Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

VII. De Carrybde en Sylla ou de fièvre en chaud mal1. — Un ancien officier des armées françaises

Sophie Johanet

Full text

  • 1 Charybde (et non « Carrybde ») et Scylla (au lieu de « Sylla ») sont deux monstres de la mythologi (...)

1Ce jour-là (jeudi 5 Juin), nous n’aurions plus trouvé de bateau à vapeur à Trieste, il nous fallut donc reprendre la route suivie pour arriver à Goritz. Nous eûmes seulement le désavantage d’essayer tout ce que les détestables voitures d’Allemagne peuvent avoir de plus insipide. Fourrés d’abord dans une espèce de je-ne-sais-quoi que les stioupides allemands sont convenus de décorer du titre fastueux de coupé et qui n’est qu’un vrai coupant, nos jambes, repliées sous la banquette, passaient dans l’intérieur. J’eus toute la peine du monde, le lendemain matin, à convaincre une grande italienne que mon pied gauche n’était pas le sien. Pour être toujours de plus mal en plus mal, nous eûmes le plaisir (si plaisir il y a) de changer six fois de carozza pour faire trente lieues. Arrivés à Trévise, nouvelle difficulté, on ne veut nous mener plus loin qu’après nous y avoir fait stationner vingt-quatre heures, c’était peu agréable, nous fîmes les méchants (je fais bien de dire nous, car pour cela Auguste s’en tire fort mal) et menaçâmes le conducteur de prendre à ses frais, une voiture et des chevaux de poste. Nous devions faire bien des innovations pendant notre voyage, ce ne fut pas la moindre d’ébranler le flegme d’un Allemand, il essaya de résister, de se fâcher, bref il partit.

2Un vieux Monsieur, voyageant avec nous, nous servit beaucoup dans cette circonstance, car il pouvait se faire comprendre, et il mit toute la bonne grâce possible à nous venir en aide. Il avait servi dans les armées françaises, et les bons procédés dont il avait toujours été entouré dans notre patrie, le rendaient redevable envers nous, disait-il, à titre de Français. À son exquise politesse, à ses bonnes manières, il était facile de reconnaître en lui un homme distingué. La conversation s’engagea. Il nous toucha beaucoup en nous racontant la cause de son voyage dans des termes si expressifs qu’ils effaçaient sa difficulté de parler notre langue : « Hélas ! nous dit-il avec un profond soupir, tel sans doute qu’a dû souvent en pousser le père de l’enfant prodigue, qu’elles sont déchirantes pour mon cœur les pensées qui m’occupent en me dirigeant vers cette belle Venise, où tant de monde court, ces jours-ci, de mille endroits différents pour y chercher les fêtes et le plaisir ! Ma fille chérie, mon Adèle, l’enfant qui devait être l’appui et la consolation de mes derniers jours, oui ma fille, sourde aux prières de son vieux père, aveugle devant ses larmes, a voulu le quitter… Dès son enfance un goût prononcé pour la déclamation s’était fait remarquer en elle ; il devint bientôt une si violente passion, qu’elle ne pouvait plus s’occuper d’autre chose. Enfin elle voulut entrer au théâtre, je fis tout pour l’arrêter, mais c’était opposer un faible roseau à la fureur d’un torrent… Elle avait l’âge où la loi peut imposer silence à la volonté paternelle, et je la fis partir… Devais-je croire, ajouta-t-il avec un accent de plus en plus douloureux, que ma vieillesse serait contaminée (mot latin, à ce que disent ces messieurs, qui signifie entaché, flétri) par une action si peu généreuse ! J’ai au moins cette douloureuse consolation, que jusqu’à présent, la poussière des coulisses ne l’a point encore souillée… »

  • 2 Les Arrivabene sont une très ancienne famille originaire de Mantoue. Ils étaient demeurés loyaux à (...)

3Et le pauvre père laissait échapper quelques larmes qui paraissaient bien amères. C’est à Venise qu’était, depuis trois mois, la fille du Comte Arrivabéné, c’est là qu’il venait la voir2.

  • 3 En France, la première ligne d’omnibus a été créée à Nantes en 1826.

4En quittant Vicence, nous étions montés dans un colossal omnibus, contenant bien trente-quatre personnes3. Arrivés à la ville suivante, sans autre explication que le signe impérieux de descendre, le déchargement de tous les bagages, et la vue d’une douzaine de mauvais petits cabriolets à quatre roues nous avons compris que nous allions encore changer de voiture. Chacune d’elle pouvait contenir presque à l’aise, une personne et demie, on en mettait deux, c’était la moindre gêne. Sur le devant d’une espèce de caisson, toujours appelé coupé, était une barre de bois formant balustrade, sur laquelle l’étroit de la banquette obligeait à s’appuyer. Vermoulus comme le reste du véhicule octogénaire, elle céda bientôt à nos pressantes étreintes, et nous n’eûmes plus pour point d’appui, que les épaules, rebelles il est vrai, de notre vetturino.

  • 4 La bataille de Leipzig date d’octobre 1813 et marque la fin de l’occupation française des territoi (...)

5Si nous avions complété notre chute, nous avions une chance de plus que d’ordinaire de n’être pas écrasés sous les pieds des chevaux, l’un d’eux avait une jambe de moins. Sans nous en douter nous étions conduits par deux célébrités de leur époque, débris précieux des guerres de l’Empire, l’un s’était illustré, n’ayant encore que vingt printemps, à la bataille de Leipzig, l’autre, d’une gloire plus précoce, avait perdu cette jambe au siège d’Anvers4. Le poids des lauriers de ces estimables guerriers rendait leur marche plus pesante, aussi jugez comme nous allions ! Avec eux encore, il fallut traverser un lac, on les posa sur un bateau avec les vetture, ils ne paraissaient pas plus effrayés de se voir ainsi transportés sur l’eau, qu’ils n’avaient autrefois tremblé devant le canon ennemi. J’appris en descendant que tous deux étaient aveugles.

6« À quelque chose, malheur est bon », au mortel ennui de marcher comme des tortues, nous avions la compensation de pouvoir admirer à l’aise les charmantes villas, les ravissants jardins, qui ne sont plutôt qu’un même bouquet fleuri, dont la route est bordée de chaque côté. J’ai bien regretté de n’avoir pas mon crayon, j’aurais pu, tant nous marchions peu, prendre au moins la silhouette de ces fantastiques apparitions, sans même déplacer mon point de vue.

7Enfin, bien secoués, bien bousculés, nous arrivâmes le vendredi, 6 Juin, à Mestre, jolie petite ville qui est comme le faubourg de Venise. On nous descendit près du Canal, et aussitôt les mille cris de : Signora la barca, la gondola signora ! nous montrèrent que nous étions bien près de saluer la reine des mers.

Notes

1 Charybde (et non « Carrybde ») et Scylla (au lieu de « Sylla ») sont deux monstres de la mythologie grecque personnifiant deux dangers présents au détroit de Messine entre l’Italie et la Sicile : un tourbillon (Charybde) et un récif (Scylla). Ceci a donné naissance à l’expression « tomber de Charybde en Scylla », c’est-à-dire aller de mal en pis. L’expression « tomber de fièvre en chaud mal » a la même signification.

2 Les Arrivabene sont une très ancienne famille originaire de Mantoue. Ils étaient demeurés loyaux à l’Autriche pendant l’occupation napoléonienne, ce qui fait douter de la sincérité du personnage lorsqu’il déclare avoir servi dans les armées françaises. Mais par la suite, ils furent plusieurs à prendre le parti du Risorgimento et à connaître la prison ou l’exil, victimes de la répression autrichienne entre les menées révolutionnaires de 1821 et la guerre de 1859. Il est facile d’identifier ici le comte Francesco Arrivabene (1767-1852), connu pour divers travaux littéraires : parmi les enfants qu’il eut avec son épouse, Teresa Valenti Gonzaga (1793-1871), une fille nommée Adelia est effectivement connue pour avoir cédé à une vocation précoce pour la scène. Adelia Arrivabene fut l’une des plus brillantes interprètes des rôles de comédie de son époque, et elle figura dans la troupe de l’impresario Giovanni Modena, active à Pavie au début des années 1840, puis à partir de 1845 à Milan. Née en 1818, elle devait mourir à 29 ans, en 1847. Voir Raffaello Barbiera, « L’ardente meteora di Adelia Arrivabene », in Id., Vite ardenti nel teatro (1700-1900) da archivii e da memorie, Milan, Trèves, 1931.

3 En France, la première ligne d’omnibus a été créée à Nantes en 1826.

4 La bataille de Leipzig date d’octobre 1813 et marque la fin de l’occupation française des territoires germaniques. Le siège d’Anvers se déroula au printemps 1814 : après la défaite de Leipzig, la perte de l’Allemagne et l’évacuation programmée de la rive gauche du Rhin, les troupes françaises conservèrent quelques places fortes en Allemagne et en Belgique. Tandis que Davout tenait Hambourg, Anvers fut confié à Carnot, pourtant en disgrâce depuis le Consulat, mais qui accepta la mission. Il conserva la ville depuis début janvier 1814 jusqu’à l’abdication de Napoléon, ne cédant que le 4 mai, avec ses 10 000 hommes issus du premier corps de la Grande Armée.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Terms of use: http://www.openedition.org/6540