Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

IV. Deux ascensions

Sophie Johanet

Texte intégral

  • 1 L’Arc de la Paix fut construit entre 1807 et 1838, sous l’impulsion première de Napoléon puis sous (...)

1De retour à Milan, nous montâmes sur l’arc de la paix, surmonté de magnifiques chevaux en bronze, entre les jambes colossales desquelles nous passâmes plusieurs fois1.

  • 2 Le toit de la cathédrale culmine à 108 mètres d’altitude.

2Enhardis par ce voyage aérien, l’envie nous prit, d’après l’avis du marquis de Barbançois qui y avait été la veille avec M. le comte de Chambord, de monter sur le toit de la cathédrale2. Arrivé au pied de la tour, mon cher Auguste craignit que quelque vertige ne le précipitât du haut en bas. Trop intéressée à ne pas voir pareille culbute, je ne l’engageai pas à y monter. Plus confiante en ma tête, sous laquelle mon cher Auguste veillait en priant Dieu par son admiration pour son saint temple, je me hasardai à franchir la distance que 498 marches mettent entre les dalles de l’église et la magnifique statue qui domine le plus haut clocher. « Talle una ora por la signora ascendere tout dans la hauteur de la chiesa, una ora bien colcolare » fit mon guide en hochant la tête, aussi au bout de vingt marches, je m’aperçus que ses jambes ne valaient guère mieux que son français, et je le mis sur les dents pour me suivre, car après dix-huit minutes, je rejoignais mon cher mari, ayant pourtant bien admiré le coup d’œil magique de tout Milan apparaissant si petit, et surtout les magnifiques clochetons, balustrades en dentelle de Carrare, les statues du même marbre qui y fourmillent, et dont toutes rivalisent de grâce et de perfection, la plus petite est un chef-d’œuvre tout comme l’enivrante Madone qui domine la principale tour.

Notes

1 L’Arc de la Paix fut construit entre 1807 et 1838, sous l’impulsion première de Napoléon puis sous l’autorité autrichienne, qui continua sa réalisation comme un symbole de la paix rendue à l’Europe après 1815.

2 Le toit de la cathédrale culmine à 108 mètres d’altitude.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540