Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage de noces d’une royaliste à travers l’Allemagne et l’Italie (1845)

 | 
Sophie Johanet

Introduction

Nicolas Bourguinat et Marina Polzin

Texte intégral

De Venise à Francfort, un itinéraire sentimental et politique

  • 1 À l’inverse du monde anglophone, où il y a déjà un certain nombre de témoignages écrits pour les a (...)
  • 2 Helena Michie, Victorian honeymoons. Journeys to the conjugal, Cambridge et New York, Cambridge Un (...)

1Le 23 mai 1845, Sophie et Auguste Johanet partaient pour leur voyage de noces à travers l’Italie, l’Autriche et l’Allemagne. Ils rentrèrent en France et rejoignirent leurs familles le 27 août de la même année. Calligraphié avec soin, sans guère d’erreurs ou de ratures, le journal que Sophie a ramené de ce périple a vraisemblablement été composé au fil de l’eau. L’objectif était de constituer le véritable mémorial d’un voyage qui alliait l’initiation et la dévotion, le conjugal et le politique. En effet, non seulement les deux jeunes gens devaient y apprendre à se connaître et à se reconnaître comme deux époux, mais leur itinéraire était supposé les mettre en présence du comte de Chambord, le jeune prétendant légitimiste, le petit-fils de Charles X que la Révolution de 1830 avait chassé de France, dont ils étaient l’un et l’autre d’ardents partisans. Depuis 1844 et la mort de son oncle le duc d’Angoulême, Chambord était le chef incontesté de la maison de France. Âgé de 24 ans, il vivait en exil, et en dehors de quelques séjours dans des villes d’eaux comme Ems ou Wiesbaden, la suite de son existence devait surtout se partager entre son château autrichien de Frohsdorf et, pour les hivers, sa résidence de Venise, le palais Cavalli. Les Johanet lui furent d’abord présentés à Goritz, à l’occasion d’un service funéraire d’hommage au duc d’Angoulême, puis ils le virent encore à deux reprises : d’abord à Venise, et ensuite à Frohsdorf. Ces trois rencontres furent donc l’occasion pour Sophie Johanet de donner un tableau de première main des coulisses du légitimisme français, une tradition sans doute désuète aujourd’hui mais qui déclenchait autour d’elle, à cette époque, nombre d’enthousiasmes et de fidélités. Le récit de Sophie est également précieux pour le lecteur de notre temps comme témoignage sur l’histoire du couple, car en 1845, la vogue des voyages de noces était encore toute récente en France1. Le journal cherche naturellement à peindre le portrait d’un ménage harmonieux et d’une union réussie. Mais à côté du portrait aimant et élogieux que par d’habiles petites touches elle dessine de son conjoint, la diariste fait aussi une importante place aux curiosités liées aux déplacements touristiques. Elle et son époux sont les deux protagonistes d’un itinéraire de découverte, dont les intérêts, le cas échéant, sont susceptibles de diverger ou tout au moins de se négocier2. Car le voyage de noces des époux Johanet leur fit traverser au pas de course l’Italie du Nord, puis séjourner très longuement à Venise, et aller ensuite à la découverte d’une Allemagne qui n’était pas toujours très bien connue ni très fréquentée par leurs contemporains. Sans s’inscrire exactement dans la tradition d’un Grand Tour, il avait bien une dimension d’apprentissage caractéristique du voyage de loisir et de culture du début du xixe siècle. Pour ces trois motifs – voyage politique, voyage conjugal, et voyage de découverte –, le récit que compila et rédigea Sophie Johanet avait certainement vocation à servir d’exemplum, à la fois divertissant, instructif et moralement formateur – en particulier à l’intention des plus jeunes (car elle avait de nombreux neveux et nièces du côté de son mari). Il était bien entendu que le manuscrit ne devait pas sortir de ce cercle familial. Car Sophie Johanet, âgée de 22 ans à peine, ne se voyait pas elle-même comme une auteur, et sans doute même le terme l’aurait-il scandalisée.

Sophie Johanet, ou la destinée d’une royaliste dans la France postrévolutionnaire

  • 3 Bonnie Smith, Les bourgeoises du Nord, Paris, Perrin, 1984, p. 47.
  • 4 Sophie Johanet, Vie de Madame Bayart, Les Cent jours, Chateaubriand, la famille royale, Paris, A. (...)
  • 5 Ainsi que l’illustre ce passage : « Je ne sais de cette ville [Vérone] rien autre chose, si ce n’e (...)
  • 6 Voir entre autres Rebecca Rogers, Les bourgeoises au pensionnat. L’éducation féminine au xixe sièc (...)
  • 7 « Crayons, couleurs, broderies, papier et écritoire surtout, tout cela y était avec moi. J’ai même (...)
  • 8 « M. de Montbel est venu plusieurs fois, toujours pendant l’absence d’Auguste ; et pour le remplac (...)
  • 9 Voir infra p. 39 et p. 167, par exemple.
  • 10 Sophie Johanet, Vie de Madame Bayart, op. cit., p. 238.

2La jeune fille qu’a épousée Auguste Johanet avait en effet grandi ancrée dans l’idée de ses devoirs envers Dieu, le roi, et la famille. Si cela la rapproche de l’éducation morale proposée aux filles de la noblesse, qu’elles soient destinées à l’état marital ou au service de Dieu, cela n’est pas non plus sans point commun avec cette attitude disciplinée et utilitaire des épouses bourgeoises du Nord, qu’avait étudiées autrefois l’historienne américaine Bonnie Smith3. En effet, les Bayart étaient originaires de ce département : le berceau de la famille se trouve à Mouvaux, près d’Armentières, entre Lille et Tourcoing. Le père de Sophie, Charles Bayart, était issu d’une ancienne dynastie de notaires et de propriétaires terriens, tandis que sa mère, Sophie-Josèphe De Witte, descendait de gros fermiers des Flandres. Ils formaient une famille bourgeoise et respectable, où il était bon que les femmes s’acquittent de leurs tâches avec patience et obéissance. Ainsi, pour un mouchoir brodé qu’elle voulait offrir à la vicomtesse de Chateaubriand, l’épouse du grand écrivain, avec lequel les Bayart étaient amis, la mère de Sophie lui fit tirer l’aiguille pendant des mois, « [l’éveillant] souvent à trois heures du matin [:] j’y restais appliquée jusqu’au soir, se rappelle Sophie, ne faisant trêve que pour donner quelques soins à ma jeune sœur Zulma gravement malade en ce temps-là4 ». Zulma ne survécut pas et Sophie assista également à la mort d’autres de ses frères et sœurs, ce qui la mit finalement en position d’aînesse, donc de responsabilité. À l’exemple de sa mère vingt ans plus tôt, Sophie avait été envoyée en pension au couvent de Mouscron, en Belgique. Elle dut y acquérir quelques éléments d’histoire et de géographie5, à côté de l’inévitable pour la jeune fille bourgeoise, catholique et monarchiste, l’indispensable de toute bonne épouse6 : catéchisme, dessin, broderie, musique7, art de la conversation8. Elle fut probablement initiée à la littérature, mais avec les restrictions qui pesaient sur l’accès aux livres pour les femmes, surtout celles de son milieu : selon ses propres dires, non point de « ces feuilletons infernaux qui pullulent aujourd’hui » mais seulement des classiques, La Fontaine, Boileau, Racine, qu’elle cite d’ailleurs abondamment dans le manuscrit de son voyage de noces9. À l’âge adulte, sans doute ne conserva-t-elle pas la défiance viscérale de sa mère à l’égard du roman : Mme Bayart, en effet, « détestait les fictions, et ne put jamais trouver de plaisir à lire un conte de fée ou un roman ; elle n’aimait que l’écriture sainte10 »… Mais on peut douter qu’à 22 ans, lorsqu’elle partit sur les routes d’Italie du Nord et découvrit Venise, Sophie en avait déjà beaucoup lus de son propre chef.

3Sophie-Josèphe Bayart, sa mère, possédait, quoi qu’il en soit, un véritable brevet de légitimisme. Elle avait été en effet brièvement, en 1820, la nourrice du futur comte de Chambord. Ce dernier avait été baptisé l’« enfant du miracle », car il était né quelques mois après l’assassinat de son père, le duc de Berry, l’un des deux fils survivants de Charles X (l’autre était le duc d’Angoulême, dont le mariage était resté sans descendance). L’enfant incarnait donc le tout dernier espoir de la dynastie bourbonienne de pouvoir se perpétuer. Même si l’honneur ainsi accordé à Mme Bayart fut de très courte durée, il n’y a rien de surprenant à ce qu’elle et sa famille aient voué par la suite une véritable adulation au jeune prétendant. Son époux avait également manifesté son dévouement à la cause bourbonienne en 1815, au moment des Cent-Jours, où il joua le rôle de courrier et de convoyeur de fonds entre les royalistes du Nord et la cour de Louis XVIII réfugiée à Gand. Ces convictions politiques devaient valoir à la famille de connaître une fortune fluctuante. Charles Bayart obtint une forme de récompense à son dévouement de la part du régime de la Restauration, mais en 1823 seulement. Nommé garde-magasin des Tabacs à Lille, il ne conserva cependant pas longtemps cette place. Avec la Révolution de 1830 et l’avènement de Louis-Philippe, il dut y renoncer, et la famille connut des années de difficultés financières. Mais le dévouement des Bayart resta inébranlable. À la fin de l’année 1832, après le soulèvement manqué de la Vendée et la capture de la duchesse de Berry, la mère de Sophie sollicita vainement le ministère de la Justice pour obtenir de partager la captivité de Marie-Caroline à la citadelle de Blaye. En 1834, Charles Bayart travailla, mais sans succès, à présenter Chateaubriand aux élections législatives dans le Nord, un département où plusieurs députés adversaires de Louis-Philippe réussirent en effet à être élus sous le régime de Juillet, par exemple Alban de Villeneuve-Bargemont ou Antoine-Marie Hennequin. En septembre 1838, Sophie-Josèphe Bayart fit encore le voyage en Allemagne pour rencontrer la duchesse de Berry… Même s’ils n’obtinrent jamais de résultats bien probants à leurs démarches, les parents de Sophie Johanet s’engagèrent donc passionnément dans les intérêts de la cause légitimiste.

  • 11 Voir Alfred Baudrillart, Les Normaliens dans l’Église, Paris, Imp. Religieuse, 1906, p. 5, et plus (...)
  • 12 Hugues de Changy, Le mouvement légitimiste sous la monarchie de Juillet (1833-1848), Rennes, PUR, (...)
  • 13 Auguste Johanet, Voyages de Henri de France en Écosse, en Angleterre, en Allemagne et en Italie, P (...)
  • 14 Voir ainsi l’étude de Jo Burr Margadant, « The duchesse de Berry and royalist political culture in (...)
  • 15 Voir Marie-Caroline, duchesse de Berry. Naples-Paris-Graz, itinéraires d’une princesse romantique,(...)
  • 16 Sophie Johanet, Vie de Madame Bayart, op. cit., p. 298.

4Tel était en tout cas le point de rapprochement entre les deux familles d’où dériva le mariage de Sophie. Car Auguste Johanet appartenait quant à lui à une dynastie d’avocats d’Orléans, depuis longtemps engagée dans les rangs de la Contre-Révolution. Son père avait été frappé par les persécutions du Directoire dirigées contre les royalistes. L’un de ses frères aînés, l’abbé Alexandre Johanet, fut membre de la Congrégation, société secrète formée dans les toutes dernières années de l’Empire napoléonien qui fonctionna comme un des viviers du courant ultraroyaliste sous la Restauration11. En tant qu’avocat, Auguste avait plaidé dans plusieurs procès intentés à la presse légitimiste par le régime de Juillet. Il s’était aussi fait l’historien et le défenseur des insurgés vendéens de 1832, qui avaient répondu à l’appel de la duchesse de Berry, et dont le mouvement avait été facilement étouffé par la police et l’armée de Louis-Philippe. Sans réussir à intégrer le premier cercle des conseillers du prince, il jouerait bientôt un rôle important dans le dispositif de propagande mis en place en France par les légitimistes12. En 1843, alors qu’il connaissait Sophie depuis un an environ, il se rendit en Angleterre avec plusieurs centaines d’autres Français pour rendre hommage au comte de Chambord, dont ce fut la première manifestation politique publique – qui suscita d’ailleurs une vive irritation de la part de Louis-Philippe et Guizot vis-à-vis de la Grande-Bretagne : parmi les « pèlerins » de Belgrave Square, il retrouva Charles Bayart et son plus jeune fils Henri, que le prétendant avait bien voulu accepter comme filleul dix-huit ans plus tôt. Les deux ouvrages qu’Auguste publia sur le comte de Chambord en 1845 et 1849 peuvent être considérés comme des ouvrages « officiels13 ». En tout cas, ils n’auraient jamais paru sans avoir reçu l’assentiment du prince ni sans avoir fait l’objet d’une relecture par ses proches conseillers. Il est possible que son pèlerinage à Goritz, Venise et Frohsdorf, à l’été 1845, ait eu pour but de finaliser la rédaction du premier ouvrage, et peut-être de consacrer la position d’influence d’Auguste Johanet. Après la Révolution de 1848 qui emporta le régime de Louis-Philippe, il devait même tenter d’accéder à la députation, en se présentant dans le Morbihan, en pariant que le souvenir de la chouannerie jouerait en sa faveur. Mais en vain. Dans le témoignage de Sophie, on voit surtout la manière dont dès 1845, la loyauté au prétendant avait déjà pris l’aspect d’une dévotion, peut-être d’autant plus forte que la cause en apparaissait perdue. La duchesse de Berry avait elle aussi suscité une forme de culte dans les bonnes familles, qu’on retrouverait parfois encore vivant au milieu du xxe siècle, à travers des objets (broderies, miniatures, médaillons) qui se transmettaient d’une génération à l’autre14. Dans la continuité de sa mère, Sophie Johanet rend de nombreux hommages à la buona duchessa au fil de son journal15 et illustre la place propre des femmes dans la transmission de cette fidélité dynastique à travers les générations. Car, notons-le, Sophie vécut assez longtemps pour être témoin de la défaite politique de 1871-1873, puis de la mort du comte de Chambord, intervenue en 1883, et elle eut donc connaissance de l’échec définitif du légitimisme à reconquérir le pouvoir. Elle commentera : « Hélas ! Nous qui savons tout ce qui a suivi depuis cette époque, nous pouvons ajouter : oui, Dieu a tout fait pour sauver la France, mais y a-telle répondu ? La France veut-elle être sauvée ? Que nous sommes loin des espérances d’alors16 ! » C’est précisément la fraîcheur de ces espérances qui donne tout son prix au récit sur Goritz et Frohsdorf qu’elle nous a livré.

Le journal du « Voyage de noces », contexte et composition

  • 17 Pour ce point, voir Bénédicte Monicat, Itinéraire de l’écriture au féminin, Voyageuses du xixe siè (...)

5Cependant, pourquoi Sophie Johanet se fit-elle diariste, le temps de ce voyage en Italie et en Allemagne ? Contrairement à beaucoup de femmes qui ont écrit un journal de voyage au xixe siècle, Sophie n’a intégré à son récit aucune préface explicative où elle essaierait de se justifier d’être ainsi entrée en écriture17. La première supposition que l’on puisse faire, toute banale pour un journal, c’est que Sophie Johanet a pris la plume pour elle-même, pour garder un album de souvenirs : aussi bien ceux du cœur, comme la « touchante marque d’amitié » qu’une des sœurs d’Auguste lui a faite en proposant de se rendre à son chevet à Venise après sa fausse couche, que ceux de l’expérience sensible procurée par un itinéraire après tout assez inédit pour une femme de la bonne société de son époque.

  • 18 Alain Girard, Le journal intime, Paris, PUF, 1963.
  • 19 Infra, p. 101.
  • 20 Infra, p. 107.

6Mais le texte qu’on va lire est loin d’être un simple journal intime. Les observations que fait Sophie ne portent pas particulièrement sur elle-même, sur sa personnalité ou sur le versant privé de sa vie18, mais bien sûr le voyage, sur son couple et sur la société politique légitimiste à laquelle celui-ci se trouve mêlé. De plus, nombre d’éléments évoquent des aspirations autres que celles d’ordre privé. À Venise, dans leur petite chambre, elle parle d’établir « le bureau de notre journal ». S’agirait-il donc d’une écriture partagée avec son mari ? Ce n’est pas exclu. Car un peu plus loin, Sophie relève qu’elle consignait « sous la dictée d’Auguste les réflexions que lui suggéraient ses continuelles et sérieuses observations19 ». Cela suggère fortement que l’écriture du journal s’effectuait à la demande de l’époux, et qu’elle était destinée à mettre à sa disposition des matériaux qui compléteraient l’ouvrage encore à paraître sur les Voyages de Henri de France. La femme-secrétaire était loin d’être un modèle atypique, et Sophie Johanet avait du reste déjà rempli ce rôle auprès de son père. Mais cette écriture « sous dictée » n’existe fort heureusement que pour quelques morceaux, et non bien sûr pour l’intégralité du journal. Car d’une part les moments où elle rédige pendant l’absence de son mari sont nombreux : ainsi sur le pont du bateau à vapeur lorsqu’ils quittent Venise, ou lorsqu’Auguste part pour Frohsdorf en reconnaissance, ou encore lorsqu’il la laisse en arrière pour se rendre à Wiesbaden, où il compte « observer » le phénomène des jeux d’argent et ne l’autorise pas à l’accompagner. Et d’autre part, l’écriture du journal s’accomplit comme s’il s’agissait d’un mémorial élevé en commun à ce premier temps fort de leur vie conjugale. C’est un passe-temps qui tient à la fois du devoir et du plaisir. « Continuons donc notre journal, c’est penser à lui le plus délicieusement, puisque c’est savoir lui être agréable…20 », écrit Sophie, tandis qu’à Vienne, c’est Auguste qui lui demande de mettre le journal « au courant » de la tentative avortée qu’il a faite pour lui offrir une coiffure de fleurs artificielles, demande à laquelle elle « répond avec bonheur » (p. 156).

  • 21 Margot Irvine, Pour suivre un époux. Les récits de voyages des couples au xixe siècle, Québec, Not (...)

7Il semblerait donc que le ménage Johanet puisse entrer dans le schéma décrit par l’historienne Margot Irvine, c’est-à-dire qu’entre les époux le partage des tâches et des thèmes se faisait en fonction de ce qu’ils considéraient être leur « spécialité » : chez les savants ou les diplomates, l’époux assumait le côté professionnel et s’occupait de la partie érudite, tandis qu’à la femme revenait le plus souvent la tâche de rédiger soit un autre livre qui fût la version descriptive et pittoresque de celui élaboré par son conjoint, soit de composer pour lui des morceaux inclinant vers cette direction et constituant des digressions agréables au sein du livre savant21. La « division de l’espace discursif », pour reprendre l’expression d’Irvine, réserve à Sophie les descriptions de monuments, d’événements, de paysages, ainsi que le récit du déroulement du voyage au jour le jour, alors qu’Auguste, lui, se concentre sur la personne du comte de Chambord et sur l’aspect « politique » du voyage. Brossant le portrait d’un prince doté d’éminentes qualités et le tableau de ses idées, Auguste Johanet ne s’embarrassa donc pas pour recycler dans son livre quelques descriptions pittoresques de son épouse, et sans doute pour lui suggérer de tenir la chronique de certains moments mondains, de mettre à jour la liste des personnalités présentes – parce que tout cela pouvait resservir. Ainsi certains passages du livre du mari sont-ils réellement frappants de ressemblance avec le journal manuscrit de sa jeune épouse. Par exemple, là où le journal de Sophie porte, à propos de Milan qu’à

la fin de Mai 1845, M. le Comte de Chambord est venu, simple proscrit, se livrer à de nombreuses excursions. Lui aussi, en admirateur éclairé des arts, auxquels hélas ! il ne pouvait rien apporter de plus, il a prodigué son admiration et ses éloges bien motivés à tout ce qu’il a vu ; lui aussi, il s’est fait ouvrir les portes des églises et des tombeaux, mais ce fut pour y fournir la preuve de sa piété et de sa soumission aux vues de la Providence (p. 41)

  • 22 Ce qui donne : « […] il a prodigué son admiration et ses éloges bien motivés à tout ce qu’il a vu (...)

8le livre d’Auguste reprend mot pour mot le fragment, en ajoutant simplement une parenthèse au sujet des ateliers d’artistes que le prince a vus, qui lui permet de citer le cas particulier d’un sculpteur22. Plusieurs de ces similitudes sont identifiables. Elles restent néanmoins très peu fréquentes, et elles disparaissent de toute façon après l’arrivée du couple à Venise.

  • 23 Voir par exemple Daniel Roche, Humeurs vagabondes, De la circulation des hommes et de l’utilité de (...)
  • 24 Ce n’est cependant pas une certitude, loin de là. Car la qualité de l’écriture manuscrite et le fa (...)

9Pour la plus grande partie de la pagination, l’inspiration de Sophie est donc tout à fait autonome et les thèmes qu’elle retient relèvent d’elle seule. On verra qu’elle possédait un petit cahier dans lequel elle jetait des « petites notes en courant », lorsqu’elle n’avait « pas le temps d’en écrire davantage », et qu’elle retranscrivait ensuite ces notes dans son journal, afin de le tenir avec plus d’« exactitude » (p. 157), ce qui veut sans doute dire qu’elle ne rédigeait pas sa chronique au jour le jour mais qu’elle procédait à des retours en arrière plus ou moins réguliers. Ce procédé n’est pas sans nous rappeler la longue tradition du journal de voyage érudit, dans laquelle la mise en texte, la translation par écrit des « matériaux » du voyage était une procédure complexe23. Dans le cas des savants, des collectionneurs ou des antiquaires, on sait qu’il y avait le plus souvent séparation en plusieurs strates d’écriture, depuis la saisie des données, déjà sélective et même partiellement interprétative, jusqu’à leur mise en forme et leur mise en récit. Pour aboutir à l’état du texte que nous publions ici, Sophie a peut-être ajouté à ces notes prises au vol et à ce journal de route soigneusement composé la matière fournie par la correspondance adressée à ses proches, qu’elle avait dû récupérer après son retour. Et peut-être a-t-elle alors procédé à une remise au propre de l’ensemble, voire repris ou modifié un certain nombre de passages ? Il est impossible de le savoir24.

  • 25 Respectivement p. 168 et p. 73.

10Une chose en revanche est hors de doute, c’est que le journal de Sophie ne pouvait être destiné à la publication. L’idée ne cadrait pas avec la modestie que l’on jugeait souhaitable chez une épouse de son milieu social. La bienséance s’y opposait. C’est pourquoi elle a recours à l’expédient du lecteur imaginaire, et s’adresse avec régularité à ce « cher lecteur », « personnage idéal ou réel, mais toujours personnage indulgent25 […] ». Elle dirigeait donc son récit vers un lectorat, tout en sachant, ou pressentant, qu’elle n’en aurait pas, ou plutôt qu’il lui faudrait se contenter de celui dont l’indulgence et la complicité lui étaient garanties, constitué par les proches, les parents, les amis. Les mêmes, plus ou moins, qui avaient été destinataires de l’abondante correspondance de voyage, et qu’Auguste et elle avaient conduits en imagination, « pendant [leurs] veillées, […] sous ce délicieux ciel d’Italie ». Cela lui donne en réalité beaucoup de latitude, dès le moment qu’elle compose et ajuste son récit. Des clins d’œil à tel cousin, tel ami, sur des sujets d’apparence futile, comme les goûts alimentaires ou l’appétit, sans parler de la coquetterie (elle se permet, depuis l’Allemagne, d’offrir la recette de l’eau de Cologne « à toutes [s]es amies et connaissances »). Mais aussi des considérations où tous ses destinataires communieront, par exemple sur la vie religieuse et les dévotions, ainsi de passage à Lyon au moment de la Fête-Dieu. Des développements didactiques, sur l’architecture ou l’histoire, dont elle ne se pique pas d’être spécialiste, mais dont les plus jeunes lecteurs sauront tirer parti. Des anecdotes humoristiques, conduites avec brio, et un ton d’autodérision qui rapprochent son texte du récit de voyage romantique. Et davantage encore : des développements sur son mari.

  • 26 Cité par Sarga Moussa, « L’Égypte en groupe, en couple ou en solitaire. Trois modalités de voyage (...)
  • 27 Que l’on compare ces deux passages : « Nous voulûmes, dans le temps de prolongation que nous avait (...)

11Des Lumières jusqu’au milieu du xixe siècle, l’usage n’était pourtant pas du tout, dans les récits imprimés et publiés, ni tellement dans les journaux de route, de faire beaucoup de place aux conjoints et plus largement aux personnes accompagnatrices du voyageur qui narrait de son itinéraire, en dehors de brèves allusions. La comtesse de Gasparin, préfaçant un récit de 1847, écrivait avec ironie : « Ah qu’il eût été mieux séant, voyageant avec son mari, de n’en rien dire ; [et] le nommant, de n’en parler qu’avec une réserve glacée26 ! » Et encore s’agissait-il là d’une écrivaine déjà reconnue, spécialiste notamment de la morale du mariage chrétien, donc légitimement portée à aborder le thème de la conjugalité, et faisant allusion à un époux qui était une figure éminente du personnel politique orléaniste, dont il était délicat, par conséquent, d’évoquer la vie privée. Plus globalement, chez les mémorialistes appartenant à l’aristocratie, quel que fût leur sexe d’ailleurs, l’idée de livrer au public des anecdotes relevant de la sphère familiale contrevenait aux bonnes mœurs, et constituait presque une souillure. Les Voyages de Henri de France, qu’Auguste publia à Paris à leur retour, se présentèrent comme un texte sérieux, relevant de la littérature politique : non seulement Sophie y fut à peine nommée, ici ou là, dans l’assistance des fidèles aux Bourbons, mais surtout elle y était complètement évacuée du récit, où le « nous » serait apparu comme une grossièreté vu la gravité du sujet27. À l’opposé, du fait que son journal de voyage de noces était destiné au cercle familial, Sophie pouvait se permettre d’évoquer cet époux de manière très précise, et presque toujours avec une profusion d’affection. Son récit était aussi destiné à donner à leurs familles respectives la démonstration de leur inclination mutuelle, de leur attachement. Les frontières entre les différents horizons d’attente, celui de son époux, de sa famille, et le sien, ne sont donc pas toujours nettes, et sans doute intérêts, exigences et désirs se mêlent-ils, pour alimenter une écriture qui est pour partie formatée, mais dans laquelle la voix originale de Sophie parvient à se dessiner.

  • 28 Voir Jacques Misan-Montefiore, Venise des voyageurs romantiques français, Moncalieri, Cirvi, 2007, (...)
  • 29 Nulle notation politique cependant, alors que la critique du joug autrichien sur le royaume lombar (...)
  • 30 Idée largement développée par Louis Reynaud, L’influence allemande en France au xviiie et au xixe  (...)

12Cette sensibilité personnelle, ce « moi » parfois timide, parfois plus affirmatif, elle les savait sans doute condamnés à s’effacer avec le retour et la réintégration dans le cadre familial et sociétal d’où elle était issue. Sophie s’arrêta donc au seuil de l’auctorialité, non sans avoir souligné au hasard de son journal l’ironie de la condition d’infériorité civique et morale qui lui était faite. Ainsi, face à la douane piémontaise qui ne trouvait pas son nom sur le passeport et qui semblait soupçonner qu’elle était la victime consentante ou forcée de quelque rapt, elle nota : « L’incurie d’un commis au bureau de Paris avait fait mettre la femme de M. Johanet dans un tout petit coin de passeport. Eh ! pouvaient-ils se douter, ces braves gens, que c’est là, à Paris, la place qu’on leur réserve. » (p. 34) Néanmoins, par sa subjectivité pleinement assumée, et pour le ton parfois léger mais toujours vif de ces « impressions » jetées sur le papier, son récit présente aussi des points communs avec l’approche du voyage propre au courant romantique. Ce séjour de 1845 se situait chronologiquement au seuil d’un tourisme plus moderne, destiné à un public bourgeois aisé, alliant vitesse et confort, qui devait advenir finalement dans les années 1860 après l’unification de l’Italie et le développement des liaisons ferroviaires dans la péninsule. Si les conditions matérielles du voyage de 1845 ne sont pas toujours des plus faciles, Sophie fait toujours preuve d’un enthousiasme allié à une certaine distance ironique, qui la met à l’abri de la fatigue et du découragement. Son point de vue colle à l’image que les Français se faisaient couramment de l’Italie du Nord : d’abord le choc du passage du Mont-Cenis, puis la marche précipitée vers une Lombardie fertile, dominée par Milan, une ville marquée par l’empreinte de Napoléon, enfin le séjour émerveillé dans une Venise en déclin. La ville ayant perdu toute importance politique, on se l’approprie d’abord comme un lieu de réjouissances, où démarrent discrètement des activités typiquement touristiques telles que les bains de mer. En dépit de l’exaltation qui saisit nos deux visiteurs, on verra que l’atmosphère n’est pas exactement celle de la Venise romantique, des chevauchées de Byron sur les plages du Lido ou des amours de Musset et George Sand28… Notons enfin que malgré ses grandes richesses artistiques, l’Italie de Sophie Johanet n’est nullement appréhendée comme un musée. La vie sociale qu’elle fait renaître au regard du lecteur est parfois un peu figée29, mais les observations originales n’y manquent pas. Quant à l’aire germanique, Sophie s’y montre moins diserte que vis-à-vis de l’Italie, peut-être par défaut d’information sur les territoires qu’elle traverse, peut-être simplement par manque de temps puisque le rythme du voyage retour est beaucoup plus rapide que celui de l’aller. Néanmoins, se dissociant du mythe d’une Allemagne romantique, essentiellement propagé par les écrivains30, elle parvient à se saisir d’une autre image, moins marquée de références littéraires et artistiques, moins exaltée sans doute, mais pas forcément moins attentive. On verra en tout cas qu’on a affaire à une plume alerte, qui sait conduire un récit élaboré et vivant, et à une voix qui méritait d’être entendue.

Le manuscrit et les principes de l’édition

13Le manuscrit du journal a été localisé grâce au recensement des « écrits du for privé » entrepris par le CNRS à l’orée des années 2000, et exploité une première fois dans le cadre des recherches sur les voyageuses françaises et britanniques en Italie, que Nicolas Bourguinat avait menées en 2009 pour une habilitation à diriger des recherches. Il a ensuite fait l’objet d’un mémoire de master soutenu par Marina Polzin en 2013 – plus spécialement pour les développements concernant l’espace germanique, mais aussi pour tous les aspects relevant de l’histoire du couple et de l’histoire du royalisme. Le manuscrit se trouve aux Archives départementales du Nord, à Lille, sous la cote 63 J 49. Il s’agit de deux cahiers de format A5 (157 pages et 121 pages respectivement). Une transcription dactylographiée, dans l’ensemble de bonne qualité malgré quelques menues erreurs de lecture, se trouve jointe à la même cote, réalisée probablement dans les années 1930. Elle n’a pas été utilisée, sauf pour des vérifications, et le texte de Sophie Johanet a été retranscrit directement à partir du manuscrit des deux cahiers. Le premier va jusqu’à l’arrivée du couple à Frohsdorf, le lieu d’asile dévolu aux Bourbons dans l’Autriche de Metternich, venant du royaume lombard-vénitien et de Trieste. Le second cahier reprend le récit à Frohsdorf : via le col du Semmering, il conduit ensuite les deux protagonistes de la Styrie en Basse-Autriche, puis à Vienne, et de là par l’Allemagne rhénane et la Belgique jusqu’à leur retour en France. La couverture d’origine des cahiers a disparu, et il ne subsiste qu’une reliure fragile. Organisé en chapitres, le récit est augmenté d’un certain nombre d’illustrations collées sur les pages : cartes de visite, publicités d’hôtels, gravures, dessins, fleurs séchées. On rencontre également (réalisés sur un autre papier puis découpés et collés dans le texte) des dessins de petit format de la main de Sophie, à propos desquels elle réclame l’indulgence : « Quiconque a jamais eu pour chevalet la portière d’une diligence, allant au plus grand trot des chevaux italiens, pourra excuser l’imperfection de mon esquisse », observe-t-elle ainsi (p. 51), à propos d’un postillon de Vicence et de son accoutrement qu’elle a tenté de croquer à main levée. Néanmoins, elle n’est pas dépourvue de facilités, et il est très vraisemblable qu’elle a été entretenue dans cette disposition par une éducation de jeune fille de la bonne société, qui faisait au dessin la place qu’on jugeait alors indispensable. Son travail d’illustratrice se limite le plus souvent néanmoins à de discrètes décorations florales.

14Le découpage et la mise en page qu’elle avait retenus ont été préservés. Les soulignements ont été traduits par des italiques, les mots en gras conservés tels quels. L’orthographe a été en revanche modernisée, afin de faciliter la lecture. Sophie Johanet ne mettait presque jamais le « t » aux participes présents pluriels se terminant en -ant ou -ent et aux mots assimilés, comme parent, ou versant… L’Académie française avait décidé dès 1673 de restituer le « t » devant le « s » du pluriel, mais cette règle fut oubliée dans l’usage et dut être réaffirmée en 1835. Certains grands auteurs, comme Chateaubriand, n’acceptèrent néanmoins jamais la nouvelle orthographe, et elle demeura boudée dans les milieux traditionalistes parfois jusqu’au début du xxe siècle. Pour rendre le texte plus accessible au public d’aujourd’hui, nous n’avons pas cru bon de conserver cette particularité. Les noms de lieu ont été également modernisés ou explicités. Quelques mots mal orthographiés et quelques libertés de ponctuations ont été corrigés, quelques erreurs d’accord également, sans que cela soit systématiquement rappelé par des crochets dans le texte – là encore afin de contribuer à un meilleur confort de lecture. Il est indéniable que Sophie Johanet connaissait sa grammaire et qu’elle dominait bien l’orthographe française : aussi ces erreurs étaient-elles dans l’ensemble assez rares.

15Enfin, les illustrations et les dessins collés dans le texte ont été reproduits à leur emplacement originel dans le manuscrit, à l’exception des images occupant une page entière, représentant la plupart du temps des monuments ou des hôtels, que nous n’avons pas conservées.

Notes

1 À l’inverse du monde anglophone, où il y a déjà un certain nombre de témoignages écrits pour les années 1840 et 1850, les textes de première main sont même tellement rares, en France, que l’historien Sylvain Venayre a pu qualifier d’« exception insolite » le récit du voyage de noces de Mme Duhamel, qui se situe à la toute fin du xixe siècle (Sylvain Venayre, « L’avènement du voyage de noces (xixe-xxe siècle) », in Sabine Melchior-Bonnet et Catherine Salles (dir.), Histoire du mariage, Paris, Robert Laffont, 2009, p. 769).

2 Helena Michie, Victorian honeymoons. Journeys to the conjugal, Cambridge et New York, Cambridge University Press, 2006, p. 39.

3 Bonnie Smith, Les bourgeoises du Nord, Paris, Perrin, 1984, p. 47.

4 Sophie Johanet, Vie de Madame Bayart, Les Cent jours, Chateaubriand, la famille royale, Paris, A. Taffin-Lefort, 1906, p. 232-234. Cette biographie de Sophie-Josèphe Bayart a été publiée par les soins de Marie Leroy, la fille unique de Sophie, probablement au lendemain de la mort de celle-ci.

5 Ainsi que l’illustre ce passage : « Je ne sais de cette ville [Vérone] rien autre chose, si ce n’est ce que m’en a appris ma géographie il y a bien dix années : Vérone est sur l’Adige comme Turin est sur le Pô » (infra, p. 50).

6 Voir entre autres Rebecca Rogers, Les bourgeoises au pensionnat. L’éducation féminine au xixe siècle, Rennes, PUR, 2007.

7 « Crayons, couleurs, broderies, papier et écritoire surtout, tout cela y était avec moi. J’ai même été sur le point d’y installer le piano dont mon cher Auguste m’avait fait la surprise au matin » (infra, p. 93) : c’est une phrase qui résume bien ses différentes capacités.

8 « M. de Montbel est venu plusieurs fois, toujours pendant l’absence d’Auguste ; et pour le remplacer, j’ai causé de haute politique, tout comme si j’étais moi-même un ancien ministre », observe-t-elle avec un soupçon d’ironie (infra, p. 140).

9 Voir infra p. 39 et p. 167, par exemple.

10 Sophie Johanet, Vie de Madame Bayart, op. cit., p. 238.

11 Voir Alfred Baudrillart, Les Normaliens dans l’Église, Paris, Imp. Religieuse, 1906, p. 5, et plus généralement Guillaume de Bertier de Sauvigny, Le comte Ferdinand de Bertier et l’énigme de la Congrégation, Paris, Les Presses Continentales, 1948.

12 Hugues de Changy, Le mouvement légitimiste sous la monarchie de Juillet (1833-1848), Rennes, PUR, 2004.

13 Auguste Johanet, Voyages de Henri de France en Écosse, en Angleterre, en Allemagne et en Italie, Paris, Dentu, 1845, et Souvenirs du séjour de M. le comte de Chambord et des Français à Ems, Paris, Jeanne, 1849.

14 Voir ainsi l’étude de Jo Burr Margadant, « The duchesse de Berry and royalist political culture in postrevolutionary France » in Id. (dir.), The New Biography. Performing Feminity in Nineteenth-Century France, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 2000.

15 Voir Marie-Caroline, duchesse de Berry. Naples-Paris-Graz, itinéraires d’une princesse romantique, Paris, Somogy, 2002, et Laure Hillerin, La duchesse de Berry. L’oiseau rebelle des Bourbons, Paris, Flammarion, 2010.

16 Sophie Johanet, Vie de Madame Bayart, op. cit., p. 298.

17 Pour ce point, voir Bénédicte Monicat, Itinéraire de l’écriture au féminin, Voyageuses du xixe siècle, Amsterdam, Rodopi, 1996, p. 63-64.

18 Alain Girard, Le journal intime, Paris, PUF, 1963.

19 Infra, p. 101.

20 Infra, p. 107.

21 Margot Irvine, Pour suivre un époux. Les récits de voyages des couples au xixe siècle, Québec, Nota Bene, 2008.

22 Ce qui donne : « […] il a prodigué son admiration et ses éloges bien motivés à tout ce qu’il a vu (notamment au fameux sculpteur Marchesi, dans l’atelier duquel il a passé plusieurs heures) ; lui aussi, il s’est fait ouvrir les portes des églises […] » (Auguste Johanet, Voyages de Henri de France, op. cit., p. 672, souligné par nous).

23 Voir par exemple Daniel Roche, Humeurs vagabondes, De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003, p. 73.

24 Ce n’est cependant pas une certitude, loin de là. Car la qualité de l’écriture manuscrite et le faible nombre de ratures ne sont pas des éléments suffisants pour prouver que le texte aurait été recopié a posteriori. En effet, en ce temps-là, les scripteurs faisaient très peu d’erreurs de graphie et ne raturaient guère.

25 Respectivement p. 168 et p. 73.

26 Cité par Sarga Moussa, « L’Égypte en groupe, en couple ou en solitaire. Trois modalités de voyage au xixe siècle », in Franck Estelmann, Sarga Moussa et Friedrich Wolfzettel (dir.), Voyageuses européennes au xixe siècle. Identités, genres, codes, Paris, PUPS, 2012, p. 247.

27 Que l’on compare ces deux passages : « Nous voulûmes, dans le temps de prolongation que nous avait donné la royale invitation, retourner à Castagnavisa [sic], revoir encore ces tombeaux que nous étions venus fermer. Auguste visita le caveau [interdit aux femmes] de l’intérieur » (p. 59). Auguste : « Le lendemain, je me rendis seul au couvent des Franciscains. Un père, dont la vaste instruction et la profonde piété n’ont d’égale que l’aménité de son caractère, voulut bien me servir de guide vers le caveau où reposent les deux rois de France. » (p. 690).

28 Voir Jacques Misan-Montefiore, Venise des voyageurs romantiques français, Moncalieri, Cirvi, 2007, et Christan Del Vento et Xavier Tabet (dir.), Le mythe de Venise au xixe siècle, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2006.

29 Nulle notation politique cependant, alors que la critique du joug autrichien sur le royaume lombard-vénitien et plus particulièrement sur la Sérénissime est devenue très courante en France, des années 1820 jusqu’aux années 1840. On ne s’en étonnera pas. Une royaliste aussi ardente que Sophie Johanet ne peut pas faire moins qu’être la supportrice de cette Autriche qui accorde l’asile au petit-fils de Charles X, et qui est depuis 1815 la puissance qui incarne le mieux, en Europe, la défense de la Légitimité.

30 Idée largement développée par Louis Reynaud, L’influence allemande en France au xviiie et au xixe siècle, Paris, Hachette, 1922.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540