Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XII. Auguste naturalisé vénitien. Ce qui en fut la suite

Sophie Johanet

Texte intégral

1Tous les jours, après une promenade en gondole, nous descendions à la place Saint-Marc et venions prendre nos places au cercle royal, que Madame et son auguste fils se montraient toujours heureux de voir grandi par des Français. Ce malheureux soir du dix juin, elle avait été charmante et prolongée, et vers 10 heures, nous pensons comme de coutume mettre pied à terre, et rejoindre nos hôtes royaux. Au lieu de cela, Auguste trouva plus original de mettre pied à l’eau… et floucq… le voilà lancé… Tout saint qu’il sera sans doute et que j’aime à le croire déjà, il n’est évidemment pas un St Pierre ; aussi les ondes ne crurent-elles pas devoir, comme autrefois au grand apôtre, s’affermir sous ses pas. Je vis soudain ma chère moitié s’enfoncer sous les flots et ce qu’il y a de pis sous des flots de gondoles, de barquettes de toutes sortes qui stationnaient à la riva en attendant leurs beaux promeneurs. Un saisissement affreux bouleversa toute ma personne et mon imagination, et m’absorba tellement, dans la crainte d’une terrible catastrophe, que je n’eus pas la force de l’exprimer par un cri, ce saisissement avait passé par mon cœur, et m’avait fait sentir, en une seconde, quelles pouvaient être pour moi les suites funestes de cette chute…

  • 1 Cet « accident de Dame » ne peut être qu’une fausse couche.

2En y pensant, les larmes gonflent encore mes yeux, mon cœur redevient triste, inquiet, agité ; et cependant mon cher Auguste est près de moi, je le vois, je l’entends, je lui parle… Ah ! Quand les souvenirs touchent de si près aux affections, ils tremblent parfois des réalités… Quelques égratignures et un endolorissement général de vingt-quatre heures, furent heureusement les uniques suites de cette courte immersion. Pour moi le résultat en fut plus grave : je tombai malade le lendemain, et un accident de Dame, que je ne dis pas mais que savent nos mamans, me précipite dans mon lit pour en sortir… quand il plairait à Dieu1

3Je n’avais pas besoin d’épreuve pour connaître toute la tendresse de mon cher mari. Mais qu’elle eût été douce et convaincante s’il m’en avait fallu ! Quel empressement à aller au-devant de ce qui pouvait me faire quelque bien, de mes moindres désirs ! Quelle sollicitude inquiète, doublée encore par ses efforts, pour me la cacher ! Quels soins constants, minutieux, et assidus, qui n’auraient pu avoir d’égaux que ceux de la mère la plus tendre et la plus expérimentée (je croyais avoir la mienne près de moi !), et cependant j’étais presque mauvaise malade, quelquefois grognon, souvent peu résignée, toujours de mauvaise humeur ou à peu près, sans cesse disposée à faire des imprudences, à marcher, à courir, s’il m’avait laissée faire quand je ne pouvais remuer… Toutes ces dispositions ne m’ont pourtant point empêchée d’admirer sa patience, toujours croissante à mesure que la mienne diminuait, je compris alors la force de ce mot entre cœurs qui s’aiment : « fais ceci pour l’amour de moi », et je me rends encore cette justice d’être toujours devenue très raisonnable et capable de tout quand mon Auguste me le prononçait. Ce n’était plus alors un mérite, ce n’était qu’une conséquence.

« L’amour rend léger tout ce qu’il y a de présent,
il porte un poids sans en être chargé,
il rend doux et agréable ce qui est amer,
il ne s’excuse point sur la difficulté parce qu’il croit
que tout lui soit possible… »

  • 2 L’imitation de Jésus-Christ est une œuvre anonyme de piété chrétienne rédigée vers la fin du xive  (...)
  • 3 Une durée d’un mois était plus ou moins communément admise. Voir infra notre commentaire, p. 232-2 (...)

4Ces paroles du pieux auteur de L’imitation2 sur l’amour de Dieu, ne peuvent-elles pas, sans profanation, être appliquées à un autre amour aussi venu de Dieu, que lui-même a fait naître, que lui-même a béni. On dira, si l’on veut que c’est un langage de lune de miel, quoique son terme soit bien passé3, on dira même peut-être que c’est folie. Peu m’importe, si cette folie me rend heureuse, je dirai, moi, à ceux qui parlent ainsi : « Assurément, vous ne l’avez point ressentie et je ne puis vous souhaiter rien de meilleur que ces accès. » Oh ! N’y-t-il point d’ailleurs de bonnes et saintes folies ? Qu’est-ce qui sauvera le genre humain, sinon la folie de la croix ? La folie de l’amour et de l’amitié dans un ménage n’est-elle pas aussi sainte et bonne ? Elle ferait le charme de la vie.

Notes

1 Cet « accident de Dame » ne peut être qu’une fausse couche.

2 L’imitation de Jésus-Christ est une œuvre anonyme de piété chrétienne rédigée vers la fin du xive siècle ou au début du xve siècle. Au xviiie siècle c’était le livre le plus publié après la Bible.

3 Une durée d’un mois était plus ou moins communément admise. Voir infra notre commentaire, p. 232-234.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540