Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XIV. Une nouvelle connaissance

Sophie Johanet

Texte intégral

1Au bout de quelques jours, après plus d’un accès de pâmoisons et de délire, à ce qu’on me dit, je commençais à aller mieux, lorsqu’une insipide fièvre quotidienne se déclara, et m’imposa chaque jour une longue visite : « Ce n’est rien, dit le docteur Pittner avec le calme d’un Allemand ; des pilules de quinine feront passer cela bien vite. » Mais pour avoir de la quinine, il fallait avoir recours à un pharmacien. Or il se fait qu’à Venise, pas plus qu’à Tourcoing, ces messieurs ne se font pas scrupule, pour gagner quelques svensicks (84 centimes) de plus, de ne donner rien de ce que demande l’ordonnance. Les étrangers surtout sont sujets à ces soustractions frauduleuses, dans l’espoir où est l’industriel, que la fièvre continuant, on prescrira sans doute une seconde dose. C’est ce qui m’arriva. Malgré force pilules, la fièvre me revint avec d’autant plus d’assiduité que mes bouderies et mes mauvaises réceptions ne faisaient que l’irriter davantage.

2Tout cela se prolongeant, il était facile de prévoir que nous serions encore colloqués à Venise au moins pour six semaines. On est en pareil cas très mal et chèrement en hôtel, nous résolûmes de prendre un petit appartement et de faire notre ménage, quatrième déménagement. Toujours par les bons soins et l’activité de mon cher Auguste, « qui fut dit, fut fait », et le lendemain nous étions installés dans cette jolie petite maison, en face de la magnifique église de N. D della Salute, sur le Grand Canal. En ouvrant la fenêtre de mon balcon, je voyais à l’Autel et pouvais entendre la messe dans mes appartements.

3Malgré sa charmante position et la distribution si commode que composaient un petit salon orné de fresques, deux chambres de maître dont une toute entourée de glaces, une de domestique, un vestibule et une cuisine ; malgré tout cela, je me sentis bien triste en y entrant, hissée sur l’escalier par mes deux porteurs, et obligée, arrivée en haut, de me jeter sur une chaise longue. Impossible de me soutenir pour faire un pas, aussi pensais-je presque n’en plus sortir que pour être portée en terre en gondole, ce qui ne me souriait pas du tout. Mon Auguste qui en toutes circonstances possibles m’est une si complète compensation, ne pouvait l’être à ce nouveau chagrin car c’était surtout en pensant à lui que cette idée me rendait triste…

  • 1 Il s’agit d’une confusion de la part de Sophie entre l’île de Murano (la plus proche de Venise et (...)

4Cependant ses bons soins, toujours aussi tendres, aussi soutenus, me rendirent les forces et l’espoir. Il cherchait par tous les moyens possibles à me donner des distractions ; il y parvint si bien qu’au bout de quelque temps, la fièvre parut m’oublier un peu. On me permit les promenades en gondole ; tous les jours, je consentais un enlèvement, non pas (ne pensez point à mal) par un cavaliere-servante comme il s’en trouve tant à Venise, mais portée par deux hommes robustes, dans un fauteuil que soutenait mon cher mari. Je me trouvai bien de ces premières promenades, très courtes d’abord, et où la douceur de la gondole ne fait pas sentir le moindre mouvement. Après bien des jours d’épreuve, je fus jugée capable d’être de la partie de Murati1.

Notes

1 Il s’agit d’une confusion de la part de Sophie entre l’île de Murano (la plus proche de Venise et la plus grande de toutes les îles de la lagune) et les murazzi, c’est-à-dire les mursdigues érigés au xviiie siècle par la Sérénissime pour protéger les berges de l’érosion provoquée par les marées et les tempêtes. Leur construction avait été supervisée par Bernardino Zendrini entre 1744 et 1782, et quoiqu’endommagés par les grandes marées de 1825, ils faisaient toujours l’admiration des visiteurs, qui y voyaient une réalisation titanesque : bâtis en pierres d’Istrie posées sur des lits de cailloux et des pilotis, ces murazzi faisaient 4 mètres de haut et près de 14 mètres d’épaisseur. Il y en avait trois principaux, le premier sur le Lido, le second sur le cordon littoral de Sottamarino, et le plus développé, atteignant plus de 10 km, sur l’île de Pallestrina. C’est très probablement celui-ci qui constitue la destination de nos voyageurs : au sud de Pallestrina, étroite bande de sable qui prolonge le Lido après la passe de Malamocco, entre l’église San Maria del Mare et la zone boisée connue sous le nom de Ca’Romana, qui fait face au port de Chioggia, les murazzi étaient quasiment la seule séparation entre la lagune et la mer.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540