Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XXX. Départ de Francfort. — Wiesbaden. — Mayence. — Coblentz. — Souvenirs. — Cologne

Sophie Johanet

Texte intégral

1J’étais profondément endormie quand Auguste arriva. Il prétendit même être dans ma chambre depuis une demi-heure, et avoir fait grand bruit sans que je l’entendisse. Sortie enfin de ce sommeil de mort, j’appris avec plaisir que son voyage avait été fort agréable, il regrette même de ne pas me l’avoir fait faire avec lui.

2Wiesbaden est une ville charmante où quantité d’étrangers vont prendre les eaux et souvent en perdre le fruit par les terribles émotions qu’ils se donnent au jeu. Les femmes même se laissent aller à cette désastreuse passion empreinte sur leur physionomie d’une manière plus caractérisée que sur celle des hommes. Ainsi l’une d’elle, qui était arrivée fraîche et belle il y a quinze jours, devint plus rayonnante encore aussi longtemps que le hasard la servit, quand elle gagnait, ses doigts crochus, semblables à la fourche de Lucifer, s’élançaient avec toute l’avidité que donne l’amour de l’or, sur les doubles napoléons et les florins, mais depuis que le fatal râteau ne cesse de lui enlever ceux qu’elle y a imprudemment jetés, ses mains se crispent convulsivement, et à la manière dont elle serre les poings, en lançant des regards terribles, on se fait une idée de la terrible agitation de son âme. Depuis huit jours, elle perd sans cesse, sa figure cadavéreuse est méconnaissable, c’est horrible à voir.

  • 1 Mayence fut prise par les Français en octobre 1792, et annexée à la France en mars 1793 suite à la (...)

3Dans ce pays où l’on permet encore ces jeux ruineux, ils sont, à cette époque, le sujet le plus habituel de la conversation. Il n’était question que de cela dans notre énorme diligence du chemin de fer. Chacun avait à peine fini son histoire quand on arriva à Mayence. Devions-nous regretter de passer outre de cette ville assez curieuse d’ailleurs, mais qui serre le cœur en pensant à tous les malheureux Vendéens qui ont péri sous les coups des Mayençais à la Révolution1 !

  • 2 Louis XVIII (alors comte de Provence) se rendit en effet à Coblence en juin 1791, où il réunit, av (...)

4Il nous fut plus pénible de ne point stationner à Coblentz. Cette ville nous semble un grand miroir où se reflète encore la fidélité monarchique. Tout y est empreint de touchants souvenirs. N’est-ce pas là que tant de nobles familles françaises ont été témoigner de leur attachement à leur Roi, en partageant ses malheurs et sa proscription ? Là, que grand nombre de gentilshommes et de châtelaines, habitués à vivre dans l’or et dans la soie, ont passé des jours et des nuits à un travail pénible, quand ils n’étaient point obligés de mendier le pain dur de l’exil2 ?

5Mais le temps nous pressait. Il fallut nous contenter de rendre hommage dans nos cœurs à tant de nobles souvenirs, sans visiter les lieux qui les inspiraient. Avançant toujours sur ce Rhin si fécond en vues ravissantes, en poétiques ruines.

  • 3 Château de Stolzenfels, construit entre 1242 et 1259 près de Coblence, sur la rive gauche du Rhin, (...)

6Nous arrivâmes devant le château du Stolzenfels3, appartenant au Roi de Prusse, et où la Reine d’Angleterre venait de passer quelques jours. Sur la montagne qui lui fait face, à l’autre bord du fleuve, sont d’antiques débris dont la disposition permit d’en tirer parti pour l’amusement de la souveraine de Grande-Bretagne. Des feux de toutes couleurs, s’élançant en tourbillons de flammes par toutes les crevasses, par toutes les ouvertures, simulaient parfaitement un incendie. Toutes les montagnes environnantes étaient illuminées, et offraient, dit-on, un magnifique spectacle. Voici une des tourelles de Stolzenfels :

7Sur le bateau, nous fîmes connaissance d’un ménage russe ayant ensemble au moins cent vingt-cinq ans, mais très inégalement partagés, la Dame pouvait en avoir quarante tandis que son mari comptait bien quatre-vingt-cinq printemps. Elle nous amusa beaucoup par l’embarras que lui donnaient ses paquets. La pauvre Dame se trouvait bien malheureuse de devoir les surveiller elle-même, habituée qu’elle était à se voir entourée de quarante à cinquante serfs qui ramassent son mouchoir et le lui porteraient volontiers au nez pour lui éviter la peine de faire un mouvement.

  • 4 Il s’agit peut-être de Saint Adalbert de Prague, né environ en 956 et mort en 997. Il a été évêque (...)

8Arrivés à Cologne, nous fîmes avec eux toutes nos visites dans les différents lieux que l’on montre aux étrangers. La cathédrale ne nous parut pas être bien en rapport avec sa colossale réputation. Bien qu’elle fût encore très inachevée, il nous sembla que celle d’Orléans la surpassera toujours. Le style gothique, qui selon moi, demande toujours de la gravité, y est façonné avec une foule de petits enfantillages de dorures, que nous n’avons point aimés. Les trésors au moins sont très remarquables : la châsse de St Adalbert4, fondateur, est d’un magnifique travail en or fin, de la valeur de six millions. Un ostensoir, qui n’est pourtant pas grand, est estimé la moitié de cette somme. Il est presque tout entier en pierres précieuses, auxquelles l’or le plus pur sert pour ainsi dire de ciment. Le modèle en est admirable.

9Un ouvrage devant lequel nous aurions voulu passer des heures est le chemin de la Croix en relief, exécuté en ivoire. On souffre, on pleure, on se sent flagellé, suivant l’objet que l’on a sous les yeux, et on croit…

10La magnifique châsse où l’on voit les trois crânes des rois-mages excita aussi notre vive admiration. Des colonnes en émail soutiennent une corniche en or, enrichie de pierres de tous les côtés. Entre toutes les plus extraordinaires comme grosseur, il y a un topaze oriental qui le disputerait à l’œuf de la plus forte poule.

11De la cathédrale, nous nous rendîmes à l’église des Jésuites, plus petite, mais plus belle à notre avis. Il nous semblait revoir Venise, tant la sculpture en bois imite parfaitement le marbre blanc, surtout la magnifique chaire, et la partie intérieure du chœur qui est comme trois autels superposés les uns sur les autres. Des tableaux de Poussin et de Michel-Ange ornent ses murailles. Ce qui nous fit le plus d’impression dans cette ville fut un tableau de Rubens, à l’église de St Pierre, représentant le martyre de l’apôtre, au moment où on le crucifie.

  • 5 Jean-Marie Farina (1685-1766) : parfumeur d’origine italienne. Son eau de Cologne est vite devenue (...)

12Nous avions vu à Francfort le berceau des Rothschild, il nous fallut voir à Cologne celui de Jean-Marie Farina5, cette autre célébrité de son époque. Ce serait manquer à toutes les convenances de passer à Cologne sans y faire une provision plus ou moins considérable de cette eau vivifiante, aussi j’en achetai un petit flacon seulement, ayant la prétention de connaître la recette du grand distillateur, avec cette différence que la sienne me coûte trois florins le litre, et que j’ai presque trois litres de la mienne, pour un florin. Je n’ai point pensé jusqu’ici à en faire comme lui un objet de spéculation, la voici donc, offerte à toutes mes amies et connaissances : […].

13Cologne n’est point stérile en souvenirs historiques : ce n’est pas seulement d’une eau délicieuse et embaumée qu’elle fut inondée, les larmes d’une Reine exilée, et exilée par son fils, y ont coulé bien longtemps. Nous avons vu la maison de Marie de Médicis, où elle a passé de longues années et où elle est morte. Cette vue ne fit qu’augmenter l’antipathie que j’avais vouée à Louis XIII, depuis que j’avais appris, dans mon histoire de France, l’indifférence avec laquelle il a proscrit sa mère. C’est dans la même maison qu’est mort le père de Rubens.

14Je recommande aux visiteurs de Cologne, le Diorama qui est fort curieux, c’est le château de Stolzenfels qu’on voit successivement éclairé par un beau soleil, puis le soir, puis au clair de lune, la pluie tombe, un orage se prépare, il éclate enfin, mais avec tant d’illusion qu’on se sent prêt à réciter l’oraison à Saint-Donat.

15Soit dit en passant, les étrangers sont fort étrillés à Cologne, à l’hôtel Royal comme ailleurs. Encore a-t-on l’impudence de vous donner en effigie l’instrument de votre supplice, dont l’extérieur est presque magnifique et cependant l’intérieur est fort cher.

Notes

1 Mayence fut prise par les Français en octobre 1792, et annexée à la France en mars 1793 suite à la proclamation de la République de Mayence. Mais la ville fut reprise par les Prussiens dès juillet 1793.

2 Louis XVIII (alors comte de Provence) se rendit en effet à Coblence en juin 1791, où il réunit, avec le prince de Condé, jusqu’à 24 000 émigrés sous les drapeaux de l’armée des Princes, le fer de lance de l’Émigration. Cette armée se dispersa après la bataille de Valmy, le 20 septembre 1792. Voir par exemple Philippe Boutry, « Les Bourbons en exil (1789-1814) », in Lucien Bély (dir.), La présence des Bourbons en Europe xvie- xxie siècle, Paris, PUF, 2003, p. 233-254.

3 Château de Stolzenfels, construit entre 1242 et 1259 près de Coblence, sur la rive gauche du Rhin, détruit en 1689 par les troupes de Louis XIV, puis reconstruit à partir de 1839 lorsque la ville de Coblence l’offrit au futur Frédéric-Guillaume IV.

4 Il s’agit peut-être de Saint Adalbert de Prague, né environ en 956 et mort en 997. Il a été évêque de Prague, et est mort en martyr en voulant convertir les tribus baltes de Prusse au christianisme. Il est ensuite devenu saint patron de la Prusse.

5 Jean-Marie Farina (1685-1766) : parfumeur d’origine italienne. Son eau de Cologne est vite devenue un accessoire indispensable aux cours européennes.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540