Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XXV. Dernière journée à Frohsdorf. — Départ. — Le bonheur dans les malles d’un mari

Sophie Johanet

Texte intégral

Le cabas

1Le lendemain était le jour de l’assomption : entendre la messe au château fut le commencement de notre journée. La famille royale alla, comme tous les jours de fête à celle de la paroisse à Lanzenkirchen à trois quarts de lieue, c’était encore trop loin pour que je fisse cette course à pied, je profitai donc de ce temps pour prendre, en volant, l’esquisse des principales faces de la royale habitation. Ensuite nous fûmes reçus par chacun des princes en particulier pour la visite d’adieux, ce qui nous serra déjà le cœur. Mademoiselle nous montra divers de ses ouvrages, avec cet air si gracieux qui ne la quitte jamais, disant « oh, j’ose à peine montrer cela à Madame Johanet, c’est une grande merveilleuse pour les broderies, mais, je vais faire abnégation de moi-même, voyons, comment trouvez-vous cette paille dont j’ai moi-même fait le dessin ? », dit-elle en me montrant le chiffre de Marie brodé en velours et entouré d’une application de feuilles de laurier. Puisque nous étions sur ce chapitre, j’en profitai pour parler à S.A.R. de l’effet magique qu’a produit à Chambord, la bannière qu’elle y a envoyée : depuis lors, les jeunes filles ne vont plus au bal afin d’avoir l’insigne honneur de porter l’étendard à la procession, elles assistent plus assidûment aux offices, enfin la paroisse tout entière est devenue meilleure.

  • 1 Le principe d’une patience est de reconstruire un certain ordre à partir d’un placement désordonné (...)
  • 2 Dans le livre que Sophie Johanet a rédigé sur sa mère en 1887, Vie de Madame Bayart (p. 111), elle (...)

2La Reine voulut que notre dernière soirée se passât encore près d’elle. Quand nous sommes arrivés, S.M. jouait au billard, Auguste alla l’y retrouver. Mademoiselle s’amusait avec ses dames à des distractions innocentes, telles que le jeu de l’avocat, M. le curé n’aime pas les os… Dans ces souvenirs de pension comme dans les choses les plus sérieuses, la finesse de son esprit se montre toujours le même. La Reine rentra au salon à 7 heures ½, et comme elle peut jamais être à rien faire, S.M. imagina de nous faire ranger des cartes de patiences1. Il y avait apparemment fort longtemps que je n’avais pratiqué cette vertu, car je fus aussi maladroite que possible, c’étaient des centaines de bougies allumées que je devais placer, et je n’y voyais goutte. Je dois dire aussi que j’étais bien distraite en voyant approcher si fort le moment de quitter la famille Royale, sans savoir quand je la reverrais ! Enfin, neuf heures sonnèrent, c’était le signal du départ… La Reine m’adressa les plus aimables adieux, me priant de conserver son souvenir en France ; Monseigneur en fit autant en me chargeant des siens pour ma famille, et en particulier pour son filleul2. Je ne sais comment je répondis tant j’avais le cœur oppressé, c’est à peine si je pus balbutier quelques mots pour les remercier. Puis je partis… Auguste resta un peu plus tard pour causer encore avec M. de Lévis. Pendant ce temps, on m’apporta chez moi, de la part de Mlle Émilie, femme de chambre de Mademoiselle, ce que je lui avais demandé le matin : des cheveux de S.A.R. et la coiffure en fleurs naturelles, qui lui avait servi ce jour-là. Mademoiselle avait voulu la faire en lierre, afin que cela durât plus longtemps. Il y avait de plus une charmante guirlande de fleurs, de jolis rubans, une écharpe, toutes choses portées par S.A.R. et avec lesquelles je ferai bien des heureux à mon retour de France. Lorsque tout cela m’arriva, j’étais bien triste, je me sentis consolée, il me semblait revoir un peu cette chère princesse.

3J’allais donc me livrer tout entière au plaisir de faire des paquets ! Auguste ne tarda pas à rentrer, il se coucha en me souhaitant bon courage, dormit et ronfla très gentiment, tout cela en une seconde. J’avais été trop égoïste pour consentir à ce qu’il m’aidât dans ce travail qu’une si longue expérience ne me rendait que plus agréable. Il ne le comprenait pas ainsi lui, en me jetant son presque insultant : bon courage ! Mais ce n’est pas sa faute, jamais il n’a pu éprouver le plaisir que l’on ressent en rangeant dans une malle (et plus encore dans cinq) les gilets, les cravates de son mari, en élevant, dans un compartiment, les pyramides de ses bottes, qui le disputent en hauteur à des montagnes d’habits et de pantalons. On ne juge jamais si bien par comparaison que par expérience, aussi sent-il bien imparfaitement le charme attaché pour moi au bonheur de voir ainsi tour à tour et presque en même temps, ce cher mari tantôt en toilette de marié, en habit de cour ou grande visite, tantôt enveloppé dans son ample robe de chambre à grands ramages, où même dans l’accoutrement plus intime et non moins agréable, du bonnet de coton…

4Depuis le 23 mai, jour de notre départ d’Orléans, tout cela avait tant de fois été sorti de sa case et y était si souvent rentré, que chaque individu alla presque s’y poser tout seul ; je ne m’en réjouis pas, car une demi-heure suffit à cette partie de notre bagage, et je dus alors m’occuper des miens. Ce second chapitre serait le contre-pied du premier, si, en même temps que toutes ces caisses se remplissent de masses de robes et de chapeaux, le cœur n’était occupé encore de doux souvenirs, se rattachant toujours au cher mari. Ces délicieuses parures lilas à raies transparentes, bleues à reflet d’argent accompagnées de tresses d’or et de perles pour les cheveux, seraient insipides à placer, souvent à grand-peine, si elles avaient pour source banale d’être achetées par soi dans un magasin, et faites ensuite pour une circonstance ordinaire. Mais quand, en repliant tous ces gracieux ajustements, on se reporte à cette belle soirée, précédant de bien près un bien plus beau jour, où, agenouillée avec cinq ou six cousines, un papa, une maman, et deux tantes, autour d’une énorme caisse contenant les mille détails d’une corbeille de noce, on retrouvait sur chaque petit paquet l’indice certain que la main d’un être aimé l’avait elle-même posé soigneusement. Oh ! en se rappelant tout cela, en revoyant les mêmes objets, alors offerts à une fiancée, aujourd’hui appartenant à une épouse, il n’est pas ennuyeux de faire des malles, il n’y a pas de vide dans cette besogne en apparence peu amusante. J’avoue pourtant que si je fus heureuse de n’en point trouver moralement parlant, j’en aurais souvent voulu davantage (du vide) en réalité. Quiconque a fait un voyage de douze cent lieues doit avoir éprouvé cela : à chaque station, comme si les objets gonflaient, il faudrait un colis de plus. À Lyon, nous avions augmenté les nôtres d’un sac de nuit, à Venise, d’un second, à Trieste, j’en aurais volontiers pris un troisième, et à Frohsdorf, si j’avais écouté la voix des premiers obstacles, trois autres n’auraient pas suffi.

5Heureusement, un certain contenant, qui n’est à proprement parler, ni sac de nuit, ni carton à chapeau, ni caisse subdivisée, un colossal cabas vint à mon aide et obvia à toutes les difficultés. Cabas béni ! Cabas consolateur depuis Châteauneuf déjà, notre premier relais d’agréable mémoire, je t’ai promis un chapitre tout spécial, aujourd’hui quatre ne suffiraient pas pour te dire ma reconnaissance. Exceptionnel ton dévouement comme dans les services que tu ne cesses de rendre, tu es l’ami du voyageur et sa plus chère ressource en bien des circonstances !

6Mais je ne veux point lui adresser directement tous mes éloges, le malheureux est déjà assez gonflé de toute espèce de choses, si l’orgueil y ajoutait son enflure, évidemment il lui faudrait crever…

7Cher lecteur, que j’ai tant de fois fait courir avec moi à travers les tempêtes de l’Adriatique et les gouffres des Alpes, à qui j’ai fait connaître l’idiotisme du crétin piémontais, l’insouciance de l’italien, et la stupidité de l’allemand, reposons-nous ensemble à la vue de ce prodige, de cet être, intelligent sans raison, complaisant sans intérêt propre (chose bien rare dans notre siècle !), je dirais plus, immense quoique limité, et éternel, au moins de l’éternité d’un long voyage, bien que formé de main d’homme, plus souvent même de main de femme.

8Dans quel mauvais pas cette dernière phrase m’a-t-elle lancée ? Les hommes, de leur nature un peu orgueilleuse, ne voudront point, avant de connaître toutes les vertus du cabas, s’en avouer jamais les auteurs ; les femmes, d’ordinaire très constantes dans leurs prétentions, sans cependant justifier toujours la prétention d’être constantes, m’en voudront à mort de donner à un ouvrage, comme cause de son peu de durée, d’avoir été fait par elles. Enfin, sans établir ici de discussion, laissons à chacun son mérite, et rendons justice à celui du cabas.

9Remontons à la formation primitive la plus reculée de ce merveilleux composé de si rares qualités. Destiné, sinon à faire grand bruit dans le monde, du moins à le courir.

  • 3 Citation de la satire de Nicolas Boileau (1636-1711) : « De Paris au Pérou, du Japon jusqu’à Rome (...)

10« De Paris au Pérou, du Japon jusqu’à Rome3. » Vous croyez peut-être qu’il ne daignera prendre naissance que dans de l’or et la soie… Regardez ce vaste champ de lin : rien de si simple que sa verdure, rien de si modeste que sa fleur, c’est pourtant avec ses filaments desséchés que plus tard, on formera le canevas, membre principal de mon idole. Ses ornements se broderont avec la toison de l’agneau, et, innocent comme lui, le cabas se laissera souvent torturer de longs mois dans les mains d’une petite fille paresseuse ; quelques fois même il sera immolé au mauvais goût qui a choisi ses couleurs, la maman dédaignera de s’en servir, et relégué dans une armoire du treizième siècle, lui enfant du siècle de lumières, il ne s’en plaindra pas, on n’entendra pas le moindre murmure sortir de sa grande bouche.

11D’autres, plus solides, et d’un abord plus sérieux, ne sont point couverts de fleurs. C’est tout bonnement à ces queues de superbes coursiers, qu’une mode ridicule a fait dédaigner, qu’ils doivent leur origine. Ces longs crins, donnés par la nature au plus noble animal comme son plus bel ornement et comme arme puissante contre les insectes perfides qui font couler son sang, ces crins rejetés et méprisés, formeront un tissu incorruptible, et la gloire du cabas leur rendra au centuple les honneurs pour lesquels ils sont nés.

12Regardons maintenant son intérieur. Voyez plutôt : je le fais partir d’Orléans sa ville natale, c’est au début d’un long voyage. Huit divisions égales, bien distinctes, bien étiquetées, feraient croire que le cher frère Daniel a passé par là pour y faire poser ses ingénieuses cloisons. Dans ce parfait arrangement je trouve une première leçon : « Dans tout il faut avoir de l’ordre, me dit mon ami d’un ton solennel. La confusion engendre le bouleversement de toutes choses, et par la suite la ruine. »

13Ici, c’est une bibliothèque, pour préserver de l’oisiveté, quand ce qui passe sous les yeux ne donne pas de quoi s’occuper suffisamment. Dessous, c’est la table à écrire. Rien n’y manque, papier à vignettes, cire, cachets, plumes d’oie et de métal, avec recommandation expresse de vous servir plutôt des premières. On ne connaissait pas ces fameuses plumes anglaises, et l’on s’en trouvait mieux dans le temps où le cabas en contint pour la première fois, et c’est le bon vieux temps, il remonte au moins à Saint Louis, car je lus un jour dans un bouquin d’histoire de France que « la Reyne Blanche portoit aux povres, moult secour et aumosnes dans une sacoche où fil de soie et grenettes d’or reluisoient au soleil », évidemment cette sacoche était un cabas.

14« Voyez donc par ici, me crie du fond de la pièce voisine, la voix qui me renseigne si bien, c’est la salle à manger. » J’y passe toujours avec grand plaisir, les stations sont à de si longues distances, surtout quand on voyage par malle-poste ! Puis, il nous en souviendra de l’hôtel de l’Allier, à Moulins, où le conducteur criait : en voiture, Messieurs, en voiture, avant d’avoir pour ainsi dire, donné le temps d’en descendre. Quel bien fait alors un approvisionnement particulier ! Comme on enlève avec grâce, à la façon des Orientaux, c’est-à-dire avec le pouce pour cuillère et l’index pour fourchette, l’aileron puis la cuisse du poulet aux marrons que l’excellente Marguerite vous a fait cuire au moment de votre départ, tournant la broche trois fois pour une, afin qu’il soit partout rousselet tout juste sans odeur de brûlé ni de fumé. C’était au mois de mai, il y avait peu de fruits, c’est égal, cherchez au fond de cette petite armoire à droite ; Marguerite avait conservé depuis l’hiver six belles poires pour quand viendrait dîner M. le curé de Saint-Laurent : « Faut les mettre pour ce bon Monsieur Auguste et sa petite femme », avait-elle dit en tirant du fond d’une poche de dessous la clef du fruitier qui ne la quitte jamais, et pour se désaltérer après avoir dévoré le poulet épicé deux fois, on trouvait les énormes beurets qui mûrissent tous les ans le long du mur de Gelou.

15Mais ne nous arrêtons pas si longtemps à la mangeaille, il nous reste bien d’autres quartiers plus intéressants à explorer.

  • 4 Seringapatam (aujourd’hui Srirangapatna, ou Srirangapatnam) était la capitale du royaume de Mysore (...)

16Pour une chambre à coucher, il ne faudrait, dans l’appartement voisin, que les lits. Les costumes de nuit de Monsieur et de Madame y sont au grand complet : pommades, savons, essences, cabinet de toilette enfin où rien ne manque, mais que nous visiterons légèrement pour ne pas nous arrêter devant [un] certain meuble dont on se sert dans le royaume de Seringapatam4, vous savez…

17Oublierais-je le cabinet de travail, avec son nécessaire en or, charmante surprise qui se trouva un matin comme par enchantement sur ma table à ouvrage (l’enchanteur n’était pas loin, Auguste était dans la maison). Broderie, tapisserie, travaux d’agrément ou d’utilité, tout cela est rangé à merveille sur les différents rayons d’une boîte faite exprès. Aussi, déchirons-nous un gant, perdons-nous un bouton ou une bride de chapeau, réparé à la minute ; ou bien encore, ai-je envie de dessiner n’importe quoi au passage, servito subito, album et crayon sortent aussitôt du réservoir universel, et suivant le pays où nous nous trouvons, un postillon ou une gondole (en effigie, nous n’exagérons rien) va se placer dans le complaisant cabas dont l’élasticité est la même pour les productions de tous pays. C’est bien mal peut-être, mais j’en ai plus d’une fois abusé, l’étouffant, l’écrasant sous le poids de tout ce qu’avaient refusé nos malles. Et le cabas, toujours d’humeur égale ne m’adressa pas le plus léger reproche, jamais la plus petite ride ne parut à son front. Peut-être, dirait un mauvais critique, est-ce par la même raison qui fait grimacer une bourse quand elle est vide, c’est qu’il est trop plein. Possible, mais je n’en ai pas moins la meilleure opinion de son excellent caractère. Admirez comme il est encore de bon accommodement : plus d’une fois, n’ayant pas où reposer sa tête, je le pendais au filet de la diligence, et là ballotté et ballottant, il ne pouvait fermer l’œil de toute la nuit. Souvent, ses liens se brisaient, il tombait à nos pieds et y restait jusqu’au lendemain matin. Le placions-nous, pour reconnaissance de tous ses services, sur une douce banquette entre nous deux, il n’y paraissait pas plus déplacé que partout ailleurs. Sa modestie au sein des honneurs égalait sa résignation dans les moments où son amour-propre avait à souffrir. Ô vertu du cabas ! Tu fais honte à bien des gens qui savent si peu supporter les inégalités de la vie… Et cependant je n’en ai esquissé que quelques traits pour qui l’aurait connu dans toutes les positions. Encore un dernier.

18Quoi de meilleur, par exemple, qu’un cabas bien fourni pour le jeune écolier qui s’en retourne au collège ? Et surtout quoi de plus consolant pour le cœur maternel de sa tante gâteaux, le voyant une première fois partir pour Paris ! Elle avait toujours dit, la bonne tante, « qu’il ferait ses études dans la meilleure pension de l’arrondissement, mais pas plus loin, car elle craint les voitures et les chemins de fer lui font peur… » Cependant le neveu a grandi, les couronnes du collège de l’endroit tapissent, chaque année, les quatre murs de sa chambre, il aura tout à l’heure vingt ans, il lui faut faire son droit… Et la tante, pour le plus grand sujet de résignation, n’a que le prévoyant cabas… Elle s’y plonge avec ses confitures et son chocolat, peut s’en faut qu’elle n’y reste elle-même ! « Partout il aura mon souvenir, puisque partout il aura mon cabas », se dit-elle en voyant l’énorme diligence tourner la grand-place et disparaître ensuite.

19Ici je m’arrête. Je sens s’émouvoir la sensibilité du lecteur en sondant trop avant les secrets du cœur du cabas-consolation. Si je l’ouvrais indiscrètement, j’y trouverais peut-être le réservoir des larmes de la tante gâteaux, et ce tableau serait déplacé en ce jour, car à l’instant que j’écris ces mots (18 août 1845), tout Vaugirard est en émoi, et tout Mouvaux en douce Révolution, demain matin la cage va s’ouvrir et tous les oiseaux vont voler en vacances…

20Nous aussi, nous nous dirigions aussi vers nos parents, vers nos amis. Mais je n’ai point encore quitté le territoire de Frohsdorf, je suis passée des paquets au cabas, et le tout est encore dans la petite chambre où nous nous trouvions si à l’aise et si bien. On a tant de peine à s’arracher de cette terre devenue France en quelque sorte ! L’air que l’on y respire est si bon quand, perdu dans le bonheur de voir son Roi, on oublie qu’il n’est point à sa place ! Mais si l’on se rappelle l’injustice, l’ingratitude des Français, de certains Français du moins, cet air si pur devient étouffant ; il pèse, sur la poitrine oppressée, de tout le poids de la proscription ; j’allais dire aussi… et de la vengeance… Mais laissons la vengeance à Dieu, il est bien assez puissant pour confondre l’indigne oppresseur du royal orphelin, qu’il prenne garde qu’un jour on puisse dire de lui, quand il sera au faite de sa puissance usurpée :

  • 5 Ces paroles sont tirées d’Esther, tragédie de Jean Racine (1689), acte III, scène IX. On le voit, (...)

« J’ai vu l’ingrat adoré sur la terre,
Pareil au cèdre, il portait aux cieux
Son front audacieux.
Il semblait à son gré gouverner le tonnerre,
Foulant aux pieds ses ennemis vaincus.
Je n’ai fait que passer, il n’était plus5. »

21N’avons-nous pas appris, étant encore enfants, dans notre histoire Sainte, que Dieu laissa l’armée de son peuple se réduire à peu près à rien, afin qu’on pût bien reconnaître que la victoire venait du ciel ? Aujourd’hui aussi, il réserve à la France un libérateur car

« le bras du Tout-Puissant n’est pas raccourci,
et il ne châtiera pas toujours…
J’ai levé les yeux vers vous Seigneur,
et c’est pour cela que j’ai espéré. »

22Nous avions besoin de l’espoir qui vient d’en haut pour nous éloigner avec courage de cette retraite des augustes exilés… J’avais cru trouver le temps de retourner au château, remercier Mlle Émilie de son charmant envoi, mais l’heure des départs arrive toujours si vite, je n’eus pas une minute. Une lettre me remplaça, et nous partîmes, le cœur plein de reconnaissance et d’espoir.

Notes

1 Le principe d’une patience est de reconstruire un certain ordre à partir d’un placement désordonné, comme dans le solitaire. Les patiences connaissent un essor particulier au xixe siècle, avec la parution de nombreux ouvrages sur le sujet, dont celui de la marquise de Fortia en 1842.

2 Dans le livre que Sophie Johanet a rédigé sur sa mère en 1887, Vie de Madame Bayart (p. 111), elle raconte que la duchesse de Berry proposa à la famille Bayart de donner comme parrain au jeune frère de Sophie le duc de Bordeaux. Le baptême eut lieu au mois de mai 1826, aux Tuileries, dans la chapelle particulière de la duchesse de Berry. L’enfant reçut le même nom que son parrain : Henri-Charles-Ferdinand-Dieudonné. Ce fait est confirmé dans Henri de France, d’Henry de Pène (Paris, H. Oudin, 1884) dans la liste énumérant « Les filleuls de Henri de France » (p. 557) : « Bayart Charles-Ferdinand-Henri-Dieudonné. Né à Lille le 12 décembre 1825. Fils de M. Charles-Auguste Bayart, chevalier de la légion d’honneur, garde-magasin de tabacs en feuilles, et de Madame, née de Witte, nourrice de Mgr le duc de Bordeaux. Baptisé le 21 mai 1826 en la paroisse impériale de Saint-Germain-l’Auxerrois. Filleul de M. le comte de Chambord, alors duc de Bordeaux, et de Mme la duchesse de Berry. »

3 Citation de la satire de Nicolas Boileau (1636-1711) : « De Paris au Pérou, du Japon jusqu’à Rome – Le plus sot animal, à mon avis, c’est l’homme ». Ce poète et écrivain français a rédigé ses Satires entre 1666 et 1668.

4 Seringapatam (aujourd’hui Srirangapatna, ou Srirangapatnam) était la capitale du royaume de Mysore dans l’Inde du xviiie siècle (elle fut détruite en 1799 par les Anglais, ce qui signa la chute du royaume). Dans le contexte, on croit comprendre que Sophie pense à des toilettes de voyage.

5 Ces paroles sont tirées d’Esther, tragédie de Jean Racine (1689), acte III, scène IX. On le voit, Sophie connaît ses « classiques », déjà étiquetés comme tels à l’époque. Le début du xixe siècle avait presque porté une vénération à la littérature du Grand Siècle : voir à ce sujet Stéphane Zékian, L’invention des classiques. Le « Siècle de Louis XIV » existe-t-il ?, Paris, CNRS Éditions, 2012.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540