Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

IX. La nécessité est mère de l’industrie

Sophie Johanet

Texte intégral

1Après avoir fait plusieurs fois le tour de cette ravissante place, il nous fallut reprendre le chemin de la chambrette de l’hôtel. En voyage il faut savoir se faire à la gêne, aux incommodités des logements, quand on ne peut trouver mieux : c’est même quelquefois ce qui en fait le charme et l’amusement. Tous deux bien d’accord sur ce principe, nous ne songeâmes pas à nous plaindre de ce que, appuyés sur une malle, assis sur une caisse, soutenus par un carton à chapeau, il nous fallut établir au milieu de tout cela le bureau de notre journal et y rédiger nos gazettes. Parents, amis ni connaissances, ne songeront, je crois, à nous contester ce mot, car les avons-nous inondés de récits, de nouvelles, de descriptions plus ou moins pittoresques ou saugrenues, pendant tout notre voyage !!!!!

2C’est moi surtout qui m’entends à faire des descriptions ! C’est merveille de voir comme je m’en tire ! Et mon style se soutient, et ce n’est pas seulement dans une lettre, mais dans dix, mais dans toutes, qu’on retrouve cette phrase ou toute autre équivalente :

« la sublime majesté des lieux que nous visitions
est au-dessus de tout ce qu’on peut imaginer.
Pour s’en faire une juste idée il faut voir soi-même… »

3Ou bien celle-ci :

« Je renonce à vous parler de ce qui a été aujourd’hui
l’objet de nos visites et de notre admiration.
Tout ce que je vous dirais serait impuissant à vous
en retracer l’ensemble ni le moindre détail… »

4Aussi, détails et ensemble restent-ils soigneusement cachés dans la plume adroite ou maladroite, comme on l’entendra. Et cependant, il n’y a pas jusqu’à la pauvre petite Marthe, ni même ma chère nièce Joséphine (c’est pourtant l’âge de l’innocence) qui ait trouvé grâce devant mon bavardage. On se rend si peu justice les uns aux autres en ce monde, qu’il faut parfois savoir se la rendre à soi-même, c’est ce que je fais.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540