Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XXII. Terre !… Terre !…

Sophie Johanet

Texte intégral

  • 1 « Complette » dans le manuscrit.

1L’aspect de Trieste est nécessairement tout différent de celui de Venise. Auprès de cette auguste reine de l’Adriatique, ne fait-elle pas l’effet d’une jeune princesse tout naturellement et gracieusement appuyée sur de riants coteaux, et attendant, fraîche et parée, les hommages de toutes les nations ? En effet, ses maisons neuves, d’une éclatante blancheur, ses rues, pavées en dalles unies comme des glaces, dont les beaux et larges trottoirs sont défendus par deux files de bornes en granit, ses églises grecques ou catholiques avec leurs dômes et leurs coupoles, s’élevant comme de grandes apparitions nouvellement décorées, lui donnent un genre de beauté éblouissante que complète1 encore l’effet des rayons du soleil dans les flots. Ce mirage, joint à tant d’éclat, ne pourrait presque se supporter, s’il n’était en quelque sorte obscurci par la forêt de mâts des vaisseaux de tous les pays qui se pressent dans le port.

2Le bel hôtel, ou plutôt le magnifique palais Metternich où nous sommes descendus, regarde la mer, en ayant en même temps plusieurs sorties du côté des plus belles rues. J’ai tort d’employer un mot qui révèle une comparaison pour les rues. Tous les quartiers de la ville se confondent dans une régularité tellement uniforme qu’elle ne doit pas tarder à devenir insipide. Quelques promenades à une lieue de la ville offraient un certain agrément s’il ne fallait les aller chercher si loin. Pour nous, sevrés depuis deux mois de la vue du moindre cheval, nous avons éprouvé un indicible bonheur à nous y faire traîner par deux bais-bruns bien fringants. En descendant du bateau, nous avons été sur le point de nous précipiter, Auguste sur un bœuf, moi sur le bec d’un âne, pour leur prodiguer nos embrassements tant nous étions heureux de revoir ces bons animaux que la poétique et exceptionnelle Venise ne peut admettre dans son sein.

  • 2 Trieste avait en effet une « nouvelle » ville, mais Sophie Johanet semble oublier la « vieille » v (...)

3La visite des monuments fut bientôt opérée quand nous demandâmes à notre guide de nous y mener il nous répondit avec un air presque humilié : « Monsieur il n’y en a pas… mais la ville est encore bien neuve, quand on aura le temps, on en fera2… »

4En attendant donc ce temps plus heureux, nous avons voulu employer le nôtre à flâner par la ville, où il serait difficile de se perdre. Toutes les rues principales, droites comme les avenues des sapinières de Gelou, aboutissent au port d’un côté, et ont pour fond une partie de cette forêt de mats dont le port est rempli. Elles communiquent entre elles par d’autres rues également régulières, dont toutes les maisons, bien plâtrées à la façade et peintes en blanc, sont indistinctement garnies de persiennes d’un gris-clair, pour préserver du soleil si brûlant à Trieste. Tout est si frais que cela paraît fait d’hier.

  • 3 La « pastèque » bien sûr.
  • 4 Un boisseau est un récipient dont le contenu équivaut à cette ancienne mesure de capacité pour les (...)

5Le moment du marché nous a beaucoup amusés, c’est là surtout qu’on voit les différences de costumes et de denrées. L’appétissant pastec3 rosé, tant aimé de Madame ; la datte, d’une couleur plus sérieuse, dont le plus grand mérite à mes yeux est d’avoir obtenu la prédilection de mon frère Jules, y abondent dans les gracieux paniers que les femmes de la campagne portent sur la tête. Sous une petite tente bien décorée, tenue par des Turcs, c’étaient par centaines de boisseaux4 qu’étaient rangées les espèces si variées du fruit préféré des Africains. Nous y avons transporté en esprit l’estomac de notre cher frère, lui en faisant avaler en si grande quantité qu’il a dû en avoir une indigestion à Orléans. Les annales de la petite pharmacie de Clarisse nous diront cela. C’était au cinquième jour d’Août.

6En rentrant à l’hôtel, nous passions devant une cour renfermée par une jolie grille de dessins grecs, soutenue de distance en distance par des piliers toscans, lorsque nous entendîmes un bourdonnement de prières qui attira notre attention. En approchant, de vives lumières, qui semblaient jointes à l’éclat de dorures resplendissantes, paraissaient à travers les treillages de la porte. Nous entrâmes, c’était une église fraîchement décorée, ornée de jolies peintures, de statues en argent. Un prêtre était au bas de l’autel et tenait dans un plat d’or des morceaux de pain de froment comme celui de nos tables. Il le distribuait à tous ceux qui se présentaient, un grand nombre s’en servaient eux-mêmes, et jusqu’à de tout jeunes enfants. Deux autres vieillards, enveloppés d’immenses robes noires sur lesquelles tombait une longue barbe d’une extrême blancheur, nous indiquèrent de la main la table de communion à laquelle ils nous conviaient. Nous avons su depuis, que c’étaient des Grecs, dont la religion est semblable à la nôtre, sauf en ce qui concerne l’autorité de l’Église qu’ils ne veulent point reconnaître comme d’origine divine. Ils veulent sans doute, semblables malheureusement à beaucoup de chrétiens relâchés, vivre d’une vie plus facile ; ils éludent, par là, une des choses qui imposent souvent le plus à l’amour-propre, la confession. Il suffit, disent-ils, d’avouer ses fautes à Dieu. Après leur communion donnée, le célébrant remonte à l’autel, caché pendant le reste du sacrifice par un rideau de velours rouge, refermé aussitôt.

7Il y a à Trieste des schismatiques d’une autre espèce encore. Ceux-ci permettent à leurs prêtres de se marier ; seulement pendant la semaine où ils font le service divin ils sont censés ne pas l’être et ne voient pas leurs femmes.

8La majeure partie des habitants est catholique. Une église, que nous avons visitée, nous parut assez belle, mais n’est plus rien auprès des chefs-d’œuvre de Venise dont nous avons été gâtés pendant deux mois. Venise vers laquelle nous nous sommes déjà retournés si souvent, comme pour apercevoir encore un de ses dômes ou un des légers couronnements de ses palais ; Venise que nos souvenirs iront si fréquemment caresser quand bien même nous ferions le tour du monde ! Si nous n’y avions passé que quelques jours, nous n’en serions partis qu’enchantés ; y étant restés deux mois, nous nous en sommes éloignés reconnaissants ; car, où retrouver ces nuits délicieuses de la fête du Rédempteur, de la Sacra di santa Martha, ou des couverts de la société harmonique ? Dans quels lieux surtout pourrons-nous éprouver de plus douces émotions religieuses que dans ses temples magnifiques où la piété des fidèles n’a pas craint d’amonceler trésors sur trésors, et d’ébranler presque leurs fondements, du poids de leurs richesses ? Et la dévotion des gondoliers envers Marie, où la reverrons-nous plus entière à la fois et plus simple ? Au devant et au fond de leur gondole, dans un petit encadrement en cuivre, est posée une image de la reine des cieux. À leur cou, tous portent un scapulaire ou une médaille, et lorsque le soir, leurs bras fatigués donnent les derniers coups de rame pour les diriger vers leur famille, c’est encore à la Madone que s’adressent leurs chants. Ce sont, ou des élans de reconnaissance pour le jour qui finit, ou d’invocation pour celui qui va suivre. Dans chaque traghetto, il y a une petite chapelle où, tous les soirs, les gondoliers allument des cierges et exécutent des chœurs. Puis un trône, avec diverses inscriptions fort touchantes ; celle-ci est une de celles qui nous frappèrent : « donnez, pour que l’agonie vous soit douce… »

9Toutes ces observations étaient venues se joindre aux grandes impressions de la majesté des édifices, de la beauté et de la perfection de leurs détails. Puis, n’était-ce pas à Venise que nous avions joui pendant plusieurs semaines de la présence de notre Roi et de son auguste mère ? Enfin et surtout peut-être, ce voyage de noces, comme on l’appelle, quoique attristé d’abord par un fâcheux accident, n’a-t-il pas laissé dans mon cœur les plus doux souvenirs, par les soins, les témoignages d’affection de mon cher Auguste tout le temps de ma maladie, effaçant bientôt ceux de la maladie elle-même ?

10Tout cela nous fit éprouver bien des regrets de quitter Venise. Sans le vouloir, nous étions tristes en lui disant adieu. Et chaque instant nous nous retrouvions devant quelque portail en carrare d’une de ses églises, ou appuyés à l’un de ces merveilleux balcons qui demanderaient à eux seuls tout un ouvrage.

  • 5 Déformation du terme « goéland » par le dialecte local (en français, le terme désigne une bonne tr (...)

11Une petite consolation nous avait été donnée en [deux-trois mots manquants] Venise : quitter si brusquement cette chère gondole, cette fidèle amie, la compagne et la conductrice de toutes mes promenades de malade, nous eût fait grand peine. Aussi l’yole, quoique plus lourde et moins gracieuse, fut-elle trouvée par nous comme une heureuse transition. En arrivant (après toutefois avoir salué les chevaux ; il ne faut jamais oublier ses anciens amis) nous avons essayé une petite promenade. La mer était calme et unie, rien de plus agréable. Des espèces de gualans5, oiseaux presque sauvages, qui peuplent en foule les côtes du golfe de Trieste, donnèrent à Auguste la pensée d’y revenir le soir, armé pour leur faire bonne chasse. Nous sommes retournés en effet, mais le calme et les gualans avaient disparu. Une tempête se préparait… La mer, déjà furieuse, se brisait en grosses vagues, et menaçait à chaque instant de nous engloutir. Le vieux pêcheur cependant nous assurait toujours qu’il n’y avait aucun danger, et après une heure de lutte contre la fureur des flots, il nous ramena devant l’hôtel del principe Metternich. Cet ouragan était le commencement de la tempête qui éclata la nuit, et pendant laquelle nous vîmes tomber le tonnerre sous nos fenêtres, sur le mât d’un bâtiment grec. On n’entendit parler d’aucun naufrage de cette nuit.

Notes

1 « Complette » dans le manuscrit.

2 Trieste avait en effet une « nouvelle » ville, mais Sophie Johanet semble oublier la « vieille » ville, qui remonte à l’Antiquité.

3 La « pastèque » bien sûr.

4 Un boisseau est un récipient dont le contenu équivaut à cette ancienne mesure de capacité pour les grains. Un boisseau correspond à environ 35 litres.

5 Déformation du terme « goéland » par le dialecte local (en français, le terme désigne une bonne trentaine d’espèces différentes d’oiseaux marins) ou bien erreur de copie ?

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540