Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XXI. Adieux à Madame. — L’Arsenal. — L’église des Jésuites. — Le clocher de Saint-Marc. — Départ de Venise. — La traversée

Sophie Johanet

Texte intégral

1S. A. R. voulut rendre bien heureux nos derniers moments passés à Venise. Elle nous invita souvent à passer la soirée chez elle, et la veille de notre départ, elle nous convia à un dîner d’adieux.

  • 1 Le duc de Lucques faisait partie de la maison Bourbon-Parme, une branche cadette de la maison des (...)

2Le lendemain, Madame nous reçut le matin pour la dernière fois. Après une demi-heure de causerie sans façon, on vint annoncer le duc de Lucques1 que Madame reçut en particulier. Elle nous quitta donc précipitamment, Auguste n’eut que le temps de la remercier de sa bienveillance et de s’assurer de notre dévouement et de celui de notre famille. « Oh ! J’y compte bien », dit S. A. R. avec une telle acclamation que toutes les personnes qui étaient dans le salon en furent frappées… Quand reverrions-nous la buona Duchessa et la reverrons-nous en France furent les questions que nous nous adressâmes. À Dieu seul l’avenir, à lui seul de donner l’Espérance… qu’il nous la donne et la remplisse !

3Dans les quelques heures qui nous restaient, nous avions encore bien des choses à voir. Pendant ma maladie, Auguste avait laissé divers lieux à visiter, voulant y aller avec moi. Puis, les bains de mer avaient absorbé tout mon temps, et la furia francese dont nous avons pourtant une passable dose tous les deux parut en retard.

4Nous eûmes bientôt grimpé au haut de la tour Saint-Marc, où l’on arrive par une pente si douce qu’on pourrait y monter à cheval. On prétend même que Napoléon le fit. Il ne nous manquait qu’une chose pour en faire autant… des chevaux.

  • 2 Le Bucentaure était un navire d’un modèle unique, car utilisé par le doge de Venise lors de cérémo (...)

5L’examen de l’Arsenal demande plus de temps, encore ne vîmes-nous que les choses principales, tant cette visite est fatigante pour la faire en toutes règles. Y saluer l’armure de Henri IV fut notre premier soin, ensuite nous avons passé en revue les charmants et parfaits modèles, en miniature, des vaisseaux de toutes dimensions, et surtout celui (le Bucentaure) du mariage du Doge avec l’Adriatique2. Il avait quatre-vingts rames de quatre rameurs chacune. L’or et le velours rouge le décoraient tout entier.

  • 3 La construction de l’Arsenale débuta en 1104, sous la direction du doge Ordelafo Falier, surtout p (...)

6C’est surtout en visitant cet immense chantier, rempli autrefois de milliers de travailleurs, qu’on peut se faire une idée de la décadence où est tombée la marine de Venise. Aujourd’hui chaque salle semble un vaste désert où l’on n’entend que de rares coups de marteau, frappés par une centaine de galériens, plutôt pour les occuper que pour entretenir la flotte, aussi débile maintenant qu’elle a été florissante autrefois3.

« Quelques frêles esquifs, en ce port si solitaire,
Remplacent maintenant les superbes vaisseaux,
Les flottes qui rendaient le monde tributaire,
Qui des pachas vaincus rapportaient les drapeaux.

Et pourtant au Lido, la mer toujours fidèle,
La mer incessamment roule sa grande voix ;
Sur la plage déserte, elle monte, elle appelle
Sa fille bien aimée à de nouveaux exploits.

Mais à cette éloquente et plaintive harmonie,
Pas un cœur ne répond, et les flots sur ce bord,
Ne servent qu’à bercer, dans sa lente agonie,
La ville qui s’en va du sommeil à la mort. »
(R. du Doré).

7Notre dernière visite fut à l’église des Jésuites. Là nous avons demandé à Dieu de bénir la fin de notre voyage ; et la couleur de l’Espérance qui domine cet édifice nous parut de bon augure. Les colonnes, les tentures des murailles, et même le pavement, sont en marbre blanc incrustés de vert-antique, formant les plus jolis dessins, des fleurs, des guirlandes, des tentures damassées.

8Le splendide autel est surmonté d’un dôme appuyé sur dix colonnes majestueuses en vert-antique aussi, et supporte un magnifique tabernacle tout entier en lapis-lazuli. Sur les degrés, un tapis aux replis onduleux force à y mettre la main pour se convaincre que c’est bien encore du carrare, où d’autres incrustations en marbre de couleurs simulent des fleurs légèrement jetées sur un fond blanc.

  • 4 Les Lucinge viennent de Haute-Savoie et se sont unis à la maison Faucigny dès le xiie siècle. Mais (...)

9Pendant nos dernières heures nous reçûmes quantité de visites, la charmante princesse de Lucinge, M. et Mme D’Ernemont, que nous espérions revoir à Frohsdorf, Mmes du Noday et de la Tuollays, M. O’Hegerty, Couffon de Kerdelee, le baron et la baronne de Trobriand, M. Marcio, commissaire supérieur de la police vénitienne, etc.4.

10Depuis que les gondoliers du traghetto et une vieille bonne femme à qui nous avions fait une rente d’un demi Svensie par semaine, avaient appris notre départ, nous ne paraissions jamais au balcon sans qu’ils nous adressassent, soit par leurs gestes si expressifs, soit par leurs paroles ou même leurs chants, les regrets et les vœux dont nous serions accompagnés. Quelques jours auparavant, Piétro nous avait amené toute son intéressante famille à laquelle nous ne manquâmes point de rendre sa visite. La petite maison du brave gondolier avait été époussetée, balayée, cirée du haut en bas, jusque dans les moindres coins, en nous attendant ; les cierges tout bariolés de mille couleurs (souvenirs de la première communion des grands-parents) avaient été posés dans de vieux chandeliers de cuivre bien luisants ; une bouteille de vieux chypro nous attendait avec des biscuits de six espèces différentes. La mulier (la femme) de Piétro, sa mère, ses sœurs s’étaient parées de leurs boucles d’oreilles tombant jusqu’aux chevilles ; on avait passé au cou des petits enfants double rang de médailles et de Madones, et tous nous accueillirent par de respectueux baise-mains réitérés jusqu’à la prodigalité.

11Le jour de notre départ Piétro et fratello arrivèrent encore nous répéter leurs souhaits et leur reconnaissance pour notre visite. À neuf heures un quart (le soir) il était temps de descendre dans la gondole et de nous diriger vers le bateau à vapeur. À peine avions-nous salué une dernière fois, en passant, N.-D. Della Salute que le refrain de la fortuna, de la félicita pour le Signor et la Signora vint frapper nos oreilles. C’étaient les douze gondoliers qui, ne voulant nous quitter qu’à la dernière minute, avaient eu la touchante idée de nous escorter jusqu’à bord du Comte Mittroski, en chantant leurs chœurs de bon voyage. Ils nous promirent moult buono tempo, et nous leur dîmes adieu en leur donnant la bonne main (pourboire) qui aura sans doute fait répéter plus d’une fois notre nom à travers les libations du nectar de Padoue.

12Malgré l’assurance de ces braves gens, nous étions peu confiants dans le temps : de gros nuages noirs avaient pesé tout l’après-midi sur l’air sombre et orageux, et menaçaient de nous inonder, ce qui me fit dire prétentieusement que la Reine des mers avait eu les larmes aux yeux en nous voyant partir. Heureusement, elle s’en tint là, ses pleurs ne tombèrent pas, ce dont nos cœurs lui furent au moins aussi redevables, car en se calmant, elle les empêcha de se mettre sur le carreau.

13Jamais nuit n’avait été plus douce ni plus sereine. Un peu de vague en sortant du Lido donna au bâtiment un assez fort roulis, auquel succéda bientôt le calme le plus parfait. La mer reculait sans doute devant le défi que je lui avais porté, et que je maintiens, de m’intéresser à mon mari quand même elle m’aurait inondée de ses malaises convulsifs et de tout ce qui s’en suit…

14Je passai une grande partie de la nuit sur le pont, étendue sur des coussins. Une brise tiède et légère m’apportait le parfum exquis des cinquante paniers de pêches qu’on transportait à Trieste. Auguste dormait profondément dans sa cabine, après toutefois avoir payé son petit tribut par quelques douleurs d’estomac. Je ne pus le voir dans son hamac, les messieurs et les dames ayant des chambres tout à fait séparées ; l’obligeant capitaine, auquel M. Marcio nous avait recommandés, m’avait au moins donné de ses nouvelles en m’assurant qu’il n’était point malade. Rassurée sur la santé de mon cher époux, je pensai à Venise que nous venions de quitter, et cherchai, inspirée par la mesure des mouvements du bateau à vapeur, à me rappeler ces vers que j’ai lus quelque part :

« Cette ville régna sur de vastes provinces,
Ses matelots couraient du Sud à l’aquilon ;
Ses marchands ne logeaient qu’en des palais de Princes
Et le monde tremblait devant son pavillon.

Eh ! Bien, il ne lui reste, après mille ans d’empire,
Que ses bruyantes nuits et ses folles amours,
Hélas ! Et sa beauté que l’univers admire
Sous l’haleine du temps se flétrit tous les jours.

Jusqu’au fond du malheur, avide encore de fêtes,
Parfois elle retrouve une ombre de plaisir,
Mais ses riches trésors, ses lauriers, ses conquêtes,
Tout s’est évanoui pour ne plus revenir ;

Elle meurt, elle suit la triste destinée
De tout ce qu’ont créé les hommes ici-bas.
Le temps que rien n’arrête en sa marche obstinée
Renouvelle la terre à chacun de ses pas.

  • 5 On attache, à Venise, un si grand respect aux pigeons de Saint-Marc, qu’on ne peut en tuer un seul (...)

Il anéantira tous ces temples célèbres,
Ces colonnes, ces tours de marbre et de granit,
Et ces dômes sacrés, et ces cachots funèbres,
Où la douce colombe aujourd’hui fait son nid5

Ils tomberont aussi ces palais magnifiques
Où ne résonne plus ni danse, ni festin
Et changés en écueils, les fondements antiques
Deviendront la terreur du pilote incertain.

La main qui chaque jour leur arrache une pierre
Sans obstacle poursuit son travail dévorant.
Car le Vénitien, courbé sous la misère,
Voit crouler sa demeure, et sort indifférent.

Du monde des humains Venise est la merveille
L’étranger qui des eaux la voit au loin sortir
Croit que c’est une flotte immense qui sommeille,
Et n’attend en ces eaux qu’un bon vent, pour partir.

Elle est si belle encore en sa mélancolie
Cette Reine foulée aux pieds d’un lourd vainqueur.
Plus que ses fils je l’aime… »

15Ici la mémoire me manqua ; j’admirai un instant les étoiles, si scintillantes ce soir-là ; et quelques strophes de ces jolis vers me revinrent encore, sur la future destruction de Venise qui paraît inévitable :

« Quel spectacle, ô soleil, pour ta vue attristée !
Les vagues cacheront ta rivale des rois,
Rien, plus rien que les eaux, la mer déshéritée
Sur l’homme usurpateur aura repris ses droits.

  • 6 Oiseau de mer assez semblable à l’hirondelle, dit aussi martin-pêcheur.

Un silence de mort couvrira les lagunes :
Saint-Marc enseveli dormira pour jamais,
Et le pauvre alcyon6 qui chante sur les dunes,
De l’humide désert seul troublera la paix.

En cherchant les débris de la fière Venise
Oui, quelque jour peut-être, ici le voyageur,
Égaré dans la brume et glacé par la bise
Ne pourra pas trouver la hutte d’un pêcheur.

Ainsi que l’homme, hélas ! Les nations vieillissent,
La mort les frappe aussi de son sceptre jaloux.
Peuples longtemps fameux dont les destins finissent,
Les peuples à venir passeront comme vous.

  • 7 Raymond du Doré, « Coucher du soleil à Venise », Poésies d’un proscrit, Paris, 1837. Neuf strophes (...)

Sur ce globe de fange, ambitieux atômes,
Insectes orgueilleux du nom de genre humain,
Nous fondons aujourd’hui des cités, des royaumes,
Qu’un souffle du Seigneur emportera demain7. »

16Ces pensées tristes allaient bien avec les regrets qu’on ne peut s’empêcher d’éprouver en quittant Venise. Vers quatre heures du matin, Auguste m’en tira en venant me rejoindre sur le pont.

17En même temps que le soleil parut à l’horizon, il dorait la cime des montagnes dont Trieste est entouré ; ce fut cependant à sept heures seulement que nous entrâmes dans le port.

Notes

1 Le duc de Lucques faisait partie de la maison Bourbon-Parme, une branche cadette de la maison des Bourbons. Il épousa Louise d’Artois, la sœur du comte de Chambord, le 10 novembre 1845.

2 Le Bucentaure était un navire d’un modèle unique, car utilisé par le doge de Venise lors de cérémonies officielles. Le premier aurait été construit en 1277, et le dernier en 1728, mais il fut détruit en 1798 par les derniers Français quittant Venise.

3 La construction de l’Arsenale débuta en 1104, sous la direction du doge Ordelafo Falier, surtout pour servir d’entrepôt naval. Au xive siècle, avec des avancées techniques dans la construction navale, l’Arsenal devint un véritable chantier naval, une énorme entreprise industrielle, concentrant une masse d’ouvriers sans précédent. Dans la seconde moitié du xvie siècle, les ateliers et les bassins s’étendaient sur vingt-quatre hectares, employant quelque 2 000 ouvriers. Mais l’industrie navale de Venise ne sut pas s’adapter aux nouvelles avancées techniques. La domination napoléonienne ne réalisa pas ses promesses. Dans les années 1840 en revanche, les commandes de la marine autrichienne permirent à l’Arsenale de connaître une modeste reprise, jusqu’à faire travailler 3 000 personnes.

4 Les Lucinge viennent de Haute-Savoie et se sont unis à la maison Faucigny dès le xiie siècle. Mais la princesse dont il s’agit ici est probablement la fille du duc de Berry et de sa maîtresse anglaise, Amy Brown, qui avait été plus ou moins légitimée, du vivant du duc, dotée d’un titre (comtesse de) et mariée dans le grand monde. Le comte Dubois d’Ernemont appartient à la petite noblesse normande (Seine-Inférieure), et a été révoqué de sa mairie après son passage à Belgrave Square en 1843. Les Couffon de Kerdellech sont une famille d’ancienne chevalerie et de noble extraction des Côtes-du-Nord : il doit s’agir ici des descendants d’un des deux frères, Yves-Anne (1760-1798) et Gabriel-Marie (1771- ?), qui servirent dans l’armée de Condé : probablement d’un neveu, Alexandre-François-Marie (1814-1893), qui a publié plusieurs études historiques. Le comte O’Hegerty était le professeur d’escrime et d’équitation du duc de Bordeaux. Quant au baron Régis de Trobriand (1816-1897), il était issu d’une vieille famille bretonne. Son père était un fidèle légitimiste, et lui-même devint page du roi et partagea les jeux du comte de Chambord dans sa jeunesse. Auteur d’un roman sur les événements de 1832, Les gentilhommes de l’Ouest, il alla aux États-Unis et réussit brillamment comme collaborateur d’un journal francophone de New York. À partir de 1843 il voyagea en Europe avec son épouse, l’héritière du président de la Chemical Bank, Isaac Jones. Lorsqu’ils se fixèrent à Venise de 1844 à 1847, ils se lièrent d’amitié avec le comte de Chambord et la duchesse de Berry (qui devint la marraine de leur fille). Mais Trobriand retourna ensuite à New York, où il se convertit à la cause de la démocratie, et il participa plus tard à la guerre de Sécession avec le Nord.

5 On attache, à Venise, un si grand respect aux pigeons de Saint-Marc, qu’on ne peut en tuer un seul sans être forcé à une amende assez considérable. Un riche propriétaire, leur a légué plusieurs mille livres de rente pour leur fournir du grain tous les jours (note de Sophie).

6 Oiseau de mer assez semblable à l’hirondelle, dit aussi martin-pêcheur.

7 Raymond du Doré, « Coucher du soleil à Venise », Poésies d’un proscrit, Paris, 1837. Neuf strophes sont manquantes en tout, mais Sophie commet très peu d’erreurs.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540