Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XVIII. Inquiétude. — La Saint-Henri.— Les bains de mer

Sophie Johanet

Texte intégral

1Cependant mes jours se passaient moins longs depuis que les sorties, les visites d’églises pouvaient partager mon temps avec la chaise-longue, depuis surtout qu’il m’était permis de griffonner autant que je voulais, et qu’ainsi j’écrivais sous la dictée d’Auguste les réflexions que lui suggéraient ses continuelles et sérieuses observations. Les promenades en gondole me furent même prescrites longues et fréquentes, ce qui m’allait à ravir. Tous les jours j’accompagnais Auguste aux bains du Lido, sans pouvoir encore les partager, ni même traverser l’île avec lui. M’estimant trop heureuse de pouvoir en faire autant, je faisais, patiente et résignée, attacher ma gondole du côté qui regarde la ville, et j’attendais que mon cher mari, après avoir rendu son hommage à l’Adriatique, vînt me retrouver. Un soir, il m’en souviendra longtemps, nous y allâmes plus tard que de coutume ; le vent d’une mauvaise direction, soufflait à perdre haleine ; la mer était houleuse, et la faible gondole avait grand’peine à lutter contre les vagues. Les gondoliers, malgré tout cela, nous assuraient que non-pericoloso, nous voulûmes donc aborder… Auguste part comme de coutume et me voilà seule livrée à mes inquiétudes et aux tristes souvenirs d’un accident arrivé la veille, en cet endroit. Auguste était rentré tout impressionné encore du spectacle qui l’avait frappé en arrivant sur la plage : le cadavre d’un jeune prussien y gisait abandonné… S’étant aventuré avec plusieurs de ses amis, sachant à peine nager, il y avait trouvé une mort prompte et terrible… Tout cela me monta l’imagination et le cœur ; puis les mugissements du vent, la mer en courroux, la nuit qui devenait sombre, tout me semblait le mauvais augure de semblable malheur, « car, me disais-je, la mer doit être bien mauvaise de l’autre côté du rivage… S’il allait être perdu dans un tourbillon ou englouti dans une trombe, puis qu’on me le rapporte sans qu’il puisse me voir ni me rien dire… Mon Dieu ! Que deviendrais-je ? »

2Je me livrais ainsi aux plus tristes pensées, songeant au vœu que je pourrais faire pour conjurer la tempête… Mes diamants à N. D. della Salute, ce n’était rien… Enfin je l’aperçus bien loin, et m’aperçus bientôt, grâces à Dieu, que mes terreurs n’étaient nullement réalisées, je me rappelai le refrain de mon père :

« Mais enfin après l’orage
On voit venir le beau temps
Et parmi tout l’équipage,
Le plaisir vint renaissant »

3et je vis cesser toutes mes alarmes, tant il est vrai qu’un seul instant de l’affection d’une personne aimée fait oublier bien des heures de chagrin.

  • 1 Durant le soulèvement parisien des 27, 28 et 29 juillet 1830 (les Trois Glorieuses), Charles X et (...)
  • 2 Des vertus médicales sont attribuées aux bains de mer depuis au moins la fin du xviiie siècle. Pou (...)

4Nous faisions depuis quelque temps nos promenades ensemble, bientôt, ou pour mieux dire, bien tard, au 15 Juillet, je pus sortir tout à fait en grande personne. Conviés à un grand dîner d’apparat chez S. A. R. Madame, à l’occasion de la Saint-Henri, je pus cette fois, accompagner Auguste et cette première sortie me porta bonheur. La réunion était brillante et nombreuse. Combien surtout je pensai à la France quand on porta le toast du Roi ! Quand donc verra-t-il la Saint-Henri dans sa patrie, me disais-je, en me souvenant qu’il y a quinze ans à pareil jour nous fêtions Monseigneur à Saint-Cloud, et que si peu de temps après il partait pour Cherbourg1… Nous aurions bien voulu au moins être avec lui à Frohsdorf, mais les bains de mer dont j’attendais l’époque, nous retenaient à Venise2. Cette ennuyeuse fièvre de climat veut qu’on se souvienne longtemps du pays où on l’a gagnée. Ainsi, après son dernier jour, il faut en compter quarante sans toucher ni même penser à un fruit, ce qui est d’autant plus difficile qu’il est devenu du fruit défendu. Il faut aussi attendre trois semaines sans commencer les bains froids, ou bien, un accès revient aussitôt. Le 14 seulement j’avais donc hasardé le premier. C’était jusqu’à présent, une grande affaire que de prendre les bains à Venise, car il n’y a pour tout établissement qu’un petit baquet couvert, dans l’endroit le plus resserré de la lagune où tout le monde va l’un après l’autre, et l’on conçoit aisément que les insouciants Italiens seuls peuvent trouver indifférent, sinon agréable, de se baigner ainsi dans l’eau d’autrui.

  • 3 Le pantalon et la blouse comme tenue de bain pour les femmes ont remplacé l’épaisse robe de laine (...)

5Les Français avaient trouvé tant de succès dans leurs premières innovations qu’ils ne craignirent pas d’en tenter une plus forte, mais si forte que les Vénitiennes s’en sont voilé la face. La Comtesse de V*** avait donc été la première qui osât aller se baigner au Lido où il n’y a pas d’autre abri qu’une plage déserte et un beau ciel bleu (c’était peu commode pour faire sa toilette). Elle s’en gênait peu cependant, habituée à paraître à Dieppe avec son pantalon flottant, sa petite blouse et son chapeau de bergère devant trois ou quatre mille personnes3.

6À propos de Dieppe, nous en entendîmes parler un soir, d’une manière bien touchante chez Madame : la comtesse d’Ernemont, dont le mari eut l’honneur d’être deux fois flétri par son voyage à Belgrave et sa destitution de maire, raconta que peu avant son départ, elle causait avec des pêcheurs qui avaient vu S. A. R. en 1829. C’était à qui raconterait les traits de bonté de la Princesse. « Ah ! s’écriaient-ils, si nous pouvions la faire rentrer en France sans péril pour elle, nous l’irions chercher sur nos bras ! » Que ces simples paroles peignent bien l’amour, l’enthousiasme que l’auguste mère de Henri de France a laissés dans bien des cœurs ! Mais revenons au Lido ; heureusement, ou malheureusement plutôt (car c’est si loin de la France !) nous serons là, bien plus près d’elle.

7Les premiers jours, je trouvai superbe d’imiter Mme de V***, et de me plonger dans la mer sans aucune façon. Pour y entrer, rien de si facile : un simple peignoir jeté par-dessus le costume, était bientôt jeté bas et l’on se précipitait dans les flots… Mais pour en sortir, comment faire ? Pas de maison, pas une pauvre cabane, pas même les moindres broussailles… quoi donc ? Le sable brûlant de la plage et le parapluie que le mari complaisant tient au-dessus de votre tête, à moins d’aller se réfugier derrière quelque pierre tumulaire du cimetière des Juifs, comme nous le conseillait Monseigneur, on n’en est qu’à deux pas. Mais les pierres tumulaires des Juifs regardaient l’orient, et à l’occident qu’est-ce qui fera rempart ? Cette difficulté s’aggravait en raison du nombre de baigneurs qui, chaque jour, devenait plus considérable. Mais Auguste trouve si bien le moyen de parer aux obstacles, qu’ils disparaissent soudain devant lui : quand il n’a pas de repos dans son lit, il en trouve au sein de la mer ; si la chaleur l’excède dans son appartement, il s’en improvise un plus frais sous le pont Rialto. Il n’y a pas d’établissement de bains, il en fera…

8J’avais alors fait la connaissance de deux dames bretonnes, mais toutes les Bretonnes ne se ressemblent pas, et je n’aurai plus de charmante histoire comme celle de Murati. Depuis quelques jours nous faisions ensemble la traversée et nous partagions en même temps les flots de l’Adriatique. Ô surprise ! Un beau matin, nous apercevons au bord de la mer une tente en nattes de roseaux, ornée à l’intérieur de tentures chinoises que le pêcheur Giaccabo y avait soigneusement placées et qu’il ne manqua pas de nous faire admirer. Un petit banc en bois formait canapé, et sur les quatre carréga (chaise, en langage gondolier) on pouvait déposer tous les chapeaux et ses ombrelles. Cette jolie tentaia qu’Auguste avait fait draper en une nuit nous fit le plus grand plaisir, et nous servit fort utilement pendant toute la saison des bains. Bientôt d’autres dames imitèrent notre exemple, et chaque jour il fallait ajouter à la cabane quelques paillassons pour la faire piu bella y piu grande, comme disait le charmant petit garçon du pêcheur.

Notes

1 Durant le soulèvement parisien des 27, 28 et 29 juillet 1830 (les Trois Glorieuses), Charles X et sa famille s’étaient réfugiés à Rambouillet, où il signa son abdication et d’où il partit le 4 août pour gagner Cherbourg. De là, le 16 août, il embarqua pour l’Angleterre. En tant qu’ancienne nourrice du duc de Bordeaux, Mme Bayart mère était conviée avec les siens aux célébrations de la Saint-Henri jusqu’en 1830.

2 Des vertus médicales sont attribuées aux bains de mer depuis au moins la fin du xviiie siècle. Pour plus d’informations, voir Alain Corbin, Le territoire du vide, L’Occident et le désir du rivage (1750-1840), Paris, Aubier, 1988, p. 71 à 94 particulièrement. L’île du Lido est en fait un cordon littoral fermant la lagune de Venise : les plages se trouvent du côté de la mer Adriatique.

3 Le pantalon et la blouse comme tenue de bain pour les femmes ont remplacé l’épaisse robe de laine de mise sous la Restauration. Dieppe a été une des premières villes de bains à se développer en France. Dès 1822 un luxueux établissement y avait été construit, où la duchesse de Berry se rendit pour la première fois en 1824, mettant ainsi à la mode les bains de mer.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3969/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540