Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XVII. Notre-Dame-de-la-Santé. — St Marc. — Un anachronisme

Sophie Johanet

Texte intégral

1La chaleur allait toujours croissant. Plus d’une fois je trouvai un abri contre ses rigueurs dans ces magnifiques églises que la piété des fidèles a revêtues de marbre à l’extérieur comme à l’intérieur et empêche par là, les ardents rayons de soleil d’y troubler les prières. N’est-ce pas une douce image de ce repos mystérieux, goûté par l’âme fidèle à l’ombre du sanctuaire ? Toujours on y trouve un délicieux rafraîchissement aux ardeurs si souvent desséchantes, du contact avec un monde égoïste et trompeur…

2C’était le plus souvent vers N. D della Salute que je dirigeais mes pas. Cette magnifique église est l’objet d’une si touchante vénération qu’il faut remonter à son origine pour faire comprendre par un seul trait combien elle doit être chère et sacrée aux yeux des Vénitiens.

  • 1 Sophie Johanet donne la traduction de « Santa Maria della Salute » : ce nom francisé n’est bien sûr (...)

3En 1632 environ, la ville de Venise était en proie à une horrible peste. Le fléau dévastateur étendait ses ravages au point de faire penser qu’il engloutirait promptement toute la population. Les habitants fuyaient leurs maisons croyant se préserver, et allaient mourir dans des retraites où la peur de la contagion et la crainte de la mort les poussaient à se cacher. Les efforts de la médecine étaient impuissants, des familles entières se succédaient dans la tombe, où allaient se confondre pêle-mêle entassés les corps des patriciens et ceux du peuple ; la Reine des mers agonisait dans une atmosphère infectée, au milieu de la désolation et du désespoir, lorsque des voix prêtes à s’éteindre firent un dernier effort pour prononcer un vœu solennel, qui bientôt passé de bouche en bouche devint commun à tout ce qui survivait encore. On promit de construire une chapelle en l’honneur de la Vierge si la peste cessait, et de lui donner le nom de Sainte-Marie-de-la-Santé1. Le fléau cessa peu à peu et disparut entièrement sous la divine intercession de Marie.

  • 2 Orthographié avec deux « y » dans le texte.

4Aussitôt les Vénitiens se cotisèrent pour élever ce qu’ils nomment une chapelle, c’est-à-dire une vaste église dont l’extérieur à la fois majestueux et élégant donna une idée des travaux préliminaires que les fondations ont dû coûter. Pour installer sur la mer la prodigieuse quantité de matériaux de toutes sortes, nécessaires à la construction incomparable de ce magnifique ex-voto, il a fallu une suite de savantes combinaisons et une persévérance presque surhumaine. Des légions de statues, des bas-reliefs, des péristyles2, des balustrades, admirablement ouvragés, un dôme splendide, prouvent quelle noble et sainte ardeur animait les artistes de cette époque. Au milieu du sanctuaire tout revêtu de marbre, s’élève un imposant autel en l’honneur de la Vierge, aux pieds de laquelle est représentée la ville de Venise à genoux, suppliante, et de l’autre côté, un ange chassant la Peste, sous la forme de la Mort. Le tout compose un groupe taillé dans un marbre d’un seul bloc et d’un effet saisissant. Enfin, six chapelles, d’un style merveilleusement approprié, décrivent un cercle autour d’une enceinte pavée en mosaïque, au-dessus de laquelle un dôme, orné des fresques et des sculptures des grands maîtres, semble suspendu par une main céleste. Une statue colossale de la Ste Vierge couronne ce gigantesque chef-d’œuvre qui n’a certainement pas de rival, car il n’y a nulle part rien de pareil à cette Venise qu’on peut appeler l’unique et exceptionnelle personnification de la difficulté vaincue.

  • 3 Le temple de Salomon est, selon la Bible, le premier temple juif construit à Jérusalem, vers le xe  (...)

5Plus tard, quand il me fut permis de marcher un peu, je me fis plus d’une fois conduire à la magnifique église Saint-Marc, où il n’arrive jamais d’entrer sans admirer quelque nouveau détail qu’on croit voir pour la première fois. Au milieu des riches mosaïques, des splendides sculptures, notre guide nous arrêta devant une pierre de peu d’apparence, précieusement incrustée dans une colonne. Il ajouta qu’elle venait certainement du temple de Salomon3 où elle était très vénérée. Cette assertion me rappela une petite histoire qu’on me dit s’être passée à Tourcoing il y a quelque cinquante ans.

6Un bon curé, tonnant, assurait-on, de la chaire de Saint-Jacques, contre les mauvaises compagnies et surtout contre la danse se serait écrié :

7« Jeunes filles, qui ne songez qu’à vous parer et à attirer les regards, invitez donc Marie. Voyez-la retirée dans le temple, loin des assemblées mondaines, uniquement occupée de son salut. Pensez-vous, quand Gabriel vint lui annoncer le mystère de l’incarnation, pensez-vous, dis-je, qu’elle faisait partie d’une de ces assemblées où vous courez vous perdre aveuglément dans un tourbillon qui vous emporte ? Pensez-vous que Marie était au bal ? Non, non, Marie était pieusement agenouillée devant son crucifix récitant son chapelet… »

  • 4 Quoique fervente catholique, Sophie revendique son bon sens et ne se laisse pas gagner par les supe (...)

8Si ce trait est vrai (ce que je mets fort en doute) le zèle qui a emporté son auteur ne lui donne-t-il pas quelque analogie avec l’anachronisme de notre italien4 ?

Notes

1 Sophie Johanet donne la traduction de « Santa Maria della Salute » : ce nom francisé n’est bien sûr jamais utilisé, mais cela témoigne du fait que l’intention didactique n’est jamais absente de son récit.

2 Orthographié avec deux « y » dans le texte.

3 Le temple de Salomon est, selon la Bible, le premier temple juif construit à Jérusalem, vers le xe siècle avant J.-C. Il aurait été détruit en 586 av. J.-C par les Babyloniens.

4 Quoique fervente catholique, Sophie revendique son bon sens et ne se laisse pas gagner par les superstitions populaires. Ce n’est pas la seule occasion où ce sentiment de supériorité est sensible dans le texte.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540