Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XXIV. Neustadt. — Mme de V*** s’y perdant. — Frohsdorf !

Sophie Johanet

Texte intégral

  • 1 Il s’agit de Wiener-Neustadt, une ville autrichienne à 70 km de Vienne, et 10 km de Frohsdorf. Cet (...)

1Une heure après avoir descendu le Semmering, le convoi du chemin de fer de Vienne nous mit à la station de Neustadt1. Prononcez donc avec moi le nom de ce lieu d’arrêt, et les efforts que vous devrez faire pour y parvenir vous [feront] craindre de nous voir ici, enfoncés dans l’allemand presque par-dessus la tête. Vous ne vous serez point trompés. Voyez-nous d’abord, nous démenant avec un facteur et sa brouette, pour lui faire comprendre de mener nos bagages à un hôtel où l’on parle franchese. Rien, la brouette ni l’homme ne nous comprennent, et, l’un par l’autre menés ils nous conduisent à l’hôtel du Cerf d’or.

2Un garçon, deux garçons, six garçons servants, arrivent successivement à la suite de leur maître, pas un ne nous entend. Le dernier venu moins inintelligent quoique toujours aussi inintelligible, finit par nous faire signe qui voulait dire : « attendez ». Nous attendons. Une demi-heure après, il revient, flanqué de l’épicier du coin, vrai type d’interprète, pouvant renfermer dans son ample redingote, toutes les langues qui couvrent la surface du globe. Afin d’être plus sûr de lui, il s’était mis en devoir, avant d’arriver, de repasser quelques questions de vocabulaire pour nous les adresser, et il parvint à nous demander une chambre et un dîner quelconque. Nous y voilà colloqués, c’est fort bien, mais le Cerf d’or est loin d’être un Féder ! Il nous manquait une foule de choses, et notre habile truchement était retourné vendre ses chandelles ! Nous essayâmes de nous expliquer nous-même, il fallut tantôt y renoncer… Pour une table à écrire, ils nous apportèrent un vase dont on ne se sert pas le jour ; pour une glace, une table de nuit ; un oreiller était pour eux synonyme de tire-bottes, une sonnette, d’éteignoir… Nous trépignions, nous nous impatientions, mais la flegmatique allemande faisant notre service avait vu, depuis un mois, bien d’autres trépignements, bien d’autres impatiences, aussi n’en cherchait-elle pas davantage à ouvrir son esprit à la comprenaison. « Ce serait me lasser en vain, pensait-elle, puisque la dame partie il y a trois jours n’a jamais pu m’apprendre un mot ». On comprend qu’elle pensait cela en allemand.

3Cette dame n’était autre que la Comtesse de V*** qui était venue ici donner un vaste champ au jeu de ses nerfs. L’épicier nous raconta qu’elle allait invoquer son assistance au moins cent fois par jour, après avoir fatigué M. de V*** à l’envoyer, avec une phrase française à la fois de peur de confusion, demander une réponse. Trois fois elle se perdit dans Neustadt, aussi résolut-elle de ne pas séjourner longtemps dans une ville qui deviendrait son tombeau, la plaçant dans la cruelle alternative de ne pouvoir se trouver mal en allemand, et de n’être pas comprise si elle se trouvait mal en français… quelle position ! Après quelques visites à Frohsdorf, elle partit pour Vienne. À Venise, la chaleur l’empêchait de rien visiter, et elle était restée presque continuellement étendue sur une chaise longue, près de laquelle il avait fallu que M. de V*** eût aussi trop chaud, et s’allongeât sur une seconde qu’elle avait fait dresser exprès. La capitale de l’Empire autrichien réclamait un autre régime, suivant le besoin des nerfs de la Comtesse. Là sa santé demandait un grand exercice, et du matin au soir, son mari, haletant, exténué, était forcé de la suivre, toujours à pieds, traversant la foule, bousculant les passants, et visitant en un même jour les extrémités les plus reculées de la ville. Un soir même, par une pluie battante, elle courut de la même façon voir un feu d’artifice !

4Enfin, quand il n’y eut plus dans Vienne un pavé sur lequel la comtesse n’ait passé quatre fois, elle partit pour le Vieux-Chêne, où des ordres partirent quinze jours d’avance afin que tout fût prêt pour que chacun de ses nerfs pût rester à sa place. À notre arrivée à Neustadt nous trouvâmes une lettre nous annonçant qu’ils partaient le 4 Août, jour où nous avions quitté Venise, nous ne pûmes donc les revoir.

Notes

1 Il s’agit de Wiener-Neustadt, une ville autrichienne à 70 km de Vienne, et 10 km de Frohsdorf. Cette station de chemin fer tout proche de la résidence royale facilita le déplacement des Français désireux de rendre hommage à la famille exilée.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540