Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

VI. Goritz. — Souvenirs. — Espoir

Sophie Johanet

Texte intégral

  • 1 Rappelons que la famille royale séjourna à Goritz de 1836 à 1844.
  • 2 Montagne où sont enterrés Charles X et son auguste fils (note de Sophie). Comme en d’autres occasi (...)

1Quelques heures encore, et nous allions donc arriver à cette retraite des nobles exilés, si longtemps témoin de leurs vertus1 ; nous allions fouler cette terre toute imprégnée de la rosée de leurs bienfaits, et souvent même, rafraîchie encore de la douce influence, car la charité des deux Rois leur a survécu. Les pauvres, les malheureux, sont encore secourus et consolés, grâce à une prévoyante sollicitude… et s’ils ne voient plus ces bons Princes, comme ils les appellent, pour répandre sur leur passage des vœux et des bénédictions en échange de leurs largesses de proscrits et d’infortunés, ils connaissent le chemin de Castagnavisa2… Souvent, ils gravissent la sainte montagne, et vont répandre des pleurs

« Sur ce double tombeau si modeste à la vue
Qu’il semble dérober une cendre inconnue,
Et qui, non loin du seuil humblement confiné,
Annonce que ce lieu par pitié fut donné
Aux monarques déchus… »

2Et ces larmes ne sont point suspectes, ce sont celles de la reconnaissance…

  • 3 Nom du grand parfumeur de Paris (note de Sophie).

3Tout remplis de ces tristes et consolantes réflexions, nous approchions peu à peu de ce Saint-Denis de l’exil… Aussi, tout ce qui, autour de nous les troublait d’une manière quelconque, nous était-il insupportable. Nous aurions volontiers jeté par la portière et ce bavard insatiable, et cet observateur ennuyeux, et surtout cet indigne roquet, saisi du mal de mer, que sa maîtresse, grande demoiselle faisant la belle dame bien maniérée, bien langoureuse, inondait des parfums de Guerlain3, après lui avoir vainement fait respirer les sels les plus forts des plus célèbres pharmaciens de l’Allemagne.

Enfin, nous arrivâmes à Goritz, étourdis d’abord par la confusion des diverses langues qu’on y parle, sans y trouver la nôtre. Le slave, l’italien, le hongrois, l’allemand s’y croisent et s’y confondent pour composer du tout un jargon que personne n’entend. Quelques allées et venues, accompagnés de bagages de toutes sortes, sont une des rentes obligées des voyageurs, nous n’y échappâmes point. Après nous être à demi installés à l’auberge de la Stella, l’Image, où l’on prétendait nous comprendre sans pouvoir nous rien dire, nous revînmes aux trois couronnes, où l’on parlait français, et où nous eûmes de plus le bonheur de rencontrer plusieurs familles avec lesquelles nous nous liâmes bientôt, une même pensée avait dirigé leurs pas et les nôtres vers ce lieu d’exil.

4Nous n’avions pas perdu un instant depuis notre départ d’Orléans, et nous avions bien fait, car nous arrivâmes le 2 Juin.

5Malgré le courage que m’avait donné, tout le temps de la route, la pensée du but où elle nous menait, je fus forcée de m’avouer vaincue et réellement très fatiguée, mais mon ange gardien veillait toujours sur moi : mon cher Auguste me fit coucher pendant plusieurs heures, se trouvant rafraîchi, disait-il, de ce repos que je prendrais au profit de la communauté. Lui, pendant ce temps, devait s’informer des heures de réception, de la cérémonie du lendemain etc…

  • 4 Le comte de Chambord bien sûr.

6Il revint m’annoncer que dès le soir même, Monseigneur4 nous recevrait… Les préparatifs seuls me faisaient déjà oublier la fatigue de huit jours passés en voiture ; le soir, elle avait tellement disparu, que je sentais presque le besoin d’en prendre de nouvelle.

  • 5 La « pureté » du passé du comte de Chambord (qui abandonna son nom de « duc de Bordeaux » en 1840) (...)

7Comment, en effet, ne point perdre le souvenir de tous ses maux, à la vue de ce Prince si parfait, dont une seule parole ne peut manquer d’électriser tout cœur un peu français ? Il faut renoncer à bien redire l’émotion que l’on éprouve en l’abordant, puis en l’entendant, en le contemplant… car vraiment, dès qu’on a aperçu cette belle figure empreinte à la fois d’une rare énergie, et d’une grâce, d’une douceur, qu’une noble fermeté rend plus parfaite encore, on ne peut en détourner les yeux. Entendez ensuite sa voix si pure, si vive, nous parler de sa patrie ! Entendez-lui seulement prononcer le nom de France ! À l’animation de sa physionomie, à l’onction de son accent, vous reconnaîtrez que sa parole n’est que le faible écho d’un cœur également pur de tout passé5 et signe d’un plus heureux avenir, digne en un mot de faire le bonheur de cette France dont il parle avec une si amoureuse tendresse. Oh ! Oui, être heureux du bonheur des Français. Voilà la pensée qui domine toutes ses pensées, voilà toute la vengeance qu’il demande contre ces mêmes Français qui lui ont fait tant de mal ! Quelque douce qu’elle soit, pareillement exercée, le noble exilé ignore ce mot de vengeance (son cœur ne la connut jamais, comment sa bouche pourrait-elle le prononcer ?), il l’appelle une douce compensation à ses années de souffrances…

8En voyant tant de vertus, en regard de tant d’ingratitude et d’indifférence, on se prend à se demander si ce n’est point aussi pour lui que le Prophète s’écria - :

« Mon peuple, que vous ai-je fait, et pourquoi me persécutez-vous ? »

  • 6 Nous ne savons pas comment elle a effectué ce calcul, qui paraît inexact : nous comptons 35 rois à (...)

9Pourquoi, la veille du funèbre anniversaire de la mort d’un fils de France, voit-on, pour tout préparatif de cérémonie, quelques bons religieux, gardiens fidèles du tombeau des deux Rois, tendre de noir leur humble et simple chapelle ; dresser dans le chœur, un modeste prie-Dieu pour leur petit-fils et neveu, le descendant, le seul héritier de soixante Rois6 ! Et plus loin, à sa suite, au lieu de magnifiques stalles réservées aux Princes du sang, aux grands dignitaires du royaume, des sièges recouverts aussi de noir, pour quelques courtisans du malheur, obligés de venir quatre cents lieues de la France, rendre hommage aux cendres de deux Princes dont l’exil doit se prolonger au-delà de la tombe !

10Le 3, Goritz avait pris un aspect inaccoutumé. Un étranger qui y serait arrivé le matin, aurait demandé sans doute, de quel côté les pas de cette foule empressée se dirigeaient donc, et ce qu’il y avait ce jour-là de si extraordinaire pour que les flots de la population parussent tous aller vers le même but.

11« Suivez, lui aurait-on dit, elle vous mènera au haut de cette montagne solitaire, là-bas où apparaît cette église, puis dans une petite chapelle, vous verrez ces inscriptions sur deux pierres :

  • 7 Le 6 novembre 1836, âgé de 79 ans et 28 jours.

Ici a été déposé
Le XI Novembre MDCCCXXXVI
Très haut, très puissant, et très excellent Prince,
Charles,
Dixième du nom,
Par la grâce de Dieu
Roi de France et de Navarre.
Mort à Goritz,
Le VI Novembre MDCCCXXXVI,
Agé de LXXIX et XXVIII jours7.

12Et à côté, celle-ci :

  • 8 Psaume 114, v. 3, où « tribulationem » est associé à « dolorem », qui est ici omis. « J’ai trouvé (...)

Ici a été déposé
Le 8 Juin 1844,
Très haut, très puissant et très excellent prince,
Louis,
Fils aîné du Roi Charles X,
Né à Versailles le 6 Août 1775,
Mort à Goritz le 3 Juin 1844.
Tribulationem inveni, et nomen Domini invocavi8.

13C’est là que cette foule recueillie va déposer un hommage de reconnaissance et de regrets. »

14Et l’étranger étonné aurait eu bien de la peine à trouver ce mausolée de l’exil, ou plutôt, par sa simplicité, il l’aurait distingué de tous ceux en marbre qui l’entourent, brillants de dorures et couverts d’armoiries sans nombre.

  • 9 Nous renvoyons au livre d’Auguste Johanet (Voyages de Henri de France…, op. cit., p. 677) pour une (...)

15L’église fut bientôt comble ; trop petite pour contenir tout le monde, un grand nombre resta dehors, prosterné sur le flanc de la montagne9.

  • 10 Les dépouilles de Charles X, de Louis XIX (Angoulême) et d’Henri V (Chambord) n’ont jamais été tra (...)

16L’office, que le souvenir de celui pour qui il avait lieu, rendait bien plus pompeux que la cérémonie des obsèques, fut des plus touchants. Monseigneur l’évêque de Goritz voulut y présider lui-même, accompagné par le père supérieur des franciscains et par un grand nombre de religieux. L’assistance était triste ; tous paraissaient vivement émus et profondément réfléchis. Quel spectacle en effet, et que de pensées devaient surtout traverser l’esprit des Français qui étaient présents. Fallait-il espérer que plus tard une compensation serait donnée à ces précieuses dépouilles, et qu’on leur permettrait de dormir sur la terre de France10 ? Ou bien, n’aurait-on pas plus été tenté de dire, au nom des deux Princes, comme Scipion l’Africain : « Ingrate patrie, tu n’auras pas mes os ? » Sans doute, on l’aurait fait si, levant les yeux, on ne les eut arrêtés sur la belle tête de Henri de France… Alors toute idée de ressentiment était bannie. À son air recueilli, à son attitude noble et calme, en même temps qu’empreinte d’une douleur vivement sentie, et le voyant entouré de Français dévoués, on eût dit la Résignation, appuyée sur l’Espérance et la Fidélité.

17Le service funèbre terminé, le Prince se leva, alla une dernière fois jeter l’eau sainte et s’agenouiller sur ces tombeaux qu’il avait tant de fois visités ; les Français le suivirent, puis chacun se retira silencieux et triste, conservant dans son cœur le souvenir de tout ce qui venait de se passer. Et jetant un dernier regard sur ces pierres funéraires, ce vers de Raymond du Doré m’échappa soudain avec un profond soupir :

  • 11 Raymond du Doré, Poésies d’un proscrit, Paris, 1837. Sophie Johanet cite à plusieurs reprises cet (...)

« Puisque ces Rois sont morts, leurs peines sont finies11. »

18La journée tout entière fut consacrée aux prières des morts et se passa dans le deuil. Ce jour-là, Monseigneur ne reçut pas. Comme il devait partir le surlendemain, nous nous étions occupés de trouver une voiture qui nous aurait menés à Trieste, où il y avait le Vendredi un bateau à vapeur pour Venise. Le prix convenu avec le voiturier, nos paquets à demi chargés, nous recevons du Prince une invitation à dîner pour le soir… Remonter les malles et les ouvrir complètement fut plus tôt fait que leur arrangement de la veille. Il m’avait coûté, pour la onzième fois je crois, depuis Orléans, deux heures de nouvelle épreuve de ma vocation bien prononcée pour les paquets.

  • 12 La disposition des convives autour de la table s’accordait aux exigences de l’étiquette : le comte (...)
  • 13 La mère de Sophie Johanet se rendit en effet à Lullworth en 1830, à Holyrood en 1831 et à Goritz e (...)
  • 14 Rappelons que les terres de la famille Johanet se situent dans les environs de Chambord.
  • 15 Le château de Chambord lui avait été offert par une souscription nationale en 1821. Le journaliste (...)

19Nous passâmes donc toute la soirée chez M. le comte de Chambord. Pendant le dîner j’étais placée auprès de lui12, combien je pensai au bonheur qu’éprouveraient nos parents, nos amis de France s’ils avaient pu partager le nôtre ! Monseigneur me parla surtout de ma mère, de ses voyages sur la terre d’exil qu’elle avait marquée, disait-il, en tous les lieux où stationna la famille royale, du sceau de sa fidélité13. Il se montra très touché de la pensée que nous avions eue de lui rapporter une branche de lilas de Chambord, ce Chambord si cher à son cœur parce qu’il le tient de la France, ce Chambord où il devrait surtout régner par sa présence, et qu’il ne connaît même pas14 ! Nous avions posé dans un petit cadre doré ce symbole de la première émotion d’amour. L’hommage de Chambord avait en effet été offert au jeune Prince dès sa naissance, ce fut le premier gage qu’il reçut de l’amour des Français15. Au bas, Auguste avait écrit ces vers improvisés :

Cette fleur arrive de France,
Des lieux où vous régnez toujours par vos bienfaits,
Où l’on espère encore avec plus d’assurance,
Où l’on se sent plus fier d’être de vos sujets.

  • 16 Les « flétris » désignent toutes les personnes qui firent le déplacement à Londres en février 1843 (...)
  • 17 C’est le fils d’Angélique, sœur de Sophie De Witte-Bayart, et son époux, un Delobel.
  • 18 En effet, l’exil et la mort avaient rapidement changé l’image de Charles X, très décrié de son viv (...)

20Dans cette première soirée, Monseigneur nous parla des flétris16 de Lille et de Tourcoing, qu’il aime beaucoup, me dit-il. Les noms de MM. de Carrière, de Vogelsang et autres, lui revinrent comme s’il les avait vus la veille ; le dévouement de M. de la Granville fut rappelé par lui avec un accent tout particulier de reconnaissance. Il me demanda si mon cher cousin, Jean-Baptiste Delobel17 était toujours heureux dans son ménage, et parut fort étonné qu’il ne fût pas marié d’après ce qu’il avait cru entendre lors de son voyage de Londres. Rien n’échappe au Prince de tout ce qui peut être agréable aux personnes qui viennent le visiter. On ne s’explique pas comment sa mémoire suffit à tant de détails. C’est un don qu’il a hérité de Charles X, ce type de royale bonne grâce et de noble chevalerie18.

21Le soir, il y eut nombreuse réunion des principales familles de la ville, qui exprimèrent de nouveau à Monsieur le comte de Chambord les regrets de tous les habitants de le voir les quitter. On ne peut se faire une idée de l’amour et du respect que la famille royale s’est acquis parmi toute la population de Goritz. Il suffit que l’on vous sache Français, que l’on vous suppose attaché à elle, pour être traité partout avec les plus grands égards.

  • 19 Quelques-unes de ces feuilles ont été collées à cet endroit.

22Nous voulûmes, dans le temps de prolongation que nous avait donné la royale invitation, retourner à Castagnavisa, revoir encore ces tombeaux que nous étions venus fermer. Auguste visita le caveau à l’intérieur ; comme il fallait traverser le couvent, où les femmes ne sont pas admises, je dus renoncer à y descendre. Là comme dans la chapelle j’aurais vu l’excessive simplicité qui entoure ces gracieux restes. Au sortir de l’église, je cueillis quelques branches de lierre et de verdure pour les reporter en France, puis nous descendîmes la montagne19.

23En quittant ces deux tombes vénérées, en quittant surtout notre Roi, la tristesse s’empara de nos cœurs, il nous semblait que c’était nous qui partions pour l’exil…

Image

24Heureusement nous devions revoir bientôt M. le comte de Chambord. Il venait de partir pour Venise, nous le suivions à quelques heures de distance.

Notes

1 Rappelons que la famille royale séjourna à Goritz de 1836 à 1844.

2 Montagne où sont enterrés Charles X et son auguste fils (note de Sophie). Comme en d’autres occasions, l’orthographe du nom de lieu est un peu fantaisiste. Charles X et le duc d’Angoulême furent inhumés dans le couvent des franciscains de Castagnavizza, sur les hauteurs de Goritz. Ils y furent rejoints en 1851 par la duchesse d’Angoulême, et par le comte de Chambord en 1883. C’est pourquoi on nomme également cet endroit le « Saint-Denis de l’exil », par analogie avec la basilique située au nord de Paris où sont inhumés la majorité des rois de France. Quelques dizaines de personnes chaque année, aujourd’hui encore, rendent une visite aux « tombes des Bourbons », ainsi que l’indique l’écriteau dirigeant les visiteurs vers la crypte.

3 Nom du grand parfumeur de Paris (note de Sophie).

4 Le comte de Chambord bien sûr.

5 La « pureté » du passé du comte de Chambord (qui abandonna son nom de « duc de Bordeaux » en 1840) renvoie aux événements de 1830. Comme il n’avait alors que dix ans, Charles X et le duc d’Angoulême avaient considéré qu’ils pouvaient abdiquer en sa faveur, le duc d’Orléans n’exerçant qu’une régence. C’est pourquoi les légitimistes considéraient que celui-ci, devenu roi sous le nom de Louis-Philippe, n’avait pas tenu ses engagements et que son pouvoir n’était qu’une usurpation.

6 Nous ne savons pas comment elle a effectué ce calcul, qui paraît inexact : nous comptons 35 rois à partir d’Hugues Capet (987-996), 36 avec Henri V (en prenant en compte Louis-Philippe 1er) ; en remontant au soixantième nous parvenons à peu près à Childebert III (695-711)…

7 Le 6 novembre 1836, âgé de 79 ans et 28 jours.

8 Psaume 114, v. 3, où « tribulationem » est associé à « dolorem », qui est ici omis. « J’ai trouvé l’affliction [et la douleur], et alors j’ai invoqué le nom du Seigneur. » Cela résume assez bien la sombre destinée du duc d’Angoulême.

9 Nous renvoyons au livre d’Auguste Johanet (Voyages de Henri de France…, op. cit., p. 677) pour une énumération plus ou moins complète des personnes présentes ce jour-là.

10 Les dépouilles de Charles X, de Louis XIX (Angoulême) et d’Henri V (Chambord) n’ont jamais été transférées en France, comme on l’a vu à la note 2. Dans ce regret qu’exprime Sophie, il faut voir sans doute une allusion au retour des cendres de Napoléon Ier, opération orchestrée par le pouvoir louis-philippard en 1840, dont l’écho fut considérable dans l’opinion française. Mais – bien qu’on ait tenté d’exalter les vertus militaires du duc d’Angoulême, qui conduisit l’expédition d’Espagne en 1823 – les princes Bourbons n’avaient pas le profil de héros nationaux ! Il se peut aussi que Sophie ait pensé à la translation solennelle des restes de Louis XVI vers l’abbaye de Saint-Denis à laquelle avait procédé la Restauration, en 1815 : car après son exécution en 1793, le roi avait été inhumé quasi clandestinement mais l’emplacement avait été repéré par quelques royalistes fidèles, et retrouvé au terme de la Révolution.

11 Raymond du Doré, Poésies d’un proscrit, Paris, 1837. Sophie Johanet cite à plusieurs reprises cet auteur : né à Nantes le 10 juin 1807, il participa à l’équipée vendéenne de la duchesse de Berry en 1832, ce qui le fit condamner à quatre ans d’exil. Il publia des recueils de poésies catholiques et royalistes, dont Poésies d’un proscrit, mais également Poésies dernières (1874), Sœur Denise (1880), et Poésies d’un octogénaire (1889). Il mourut le 27 mars 1893 à Montrevault (Maine-et-Loire).

12 La disposition des convives autour de la table s’accordait aux exigences de l’étiquette : le comte de Chambord était au centre, son épouse à sa droite (il ne se maria qu’en 1846), et le premier personnage de la maison du roi s’asseyait en face du prince. Tout nouveau venu était distingué par des marques de faveur spéciales : il était placé à la gauche du comte lors du premier repas, puis se plaçait au gré de ses préférences. Voir sur tout ceci Jean-Paul Bled, Les lys en exil ou la seconde mort de l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1992, p. 179-180.

13 La mère de Sophie Johanet se rendit en effet à Lullworth en 1830, à Holyrood en 1831 et à Goritz en 1838. Elle rendit également visite à la duchesse de Berry dans son château de Brunnsee, avec la vicomtesse de Chateaubriand, en 1841.

14 Rappelons que les terres de la famille Johanet se situent dans les environs de Chambord.

15 Le château de Chambord lui avait été offert par une souscription nationale en 1821. Le journaliste Hippolyte Castille, dans ses Portrait historiques au xixe siècle (Paris, Ferdinand Sartorius, 1857) donne de cet épisode une image bien moins poétique : « La cour […] imagina une conception destinée à impressionner l’esprit public. Une taxe fut prélevée sur toutes les villes, sur le traitement de tous les fonctionnaires civils et militaires, pour l’acquisition des domaines et château de Chambord. Les gens du droit divin voulaient que l’enfant du miracle fût doté par la nation. » Le prétendant devait séjourner brièvement au château, au début de l’été 1871, d’où il publia son célèbre manifeste qui déclencha la crise du drapeau blanc.

16 Les « flétris » désignent toutes les personnes qui firent le déplacement à Londres en février 1843 pour rendre hommage au comte de Chambord lors de sa première manifestation politique. Les députés légitimistes y étaient également invités, et cinq d’entre eux y allèrent, malgré le serment prêté à Louis-Philippe. À leur retour, la Chambre des députés constitua une commission pour rédiger une Adresse, qui se terminait par cette phrase : « La conscience publique flétrit de coupables manifestations ; notre Révolution de Juillet, en punissant la violation de la foi jurée, a consacré chez nous la sainteté du serment. » Le paragraphe incluant cette phrase fut ardemment débattu, car « flétrir » semblait excessif et outrageant. Le ministère n’obtint que 220 voix pour 190 contre, et encore est-ce l’abstention des 28 députés légitimistes qui dégagea finalement cette faible majorité… Les cinq députés ayant fait le voyage démissionnèrent de leurs mandats, mais ils furent triomphalement réélus aux élections suivantes : pour les légitimistes, avoir fait partie des « flétris » devint dès lors un titre de gloire. Voir Hugues de Changy, Le mouvement légitimiste sous la Monarchie de Juillet (1833-1848), Rennes, PUR, 2004, p. 236-242.

17 C’est le fils d’Angélique, sœur de Sophie De Witte-Bayart, et son époux, un Delobel.

18 En effet, l’exil et la mort avaient rapidement changé l’image de Charles X, très décrié de son vivant comme un roi ultraciste et bigot : il devint, pour la postérité, l’incarnation du courtisan accompli, perpétuant dans la France du xixe siècle les grâces et les bonnes manières de l’Ancien Régime. Chateaubriand lui rendit hommage dans les Mémoires d’Outre-Tombe avec cette belle formule : « Roi banni, les hommes ont pu vous proscrire, mais vous ne serez point chassé du Temps. » Peu de travaux ont cependant été consacrés au personnage et à son rayonnement : voir par exemple José Cabanis, Charles X, roi ultra, Paris, Fayard, 1972.

19 Quelques-unes de ces feuilles ont été collées à cet endroit.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540