Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

VIII. Venise et ses charmes, en attendant ses fièvres

Sophie Johanet

Texte intégral

1Installés avec tous nos bagages dans cette délicieuse petite barque, nous nous sentîmes presque aussitôt reposés de la fatigue des indignes voitures d’où nous descendions. Après que, pendant une heure, la rame agile des gondoliers eut frappé les eaux tranquilles de la lagune, les dômes élancés de Venise, ses clochetons crénelés, commencèrent à nous apparaître. De quelque côté que l’on tourne les yeux, de sublimes tableaux se déploient et forment comme autant de décorations de théâtre. Nous traversâmes d’abord le Gran Canale, bordé de deux files de palais dont le délabrement d’un grand nombre laisse pourtant entrevoir quelle a dû être la splendeur de l’ancienne Venise. Leurs colonnades d’architecture si irréprochable, leurs fenêtres en ogives ornées de pendentifs délicieusement sculptés, leurs balcons en dentelle de pierre, les incrustations de marbres de toutes couleurs qui décorent bizarrement certaines façades, tout saisit d’admiration, quand surtout l’on réfléchit au superbe défi que ces merveilleuses constructions jettent, tous les jours encore, à l’Adriatique vaincue.

  • 1 Le palais Vendramin ou Vendramini, sur le Grand Canal à Venise. La duchesse de Berry acheta le pal (...)
  • 2 C’est à ce double titre, mère du prétendant au trône et héroïne de la résistance à l’usurpation de (...)
  • 3 Le pont du Rialto était, jusqu’à la fin du xixe siècle, le seul passage pour enjamber le Grand Can (...)

2Il nous fallut passer devant le magnifique palazzo Vendramini1, occupé par S. A. R. Madame, Duchesse de Berry. Au dire des connaisseurs, c’est celui qui réunit le plus de pureté d’architecture, jointe à l’élégance et au bon goût. Mais quand le gondolier nous eut dit : « C’est ici chez la Duchessa de Berry, la buona Duchessa », nous n’aperçûmes de tout cela que les fleurs de lys d’or sur fond azuré, qui brillent le long de la riva. Toutes nos pensées se portaient vers l’auguste mère de notre Roi, nous aurions voulu pénétrer de suite dans ces appartements dont nos regards avides s’efforçaient de sonder la profondeur, tâchant d’apercevoir l’héroïne de la Vendée2, et déposer à ses pieds l’hommage de notre dévouement. Tout occupés de notre Princesse chérie, nous ne fîmes qu’entrevoir et le Pont Rialto, et l’église de Santa Maria della Salute, deux chefs-d’œuvre entre mille autres, et le temps nous parut court jusqu’à l’hôtel del Europa, où nous pûmes mettre pied à terre3. On nous avait fait craindre qu’à cause des fêtes du dimanche suivant, nous eussions grand peine à trouver un logement, tous étant déjà encombrés d’étrangers ; c’était un peu vrai, car nous avons été obligés d’accepter une toute petite chambre donnant sur un sombre vicolo, sorte de petite rue large de trois à quatre pieds comme le sont toutes celles de Venise. Par une construction remarquable en cela encore, on pourrait, à la rigueur, vivre dans cette ville extraordinaire en ne communiquant jamais que par eau, ou, à l’aide d’innombrables ponts jetés sur tous les canaux, on pourrait aussi aller toujours à pied.

3Quand nous eûmes un peu secoué la poussière de nos vêtements, et fait un bon dîner de cuisine italienne bien caractérisée, l’envie nous prit d’une promenade en gondole. La Gondole, véritable lit de repos, ne pouvait nous être que fort agréable en ce moment ; nous nous sommes bientôt faits tous les deux à sa suave douceur, et la mer nous parut une excellente berceuse. Toujours admirant, toujours nous redisant : Sophie que c’est beau ! Que c’est beau Auguste ! Nous nous arrêtâmes ébahis à la piazzetta de Saint-Marc. Le palais des doges, d’un côté, avec les galeries à jours et ses escaliers de marbre blanc, apparaît aussi fier qu’aux plus beaux jours de la République, et à ses pieds cependant sont les gueules béantes des canons autrichiens. Dans le fond, l’église St Marc, formant à elle toute seule un côté de cette délicieuse place où se réunissent les promeneurs de bonne compagnie, et qui est plutôt un splendide salon. Tout le tour, des galeries, des cafés où l’on prend tous les soirs des glaces, des sorbets exquis, tandis que l’on admire les riches toilettes qu’y étalent les Vénitiennes. La chaleur du climat les a autorisées à être toujours manches courtes et décolletées comme pour le bal. L’éventail ne les quitte ni jour ni nuit, jusqu’à l’église et dans le confessionnal, elles cherchent à se donner des airs.

4L’église Saint-Marc nous parut une des plus étonnantes choses qu’il soit possible de voir. Les sculptures, les ornements de toutes sortes de l’extérieur, se disputent d’élégance et d’originalité avec les mosaïques de l’intérieur. C’est si beau, qu’une première fois on n’en distingue presque rien. Écrasé par l’ensemble, on ne peut pour ainsi dire en détacher aucun détail, et au risque de passer pour une de ces personnes qui voyagent bien plutôt pour le plaisir de dire j’ai vu, que pour voir en effet, je soutiendrai que la place et l’église Saint-Marc en particulier, et tout Venise en général doivent être vues par quiconque veut s’en faire une juste idée.

  • 4 Le Conseil des Dix fut, de 1310 à 1797, date de la chute de la république vénitienne, un des princ (...)

5Au milieu des brillantes illuminations que l’on préparait pour la tombola, grande loterie qui se tire sur la place, nous avons pourtant distingué, au-dessus d’une des portes latérales de l’église, la lumière de deux petites lanternes que l’on ne manque pas d’allumer tous les soirs. Notre guide nous apprit que c’est une expiation à perpétuité du jugement d’un innocent condamné à mort et exécuté il y bien des années. Un malheureux boulanger, ayant été surpris avec le fourreau d’un poignard qu’il avait trouvé dans la rue, et ramassé par hasard, tandis qu’un peu plus loin était le poignard lui-même et un homme assassiné, fut condamné par le conseil des Dix4. Six mois après, on reconnut le coupable, et l’innocence du jeune boulanger fut proclamée, mais trop tard. Depuis, avant qu’une sentence fût prononcée, une voix s’élevait toujours dans la salle du conseil, disant ces mots, qui étaient écrits en gros caractères : Souvenez-vous du jugement du fornaretto  ! N’est-ce pas une touchante idée que cette réparation publique et continuelle ?

Notes

1 Le palais Vendramin ou Vendramini, sur le Grand Canal à Venise. La duchesse de Berry acheta le palais en 1844, pour y passer ses hivers. Sa nouvelle résidence devint un des centres de la vie sociale à Venise : il était ouvert aux royalistes français de passage, aux nobles italiens et aux hautes personnalités autrichiennes. Elle l’orna d’œuvres de maîtres du xviie et du xviiie siècle, représentant notamment des portraits de rois de France en costume de sacre, et d’œuvres plus contemporaines. Elle cessa de passer ses hivers à Venise en 1866, pour ne pas paraître cautionner l’expulsion des Autrichiens et l’intégration de la Vénétie au royaume d’Italie. Voir Jean-Paul Bled, Les lys en exil, op. cit., p. 110 et André Castelot, La duchesse de Berry, Perrin, Paris, 1963, p. 304.

2 C’est à ce double titre, mère du prétendant au trône et héroïne de la résistance à l’usurpation de Louis-Philippe, que la duchesse est devenue l’objet d’une sorte de dévotion collective de la part des légitimistes. Rappelons que Marie-Caroline était issue de la branche napolitaine des Bourbons et avait pour grand-mère une ennemie jurée de la France révolutionnaire et napoléonienne : la reine Marie-Caroline, elle-même fille de Marie-Thérèse de Habsbourg et sœur de Marie-Antoinette. Le dauphin, le duc d’Angoulême, n’ayant pas d’enfant, son union avec le duc de Berry, le second fils de Charles X, visait d’abord à donner une postérité à la maison Bourbon. L’arrangement, conclu en 1816, n’en était pas moins un succès diplomatique non négligeable pour la France de la Restauration. Une fois installée aux Tuileries, la jeune femme fut dans l’ensemble assez populaire, à la cour et à la ville. La grossesse de la duchesse, rendue publique après la mort tragique du duc de Berry, poignardé à la sortie de l’Opéra, au début de 1820, était une véritable planche de salut pour les Bourbons. La naissance d’un enfant mâle (le ménage avait déjà eu une fille, prénommée Louise, et des enfants mort-nés) fit l’objet de réjouissances extraordinaires, dans toute la France. L’autre titre de gloire de la duchesse fut d’avoir orchestré le soulèvement de la Vendée en 1832 contre la monarchie de Juillet : après des préparatifs à Naples, elle débarqua clandestinement, et tenta d’entraîner derrière elle la petite noblesse vendéenne et les paysans. L’entreprise échoua assez rapidement. Arrêtée à Nantes après plusieurs semaines passées dans différentes caches, elle fut emprisonnée à la citadelle de Blaye pendant quelques mois, avant d’être relâchée et expulsée de France. Le pouvoir orléaniste avait en effet découvert qu’elle était enceinte, probablement des œuvres d’un de ses compagnons d’équipée, et pensait que le scandale la discréditerait. De fait, au sein de la maison royale, elle fut déclarée personna non grata, et Charles X veilla à ce qu’elle ne puisse plus interférer dans l’éducation du jeune duc de Bordeaux, qu’elle était seulement autorisée à rencontrer de temps en temps, avec sa sœur Louise. On trouva un jeune aristocrate italien qui la connaissait depuis l’enfance et qui accepta d’assumer cette paternité (et avec qui elle mena, par la suite, une vie familiale tout à fait réglée) : elle devint donc la comtesse de Lucchesi-Palli. Mais l’opinion légitimiste, comme l’illustrent bien ici les Bayart et les Johanet, lui pardonna ces incartades, et elle devint une figure héroïque respectée et admirée, avant d’incarner, sur ses vieux jours, la buona duchessa, célèbre à Venise par ses bonnes œuvres et sa piété. Voir à son sujet Hugues de Changy, Le soulèvement de la duchesse de Berry (1832), Paris, DUC/Albatros, 1982, et la plus récente et la plus complète biographie disponible : Laure Hillerin, La duchesse de Berry. L’oiseau rebelle des Bourbons, Paris, Flammarion, 2010.

3 Le pont du Rialto était, jusqu’à la fin du xixe siècle, le seul passage pour enjamber le Grand Canal. Quant à la basilique Santa Maria della Salute, conçue par l’architecte Baldassare Longhenon, construite entre 1631 et 1687, elle est l’un des grands chefs-d’œuvre de l’architecture baroque de Venise, avec une silhouette unique, surmontée d’une haute coupole centrale. Elle fut commandée par la ville comme offrande votive à la fin de l’épidémie de peste de 1630. C’est d’ailleurs suite à cette épidémie que les gondoles furent peintes en noir sur décret du gouvernement, en signe d’austérité et de deuil.

4 Le Conseil des Dix fut, de 1310 à 1797, date de la chute de la république vénitienne, un des principaux organes du gouvernement, à la fois comité exécutif et tribunal, dont le rôle était de veiller à la sûreté de l’État. Il a longtemps alimenté les critiques des observateurs étrangers, qui y voyaient, dès les xviie et xviiie siècle, le symbole de l’exercice par une étroite oligarchie d’un pouvoir dictatorial, dépourvu de tout contrôle et de tout contrepoids, et entretenu par le secret.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540