Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

Suite du Chapitre XXIV. Neustadt — Réception et séjour à Frohsdorf1

Sophie Johanet

Texte intégral

  • 1 Le premier cahier manuscrit s’arrête à la page 157. Ce chapitre est le début du deuxième cahier.

1Grâce à notre épicier complaisant, nous avons toujours retrouvé de suite notre chemin dans la ville. Le jour de notre arrivée, il eut l’attention de nous envoyer par un de ses petits garçons de magasin, cette question dont voici l’autographe en personne :

2J’acceptai l’offre avec reconnaissance, et après une demi-heure de marche, j’arrivai dans une espèce de bosquet très agréable, où s’élève une petite maison fort proprette dans laquelle deux tonneaux un peu allongés qu’on appelle baignoires composent l’ameublement de l’

Établissement de bains,
Eau chaude et eau froide,
Au choix des visiteurs.
Les premiers chauffés en une heure et demie,
les seconds en 25 minutes.

3Le tout affiché en grosses lettres sur la porte extérieure. Je ne sais si les Allemands connaissent comme les Vénitiens la furia francese (vivacité française), toujours est-il que par exception je fus servie en quarante-cinq minutes. Me plier en quatre, comme un mouchoir de poche, fut le premier soin à prendre pour entrer dans ce petit baquet. Ô mer du Lido, où nous faisions des valses, des contredanses et des promenades, où es-tu ? Enfin, il faut prendre patience quand on ne peut faire autrement, et lorsque j’eus les membres juste assez dégourdis pour pouvoir m’en retourner, je partis et allai droit, sans autre guide que ma mémoire, retrouver notre hôtel et nos paquets que je déballai en attendant le dîner. À sept heures, nous étions servis sous un berceau de verdure, éclairés par des bougies posées dans des globes de cristal ; nous nous pensions à Venise au jardin del vapore, la nuit de la fête du Rédempteur.

4Une petite promenade nous prépara une bonne nuit, et le lendemain à six heures, Auguste partit pour Frohsdorf. Pendant ce temps, c’était un dimanche, je me mis en devoir d’aller à la messe, et me rendis pour les indications chez notre marchand de café et d’allumettes. Son fils seul était là, il ne parlait qu’italien. « Bene, bene » fis-je avec un signe de tête exprimant l’approbation, comme si je n’avais jamais parlé d’autre langue. Précisément les mots chiesa, messa, et ora (messe, église et heure) étaient ceux que je savais en plus pur italien, je compris donc parfaitement qu’à l’église de la piazza, j’aurais una piccola mesa à las otto, e una grande mesa à las dieci.

5Je partis bien vite en l’inondant de gratias, gratias de peur de devoir en dire plus long.

  • 2 Il s’agit de la duchesse d’Angoulême, qui fut effectivement « reine » de 1836 à 1844, pour ceux qu (...)
  • 3 Mademoiselle n’est autre que la grande sœur du comte de Chambord, Louise d’Artois (21 septembre 18 (...)
  • 4 La duchesse d’Angoulême a effectivement rempli le rôle de mère auprès des deux enfants royaux, apr (...)

6Je trouvai parfaitement ce que je cherchais, et à onze heures, quand Auguste rentra, je l’attendais à l’hôtel. Il me dit la gracieuse réception qu’il avait reçu à Frohsdorf, et m’annonça un nouveau déménagement. Nous allions nous installer dans un petit pavillon dépendant du château, afin d’être plus près de la famille royale qui, elle-même, avait eu la bonté d’en exprimer le désir, et de nous inviter à dîner pour ce jour-là. Le réemballage fut bientôt opéré et nous arrivâmes chez la Reine2 à quatre heures et demie, comme elle nous l’avait dit. L’auguste fille de Marie-Antoinette sembla oublier toutes ses douleurs pour ne songer qu’à être agréable à ses visiteurs. Longtemps absorbée dans les chagrins intimes auxquels son âme était en proie, elle s’est soudain redressée contre l’infortune qu’elle a dominée de toute la puissance de sa sainte résignation, et aussi de l’invincible énergie de son affection pour M. le Comte de Chambord et pour Mademoiselle3. Jamais tendresse maternelle n’a été plus loin en dévouement et en perpétuelle vigilance4. Marie-Thérèse est aux petits soins pour prévoir et satisfaire les désirs des anges consolateurs de sa vieillesse qui semblait puiser une nouvelle force dans cette sublime abnégation. Impossible de bien rendre la manière si gracieuse, je dirai même si affectueuse avec laquelle la Reine nous reçut. À plusieurs reprises, elle nous remercia avec larmes, de notre démarche à Goritz au tombeau de Louis-Antoine de France, nous disant qu’elle avait inscrit nos noms en tête du livre d’or contenant la liste de ces fidèles courtisans du malheur. Elle nous exprima aussi sa reconnaissance pour notre dévouement à son cher neveu vers lequel se reportent toutes nos pensées d’avenir.

  • 5 « La duchesse d’Angoulême aimait la simplicité : pas plus de luxe dans ses salons que dans sa mise (...)
  • 6 Elle était effectivement connue pour ses œuvres charitables. Toutes ses tapisseries et ses broderi (...)

7Nous avons été frappés de la colossale simplicité de l’appartement de la Reine5. Elle-même voulut nous montrer le bénitier que nous lui avions apporté, et qui est certes, le plus beau de tous les meubles de sa chambre, elle nous dit le plaisir que lui avait fait cet envoi, et nous chargea de l’exprimer à ses auteurs, Jeanne et Émile Thomas. En voyant ces murs si simples, j’allais presque dire si nus, ornés seulement de quelques tableaux de famille, on admire bien plus encore la générosité de l’illustre exilée qui ne se contente pas de donner aux pauvres le superflu d’un luxe qui ne se refuse rien. Aussi, depuis deux mois à peine que l’auguste fille de Louis XVI est installée à Frohsdorf, ce pays reconnaissant bénit les habitudes bienfaisantes qui, de Paris, de Saint-Cloud, de Villeneuve l’Étang, étaient venues tour à tour à Lullworth, à Holyrood, à Goritz… Sur la pierre d’une tombe chérie, cette bienfaisance s’est fortifiée encore et s’est imposée une double mission. Déjà les pauvres de la paroisse de Lanzenkirchen et de Neustadt ne cessent de vénérer la main répandant tant d’aumônes. Je ne parle pas de ceux de Frohsdorf, de cette terre seigneuriale où la charité règne en souveraine et ne permet à qui que ce soit d’être le sujet de la misère6.

8De chez S.M. nous passâmes chez Mademoiselle. On m’avait bien dit qu’elle était belle, qu’elle était gracieuse, bonne, aimable, mais on ne pouvait donner une idée d’une telle perfection ! Pendant le dîner, j’étais à côté d’Elle. S.A.R. me parla beaucoup de la France pour qui elle partage la passion de son auguste frère. Elle se rappela aussi ma mère et toute ma famille pour lesquelles elle daigna me dire les choses les plus gracieuses.

  • 7 Édouard de Monti de Rezé (1808-1877) était issu de la noblesse du pays nantais. Après avoir été im (...)

9Avant le dîner, Monseigneur nous reçut et nous montra aussi la plus affectueuse bienveillance, soutenue de la part de la royale famille, tout le reste de la soirée qui se passa des plus agréablement, et pendant tout notre séjour à Frohsdorf. Le soir j’étais près de la Reine qui causa beaucoup avec moi. Elle revint plusieurs fois sur le plaisir que nous lui avions fait d’aller à Goritz, me demanda beaucoup de détails de la cérémonie, me dit la satisfaction qu’elle avait éprouvée bien souvent à lire les articles d’Auguste dans La France. Il raconta ensuite diverses choses qui excitèrent le plus vif intérêt, ce qui me rendait doublement heureuse et de l’entendre et de voir que ses récits distrayaient si agréablement les nobles exilés. À la fin de la soirée, Monseigneur chanta avec M. de Monti7. Combien sa belle voix prenait un touchant essor dans ce refrain du matelot se réjouissant de voir la terre de France, de remettre le pied sur le sol de la patrie !

10À neuf heures, on se retira. La Reine nous prévint qu’elle ne nous recevrait pas le lendemain devant passer la journée avec Mademoiselle à Baden chez l’archiduc Charles, et Monseigneur chez l’Empereur, à Schoenbrunn. S.M. nous engagea néanmoins à venir au château, nous recommandant de nous promener, d’aller, de venir dans le parc, comme si nous étions chez nous, ajouta-t-elle.

11Le lendemain matin, il nous fallut subir un petit veuvage, je m’y résignai, et afin de moins m’ennuyer j’écrivis une masse de lettres. Auguste était allé à Vienne chercher celles qui nous attendaient à la poste. Pendant son absence, j’allai au château, voir Mademoiselle Émilie et Mme de Sainte-Preuve, qui me parlèrent de ma bonne mère avec admiration.

12Ô salutaire invention des chemins de fer, soyez mille fois bénis d’abréger comme vous le faites, les distances et les absences ! Parti à neuf heures du matin, Auguste rentra de Vienne à quatre de l’après-midi, ayant fait par conséquent trente bonnes lieues d’Allemagne, et nous rapportant quantité de lettres qui nous firent grand plaisir en nous asseyant au foyer de famille. Cependant il en manquait d’Orléans pour que notre satisfaction fût complète, puis la santé d’Augustine était toujours bien mauvaise et nous faisait presque craindre de ne plus la revoir…

  • 8 M. Bougon était le médecin de la famille royale. La comtesse Caroline de Choiseul (sans le « i ») (...)

13Le lendemain, mardi, par un temps délicieux, nous nous enfonçâmes dans le bois, jusqu’à la maison du garde d’où l’on découvre un ravissant point de vue. En revenant, nous allâmes faire visite à M. Bougon, l’abbé Jacquart ; à Mmes de Lévis, de Nicolaï, de Gain, de Choiseuil8. Toutes furent on ne peut plus gracieuses. Celle-ci nous accompagna pendant une longue promenade dans le parc et m’offrit son appartement qu’elle me pria de regarder comme le mien, afin d’être un peu mieux logée que dans notre petite chambre.

14J’acceptai volontiers, bien que nous fussions loin de nous plaindre de ce petit logement tout extraordinaire : ses lits presque aussi courts que les baignoires de Neustadt, composent, avec deux bouts de table, deux bancs en bois blanc, quelques chaises et une petite glace, tout notre ameublement. J’oubliais un porte-manteau recouvert d’une nappe jadis blanche, où toutes mes robes de corbeilles devaient se résigner à être pendues. Puis ces tableaux représentant chacun un vaisseau, ornant nos quatre murs de huit lithographies exactement pareilles, placées dans des cadres uniformes. Chaque visiteur apparemment les examine dans sa langue, et le propriétaire de l’auberge aura cru qu’il en fallait une pour chaque idiome, c’est une attention délicate dont nous ne pouvons que lui savoir gré.

  • 9 Le comte de Montbel (1787-1861) fut député de la Haute-Garonne en 1827 et vota avec le ministère V (...)
  • 10 Concernant les différentes actions de la mère de Sophie Johanet, voir supra p. 12 et notre comment (...)

15Féder est loin, comme on le voit, mais qu’est-ce que tout cela, comparé au voisinage de la famille royale ? Aussi estimions-nous cent fois plus agréable cette petite chambre où nos malles tiennent à peine debout, et où l’on arrive, se tenant de côté par un extrait d’escalier, que les magnifiques salons de Turin auxquels cependant nous rendons assez souvent l’hommage d’un reconnaissant souvenir. C’est dans ce modeste appartement que nous avons reçu la visite de tous les habitants du château. M. de Montbel9 est venu plusieurs fois, toujours pendant l’absence d’Auguste ; et pour le remplacer, j’ai causé de haute politique, tout comme si j’étais moi-même un ancien ministre. Il me parla beaucoup de ma mère et dit plusieurs fois qu’il faudrait en France beaucoup de personnes ayant son énergie et l’activité de son dévouement10.

16Nous passâmes la soirée chez la Reine, où étaient aussi le duc et le prince de Lucques. Après leur départ, on fit de la musique : M. de Monti très enrhumé ne put chanter, Mme de Choiseul le remplaça. Elle le fait avec beaucoup de bonne grâce, malgré la petite cadence du commencement, comme le dit Monseigneur, c’est-à-dire trois ou quatre mesures toutes tremblantes pour se mettre en train. En attendant que les bougies fussent sur le piano, je jouai quelques airs pour répondre au bienveillant désir de la Reine. « On ne verra pas si je fais des bêtises », disais-je ; je ne réfléchissais pas qu’on pouvait très bien, et mieux encore peut-être, les entendre sans lumières.

17Le mercredi se passa encore à faire et à recevoir des visiteS.M. le duc et Mme la duchesse de Lévis arrivèrent à la fois avec Mme la marquise de Nicolaï et Mlle Jeanne sa fille. Une personne de plus aurait eu peine à tenir dans notre salon de réception, ou du moins à y tenir sur une chaise, à moins d’en faire demander au château.

  • 11 Voir la note 167, p. 265.

18À onze heures la Reine nous avait donné rendez-vous pour signer notre contrat de mariage, et l’auguste nom de Marie-Thérèse fut placé auprès de celui d’Henri de France et de Marie-Caroline, royale trinité que vint bientôt compléter celui de S.A.R. Mademoiselle. Elle nous retint chez elle, causant affectueusement et s’enquérant beaucoup des moyens de me donner quelque distraction dans le temps que je ne passais pas au château. S.A.R. voulut que j’acceptasse son journal, le Musée des familles11, qu’elle venait de recevoir, et avant même de l’avoir lu.

  • 12 L’abbé Trébuquet était en charge de l’enseignement de la philosophie et de l’histoire ancienne aup (...)
  • 13 M. Moricet était le secrétaire et l’intendant de la maison royale. C’était un ancien volontaire de (...)

19Nous allions sortir pour faire une longue promenade, lorsqu’arrivèrent l’abbé Jacquart, l’abbé Trébuquet12, puis M. Moricet13. Ils nous préservèrent de la terrible pluie d’orage qui tomba un instant après. C’étaient de tels torrents, qu’ils auraient pu nous entraîner et nous priver ainsi d’assister à la royale soirée qui fut des plus intéressantes. Quand nous arrivâmes, M. de Montbel faisait la lecture, que notre arrivée interrompit un instant. La Reine eut la bonté de témoigner beaucoup de regrets de nous voir traverser l’avenue par un aussi mauvais temps, me recommanda les précautions, et me mit en garde contre l’humidité pernicieuse de Frohsdorf. De sa part comme de celle de Mademoiselle, c’était toujours mêmes attentions, même bienveillance.

  • 14 Joseph Turquan, dans son Madame duchesse d’Angoulême (1778-1851), nous dit que « pour se distraire (...)
  • 15 Lucia di Lammermoor est un opéra romantique de Gaetano Donizetti, d’après le roman La fiancée de L (...)
  • 16 Cecilia, ou Mémoires d’une héritière est un roman de Fanny Burney, publié en 1782.

20Monseigneur rentra de la promenade : la conversation s’établit un instant, puis il passa dans la salle de billard où il fit quelques parties avec tous ces messieurs. La lecture était entrecoupée de causeries où l’esprit si naturel et si distingué de Mademoiselle se fait toujours remarquer. On parla des nouveaux romans14. Celui que S.A.R. préfère est Lucie de Lammermoor15 et un autre, Cécilia16, dont elle aime beaucoup la morale qui est ceci : « Celui qui ne craint pas les petites fautes, tombera bientôt dans de plus grandes. » Cécilia a commencé par faire à son mari un tout petit mensonge, trop petit même pour qu’elle osât avouer une si imperceptible faiblesse. Elle le couvrit par un second un peu plus fort. Celui-ci ne dissimula pas tellement le premier qu’il ne dût lui-même être couvert par un autre. Pour cacher ces trois-là, il en fallut un quatrième qui en valut autant à lui tout seul, et ainsi de suite, jusqu’à ce que Cécilia en fût venue à ce que sa vie ne fut plus qu’un mensonge perpétuel. Elle aimait pourtant beaucoup son mari, son mari l’aimait beaucoup, l’affection se perdit avec la confiance, le ménage ne tarda pas à devenir un enfer, de paradis qu’il était. Une de ces dames ajouta que cela lui faisait plus que jamais aimer sa maxime : « Qu’on doit avoir une maison diaphane, afin que tout le monde puisse voir ce qui s’y passe, et qu’il ne faut avoir rien de caché, car dès qu’on le cache, c’est toujours mal. » Ce principe, qu’on trouverait un peu sévère s’il n’admettait d’exception, je le trouvai très juste dans ce moment, ayant pour témoin le soin que je prenais à cacher avec mon éventail et la dentelle de mon mouchoir, l’absence de mon pouce droit (le pouce de mon gant, s’entend) perdu dans le vestibule, par un mouvement un peu violent de la trop vivacité francesé, aurait dit un Italien, laquelle se trouvant en retard de cinq minutes, avait fait cette amputation d’un seul trait.

21Quand Monseigneur rentra, le feuilleton s’arrêtait juste où il en était resté. On continua. Au premier coup de neuf heures, ces dames, prenant exemple sur la Reine, serrèrent leurs tapisseries dans leurs jolis sacs à ouvrages.

22Le Jeudi, j’assistai à la messe au château. Toute la famille royale y est tous les jours. La Reine ne manque jamais d’entendre celle de six heures, et la seconde, à neuf heures et demie. Elle se promène ensuite longtemps à pied, dans les allées du parc. S.M. lit en faisant cet exercice afin, dit-elle, de mieux utiliser son temps. Elle passe seule une grande partie de ses journées. Les souvenirs de ses douleurs ne sont-ils pas assez nombreux pour qu’elle ait toujours à s’en occuper ? Sa sainte résignation lui renouvelle à chaque instant le mérite des sacrifices si héroïquement supportés.

  • 17 Le comte de Chambord eut en effet un accident de cheval le 28 juillet 1841, lors d’un séjour au ch (...)

23Ce jour-là, Madame de Choiseuil, dame d’honneur de la Reine, et Mme de Gain, dame d’honneur de Mademoiselle, vinrent me faire visite. Un instant après, arriva le bon docteur Bougon avec sa fille ; il nous fit, pendant plusieurs heures, les récits les plus intéressants sur l’accident de Monseigneur17. Le courage qu’il a montré a été vraiment surhumain. M. de Ste Preuve est venu nous voir seul, sa femme étant un peu malade. Nous avons été, dans l’après-midi, passer une demi-heure chez elle, où je me suis beaucoup amusée à toucher son excellent piano, meilleur que bien des orgues de ma connaissance.

24À six heures moins dix minutes, nous rentrions du château, nous étant trompés d’une heure, ce qui nous fit joliment nous bousculer pour arriver à six heures chez la Reine où nous dinions. Robes, fleurs, dentelles, coiffure, bracelets (moins nombreux il est vrai que ceux de la comtesse de V***) furent jetés à la fois sur moi par mon cher Auguste qui avait été maintes fois femme de chambre très habile, ce jour-là il fut en même temps très habile femme de chambre, car à l’heure dite nous faisions nos révérences en entrant dans le salon de la Reine. Cette bonne Princesse s’inquiétait toujours de nous voir arriver par du si mauvais temps. Nous eûmes peu de chance sous ce rapport : pendant tout notre séjour à Frohsdorf, il y eut plus ou moins de pluie, ce qui nous empêcha de faire de longues promenades. Quand nous étions au château, nous ne nous apercevions nullement que le temps fut sombre : le beau visage de Monseigneur, celui de Mademoiselle, si bien éclairé du même rayon, répandent autour d’eux lumière et bonheur. Et cependant ce n’est point de l’éclat d’une joie sans nuage qu’ils brillent, l’éloignement de leur chère patrie, de leur France bien aimée y est un obstacle que le cœur de l’exilé peut seul bien sentir. C’est donc la douce espérance qui confond leurs deux belles têtes dans une même auréole de prédestination ! Elle ceint si bien leur front pur, leurs fronts si innocents d’un passé dont ils sont punis ! Quel mal ont-ils donc fait pour être ainsi proscrits ? Ils ont formé des vœux pour le bonheur de cette France qui méconnut leur amour, ils ont demandé pardon à Dieu pour ses persécuteurs… Et s’ils se bornaient à des vœux ! Mais il n’est point de bonne œuvre dont les augustes exilés ne veuillent faire partie, point de misère avec laquelle ils ne prétendent partager les ressources de leur infortune. Ah ! si les Français les connaissaient, répétons-nous toujours, ils viendraient comme un seul homme se jeter aux pieds de leur Roi !

25Peut-être nous traitera-t-on d’enthousiastes et de fanatiques… Qu’ils viennent ceux qui en doutent, et quand ils auront vu, quand ils auront examiné et compris la noble attitude de Henri de France, oh ! alors ils croiront, et ils nous reprocheront de n’en avoir pas dit davantage ; ils seront enthousiastes et fanatiques comme nous.

26La soirée du Jeudi se passa encore fort agréablement. Je causai beaucoup avec la Reine ; puis avec Mademoiselle nous avons entamé le chapitre broderie qui parut l’intéresser beaucoup. Je lui fis l’analyse de divers de mes ouvrages, et je saisis l’occasion de lui parler du mouchoir offert à Madame par mon amie Marie-Anne Carville. Je m’en réjouis d’autant plus que cela parut intéresser vivement S.A.R. Je me rappelai l’acrostiche, brodé dans un écusson de Sicile soutenu par des branches d’Acanthe pour signifier la protection que Madame a toujours donnée aux arts, et surmonté de lierre. Chaque lettre du nom est formée par une fleur allégorique signifiant le vers tout entier.

Ces fleurs ont une voix. Écoutez : Espérances
À l’héroïque mère, honneur à ses exploits !
Rends la France au bonheur, aux arts, à l’abondance
Ô toi dont elle aima les gracieuses lois
L’heure enfin va sonner ! Pour notre délivrance
Il va fleurir ce lys qu’arrose ta souffrance
Non, nous n’oublions pas ta magnanime voix
Et nous rendrons ton fils au trône de nos Rois.
(Ce mouchoir a été fait, et porté à Madame par une mère, en 1841.)

Notes

1 Le premier cahier manuscrit s’arrête à la page 157. Ce chapitre est le début du deuxième cahier.

2 Il s’agit de la duchesse d’Angoulême, qui fut effectivement « reine » de 1836 à 1844, pour ceux qui acceptèrent le titre de roi et le nom de Louis XIX pris par le duc d’Angoulême. Dans le contexte du voyage de Sophie Johanet, ce titre montre surtout le grand respect que celle-ci portait à la survivante de la Révolution.

3 Mademoiselle n’est autre que la grande sœur du comte de Chambord, Louise d’Artois (21 septembre 1819 - 1er février 1864).

4 La duchesse d’Angoulême a effectivement rempli le rôle de mère auprès des deux enfants royaux, après qu’on eût écarté de la duchesse de Berry de l’éducation des enfants, en 1832. Il semble qu’elle y ait montré ferveur et dévouement.

5 « La duchesse d’Angoulême aimait la simplicité : pas plus de luxe dans ses salons que dans sa mise, mais pas plus d’élégance non plus », écrivait déjà Joseph Turquan, Madame duchesse d’Angoulême (1778-1851), Paris, Émile-Paul, 1909 (3e éd.), p. 306. Pour une mise au point plus récente, voir Hélène Becquet, Marie-Thérèse de France, l’orpheline du Temple, op. cit.

6 Elle était effectivement connue pour ses œuvres charitables. Toutes ses tapisseries et ses broderies étaient écoulées en France, par l’intermédiaire de quelques fidèles, dans des tombolas et des ventes de bienfaisance auxquelles les légitimistes participaient largement, et le produit allait à des secours destinés aux pauvres et aux orphelins.

7 Édouard de Monti de Rezé (1808-1877) était issu de la noblesse du pays nantais. Après avoir été impliqué dans le soulèvement vendéen de 1832, où il était l’aide de camp du baron de Charette, il fut obligé de s’exiler sept années durant, où il servit comme écuyer de la duchesse de Berry. En 1841, il négocia pour Chambord avec l’historien Crétineau Joly pour obtenir qu’il édulcore certains passages de son Histoire de la Vendée militaire relatifs au rôle de la duchesse de Berry et à celui de Charette. Il avait déjà rencontré plusieurs fois le prince alors qu’il était au service de sa mère (en 1838 à Kirchberg, puis à Venise en février 1841, à Vienne en novembre 1841 après l’accident de cheval). En 1845, alors qu’il était devenu l’un des principaux porte-parole des légitimistes de l’Ouest auprès de la famille royale, le comte de Chambord demanda à sa mère qu’il lui soit attaché : Monti de Rezé le rejoignit alors comme gentilhomme de service – l’équivalent de secrétaire particulier et de grand-chambellan, une charge honorifique mais harassante, qui l’accapare toute la journée (et l’oblige à accompagner le prince en voyage). C’est un fidèle d’entre les fidèles, qui parle lui-même dans ses papiers privés du « rude métier […] de royaliste » tel qu’il l’a choisi, faisant le sacrifice de sa vie familiale et personnelle. En 1851, il épousera une Favernay, qui le rejoindra à Frohsdorf, et qui deviendra une intime de la comtesse de Chambord. Voir à son sujet Gilberte Larignon et Héliette Proust, Édouard de Monti de Rezé, l’inébranlable certitude. Le mouvement légitimiste dans l’Ouest, Laval, Siloë, 1992.

8 M. Bougon était le médecin de la famille royale. La comtesse Caroline de Choiseul (sans le « i ») était une dame de l’ordre de la Croix des États d’Autriche, ce qui la dispensait du mariage, sans la contraindre à se retirer du monde. Elle devint après 1846 l’une des deux dames d’honneur de la comtesse de Chambord, après avoir été celle de la duchesse d’Angoulême. Tous les autres font partie des résidents permanents du château de Frohsdorf : l’abbé Jacquart est l’un des deux chapelains, Madame de Gain est une dame d’honneur attachée à Louise d’Artois, la sœur de Chambord. La marquise de Nicolay, Adèle, n’est autre que la sœur du duc de Lévis, et elle sert également comme dame d’honneur de Louise d’Artois, auprès de laquelle elle a remplacé la duchesse de Gontaux.

9 Le comte de Montbel (1787-1861) fut député de la Haute-Garonne en 1827 et vota avec le ministère Villèle. Il fut ministre de l’Instruction publique et des Cultes dans le cabinet Polignac, puis il remplaça La Bourdonnaye à l’Intérieur en novembre 1829, et fut nommé ministre des Finances à la place de Chabrol en mai 1830. Il contresigna les ordonnances de juillet, s’opposa à toute transaction avec les insurgés, suivit Charles X à Rambouillet, et réussit à se réfugier en Autriche. La Chambre des Pairs le condamna par contumace à la détention perpétuelle, mais l’amnistie de 1838 lui permit de rentrer en France. En fait, Montbel arriva en mai 1836 auprès du prétendant avec pour mission de lui enseigner l’économie politique : c’était au cours de la deuxième période de gouvernorat du marquis de Bouillé (déjà venu en 1834 après le départ du comte de Damas), le prédécesseur du marquis de Cossé-Brissac (1837) et du duc de Lévis (arrivé en 1838). Il ne devait plus guère quitter le prince, et il mourut d’ailleurs à Frohsdorf en 1861. Montbel est l’auteur de deux témoignages importants : Dernière époque de l’histoire de Charles X en 1836, et Le comte de Marnes, fils aîné du roi de France Charles X, en 1844. Son petit-fils publia en 1913 ses Souvenirs, qui sont un document très précieux sur l’histoire de la Restauration.

10 Concernant les différentes actions de la mère de Sophie Johanet, voir supra p. 12 et notre commentaire, infra, p. 213 et p. 218.

11 Voir la note 167, p. 265.

12 L’abbé Trébuquet était en charge de l’enseignement de la philosophie et de l’histoire ancienne auprès du comte de Chambord en 1838. Il devint ensuite un des deux chapelains du comte, l’accompagnant durant ses hivers à Venise.

13 M. Moricet était le secrétaire et l’intendant de la maison royale. C’était un ancien volontaire de la dernière guerre de Vendée qui, avant de quitter la France, avait fait jurer à sa fiancée de l’attendre jusqu’au jour où la Restauration s’accomplirait. Il mourut célibataire à l’âge de quatre-vingt-dix ans.

14 Joseph Turquan, dans son Madame duchesse d’Angoulême (1778-1851), nous dit que « pour se distraire [lors de son séjour à Goritz, donc à partir de 1836], elle s’était, depuis quelque temps, prise d’un grand goût pour la lecture et lisait ou se faisait lire tous les romans nouveaux » (op. cit., p. 421). Peut-être a-t-elle transmis ce goût à Mademoiselle, Louise d’Artois.

15 Lucia di Lammermoor est un opéra romantique de Gaetano Donizetti, d’après le roman La fiancée de Lammermoor de Walter Scott, au dénouement sombre et violent. La version française parut en 1839.

16 Cecilia, ou Mémoires d’une héritière est un roman de Fanny Burney, publié en 1782.

17 Le comte de Chambord eut en effet un accident de cheval le 28 juillet 1841, lors d’un séjour au château de Kirchberg, acheté en 1836. Sa monture s’emporta, se cabra et se renversa sur lui, lui cassant le col du fémur. Il ne put remarcher sans canne qu’en juillet 1842, et malgré la promesse des médecins, il resta atteint d’une légère claudication. Cet accident marqua d’autant plus les esprits de ses fidèles qu’un an plus tard, en juillet 1842, Ferdinand-Philippe, duc d’Orléans, le fils aîné de Louis-Philippe 1er, héritier du trône, fut tué dans un accident causé par l’emballement des chevaux de sa calèche. Voir Jean-Paul Bled, Les lys en exil, op. cit., p. 121-124.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540