Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XIII. Deux déménagements. La Comtesse de V*** et ses nerfs

Sophie Johanet

Texte intégral

1« Auguste a toujours raison », chez nous c’est passé en proverbe. Il l’avait bien encore, quand, la veille de mon accident, les étrangers ayant fait place, il pensa à nous faire quitter la chambre du Vicolo, pour en prendre une plus grande, plus gaie, sur le grand Canal. Pif, paf, pouf, en trois coups de temps le déménagement avait été opéré, toutes les robes bleues de ciel, lilas tendre ou blanc de neige avaient, en trois minutes, élu domicile au troisième. C’est là que je reçus les premières visites de l’excellent docteur Pittner, médecin de Madame, et dont la présence me consola beaucoup, car il connaissait ma mère qui souvent m’en avait parlé et qui a toute confiance en lui. Ma grande compensation aussi à mes ennuis et à mes souffrances, fut l’intérêt que me témoignèrent S. A. R. et son auguste fils, envoyant chaque jour savoir de mes nouvelles, et témoignant les plus grands regrets de me voir dans cet état. Auguste alla plusieurs fois y dîner ou y passer la soirée seul. Je ne parvenais qu’à grand-peine à le faire sortir sans moi, même quand j’allai un peu mieux ; il ne se contenta pas d’être garde-malade, il voulut être garde-convalescente.

2Quel moyen d’écrire à nos chers parents tous nos événements sans les faire venir ? Quelques raisons en l’air leur firent facilement croire à la nécessité de prolonger notre séjour à Venise. Nous en fîmes part cependant à Orléans, afin d’avoir au moins quelques avis. Je n’aurais pas besoin de consigner ici l’affectueuse pensée qu’eut notre sœur, Madame Jules, de venir nous rejoindre. Il est de ces souvenirs ineffaçables qui se gravent à tout jamais dans la mémoire du cœur, et que l’on aime à caresser de toutes manières, c’est ce que je ferai toujours en ouvrant ce petit journal, c’est pourquoi je veux y donner place à cette touchante marque d’amitié.

  • 1 Armande Johanet est une sœur aînée d’Auguste, restée célibataire. L’abbé Alexandre Johanet, aîné d (...)

3Les bonnes lettres de ma sœur Armande et de Monsieur l’abbé1 me firent le plus grand bien, et en firent surtout, je crois, à mon cher Auguste, en rendant sa malade un peu meilleure. Il le fallait bien pour répondre à la haute réputation de courage et de résignation que l’on m’y donnait. L’amour-propre s’en mêla, et ne nuisit à rien.

  • 2 Petite contradiction, puisque quelques lignes plus tôt elle logeait au troisième.
  • 3 Encore une contradiction, car c’est son deuxième déménagement… À moins qu’elle n’en ait passé un s (...)

4Nous étions logés au quatrième étage2. Les escaliers de l’hôtel étaient parcourus pour moi au moins autant que l’échelle de Jacob, et ce n’était point du tout le paradis en haut. Auguste surtout s’en ressentit à ses jambes pour le présent, et aux miennes pour le temps où je pourrais un peu marcher, ce qui le détermina à un troisième déménagement3, et portée dans un fauteuil par deux gondoliers, me voici installée dans une jolie chambre de l’entresol sans avoir même eu la permission de penser aux embarras des bagages. Mon bon Auguste encore avait pris soin de tout.

5Là je pus recevoir plus facilement les visites de la Comtesse de V***, logée au premier, à qui les nerfs ne permettaient pas de monter beaucoup. C’était une Bretonne vive, ardente, dans ses mouvements et dans l’expression de sa volonté, comme dans son dévouement parfait à son Roi, à qui elle aurait volontiers donné sa vie et sa fortune, après toutefois, nous dit une langue au moins peu charitable, s’être inondée de dentelles d’Angleterre et de bracelets. Nous lui avons remarqué, il est vrai, une passion prononcée pour ces sortes de bijoux, car à un certain dîner chez Madame, quatorze à un même bras faisaient monter les derniers jusqu’à la saignée, à tel point que voulant manger son potage, il ne lui fut possible d’en prendre la moindre cuillerée qu’après avoir détaché deux ou trois anneaux de corail ou de mosaïque. Elle n’avait pas prévu cet inconvénient.

6J’ai eu le plaisir de voir si souvent cette excellente Dame que je fus à même de la bien connaître, et si je m’amuse à dire ses petits travers, c’est qu’ils faisaient ressortir la bonté de son caractère par la manière toute naïve dont elle les avouait.

  • 4 Erreur de copie ou de graphie ? Quelques pages plus loin d’ailleurs, le nom est correctement ortho (...)

7Son goût pour les bracelets n’était rien auprès de son amour pour les fausses anglaises. Un jour encore, au grand dîner de cérémonie que donna le Prince la veille de son départ, elle en avait mis, dans la précipitatione (comme dit Henri chantant l’anglais), une touffe si haut et l’autre si bas, que celle-ci mangea une partie de la sauce et des crèmes de son voisin, tandis que celle-là, dressée sur sa tête, n’échappa que par miracle au feu des bougies suspendues à ce beau lustre de cristal, dans le salon de l’hôtel Daniéli. Mais sa passion principale, sa passion favorite, c’étaient les grimaces. Elle y excellait si parfaitement, que sa maigre figure, tirée déjà de plusieurs côtés par ses emportements nerveux, en conservait presque continuellement le grimaçant souvenir. Ces malheureux nerfs, qui lui étaient devenus une vraie infirmité, voyageaient nécessairement toujours avec elle, et elle se croyait obligée de les accompagner d’un tas de petits calmants qu’elle aurait voulu faire partager à tout le monde. Dans une caisse à trente deux compartiments, que son valet de chambre avait surnommée la pharmacie des nerfs de Madame, elle avait soigneusement rangés en bouteilles, pilules ou petits paquets tous les remèdes de bonne femme que le superstitieux breton entremêle trop souvent au pèlerinage de Sainte Anne Vauray4. Je pourrais encore compter les visites de la noble dame par les petites boîtes à poudres qu’elle m’a léguées et dont je ne me suis pas servie, mais auxquelles je lui laissai volontiers le plaisir d’attribuer ma guérison. Les douches, disait-elle, étaient un spécifique merveilleux, infaillible pour toute espèce de maux, aussi dès son entrée dans ma chambre, j’étais sûre d’avoir la tête inondée d’eau fraîche et de compresses glacées. On voit au milieu de tous ces soins, un cœur excellent, qui se serait mis lui-même en pilules pour faire du bien aux personnes à qui elle s’intéressait. Elle avait une bonne pâte de mari, pas bête du tout, il s’en faut bien, qui la laissait toujours se démener à son aise, et ne lui opposait qu’un calme plat qui la fâchait davantage, disait-elle. Malgré leur humeur différente, ils paraissaient s’aimer beaucoup et vraiment faits l’un pour l’autre. Il fallait une Mme V*** pour empêcher le noble comte de mourir d’apoplexie tant son calme avait peine à s’ébranler, et il fallait un M. V *** pour prendre en patience les éruptions réitérées de la volcanique comtesse.

8J’ai parlé longuement de ces deux compagnons de voyage parce que, devant les retrouver tous les jours en visites, à la promenade, chez les Princes, il fallait les connaître.

Notes

1 Armande Johanet est une sœur aînée d’Auguste, restée célibataire. L’abbé Alexandre Johanet, aîné de la fratrie et biographe de la famille, est alors à la tête du grand séminaire d’Orléans. Madame Jules est une belle-sœur de Sophie, très certainement l’épouse d’Emmanuel-Jules Johanet, frère d’Auguste et successeur de leur père comme avocat au barreau d’Orléans. Sur tout ceci, voir notre commentaire p. 210-211.

2 Petite contradiction, puisque quelques lignes plus tôt elle logeait au troisième.

3 Encore une contradiction, car c’est son deuxième déménagement… À moins qu’elle n’en ait passé un sous silence ?

4 Erreur de copie ou de graphie ? Quelques pages plus loin d’ailleurs, le nom est correctement orthographié. Sophie veut parler du pèlerinage de Sainte-Anne-d’Auray, une commune du Morbihan, où sainte Anne, la grand-mère maternelle du Christ, serait apparue au laboureur breton Yvon Nicolazic, en 1625. Sur cette dévotion, voir par exemple Alain Cabantous, Le Ciel dans la mer. Christianisme et civilisation maritime, xve- xixe siècles, Paris, Fayard, 1990. C’était aussi un des lieux de mémoire de la chouannerie. Après la mort du comte de Chambord (1883), une des plus célèbres statues du prince, érigée à sa mémoire, fut payée par souscription par les légitimistes bretons et fut dressée à Sainte-Anne-d’Auray. Depuis le début du xxe siècle, la commune attire chaque année un pèlerinage légitimiste.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540