Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

XI. Un jour mémorable

Sophie Johanet

Texte intégral

  • 1 Sophie Bayart, la mère de Sophie Johanet, eut sept enfants : trois garçons et quatre filles, mais (...)

1La journée dont je viens de parler était aussi un bien beau jour pour nous. Sans avoir couru aux Régates, sans avoir emporté l’étendard triomphant, nous avions aussi acquis le plus cher héritage à léguer à nos arrière-neveux ou à nos arrière-petits-enfants si ce vœu de la buona Duchessa est béni : « Je souhaite, nous dit-elle, que vous ayez une nombreuse postérité, ayez au moins autant d’enfants qu’en a eus Mme Bayart, et qu’ils soient tous comme elle1. »

2Le matin donc de ce dimanche 8 Juin, Monseigneur nous avait indiqué onze heures, pour une réception particulière. Comme il nous parut plus beau encore dans l’abandon d’une douce intimité, où, nous ayant fait asseoir avec lui, il causa gaiment et comme en famille ! Il avait voulu, disait-il, signer devant nous notre contrat de mariage, pour nous mieux témoigner le plaisir qu’il avait éprouvé de cette union. « J’ai aussi voulu, me dit-il, avec cette grâce qu’aucun Roi ne peut posséder comme lui, remettre moi-même à Mme Johanet le petit souvenir dont j’ai parlé à sa mère. » Et il me donna de sa main, un écrin contenant un ravissant bracelet aux armes royales et à son chiffre en diamants sur une améthyste. Combien il m’est plus précieux, reçu de la main de mon Roi, et quel trésor pour nous ! Le Prince apposa ensuite sa royale signature à l’acte où nos noms s’étaient une première fois unis de si près ; c’était un bonheur de plus ajouté à cette union qui déjà m’a tant de fois fait dire :

« Non, le parfait bonheur n’est point une chimère. »

  • 2 Les objets provenant du prince, ou le représentant, étaient très nombreux et servaient à entreteni (...)

3Le bracelet, charmant accompagnateur de ce titre de noblesse, renfermait en outre une mèche des cheveux du Prince2.

4Après une demi-heure de conversation dont chaque parole révélait la bienveillance de M. le Comte de Chambord, nous nous retirâmes, justement heureux et fiers.

5C’était un jour tout de joie : en sortant, nous entrâmes dans l’appartement voisin que le Prince avait fait disposer à l’avance pour M. de Chateaubriand. L’illustre voyageur nous reçut aussitôt, et nous le vîmes encore sous le poids de la douce émotion que lui avait causée l’accueil de Henri de France. Il parla peu pourtant, mais ses larmes trahissaient ce qui se passait dans son cœur, puis, d’un ton prophétique et assuré : « Il sera grand parmi les nations, s’écria-t-il… Oui, il est trop jeune et trop parfait pour rester en chemin. Ce n’est pas seulement un grand Prince, c’est un homme ! » Ces paroles allaient bien à nos cœurs, nous formions des vœux pour leur accomplissement, et Dieu sait s’il peut en être de plus sincères !

  • 3 Le comte de Quesnay est un gentilhomme autrefois attaché à la maison du duc de Bourbon comme maréc (...)

6Rentrés chez nous, notre premier soin fut d’écrire à nos chers parents notre bonne matinée. Deux jours après, un second courrier leur apprit que Madame nous avait fait le même honneur. Le Mardi, 10, elle joignit sa signature à celle de son auguste fils, et voulut aussi m’en laisser un second souvenir, rappelé par une broche, représentant en miniature, la piazzetta di san Marco. La veille, nous y avions dîné tout à fait sans façon. S. A. R. nous avait invités seuls afin de pouvoir causer plus librement, elle s’en tira très bien et mon cher Auguste aussi sans doute, pendant une heure d’entretien sur le balcon. J’en faisais autant avec M. de Lucchesi et la gracieuse, la charmante Mme de Quesnay3. J’avais d’autant plus de plaisir à la voir et à l’entendre, qu’elle est d’une ressemblance frappante avec ma chère Pauline, Madame Abel.

7Le jour où Madame nous avait reçus le matin Monseigneur nous invita à diner. Nous nous y rendîmes en compagnie de tous les Français alors présents à Venise. Je ne me doutais pas alors que ce serait ma dernière sortie avant bien longtemps.

Notes

1 Sophie Bayart, la mère de Sophie Johanet, eut sept enfants : trois garçons et quatre filles, mais seuls Sophie et Henri atteignirent l’âge adulte. Nous ne connaissons qu’une fille à Sophie Johanet, Marie Leroy, qui publia le livre de sa mère.

2 Les objets provenant du prince, ou le représentant, étaient très nombreux et servaient à entretenir le dévouement et la ferveur autour de lui. Voir infra notre commentaire, p. 267-268.

3 Le comte de Quesnay est un gentilhomme autrefois attaché à la maison du duc de Bourbon comme maréchal de camp, puis à celle de la duchesse de Berry, qui l’utilisa plusieurs fois comme messager auprès du duc et de la duchesse d’Angoulême.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540