Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XX. Un quasi-naufrage

Sophie Johanet

Texte intégral

1Le lendemain était un Dimanche. Malgré notre course nocturne, Notre-Dame della Salute nous reçut de grand matin, et après la messe, les gros nuages noirs que les gondoliers indiquaient en hochant la tête, ne nous empêchèrent pas de partir résolument pour le Lido. Quoique nous eussions avec nous une maman ayant trois fois notre âge, elle ne pensa pas plus que nous à faire couvrir la gondole, et à la merci du vent, nous partons… Moitié lisant, moitié causant ou écrivant, nous arrivâmes au rivage sans presque nous en douter. Quelques gouttes d’eau commençaient à tomber… Or, c’était mériter la fièvre par son imprudence, prétendent les Vénitiens, de se baigner quand il pleut. Mais ils nous ont dit la cause de leur [préjugé] assez juste d’ailleurs, appliqué avec discernement, et nous nous sommes chargés d’en tirer les réflexions, ce qui serait trop fatigant pour un Italien. Il ne faut pas se baigner, disent-ils, parce que l’eau est trop froide, et le saisissement qu’on ressent en y entrant est fiévreux… L’eau de la mer, on le sait, n’est jamais si chaude que lorsque le temps se dispose à l’orage : l’eau qui tombe pendant que le tonnerre gronde, est elle-même presque tiède, donc baignons-nous ! Et à travers toute espèce d’inondations, nous avons pris un bain délicieux. C’était charmant jusque-là. Mais en sortant de l’eau, quel temps ! En dépit du peignoir blanc tout frais avec lequel j’avais espéré le conjurer ; un orage, une pluie, comme jamais pluie ni orage n’avaient éclaté sur le Lido !

2Notre tente s’ébranla si fort que si ce n’était l’allusion d’un sujet pieux à un sujet léger, je dirais ce vers de la mort du Christ, à propos du temple de Salomon :

« Du dôme jusqu’au pied le voile se déchire. »

3Il fallait pourtant quitter ce frêle abri, et le plus tôt possible pour ne pas risquer de nous envoler après lui… Enfin grimpant, sautant, à travers l’ancien cimetière des Juifs, sur les pierres éparses çà et là et abandonnées, nous arrivâmes. Cette traversée de l’île nous avait donné un bain de pluie, nous avions besoin de nous bien sécher avant de repartir. Sur l’autre rive, la maison assez proprette du pêcheur sembla faite pour offrir un asile aux victimes de semblables événements. Nous reçûmes en effet le meilleur accueil : du feu, du lait chaud, de la Polenta à discrétion, tout cela nous fut offert aussitôt et accepté de même, sauf le jaunâtre mets national avec lequel nous n’avons pu sympathiser.

4Pendant que nous dévorions à longs traits le lait bienfaisant, et que l’humidité de nos habits absorbait non moins vite la chaleur du foyer, nous ne nous doutions nullement du temps qu’il faisait au dehors. Toni, notre gondolier, nous en avertit bientôt, apportant sur ses épaules, tous les coussins, tapis et divers ornements de notre embarcation.

« – Porque, porque, Toni ? Nous voulons ritornare subito à Venezia…
No, Signora, no, répond-il avec calme de la petite salle où il venait, sans prendre égard à nos avertissements, de déposer sa charge : pericoloso ! Moult pericoloso ! »

5À force d’efforts, nous parvînmes à comprendre que la mer était devenue très mauvaise, et que nous ne pouvions partir sans exposer la gondola et la signora à chavira.

« – Et combien de temps cela peut-il durer ?
Pot-être una ora ; pot-être otto, o piu… toda la giorna… »

6Fort bien, peut-être une heure, peut-être huit ou plus, toute la journée ! C’est consolant, c’est rassurant, c’est amusant, fut tout ce que nous ne dîmes pas, on le pense bien…

7Ce qui nous affligeait le plus c’était l’inquiétude qu’allait prendre Auguste ne nous voyant pas. Et les gondoliers de nous répéter : moult bon tempo à Venezia !

8Mon cher mari ne pourrait donc se douter de ce qui nous retiendrait si longtemps… que faire ? Il était évident qu’il y avait péril à se hasarder : nous allâmes au bord de la mer ; les vagues étaient furieuses ; la gondole, quoiqu’attachée en plusieurs endroits, et à l’abri d’un côté, était couverte d’eau et ne pouvait se soutenir…

9Il fallait donc prendre patience le moins mal possible. Elle fut couronnée au bout de deux heures et demie. C’était le minimum d’un si fort ouragan. La mer étant un peu calmée, nous partîmes…

10Il pleuvait encore à verse ! Être ainsi mouillées après le bain, pouvait nous faire grand mal, nous ouvrîmes des parapluies d’emprunt. Ils servaient de voiles ; un vent furieux nous repoussait sans cesse, nous manquions de chavirer à chaque coup de rame…

  • 1 Allusion probable à l’accident de la voiture qui conduisait Sophie chez les Johanet, et qui est à (...)

11Enfin, arrivées à peu près, en face du jardin public, j’aperçois, comme autrefois il en apparut un au pont de Beaugency1, un mouchoir blanc flotter par la petite fenêtre d’une gondole bien couverte…

12Qui pouvait ainsi braver la fureur des flots, et sans craindre l’orage, les traverser avec confiance et espoir ? Ce ne pouvait être qu’un téméraire aimé ou aimant… c’était les deux, c’était mon bon Auguste qui, instruit seulement alors de la tempête du rivage voisin, accourait au-devant de sa femme… Une fois avec lui, la tourmente eût-elle centuplé la fureur de ses orages, je ne pouvais avoir peur, rien de malheureux n’aurait pu m’arriver…

13En effet, nous débarquâmes saines et sauves, chacune à notre casa, un bon déjeuner servit tout cela, et le lendemain, par un temps superbe nous recommencions nos courses. J’eus bientôt atteint le nombre de bains ordonné. Ils m’avaient fait grand bien, je fus jugée assez forte pour entreprendre le voyage, et nous résolûmes de partir dans les premiers jours d’Août.

Notes

1 Allusion probable à l’accident de la voiture qui conduisait Sophie chez les Johanet, et qui est à l’origine de son mariage : la scène s’est déroulée près de Gelou, à peu de distance de Chambord et de Beaugency, ville située un peu en aval d’Orléans et qui possède un pont sur la Loire… À moins qu’il ne s’agisse d’un clin d’œil à l’antique légende qui imputait au diable la construction du pont de Beaugency.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540