Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XIX. Départ de la Comtesse de V***. — Voyage à Padoue. — Suite des bains de mer. La fête du Rédempteur

Sophie Johanet

Texte intégral

1Madame de V*** quitta Venise dans les premiers jours de Juillet. Depuis près d’un an qu’elle voyageait en Italie, son mari commençait à se sentir l’envie de revoir son château du Vieux Chêne et sa terre de la Feuillée. Mme de V*** pourtant ne trouvait pas sa collection de bracelets assez complète, elle eût désiré revoir Naples pour en ajouter quelques-uns en mosaïque, Rome, pour finir sa douzaine de camées. Sept seulement en lave du Vésuve posaient dans son écrin, ne fallait-il pas retourner au cratère ? Mais le Comte allait pour tout de bon avoir la maladie du pays, et puisqu’elle l’avait choisi, disait-elle, entre quarante-cinq prétendants, il est probable que, faisant volontiers le sacrifice du reste de ses bracelets, elle partit sans rentrer en Italie, et demandant seulement trois ou quatre jolies broches, peintes en miniature, représentant les principales vues de Venise, car ce genre lui manquait totalement. La Gondole était déjà en marche pour les mener au bateau à vapeur, mais M. de V***, dans la crainte que ce désir non satisfait ne soulevât un orage de nerfs qui retarderait le départ, fit aborder à la piazzetta, et pour la première fois de sa vie, il courut…

2« Quelle bonne pensée a Madame d’arrêter ici, cria Jeannette d’une des gondoles-fourgon qui contenaient les bagages V***, je m’aperçois à l’instant en faisant la revue des caisses, que la no 23 n’a point été chargée. »

3« Mon Dieu ! s’écria la Comtesse, précisément celle qui contient mes plus chères toilettes, ma robe vert-pré garnie de marabouts, ma robe mauve à trois volants d’Angleterre, ma jaune-abricot, qui a épuisé tous les magasins de Maline, etc, etc ».

4Je crois que vingt robes au moins passèrent en revue. Nous pûmes nous convaincre que la nomenclature de sa garde-robe était encore une des jouissances de Mme de V***, car nous promenant sur le môle quand elle s’arrêta, nous nous étions approchés d’elle pour lui dire un dernier adieu, et arrivés à la robe vert-pré, elle ne nous vit qu’un quart d’heure plus tard, tant elle s’animait dans ce répertoire que nous savions par cœur depuis longtemps. M. de V*** ne tarda pas à arriver essoufflé, avec des places Saint-Marc et des palais des Doges pleins ses poches. Il trouva sa femme dans tous ses états, pour comble d’ennuis deux des six tortues qu’elle nourrissait soigneusement depuis Naples avaient le mal de mer et allaient crever avant d’arriver au bateau à vapeur. Enfin, on voyait de loin la fumée sortir par grandes bouffées, les gondoliers filèrent à grands coups de rame, et nous les vîmes s’éloigner, non sans leur avoir plus d’une fois souhaité bon voyage.

  • 1 Le divorce, après avoir été autorisé en 1792, fut de nouveau interdit en 1816 par la monarchie bou (...)

5Ce n’est guère qu’après le départ de Mme de V*** que je me liai plus particulièrement avec Mme la Comtesse du Noday, et sa fille, intéressante surtout par sa malheureuse position, la plus fâcheuse au monde selon moi, être séparée de son mari, et d’un mari qu’elle n’aime pas, mais non la plus triste qui serait d’être loin de son mari aimé. La pauvre petite Dame nous conta tous ses chagrins, les procès qui avaient eu lieu au sujet de sa séparation et par lesquels elle avait successivement été condamnée à rester avec son mari1 ! Malgré les torts évidents de celui-ci, ce mot me fit frémir, moi qui trouve si dure en ce moment la condamnation d’être privée pour vingt-quatre heures de mon Auguste, pendant qu’il est allé voir les courses de Padoue ! Et cependant c’est moi qui l’ai engagé à prendre cette distraction, et je pense qu’il s’amuse, cela me désennuie.

  • 2 Sophie Johanet n’a que 22 ans elle-même en juillet 1845…

6L’état dans lequel se trouve cette pauvre enfant (elle n’a que 22 ans !)2 occupe souvent mes pensées, je m’y suis attachée en entendant le récit de ses peines. Leur vue, s’il est possible, me fait mieux encore sentir mon bonheur !

7Que ces réflexions sont douces à faire, confirmées à chaque instant par la réalité ! Il y a une heure que mon cher Auguste est parti pour Mestre, prendre le chemin de fer, et il m’envoie, écrite au crayon sur son genou, un pied dans la voiture, une charmante petite lettre où il me recommande de ne pas trop m’ennuyer, et pour cela, de penser à lui… La recommandation me fit grand plaisir voyant qu’il se rend si bonne justice, c’est ainsi que l’exige l’amitié ; non seulement elle doit être réciproque, mais l’objet aimé doit savoir le bonheur que procure son souvenir…

8Continuons donc notre journal, c’est penser à lui le plus délicieusement, puisque c’est savoir lui être agréable…

9M. Pittner m’avait ordonné vingt et un bains après lesquels, s’ils produisaient l’effet espéré, nous pourrions partir pour la France. Le besoin de revoir nos bons parents me fit désirer de les prendre tous les vingt et un à la fois, si cela eut été possible. La Comtesse de la Tuollays s’y mettait pour soixante, souhaitant bien aussi en finir au plus tôt. Elle imagina de passer une journée au Lido, et de rester presque continuellement dans la mer. Cela du reste ne nous fit guère perdre plus de temps, car pour y aller deux fois par jour comme nous le faisions, pas moyen de trouver une minute pour rien faire, et nos journées se réduisaient à ces trois mots : se baigner, manger, siester. Outre le temps passé aux bains, l’appétit qu’il double doit nécessairement aussi doubler les repas, il faut donc plus de temps pour s’en acquitter, de manière à laisser à l’Adriatique toute son efficacité. Ensuite si fatigué, si broyé par la lutte contre les vagues qu’une sieste même prolongée devient indispensable.

  • 3 Nous écrivons aujourd’hui « Mouvaux » pour désigner cette petite ville du Nord dont est originaire (...)
  • 4 Le « thé gibou » est une expression un peu obscure qui viendrait d’une pièce grivoise de Théophile (...)

10Ce jour-là nous avions pris de quoi faire là-bas un petit-déjeuner, comme il se fait tant de soupers en gondole, et après la réception du petit-lever de l’Adriatique, notre table bien dressée, et installée dans un endroit charmant, nous fîmes sauter les miettes au point d’accepter presque, en forme de dessert, la polenta et fritures que nous offrirent les pêcheurs. Cette fameuse polenta que je me propose de faire manger à Mouveaux et à Gelou3, se compose tout bêtement en cuisine de gondolier ou de pêcheur, de farine de maïs, cuite avec de l’eau et du sel. Mais notre petit domestique romain m’a appris à la faire avec une foule d’ingrédients et de petites horreurs qui la rendent bien plus intéressante en la transformant en une sorte de thé gibou4.

11Un tel déjeuner demandait au moins deux heures de repos, avant le second bain. Nous les employâmes à explorer l’île en tous sens, ce qui était bien fatigant par une chaleur de 38 degrés.

  • 5 La bataille de Lodi, en réalité, en 1796, pendant la première campagne d’Italie.

12Notre sieste fut digne d’une telle journée de courage, c’est appuyées sur l’affût des canons enlevés par Bonaparte, après la bataille de Pavie, que nous passâmes le temps exigé5. Cette inscription, qui y est gravée en italien, ne nous fit pas peur : Dieu me l’a donné… Malheur à qui me touche !

  • 6 « Matter » au lieu de « mettre » dans le manuscrit, sans doute du fait d’une erreur de recopiage.

13Pourquoi ne pourrions-nous toucher le canon, nous qui irions de si grand cœur mettre le feu à la mèche6, si la bombe devait atteindre les ennemis de la France et lui ramener son Roi !

14Après ce repos tout guerrier, nous retournâmes à la mer une seconde fois, puis une troisième, sans nous en trouver mal. On nous assura cependant que c’était trop, il nous en convînmes car en toutes choses « il faut user et pas abuser ».

15Chaque jour de ces courses au Lido devait être marqué par quelque chose d’extraordinaire : le lendemain de cette quasi-folie, à peine étions-nous dans la mer, qu’on braqua dans notre direction, le canon autrichien qui domina le fort, et les soldats se mirent en mesure de tirer, après toutefois nous avoir indiqué un endroit un peu plus éloigné, où il n’y avait pas de danger. Périr dans l’eau par le feu eût été quelque chose d’extraordinaire, mais il ne faut pas viser à tant d’effet, nous nous rangeâmes de côté, et fûmes surtout fort heureuses le soir, de n’avoir point péri ce jour-là.

  • 7 La fête du Rédempteur, qui se déroule chaque année les troisièmes samedi et dimanche du mois de ju (...)
  • 8 Le canal de la Giudecca est, avec le Grand Canal, l’un des plus grands canaux de Venise, qui se je (...)

16Il y avait la nuit une de ces ravissantes fêtes comme il y en a tant à Venise, et comme il ne peut en avoir que là : la Sacra del Rédemptori7 ! Quel petit enfant ne sait que, ce jour-là, il doit être bien sage pour obtenir de prendre part à la magnifique promenade sur le canal de la Giudecca8 ? Rien de délicieux comme le spectacle que ce canal, ou plutôt cet immense lac, offre à minuit : des centaines de gondoles pavoisées à peu près comme pour les régates, se croisent en tous sens, illuminées par des lumières posées dans les ballons aux mille nuances, suspendus dans des festons de verdure qui donnent l’air à chaque barquetta d’un petit jardin flottant. Autour de tables bien servies où surtout le vin de Chypre n’est point épargné, sont rangés de joyeux convives, qu’égaie encore la délicieuse musique dont ils sont accompagnés.

17Un jardin spacieux (el giardino del vapore) est converti, pour cette merveilleuse nuit, en un vaste salon, éclairé par des milliers de verres et de globes en cristal de couleur, suspendus aux treilles de vignes qui forment un dôme frais et gracieux, ou cachés à demi dans le feuillage des citronniers et qui ont l’air, par leur scintillement, de petites étoiles ne tenant à rien et volant de branche en branche.

18Sur l’herbe, peu verdoyante le lendemain sans doute, sont aussi dressées de nombreuses tables, couvertes de mets recherchés qui disparaissent comme une vapeur (on fit bien de nommer ainsi ce jardin) tandis que les appétits moins voraces se promènent dans les allées enchantées où l’on est presque tenté de trouver qu’il fait trop clair, tant c’est éblouissant.

Notes

1 Le divorce, après avoir été autorisé en 1792, fut de nouveau interdit en 1816 par la monarchie bourbonienne fraîchement restaurée. Les mésententes conjugales pouvaient cependant, comme sous l’Ancien Régime, se résoudre par la séparation de corps. Celle-ci prenait acte d’une séparation des époux sans dissoudre le mariage, dont les effets étaient maintenus : la femme pouvait théoriquement toujours être poursuivie pour adultère, de même qu’elle avait encore besoin de l’autorisation de son mari pour disposer de ses biens. Sous la Restauration et la monarchie de Juillet, une célèbre mémorialiste comme la comtesse de Boigne vivait séparée de corps de son mari, qu’elle avait épousé dans l’Émigration pour sauver sa famille de la ruine, et cet état ne l’empêchait nullement de tenir un salon très prisé de la haute société parisienne. C’est également cette solution qui fut choisie par George Sand pour régler son conflit avec Casimir Dudevant, qu’elle avait épousé à 18 ans, mais il lui fallut un retentissant procès, à Bourges, en 1836, pour l’obtenir.

2 Sophie Johanet n’a que 22 ans elle-même en juillet 1845…

3 Nous écrivons aujourd’hui « Mouvaux » pour désigner cette petite ville du Nord dont est originaire Sophie Johanet. « Gelou » désigne la terre appartenant à la famille Johanet, dans le Loir-et-Cher, près de Chambord.

4 Le « thé gibou » est une expression un peu obscure qui viendrait d’une pièce grivoise de Théophile Marion Dumersan, Mme Gibou et Mme Pochet, ou Le Thé chez la ravaudeuse, rendue plus connue par son utilisation dans Les Misérables de Victor Hugo : « Une barricade, c’est le thé de la mère Gibou ». En bref, un thé où l’on met beaucoup de choses diverses.

5 La bataille de Lodi, en réalité, en 1796, pendant la première campagne d’Italie.

6 « Matter » au lieu de « mettre » dans le manuscrit, sans doute du fait d’une erreur de recopiage.

7 La fête du Rédempteur, qui se déroule chaque année les troisièmes samedi et dimanche du mois de juillet, pour commémorer la fin de l’épidémie de peste de 1575-1576, qui avait été particulièrement dévastatrice.

8 Le canal de la Giudecca est, avec le Grand Canal, l’un des plus grands canaux de Venise, qui se jette dans le bassin de Saint-Marc.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540