Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XV. Promenade dans une île. — Des incidents

Sophie Johanet

Texte intégral

1Murati est une des 20 charmantes îles qui forment comme la couronne de Venise, et où l’on admire une muraille d’un travail prodigieux qui durant dix-huit lieues, forme digue à la mer qu’elle a domptée.

2Dès la veille, Piétro et fratello (jeune frère) nos anciens gondoliers, avec ceux de notre nouveau logement, s’étaient occupés de trouver deux confrères, une barque à six rames et à voiles, et tout ce qui était nécessaire à la traversée. Il avait toujours été dit que le comte et la comtesse de V*** nous accompagneraient, trouvant plus agréable et plus économique les uns et les autres, de faire cette excursion ensemble. Mais Madame avait sans doute quelque sirop à prendre, car dès qu’on parla, la veille au soir, de se lever le lendemain à cinq heures, ce fut un prolongement d’affirmations négatives qui dura depuis le palais Foscari jusqu’au jardin public (petite distance d’environ trois quarts de lieue). Tout cela faisait à M. de V*** le même effet que de l’eau coulant sur de la toile cirée, il se contentait de répondre, quand la volubilité de son épouse s’arrêtait pour lui laisser prendre haleine : « Pompone, sois sûre que tu viendras ; tu ne voudrais pas manquer de voir cette muraille, c’est un travail superbe…

3Superbe pour vous, amusez-vous en, M. de V***, mais laissez dormir ceux qui ont besoin de sommeil… Depuis quinze jours que je suis à Venise, je ne vis plus, la fatigue m’excède… Je suis toujours en mouvement… Deux sorties en gondole par jour, c’est à n’y pas tenir ! Oh ! Mes nerfs, mes nerfs ! »

4Et la dame que l’exercice des promenades en gondole excédait, s’y allongeait de plus belle, croisant les bras, baissant son voile, et s’appuyant mollement sur le dossier bourré.

5M. de V*** ne s’était pas trompé, il connaissait trop bien sa femme. Quand le lendemain, à cinq heures et demie du matin, ni avant ni après, heure militaire, nous arrivions avec la barque bien appareillée devant l’hôtel de l’Europe, Antoine et Jeannette vinrent y déposer une si grande quantité de cabas d’où sortaient en masse les cols effilés de maintes petites bouteilles, il était évident que la noble Comtesse s’était décidée à nous honorer de sa présence. Mais « Madame n’était pas prête, elle faisait mille excuses à Monsieur et Madame de les faire attendre ; elle allait avaler sa potion de magnésie ou de rhubarbe, prendre son thé, faire des frictions et sa toilette, et descendre à la minute… » La minute de Jeannette dura jusqu’à 6 heures un quart, mais enfin ça ne fait rien, nous eûmes le temps, pendant cet intervalle, d’examiner en détail l’ingénieux arrangement du vaisseau ; de remercier Piétro de ses attentions délicates pour ces dames, car outre les coussins multipliés dont il avait fait chaise longue et canapé, un bouquet de délicieux œillets et de lavande, posé dans un joli vase, ornait une table dressée en long, dans le milieu de la barca. Au-dessus, une tente en étoffe bien épaisse, pour empêcher le soleil de pénétrer, et qu’une coulisse permettait d’ouvrir à volonté si l’on voulait plus d’air. Tout nous parut très convenablement disposé, et d’un geste expressif, accompagné d’un regard de satisfaction, nous fîmes promesse aux gondoliers que le Vino de Padoue récompenserait abondamment tous ces soins délicats.

  • 1 Grande salle de rez-de-chaussée qui n’est jamais habitée par les maîtres dans les grandes maisons, (...)
  • 2 Vêtement garni de fourrure, que l’on mettait par-dessus ses habits pour se protéger du froid.

6Enfin, on entend du fond de l’immense sala1 de l’hôtel, le bruit de petits pas légers et saccadés, le frôlement d’un peignoir de soie à la Marie Médicis, de couleur vert-pomme, c’était la Signora comtesse qui arrivait, ornée de deux ombrelles pour préserver son teint du soleil, d’un vitchoura2 en fausse hermine, de plusieurs bras, d’une foule de flocons et de pastilles de Malte et surtout de plusieurs éventails.

7Ainsi équipée, elle arriva au perron :

8« Comment, fait-elle après avoir regardé de tous côtés croyant sans doute trouver un magnifique vaisseau de ligne pour la transporter armes et bagages, est-il possible que ce soit là-dedans qu’on veuille me faire entrer, et pour y passer huit heures d’une journée commencée avant le lever du soleil, lorsque je suis fatiguée horriblement avant de partir, mais c’est horrible… c’est abominable… ce sera tuant… non je n’y descendrai pas… c’est affreux… on n’a point idée d’une partie de plaisir semblable. »

9M. de V*** ne s’impatientait pas, mais il commençait à trouver un peu long de passer tout ce temps-là, un pied sur l’escalier de pierre, l’autre dans la barque ; le bras droit tendu vers sa femme, et le gauche, porteur des parasols et des éventails. Avec son sang-froid ordinaire : « Tu aurais voulu, Pompone, lui dit-il, le bateau à vapeur l’archiduc Frédéric, ou bien celui Comtesse Mitroski ? Que ne l’as-tu dit hier, mon amie ? »

10« Mon Dieu ! M. de V***, c’est bien le moment de faire des plaisanteries, et quand je serai bien malade ce ne sera pas vous qui souffrirez ! »

11« Mais si très fort, ma chère amie, quand tu as mal aux nerfs, je le sens aux miens (Il avait raison le pauvre mari, les nôtres même ne sont-ils pas agacés). Par la même sympathie tu dois sentir à tes jambes que la position des miennes n’est pas des plus agréables, dépêche-toi donc, arrive voyons… »

12« Hélas ! Fit-elle avec un profond soupir, comme quelqu’un qui se dévouerait en victime, il faut donc se résigner à entrer dans cette cage. »

13Et la Comtesse descendit.

14« Oh ! Là quelle horreur ! Qu’est-ce donc que cet arrangement ? Des banquettes posées de travers… il faudra marcher de côté comme en omnibus ou en coucou, Dieu merci, je n’ai pas été habituée à cela… Dans tous mes voyages à Paris comme à mon château de Bretagne, mon équipage et mes chevaux alezans ou gris-pommelé m’attendaient à la porte pour la moindre sortie… Puis, cette espèce de table, digne d’un corps-de-garde, à quoi sert-elle, sommes-nous déjà trop à l’aise ? Ah ! Ciel quelle journée !!!!!! »

15Ce disant, Mme de V*** respira si fort en poussant un soupir, que l’odeur de la lavande et des œillets lui pénétra jusqu’au fond du cerveau :

16« Quelle peste a passé par ici, s’écria-t-elle avec acclamation, mais cette barque est un bateau pêcheur où une raie pourrit dans quelque coin ? Oh ! C’est cette prétention de bouquet, qu’on m’enlève cela en toute hâte… Quelle sotte idée ! »

17Et Piétro vit voler bien loin son vase et son bouquet, qu’il regarda piteusement sans oser les relever.

18« Qu’on emporte aussi cette table, elle m’empêche de m’allonger, dit Mme de V*** se décidant à s’asseoir. »

19« Croyez-vous Madame, que nous puissions bientôt partir ? » lui demanda avec calme M. Johanet, d’autant plus impatienté que, suivant son habitude, il n’en avait rien laissé voir… « Pour peu que vous ayez encore des dispositions à prendre, je me ferais chercher le journal que je lirais en attendant. Je n’ai pas eu le temps de le parcourir ce matin, pour être exact au rendez-vous. »

20« Mon Dieu ! Monsieur, quand vous voudrez, puisqu’il le faut », dit la Comtesse en se pinçant les lèvres.

21« En ce cas, fouette cocher… Eh ! Quelle distraction ! Rama, Toni », fit Auguste dans son langage-gondolier, au grand Antoine qui tenait le gouvernail.

22Les six rames frappent à la fois leurs coups cadencés ; les gondoliers nous ayant réservé la surprise d’un orchestre, entonnent un chœur délicieux, et nous voici déjà derrière le palais de la Douane, au milieu du canal de la Giudecca.

23« Il manquait le charivari à la comédie, s’écria Mme de V*** à peine installée sur tous les coussins réunis, qu’ils se taisent ! Ils me fendent la tête… »

24Et la Signora sans s’en douter n’avait jamais si bien dit, mais le charivari manquait effectivement car le coro-gondoliere était vraiment très d’accord et très harmonieux. N’importe, il leur fallut ramer en silence, non sans qu’il soit parti de plusieurs gosiers, en échange de la bella canzone (belle chanson), de gros : allo diavolo, la signora Comtessa francese… (je crois que tout le monde saura traduire cette exclamation).

25Heureusement, la signora ne l’entendit pas, tant elle s’époumonait elle-même contre le prétendu roulis de la petite embarcation :

26« Tangage et roulis n’y manquent pas plus qu’à un bâtiment de 140 tonneaux, s’écria-t-elle, non, je n’irai pas un quart d’heure sans avoir le mal de mer au dernier degré… oh !.. oh ! Oh ! Oh !... oh !... oh !... Je le sens déjà, miséricorde ! » Mais ses efforts étaient vains, le mal de mer n’approchait toujours pas…

27« Je ne conçois pas, poursuit-elle, qu’on veuille faire prendre aux autres un plaisir qui est une corvée pour eux… ouf ! On n’a pas d’air ici… il fait étouffant… »

28« On peut en donner facilement, Madame », fut le premier mot que je hasardai en tirant un peu le rideau.

29« Oh ! Quel soleil ! Nous allons griller, impossible d’ouvrir… et dire que c’est pour l’agrément des autres qu’on est ainsi martyrisée… quelle position ! »

30« Au nom de Ste Anne d’Auray, Pompone calme-toi », essaya de lui dire doucement M. de V***.

31« Calme-toi, calme-toi, c’est facile pour vous qui n’avez pas de sang dans les veines… »

32« Tiens !.. et dix fois par jour tu me mets de l’eau froide sur la tête pour éviter ses effets… »

33« Je crois, M. de V***, que vous avez pris à tâche de lasser ma patience. Je ferai mieux de ne vous adresser en ce moment aucune observation et de me taire. Faites-en autant, vous me rendrez service… »

34« Bien dit pour toi, mon amie, mais autre chose est du second avis », laissa échapper M. de V***, en regardant d’un air de pitié la pauvre femme se démenant au milieu de ses coussins qu’elle posa à terre, puis s’y assit, afin de sentir moins de mouvement.

35Nous commencions à prendre le large : quantité de petites îles apparaissaient de part et d’autre, et leurs gracieux clochers, éclairés doucement par le soleil levant, semblaient plus légers encore en tranchant sur le bleu azuré du ciel. La mer était unie comme une glace, on se sentait à peine avancer. Tout annonçait une des plus belles journées du bel été de Venise. La plus douce fraîcheur, sans être froide, répandait un air embaumé et délicieux. Mme de V*** ne pouvait plus se plaindre. Confinée à fond de cale, elle voulait maintenir sa position, mais elle eût donné tout au monde pour ne l’avoir pas prise. Elle n’eut d’autre ressource que de dormir ou de faire semblant, et se trouver beaucoup mieux, parfaitement remise, après une heure de ce sommeil réparateur. Nous n’y perdîmes rien, car ses éternelles complaintes commençaient à prendre un cachet de monotonie fort ennuyeux.

36Un premier petit-déjeuner, arrosé de vin de Chypre, égaya les passagers, donna de l’activité aux rames, et tout alla des mieux. Auguste se mit à chanter, M. de V*** l’accompagna, sa femme sommeilla, se reposa, l’admira, la comtesse les écouta, la voile s’enfla, la barque vola, le temps se passa, on arriva… Ah ! Le joli voyage !

37Il y avait vingt pas à faire pour joindre la fameuse muraille. Auguste me permit, appuyée sur son bras, d’aller jusque-là. J’y arrivai sans encombre ; mais pour bien voir, il fallait monter sur le mur même. Depuis que j’étais devenue raisonnable, rien ne me tentait devant une imprudence, je m’assis donc sur la première marche de l’escalier, priant mon cher mari d’aller admirer pour nous deux. C’était si beau qu’il voulut me faire voir par moi-même, et pour cela faire, il me porta jusqu’au haut. Là nous avons contemplé un travail vraiment digne du courage des Romains, qui tient la mer captive d’un côté, et donne de l’autre, à Venise, la sécurité et le repos, sûre de n’être plus envahie par les vagues jadis témoin d’horribles naufrages, et retenues aujourd’hui dans cette enceinte de murailles indestructibles, au-dessus desquelles sont écrits ces mots, laconiquement significatifs :

38Ansu romans, et oere veneto. (Par l’audace des Romains, et l’argent des Vénitiens.)

39Il était midi. Le soleil dardait ses rayons de plomb ; nous descendîmes bientôt pour aller visiter l’église, et de là faire un déjeuner bien organisé, avec un appétit que la brise du matin avait suffisamment aiguisé.

40Après une heure et demie de repos, on appareilla de nouveau. Nous avions le vent bon, comme disent les marins, et une seconde voile dispensa des rames.

41Mme de V***, reposée aussi de son train du matin, aurait voulu la recommencer, protestant de l’ivresse des gondoliers, qui se seraient livrés à de trop nombreuses libations, pour expliquer la position de côté qu’ils donnaient à la barque, si bien qu’étendue en travers, elle se trouva presque debout.

42« Il arrivera malheur ! C’est impossible autrement, a-t-on jamais vu faire de telles imprudences ? Nous allons chavirer… Et notre dîner chez Madame pour ce soir ! Je serai malade, je n’aurai pas le temps de faire ma toilette… quel saisissement m’agite ! Nous chavirons, nous versons… »

43Mais les vieux loups de mer, immobiles comme des mâts de misaine, n’en changeaient pas le gouvernail d’une ligne, et n’en laissaient pas moins les voiles enflées à tous vents.

44Ayant vu que ses chants du matin avaient produit bon effet, Auguste proposa une autre distraction du même genre, et chacun dut donner son mot pour faire des bouts-rimés. On réunit ceux-ci : mère, terre, clocher, manger, livre, ivre. Ma langue de femme, toujours prête quand il s’agit de pérorer, les eût remplis la première, ce n’est point étonnant. Au lieu de cacher ce défaut, je donnai de suite le fruit de mon travail :

Après trois mois passés loin d’une tendre mère,
Semblable au matelot quand il a crié terre !
Pour nous quand d’Orléans (ou de Mouveaux) va poindre le clocher,
Le bonheur tiendra lieu du dormir, du manger.
Des longueurs du chemin priant qu’on nous délivre,
Pour voir d’heureux enfants on n’aura qu’à nous suivre.

  • 3 Sophie ne manque pas une occasion de souligner, sans en avoir l’air, qu’elle a des facilités dont s (...)

45Ce désir de parler trop tôt nous fit perdre ceux d’Auguste. Il prétendit que j’avais pris ou fait perdre ses idées, et ne nous donna rien3.

46Le trajet du retour se fit beaucoup plus vite que celui du matin. La Comtesse de V*** eut le temps de faire sa toilette, d’ajuster ses anglaises, d’essayer ses bracelets de manière à pouvoir prendre son potage, et à six heures moins cinq minutes, elle entrait à Vendramini sans que rien parût de l’orage de cette journée.

Notes

1 Grande salle de rez-de-chaussée qui n’est jamais habitée par les maîtres dans les grandes maisons, et où se tiennent les gondoliers et les domestiques.

2 Vêtement garni de fourrure, que l’on mettait par-dessus ses habits pour se protéger du froid.

3 Sophie ne manque pas une occasion de souligner, sans en avoir l’air, qu’elle a des facilités dont son conjoint ne dispose pas, même s’il publie plaidoiries et polémiques. Les bouts rimés étaient une distraction courante dans la bonne société, héritée du siècle des Lumières. On remarquera que dans la strophe improvisée par Sophie, comme dans beaucoup d’anecdotes de ce journal, la morale est sauve, c’est-à-dire que les retrouvailles avec la famille apparaissent comme le bien suprême. Le voyage ne fait pas oublier les devoirs envers la sphère domestique.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540