Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

II. Les rebelles. Le 26 Mars. Incident tragi-comique à la Savoie. Le Mont-Cenis

Sophie Johanet

Texte intégral

126 Mai 1845.

  • 1 La malle-poste était une voiture hippomobile destinée à l’origine au transport des dépêches et du (...)
  • 2 Un point de vue qui peut se défendre, mais qui n’est pas forcément partagé par tous les observateu (...)
  • 3 Un coupé était une voiture tirée par un ou deux chevaux, menée par un cocher assis à l’extérieur, (...)

2Le Lundi à 6 heures du matin, nous montions dans la malle-poste1, disant, sans trop de regret, adieu à Lyon, que nous avions trouvé beau pris ensemble, vu surtout du côté des quais, mais triste et très sale à l’intérieur, tant les rues sont étroites et les maisons élevées2. Nous avons passé toute cette journée à nous deux seulement dans le coupé3, et sans dire comme cet anglais : « Ma femme et moi ne faisons qu’un, et quand je suis seul je m’ennuie », nous avons été heureux de faire ainsi la mémoire du 26 mars, jour de notre mariage.

3Pendant les premières heures, nous avons voulu fermer les yeux sur l’insignifiance de la route, et pour cela faire, avons tâché de regagner un peu le sommeil perdu pendant les deux nuits précédentes.

  • 4 La sortie de France n’est donc pas marquée par une quelconque nostalgie, car pour les Johanet, la (...)

4Vers le milieu de la journée nous faisions les dernières postes de France, que nous aurions comptées avec regret si nous n’avions su trouver dans l’exil la vraie et royale France, la plus chère à nos cœurs, et en pensant à celle-là nous daignions à peine nous retourner pour dire adieu à cette patrie ingrate qui nous faisait aller chercher l’autre si loin4

  • 5 La Savoie ne fut annexée à la France qu’en 1860, en même temps que le comté de Nice, par le traité (...)
  • 6 Les passeports étaient normalement individuels, mais la femme et les enfants de moins de quinze an (...)

5Nous mettons donc le pied sur Pont-de-Beauvoisin, ville limitrophe de la France et de la Savoie5 : « Vos passeports, Messieurs, s’il vous plaît », ne tarde pas à se faire entendre. Les exhiber est, comme on le pense, chose facile à faire, mais les exhiber en règle, l’est peut-être moins. Nous n’étions pas encore sortis des embarras de la visite minutieuse de notre collection de malles où un douanier aux moustaches de mauvaise mine s’était montré fort offusqué de trouver si grand nombre de paires de gants, car ses mains noires attestaient qu’il ne se doutait pas de l’usage à en faire ; à peine, dis-je, avions-nous échappé à cet ennui, qu’une espèce de gendarme empanaché de je ne sais quelle plume noire, vient prendre mon mari par le bras disant « pas de vous la femme sur ce passeport, vous avec moi de suite venir ». Bon, le voilà pris pour un enleveur, et moi pour une enlevée ! Fort de sa bonne conscience, mon Auguste suit son homme avec une mine plus ironique que mortifiée, au grand scandale des bons savoyards qui se figuraient de voir, dans leur pays moral, des gens si indifféremment coupables… Si au contraire ils m’avaient regardée, ils auraient pu me croire contrite et repentante, tant le saisissement m’avait fait pâlir et trembler, et tant surtout j’étais dépitée de ce qu’on ne m’eut pas laissé accompagner mon cher Auguste, pour savoir au moins de quoi il s’agissait, et dominer la honte en la partageant, s’il y avait lieu (c’était jour de marché ! Toute la Savoie réunie !). Je ne reviens à moi que quand me revient mon cher mari, m’expliquant que l’incurie d’un commis au bureau de Paris, avait fait mettre la femme de Monsieur Johanet, dans un tout petit coin du passeport. Eh ! Pouvaient-ils se douter, ces braves gens, que c’est là à Paris, la place qu’on leur réserve6… ?

  • 7 Une image de pauvreté était en effet attachée aux immigrants savoyards de Paris, spécialisés dans (...)

6À peine entrés dans la Savoie, l’aspect du pays change complètement. Ce sont de belles montagnes aux rares petits morceaux de terrain bons à cultiver, que les pauvres savoyards soignent amoureusement, les soutenant par les pierres que les torrents détachent parfois des rochers, et tâchant d’y trouver le pain de leurs jeunes enfants, jusqu’à ce que ceux-ci puissent aller chercher fortune à Paris et dans nos cheminées.7

7En avançant un peu, les montagnes deviennent plus escarpées, les vallées plus arides ; des gouffres béants, au fond desquels roule quelquefois un torrent impétueux, menaçant de vous engloutir. En certains endroits on ne peut même en supporter la vue sans trembler : la route, tournant comme un serpent, paraît se cramponner aux immenses blocs de rochers, plutôt que de les dominer, pas même une pierre ne forme barrière entre le précipice et l’étroite voie que suit la voiture, adossée de l’autre côté, à d’énormes quartiers de granit que le moindre craquement semble devoir faire tomber sur nos têtes.

  • 8 Une gorge étroite et escarpée qui, selon la légende, n’aurait pu être franchie au Moyen Âge que pa (...)
  • 9 Soit 33,36 km (1 lieue = 5,56 km).

8Pendant que nous traversions, des mines que l’on faisait sauter répandaient dans les mille échos des cavernes sauvages, un bruit sinistre, qui, avec le roulement précipité des torrents, ajoutait à la saisissante majesté de ces lieux. Toujours en traversant la Savoie, nous arrivâmes au terrible passage des Echelles8 dont rien ne saurait donner une idée. Un tunnel percé dans le roc, dans l’espace d’environ une demi-lieue, est un des plus beaux ouvrages de ce genre : en y entrant, un froid glacial vous saisit, il semble le froid de la mort dans cette espèce d’immense tombeau éclairé seulement par quelques lampes sépulcrales, et où l’on n’entend que le faible bruit de l’eau tombant goutte à goutte, par les crevasses de la route, et qui sont comme les larmes de la montagne. Quand nous sortîmes de cette grotte, la nuit avait gagné et nous empêcha de voir la belle cascade à 6 lieues9 de Pont-de-Beauvoisin. Arrivant à 11 heures à Chambéry nous n’avons pu rencontrer à la promenade les fortes jolies personnes que nous annonçait notre guide, ni nous faire une idée de l’animation qu’y donne le commerce.

9Pendant une vingtaine de lieues, on côtoie la petite rivière de l’Arche dont le cours tumultueux s’alimente à chaque pas de petites sources qui s’y jettent. Entre deux lignes de rochers arides, escarpés, et souvent très rapprochés, l’imagination du voyageur a pourtant encore à travailler à la vue de ces merveilles de la nature, de ces montagnes géantes, forcées en quelque sorte d’incliner la tête devant une autre merveille si féconde aujourd’hui, devant le génie de l’homme.

10Mais voici le Mont-Cenis !

  • 10 C’est un hospice religieux remis en service par des Chanoines de Saint-Augustin au début du xiiie  (...)
  • 11 Soit 6,50 m (1 pied = 32,48 cm).

11Comment essayer d’exprimer les impressions que produit la vue de pareilles difficultés vaincues ! Le côté de la Savoie ne présente que des versants presque stériles où le vin paraît seul pouvoir prendre un peu de vie. De demi-heure en demi-heure, on sent, tout en montant, le changement de la température, et enfin, après trois heures de marche, on arrive au sein de ces glaces entassées, que la foudre en tombant n’a peut-être même jamais brisées, car aucune chaleur ne semble pouvoir pénétrer sur ces pics blanchis par la neige : c’est à ses pieds qu’on voit de sombres nuages, sillonnés par le tonnerre et les éclairs. Pour toute habitation humaine, on n’aperçoit çà et là que quelque méchante masure, adossée contre le roc, et qui sert d’asile à des gardes, veillant à la sûreté des voyageurs durant la nuit. Au haut de la montagne seulement, est un couvent de religieux, sorte de port qui domine les tempêtes10. Après une demi-heure environ de traversée au milieu des neiges, coupées en certains endroits à 20 pieds11 d’épaisseurs (27 mai 1845), le froid devient moins piquant, et se remplace enfin par la plus douce tiédeur, en même temps que reparaissent quelques légères traces de végétation, s’embellissant, s’enrichissant, jusqu’à former, à mesure que l’on descend, les plus délicieux jardins anglais, traversés par de nombreuses sources, vrais rubans argentés, qui tranchent merveilleusement dans l’éclatante verdure des coteaux et des vallées. À chacun des mille replis que fait la route, l’un des plus beaux chefs-d’œuvre qu’ait exécuté l’un des plus grands génies, un aspect différent s’offre à la vue : à peine est-on remis du saisissement éprouvé en frisant la pierre qui sépare d’un gouffre, ou en touchant le roc brisé par l’avalanche ayant, la veille peut-être, englouti ceux qui voulaient nous précéder, que, tournant un peu, on n’aperçoit sur le versant que de riches prairies, coupées par des bouquets d’arbres en fleurs. Puis, la voiture glisse encore, plutôt qu’elle ne roule sur la rapide pente ; aussitôt, reparaissent les torrents écumeux dont la fureur se joue de tout ce qui voudrait leur former obstacle ; les roches arides, dont des blocs, à demi détachés, suspendus sur la tête du voyageur, semblant lui dire : « tu n’iras pas plus loin ». Saisi, il se recueille, détourne la vue, et ne trouve, pour la reposer, qu’un abîme menaçant… Loin de chercher à en sonder la profondeur, son âme s’y plonge comme dans l’abîme de la toute-puissance de Dieu, que ces grandes scènes rendent si éclatante… Dans ces passages dangereux, une sorte d’instinct nous faisait nous rapprocher l’un de l’autre. Nous nous pensions plus forts en étant plus unis, et quoique muets d’admiration et de saisissement, nous disions bien haut, nous sentions surtout :

« qu’on sent bien peu les ennuis du voyage,
quand on est deux pour faire le chemin. »

  • 12 Prénom illisible, peut-être celui d’Armande Johanet, la sœur célibataire qui a élevé les plus jeun (...)

12Et un doux souvenir se reportait vers notre chère A…12 qui nous l’avait si gracieusement chanté deux mois auparavant, à pareil jour, à pareille heure.

  • 13 Verset 7, psaume 110 du Nouveau Testament. « Au torrent il boit en chemin, c’est pourquoi il redre (...)

13Afin de mieux jouir de ce beau spectacle, nous descendîmes de temps en temps de voiture. Nous trempâmes nos lèvres dans le ruisseau de Cenis qui va grossir la Doire, puis nous chantâmes avec le Prophète : De torrente in via bibet, propterea exaltavit caput13… Oh ! Non, tout n’est pas terrible dans ces effrayantes beautés ! Ne peut-elle pas en effet faire lever la tête l’eau du torrent qui baigne le pied d’une croix ? Souvent le signe rédempteur apparaît : c’est une simple croix de bois plantée à l’endroit le plus dangereux qui domine le précipice… pour tout appareil de majesté, elle n’a besoin que des dangers qui l’entourent, et contre lesquels sa vue seule donne à l’âme la plus douce confiance. Plus loin, ce n’est plus seulement le souvenir d’une main hardie qui creusa le rocher pour y planter la croix, on aperçoit, au fond de la vallée le clocher d’une église, qu’entourent les habitations resserrées des montagnards, se prêtant dans leur rapprochement, une mutuelle force, pour les mieux préserver des dangers de l’ouragan, qui menacent sans cesse de les engloutir.

Notes

1 La malle-poste était une voiture hippomobile destinée à l’origine au transport des dépêches et du courrier, apparue vers 1800 en France, mais qui transportait aussi jusqu’à quatre passagers. Elle était ainsi plus rapide que la diligence, qui transportait davantage de personnes.

2 Un point de vue qui peut se défendre, mais qui n’est pas forcément partagé par tous les observateurs, souvent enthousiasmés par la beauté du site de Lyon : voir sur ce point les contributions d’Isabelle Baudino (dir.), Les voyageuses britanniques à Lyon au xviiie siècle. Regards sur une ville en mutation, Paris, L’Harmattan, 2014 (à paraître).

3 Un coupé était une voiture tirée par un ou deux chevaux, menée par un cocher assis à l’extérieur, et offrant deux places couvertes. Ici, le coupé désigne la partie de la malle-poste pouvant accueillir des passagers.

4 La sortie de France n’est donc pas marquée par une quelconque nostalgie, car pour les Johanet, la vraie France est celle de la Légitimité, à la rencontre de laquelle ils se rendent, et qui a été contrainte à l’exil par la Révolution de juillet 1830. Le 4 août 1830, Charles X, sa famille, quelques dignitaires de la Cour, des gardes du corps et des débris de l’armée étaient partis pour Cherbourg, d’où ils embarquèrent pour l’Angleterre. De là, la famille royale se rendit d’abord à Lullworth, puis elle s’installa jusqu’en octobre 1832 au château de Holyrood en Écosse. Elle établit ensuite sa résidence en Bohême, au château du Hradschin près de Prague (et pour les étés au château de Butschierad, également dans les environs de Prague). De 1836 à 1844, elle fixa sa résidence principale à Goritz, et enfin au château de Frohsdorf où elle demeura jusqu’à la mort du comte de Chambord en 1883.

5 La Savoie ne fut annexée à la France qu’en 1860, en même temps que le comté de Nice, par le traité de Turin qui récompensait l’aide apportée par la France de Napoléon III à la réalisation de l’unité italienne. Avant cette date, elle appartient donc au royaume de Piémont-Sardaigne, et lorsqu’on vient de France, on y pénètre avant le franchissement des Alpes proprement dit.

6 Les passeports étaient normalement individuels, mais la femme et les enfants de moins de quinze ans pouvaient figurer sur le celui de l’époux. Il se peut qu’Auguste, déjà en possession d’un passeport puisqu’il avait voyagé à l’étranger avant 1845, ait seulement fait apposer le nom de son épouse sur celui-ci. Sur ces procédures, alors presque dans l’enfance mais qui avaient franchi une étape importante pendant l’ère révolutionnaire et napoléonienne, voir John Torpey, L’invention du passeport, Paris, Belin, 1997. À propos de l’ironie de Sophie, voir infra notre commentaire, p. 225-230.

7 Une image de pauvreté était en effet attachée aux immigrants savoyards de Paris, spécialisés dans de petits métiers de service urbain (comme le nettoyage, le décrottage des souliers des passants) que beaucoup occupaient, et les jeunes enfants étaient connus comme étant les seuls à monter dans les cheminées pour ramasser la suie qui les chauffait en hiver. Cette image du petit ramoneur savoyard a perduré jusqu’à la fin du xixe siècle, le terme « Savoyard » finisssant par désigner davantage une condition sociale qu’une origine géographique. Voir Christian Sorrel (dir.), Les Savoyards dans le monde, Recherche sur l’émigration, Chambéry, Société Savoisienne d’Histoire et d’Archéologie, 1992.

8 Une gorge étroite et escarpée qui, selon la légende, n’aurait pu être franchie au Moyen Âge que par des escaliers ou des échelles. Sur tout ce passage, très marqué par l’image exaltée de la montagne alpine propre à l’âge romantique et par l’émotion suscitée par le franchissement lui-même, voir Claudine Lacoste-Veyssière, Les Alpes romantiques. Le thème des Alpes dans la littérature française de 1800 à 1850, Genève et Moncalieri, Slatkine/CIRVI, 1981.

9 Soit 33,36 km (1 lieue = 5,56 km).

10 C’est un hospice religieux remis en service par des Chanoines de Saint-Augustin au début du xiiie siècle. Napoléon 1er l’agrandit en le dotant de vingt-quatre chambres et d’un grand dortoir pour servir de relais aux voyageurs pauvres.

11 Soit 6,50 m (1 pied = 32,48 cm).

12 Prénom illisible, peut-être celui d’Armande Johanet, la sœur célibataire qui a élevé les plus jeunes de ses frères. La phrase fait en tout cas allusion à la célébration du mariage, deux mois auparavant.

13 Verset 7, psaume 110 du Nouveau Testament. « Au torrent il boit en chemin, c’est pourquoi il redresse la tête ». Après le soulagement de la descente et les premiers signes de la douceur du paysage italiens, la voyageuse chrétienne qu’est Sophie revient sur ses impressions initiales, et voit dans les abîmes et les montagnes l’œuvre à la fois chaotique et titanesque du Créateur.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540