Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XXIII. Départ de Trieste. — Laybach. — Gratz. — Le Sémering. — Allusions

Sophie Johanet

Texte intégral

  • 1 Allusion bien sûr à saint Paul et à la théologie chrétienne du mariage, mais qui n’est pas dénuée (...)

1C’est le jeudi 7 Août que nous avons quitté Trieste sans y laisser de regrets. La terre ferme alors, sachant que nous partions pour la France, nos cœurs battaient de joie en pensant à la revoir… Ah ! nous disions-nous, « au milieu de toutes ces beautés, de toutes ces merveilles des pays étrangers, la voix surtout d’une patrie intime et bien aimée se fait entendre, c’est celle de la famille… ». Après de longs jours d’absence on sent le besoin de retrouver la conversation attachante d’un cercle d’amis, l’expression de sentiments affectueux, et des relations de famille. On a besoin enfin de sentir encore qu’on est aimé ; c’est du moins ce que nous éprouvions, car si nouveau et si bon que soit notre ménage, nous ne nous tenons pas pour contents de notre seule affection réciproque. Nous borner à nous aimer l’un l’autre serait à nos yeux de l’égoïsme, nous ne ferions tous deux que nous aimer nous-mêmes, puisque, on le sait, les deux ne sont qu’un seul1.

2Si nous n’avions jamais pensé qu’à la France, au désir de revoir nos chers parents, le temps nous eût semblé bien long, en serpentant jusqu’à sept fois autour de la grande montagne qui appuie Trieste, nous avons voulu le faire paraître plus court en l’utilisant. Auguste improvisa une petite comédie pour nos théâtres de campagne, et j’écrivais sous sa dictée, tout en grognant souvent du titre qu’il lui donnait : le ménage renversé. Il me consola en me disant : « Ma chère amie, les extrémités se touchent et les contrastes s’allient à merveille. Notre ménage renversé sera la comédie, le ménage qui ne l’est jamais sera notre réalité. » Je fus de son avis et approuvai surtout la morale de sa fable, qui est de montrer les ravages que peut faire dans une maison, chez la femme surtout, la lecture de ces feuilletons infernaux qui pullulent aujourd’hui.

3Dans les entr’actes, nous avions le temps d’admirer la fertile et même riche uniformité des coteaux, agréablement coupée par des villas et des châteaux magnifiques.

4Nous étions déjà loin, et à chaque instant de grosses montagnes venaient se ranger entre Trieste et nous…

  • 2 « Veau » en italien.

5De monts en monts nous arrivâmes vers midi à Adelsberg, pour y déjeuner. Le service ne se fait pas comme en France, où la table est servie quand on arrive. Ici, quand il eut été bien prouvé que la malle-poste était arrivée, quand on eut compté dans ses divers caissons six voyageurs dont trois chiens (par parenthèse des chiens si remarquablement beaux qu’Auguste m’autorisa à en emporter un dans mon cabas pour la chasse de Gelou) ; alors on appréhenda au corps un jeune et innocent veau de huit jours, on le plongea dans la marmite, et au bout d’un quart d’heure, on apporta le potage, si frais, c’est à la lettre, que le malheureux vitello2 vivait encore…

6À Laybach, un hôtel magnifique et une table bien servie donneraient le moyen de faire un bon dîner, si on ne nous étouffait préalablement d’une indigestion d’allemand où le moindre mot français ne trouve pas à se loger. J’en étais suffoquée, je voulus prendre l’air, et allai jusqu’à une église dont le charmant clocher me fit présumer qu’elle était jolie. Quand j’eus fait quelques pas : « Il faut au moins, me dis-je, m’assurer de la rue. » Je me retourne et vois à l’endroit ordinaire de l’indication une collection de k, d’s, d’l, de g et de b, qu’il me fut impossible non seulement de prononcer, mais de diviser d’abord. Je pris mon crayon et tâchai de copier comme on copie les traits d’un dessin, quelque baroques qu’ils soient, j’en tirai ceci :

7Gklggbanffdnstictd.

8On eut fait aussi bien pour moi, d’afficher comme sur ce poteau de la route de Tournai à Mons : Celui qui ne sait pas lire ira tout droit, puis prendra la première rue à gauche, j’aurais mieux compris. Mon esquisse était exacte, car avec son aide je retrouvais facilement mon chemin, nous remontâmes en voiture, escortés par un bon détachement de grenadiers autrichiens, précaution indispensable, car si on la néglige une seule nuit, les brigands sortent aussitôt de ces antres profonds que leur offrent les montagnes de l’Illyrie, et dévalisent entièrement les voyageurs.

  • 3 En 1835, la duchesse de Berry acheta le château de Brunnsee, au centre d’un domaine de 17 000 hect (...)

9Avant d’arriver à Gratz, nous passâmes bien près du château de Madame, Brunsée3, que nous avons cru apercevoir. Nous aurions eu grand plaisir à la visiter, mais la crainte de ne pas nous faire suffisamment comprendre en allemand nous fit renoncer à toute tentative d’explication.

10C’est à grand-peine qu’arrivés à Gratz nous parvînmes à nous faire conduire à l’hôtel de Trieste où l’on est très bien, et où l’on serait mieux encore si le garçon de place qui croit parler français, en savait quelques mots. Rien d’insipide comme un Allemand ayant cette prétention sans la justifier : c’est une crainte continuelle de blesser son amour-propre en lui faisant sentir qu’il le place très mal ; de ne pas assez répondre à son obligeance, en s’en servant le moins possible, ou de passer soi-même vis-à-vis de lui pour un ignorant en ne le comprenant pas.

11Gratz nous parut assez joli, sans être animé, à ce qu’il semble, car l’herbe croît à l’aise sur les places publiques. Nous n’avons fait que la traverser le lendemain à six heures du matin pour nous rendre à la station della strada ferrata.

12Quel délicieux passage que cette route suivie par le chemin de fer, traversant une immensité de montagnes sans perdre son niveau ! Tantôt les creusant, tantôt les escaladant en décrivant un grand cercle autour de celles que l’audacieux génie de l’homme n’a point encore essayé de vaincre… Ce ne sont plus les belles horreurs des Alpes arides, ni même la riche culture de l’Istrie, c’est un diorama continuel de montagnes étagées et nuancées par la verdure variée d’immenses forêts de sapins ou de chênes qui ici, couvrent un versant tout entier de son ombrage sévère ; là, se dispersent en bosquets, en allées, en buissons, pour couper agréablement l’uniformité du vert-tendre des prairies, et se mêler à leurs bouquets fleuris d’arbres fruitiers. Partout la vue se repose, merveilleusement réjouie, sur ce spectacle enchanteur que rien ne vient troubler. Mais la promptitude avec laquelle on est emporté par la locomotive ne permet pas de jouir longtemps du même tableau. Impitoyable comme le temps aux jours de bonheur, elle passe, elle passe vite, sans jamais s’arrêter… Heureux au moins qui sait les apprécier et les allonger en quelque sorte par le souvenir de la veille et l’espoir du lendemain ! Telles étaient mes réflexions, et regardant mon cher Auguste, je lui fis comprendre qu’il en était l’inspirateur. Le temps a été si court depuis le 26 mars !

  • 4 Un petit doute subsiste pour ce mot, qui est légèrement raturé dans le manuscrit.

13Ces belles vallées sont encore entrecoupées par des habitations assez fréquentes que la richesse du pays, le bois, compose tout entières ; il y a aussi grand nombre de moulins à eau, mis en mouvement par le cours des torrents, qui, coulant toujours, rendent leurs ailes infatigables comme eux. Le blanc clocher d’une église vient trancher agréablement le vert des sapins, où le plus souvent, il n’a d’autre fond que le bleu azuré du ciel, car c’est à l’endroit le plus élevé, le plus difficultueux de la montagne que les hommes ont élevé des temples au seigneur. Ils servent comme de cuirasse à ces habitations qu’un souffle pourrait renverser en détachant le roc suspendu où leur orgueil4 s’est bâti une somptueuse demeure. Quand les vents soufflent avec fureur, quand il arrive un orage dont les coups redoublés ébranlant les fondements de ces châteaux aériens, leurs habitants, oublieux peut-être jusqu’alors, tournent leurs regards vers la croix du sanctuaire et s’écrient : Préservez-nous, Seigneur, en préservant votre autel.

  • 5 Louis Racine (le dernier enfant de Jean Racine), La Religion, Paris, 1742.

« Hommage que toujours rend un cœur effrayé au Dieu que jusqu’alors il avait oublié. » (Racine)5

14En plusieurs endroits on apercevait les ruines de quelques anciens manoirs, des restes de tours crénelées, des portiques ou ogives. Souvent c’est auprès d’eux que l’on construit une maison moderne, et l’on conserve ces pittoresques débris comme point de vue, ce qui est d’un très bel effet. Et plus d’une fois sans doute, quand les vents se sont déchaînés, leurs vieux murs épais et fermes encore, auront préservé la nouvelle construction. En réfléchissant, on trouve des leçons dans les moindres choses : ce tableau me fit dire que la jeunesse se soutiendrait bien mieux si, moins confiante dans ses propres lumières, elle recourait plus souvent à la vieille expérience d’un père, d’une mère, qui lui serait aussi un solide appui contre bien des tempêtes…

  • 6 Sophie ne s’était pas trompée, le franchissement du Semmering en train fut possible à partir de 18 (...)

15Je l’ai dit, le souvenir de Venise nous suivra partout. Partout la vue d’une grande difficulté vaincue nous reportera vers la Reine des Mers, pour lui dire le plus souvent : « Vous êtes toujours la première… ». L’examen d’un bien beau travail dans la vallée en fut une occasion. Le rocher, taillé en plein dans une hauteur de plus de trois cents pieds, pourrait facilement s’affaisser et écraser les passagers par quelque brisement inattendu ; si le prodigieux ouvrage d’une muraille de 35 arches ne le maintenait dans l’immobilité que la nature semblait lui avoir pour toujours assignée, si l’homme n’avait juré de la faire plier sous le joug de son génie. Il n’a pourtant point encore pu vaincre le Sem[m]ering, ce Mont-Cenis de l’Allemagne, mais c’est le temps sans doute qui lui aura manqué, et dans quelques années, au lieu de la passer, comme nous l’avons fait, dans de mauvaises petites voitures, la fière locomotive la traversera orgueilleusement6… Pendant trois heures que l’on emploie à la franchir, c’est toujours la même continuation de vues ravissantes, de spectacles enchanteurs. Au milieu de cette verdure si fraîche, si variée, si pleine de vie, un vaste champ où l’herbe est jaune et mourante nous apparut soudain, couvert de cadavres épars de grands chênes dépouillés de leurs feuilles, de leurs branches… Ces rois des forêts n’avaient plus trace de leur vaste couronne, et étendus sur la terre desséchée, plus d’un était dominé par l’humble bruyère ou par la mousse des bois… Fidèle image de la mort et de l’égalité de tous devant elle ! N’est-ce point ainsi qu’elle se montre souvent, et frappe indistinctement ceux que le bonheur entoure, que la jeunesse rend forts, pour les ranger avec ceux dont la vie ne fut qu’un long soupir ou que les années ont courbés vers la terre ? Nous-mêmes, quand nous reverrons la France, y retrouverons-nous tous nos parents, tous nos amis ? Les mains s’étendant vers nous, au moment de notre départ, et nous donnant de loin, les derniers signes d’adieux, pourrons-nous les serrer toutes dans notre main d’amis, au moment du retour ! Pourquoi, en écrivant ces mots, ma pensée va-t-elle se fixer sur le lit de douleurs de notre chère petite Augustine de Witte qu’une maladie grave y a soudainement étendue, à peine rentrée, joyeuse encore, des fêtes de notre mariage ? Serait-ce un triste pressentiment ?

16Déjà, il y a quelques semaines, Auguste croyant se distraire un moment par la lecture d’un journal français, avait été frappé en l’ouvrant, par la vue de l’article nécrologique d’un de ses meilleurs amis, un de ses amis de cœur, comme la perte est si sensible ! Il était jeune pourtant, et la fortune dont il faisait un saint usage avait été prodigue envers lui. Mais des têtes plus jeunes encore étaient tombées avant la sienne. Sa femme, sa sœur, son fils, avaient emporté toutes ses affections, et trois mois après la mort de son enfant, le Duc de Tourzel avait suivi sa famille dans la tombe…

17De telles réflexions consolent, quand on est malheureux ; si l’on est heureux elles préparent à la résignation et font souvenir qu’il faut toujours être prêt à quitter la terre…

18Mais, me demandé-je, un bonheur qui naît de l’affection d’un objet aimé, un bonheur que la providence a presque miraculeusement fait naître pour moi, ne puis-je désirer la posséder longtemps ? Celui-là n’éloigne point de Dieu, il n’attache point mon cœur aux joies éphémères de ce monde, au contraire, il m’éloigne de celles-ci qui ne la pourraient remplir, en me rapprochant, par la reconnaissance de celui qui me l’a donné… Je puis donc en toute confiance désirer de longues années à passer avec mon cher Auguste, et remercier Dieu de n’avoir point été portée en terre en gondole, à la suite de l’accident du 11 Juin.

Notes

1 Allusion bien sûr à saint Paul et à la théologie chrétienne du mariage, mais qui n’est pas dénuée d’ironie.

2 « Veau » en italien.

3 En 1835, la duchesse de Berry acheta le château de Brunnsee, au centre d’un domaine de 17 000 hectares, près de Graz. Elle s’y retira lorsqu’elle fut forcée de quitter Venise, rattachée au nouveau royaume d’Italie en 1866 (après la défaite de l’Autriche contre la Prusse à Sadowa). C’est là qu’elle mourut, en 1870.

4 Un petit doute subsiste pour ce mot, qui est légèrement raturé dans le manuscrit.

5 Louis Racine (le dernier enfant de Jean Racine), La Religion, Paris, 1742.

6 Sophie ne s’était pas trompée, le franchissement du Semmering en train fut possible à partir de 1857.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540