Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

III. Turin. Feder. Milan

Sophie Johanet

Texte intégral

1Après cinq heures de traversée, et à peine avions-nous descendu les derniers degrés du Mont-Cenis, formés par autant de montagnes colossales, une nuit presque sombre nous environna et nous permit de mieux apercevoir scintiller dans l’herbe, ou voler sur les arbres et dans l’air, de petits points brillants comme des paillettes d’or, qu’on nous dit être des mouches luminantes. La route, unie comme une allée de parc, toute bordée d’acacias roses et blancs, nous conduisit, à travers cette délicieuse senteur jusqu’à la belle ville de Turin. Il était minuit, il fallait nous chercher un gîte, qu’un voyageur complaisant nous fit trouver commode et luxueux chez l’estimable Féder. C’est à entreprendre exprès le voyage d’Italie pour passer deux jours dans ce magnifique hôtel, où les splendeurs de la table s’effacent auprès de celles de l’appartement. Certes, La Fontaine n’y a jamais passé, il n’aurait pas dit :

  • 1 Dans la fable « Le lièvre et les Grenouilles », La Fontaine a en effet écrit : « Un lièvre en son (...)

« Que faire en un gîte à moins que l’on n’y songe1. »

  • 2 Pierre De Witte était le frère aîné de la mère de Sophie Johanet, maire de Neuville-en-Ferrain de  (...)

2Mais, lui répondrai-je, admirer les rideaux à triple rang de mousseline de l’Inde ; réparer, à l’aide des immenses glaces de Venise, le désordre de sa toilette ; se parfumer la tête avec les enivrantes essences contenues dans de délicieux vases en cristal de Bohême ou porcelaine du Japon ; passer d’un pied léger sur les délicates fleurs d’un tapis sorti des magnifiques ateliers de M. Pierre de Witte à Tourcoing2, dont la perfection du dessin, la vivacité des couleurs, font vraiment croire que l’on foule des roses et des lilas, et aller, sur ce charmant parterre, de la table de mosaïque aux candélabres de bronze ou à la pendule de Jaspe. Toutefois, comme l’admiration ne rassasie pas toujours, il est bon, après cet examen, de se faire servir à déjeuner : arrivent alors en foule, et les frais pizelli (petits pois) et les précoces melons, ouvrant l’appétit aux gélatines truffées, aux plum-pudding de perdrix, garnis de filets de saumons, etc, etc… On nous assura même (pour ceci, je déclinerai toute responsabilité) que ce qui entourait certaines gigues de chevreuil, c’était des asperges de l’année prochaine en France.

Un seul mot vous peindra la gloire de Féder,
C’est qu’il est en tous points, magnifique… et pas cher.

  • 3 À cet endroit est insérée une image de la cathédrale, que nous n’avons pas reproduite.
  • 4 Le Dôme de Milan est la troisième église du monde par la taille. La première pierre de cette cathé (...)
  • 5 Au printemps 1806, un peu plus d’un an après son couronnement, Napoléon envisagea en effet de donn (...)
  • 6 Sophie Johanet veut sûrement parler de la bataille de Paris, qui eut lieu le 30 mars 1814, et à la (...)

3Je fais silence sur le reste de la ville, que nous visitâmes en dormant ce que nous avions dû dormir dans notre riche appartement. D’ailleurs, un temps affreux nous conduisit jusqu’à Milan où, sans nous reposer, nous voulûmes visiter la belle cathédrale, placée sous le patronage de saint Charles-Borromée dont le buste et la statue en argent massif se trouvent dans le trésor luxueux, si éblouissant d’or, de pierreries, et mieux encore de miraculeuses ciselures et d’ouvrages des plus grands maîtres. Nous l’avons étudiée autant que possible3 dans son ensemble et dans ses détails, sans pouvoir nous rendre encore bien compte de notre admiration, tant les sujets fourmillent en tous genres. Et d’abord comme Français, une première chose nous a frappés, c’est la façade qui est due à Napoléon4. Cet homme, non content de distribuer des couronnes à ses parents et à ses soldats5, s’est plu à donner, dans les villes qu’il avait vaincues, une nouvelle impulsion aux arts. Il a trouvé le temps et le moyen d’expier en quelque sorte ses victoires aux yeux du pays même qu’il soumettait, en ajoutant à ses monuments et on eut dit qu’il n’était devenu maître de Carrare que pour lui faire produire une merveille de plus en l’honneur de St Charles Borromée. Il semblait vouloir, du moins pour les masses, mettre le ciel dans ses intérêts, et payer son tribut à cette basilique qui apparaît comme une armée de clochetons et de statues tout en dentelles de marbre au dehors, ou en toiles de Carrache, du Titien et de Paul Véronèse au dedans, en improvisant précisément ce qui y manquait, ce portail dont certaines parties sont restées inachevées. Partout on retrouve les lieux de ses triomphes et les villes dont il se fit un plaisir de décerner les noms pour titres de noblesse à ses généraux. Arcole, Castiglione, Rivoli, Trévise, Conégliano, Bellune et Vicence, qui rappelle si douloureusement la boucherie du bois de Vincennes6

  • 7 Selon Auguste Johanet, le comte de Chambord était accompagné du général Talon et son fils, le marq (...)
  • 8 « Ayeux » dans le manuscrit.

4À la fin de Mai 1845, M. le Comte de Chambord est venu, simple proscrit, se livrer à de nombreuses excursions. Lui aussi, en admirateur éclairé des arts, auxquels hélas ! Il ne pouvait rien apporter de plus, il a prodigué son admiration et ses éloges bien motivés à tout ce qu’il a vu ; lui aussi, il s’est fait ouvrir les portes des églises et des tombeaux, mais ce fut pour y fournir la preuve de sa piété et de sa soumission aux vues de la Providence. C’est ainsi qu’escorté de quelques fidèles amis, parmi lesquels d’anciens généraux de l’Empire7, venus faire hommage de leurs souvenirs sur leurs anciens champs de bataille, à celui dont le cœur bat si fort pour toutes les gloires de sa patrie, on l’a vu entendre la messe sur le corps de St Charles Borromée. Comme ce patron vénéré en Italie, ses aïeux8, dont il s’applique toujours à suivre les exemples, ont consacré leur fortune et leur vie à la prospérité de la France, et toujours ils ont pratiqué la vertu qui fut la devise du grand Saint : humilitas. Et, par un contraste touchant autant que merveilleusement appliqué, au-dessus de ces reliques, recouvertes de pierreries sans nombre, resplendissantes des travaux des plus illustres artistes, et auxquelles un sarcophage en cristal de roche sert de voile diaphane, on voit, à côté des ex-voto somptueux que des rois et des reines y ont eux-mêmes suspendus, scintiller ce mot, écrit en diamant : humilitas… On dirait que ces hommages terrestres ont voulu restituer au mort les richesses qu’il avait prodiguées pendant sa vie aux pauvres, aux malades, et fournir une idée de l’auréole incomparable dont il est couronné au séjour des élus.

  • 9 La statue de saint Barthélémy écorché est une œuvre de Marco d’Agrate, réalisée en 1562. Elle se t (...)

5La plus belle statue de cette église est sans contredit celle de St Barthélémy auquel ses bourreaux se sont plu à enlever la peau que l’on voit restée sur les épaules, tandis que le corps du martyr apparaît entièrement dépouillé9. La perfection artistique s’y est tellement surpassée qu’il n’y a rien de repoussant, au contraire ; le maintien est si noble qu’il révèle la fermeté et le courage que le héros a su opposer à tant d’atroces souffrances.

  • 10 Le lapis est une pierre précieuse de couleur bleue. La patène est le plat circulaire destiné à rec (...)

6Le trésor de la sacristie renferme des choses merveilleuses : statues en argent massif de grandeur naturelle, ostensoirs en or garnis de brillants et de pierres précieuses ; crosse, anneaux en lapis, et mitre toute brodée en plumes d’oiseaux, de St Charles Borromée. Une des choses les plus remarquables comme art, est une patène où sont sculptées en relief, dans la plus grande perfection de détail, des légions de petits anges ; trois magnifiques rubis forment trois têtes de chérubins10.

7Toutefois, ce qui inspire le plus de vénération au milieu d’un nombre incalculable de merveilles, c’est le tombeau de St Charles : on estime à plus de quatre millions la valeur intrinsèque de l’argent consacré à ce monument auquel ont voulu concourir gratuitement tous les orfèvres et les artistes de la province, qui ont rivalisé de talent et de goût pour reproduire en bas-reliefs les diverses époques de sa vie. D’abord le jour de sa naissance, inauguré par trois rayons lumineux qui apparurent soudain sur son berceau ; puis son sacre comme archevêque de Milan à l’âge de 22 ans ; la distribution de sa fortune aux pauvres, la procession qu’il fit pendant la peste, portant lui-même la croix qui fait encore aujourd’hui l’un des plus précieux ornements de la cathédrale ; enfin sa mort, sa béatification et son apothéose. On ne peut se faire une idée de l’effet à la fois touchant et majestueux de ces différentes compositions.

  • 11 Henri IV (1553-1610) était le premier roi de la branche des Bourbons, monté sur le trône en 1589.

8Si nous avions pu arriver à Milan vingt-quatre heures plus tôt, nous aurions entendu la messe avec Monseigneur le Duc de Bordeaux dans la chapelle souterraine. Quelle consolation nous aurions éprouvée de grossir le petit cortège des courtisans du malheur dont il y était accompagné. Nous eussions admiré avec eux le petit-fils de Henri IV11, agenouillé auprès de ce tombeau dépositaire de saintes reliques ; et en voyant, à la sombre lueur des flambeaux funéraires, sa belle tête immobile, son front si pur où reflétaient à la fois la piété, le recueillement, la résignation et l’espoir, nous nous serions dit, ce me semble, que son esprit si profond et si juste lui faisait prendre une leçon de plus dans cette habitation de la mort, entourée de tant de grandeurs, et que s’il désire être Roi, ce n’est pas pour jouir d’un autre bonheur (car les Rois sont-ils heureux !) que de voir et de faire surtout le bonheur de son peuple…

  • 12 Le Dôme de Milan est divisé en cinq nefs, et trois transepts. Peut-être Sophie Johanet, en évoquan (...)

9Des profondeurs du tombeau de saint Charles, nous remontâmes admirer de nouveau cette riche basilique que l’art est si bien parvenu à empreindre pour ainsi dire d’un rayon de la grandeur de Dieu, en lui donnant toute la majesté qui convient au saint lieu. Les voûtes des trois nefs paraissent un merveilleux réseau en dentelles de marbre blanc, et presque toujours les étrangers haussent les épaules devant l’ignorance dont ils accusent leur cicérone, quand celui-ci leur soutient que ce sont des grisailles, tant leur perfection est trompeuse12.

10Un candélabre colossal, en bronze, orné de pierres précieuses, placé devant un des autels, demanderait à lui seul plusieurs heures d’examen, afin de s’appesantir sur chacun des merveilleux détails de son piédestal, représentant l’histoire de l’ancien et du nouveau testament.

  • 13 Par Corso Romano, Sophie désigne la porte reproduisant un arc de triomphe, datant du xvie siècle, (...)

11Visiteurs très pressés, nous dûmes passer légèrement sur bien des choses, et aller tour à tour du profane au sacré, et réciproquement. C’est ainsi qu’en sortant de l’église, l’heure de la promenade nous mena faire quelques tours au Corso-Romano13, où l’on voit chaque jour de trois à six cents équipages tous plus brillants les uns que les autres, et qu’écrase encore le luxe des toilettes. C’est là, nous assura-t-on, que quantité de femmes commencent et achèvent parfois la ruine de leur maison, par l’excessive recherche dont elles y rivalisent. Je pensais, moi, que les lions musqués, piaffant, caracolant, à côté de leurs dames ou d’autres, sur leurs chevaux arabes ou anglais, y étaient bien pour quelque chose.

  • 14 Il y a à cet endroit-là du manuscrit original un dessin, que nous n’avons pas reproduit, car les t (...)

12À Milan déjà, on ressent visiblement la différence de température, c’est une douce tiédeur que l’on respire le soir et la nuit, plutôt que de la fraîcheur. Le système d’irrigation n’y est pas moins merveilleux que dans les campagnes environnantes où il répand tant de fécondité. Les arts y font ressentir leur perpétuelle influence jusque dans les auberges et dans les moindres maisons. Partout on y trouve des statues, des fresques, des bas-reliefs, plus ou moins, c’est le cas de le dire, imités des grands maîtres. Témoin cet animal, que j’ai copié très exactement sur l’enseigne d’une auberge qui la nomme le bœuf rouge et qu’on peut prendre pour toute espèce de quadrupède inconnu et mal bâti14.

  • 15 Le mariage de la Vierge (1504), de Raphaël, se trouve à la Pinacoteca di Brera de Milan, ouverte p (...)

13Ce qu’il est sérieusement juste de remarquer spécialement, c’est que la foi chrétienne est sans contredit la plus inspiratrice de cet art qui, sans elle, fut resté embarrassé dans les étroites conceptions du paganisme. C’est ainsi que Raphaël a su donner à ses vierges cette volupté angélique, mêlée d’une pudique énergie et d’une suave passion. Au Musée, les plus belles toiles représentent les plus sublimes scènes de la passion de Notre-Seigneur ou l’héroïsme des martyrs. Le supplice de Ste Catherine, par Paul Véronèse, offre à l’admiration de magnifiques sujets dans l’attitude des deux bourreaux, s’efforçant de faire tourner, chacun en sens inverse, les roues dont les pointes doivent broyer la Sainte, lorsqu’un ange, étendant la main, rend impuissante la fureur de leurs bras. La figure de l’un est pleine d’une profonde stupéfaction mêlée de colère. Toute la vigueur de son corps s’épuise en efforts superflus. L’autre, qui tourne le dos au spectateur, reproduit admirablement, par la contraction de ses muscles et le désordre de toutes ses articulations gonflées, la rage dont son cœur est exaspéré. On croit voir des yeux égarés et entendre sa bouche vomir le blasphème, tandis que la figure de Catherine reste empreinte de calme, et d’une sérénité qui n’a d’égale que le saisissement et la prostration visible de l’Empereur, présidant au supplice15.

  • 16 La cathédrale de Monza a été construite du xiiie au xve siècle sur les restes d’une chapelle, où a (...)
  • 17 La corbeille de noces était généralement envoyée le jour du mariage ou la veille, et contenait une (...)

14Près de Milan, une église très ancienne est souvent visitée par les voyageurs. Un échantillon du chemin de fer mène jusqu’à Monza, où se trouve cet édifice que nous allâmes saluer. Le trésor renferme des choses très curieuses : un manteau royal en velours bleu, brodé en or, des ostensoirs chargés de diamants, des calices en or massif, ornés de la vigne et du froment figuratifs. De nombreuses grappes de raisin, en améthystes, retombent gracieusement en y ajoutant un grand prix. Au milieu de cet amas d’or et de pierres précieuses, la chose sans contredit la plus simple, est peut-être celle qui m’a le plus frappée : on conserve précieusement, parmi les reliques de la riche sacristie, un éventail en cuir brun, sans aucun ornement, dont se servait, au sixième siècle, la Sainte Reine fondatrice de l’église de Monza16. Quelles tables de multiplications il m’a fallu faire pour arriver au luxe où a mené le progrès depuis ce temps ! J’en ai tiré de sérieuses réflexions, non cependant, je l’avoue, sans jeter un regard de complaisance sur la charmante futilité du même nom que j’avais dans la main. Avec la même franchise, je dois avouer que mon souvenir du cœur se reportait bien plus vers celui qui l’avait si soigneusement placée dans ma corbeille d’épousée que mes yeux n’en caressaient les paillettes d’or et la dentelle d’ivoire17

  • 18 Sophie Johanet évoque ici l’objet le plus prestigieux conservé dans l’église de Monza : la couronn (...)

15Nous eûmes le bonheur de nous trouver là en même temps qu’une famille privilégiée, comme d’un chanoine de Milan, dont une lettre de recommandation fit ouvrir l’immense reliquaire où est déposée la fameuse couronne de fer, formée d’un des clous de la passion, et donnée à l’Empereur Constantin par sainte Hélène. Cette exhibition ne se fait que très rarement et avec de pompeuses cérémonies qui nous ont beaucoup édifiés. La même croix en cristal, garnie de vermeil, contenant la précieuse couronne, renferme aussi un morceau du roseau, de l’éponge encore teinte du sang de N. S., une partie assez considérable de la vraie croix et diverses reliques18. Quand l’encens eut cessé de fumer, et que le chant des dernières prières fut terminé, nous fîmes de nouveau le tour de l’église où l’on voit de nombreuses sculptures, plus remarquables par leur ancienneté que par le fini de leur travail.

  • 19 La Villa Royale fut construite entre 1777 et 1780, pour l’archiduc Ferdinand, le troisième fils de (...)

16Une mauvaise vottura, trainée par deux haridelles, nous fit ensuite traverser en tous sens les immenses allées du parc du château du Grand Duc19. Des cerfs nombreux, dérangés plutôt qu’effrayés par le pas mal assuré de nos pauvres haquenées, s’élançaient à chaque instant de la fourrée, et faisaient devant nous mille gentillesses. Nous rentrâmes à Milan, pour aller à une fête au Corso-Romano :

Notes

1 Dans la fable « Le lièvre et les Grenouilles », La Fontaine a en effet écrit : « Un lièvre en son gîte songeait (car que faire en un gîte, à moins que l’on ne songe ?). »

2 Pierre De Witte était le frère aîné de la mère de Sophie Johanet, maire de Neuville-en-Ferrain de 1816 à 1830, puis fabricant de tapis. Chaque membre de la famille aura droit, on le verra au fil de la lecture, à un petit hommage.

3 À cet endroit est insérée une image de la cathédrale, que nous n’avons pas reproduite.

4 Le Dôme de Milan est la troisième église du monde par la taille. La première pierre de cette cathédrale gothique a été posée en 1386, pour ne s’achever qu’en 1813 avec cette façade toute de marbre blanc due à Napoléon (d’où l’allusion à Carrare, ville d’Italie centrale célèbre dans l’Europe entière pour ses carrières de marbre). Saint Charles Borromée (1538-1584), archevêque de Milan et cardinal, fut l’un des plus actifs artisans de la Contre-Réforme en Italie du Nord. Il consacra la cathédrale de Milan en 1572 et fut canonisé en 1610 par le pape Paul V. Il est resté jusqu’à nos jours l’objet de dévotions populaires, notamment autour de ses reliques.

5 Au printemps 1806, un peu plus d’un an après son couronnement, Napoléon envisagea en effet de donner au « Grand Empire » de nouvelles bases, en agrégeant à la France agrandie à 130 départements des royaumes satellites, sur lequel il régnerait par le truchement de monarques entièrement dévoués à sa cause. C’est ce que l’on appelle le « système familial ». Le 31 mars 1806, des décrets présentés au Sénat consacrèrent la nomination de princes français sur des trônes étrangers et donnèrent un statut à la Maison impériale. Ainsi, son frère Joseph est nommé roi de Naples (son beau-frère Murat lui succédera), Stéphanie de Beauharnais épouse un petit-fils du roi de Bavière, Jérôme Bonaparte se marie avec Catherine de Wurtemberg et prend bientôt les rênes du nouveau royaume constitué en Allemagne, la Westphalie. Quant aux maréchaux qui s’étaient vus richement dotés d’apanages et de majorats en Italie, il faut reconnaître dans l’ordre Augereau (duc de Castiglione), Masséna (duc de Rivoli mais également prince d’Essling), Mortier (duc de Trévise), Moncey (duc de Conegliano), Victor (duc de Bellune) et Caulaincourt (duc de Vicence, mais qui ne fut jamais maréchal d’Empire et qui demeura général). Le nom de la bataille du pont d’Arcole n’a en revanche pas été porté comme titre de noblesse.

6 Sophie Johanet veut sûrement parler de la bataille de Paris, qui eut lieu le 30 mars 1814, et à la suite de laquelle Napoléon dut abdiquer, pour laisser place à la Première Restauration. Le général Caulaincourt, duc de Vicence, fut celui qui apporta la note de cette abdication au gouvernement provisoire de la France. Les combats qui eurent lieu au bois de Vincennes n’étaient qu’une partie de la bataille, l’analogie de Sophie vient donc sûrement uniquement de la ressemblance des noms Vicence/Vincennes.

7 Selon Auguste Johanet, le comte de Chambord était accompagné du général Talon et son fils, le marquis de Barbançois (son ancien sous-gouverneur) et le vicomte Édouard de Monti de Rezé : Voyages de Henri de France en Écosse, en Angleterre, en Allemagne et en Italie, Paris, Dentu, 1845, p. 672. Nous renvoyons également à ce livre pour plus d’informations sur le voyage du comte de Chambord en 1845.

8 « Ayeux » dans le manuscrit.

9 La statue de saint Barthélémy écorché est une œuvre de Marco d’Agrate, réalisée en 1562. Elle se trouve dans le transept sud de la cathédrale.

10 Le lapis est une pierre précieuse de couleur bleue. La patène est le plat circulaire destiné à recevoir l’hostie.

11 Henri IV (1553-1610) était le premier roi de la branche des Bourbons, monté sur le trône en 1589.

12 Le Dôme de Milan est divisé en cinq nefs, et trois transepts. Peut-être Sophie Johanet, en évoquant la perfection trompeuse des voûtes, voulait-elle parler des entrelacs gothiques des voûtes des quatre nefs extérieures qui sont en fait des peintures en trompe-l’œil du xvie siècle.

13 Par Corso Romano, Sophie désigne la porte reproduisant un arc de triomphe, datant du xvie siècle, construite au même endroit qu’une ancienne porte de la ville datant de l’ère romaine. Elle se trouve au sud-est du centre-ville, à l’intersection de plusieurs rues principales : Corso Lodi, Viale Montenero et Corso di Porta Romana (allant vers le Dôme). C’est dans le quartier environnant que Sophie et Auguste Johanet se sont probablement promenés.

14 Il y a à cet endroit-là du manuscrit original un dessin, que nous n’avons pas reproduit, car les traits en sont très enfantins, différents des autres dessins collés dans le texte, ce qui rend son origine douteuse.

15 Le mariage de la Vierge (1504), de Raphaël, se trouve à la Pinacoteca di Brera de Milan, ouverte par Napoléon en 1809. C’est probablement le musée dont parle Sophie dans ce passage. Il y a en revanche une confusion concernant le « supplice de Ste-Catherine » : Paul Véronèse a peint un tableau s’intitulant Le Mariage mystique de Sainte Catherine, mais se trouvant à Venise ; en revanche, un Martyre de sainte Catherine d’Alexandrie, de Bernardino Lanino, se trouve à l’église San Nazaro Maggiore à Milan.

16 La cathédrale de Monza a été construite du xiiie au xve siècle sur les restes d’une chapelle, où a été enterrée la reine lombarde de l’Italie, Théodelinde de Bavière, qui aurait sélectionné le lieu de la construction au vie siècle d’après un signe envoyé par une colombe.

17 La corbeille de noces était généralement envoyée le jour du mariage ou la veille, et contenait une multitude de trésors réservés à la vie commune. La valeur traditionnelle de cette corbeille était de 5 % de la dot. Le texte du journal est balisé par de nombreux passages destinés à dégager un portrait flatteur d’Auguste (dont ici, à propos de l’éventail, Sophie souligne le bon goût et la générosité tout à la fois) et à suggérer que l’union des deux époux est une complète réussite (ici par l’assimilation implicite qui en est faite à un mariage royal du vie siècle).

18 Sophie Johanet évoque ici l’objet le plus prestigieux conservé dans l’église de Monza : la couronne de fer des Lombards, supposée contenir un clou de la Crucifixion. Son époux le mentionne également dans son livre sur les voyages du comte de Chambord. Aucun des deux, en revanche, ne souligne le fait que Napoléon a revêtu cette couronne de fer lorsqu’il est venu à Milan se faire couronner roi d’Italie, en 1805, prononçant à cette occasion la formule rituelle : « Dieu me l’a donnée, gare à qui y touche. » Voir par exemple à ce sujet, Alain Pillepich, Napoléon et les Italiens, Paris, Nouveau Monde, 2005. Ici, la référence chrétienne l’emporte sur le souvenir historique.

19 La Villa Royale fut construite entre 1777 et 1780, pour l’archiduc Ferdinand, le troisième fils de l’impératrice autrichienne Marie-Thérèse, alors gouverneur général de la Lombardie. Alors que le bâtiment lui-même n’attira jamais vraiment les voyageurs, la grandeur et la beauté de son jardin furent immédiatement un sujet d’étonnement et d’attraction. Voir les développements consacrés à Milan capitale dans Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme, Rome, École française de Rome, 2008, p. 347-367, et plus généralement Norbert Jonard, Milan au siècle des Lumières, Dijon, Presses de l’Imprimerie Universitaire, 1974.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3924/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540