Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XXXII. Départ pour la France. — Arrivée à Mouvaux

Sophie Johanet

Volltext

  • 1 Le jeune frère de Sophie (seul survivant, avec elle, des sept enfants du couple Bayart).

1Depuis six jours qu’une lettre datée de Vienne était arrivée à Mouveaux, annonçant notre retour dans le courant de la semaine, notre grand Henri1 et sa voiture allaient quatre fois par jour au débarcadère du chemin de fer, dans l’espoir de nous trouver. Un jour, une grande Dame descend d’une diligence, sa toilette un peu grise annonce la consommation de douze cents lieues de poussière, elle est suivie par un beau cavalier dont la barbe bien portée lui donne quelque ressemblance avec Auguste. « Les voilà ! » s’écrie notre Henri, et sans attendre plus minutieux examen, il se précipite dans les bras de la Dame, et l’embrasse, comme le meilleur des frères pourrait embrasser sa sœur.

2« Pardon, excusez-moi Madame, je vous prenais pour une autre… »

3« Mais, Monsieur, je m’en aperçois », dit la dame avec embarras, et ils se séparèrent.

  • 2 On se souvient que Sophie elle-même, à la fin du chapitre XXVI, était surnommée « la francesa grand (...)

4Cela se passait le mercredi à midi 27 Août, au même instant nous prenions le convoi de Bruxelles pour Tourcoing, et à neuf heures moins quelques minutes nous traversions la frontière. France ! disions-nous enfin, et la douce émotion que l’on éprouve en revoyant son pays nous faisait battre le cœur. Il battit bien plus fort, quand un instant après, la voix de ce cher Henri arriva jusqu’à nous… Il m’avait reconnu parmi toute la foule. Nous l’avons aussi bientôt distingué, sa grande taille dominant d’une manière exceptionnelle tout les attendants2. Nos voix d’enrhumés répondirent à peine, mais nos cœurs de sœur et de frère ne ressentaient pas moins la joie de se trouver en famille. Notre mère elle-même était venue au-devant de nous. D’un trait nous aurions voulu courir à Mouveaux, mais halte là ! Encore une visite de douane, encore des paquets à ouvrir ! Quelques malheureuses aunes de dentelles de Venise nous y retinrent un gros quart d’heure, quel ennui !!!!

  • 3 L’image qui était collée à cet endroit est manquante.

5Enfin, fouette cocher, nous trouvons mon père un peu plus loin, l’oncle Delobel vient nous embrasser, en sept minutes de marche nous arrivons à… Mouvaux3 !!!

  • 4 « Zèle » a été rajouté par nos soins, car une partie de la page est déchirée. Ce mot semblait colle (...)

6La tante Eugénie, ne nous attendant pas ce jour-là, était couchée, mais elle ne tarda point à paraître dans ce petit négligé-galant qui lui va si bien. Nous faire improviser un souper et réunir les fleurs qu’elle avait cueillies le matin pour la fête d’Auguste, fut l’affaire d’un instant. Nous étions au 27, veille de Saint-Augustin, glorieux patron de mon cher mari. Dès l’aurore, j’avais pensé lui offrir mes souhaits, mais espérant être agréable à mes parents, en le faisant avec eux, j’attendis jusqu’au moment où nous nous trouvâmes en famille. Pour me dédommager, j’avais essayé en route de brocher quelques couplets, je tâchai de me les rappeler en arrivant. C’était l’air éternel soldat t’en souviens-tu, qu’Auguste chante si bien. Je l’avais choisi de préférence à tout autre, espérant être aidée par mon cher époux quand je détonnerais par trop de zèle4. Mais point, le voyage à Venise au lieu d’avoir perfectionné en lui ce joli talent, ne l’avait même pas entretenu, et Henri avec son beau ténor, dut plus d’une fois me remettre dans le bon chemin, ce qui suggéra à son beau-frère cette singulière réflexion : « C’est étonnant comme mon séjour en Italie a fait de bien à la voix d’Henri ! » Voilà qui est fort amusant, d’avoir exploré pendant trois mois le pays des arts au seul profit de ses parents et de ses amis ! N’importe, mes couplets furent entendus jusqu’au bout, tout le monde ayant reconnu que s’il y avait beaucoup de faux dans ma voix, il n’y en avait que là…

« Le voilà donc ce double jour de fête
Qui réunit des parents, des enfants…
Saint-Augustin doit être mis en tête,
Car au logis il conduit les absents.
Assez longtemps ils ont couru le monde,
Ces deux époux que vous voyez enfin,
En vous voyant, le bonheur les inonde,
Ils peuvent donc ne plus dire : à demain ! (bis)

Jusqu’à ce soir pour dire ma tendresse,
Si j’ai tardé, qu’il m’en coûta, chéri !
Mais j’ai voulu partager mon ivresse
Avec tous ceux qui t’attendaient ici.

Le doux baiser qui sera ta réponse,
Il me tardait de l’avoir, crois-le bien,
Ton bon sourire aujourd’hui me l’annonce,
Donne-le moi sans attendre à demain.

Mon cher Auguste, aujourd’hui point de grâce,
Un jour de fête, on dit la vérité.
Par mon éloge, il faudra que tu passes,
À tes vertus il est seul emprunté,
Pourquoi si bon, si doux, toujours le même,
Pris-tu mon cœur longtemps avant ma main,
Quand je te vis, ce cœur me dit : « Je l’aime,
et pour l’aimer je n’attends pas demain. » (bis)

Oui, mon Auguste, il faut que tu l’entendes,
C’est toi qui fais le bonheur de ces lieux,
À ma prière il faut que tu te rendes,
Tu dois ici recevoir tous nos vœux.
Mes bons parents, que j’étais désireuse
De vous voir tous, serrant sa bonne main,
Lui rendre grâce, il me rend si heureuse,
Bénissez l’en sans attendre à demain (bis)

Pourquoi faut-il qu’une sombre pensée,
Vienne troubler le bonheur des amis ?
Pourquoi faut-il que le Dieu d’Hyménée,
Sépare ceux qu’il a si bien unis ?
Il faudra donc quitter celui que j’aime,
Quant à nous tous il ferait tant de bien…
De son départ, nous disons tous de même,
Nous préférons la veille au lendemain (bis)

Mais éloignons d’aussi tristes images,
Et ne pensons qu’au bonheur du présent.
À notre Auguste offrons tous les hommages,
Nous l’aimons tous, c’est ici qu’on le sent,
Il reviendra bientôt dans ces parages,
Lors nous dirons : le bonheur vient demain !
Lors sur mon front plus le moindre nuage,
Que je voudrais voir ce beau lendemain ! (bis) »

7Auguste devait pourtant passer quelques jours avec nous. Mais une bien déplorable circonstance l’obligea, dès le samedi matin, à partir pour Paris… Nos tristes prévisions sur la santé de notre petite-cousine Augustine, ne se réalisèrent que trop tôt, et ce pressentiment, de ne plus la revoir, qui avait tant de fois assombri les beaux jours de notre voyage, avait aussi son accomplissement, écrit au ciel… Notre première visite devait être pour elle, et, ce jour-là même, où nous pensions aller l’embrasser, sans doute, disons-nous, pour une dernière fois, un courrier arriva de grand matin à Mouvaux nous avertir qu’il était trop tard… Auguste fut prié de se rendre vite à Paris, afin d’apprendre à Pierre cette terrible nouvelle et qu’il ait le temps d’arriver pour l’enterrement.

8On n’eut même pas celui de se dire adieu, une demi-heure après quatre chevaux de poste emmenaient à grand train mon Auguste de Lille, et il me laissait veuve avec la double mission de chercher à consoler notre pauvre tante De Witte, et pour lui et pour moi, qu’est-ce donc que ce monde ô mon Dieu, et que ses joies sont de courtes durées…

9Au moment de notre départ, chacun dans la famille, et Augustine particulièrement, nous faisait calculer si nous serions de retour pour le mariage de son frère. On prévoyait des fêtes, on pensait à l’avance aux plaisirs dont cette nouvelle union allait être une source, on nous montrait enfin pour le moment de notre arrivée, toutes les joies brillantes d’un jour de noces, et nous trouvions un tombeau… !

10Je devais rester quelques semaines à Mouveaux, et arriver à Orléans vers le vingt Septembre, mais on me fit tant d’aimables instances, qu’au 1er octobre j’y étais encore. Malgré le plaisir que me firent éprouver pendant ce temps les réunions de famille, et surtout les charmantes soirées de cousines, s’efforçant de me diminuer le plus possible les ennuis du veuvage, je fus fort heureuse de voir revenir mon cher Auguste près de moi. Il y resta dix jours, après lesquels nous quittâmes Mouveaux tous les deux. L’espoir de la prochaine mise en activité des chemins de fer du Nord, vint diminuer un peu le chagrin de la séparation. Angélique et Caroline nous conduisirent jusqu’à Lille avec Maman et Henri, elles disaient, en exprimant à Auguste les plus aimables regrets de mon absence, et ajoutaient avec leur grâce habituelle : « Pour pardonner à mon cousin de nous enlever Sophie, il faut penser plus que jamais à ce que nous lui disions le jour du mariage :

Si tu me prends celle que j’aime,
C’est pour la transporter dans le sein du bonheur ».

11Elles me promirent ensuite à ne pas tarder à venir visiter le nouveau ménage. Ma bonne mère prit l’engagement de nous les amener, et la séparation eut lieu… La vilaine chose que les adieux aux personnes que l’on aime… !

12Personne ne nous attendait à Arleux chez le Commandant, le plaisir de la plus cordiale réception improvisée fut plus grand encore, nous n’y passâmes qu’une heure, étant attendus à Cambrai. Mon cher oncle, toujours gai, prit le temps néanmoins de nous redire son refrain de la noce : « Je suis un vieux grognard… »

13Et de nouveau il s’écria, comme il l’avait fait le lendemain du mariage :

« Je donne entier consentement à cette union vraiment chère,
Dont l’amoureux commencement promet une suite prospère… »

14Arrivés à Cambrai, je me trouvai si fatiguée que nous fûmes obligés de coucher en route. Nous descendîmes à minuit chez l’excellente Madame Carville, bousculant sa maison, comme nous avions bousculé Arleux dans la journée.

15Dès le surlendemain nous arrivions à Paris où je fis encore une station de repos. C’est donc là que nous avons célébré l’anniversaire de ce fameux 13 octobre, d’heureuse mémoire, puisqu’il devint la cause de notre mariage. Quand midi sonnèrent, nous nous retrouvâmes tous les deux en esprit sur ce chemin de Beaugency, jalonnés de distance en distance par des chutes qui devaient être mortelles ; puis nous nous retraçâmes cette singulière arrivée à Gelou où nous entrions demi-morts, couverts de sang et de poussière, l’une, la robe déchirée, l’autre privée de toute espèce de chapeau et de châle, au milieu d’une nombreuse réunion dont nous ne connaissions personne… Se fait-on une idée de cette position sociale ?

16Mais cette journée fatale s’était changée en souvenir le plus doux, mon cher Auguste imagina à cette raison qu’une petite fête devait en célébrer la mémoire, me ferait grand plaisir. Il avait donc réuni plusieurs de ses amis en les conviant à un festin bien simple, mais bien joyeux, où Henri n’aurait pas manqué de chanter encore à pleine voix, s’il fut arrivé vingt-quatre heures plus tôt :

« Oh ! vive les cabriolets,
Vivent les chevaux qui s’emportent,
Vive les malles, les paquets,
Les culbutes qui les escortent !
Se casser un ou plusieurs bras,
Se rompre une jambe, une tête,
Mais c’est vraiment une conquête, (bis)
Pour obtenir ce mari-là… (bis)

Quand mes cheveux changeront,
Dans mon cœur quand naîtra la flamme,
Lorsque mes parents penseront,
Que je devrai prendre une femme,
Si je ne suis qu’une moitié,
S’il faut en prendre une seconde,
J’obtiendrai la main d’une blonde, (bis)
Si je peux être estropié. (bis)

Le bonheur vient de toute part,
Parfois sa source est naturelle,
Mais c’est bien souvent par hasard,
Qu’on obtient la main d’une belle.
Quand tu tombes sur le chemin,
Quand tu te relevas tremblante,
Pour te soutenir chancelante, (bis)
Il te donna sa bonne main. (bis)

Si vous n’avez encore d’époux,
Mesdames qui daignez m’entendre,
Cassez-vous les bras, les genoux,
Vous ne pourrez longtemps attendre…
Un homme ayant le cœur humain,
Vous voyant boiteuse ou manchote,
Sans craindre que l’on en chuchote, (bis)
Vous donnera bientôt sa main. (bis) »

  • 5 Probablement ceux de la famille des Orléans.

17Jamais apologie d’une culbute n’avait en effet été mieux méritée… Depuis que tant de bonheur m’est advenu d’une chute en voiture, je crois n’avoir jamais rien à redouter des plus terribles. On ne s’étonnera donc pas que le récit du funeste accident de la rive gauche n’ait pas fait sur moi le même effet qu’à tous autres, et que je m’y sois embarquée résolument pour aller visiter Versailles. Je ne le connaissais point. Malgré toutes les belles choses que j’avais vues depuis six mois, j’admirai beaucoup dans ce royal château, mais je déplorai peut-être davantage encore d’y trouver certains portraits5

  • 6 Gentil de Saint-Alphonse (1811-1845) est mort dès le premier jour de la bataille de Sidi-Brahim, du (...)

18Mes premières visites furent chez Mme de Chateaubriand et Mme Gentil à qui j’étais désireuse de porter bien vite les souvenirs dont la famille royale nous avait chargés pour elles. Celle-ci était encore frappée de la mort du petit-fils de son mari, M. Gentil de Saint-Alphonse, qui venait de périr dans le massacre de l’Algérie6. L’affection que me témoigna cette excellente amie me réjouit par la pensée des fréquentes relations que j’aurai avec elle en habitant Paris.

19Pendant mon court séjour dans la capitale, tout ne fut pas promenades charmantes et visites agréables. Il fallut songer aux choses utiles. Or, un voyage en Italie fatigue beaucoup les voyageurs, et, plus encore leurs robes et leurs caisses. La réparation des unes et des autres fut indispensable : les caisses se contentèrent, comme d’un repos très suffisant, d’être montées dans un grenier où empilées les unes sur les autres, elles attendent l’occasion de rendre de nouveaux services… Mais les robes de Madame, les cravates de Monsieur, durent passer quinze grands jours chez le dégraisseur, lequel nous remit en même temps, ce billet d’une banque d’une nouvelle espèce.

20Au premier abord, ne comprenant pas trop tant de reconnaissance de la part de M. Fortier, je me dis pourtant : « Un billet de cinq cent pour ce qui a pu lui revenir du nettoyage de nos toilettes ! Retournons en Italie ! Nous aurons soin de prodiguer la poussière à nos robes, et le voyage sera bientôt payé… » Toutefois, en regardant de plus près, je vis que je tenais bien un billet de cinq cents, mais un billet de cinq cents franges, adresse de l’Industriel… Derrière était la note, où l’on ne faisait même pas grâce des centimes…

21Enfin, étant un peu rappropriés, nous avons pu reprendre le chemin d’Orléans. Depuis près de cinq mois que je l’avais quitté, le temps m’avait plus d’une fois semblé long… J’éprouvai de nouveau un bien grand bonheur à cette seconde entrée dans la famille, où j’avais été si peu, avant mon départ, je fus heureuse surtout de revoir notre bonne mère dans un état qui lui permit souvent d’entendre nos longs bavardages de voyageurs, sans en être trop fatiguée. Elle aussi paraissait heureuse des mille détails que notre long séjour près de la famille royale, nous mit à même de lui donner.

22Après avoir passé quelques jours auprès de cette bonne mère, nous partîmes pour Lestiou, chez notre charmante cousine, Madame Amy. J’étais d’autant plus pressée de la voir, qu’une nouvelle sympathie nous unissait, car nous avions éprouvé presque en même temps semblable accident. Partis dans l’intention de passer que deux jours chez elle, nous n’eûmes pas de violence à nous faire pour y rester quatre fois ce temps, d’après ses aimables instances, et celles de son mari. Constance eut la bonté de consacrer sa première sortie à me conduire, dans sa délicieuse calèche, sur cette route de Beaugency, que nous n’avions pas revue depuis notre mariage. Avec quel plaisir je retrouvai Gelou ! Je me rappelai jusqu’à la plus petite circonstance du premier séjour que j’y avais fait ! Durant une huitaine passée dans cette patriarcale habitation, bien déserte cette année par la désolante absence de son principal chef, nous allâmes visiter les hôtes de Fonpertuis, noble demeure, héritière de tant de vertus. De là, nous allâmes aux Gachetières, où la plus sincère cordialité nous accueillit, et nous donna même, grande envie d’y retourner au plus tôt. Nous nous étions déjà rendus en visite chez le Duc et la Duchesse d’Avaray, qui nous comblèrent de politesses dans leur magnifique château, puis à un dîner très amical chez M. et Mme Le Normant-Grancœur à Laloi, ravissante propriété.

23À peine rentrés à Orléans, nous eûmes à répondre à un des plus gracieux appels réservés par l’amitié. M. et Mme Gustave de Pully nous engagèrent à aller pendant quelques jours chez eux où nous nous rendîmes avec bonheur. En les quittant, nous irons, répondant encore à pareille invitation, remplir un bien agréable message auprès de Mme la marquise de la Rochejacquelein. Nous avions à lui redire tous les entretiens dont elle a été le sujet à Venise et à Frohsdorf, et la reconnaissance dont on paie ses immenses services rendus aux Vendéens.

24Jusqu’à notre départ pour ces charmantes excursions, nous passons nos soirées en famille. Les ciseaux agiles d’Armande, de Célestine et de Noémie, me rappelèrent souvent Venise de la manière la plus pittoresque. Je crois voir, dans ces légers dessins, quelque bloc de carrare, artistement sculpté, une pierre détachée du groupe de Notre Dame de la Santé, ou bien un de ces féeriques balcons dont la dentelle de marbre est si délicatement suspendue aux somptueux palais…

25C’est ainsi que pendant nos veillées, nous conduisons nos parents, nos amis, sous ce délicieux ciel d’Italie où nous avons tant de fois regretté de ne point les avoir avec nous ; ils partagent et la douce gondole, et les ravissantes promenades de la place Saint-Marc ; nos embarras aussi leur sont devenus communs, car dans nos récits, aucune aventure n’a été oubliée. Nous recommençons un second voyage sans en avoir les ennuis ni les fatigues, et avec l’immense avantage de goûter toujours la vie de famille…

26C’est surtout après avoir ainsi parcouru le monde qu’on sent le charme et la douceur… Sans jamais en sortir, nous passons un jour, tantôt chez un frère, le lendemain chez une sœur, et, tous les soirs, nous nous retrouvons ensemble autour de notre bonne mère. Je recueille partout de bons et utiles conseils pour le temps où nous serons sérieusement à notre ménage ; j’ai surtout sollicité ma chère nièce Zélie, afin qu’elle nous aide dans notre installation, comme elle l’a si bien fait dans notre petit appartement d’Orléans, où elle-même a voulu prendre soin, à mon retour, de déballer toutes nos caisses, cartons, cabas etc…

  • 7 Le mariage de Louise d’Artois, avec le prince héréditaire du duché de Parme, marquait en effet l’en (...)

27Au milieu de cette vie si calme, une bonne nouvelle nous est arrivée, apportant la joie avec elle. Joie de famille aussi, car tous les royalistes ont appris avec un égal bonheur l’annonce officielle du mariage de S.A.R. Mademoiselle avec le prince héréditaire de Lucques. Ils y voient le commencement de la réalisation de leur vœu le plus cher7 :

Adveniat regnum tuum : Que ton règne vienne (la deuxième invocation du « Notre Père », appliquée ici au comte de Chambord).

28[FIN]

Anmerkungen

1 Le jeune frère de Sophie (seul survivant, avec elle, des sept enfants du couple Bayart).

2 On se souvient que Sophie elle-même, à la fin du chapitre XXVI, était surnommée « la francesa grande ».

3 L’image qui était collée à cet endroit est manquante.

4 « Zèle » a été rajouté par nos soins, car une partie de la page est déchirée. Ce mot semblait coller au contexte.

5 Probablement ceux de la famille des Orléans.

6 Gentil de Saint-Alphonse (1811-1845) est mort dès le premier jour de la bataille de Sidi-Brahim, du 23 au 26 septembre 1845, opposant les troupes françaises du colonel Montagnac à celles d’Abd El Kader. Ce jour-là, le 8e bataillon de chasseurs à pied est effectivement massacré, passant de 450 soldats à 80 environ.

7 Le mariage de Louise d’Artois, avec le prince héréditaire du duché de Parme, marquait en effet l’entrée de la sœur du comte de Chambord dans une famille régnante. C’est d’autant plus habile de conclure ainsi le récit que l’anecdote de la visite du duc de Lucques à la duchesse de Berry, au palais Vendramini, a préparé l’annonce de cette nouvelle.

Abbildungsverzeichnis

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/4014/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 132k
Bildunterschrift Adveniat regnum tuum : Que ton règne vienne (la deuxième invocation du « Notre Père », appliquée ici au comte de Chambord).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/4014/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 209k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540