Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XXVI. De Frohsdorf à Vienne. — Schoenbrunn. — Les tombeaux des Empereurs, etc…

Sophie Johanet

Texte intégral

  • 1 « Inconvégnente » dans le texte.

1À peine avions-nous quitté la famille royale, il nous sembla que son égide protectrice nous abandonnait. Les difficultés recommencèrent : on nous demanda notre passeport, disant que nous l’aurions au bout de vingt-quatre heures, mais il nous fallut l’attendre deux jours à Vienne. Encore est-ce par miracle si nous avons pu comprendre ce qu’on nous voulait… Pas un seul allemand qui pût nous estropier le plus petit mot de français. Quel supplice… Et ce qu’il y a de plus ennuyeux, c’est qu’en pareil cas, chacun se démène dans sa langue, sans être compris par l’autre. Enfin, à une station dont le nom se termine s’il m’en souvient, par schenknisdoorff, on changea de conducteur. Nous nous pensions dans un autre monde, en entendant celui qu’on nous adjugea, nous aborder en disant : « Monsieur et Madame, vous avez des billets de première place, vous devez passer dans de meilleures voitures ». Si la longue pipe d’un Allemand ne s’était trouvée entre le conducteur et moi, j’aurais, je crois, aux risques de passer au moins pour inconvenante1, sauté à son cou en m’écriant avec Molière :

  • 2 Les vraies paroles qu’Oronte dit à Alceste dans le premier acte, scène II, du Misanthrope (1666) s (...)

« Monsieur, pour du français, souffrez qu’on vous embrasse2 ».

  • 3 La construction de l’église Saint-Étienne débuta en 1137, mais elle ne prit son style gothique qu’ (...)

2À la station suivante, malheureusement il nous quitta, et au bout de deux heures nous arrivions à Vienne, cherchant encore un interprète que nous ne rencontrâmes même pas au bureau du chemin de fer. Enfin, par un langage et par des gestes allemands-franscesco-italiano, nous parvînmes à faire entendre qu’il fallait nous mener à l’hôtel de l’Impératrice d’Autriche. Après un confortable déjeuner dont le plus grand mérite était de nous faire sortir de l’éternelle omelette de Neustadt, nous commençâmes une petite excursion. L’église Saint-Étienne3 reçut nos premiers hommages. Sans faire injure à celle de Milan, plus brillante et plus décorée, nous osons dire n’avoir rien vu de plus beau. Celle-ci est aussi ornementée avec goût sans être chargée. Son style est du gothique le plus pur et le plus majestueux. Les colonnes qui soutiennent la nef du milieu supportent de belles statues, dans des niches en dentelles de pierre, la chaire est surtout remarquable par ses prodigieux détails. Cette pierre, noircie par le temps, donne à tout l’édifice un air sombre qui forme un contraste frappant avec le brillant autel tout en argent massif. Je n’essaie pas d’en dire davantage sur cette merveilleuse basilique, me souvenant toujours du proverbe : « qui trop embrasse, mal étreint. »

3Excités par l’admiration que nous inspirait déjà l’intérieur de la ville, nous voulûmes nous promener de suite dans ses magnifiques faubourgs avec lesquels on pourrait faire deux superbes capitales ; tandis que Vienne ne serait auprès d’elles qu’une ville très belle sans doute, mais trop peu étendue. De nombreuses constructions ont été rejoindre Schoenbrunn, ce Versailles en miniature, d’où l’on découvre les plus beaux points de vue. Partout nous remarquâmes beaucoup de monuments publics, des fontaines surtout, et ce sont presque tous des sujets religieux. Toutes les rues sont spacieuses et belles. Les maisons, très grandes et très régulières, presque toutes à doubles croisées, indiquent la richesse des habitants. Ce qui plaît surtout, ce sont les pavés si unis des rues, que ne doit pas redouter le piéton le plus délicat.

4En rentrant, une faim de dogue nous fit dévorer tout ce qu’il y avait de plus allemand en dos de lièvre à la crème pour rôti, compensé il est vrai pas une omelette au jambon et du macaroni au jus en guise d’entremets.

5Le domestique de place, qui croyait parler français, nous offrit de passer la soirée avec les animaux féroces. Je dis qui croyait, car il faut bien distinguer trois sortes de personnes, celles qui entendent le français et le parlent (elles sont assez rares chez les Allemands), celles qui le comprennent sans le parler, et enfin, et celles qui l’entendent comme on entend toute espèce de bruit confus sans y rien comprendre. Nous acceptâmes la proposition de notre guide, et trouvâmes fort amusant d’aller surprendre le lion, le tigre, la hyène et l’ours blanc dans leur intimité. Il n’aurait tenu qu’à nous de souper avec eux de viandes peu fraîches, mais nous nous en sommes dispensés.

  • 4 Il doit s’agir du zoo de Schönbrunn, sur les terrains du château, dont la création officielle est (...)

6En visitant les beaux et nombreux appartements de toutes ces bêtes, nous soupirions en pensant que bien des pauvres étaient loin d’abriter leur misère sous de tels logements… Nous aimons à croire pour notre consolation que l’Empereur a aussi grand soin des malheureux, et que l’hiver il les chauffe au moins aussi bien que ces magnifiques serres entourant un grand espace du jardin botanique. Les perroquets surtout, ont un palais superbe, nous passâmes cinq minutes au milieu de leurs cris rauques et aigus, c’en était bien assez. Auguste fut fort empressé de sortir, disant que s’il était resté cinq minutes de plus, il n’aurait pas tardé à devenir perroquet lui-même. J’ai toujours trouvé qu’il parlait assez bien de sa propre inspiration, pour n’avoir pas besoin, à la façon des perroquets, d’emprunter le langage des autres. Aussi de peur de lui voir contracter cette triste infirmité je l’engageai à se retirer4.

  • 5 La crypte des Capucins, dans l’église des Capucins à Vienne, renferme en effet les sépultures des (...)

7Nous n’avions point à nous gêner puisque nos ennuis de passeports nous faisaient passer à Vienne le Dimanche tout entier. Une des choses les plus intéressantes que nous ayons vues, est le caveau des capucins renfermant tous les tombeaux des empereurs et des princes d’Autriche5.

  • 6 Vers de nouveau de Louis Racine, le fils de Jean Racine, tirés de La Religion (1742).

Superbes monuments qui portent jusqu’aux cieux
Du néant des mortels orgueilleux témoignage.
(Racine)6

  • 7 Il s’agit de Napoléon II, fils de Napoléon 1er et Marie-Louise d’Autriche, né en 1811, et mort en  (...)

8Tous sont en bronze, admirablement sculptés. Celui de Marie-Thérèse est un chef-d’œuvre des couronnements, ses batailles y sont représentées dans des reliefs merveilleux. Ce qui m’a frappée dans ce lieu funéraire, a été de voir de tous côtés des têtes de mort dont le front, ou plutôt les os décharnés, sont ceints de la couronne impériale ou de guirlande de lauriers. Hélas ! quand tous ces morts se relèveront de leurs splendides tombeaux, le temps de leur couronnement ne sera-t-il pas passé ? Tandis que le pauvre, dont la simple croix de bois est depuis longtemps recouverte par l’herbe des cimetières, recevra, pour une éternité, la récompense de ses vertus. Bienheureux les pauvres et malheur aux riches, on le comprendra alors, mais il ne sera plus temps. Les restes du fils de Napoléon, du duc de Reichstadt, habitent aussi ces régions de la mort, plus heureux peut-être aujourd’hui que s’il eût été Roi7 ! Les cœurs des ces princes, de ces princesses sont enfermés séparément dans les urnes d’or et d’argent, et déposés dans une chapelle particulière derrière le tabernacle dans l’église des Augustins. On n’est admis à les voir que par une petite lentille de verre, car la porte de ce caveau consacré n’est jamais ouverte que par l’Empereur lui-même.

9C’est encore dans cette église que se trouve un merveilleux monument de Canova, dédié à l’archiduchesse Christine. Les corps de St Clément et de Sainte Victoire s’y conservent tout entiers. Ils sont recouverts de bandelettes en filets d’or qui laissent entrevoir les os des bras et des jambes, ce qui pourrait inspirer de l’horreur, sans la vénération attachée à ses saintes reliques.

10Le Dimanche, j’ai assisté à la messe à St Étienne, où l’on chantait de magnifiques chœurs ; notre journée se passa presque entière dans notre chambre, à écrire ou à causer. Mon bon Auguste fut souffrant tout le jour, ce qui me fit sentir combien peu je pourrais le voir malade. Dieu me préserve d’un tel malheur…

11Hier, je m’arrêtais machinalement devant un magasin de fleurs artificielles, dix fois plus belles qu’à Paris. Il crut voir qu’elles me plairaient, et voulut aussitôt m’en donner une des plus jolies coiffures. Nous avions fait notre choix entre deux, disant que nous reviendrions le déterminer le soir, pour juger de l’effet à la lumière, mais les Viennois, opposés aux Vénitiens, se couchent de bonne heure. À six heures ½, toutes les boutiques sont fermées. Le lendemain était dimanche, pas une ne s’ouvre pour vendre la moindre chose : nous respectons trop cet usage pour y déroger. Au lieu du bouquet de roses que mon cher Auguste voulait m’offrir hier, j’emporterais la fleur de sa bonne intention, de son désir de me faire plaisir, celle-là vient du cœur et me suffit, elle m’est bien plus agréable et me sera cent fois plus chère. Mais ce n’est pas de Vienne seulement que j’en emporte, j’en ai cueilli partout sur mon passage. Pour ma fleur, à lui, il m’avait demandé de mettre mon journal au courant. J’ai répondu avec bonheur à cet aimable et trop peu exigeant désir, et mes trente et une pages d’aujourd’hui nous mènent au bateau à vapeur du Danube où l’on s’embarque pour Ratisbonne.

Notes

1 « Inconvégnente » dans le texte.

2 Les vraies paroles qu’Oronte dit à Alceste dans le premier acte, scène II, du Misanthrope (1666) sont : « Souffrez qu’à cœur ouvert, Monsieur, je vous embrasse ».

3 La construction de l’église Saint-Étienne débuta en 1137, mais elle ne prit son style gothique qu’au xive siècle, et devint une cathédrale en 1 469. Elle culmine à 137 mètres en plein centre-ville.

4 Il doit s’agir du zoo de Schönbrunn, sur les terrains du château, dont la création officielle est datée de juillet 1752, sous l’impulsion de l’empereur François 1er. Ce zoo est un des plus anciens d’Europe, il n’était d’abord réservé qu’à quelques visiteurs privilégiés, mais fut ouvert au public dès 1778.

5 La crypte des Capucins, dans l’église des Capucins à Vienne, renferme en effet les sépultures des Habsbourg depuis 1633. Elle fut construite sur la demande testamentaire de l’impératrice Anne en 1618.

6 Vers de nouveau de Louis Racine, le fils de Jean Racine, tirés de La Religion (1742).

7 Il s’agit de Napoléon II, fils de Napoléon 1er et Marie-Louise d’Autriche, né en 1811, et mort en 1832 à Schönbrunn. Retiré à sa mère et ramené à Vienne en 1814, il fut élevé avec les archiducs d’Autriche, et traité par François 1er comme un membre à part entière de sa famille. Certains bonapartistes avaient rêvé que Napoléon puisse abdiquer en sa faveur en 1815, de sorte que sa disparition prématurée était loin d’être une catastrophe pour les Habsbourg.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540