale de la Slovénie.

101 Horst et Lois Jarka (éd.), The Other’s Austria, Impressions of American and British travellers, t. 1, 1814-1914, Riverside (CA), Ariadne Press, 2006, p. 18.

102 Paul Pasteur, Histoire de l’Autriche De l’Empire multinational à la nation autrichienne ( xviiie-xxe siècles), Paris, Armand Colin, 2011.

103 Horst et Lois Jarka (éd.), The Other’s Austria, op. cit., p. 18. Par commodité, à chaque fois que nous utiliserons le terme « Allemagne » en dehors des citations du manuscrit, ce sera pour désigner l’Allemagne dans sa délimitation actuelle ; et si nous utilisons la notion d’« espace germanique », ce sera plutôt pour renvoyer à l’image de Sophie Johanet d’une grande Allemagne incluant l’Autriche. Le terme « grande Allemagne » n’est pas neutre, puisqu’il renvoie au débat qui a occupé tout le xixe siècle (jusqu’en 1871) entre la formation d’un État national incluant l’Autriche (Großdeutschland) ou non (Kleindeutschland).

104 Chiffres recueillis par Paul Gerbod, « Voyageurs et touristes français à la découverte de l’Allemagne sous le Second Empire », in Raymond Poidevin (dir.), Aspects des relations franco-allemandes à l’époque du Second Empire, Metz, Centre de recherches Relations internationales, 1982, p. 87-95 (p. 91 pour les chiffres cités).

105 Ibid., p. 91 : « w dès 1849, l’on peut atteindre Vienne à partir de Paris en 84 heures (soit 2 124 kilomètres) ».

106 Page 5 : « Comment essayer d’exprimer les impressions que produit la vue de pareilles difficultés vaincues ! »

107 Michel Lagrée, La bénédiction de Prométhée. Religion et technologie, xixe-xxe siècles, Paris, Fayard, 1999.

108 D’après le guide Reichard de 1793, « on peut [alors] louer un yacht pour soi […] et en disposer à sa volonté. C’est ainsi qu’on fait ordinairement, lorsqu’on voyage sur le Danube, surtout de Ratisbonne à Vienne, trajet que l’on fait plus volontiers par eau que par terre […]. En descendant le Danube on va très vite ; mais en le remontant on va d’autant plus lentement. On ne peut même le remonter qu’à l’aide de plusieurs chevaux. […] Quoique cette route par eau soit d’environ 60 milles d’Allemagne, on la fait communément en trois jours ou trois jours et demi. » (Heinrich Reichard, Guide des voyageurs en Europe, tome I, Weimar, Bureau d’Industrie, 1793, p. 716).

109 Ibid., p. 739.

110 La Rochefoucauld, Pèlerinage à Goritz, Paris, Dentu, p. 30.

111 Hélène Barbey-say, Le voyage de France en Allemagne de 1871 à 1914, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1994, p. 51. Elle se base sur la 11e édition du guide Baedeker, L’Allemagne du sud et l’Autriche, publié en 1896.

112 Ibid., p. 83-85.

113 Horst et Lois Jarka (éd.), The Other’s Austria, op. cit.

114 Ibid., p. 179. C’est de ce journal de voyage que John Murray tira un an plus tard son guide, Handbook for Travellers in Southern Germany.

115 Hélène Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne…, op. cit., p. 105. « Avant comme après 1870, c’est à un voyage aux bords du Rhin que se résume le voyage d’Allemagne de la plupart des Français. »

116 « Sous le charme de ce délicieux aspect [le château d’Eberstein], je donne cours aux fantaisies de mon imagination, la maladie rêveuse du pays me gagne, et je me fais allemande » (Baronne de Montaran, Les bords du Rhin, 2e éd., Paris, Delloye, 1838, p. 54).

117 Francis Claudon, Le voyage romantique, Paris, Philippe Lebaud, 1986.

118 D’après Hélène Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne…, op. cit, p. 6 (« des années 1820 à 1850, le nombre des voyageurs [français vers l’Allemagne] passe de 2 000 à environ 4 900 »). Ces chiffres correspondent au nombre de passeports délivrés. Voir également Louis Reynaud, L’influence allemande en France au xviiie et au xixe siècle, Paris, Hachette, 1922, p. 146 : après le voyage de Madame de Staël en Allemagne et la publication de son livre De l’Allemagne, « on se précipita sur ses traces, et le rite du voyage germanique s’imposa pour près d’un siècle ».

119 Voir Horst et Lois Jarka (éd.), The Other’s Austria, op. cit., p. 169-170 ; et surtout Françoise Knopper, Le regard du voyageur en Allemagne du Sud et en Autriche, Nancy, PUN, 1992, p. 491-492.

120 Page 164 : « On nous avait dit aussi que nous rencontrions grand nombre de jolies femmes ». Nous n’avons pas parlé du recours aux guides dans les villes visitées, mais il est attesté dans presque toutes : à Chambéry (p. 36), à Milan (p. 47), à Venise (p. 68), à Trieste (p. 124), à Vienne (p. 153) et à Ratisbonne (p. 171). C’est pourquoi nous identifions le « on » de la citation comme les paroles d’un guide.

121 Paul Gerbod, « Voyageurs et touristes français… », op. cit., p. 89 ; Hélène Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne…, op. cit., p. 103 et 112. La baronne de Montaran écrit pour sa part : « Cette ville est, dans la belle saison, le rendez-vous indispensable de l’opulente Allemagne, de cette noblesse qui, toute l’année, vit dans ses châteaux et dans son orgueil ; elle accourt ici en masse pour échapper pendant quelques mois à une existence dont chaque jour apporte sa dose régulière d’ennui » (Les bords du Rhin, op. cit.).

122 Hélène Barbey-say, Le voyage de France en Allemagne…, op. cit., p. 108.

123 Baronne Blaze de Bury, Voyage en Autriche, en Hongrie et en Allemagne pendant les événements de 1848 et 1849, Paris, Charpentier, 1851, p. 9.

124 La construction de cette cathédrale s’étale sur plus de six siècles. L’idée de sa construction moderne, celle qui avait pour but d’ériger cette cathédrale en monument à la nation allemande, apparut seulement en 1815, lorsque Cologne passa à la Prusse. Mais la construction en elle-même ne commença réellement qu’en 1840, et s’acheva en 1880. Voir Thomas Nipperdey, Réflexions sur l’histoire allemande, Paris, Gallimard, 1992, p. 222-245.

125 Page 184 : « Ce qui nous fit le plus d’impression dans cette ville fut un tableau de Rubens ».

126 Voir le texte p. 40-41 ainsi que supra notre commentaire, p. 239.

127 Hélène Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne…, op. cit., p. 111.

128 Baronne Blaze de Bury, Voyage en Autriche…, op. cit., p. 31.

129 « Louis-Philippe et ceux qui l’ont porté au pouvoir veulent intégrer les juifs dans la nation. Mais l’antisémitisme ambiant subsiste presque partout », observe Gilbert Roos (Les Juifs de France sous la Monarchie de Juillet, Paris, Honoré Champion, 2007, p. 154).

130 Baronne de Montaran, Les bords du Rhin, op. cit., p. 129.

131 Cette différence dans la perception du quartier juif est peut-être due également aux nombreux travaux et destructions qu’il connut de 1840 à 1887. Voir Wolf Siegbert, Jüdisches Städtebild Frankfurt am Main, Frankfurt am Main, Jüdischer Verlag, 1996, p. 10.

132 D’autres voyageurs, mais également beaucoup d’intellectuels légitimistes qui « accusent les juifs d’être responsables de toutes les difficultés » (Gilbert Roos, Les Juifs de France…, op. cit., p. 155).

133 Hélène Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne…, op. cit., p. 86. L’histoire de l’apprentissage de l’allemand en France est intéressante : cette langue était largement méconnue au xixe siècle (pour ne parler que de ce siècle) comme nous venons de le voir. L’effet de surprise en France face à la supériorité militaire de l’Allemagne durant la guerre de 1870 engendra un regain d’intérêt pour cet apprentissage, pour tenter de mieux comprendre ce dangereux voisin. Mais les deux guerres mondiales amorcèrent un nouveau déclin, qui ne s’est toujours pas démenti aujourd’hui. Voir Caroline Doublier, « Enseignement de l’allemand et image de l’Allemagne depuis la seconde guerre mondiale », Histoire de l’éducation, no 106, mai 2005, et Michel Espagne, Le paradigme de l’étranger. Les chaires de littérature étrangère au xixe siècle, Paris, Le Cerf, 1993.

134 Baronne Blaze de Bury, Voyage en Autriche…, op. cit. p. 161 : « Ne pouvez-vous donc parler allemand, au lieu de massacrer de la sorte une langue étrangère ? »

135 Germaine de Staël, De l’Allemagne, Paris, Garnier-Flammarion, 1968, p. 91 ou 94 (tome I) par exemple. L’ouvrage a été édité pour la première fois à Londres en 1813, et en 1814 en France, suite à ses voyages en Allemagne en 1803 et 1804. Le livre était déjà prêt pour l’édition en 1810, mais il fut détruit par ordre de Napoléon.

136 Baronne de Montaran, Les bords du Rhin, op. cit., p. 137.

137 Terme utilisé par Hélène Barbey-Say pour caractériser l’image des Français à l’étranger (Le voyage de France en Allemagne…, op. cit., p. 93).

138 L’image de l’Allemagne propagée par Madame de Staël est présente en filigrane dans tout le texte de la baronne de Montaran cité ci-dessus, jusqu’à ce qu’elle en fasse une citation explicite à la page 331.

139 Pour saisir une image élargie du regard français sur l’espace allemand, une étude approfondie des différentes perspectives (regard des écrivains, diplomates, marchands, voyageurs « anonymes », etc) mériterait amplement d’être menée : c’est l’objet du doctorat actuellement en cours de Marina Polzin, Lire, rêver et voir l’Allemagne pré-unitaire : les voyageurs français et britanniques outre-Rhin avant 1870 (Université de Strasbourg).

140 Françoise Knopper, Le regard du voyageur…, op. cit., p. 481-497.

141 Frédéric Hartweg, « De la nature du protestantisme français, de sa prétendue provenance germanique et de son allégeance à l’Allemagne », in Étienne François, Marie-Claire Hoock-Demarle, Rainer Meyer-Kalkus, Michael Werner (dir.), Marianne-Germania, Deutsch-französischer Kulturtransfer im europäischen Kontext, 1789-1914, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1998, p. 111-140.

142 En 1799, un Allemand fait le voyage jusqu’à Paris, et note : « Les contre-révolutionnaires disent bien : les protestants sont la cause de notre révolution. Ils ont abaissé le clergé, fait circuler des idées libres ; ce ne sont pas des Français mais des Étrangers qui en sont les auteurs » (voir Johann Georg Heinzmann, Voyage d’un Allemand à Paris et retour par la Suisse, Strasbourg, 1800, p. 112).

143 Beaucoup de protestants accédèrent à de hautes charges, le duc d’Orléans épousa une luthérienne et ses sœurs des princes protestants. Voir Stéphane Rials, « Légitimisme et catholicisme (1830-1883) », in Id., Révolution et Contre-Révolution au xixe siècle, Paris, Albatros / D.U.C, 1987, p. 193-219.

144 Barbara Penner, Newlyweds on Tour, op. cit., p. 52 et 89.

145 Sylvain Venayre, « L’avènement du voyage de noces », op. cit., p. 770.

146 Christophe Studeny, L’invention de la vitesse, op. cit., p. 93.

147 Alain Corbin, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage (1750-1840), Paris, Aubier, 1988, p. 155 (note 57).

148 Jeremy Black, Italy and the Grand Tour, New Haven (CT) et Londres, Yale University Press, 2003.

149 Voir par exemple Marc Boyer, Histoire de l’invention du tourisme, xvie-xixe siècles, Paris, Éditions de l’Aube, 2000, p. 187 et 193. L’auteur y défend, à tort selon nous, l’idée d’une « révolution touristique » qui se situerait dès la fin du xviiie siècle.

150 Henry de Pène écrit de manière amusante : « Ce jour-là [le jour de sa naissance], on vit sourire la fille de Louis XVI, le duc d’Angoulême causa, et Louis XVIII marcha. À peine au monde, l’enfant du Miracle faisait des miracles » (Henri de France, Paris, H. Oudin, 1884, p. 8).

151 Vicomte de La Rochefoucauld, op. cit., p. 82-92.

152 Marvin L. Brown, The comte de Chambord. The Third Republic’s Uncompromising King, Durham (NC), Duke University Press, 1967, p. 14.

153 Ibid., p. 28-29.

154 Jean-Paul Bled, Les lys en exil ou la seconde mort de l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1992, p. 58.

155 Chateaubriand avait écrit, à propos d’un boulet de canon qui épargna le duc d’Angoulême durant la campagne d’Espagne de 1823 : « Pourquoi ce boulet le manqua-t-il ? ». Cela ne lui fut jamais vraiment pardonné.

156 La Rochefoucauld utilisa le premier le mot « pèlerinage » pour son voyage de 1839. Dans l’écrit de Sophie Johanet, bien des termes qualifiant son séjour à Goritz s’y rapportent : elle foule « cette terre tout imprégnée de la rosée de leurs bienfaits », et Castagnavizza se trouve sur « la sainte montagne » (p. 53).

157 Cité par Hugues de Changy, Le mouvement légitimiste…, op. cit., p. 212.

158 Ibid., p. 242.

159 La Rochefoucauld, op. cit., p. 45-46.

160 Auguste Johanet, Voyages…, op. cit., p. 695-667. Le fait qu’Auguste Johanet énumère ainsi presque systématiquement les personnes présentes est sans doute lié à la fierté d’être un « flétri ». Après la « flétrissure », les journaux légitimistes se mirent en effet à publier la liste des noms des personnes présentes à Londres. Voir Hugues de Changy, Le mouvement légitimiste…, op. cit., p. 239.

161 Auguste Johanet, Voyages…, op. cit., p. 733-734.

162 Jean-Paul Bled, Les lys en exil, op. cit., p. 174.

163 Auguste Johanet, Voyages…, op. cit., p. 734.

164 Joseph Turquand, Madame duchesse d’Angoulême (1778-1851), Paris, Émile Paul, 3e éd. 1909, p. 415.

165 Auguste Johanet, Voyages…, op. cit., p. 725-726.

166 Né sur le modèle de l’Illustrated London News et du Penny Magazine, démarrés en 1832, le Musée des Familles est un hebdomadaire qui paraîtra de 1833 jusqu’en 1900. Jules Verne, Nantais comme le fondateur du journal, Pitre-Chevalier, y publiera quelques-unes de ses premières nouvelles dans les années 1850.

167 « Le mercredi se passa encore à faire et à recevoir des visites » (p. 141) ; « c’était toujours mêmes attentions, même bienveillance » (p. 141) ; « la soirée du Jeudi se passa encore fort agréablement » (p. 144). C’est nous qui soulignons.

168 Stéphane Rials, « Les chemins de la fidélité : Les royalistes français à l’étranger (1830-1883) », in Révolution et Contre-Révolution…, op. cit., p. 187-188.

169 Voir Volker Sellin, « La restauration de Louis XVIII en 1814 et l’Europe », in Lucien Bély (dir.), La présence des Bourbons en Europe xvie-xxie siècle, Paris, PUF, 2003, p. 255-268.

170 Sur ces sujets, voir René de Castries, Le grand refus du Comte de Chambord, La légitimité et les tentatives de Restauration de 1830 à 1886, Paris, Hachette, 1970, p. 60-62, et Marvin Brown, The comte de Chambord, op. cit., p. 60-64. Ces analyses ne sont nullement modifiées par les recherches plus récentes sur le comte de Chambord, liées à la redécouverte de ses archives : voir Daniel de Montplaisir, Le comte de Chambord, dernier roi de France, Paris, Perrin, 2009, p. 160-170 (sur la fin des années 1840) et Philippe Delorme (éd.), Journal, 1846-1883. Carnets inédits du comte de Chambord, Paris, François-Xavier de Guibert, 2009, p. 33-67. Précisons que le « droit national » avait alors largement perdu la partie dans le camp légitimiste, quoiqu’il conservât une audience, jusqu’à certains ardents supporters comme le marquis Henri de la Rochejaquelein qui soumit ainsi à Chambord l’idée d’un plébiscite visant à rétablir la monarchie et à refonder le contrat entre le prince et le peuple. Mais significativement, cet héritier de la Vendée finit par se rallier à l’homme fort du moment, l’empereur Napoléon III, et il fut fait sénateur d’Empire.

171 Terme et définition repris de Stéphane Rials, « Contribution à l’étude de la sensibilité légitimiste : le chambordisme », in Révolution et Contre-Révolution…, op. cit., p. 220-230.

172 Émile Zola, L’Assommoir, Paris, « Grands textes classiques », 1995 (1re édition en 1876), p. 86.

173 Baronne Blaze de Bury, Voyage en Autriche, op. cit., p. 57.

174 Après la brève parenthèse de 1848 où ils seront chassés de leurs États avant d’être rétablis par l’Autriche, l’assassinat de ce dernier en 1854 fera même de Louise une régente, au nom de son fils aîné. Cela dura seulement jusqu’à ce qu’ils soient à leur tour chassés d’Italie par les guerres de 1859 et l’unification politique de la péninsule. Les héritiers de Louise seront mariés, à Frohsdorf souvent, à plusieurs maisons telles que les Habsbourg-Lorraine de Toscane, les Bourbons d’Espagne, les Bourbons-Sicile, etc.

175 Jean-Paul Bled, Les lys en exil, op. cit., p. 305.

176 Stéphane Rials, Le légitimisme, Paris, PUF, 1983.

177 Sophie Johanet, Vie de Madame Bayart, op. cit., p. 192. Cf. également p. 184, où Sophie De Witte est prête à sacrifier son fils Henri, pour la vie du duc de Bordeaux.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540