Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XVI. La chaise longue. — Diverses innovations

Sophie Johanet

Texte intégral

1Cette première grande sortie était un peu forte pour moi. J’avais repris en rentrant, possession de ma chaise-longue que, cette fois seulement, je ne trouvai pas trop ennuyeuse. Mais excepté un jour de promenade à Murati, n’est-elle pas un des meubles les plus insipides qu’il y ait au monde ? D’après sa séduisante apparence de quasi-canapé, on croit pouvoir y prendre des airs de Dame, recevoir des visites, et la faire partager à ses amies. Pas du tout, il faut être là dans une sorte d’état mixte qui n’est ni la maladie, ni la santé ; on y est, pas tout à fait pour dormir, pas précisément pour veiller. Demande-t-on à son docteur jusqu’à quand on devra y rester, il vous fixe cette limite incertaine qu’on est convenu d’appeler un certain temps… et c’est dans ce confus je ne sais quoi que la patiente passe souvent bien des semaines. Si je ne craignais d’être entendue par la Signora fevre (Mme la fièvre), je dirais bien haut ma préférence pour la vraie maladie. Quand vraiment on est malade, c’est avec bonheur qu’on se jette dans un lit et il vous donne au moins tout franchement les allures de ce que vous êtes, tandis que la condamnation à la chaise-longue est souvent jointe à une mine parfaite, à un appétit qu’une longue diète a rendu plus actif, et pourtant ce n’est point encore la convalescence. Ces manies sont peut-être difficiles à saisir pour quiconque n’a pas eu le temps, comme moi, d’en faire une étude particulière, mais cependant elles existent. J’ai pourtant trouvé le moyen de me venger quelque peu de l’instrument de cette doucereuse torture : crayons, couleurs, broderies, papier et écritoire surtout, tout cela y était avec moi. J’ai même été sur le point d’y installer le piano dont mon cher Auguste m’avait fait la surprise au matin.

  • 1 Sophie fait référence à François Arago (1786-1853) : astronome et physicien, il était aussi célèbr (...)

2La malheureuse a vu alors qu’elle était mon esclave, bien plus que je n’étais la sienne, et elle demanda grâce… Je la [lui] accordai bientôt, car peu à peu les forces me revinrent, et ce fameux jour du 1er Juillet où le célèbre Arago1 avait prédit une chaleur par laquelle, assurait-on, tout Venise périrait, je fus capable de passer une partie de la journée en gondole. C’était une pensée digne d’Auguste qui, étouffant chez lui avait imaginé de chercher un endroit sur l’eau, où l’on pût séjourner à l’ombre. À cet effet, le conseil des vieux gondoliers du traghetto fut assemblé. Il décida, à l’unanimité, que le seul endroit où l’on trouverait cette ombre protectrice était sous le pont Rialto. Munis de douze livres de glace et de six carafes de limonades, d’orangeades de toute sorte, nous crûmes pouvoir affronter audacieusement le danger de la prédiction et espérer qu’elle ne nous atteindrait pas. Une autre, de source non moins authentique, assurait que par suite toujours de cette terrible chaleur, les poules pondraient des œufs durs… ou tout au moins qu’en les déposant une seconde dans l’eau des lagunes, ils deviendraient immédiatement à cet état. Ceux-ci auraient dû être mangés à l’agonie, car la rumeur publique disait bien expressément que l’eau aurait atteint son degré seulement à onze heures trois quarts, et à midi, quand la statue mouvante du dernier doge aurait frappé le dernier coup sur l’immense cloche d’airain, tout le monde devait occire… Cependant à deux heures, bien vivants encore, nous avions déjà plus d’une fois renouvelé l’épreuve, et la seconde prophétie mentit comme la première… Ces œufs, monuments autographes, que je voyais déjà ornant les étagères de mes cousines, de mes nièces et de mes amies, ces malheureux œufs ne faisaient que mollir davantage à mesure que je les enfonçais plus avant dans l’onde amère…

3Néanmoins, nous nous trouvâmes parfaitement bien de notre journée, nous avions pu, par ce moyen, l’utiliser en écrivant, lisant, dessinant, sous notre pont, ce qui était devenu impossible dans les appartements.

  • 2 Malamocco est situé sur l’extrémité méridionale de l’île du Lido.

4Ce n’était pas le premier essai en ce genre. Cette même chaleur qui anéantissait le jour, empêchait de dormir pendant les nuits. Mon pauvre mari en avait passé quatorze sans clore un seul œil, ce qui l’avait réduit à un désolant état de maigreur qui pourtant n’ôtait rien à sa ravissante taille, comme l’appelle une certaine dame. Un soir donc, il fit marché avec un alerte gondolier qui, au moyen d’innombrables rasades du nectar de Padoue, consentit à le mener en gondole toute une nuit. Arrivé entre le Lido et cette autre petite île qui l’avoisine, Malamocco2, il jeta l’ancre… Étendu sur les coussins de maroquin, garnis de peluche et arrangés à la gondolière, il s’en remit pleinement à Neptune du soin de son sommeil. O merveilleux effet d’une innovation que, jusqu’à cette nuit, personne n’avait été tenter ! Mon ingénieux navigateur, débarrassé des moucherons, cousins, insectes de toute espèce qui, chez lui, traversaient effrontément les moustiquaires et les doubles rideaux de mousseline, dormit du plus tranquille sommeil pendant quatre grandes heures ! Après cela, par reconnaissance, il se jeta dans la mer pour l’étreindre de plus près, et vint ensuite saluer son lit. Celui-ci piqué d’honneur, le fit à son tour dormir quatre grandes heures. Depuis, tout le monde en fait autant et s’en trouve à merveille. Il paraît même que la dame d’honneur de Madame, Duchesse de Berry, doit comme faisaient autrefois les échansons en dégustant le vin royal, en essayer d’abord, pour que S. A. R. en éprouve à son tour les douceurs.

5Cela devint une rage que ces nocturnes promenades. Les gondoles se retenaient parfois huit jours d’avance et dès neuf heures du soir il n’y en avait plus une à trouver. Le nom du Français innovateur est dans toutes les bouches avec une bénédiction, et surtout dans celle du peuple gondolier qui, voyant aussi son commerce doubler, vient tous les soirs, dans des chœurs harmonieux, chanter sa reconnaissance à celui qui leur a aussi donné al vino de Padoue…

Notes

1 Sophie fait référence à François Arago (1786-1853) : astronome et physicien, il était aussi célèbre comme vulgarisateur, par exemple pour son cours public d’astronomie populaire. L’été 1845 est bien identifié comme caniculaire, tout comme d’ailleurs celui de 1846. Nous n’avons pas retrouvé de relevés de températures pour Venise, mais d’après le journal de N. Roncalli, Cronaca di Roma, 1844-1848 (Rome, 1972, t. 1, entrée du 12 juillet 1845), il aurait fait entre 35 et 36 °C à Rome trois jours durant, entre le 6 et le 9 juillet.

2 Malamocco est situé sur l’extrémité méridionale de l’île du Lido.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540