Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

V. Départ de Milan. — Brescia. Mauvais présage. — Vérone. — Une caisse

Sophie Johanet

Texte intégral

  • 1 Dans ses années de jeunesse, Chambord voyageait souvent incognito, mais la police de Metternich su (...)

1Notre temps déjà court en lui-même, le fut bien plus, étant si bien rempli, et le vendredi matin, après trente-six heures de station, notre passeport bien visé, grâce à la présence de M. le Comte de Chambord dans cette ville, nous montions en voiture pour deux jours et une nuit, jusqu’au principal but de notre voyage. Et qu’il était triste ce but !.. fermer deux tombes de Rois sur la terre étrangère… La police ne laisse approcher de la famille royale que les personnes porteuses de titres, émanés de la main des princes prouvants qu’elles sont bien de leurs amis. C’est une mesure de prudence dont nous devons lui savoir bon gré1.

  • 2 Le brigandage était un thème presque incontournable dans les journaux de voyage du xixe siècle con (...)

2Si nous étions partis la nuit, une escorte de gendarmerie aurait entouré notre voiture ; il paraît que c’est une précaution utile à prendre dans ce pays peu sûr aux voyageurs, au moins de Milan à Brescia2. Brescia, coquette petite ville au bas de montagnes couvertes de vignes et de citronniers. Son aspect est riant ; on croit, en l’abordant, s’entendre souhaiter la bienvenue si l’on doit y séjourner, ou s’assurer d’un bon voyage si l’on va plus loin. Sans le beau pont Saint-Marc qui se prolonge de plus d’une lieue en sortant de ses murs, Brescia pourrait se mirer à l’aise dans le cristal du lac Garda, délicieux miroir dont les eaux limpides paraissent refléter le bien-être des habitants, au bonheur desquels, selon moi, pareille vue doit contribuer. Fier de la pureté de ses ondes tranquilles, il n’en prodigue les bienfaits que pour féconder de superbes orangers, donner, deux fois par an, une éclatante verdure à des forêts de mûriers, que l’on dépouille pour la nourriture des vers à soie, principale richesse de ce pays.

3Du lac Garda à Vérone, il n’y a plus que quelques heures. En l’approchant, le terrain devient sablonneux et presque stérile. Trop bien habitués déjà aux charmantes routes bordées d’acacias ou de grenadiers fleuris, cette sécheresse ne nous sourit pas, elle nous fut de mauvais augure et nous porta malheur. En arrivant à Vérone, Auguste fut saisi par un si violent mal de tête, qu’il ne pouvait plus ni voir, ni prononcer un mot. Emporté par le désir dont nous nous étions fait une obligation, d’arriver à Goritz pour la cérémonie du 3 juin, il ne voulut pas s’arrêter, et fut excessivement malade pendant six heures. Je souffrais d’autant plus de ne pouvoir lui apporter le moindre soulagement, aussi qu’on ne me demande pas si Vérone est au fond d’une vallée ou sur le haut d’un pic, je ne sais de cette ville rien d’autre chose, si ce n’est-ce que m’en a appris ma géographie il y a bien des années : Vérone est sur l’Adige comme Turin est sur le Pô… Nous passâmes donc tous les deux une nuit affreuse, Auguste de souffrance, moi d’inquiétude, ce qui faisait bien contraste avec le temps si calme de cette soirée. Le lendemain heureusement, il n’y paraissait plus et nous pûmes jouir à notre aise de la beauté du pays.

  • 3 Le Frioul correspond à une région du Nord-Est de l’Italie. Au xvie siècle elle fut divisée en deux (...)
  • 4 Pour la place de la Lombardie dans la tradition des récits de voyage en Italie, voir infra notre c (...)

4Nous étions donc au sein de l’Italie dans laquelle nous avions été comme amenés par les Alpes dont les phases sont si variées. Depuis que le Frioul3 nous a permis d’admirer ses riches contrées, ses splendides avenues de peupliers auxquels les vignes sont suspendues en festons et forment une longue file de colonnades et d’arcades au bord de rivières ou de lacs fertilisants, on se croit vraiment dans un nouveau paradis terrestre. Jamais plus de fruits et de fleurs n’ont inondé nos premiers parents ; car ici la terre n’attend pas même le simple appel que la bêche insouciante du paysan semi-allemand semi-italien fait à sa complaisante fécondité. Cet aspect n’est pas triste comme celui des montagnes de la Savoie dont les flancs arides apportent la désolation et souvent la mort aux frêles moissons et aux pauvres habitants que pendant la moitié de l’année menacent les avalanches. Dans la belle Lombardie au contraire, le soleil est à la fois si actif et si fécondant qu’il impose au versant de la montagne l’obligation d’imiter la plaine, en produisant des fruits et des fleurs. Les neiges qui les dominent chercheraient en vain à jeter de l’effroi sur ces sites enchanteurs. En effet, elles semblent plutôt des blocs de marbres ou d’albâtre, attendant que quelque artiste du lieu en forme des groupes, des statues, pour ajouter aux ornements que le pinceau ou le ciseau ont déjà répandus dans ces délicieuses campagnes4.

5Le 1er Juin, nous passâmes à Vicence, où les femmes commencent à paraître, coiffées de chapeau d’hommes, et en revanche, les figures de ceux-ci sont ornées de longues anglaises frisées et tombantes, qui survivent seules à leur tête rasée. Cette coiffure complétait, dans notre postillon un si singulier accoutrement que je voulus le dessiner. J’y parvins avec peine, la voiture ne s’arrêtant pas. Quiconque a jamais eu pour chevalet la portière d’une diligence, allant au plus grand trot des chevaux italiens, pourra excuser l’imperfection de mon esquisse, et ne s’étonnera pas de voir le chapeau formé par deux secousses, la trompette faite en trois temps, par une main mal assurée, cherchant à cadencer ses coups de crayons avec les pas inégaux et saccadés des coursiers, et ainsi du reste…

6Tel qu’il est là, lui ou son semblable, le susdit postillon et ses deux espèces de rosses, s’acheminaient insensiblement vers Udine. Enfin,

« que bien, que mal,
demi-morts et demi-boiteux »,

7les pauvres animaux nous y déposèrent à minuit… C’est l’heure des événements… Eux que tout le temps de la route on eût jugés incapables de donner un coup de trait un peu solide, entrent avec tant de force dans la cour de l’auberge, qu’une de nos malles, trop haut perchée parce que la porte était trop basse, reçut un si virulent coup qu’elle en cria de toutes ses forces… Auguste lui fit écho en répondant : « Je sens du mal à la tête de ma caisse… » Sa sympathie ne l’avait point trompé, il arriva pour recevoir les pièces… Le contenant seul avait souffert, et le contenu arriva intact avec ses propriétaires à l’hôtel de l’Europe, pour y passer la nuit. Le lendemain dès six heures, trois grands coups de fouet se faisaient entendre dans la cour, c’était l’omnibus de Goritz qui s’ébranlait…

Notes

1 Dans ses années de jeunesse, Chambord voyageait souvent incognito, mais la police de Metternich suivait ses mouvements avec assez de vigilance. De toute façon, lui et nos voyageurs se trouvaient, de Milan à Venise, dans le royaume lombard-vénitien, qui était revenu en 1814-1815 sous la domination des Habsbourg. Passant de Frohsdorf à l’Italie du Nord, il demeurait l’hôte des autorités de Vienne. Ces dernières avaient fort mal pris qu’il s’émancipe de cette protection, en 1839-1840, pour aller à Rome se faire recevoir par le pape Grégoire XVI. Voir à ce sujet le journal de route de Chambord, Voyage en Italie, 1839 à 1840, éd. du prince Sixte de Bourbon-Parme, Paris, Éditions de France, 1933.

2 Le brigandage était un thème presque incontournable dans les journaux de voyage du xixe siècle consacrés à l’Italie : en tout cas, il était attendu des lecteurs, que les voyageurs l’abordent comme un mythe ou bien comme une réalité. Sophie Johanet semble plutôt le prendre à la légère, mais elle ne se sentait peut-être pas concernée, voyageant le jour et en compagnie de son époux, et se limitant à l’Italie du Nord et aux grandes routes. Pour plus d’informations à ce sujet voir Nicolas Bourguinat, « Traces et sens de l’Histoire chez les voyageuses françaises et britanniques dans l’Italie préunitaire (1815-1861) », in : Genre & Histoire, no 9, automne 2011.

3 Le Frioul correspond à une région du Nord-Est de l’Italie. Au xvie siècle elle fut divisée en deux : d’un côté le Frioul vénitien, qui forme aujourd’hui la province d’Udine, et de l’autre côté le Frioul autrichien, qui correspond aux provinces de Goritz et de Venise.

4 Pour la place de la Lombardie dans la tradition des récits de voyage en Italie, voir infra notre commentaire, p. 237-239.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540