Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Texte. Voyage de noces de Mme Auguste Johanet, née Bayart : Pèlerinage à Goritz (1845)

I. Départ. — La route. — Châteauneuf. — Moulins. — Accident. — Lyon

Sophie Johanet

Full text

23 Mai 1845, à midi un quart, partis d’Orléans.

  • 1 La mère d’Auguste fut finalement frappée d’une attaque de paralysie en septembre 1845, et elle mou (...)

1Les adieux de toute notre famille, et surtout ceux si touchants de notre bonne mère, nous avaient tellement émus tous les deux, qu’une grande partie de la route fut silencieuse et triste comme les idées qui traversaient notre cœur en pensant au mauvais état de santé dans lequel nous laissions Madame Johanet1. Ce qui nous consolait, était de parler d’elle, de voir le beau temps qui lui permettait une promenade, dont elle se trouvait toujours si bien, puis surtout de mettre notre confiance en Dieu, lui demandant qu’elle bénisse notre retour, comme elle avait béni notre départ… Un bon souvenir s’est bientôt trouvé sur notre route : à Châteauneuf, nous avons salué en esprit le jeune ménage Berland et nous sommes rappelés leur gracieuse réception de la semaine précédente. C’est en y pensant que nous avons fait à Briare, avec l’appétit qui nous caractérise, un assez bon dîner, meilleur encore, si nous avions pu prévoir l’indigne déjeuner qui nous attendait le lendemain à Moulins, hôtel de l’Allier. J’ai soin, en passant, de ne pas le recommander du tout aux voyageurs qui nous suivront. Y demandez-vous une chambre ? On vous conduit après dix minutes d’attente (le conducteur n’en donne que cinq pour déjeuner !) dans… une chose, car quel nom donner à un trou où pour tout moyen de toilette, on trouve dans une aiguière cassée, une eau verdie par des queues de fleurs dont l’ex-fraîcheur peut faire croire qu’elles ont été autrefois des lilas ? Voulez-vous y déjeuner ? Car enfin c’est pour y déjeuner que l’on s’arrête : on vous apporte en abondance des pains de quinze jours dont on a oublié d’ôter le moisi d’un côté en les laissant brûler de l’autre.

2Mais c’est trop s’arrêter sur un repas qui par le fait n’en a point été. Descendus à peine de la chose, le conducteur de crier : « en voiture, en voiture » et nous de partir en disant sans regret du café pelure d’oignon que nous venions d’entrevoir :

« J’ai vu, sur ce récit, vous pourrez bien me croire,
j’ai vu mon bol tout plein, et je n’ai pu le boire.
S’il avait été bon, disions-nous en nous hâtant de sortir,
il nous eût fait grand bien. »

3La consommation de poussière que nous avions faite depuis Orléans ne peut pas se calculer. Dans le cœur seul de la rose de mon chapeau, j’en ai ramassé trois fois plein ma grande main.

  • 2 « Je m’apperçois » dans le manuscrit. Ce mot est systématiquement écrit avec deux « p », mais nous (...)
  • 3 Une rotonde est un compartiment particulier d’une diligence.
  • 4 Un voltaire est un grand fauteuil confortable, avec une assise, un haut dossier et des larges acco (...)

4Je m’aperçois2 que l’absence de ce déjeuner fameux que j’ai encore sur l’estomac, me fait oublier de rappeler la nuit qu’un magnifique clair de lune et un temps calme et serein ont rendu ravissante, sauf cependant pour moi une affreuse crampe dont je me serait peut-être laissée mourir si, il n’eut été trop prosaïque de mourir d’une crampe d’estomac, au fond d’une rotonde de diligence3, tout comme pourrait le faire dans son fauteuil à la Voltaire4, la personne qui du monde aurait la plus grande peur de voyager ; tandis surtout que nous avions devant nous et la Méditerranée avec ses tempêtes, et le Mont-Cenis avec ses précipices, ses neiges éternelles et ses belles horreurs, pour nous donner au moins une fin plus pittoresque.

  • 5 Le chevalier de la Basse-Moûturie était d’origine belge. Membre de la légion d’honneur et de la pr (...)

5Les souvenirs sont souvent agréables, mais quelquefois aussi bien importants : au milieu de mes grandes idées d’avalanche, nous précipitant armes et bagages au fond d’un gouffre ou d’un torrent, ne voilà-t-il pas que je repense à ce vilain Moulins pour avouer que ses déjeuners sont en rapport avec ses habitants qui sont sales, laids, mais laids à faire plaisir, pour quiconque a du plaisir à voir des gens laids… « Chacun sa fantaisie » dirait M. de la Basse Moûturie5.

6Et leur coiffure donc, vous figurez-vous des femmes presque sans nez, surmontées de ces chapeaux formant clocher par-devant et par-derrière.

7Mais ne soyons pas injustes envers notre Moulins tout entier, faisons lui faire un tour, et, de l’autre côté, nous verrons l’agriculture portée à un degré de perfection qui rappelle celle du Nord.

8À mesure que l’on avance, la route devient de plus en plus belle : on traverse des montagnes entre de charmantes vallées, de manière cependant à croire que l’on est dans un pays plat, si l’on ne regarde que le chemin, tant il tourne ingénieusement autour des monts. Là seulement nous avons pu secouer un peu la fatigante poussière dans laquelle nous étions ensevelis, la fraîcheur des lieux que nous parcourions ou du moins que nous voyions au-dessous de nous dans les vallons, nous la faisait presque oublier. Depuis le matin, nous demandions à grands cris les orages et les tempêtes afin de rafraîchir l’air, mais le ciel inflexible avait persisté jusqu’au soir à ne nous donner qu’une desséchante sérénité.

9Après Roanne déjà, de petits filets d’eau courante bordent très agréablement la route, et je trouvai fort plaisant, à un endroit où une côte un peu raide nous fit mettre le pied à terre, de m’installer avec le cabinet de toilette ambulant que contenait mon cabas monstre, sur la crête du petit fossé, tandis que les chevaux montaient au petit pas.

  • 6 Parodie d’un vers de la fable de La Fontaine, « Le Loup et l’Agneau », bien sûr.

« Et je me vas débarbouillant
Dans le courant6. »
Or, il survint par aventure,

10qu’Auguste me confia avec son paletot à garder un instant son portefeuille, notre passeport, et tous les billets de mille francs plus ou moins nombreux que nous devions semer sur les monts d’Allemagne et d’Italie. Le mauvais génie de l’étourderie (ce ne peut être que lui), ayant jugé qu’il importait peu de tout semer à la même place, ne s’avisa-t-il pas de me prendre le susdit portefeuille, et contenant et contenu, il déposa le tout au bord de l’eau… Vous qui avez voyagé, et qui apprendrez tout à l’heure au récit de nos aventures, combien en voyage argent et passeport sont choses utiles, jugez de notre embarras. Bref, que votre compassion ne soit pas plus longue que nos inquiétudes. À peine avions-nous fait vingt pas, qu’un brave homme (il s’en trouve partout) nous rapporta ce qui pouvait nous être le sujet d’un si grand ennui. Maris grondeurs, prenez exemple sur mon cher Auguste, je dus lui reprocher de ne pas me faire, sur mon étourderie, de remontrances assez sévères : il ne m’en fit pas du tout.

11Cet incident n’eut pas de suites heureusement, et quand nous pensions seulement à celles qu’il aurait pu avoir, nous nous distrayions un instant des sérieuses réflexions que nous inspirait la route toujours plus merveilleuse. Depuis Tarare surtout, nous fûmes heureux de distinguer déjà l’esprit si pieux des bonnes villes du midi. De tous côtés se dressaient des reposoirs pour la fête-Dieu du lendemain : les bons montagnards suspendaient leurs festons de verdure et de fleurs soit au fond d’une vallée, à l’entrée d’une grotte et même sur les torrents. Nous croyions voir, dans ces édifices de verdure, le meilleur choix possible pour élever des monuments de leur reconnaissance au Dieu qui les a placés dans un vrai paradis terrestre.

  • 7 Ainsi la première grande étape du voyage de noces des Johanet se place-t-elle sous le signe de leu (...)

12Le lendemain à Lyon, nous avons été frappés par l’expression du même zèle répandu dans toute la ville dont la sainte agitation me rappela celle de Tourcoing, à pareil jour de fête. Notre journée toute pieuse se termina par une visite à N. D. de Fourvière dont pas un malheureux n’ignore le chemin. C’est un lieu de pèlerinage célèbre où l’on voit sous l’église quantité d’ex-voto de toutes les formes et de tous les temps, attestant par leur vétusté l’habituelle puissance de la Reine des Cieux, qui ne se lasse pas d’intercéder pour ceux qui ont recours à elle7. Tous les jours encore des miracles s’y opèrent. Du haut de l’église nous avons pu admirer le magnifique spectacle qu’offre la ville de Lyon, déjà éclairée à l’heure où nous y étions montés. Elle paraît par sa position, sous la surveillance de Marie, car de Fourvière, aucun mouvement de la grande ville ne peut se dérober à la vue. De là aussi nous avons pu apercevoir la cime du Mont-Blanc, où nous devions voisiner deux jours après, en traversant le Cenis.

Notes

1 La mère d’Auguste fut finalement frappée d’une attaque de paralysie en septembre 1845, et elle mourut le 15 janvier 1846. C’est sans doute son état de santé qui a justifié que le mariage fût célébré à Orléans, où était établie la famille Johanet (c’est d’ailleurs non loin de là, sur les terres des Johanet, à proximité de Chambord, que les futurs époux s’étaient promis l’un à l’autre, deux ans plus tôt). Le départ des jeunes mariés se fait donc d’Orléans, mais deux mois tout de même après le mariage, qui avait eu lieu fin mars 1845. Sans doute le voyage de noces a-t-il été décalé tout exprès pour permettre aux Johanet d’être à Goritz afin d’assister à la messe destinée à honorer le duc d’Angoulême, un an après son décès, et de s’y faire une première fois présenter au comte de Chambord – présentation qui aurait cet avantage supplémentaire qu’elle ferait connaître l’union de leurs deux familles dans toute la bonne société légitimiste. Ainsi joindraient-ils à un rituel de fondation de leur couple, alors au tout début de sa vogue, un authentique pèlerinage politique…

2 « Je m’apperçois » dans le manuscrit. Ce mot est systématiquement écrit avec deux « p », mais nous avons à chaque fois corrigé l’erreur.

3 Une rotonde est un compartiment particulier d’une diligence.

4 Un voltaire est un grand fauteuil confortable, avec une assise, un haut dossier et des larges accotoirs rembourrés.

5 Le chevalier de la Basse-Moûturie était d’origine belge. Membre de la légion d’honneur et de la première classe de l’Institut historique de France, il était l’auteur d’un Itinéraire du Luxembourg germanique, ou Voyage historique et pittoresque dans le grand-duché (Luxembourg, Librairie V. Hoffman, 1844). C’était un ami de la famille Bayart, puisqu’il envoya un poème pour le mariage de Sophie et Auguste Johanet, inséré par Sophie à la fin de son journal.

6 Parodie d’un vers de la fable de La Fontaine, « Le Loup et l’Agneau », bien sûr.

7 Ainsi la première grande étape du voyage de noces des Johanet se place-t-elle sous le signe de leurs convictions catholiques, et c’est spontanément que Sophie compare la dévotion des habitants (annoncée par celle des gens de Tarare, dans les monts du Lyonnais) à celle de ses compatriotes nordistes de Tourcoing et de Lille. La basilique de Fourvière, l’« âme de Lyon » dédiée à la Vierge Marie, se trouve sur l’emplacement de l’ancien forum de Trajan, où se déroula le martyre du premier évêque de Lyon. C’est un lieu de dévotion très ancien mais le pèlerinage proprement dit remonte à 1643, lorsque les échevins lyonnais firent le vœu de monter chaque année sur la colline si l’épidémie de peste qui ravageait la cité s’arrêtait. La chapelle que visitent Sophie et Auguste a été achevée en 1751. Fermée à la fin de l’époque révolutionnaire, elle fut rendue au culte par le pape Pie VII lui-même, lors de son passage à Lyon en 1805. L’actuel édifice a commencé à être construit en 1872 sous les directives de l’architecte Pierre Bossan, en réponse au vœu des Lyonnais (pendant la guerre franco-allemande de 1870) d’agrandir le sanctuaire si les troupes prussiennes épargnaient la ville.

List of illustrations

Caption 23 Mai 1845, à midi un quart, partis d’Orléans.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3918/img-1.jpg
File image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3918/img-2.jpg
File image/jpeg, 63k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Terms of use: http://www.openedition.org/6540