Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XXXI. Départ de Cologne. — Liège, Malines, Bruxelles. — Le ménage enrhumé

Sophie Johanet

Texte intégral

1Un chemin de fer allant presque aussi vite que la grise de Mouveaux, nous mena tout doucement de Cologne à Aix-la-Chapelle, puis à Liège. Nous n’en étions pas fâchés, les environs sont si beaux. Nous n’avions pas trop de temps pour les observer. Près de Verviers surtout, il y a un château de Monsieur Symphonis, qui est d’un effet merveilleux. À en juger par la mine toute coquette des bâtiments qui servent à la fabrication du fameux drap de Verviers, tout celui qui sort de là ne doit servir qu’à parer les lions et les fashionables de première volée.

2Les environs de Spa ne le cèdent en rien à ceux de Verviers. J’aurais voulu aller jusque là pour en rapporter des douzaines de ces jolies boîtes que l’on a tant de plaisir à orner de mille petits dessins, surtout si l’on peut trouver à découper quelques jolies fleurs dans chacune des jupes-pompadour de sa grand-mère ou de son aïeule.

3Bientôt Liège se dressa au fond de sa vallée qu’elle remplit tout entière de ses belles et riches constructions.

4La célèbre bière de Louvain apparut ensuite à notre portière, ainsi que les clochers élancés de son hôtel de ville, seulement la première nous arriva bien plus près, présentée par un énorme Flamand, avec des pipes plus énormes encore.

5Après Louvain, c’est Tirlemont, la nuit tombante nous empêcha de l’apercevoir, puis Malines-la-propre, que nous devions revoir le lendemain en passant.

6Nous voyagions depuis Liège avec un jeune ménage et une petite fille de huit mois qui nous avait beaucoup amusés tout le temps de la route. Ils descendent à cette dernière station, la croyant d’une demi-heure, et s’éloignent tout tranquillement chacun de leur côté, lorsque les trois terribles sons de la trompette se firent entendre, la machine s’ébranle, et malgré nos cris elle fend l’air sans attendre personne. Tout le cabinet de toilette (et ce n’est pas peu de chose), toute la chambre à coucher, même de la petite fille, les manteaux, paniers, chapeaux et sacs de nuit de la bonne et des parents étaient restés dans la voiture. Le bon cœur d’Auguste se révéla encore aussitôt : plus désolé de cet accident que s’il lui était arrivé à lui-même, il ne s’en tint pas là, par ses soins, les mille et un paquets furent déposés entre les mains d’un conducteur à qui, pour l’encourager à en avoir soin, Auguste remit un billet pour le Monsieur, promettant bonne récompense. Aussi quand le jeune ménage arriva par le convoi suivant, il trouva toutes ses petites affaires jusqu’au délicieux rosier, vraie miniature que la Dame rapportait de deux cents lieues et qu’Auguste avait tenu tout le temps dans la main, de peur d’un pied maladroit.

  • 1 Le château d’Arenberg se trouve à Heverlee (Louvain), à quelques kilomètres à l’est de Bruxelles. (...)

7C’était au 26 Août, mémorial du cher 26 Mars… ! Nous aurions pu faire voir à qui l’aurait voulu, et surtout faire entendre par notre enchifrènement que l’amitié de la plus douce lune de miel était loin d’avoir diminué entre nous. Je m’étais enrhumée de la plus forte manière sur le bateau à vapeur de Wurzbourg. La même nuit, Auguste sentit à son cerveau de sympathiques éternuements s’exhalant à grand orchestre tout comme faisaient les miens. C’était un perpétuel at… chi, at… cha en partie double. Nos deux têtes souffraient réciproquement du brisement l’une de l’autre, ou plutôt nous n’en avions plus qu’une, comme nous n’avons qu’un cœur et qu’une âme. Nos nez pourtant, tout en subissant la même impression de sympathie, formaient encore quatre canaux distincts, deux veux-je dire, car nous étions enrhumés chacun du côté droit. Dieu merci, ils en valaient bien dix, les soixante-quatorze mouchoirs dont nous avons fait la consommation en deux jours le diraient bien si nous ne les avions noyés à mort, tellement que dans les hôtels (je n’oserai jamais le dire, mais c’est pourtant comme cela) malheur à tout ce qui tombait… pas sous notre main, nous n’avons rien volé, au contraire, mais malheur à tout ce qui tombait… sous nos nez ! Il le fallait bien, plus de place dans les malles, dans les caisses, ni dans le sac de nuit. Si nous avions voulu, je sais bien que le vertueux cabas aurait encore souffert cet opprobre en silence, mais nous avons cru que ce serait abuser… Pour la tranquillité de notre conscience, nous venons d’apprendre que les rhumes de cerveaux ne sont pas contagieux, et qu’à l’hôtel des étrangers, à Bruxelles, on ne fait pas la lessive des serviettes ni des rideaux comme dans les bateaux à vapeur… Notre rhume était un peu diminué quand nous avons été visiter le château du prince d’Aremberg1, sans cela je ne sais pas si ses magnifiques tentures de Damas blanc, de satin oriental, auraient trouvé grâce ! Y en a-t-il là des potiches et des potichons en porcelaine de Chine et du Japon, et de quelle grandeur. Je crois que l’on pourrait planter dans chacun un des châtaigniers de la grande allée de Gelou, il y en aurait double rang. Puis dans la belle bibliothèque, des masses de vases de toutes sortes, avec parchemins authentiques, prouvant que ces respectables débris n’ont pas passé toute leur vie sur des étagères d’ébène ou de boule. Ils n’y voyaient pas si clair renfermés sous les débris de Pompeïa et d’Herculanum.

  • 2 Pourquoi ce passage à Bruxelles avec sa tante évoque-t-il à Sophie un souvenir pénible ? Le journa (...)

8J’ai visité pour la seconde fois le joli parc, la place royale, passant devant le palais et dans la rue de la Montagne, me souvenant avoir vu tout cela avec ma tante Zulma, il y deux ans, quand nous traversions Bruxelles, le 14 Novembre 1843. Pourquoi ne connaît-on pas l’avenir quand il doit être heureux ? Oh ! si j’avais su ce jour-là que mon voyage suivant dans cette capitale eut été avec Auguste pour terminer notre voyage de noces… Si je l’avais su… ! Les sentiments que j’éprouvais eussent été bien différents, mais cela doit rester le secret de mon cœur2

9Dans la promenade, l’endolorissement de notre tête était encore si grand, que nous demandâmes à notre cocher de nous conduire sur la terre. Ça été de toutes manières une bonne pensée car il nous mena dans la délicieuse allée verte, sorte de Corso-Romano qui nous rappela Milan. C’est une allée d’une étendue immense, qui est presque un bocage, tant les arbres sont touffus. Elle longe le beau canal d’Anvers, où un grand nombre d’yoles nous firent souvenir de Trieste. De l’autre côté, c’est le parc fleuri de Laeken, château royal dont on aperçoit la belle façade se perdant parmi des flots de verdure.

Notes

1 Le château d’Arenberg se trouve à Heverlee (Louvain), à quelques kilomètres à l’est de Bruxelles. Il passa dans la famille d’Arenberg, qui tire son nom d’Aremberg (d’où l’orthographe de Sophie Johanet), un bourg entre Cologne et Juliers, au xviie siècle. En 1916 la famille fit don du château à l’université catholique de Louvain, qui l’utilise depuis comme local pour la faculté des sciences appliquées.

2 Pourquoi ce passage à Bruxelles avec sa tante évoque-t-il à Sophie un souvenir pénible ? Le journal n’est pas un réceptacle pour s’écouter et se contempler soi-même. Elle ne nous en dira rien.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540