Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

X. Les Régates. — Jardin public. — Daniéli

Sophie Johanet

Texte intégral

1Petit, mais commode, telle était, après une première nuit, et avec nos modes d’arrangements, la devise que nous avions appliquée au fourre-tout que nous nous estimions heureux de posséder à Venise, un jour de Régates !

  • 1 Ce « décrétée par elle-même » est étrange, puisque Venise perdit son indépendance en mai 1797 suit (...)

2Car, savez-vous ce que c’est, que ce fameux jour des Régates ? Voyez, dès le matin, les élégants costumes si variés, si gracieux, des joyeux gondoliers ; voyez glisser ces ravissantes gondoles, ornées de tentes aériennes de gaze rose ou blanche à frange d’argent, pavoisées de drapeaux aux mille nuances, d’étendards où une brise légère fait briller l’or et les pierres précieuses. Semblables à ces coquettes qui, la veille d’un grand bal ou d’une soirée nombreuse, essaient leur parure pour en savourer à l’avance les délicieux effets, elles sortent un instant, avant que le soleil soit bien fort, de peur qu’il ne fasse pâlir la fraîcheur de leur teint, avant l’heure du succès. Ces dispositions vous diront évidemment qu’une fête se prépare, et vous ne vous tromperez point. Si c’était en France que pareille chose eut lieu, on dirait sans doute : « ce peuple a l’esprit bien léger ! », ici on dit : « ce peuple a l’esprit national ! Comme il conserve avec respect le souvenir de son ancienne gloire ! » et la gloire de Venise n’est plus, et cette fière république a reçu, décrétée par elle-même, la chaîne de la servitude1, et le peuple vénitien, amoureux avant tout de plaisir et des fêtes, célèbre, par les fêtes et le plaisir, la mémoire de cette gloire évanouie…

3Les Régates sont une continuation des réjouissances de l’ascension, anniversaire du jour fameux où, en 1295, Venise, à la suite de la généreuse et brillante participation que sa marine et son armée venaient d’avoir aux croisades, et des conquêtes mémorables qu’elle avait faites avec les Français, consacra ses nombreux exploits par ses fiançailles avec la mer. À cette époque, le Doge sortit triomphalement du port de Venise, et s’avança jusqu’à l’embouchure du Lido, monté sur une grande galère appelée le Bucentaure. Là, entouré de la noblesse, au milieu des chants du clergé qui l’accompagnait, au bruit des nombreuses fanfares et des cris d’un immense cortège porté par des milliers de gondoles ; aux yeux de tous les ambassadeurs étrangers qui semblaient, par leur présence, reconnaître cette prise de possession, il jeta un anneau d’or dans l’Adriatique. Alors un spectacle vraiment unique fut offert à l’innombrable assemblée. Le Doge s’approcha majestueusement, puis, regardant le ciel pour le prendre à témoin, il étendit sa main souveraine, disant d’un ton solennel : « Nous t’épousons, notre mer, pour marque de la véritable et perpétuelle domination que nous avons sur toi. »

  • 2 Les Régates se fêtaient normalement le premier dimanche de septembre, mais également à d’autres da (...)

4Tous les ans donc, le 8 Juin2, le grand canal se remplit de milliers de gondoles ornées, décorées de toutes manières. Les gondoliers revêtent les costumes de toutes les nations : et, Turcs, Arméniens, Russes, américains, asiatiques etc, etc…, tous ces peuples d’un jour semblent n’en faire qu’un seul pour rendre un commun hommage à la folle Venise, redevenue le lendemain, quand des fenêtres de ses palais ont disparu les tapisseries et les tentures, quand ses canaux sont déserts, et que ses échos fatigués encore du bruit de la veille, ont cessé de faire entendre le dernier son des chants vainqueurs, redevenue Venise la silencieuse.

5Mais, curieux voyageurs que le hasard a amenés à cette époque, folâtrons un peu avec elle, et jouissons de son aspect magique au jour des Régates.

  • 3 Le comte de Chambord acheta ensuite, soit plus tard dans l’année 1845 soit plus probablement en 18 (...)

6Je mène d’abord mon lecteur supposé (je ne dois pas avoir la prétention d’en trouver d’autres… mais enfin, quel méchant peintre, en esquissant un tableau plus méchant encore, ne songe déjà aux explications qu’on va lui demander sur tel ou tel détail, et ne pense qu’au moins, un visiteur ennuyé s’arrêtera devant son ouvrage ?). Ainsi donc qui que vous soyez personnage idéal ou réel, mais toujours personnage indulgent, je vous mène vis-à-vis du chantier, près du jardin public. En passant devant le magnifique hôtel Daniéli, vous l’avez salué, et vous voudriez, je le vois, vous y arrêter. Ne croyez pas ce désir inspiré par son coquet minois, bien séduisant c’est vrai, ni par sa galerie de petits obélisques élancés et à jours, qui forment comme sa couronne. Quelque chose de plus sérieux vous attire : vous êtes français, et votre cœur vous dit que là est un autre français, un Roi proscrit, venu pour quelques jours y abriter sa tête d’exilé, y reposer son front si noble, fait pour ceindre une couronne3 ! Oui, là Henri de France s’est reposé, il a été consolé, parce que là, il a reçu les hommages d’un grand nombre de Français fidèles ; et ces hommages, il peut les recevoir sans crainte, ils s’adressent à l’infortune, et cette fidélité, il peut y croire, il peut s’appuyer sur elle comme sur un roc invincible, c’est la fidélité au malheur, celle-là ne trompe jamais…

  • 4 Chateaubriand est particulièrement cher au cœur de la famille Bayart. La mère de Sophie est une in (...)

7Et quel est celui ouvrant la marche de ces pieux pèlerins ? Chateaubriand apparaît le premier… Souffrant, courbé par les années et l’absence de son Roi, à peine il pourrait se soutenir, si la main de Henri ne lui servait d’appui… Et cependant son cœur est jeune encore, sa tête blanchie est encore ardente, il lui semble que l’un et l’autre donnerait de la vigueur à son bras s’il pouvait aller à l’ennemi… Soutenu ainsi par Henri de France, il faisait l’effet d’un vieux bouclier éprouvé par le fer et le feu, qui préserve le jeune guerrier, mais qui doit être porté par lui pour devenir son salut4

  • 5 La duchesse d’Angoulême est la fille survivante de Marie-Antoinette et de Louis XVI. Elle fut enfe (...)
  • 6 Raymond de Sèze (1748-1828) était en effet l’un des défenseurs de Louis XVI devant la Convention e (...)

8À côté, et bien digne de marcher sur la même ligne, le comte, la comtesse de Sèze et leur fils, venant de Goritz à Frohsdorf, où le digne fils du défenseur de Louis XVI, avait été rendre compte à l’auguste orpheline du Temple5, des douloureuses cérémonies de l’anniversaire funèbre de Louis-Antoine de France… En voyant l’accueil fait à sa noble mission, M. le comte de Sèze a dû éprouver combien sa vieille fidélité a le privilège d’être, en pareille circonstance, une véritable consolation pour les royales infortunes auxquelles il payait un nouveau tribut6.

  • 7 Florian de Kergorlay (1769-1856), ancien Émigré passé par l’armée de Condé, était un ultraroyalist (...)
  • 8 À la mort de Louis XVIII (1824), Charles X aurait refusé le titre de « Madame » à la duchesse de B (...)

9Puis, le comte de Kergorlay et son fils7, qui ont été reçus par Monseigneur et par S. A. R. Madame8, avec un empressement bien dû à un dévouement joint à une si rare énergie. Il vint me voir plusieurs fois, je fus heureuse de connaître ce type de fidélité dont ma mère m’avait tant parlé, et je le fus surtout de l’entendre dire : « Madame Bayart et moi, sommes de vieilles connaissances, de vieux amis, mais je l’aime encore plus depuis qu’elle a Monsieur Johanet pour son gendre ». Et moi aussi, se fit entendre en même temps au fond de mon cœur.

  • 9 Le duc de Lévis (1794-1863), né en Émigration à Londres, fut actif à Bordeaux en 1814 et dans les (...)

10Le dévoué duc de Lévis, MM. de Barbançois, de Monti9, et bien d’autres étaient aussi auprès de Prince. Mais ne nous arrêtons pas si longtemps devant le Daniéli, Monseigneur n’y est pas en ce moment. Les grenadiers autrichiens de faction au palais de la Posta, présentent les armes, le Prince vient d’entrer avec son auguste mère, dans la galerie qui lui a été préparée, en face de celle où l’on distribue les prix aux vainqueurs de la course. « En ce cas, me direz-vous, allons allons plus loin. Mais répondez vite à ma curiosité. Quelle distraction a été la vôtre en me prononçant tout à l’heure le mot jardin ? Un jardin à Venise, un jardin sur pilotis, quelle est donc cette énigme ?

  • 10 Un des projets de Napoléon, en tant que roi d’Italie (1805-1814), était en effet de doter Venise d (...)

11Napoléon, voilà le mot qui vous la fait comprendre, abordons vite à la riva, nous aurons le temps d’en faire le tour avant le départ des gondoles régates, qui partent d’ici pour la course10… »

12Ce jardin, tout merveilleux qu’il est, demande qu’on lui fasse de courtes visites, sans cela il ennuie, c’est toujours la même chose, et dans un cercle fort étroit. C’est comme les jolies femmes qui ne sont que jolies, elles plaisent et enchantent d’abord, puis deviennent insipides si on les contemple trop longtemps et qu’on essaie de les faire parler, parce que quelquefois elles ont une fort belle tête, mais de cervelle, point.

13Quand nous eûmes passé deux fois dans les grandes allées bordées de lilas, et admiré le point de vue qui se déroule du côté du Lido, tout en racontant comme quoi Bonaparte avait donné le moyen de se promener à la fois pour ainsi dire : « à cheval sur la terre et sur l’onde » en abattant plusieurs églises et couvents qui gênaient son plan, trois heures trois quarts sonnèrent à l’église de la piété. Les neuf gondoles étaient rangées sur une même ligne, nous n’avions que le temps d’arriver à l’Europe avant leur passage…

  • 11 Son « passage » : c’est le nom donné encore aujourd’hui aux gondoles qui assurent, à horaire fixe (...)

14Nous voici juste devant son traghetto11, le dernier coup de quatre heures résonne à la place Saint-Marc, le lion de l’horloge agite ses ailes d’or, un coup de canon part du vaisseau école, stationnant dans le port, et la course recommence.

15Chaque embarcation est dirigée, lancée plutôt par deux gondoliers. C’est un petit bâtiment long, fluet, léger, entre tous les petits bâtiments longs, fluets, légers du même nom. On ne conçoit pas qu’il puisse résister aux oscillations que lui impriment les vigoureux coups de rames qui se succèdent rapidement. Les prix se distribuent suivant l’ordre dans lequel ils arrivent à un endroit donné, vis-à-vis l’hôtel du Lione bianco (lion blanc), après avoir été tourner au bout du grand canal. Lorsque haletants, épuisés, on aperçoit les premiers sous le Pont Rialto, un hourra tellement fort se fait entendre du milieu de ces flots du peuple en délire, que leurs cris et leurs bravos font presque perdre la tête. Alors les vainqueurs s’avancent triomphalement jusqu’au pied de l’estrade du Grand Duc et reçoivent un petit drapeau qui est pour eux synonyme de fortune et de gloire immortelle, ils le légueront à leur postérité la plus reculée… Le lendemain et les jours suivants, ils se présentent dans toutes les maisons indistinctement, et pauvres et riches regardent comme un devoir sacré de verser des florins et des quarantani (5 centimes) plus ou moins nombreux dans le bonnet grec qu’ils tendent d’une main, en tenant de l’autre, l’étendard de la victoire. On a vu des premiers prix recueillir jusqu’à six ou huit mille francs. Six mille francs dans la cazzetta d’un gondolier ! Quel redoublement de friture, de polenta, et de vin de Padoue pour le ménage !

16Après la distribution des prix, les gondoles cherchèrent à s’étendre un peu sur la surface du canal, car depuis plusieurs heures, ce n’était plus qu’une masse compacte qu’on aurait jurée appuyée sur terre ferme. Alors de petits feux d’artifice s’élancent dans les airs, aux grands applaudissements du peuple vénitien, bien reculé apparemment dans ce genre de lumière pour s’extasier de si peu de chose. Quand apparaît le petit soleil de couleurs bleues ou rouges, oh ! alors ce sont des bravos frénétiques, à ébranler les palazzo antiques, sur leurs pilotis tremblants.

17Vers trois heures du matin, on commence à revoir l’eau entre les gondoles qui se dispersent peu à peu, chacun rentre chez soi, faire du jour la nuit, en attendant qu’une nouvelle fête, fasse de la nuit, le jour.

Notes

1 Ce « décrétée par elle-même » est étrange, puisque Venise perdit son indépendance en mai 1797 suite à la campagne d’Italie de Bonaparte. La ville s’était effectivement rendue sans combattre, mais elle n’avait apparemment pas les forces pour résister. Elle n’eut pas son mot à dire non plus pour le traité de Campo Formio (octobre 1797), qui la cédait à la domination autrichienne : on accusa longtemps Bonaparte et le Directoire d’avoir offert Venise aux Habsbourg comme monnaie d’échange contre la reconnaissance des conquêtes françaises sur le Rhin et en Lombardie. Peut-être Sophie fait-elle simplement allusion à l’état des savoirs de son époque sur les causes de la décadence vénitienne, causes que l’on jugeait imputables aux contradictions de l’oligarchie dirigeante, par exemple dans le célèbre ouvrage de Pierre Daru, Histoire de la République de Venise, paru en 1819. Sur la chute de Venise, voir par exemple Gianfranco Mossetto (dir.), Dagli Dogi ai Imperatori. La fine della Reppublica tra storia e mito, Milan, Electa, 1997.

2 Les Régates se fêtaient normalement le premier dimanche de septembre, mais également à d’autres dates pour honorer le passage de voyageurs illustres. Pour ces fêtes du 8 et 9 juin 1845, il y avait à Venise les archiducs Jean et Frédéric, Marie-Louise duchesse de Parme, le vice-roi d’Italie et ses deux fils, le duc de Brunswick et « beaucoup de grands personnages » : Auguste Johanet, Voyages de Henri de France…, op. cit., p. 688-689.

3 Le comte de Chambord acheta ensuite, soit plus tard dans l’année 1845 soit plus probablement en 1846, le palazzo Cavalli où il passa, comme sa mère, tous ses hivers jusqu’en 1866. Après cette date, il alla passer les mois hivernaux à Goritz, dans la villa Beckmann.

4 Chateaubriand est particulièrement cher au cœur de la famille Bayart. La mère de Sophie est une intime de la vicomtesse de Chateaubriand, tandis que Charles Bayart et le grand écrivain ont des liens d’amitié et d’affaires qui se sont noués au moment des Cent-Jours et que nous avons déjà précisés dans la présentation (voir supra, p. 11-12). Les Bayart ont tenté l’impossible pour faire conférer à Chateaubriand un rôle de premier plan dans l’éducation du jeune duc de Bordeaux, mais leurs démarches n’ont pas abouti. En 1845, Chateaubriand est un vieillard très diminué, auquel il ne reste plus que trois ans à vivre, et qui voit le prétendant pour la dernière fois. Voir également notre commentaire, infra p. 216-218.

5 La duchesse d’Angoulême est la fille survivante de Marie-Antoinette et de Louis XVI. Elle fut enfermée dans la prison du Temple de 1792 à 1795. Après l’exécution de Louis XVI, elle fut séparée de sa mère, de sa tante (Madame Élisabeth) et de son jeune frère, et laissée dans l’ignorance de leur sort. Échangée finalement contre des prisonniers français, elle fut autorisée à gagner Vienne. Elle épousa le duc d’Angoulême, son cousin, en 1799. Dans la famille royale en exil, elle fut longtemps la seule figure féminine, et son rayonnement n’était pas négligeable. Aux Cent-Jours elle fut la seule à tenter d’organiser la résistance à Napoléon, à Bordeaux. Elle fut cependant rapidement éclipsée par la duchesse de Berry, moins attachée à l’étiquette, plus jeune et plus vive. Après 1830, dans l’exil, et surtout après les événements de 1832, elle travailla à éloigner cette dernière du duc de Bordeaux. Connue pour son austérité et sa piété, elle fut souvent accusée d’avoir fait régner autour du jeune prince une vaine nostalgie d’un Ancien Régime révolu. À son sujet, parmi de nombreuses biographies, voir Hélène Becquet, Marie-Thérèse de France, l’orpheline du Temple, Paris, Perrin, 2012.

6 Raymond de Sèze (1748-1828) était en effet l’un des défenseurs de Louis XVI devant la Convention en 1792. Cela lui valut de recevoir le titre de comte en 1817. Il devint pair de France, académicien et premier président de la Cour de Cassation. Son fils, Étienne-Romain (1780-1862), dont il est question ici, débuta au barreau de Paris, puis rentra dans la magistrature. Il devint président de la cour royale de Paris de 1822 à 1830. Il soutint le gouvernement de Charles X et refusa de prêter serment à la monarchie de Juillet. La famille se situe donc, comme les Bayart et les Johanet, dans la tradition légitimiste la plus pure.

7 Florian de Kergorlay (1769-1856), ancien Émigré passé par l’armée de Condé, était un ultraroyaliste notoire parmi les hommes politiques de la Restauration. Ancien élu de la Chambre introuvable de 1815, il avait été fait pair de France en 1823. Ses libelles lui valurent d’être traîné en justice plusieurs fois par la monarchie de Juillet après 1830. Son fils Louis (1804-1880), polytechnicien et officier d’artillerie, s’était montré pareillement sans concession, refusant le serment et quittant l’armée en 1830. Tous deux avaient été mêlés aux événements de 1832 dans l’Ouest.

8 À la mort de Louis XVIII (1824), Charles X aurait refusé le titre de « Madame » à la duchesse de Berry. Mais malgré ce refus, « tout le monde à la Cour [lui] donna ce titre, qui devait devenir officiel et incontestable après 1830 » (Jean-Paul Roussilhe, La duchesse de Berry, Lausanne, Éditions Rencontre, 1966, p. 48-49), mais de nouveau discuté après l’affaire de 1832.

9 Le duc de Lévis (1794-1863), né en Émigration à Londres, fut actif à Bordeaux en 1814 et dans les troupes du duc d’Angoulême en 1815. Il accéda à la pairie héréditaire en février 1830, après le décès de son père. Après la Révolution de juillet 1830, il refusa de prêter serment au gouvernement de Louis-Philippe et accompagna les Bourbons en exil. Il est ensuite à Lullworth, puis au premier comité royaliste de Paris. Arrivé auprès du prince en 1838 (environ un an avant la mort du duc de Blacas), il gagna vite sa confiance, et une fois celui-ci adulte, leurs liens se resserrèrent encore : Lévis fut associé à tous ses voyages et devint le principal conseiller politique du prétendant. On l’appelait le « premier ministre de l’exil » (quoiqu’il ne réclamât rien d’autre que le titre de conseiller). Tout son temps passa au service du prince, loin de la France où il aurait pu mener une existence dorée. Marié en 1821 à une Aubusson de la Feuillade, Lévis était resté sans enfant – mais la duchesse joua le rôle d’une seconde mère auprès du prince, et elle « dépoussiéra son cadre de vie » (Daniel de Montplaisir, Le comte de Chambord…, op. cit., p. 186), avant de mourir en 1854. À la disparition du duc, en 1863, à Venise, Chambord nota dans son journal « une perte irréparable, après 25 ans d’entente parfaite, d’intime amitié et de confiance absolue » (cité ibid., p. 314).

10 Un des projets de Napoléon, en tant que roi d’Italie (1805-1814), était en effet de doter Venise d’un grand parc public. Cette opération d’envergure suscita de nombreuses controverses, car elle nécessitait la démolition de tout un quartier pauvre habité par des pêcheurs, comprenant trois églises, deux couvents et un hôpital pour les gens de mer.

11 Son « passage » : c’est le nom donné encore aujourd’hui aux gondoles qui assurent, à horaire fixe ou à la demande, le franchissement du Grand Canal, par-dessus lequel les ponts sont bien rares.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540