Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XXVIII. Départ de Linz. — Passau. — Vilshofen. — Le Walhalla. Montagne de Bogen-berg. — Une nouvelle Restauration. — Ratisbonne, ses souvenirs, sa cathédrale etc. — Nuremberg

Sophie Johanet

Texte intégral

1L’aurore du 21 août n’avait pas encore paru, qu’une grosse voix allemande vint nous tirer d’un profond sommeil et nous fit comprendre qu’il ne fallait pas le prolonger davantage si nous ne voulions pas arriver trop tard au bateau à vapeur. Il était deux heures un quart, nous aurions volontiers dormi encore cinq ou six heures sans boire ni manger.

  • 1 Cette citation est tirée de la huitième satire de Nicolas Boileau, déjà exploitée précédemment.
  • 2 La citadelle d’Oberhaus se trouve sur les hauteurs de la ville, offrant un vaste panorama. C’est u (...)

2« À peine le soleil fait ouvrir les boutiques », soupirions-nous en ouvrant un œil, « debout », répondit, non pas comme dans Boileau, l’Avarice au ton aigre1, mais la douce voix d’un père, d’une mère, d’une nièce ou d’une cousine, qui nous criait de ne point retarder d’un jour notre arrivée en France. À cette voix, nos cœurs firent facilement écho et… une, deux, trois, nous voilà levés, habillés, partis… Que faire dans le bateau en attendant le jour ? Dormir, c’est ce qu’il y a de mieux… Le sac de nuit, posé en travers sur la banquette, nous servit d’oreiller commun, et chacun de notre côté, nous nous sommes étendus dans les bras de Morphée, fort osseux ce jour-là, car tous deux dans nos songes nous ne sentions que bastonnades. C’étaient les bottes et autres chaussures qui nous entraient dans la tête et dans le cou, à travers le sac de nuit. Quand nous nous sommes réveillés à huit heures, un beau soleil brillait et nous permit d’admirer les ravissants coteaux qui bordent le Danube. Quelques minutes nous suffirent, car c’était toujours tellement la même chose, que sans le mouvement du bateau, nous aurions pu le croire à l’ancre depuis quarante-huit heures. Partout, de hautes montagnes, couvertes de sapins ou d’osiers ; au bas, de jolis chalets ; vers le milieu, le svelte et gracieux clocher d’une église. Il en fut de même tout le reste du jour. Cependant la vue de Passau vint couper cette éternelle régularité qui, tout agréable qu’elle est, devient monotone. Passau, avec son fort d’Oberhaus2 qui domine la montagne et la ceint d’une multitude de tours crénelées, voit à ses pieds se joindre deux beaux fleuves. Ils se réunissent sans se confondre, car le fier Danube ne consent pas à mêler ses eaux pourtant jaunâtres et moins limpides, à celles de l’Inn, où vient encore se jeter la petite rivière de l’Ilz. Elles conservent chacune leur couleur en se touchant.

  • 3 Vilshofen an der Donau, ville de Bavière.

3Depuis le matin, le temps était devenu sombre, un brouillard épais tombait des montagnes, et le pilote n’y voyant plus assez pour diriger, on s’arrêta à Vilshofen3, à l’hôtel du Bœuf rouge. Le lendemain encore, à deux heures, pas de grâce, il fallut décamper… Comme la veille, nous prolongeâmes notre nuit, mais bien plus agréablement, grâce à nos manteaux et au délicieux cabas. À 8 heures, il faisait très beau, très doux, nous avons pris notre café sur le pont. Il y avait là un garçon qui parlait parfaitement le français. Il nous entretint longuement de ce temple magnifique, près de Ratisbonne, qu’en fidèle allemand il nous engagea à visiter. D’après la description qu’il nous en fit, ce monument devait être bien beau, mais comme pour y aller, il nous fallait perdre un jour, nous nous décidâmes à passer outre. Je pris, dans le livre qu’il nous prêta, les notes suivantes, c’est traduit de l’allemand.

4« Au commencement de l’année 1807, au moment du plus profond abaissement de l’Allemagne, un jour que l’Empereur Napoléon, à la tête de ses peuples romantiques, entra en triomphe à Berlin, ce fut alors que le Roi Louis de Bavière, alors prince royal et âgé de 20 ans, tout pénétré des outrages qu’éprouvait sa patrie, se consola et s’éleva lui-même, en concevant une grande idée, d’ériger, vis-à-vis de cette comédie des triomphes étrangers, un monument à l’intarissable gloire historique de toute l’antiquité germanique, un monument à l’aspect duquel les outragés contemporains allemands reprendraient, comme lui-même, un courage enflammé afin de s’enhardir et de s’évertuer à secouer le joug qui leur avait été imposé dans leur engourdissement. Ce monument est le Walhalla. Pendant quatorze ans le fils du Roi avait mûri ce projet : au bout de ce temps il commença à faire tailler les pierres précieuses et les marbres de toutes couleurs, et après neuf autres années de préparatifs, il posa la première pierre le 18 octobre 1830, jour anniversaire de la bataille de Leipzig. »

5Voici un fragment du discours prononcé par Édouard de Schenk, ministre de l’Intérieur : « Les esprits de tous ces grands Allemands semblent descendre, en ce moment solennel, pour témoigner leur reconnaissance, en bénissant le meilleur des rois, qui prépare cette demeure magnifique à leur mémoire perpétuelle. Et leurs bénédictions ne sont point infructueuses, elles sont jointes à celles du ciel, et se font voir en cet instant même. Pendant que dans d’autres états la révolte ou la méfiance menacent de rompre ou de relâcher les liens sacrés entre princes et peuples, voici le roi de Bavière, heureux parce qu’il rend heureux, le voici tranquille et sûr, plein de confiance, comprenant pleinement son époque, considérant sérieusement sa haute vocation, la remplissant avec persévérance, et dans la conscience de la paix la plus profonde, jetant les fondements d’un monument de grandeur germanique dont il est rempli, et de fidélité germanique dont son brave peuple a fait preuve pendant des siècles et dont il ne se départira jamais. »

6Après cette éloquente sortie, le Roi posa la première pierre en s’écriant :

7« Puissent, dans ces temps orageux, tous les Allemands tenir ensemble fermes, comme tiendront les pierres de cet édifice. »

  • 4 La colline Bogenberg se trouve au bord du Danube, sur le flanc de laquelle la ville bavaroise de B (...)

8Quand j’eus fini cette copie, notre interprète vint nous engager à monter sur le pont, pour voir la montagne de Bogen-Berg4, où il prétend que la Ste Vierge a été transportée. De Vilshofen à Bogen-berg, la vue s’élargit énormément de chaque côté du fleuve, et est borné encore par des chaines de montagnes. De temps en temps l’une d’elles s’avance, couverte de sapins en amphithéâtre, au milieu de la plaine. La nature semble les avoir ainsi placées pour rompre la monotonie habituelle, comme fait un architecte habile, en posant des pilastres de distance en distance, dans la façade d’un monument d’une régularité trop étendue.

  • 5 Lapsus révélateur ? Louis XVIII entra dans Paris en 1814 avec le drapeau blanc, et l’intransigeanc (...)

9En descendant du pont, nous écoutâmes attentivement pour nous assurer si nous ne nous trompions pas en entendant crier, d’un air qui avait des prétentions en Français : « Restauration, Messieurs, restauration ! ». Un instant nous avons cru à la réalisation d’un rêve de quinze années. Nous espérions, que comme autrefois des diligences entrèrent dans Paris chargées de drapeaux tricolores, quelque bâtiment allait nous apporter la nouvelle de cette restauration tant désirée, de laquelle nous attendons repos et bonheur5. Mais hélas ! loin de là, nous apprenons que restauration signifie en allemand manger, et manger beaucoup. Nous nous résignions quand même à cette signification, et nous allions enfourcher la trois centième omelette depuis notre départ, lorsque voici bien un autre bond ! Le bâtiment tout entier a bondi, et nous aussi par contre coup, au bruit d’une détonation guerrière… C’était un coup de canon qui saluait, en le rencontrant, le bateau Marie-Anna, venant de Ratisbonne. J’envoyai, dans ma pensée, ce salut à mon amie Marie-Anne. Elle ne tarda pas à me le rendre, car pareil coup de canon éclata aussitôt du bord de Marie-Anna. Elle nous fit même une double révérence, presque aussitôt sa cheminée se baissa jusqu’à terre pour passer sous un immense pont en bois. Le nôtre en fit autant. Le cours du Danube est si impétueux, et renverse si souvent les barrières qu’on lui oppose, qu’afin d’avoir moins de besogne à les relever, on n’en construit plus qu’en bois. Un seul en pierre le traverse à Ratisbonne.

  • 6 Le château des princes de Turn und Taxis se trouve à Trugenhofen, un village du Wurtemberg.

10Après cette rencontre, nous rentrâmes dans le salon, où nous étions comme chez nous, étant absolument seuls. Nous y avons lu et écrit jusqu’à cinq heures. Le soleil étant alors un peu baissé, nous allâmes nous promener sur le pont. Il faisait si beau que nous eûmes l’idée de nous y faire servir notre dîner. Pendant ce charmant repas nous passâmes devant le fameux temple de Walhalla, nous contentant de le saluer, et regrettant qu’on n’y fît pas une petite station, car on passe au bas de son superbe escalier de marbre blanc. De là nous vîmes le magnifique château de M. de la Tour Taxis6.

  • 7 Il s’agit peut-être de la bataille de Regensburg, aussi appelée la bataille de Ratisbonne, qui eut (...)

11À côté de cet édifice bâti à la gloire des Allemands, nos souvenirs en élevèrent un à celle des armées françaises dont le sang a rougi les flots du Danube dans cette célèbre bataille où Napoléon fut blessé7. Voici que nous apparaissaient les murs de Ratisbonne ! Une pensée plus chère et plus intime y était attachée pour nous, car là comme à Créma, comme à Leipzig, et en tant d’autres lieux, mon oncle s’est battu en brave. Il me semblait le voir, vrai chevalier sans peur, aller droit à l’ennemi, et attacher pour sa part un bien beau fleuron à la couronne de gloire que les Français en ont rapportée. Il me semblait aussi ressentir les inquiétudes de ma tante pendant cette terrible journée, mais je me souvins qu’à cette époque mon cher oncle n’était pas encore marié, et que lorsqu’il offrit son cœur et sa main à sa jeune épouse, il put en même temps lui faire hommage de bien des lauriers, sans qu’elle ait eu les sollicitudes du combat.

12Deux heures seulement nous furent données pour visiter Ratisbonne, c’était autant qu’il en fallait pour faire le tour des magnifiques promenades qui l’entourent et qui sont ce que cette ville possède de plus remarquable. J’y fus avec plaisir, ayant appris qu’il y a dix ans, à son retour de Prague, elles avaient servi d’ombrage à mon cher Auguste qui était malade en y passant. Tout ce qui nous frappa dans cette vieille cité bavaroise, était empreint de quelque doux souvenir, aussi je ne veux nullement oublier la belle cathédrale, que nous aimions tant à cause de sa ressemblance avec celle d’Orléans, quoique plus petite et peut-être plus simple. Après avoir admiré ses sévères faisceaux de colonnes en pierres, et ses verres de couleurs du xiiie siècle, avec lesquels rivalisent ceux du xixe faits à Munich, nous nous signâmes avec de l’eau d’une fontaine bénite, profonde de 620 pieds, qui se trouve devant un des autels latéraux. Cette fontaine, presque sans fond, ornée de bas-reliefs représentant la Samaritaine au puits de Jacob, est bien une image de cette source d’eau vive jaillissant jusqu’à la vie éternelle, dont les jets mystérieux et fécondants découlent de la maison de Dieu.

13Nous étions conduits par un jeune homme d’assez bonne mine, qui s’était offert à nous en descendant du bateau à vapeur. Il avait l’air d’un de ces étudiants bien nés, comme il s’en trouve tant en Allemagne, dont les parents sont sans fortune, et qui viennent faire leurs études dans une grande ville où les cours sont gratuits. Ces pauvres jeunes gens tirent alors parti de tout, et sont heureux lorsqu’un étranger soulage, sans la connaître, leur misère. Ce motif, que nous crûmes apercevoir du premier abord, nous parut si louable, que nous passâmes par-dessus sa complète ignorance du plus petit mot français. Comme tous les Allemands, il accompagnait ses pesantes paroles de gestes de bras et de poings, comme s’il avait voulu les enfoncer jusqu’aux coudes dans nos poitrines, pour mieux y lithographier son infâme idiome. Arrivés sur la place, il s’indignait sans doute de ne pas nous voir plus extasiés devant la façade de sa cathédrale, alors les mouvements de son télégraphe s’augmentèrent à mesure que grossissait sa voix, c’était menaçant…

14Voyant Auguste se rompre le cou en signes affirmatifs, accompagnés de bene, bene, multo bene, goet, très goet, je crus qu’il allait me faire une traduction fidèle, et lui demandai ce que l’homme avait dit : « Je n’en sais pas plus que toi, me répondit-il, seulement j’ai peur d’être lithographié, et j’affecte de parfaitement comprendre. » Sans rien affecter, moi, je compris parfaitement la portée de cette explication, j’inondai à mon tour l’idée de mon cher mari d’une pluie de multo bene que notre cicérone prit ou ne prit pas pour ses indications, toujours est-il qu’il mit son poing dans sa poche, notre but était rempli.

15Depuis que le moka, ce tonique délicieux, a été importé en Europe, tous les pays, je crois, lui rendent hommage sous le nom de café. À force de le répéter, et de le coiffer surtout de plusieurs accents circonflexes, notre étudiant comprit ce que nous voulions, et nous mena dans un magnifique café, qui était en même temps un très bel et bon hôtel. On y parlait français, et pas du tout à l’allemande, car un gros Monsieur vint aussitôt nous dire, avec une volubilité devant laquelle céderait celle de mainte tante gâteau : « Monsieur, Madame soyez les bienvenus. Vous voulez une chambre, j’en ai plusieurs à votre disposition, vous choisirez, au premier, au second, au troisième, comme il vous plaira, c’est à la convenance des voyageurs, il y en a de tous prix et de toutes dimensions. Monsieur a-t-il sa voiture ? Il y a place pour les chevaux, les écuries sont belles, spacieuses, ils seront bien soignés, François, Christophe, Martin, prenez les bagages de Monsieur…

16Malheureux, prends donc haleine, nous aurons place pour te dire que toute ta jacasse est inutile », pensions-nous, et à travers sa réclame animée nous avons jeté cette désolante parole, pour quiconque fait si bien l’article : « Nous partons à l’instant, mais nous voudrions du café ».

17Le maître de l’hôtel, plus vivement encore, nous réplique en tendant le bras gauche vers une immense porte : « Monsieur, voici la salle à manger… Bon appétit, Monsieur, bon voyage, portez-vous bien », et il était déjà loin… Nous pensions qu’il aurait ajouté ce que ses gestes disaient si bien : « Si ce n’est que cela, vous m’ennuyez. »

18Son malheureux moulin à paroles, et la lenteur de ses gens à servir le café, nous firent presque manquer la voiture. À neuf heures du soir, nous prenions le courrier, et le lendemain à neuf du matin, nous entrions dans Nuremberg, ville superbe que nous aurions voulu visiter, mais y rester tout un jour, c’était beaucoup, nous avons donc repris la malle-poste à onze heures pour Wurzbourg. Mauvaise inspiration, et voiture plus mauvaise encore ! Il nous en souviendra longtemps des côtes qu’elle nous a cassées, des intérieurs qu’elle nous a bouleversés dans son cahotant coupé ! Le pays nous parut riche et bien cultivé, de belles plaines, coupées en sillons d’or, annonçaient une abondante moisson, des arbres couverts de fruits, bordent souvent la route. Ce furent les seules observations qu’il nous fut possible de faire depuis notre départ de l’hôtel de l’Autruche.

Notes

1 Cette citation est tirée de la huitième satire de Nicolas Boileau, déjà exploitée précédemment.

2 La citadelle d’Oberhaus se trouve sur les hauteurs de la ville, offrant un vaste panorama. C’est un ancien château fort des princes-évêques de Passau datant du xiiie siècle.

3 Vilshofen an der Donau, ville de Bavière.

4 La colline Bogenberg se trouve au bord du Danube, sur le flanc de laquelle la ville bavaroise de Bogen s’est construite.

5 Lapsus révélateur ? Louis XVIII entra dans Paris en 1814 avec le drapeau blanc, et l’intransigeance du comte de Chambord à propos de ce drapeau fut la cause principale de l’échec d’une Restauration en 1873.

6 Le château des princes de Turn und Taxis se trouve à Trugenhofen, un village du Wurtemberg.

7 Il s’agit peut-être de la bataille de Regensburg, aussi appelée la bataille de Ratisbonne, qui eut lieu du 19 au 23 avril 1809 entre les forces napoléoniennes et autrichiennes. La prise de Ratisbonne marqua la victoire française, mais Napoléon fut blessé d’une balle au pied, sans conséquence.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540