Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XXVII. De Vienne à Linz. — Un bel homme. — Récapitulation. — Une nuit sur le pont. — Lessive du linge de table dans un bateau à vapeur. — Les voitures de Marie-Louise

Sophie Johanet

Texte intégral

1Du bateau à vapeur sillonnant le Danube de Vienne à Linz.

2La délicieuse chose qu’une voiture dont les roues ne touchent pas la terre, et à laquelle les pavés inégaux ne peuvent faire ressentir leurs cahotantes étreintes ! La parfaite et reposante manière de franchir les distances, que les bateaux à vapeur !

3Depuis six heures déjà, il a glissé doucement sur la surface du grand fleuve autrichien, et nous avons pu nous croire tout ce temps-là dans le grand salon de Gelou ou dans celui de Mouveaux. Nous avons travaillé, c’est effrayant à voir ! Pour ma part, le tapage des douzaines de feuilles que j’ai barbouillées fait plus de bruit à demander grâce et à s’envoler de tous les côtés, que n’en fait le mouvement de la machine. Auguste a été plus fécond encore, de sorte qu’à nous deux nous avons rempli des productions de notre plume féconde ou bavarde, les neuf tables du salon de l’énorme bâtiment. Lui, avec son paletot gris à la française, son gilet à basques de la renaissance ; moi, ornée d’un chapeau vénitien menaçant le ciel, et d’un burnous d’Algérie, nous étions pris par les Allemands, je l’ai vu à leurs gestes, pour des chanteurs ambulants qui composaient en route les couplets dont nous allions, selon eux, faire retentir les échos de la ville de Linz, à sa grande foire de la semaine suivante. Nous leur laissions penser ce que bon leur semblait, car ils pensaient en allemand, et ils n’auraient pas apprécié notre éloquence française s’efforçant de les dissuader.

  • 1 Les vertugadins sont des bourrelets fabriqués en osier ou en roseau que les femmes revêtaient autou (...)

4Malgré l’exactitude que je mets à mon journal depuis quelques jours, j’ai oublié hier cette observation du matin qui m’avait paru assez curieuse : en allant à la messe de neuf heures, je rencontrai une foule de dames en grandissime toilette. Deux volants de 70 centimètres chacun, garnis de hautes dentelles (plus ou moins Valenciennes ou Malines pur sang à la vérité), chapeaux rose tendre ou bleu-de-ciel, écrasés sous des faisceaux de plumes, châles en crêpe de Chine, écharpes Sultanaski, cette nouvelle étoffe turque qui brille si fort, enfin par-dessus tout cela, entendez-moi bien, pardessus, car autrefois on portait dessous certains paniers dits Vertugadins qui ne faisaient pas mal1. Ce n’est pas cela, les dames viennoises dont je parle, portent à l’extérieur de leur magnifique accoutrement, des paniers d’osier, remplis de carottes, oignons, poireaux, de tous les légumes enfin qu’une cuisinière un peu expérimentée plonge dans le pot-au-feu du Dimanche. Ainsi le veut la mode autrichienne. On dit bizarre celle de Paris, j’espère qu’on lui a trouvé une fameuse rivale, sinon une maîtresse en excentriques bizarreries !

5Avant de regarder à la hauteur du panier (je n’ai point dit du cabas, il ne compromettrait pas ainsi sa dignité), j’avais bien remarqué l’extrême décolleté des robes de ces dames, du côté des jambes, un instant après, j’ai compris pourquoi. Ces mollets si visibles m’avaient d’autant plus sauté aux yeux qu’à Venise c’était tout le contraire. Les nobles signore dont les robes se découpent jusqu’aux hanches, se feraient grand scrupule de les relever jusqu’à la cheville, même pour aller dans la boue la plus caractérisée. Avec cela qu’elles les font trainantes, on juge aisément du volant crotté surnuméraire qui leur fait garniture, malgré les cercles de fil de fer, passés dans leurs jupons pour les tenir bien élargis.

6On est si bien en bateau à vapeur, on peut y étaler si aisément toutes ses petites affaires pour laisser respirer le pauvre et cher cabas, que je repassai tout à l’heure mes petites notes jetées en courant lorsque je n’ai pas le temps d’en écrire davantage. Ô ingratitude ! Je trouve en caractère, particuliers, pour montrer la supériorité de mon sujet : Dindon farci… C’est à Trieste que cet animal, trop souvent méprisé par la société, m’a rendu de si désintéressés services, et je n’en ai point parlé, c’est impardonnable. La susdite bête avait été soigneusement plumée, rôtie par notre habile cuisinier, français marmiton, pour faciliter, en cas de besoin, le mal de mer. Mais, on le sait, l’Adriatique nous épargna, et nous n’eûmes pas plus besoin d’excitants que de digérants. Arrivés au palais du Prince Metternich où tout est beau, mais où tout est assez cher, on nous annonça le dîner à 4 francs par tête. « J’ai une tête, pensai-je aussitôt, qui me fera faire ici une affaire d’or. Je ne puis, en toute convenance, injurier ce pauvre animal qui ne m’a rien fait, je le mangerai donc… Voyez comme il me sourit avec son bec pointu… »

  • 2 Goa est un État de l’Inde, sur la côte sud-ouest.

7Je me suis donc mis à le dépecer : il était énorme. Son aile droite fut ma première entrée, la gauche, mes ragoûts aux pâtisseries ; une cuisse a passé pour du filet de chevreuil, l’autre avait presque le goût d’une tourte aux amandes. C’était là, je pense, un dîner des plus distingués, et avec les prunes et les raisins qu’Auguste m’apporta dans ses poches, il n’y manquait pas même les hors-d’œuvre. J’étais enchantée, car mon palais gourmet comptait sur pareil repas pour le lendemain avec l’en dedans. Alléchée par la succulente odeur de ce hachis, j’avançai mon dîner d’une heure. Quel fut mon désappointement d’y trouver un goût si prononcé des aromates les plus forts, sans pouvoir définir lequel dominait. C’était à croire que notre officieux marmiton avait, de tous ces voyages, « rapporté de Goa2 le poivre et le gingembre » pour en remplir cet animal, après l’avoir inondé de piments d’Espagne et des clous de girofle si renommés de Calcutta. Tout cela, on le pense bien, ne faisait pas mon affaire, m’ayant rendue en tous points le dindon de la farce…

8À côté de cette note de rôti oublié, je retrouvai encore cette indication ; elle n’a fait que nous donner des regrets, puisque c’est à Neustadt seulement que nous lisions en gros caractères :

SIMON NENRISSER
Propriétaire de l’hôtel
À L’HOME SOVAGE
Rue dite Sch (quel nom !) miedgassend,
GRATZ,
CAPITAL DE LA STIRIE,
Se recommande de trè respectueusement aux plus illustres voyageurs, au ôtres personns de distinction et de mérite !!!

9Il se met lui-même trois points d’admiration, ce n’est pas trop s’il est digne de ses visiteurs. Et nous, illustres voyageurs, ôtres personnes distinguées et méritantes, nous n’avons pas su cela, et nous avons été, tout prosaïquement, comme des gens ordinaires, à l’hôtel de Trieste ! D’après l’orthographe de l’affiche Simon, on doit à l’home sovage, parler un français quelconque, double regret encore !

10Là aussi nous aurions sans doute trouvé des lits qui méritassent ce nom ; mes os illustres s’en seraient réjouis, car ils n’étaient point encore remis du brisement de ceux de Venise, qu’on traitait trop doucement en leur donnant le nom de planches. Quand nous sommes arrivés à Frohsdorf, nos membres fatigués en étaient encore tout meurtris, tous disloqués. Mais là, nous devions, de toute manière, trouver le plus doux repos. Les lits dédommageaient de leur peu de longueur par la mollesse, la tendreté de leurs matelas. Nous ne les avons pas retrouvés à Vienne à l’hôtel de l’Impératrice, grâce à leurs cailloux en forme de paillasse, Auguste a marché tout le jour sur une seule jambe, tant l’autre était raccourcie, et j’ai mis mon bras gauche en pension dans mon cabas, afin qu’on le frictionnât à la pharmacie.

  • 3 Ici, Sophie revient à la notation quotidienne, et précisément datée.

117 heures du soir, 18 Août 18453.

12Quant à la nuit prochaine, nous ne savons encore si nous la passerons sur la terre ou sur l’onde. Pas une oreille qui entende le français, pas une langue qui le parle pour nous le faire savoir. Nous allons, nous allons toujours, confiants dans la bonne étoile qui nous mène en France, près de nos parents, de nos amis…

13Si nous ne pouvons encore parler des nuits du Danube, je puis faire l’éloge de ses dîners. Nous avons, à une heure, dit quelques mots soignés à un excellent repas de deux services complets, où le veau naissant, joint au bœuf à peine passé de vie à trépas, s’offre par quartiers au passager affamé, avec escorte de potage aromatisé où se promène le rampant macaroni sur les abattis de la reculante écrevisse… Après eux, se dressent en foule des entremets délicieux malgré leur ignoble apparence : ce sont des pieds et des queues de porc entourés de brugnons rosés et perdus dans une sauce à la vanille, un peu crêmatisée, ou bien des foies d’oie au vin de Madère, ayant certain air de plum-pudding. Nous n’avons dédaigné que le pain anisé auquel nous préférons toujours le simple pain français. Ce somptueux dîner nous coûta trois swensicks chacun, c’est pour rien, nous croyons en bonne conscience en devoir encore quatre au capitaine. Ce qui nous mit dans un moins grand ravissement fut de voir la lessive du linge de table. Le repas fini, chacun, comme de raison, chiffonne sa serviette, et la dépose, sans y prendre garde, sur la table ou sur la banquette. Le domestique aussitôt les rassemble, avec la même absence de soin. Vous croiriez qu’il va les jeter à fond de cale, où, bien savonnées, bien repassées, elles seront mises à l’état de serviettes neuves. Vous vous trompez du tout au tout. À peine tout le monde est-il monté sur le pont que nos gâte-sauce s’emparent, deux à la fois, de l’énorme paquet, et sans prendre garde aux traces de veau naissant, de foie d’oie ou d’écrevisse, l’un y répand une rosée d’eau fraîche pour les bien disposer à faire disparaître jusqu’à l’ombre d’un pli, sous le cylindre où l’autre les presse avec force. De cette manière, si, trois minutes après le premier dîner vous demandiez un service supplémentaire, on vous offrirait, luisante et pliée, l’essuie-main de votre voisin, à l’instant précédent. Depuis, comme on le devine, nous n’avons pas fait grand usage des serviettes du bateau…

  • 4 Les bateaux à vapeur offraient deux classes ; la première était libre de circuler sur tout le batea (...)

14Vers six heures et demie, nous vîmes de nouveau se dresser de longues tables pour souper, ce qui nous fit pressentir qu’on ne s’arrêterait pas. Sans avoir encore grand’faim, nous dévorâmes par précaution, une excellente omelette jambonnée et des pommes de terre aux confitures de cerises. Après cela, il n’y avait plus à en douter, on devait passer la nuit sur les ondes tranquilles du fleuve. L’arrangement du pont, où nous allâmes nous promener pour jouir un instant d’une délicieuse lune de miel, en était une preuve. Rien de plus curieux, surtout du côté des secondes places4 : sous les trois voitures du bout, sont étendus, rangés les uns entre les autres, des voyageurs enveloppés de manteaux gris leur donnant l’air de gros caniches. Les endroits des passages sont également remplis : ici c’est un soldat, appuyé sur sa carabine ; là, une bonne vieille, demi-assise, tenant un moutard sur les genoux. Pour ce dernier couple, il n’y avait pas à craindre de l’écraser en passant, une petite voix criarde avertissait assez qu’il y avait là du monde ; mais si l’on ne veut pas marcher sur ce gros matelot allongé sur la trappe, il faut y regarder à deux fois. Les montagnes de bagages sont également surmontées d’autres paquets vivants dont, avec son chapeau, on court le risque de remuer les pieds en passant, car les jambes retombent négligemment de tous les côtés, en forme de frange, à la bâche dont les malles sont recouvertes. Le piédestal de la cheminée se compose encore de nombreux enfants du sommeil… Pour ceux-là, ils n’auront pas froid, car la nuit dernière encore, des œufs se sont cuits dans la poche d’un de ces téméraires… Enfin, c’est presque miracle que nous ayons traversé semblable fourmilière de dormeurs sans en réveiller un seul, sans interrompre le doux rêve d’amour de l’un, ni avancer la cruelle déception d’un autre, songeant fortune et bonheur… Mais peut-être aussi avons-nous laissé se prolonger l’affreux cauchemar que révélaient les traits bouleversés de cet homme pesamment appuyé sur les bastingages d’arrière. La lune, qui l’éclairait d’une mystérieuse clarté, projetait cependant des rayons bien purs, il semblait qu’elle n’aurait dû laisser voir que des visages calmes et sereins comme celui de ce jeune homme où le bonheur était peint. C’était un enfant des montagnes qui, depuis six ans, courait le monde pour se faire une petite fortune et aider ses parents malheureux.

  • 5 Le 8 septembre, jour de la nativité de la Vierge.

15Dieu le bénit, car il avait conservé dans son cœur et développé même le germe de vraie piété que sa bonne mère y avait mis. La réussite avait surpassé son attente ; il revenait joyeux vers le toit paternel, et au jour de la bonne Dame de Septembre, à la nativité5, il devait épouser la jolie Christina, aux yeux noirs, au teint frais, comme il y en a tant à Linz, et ce qu’il y avait de mieux, elle était douce comme les anges, bonne comme sa tante qui l’avait élevée.

  • 6 Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine (1791-1847), fille de François II et épouse de Napoléon 1er en 1 (...)

16Celui qui nous apprit tout cela était un des gens de la Princesse Marie-Louise6. Par hasard, en passant, nous les avions entendu parler français. Depuis le matin, nous étions comme des âmes en peine, ne nous faisant comprendre que par signes, et nous l’étions souvent fort mal, car l’Allemand n’a pas l’intelligence de l’Italien pour mimer. Nous fûmes heureux comme des poissons dans l’eau de trouver cet homme dont la conversation était très intéressante. Auguste la continua, le brouillard commençant à tomber, il voulut me faire rentrer. Toutes nos observations avaient prolongé notre promenade. Je pensais en rendre compte aussitôt pour finir ma soirée, mais ô bouleversement !

17Le salon, que nous avions quitté une demi-heure auparavant, éclairé par mille bougies, ne laissait plus entrevoir, à la lueur d’un petit lampion presque sépulcral que les sombres silhouettes de gens étendus dans un lit commun, autour de l’appartement ; les tables étaient échafaudées les unes sur les autres dans le milieu, et tous les habitants du cabas, ce pauvre Journal lui-même, avaient été jetés au loin… Impossible de rien retrouver !!!

  • 7 Beaucoup de voyageurs appréhendaient ce passage, certains descendaient du bateau pour le dépasser p (...)
  • 8 Un cavalcadour : se disait d’un écuyer chargé du soin des écuries et des équipages d’un prince.
  • 9 Héliogabale était empereur romain de 218 à 222, où il se fit assassiner par une foule furieuse qui (...)

18Je courus aussitôt faire partager mes alarmes à Auguste, qui rentra et ne vit rien de mieux à faire que de patienter jusqu’au lendemain, en dormant le moins mal possible. Nous allions commencer à le faire vers dix heures, plutôt fatigués par une mauvaise position que jouissant d’un repos naturel, lorsque plusieurs coups de canon retentirent. Les échos des montagnes le répétaient au loin et faisaient comme un roulement de tonnerre prolongé. On approchait du passage infernal. C’est un endroit excessivement dangereux : les rochers s’avancent en pointe jusqu’au milieu du fleuve, suspendus en énormes blocs qui semblent toujours prêts à se détacher. On indique par trois coups de canon l’arrivée du bateau à vapeur, afin qu’aucune barque ne se hasarde en même temps, la place n’étant que juste pour lui7. Ces renseignements nous vinrent encore, le lendemain matin, des gens de Marie-Louise. En voyant nos fréquentes relations avec eux, de chanteurs ambulants que nous étions dans l’esprit des passagers, nous devînmes bientôt, moi la dame d’honneur, Auguste, le chevalier cavalcadour8 de la Duchesse de Parme. Tous les matelots se découvraient devant nous, chacun se rangeait pour nous laisser passer, on me remit même une pétition que je n’eus pas le bonheur de satisfaire. Parmi les trois voitures qui couvraient une partie du pont, il y en avait une d’une grandeur prodigieuse, avec coffres, caissons, doubles et triples fonds, divisions et subdivisions, « que peut-elle contenir nous demandions-nous ? On doit y être bien peu à l’aise ! » C’était tout simplement le sac de nuit de la Princesse et de son quatrième mari. Elle a l’habitude de se faire toujours suivre d’un certain lit complet depuis la paillasse jusqu’à l’oreiller garni de valenciennes d’une aune de haut. Le fauteuil dans lequel elle s’assied pendant qu’on la coiffe, y trouve même aussi sa place, elle ne peut s’en passer. La seconde voiture était son carton à chapeaux, et la troisième sa boîte à gants. Il lui en restait cent douze chez elle. Soixante-dix domestiques seulement font son service (c’est peu avec tant d’équipages) et chacun d’eux a, pour soi en particulier, six couverts d’argent. Ils ne mangent qu’en vaisselle plate, cela va sans dire, puisque même les veaux, les moutons, et le gibier destiné aux royales digestions, ne sont cuits que dans des casseroles et poêle à frire de même métal. Si je n’avais peur de finir comme Héliogabale9, en punition de mon frivole désir, je dirais que si je devais jamais devenir un de ces estimables animaux, je voudrais que ce fût chez la Duchesse de Parme. De la marmite en argent, bosselée, ciselée, je passerais dans des assiettes en porcelaine de Chine dont chacune coûte cent francs ! Quel bonheur doivent éprouver les fricandeaux et les côtelettes chez Marie-Louise ! Les assiettes de dessert, dont on change dix fois dans un dîner (il y en a pour 50 personnes) coûtent 300 francs pièce. N’est-ce pas à désirer d’être pruneau ou confiture chez Marie-Louise ?

19Mais je m’arrête, je ne veux point rire à ses dépens, je me souviens qu’elle dit à Henri V, votre Majesté, c’est un titre à mes égards et à ma reconnaissance. Ainsi va le monde aujourd’hui qu’une manifestation en faveur de la justice, doive réclamer égards et reconnaissance.

20Je ne puis cependant finir le chapitre de ces splendeurs sans dire combien je suis heureuse d’en laisser porter le poids à Marie-Louise, plutôt que d’en ressentir la centième partie. Et ce n’est point dire ici : « les raisins sont trop verts », le souvenir de l’éloquent développement de la parabole du mauvais riche, que j’entendis il y a plusieurs années dans une retraite au Sacré-Cœur, m’est à toujours trop bien gravé dans la mémoire. La voix si expressive du prédicateur résonne encore trop bien à mon oreille, lorsqu’il s’écriait, au nom du malheureux dévoré par les flammes éternelles : « Père Abraham, envoyez Lazare, le pauvre qui a souffert si longtemps, et qui mourut sur le seuil de ma porte, faute des miettes de ma table… Père Abraham, envoyez-le moi, et qu’il m’apporte une goutte d’eau pour étancher la soif qui me dévore… Mais cette confession tardive ne toucha point le cœur du Patriarche, le règne de la Justice était venu, et Lazare, dans le sein de Dieu, enivré d’ineffables délices, bénissait sa pauvreté d’un jour, tandis que le mauvais riche, maudissant ses trésors, ne leur trouvait plus même la durée d’un jour, et se répétait pour une éternité : malheur, il est trop tard ! »

  • 10 On peut aussi l’écrire « Freinberg ».
  • 11 Le cliché sur la beauté des femmes de Linz était déjà très ancien, repris par de nombreux voyageurs (...)

21Absorbée dans ces sérieuses réflexions, j’étais enveloppée dans mon manteau, assise sur le pont, lorsqu’un coup de fusil m’en tira. On arrivait à Linz. Entourée de délicieuses montagnes, Linz est posée au fond d’une grande vallée, tout contre le Danube, comme s’il formait un golfe, composé de belles maisons et de jolies églises. Nous descendîmes à l’hôtel où s’arrêtaient nos interprètes dont la livrée rouge, à galons d’argent, nous faisaient prendre pour quelques grands seigneurs. Après quelques heures de sommeil dans les excellents lits du Lion d’or, nous n’eûmes rien de mieux à faire que de nous promener. Nous visitâmes une église qui nous eut paru admirable avant d’aller en Italie, et que nous avons trouvée assez belle en revenant. Nous montâmes ensuite, en voiture, la montagne de Freynberg10, on nous l’avait signalée comme une des plus belles promenades qui existent. On nous avait dit aussi que nous rencontrions grand nombre de jolies femmes11. Nous allâmes donc, comme autrefois Diogène, sauf la lanterne, car il y avait un brillant soleil, à la recherche d’une femme… Nous n’en avons trouvé qu’une, et toute laide, toute édentée, qui nous donna une bien faible idée de la beauté tant vantée.

  • 12 L’image qui se trouvait à cet emplacement est manquante.

22Qu’on se rassure cependant sur le sérieux et le solide de notre caractère. Un motif plus digne nous dirigeait : il y a au haut du Freynberg un couvent de Jésuites, très beau comme construction extérieure, et très curieux à visiter12.

23Auguste le visita dans tous les sens, tandis que je me promenais sur la montagne, car les femmes ne sont pas admises. On découvre de là les aspects les plus merveilleux. En face de soi, bien loin sur le pic d’une autre montagne, est encore une espèce de couvent, d’église ou de château, d’un effet incompréhensible. Le Danube serpentant majestueusement entre deux chaînes de montagnes, forme çà et là de petites îles où l’on fait de charmantes constructions. Au retour, nous descendîmes sur l’esplanade, où les fanfares d’une délirante musique se faisaient entendre. Là par exemple, les jolies femmes n’ont pas manqué à notre admiration. Je ne pensais point à me tourmenter de ce qu’Auguste les observait avec un certain plaisir, car j’aime avant tout qu’il soit reconnaissant, et il aurait fallu être aveugle et sourd pour ne pas voir et entendre, même en allemand, qu’il était lui-même bien plus remarqué. Je continuais l’habitude que m’avaient fait prendre les Vénitiennes en le nommant toujours le beau Français, et en me convainquant plus d’une fois qu’elles enviaient bien le bonheur de la francesa grande.

24Nous prenions nos ébats tout tranquillement, sur le dire du garçon de place, que le bateau ne partait qu’à huit heures le lendemain, mais rentrés à l’hôtel, on nous assura que c’était à quatre. Il fallut donc songer à commencer sa nuit, car les quatre heures de sommeil de l’arrivée étaient sur le compte de la nuit précédente.

25L’hôtel du Lion d’or est situé sur une place si étroite et si longue qu’elle semble un vrai puits, et contre l’ordinaire, c’est un puits où l’on étouffe, tant elle est resserrée. Les maisons sont en général très belles. Souvent la régularité de leur façade est troublée, bien que très agréablement, par une tourelle qui va du haut en bas, et surmontée d’un belvédère. Nous en demandâmes l’explication, on nous dit presque toujours le Linzois bâtissait sa maison sans penser à l’escalier, et qu’il était obligé de l’ajouter ensuite, il faisait à sa construction cette addition indispensable en la rendant aussi gracieuse que possible.

26Au moment où nous partions, une belle Dame, un peu folle disait-on, dont la maison était voisine de l’hôtel, ne se permit-elle pas de venir, avec un Français d’un accent très rude, mais avec un regard très doux, nous faire ses adieux, serrer la main de mon époux et lui demander son portrait ? Je la remerciai un peu vertement et je cachai encore mieux dans mon album cette image chérie :

Notes

1 Les vertugadins sont des bourrelets fabriqués en osier ou en roseau que les femmes revêtaient autour des hanches pour faire bouffer leur robe et faire ressortir leur taille. C’est une mode Renaissance, qui n’a pas perduré au-delà du début du xviiie siècle.

2 Goa est un État de l’Inde, sur la côte sud-ouest.

3 Ici, Sophie revient à la notation quotidienne, et précisément datée.

4 Les bateaux à vapeur offraient deux classes ; la première était libre de circuler sur tout le bateau, alors que la seconde était cantonnée à l’avant.

5 Le 8 septembre, jour de la nativité de la Vierge.

6 Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine (1791-1847), fille de François II et épouse de Napoléon 1er en 1810. Le congrès de Vienne lui accorda le duché de Parme en 1815.

7 Beaucoup de voyageurs appréhendaient ce passage, certains descendaient du bateau pour le dépasser par voie de terre, certains allaient à la messe avant de partir…
Voir Françoise Knopper, Le regard du voyageur en Allemagne du Sud et en Autriche, Nancy, PUN, 1992, p. 102.

8 Un cavalcadour : se disait d’un écuyer chargé du soin des écuries et des équipages d’un prince.

9 Héliogabale était empereur romain de 218 à 222, où il se fit assassiner par une foule furieuse qui le traîna dans les rues de Rome avant de le jeter dans le Tibre. Il promut le culte du soleil, d’où son nom.

10 On peut aussi l’écrire « Freinberg ».

11 Le cliché sur la beauté des femmes de Linz était déjà très ancien, repris par de nombreux voyageurs en Allemagne.

12 L’image qui se trouvait à cet emplacement est manquante.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3999/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 458k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540