Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

Pour le mariage de Mlle Sophie Bayart et de M. Auguste Johanet1

Le 26 Mars 1845 (Mouveaux) (Par Monsieur de la Basse Mouturie)

Texte intégral

  • 1 Hommage collé sur la dernière page du journal manuscrit.

Toi, dans cette journée
Assure à jamais le bonheur,
Toi qui fais de ton sexe et l’orgueil et l’honneur,
Sophie, admets qu’ici la lyre fortunée
Célèbre l’aimable rougeur,
Que ton front oppose à l’hyménée,
Et qu’aux fleurs dont l’amour t’a si bien couronnée
L’amitié par ma main joigne encore une fleur,
De la fidélité rare et brillant modèle,
Des géants Vendéens le défenseur fameux ;
Celui qui des flétris, noble flétrie comme eux
Rédigea l’histoire mortelle
Le brave Johanet consacrant en tous lieux
Son talent au barreau, son cœur aux malheureux,
Et son encens à chaque belle,
Cependant de l’amour la subite étincelle
Ne pourrait point électriser son cœur…
Mais il te vit et soudain à tes charmes
À ton esprit, à ta douceur,
Il fallut qu’il rendît les armes,
Tu reçus les aveux de sa brûlante ardeur,
Ton âme en tressaillit de plaisir et de gloire,
Puis généreuse au sein de la victoire,
Tu cédas au vaincu le pouvoir du vainqueur
Ce fut ainsi que ton indifférence,
Dut chérir les liens qu’elle avait méconnus,
Ce fut ainsi que tes vertus,
Près de toi pour toujours ont fixé l’inconstance.

Notes

1 Hommage collé sur la dernière page du journal manuscrit.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540