Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt historiens

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Nicolas Bourguinat

Annexe

Postface

Éléonore Reverzy

Texte intégral

1Les journées strasbourgeoises d’avril 2015 sont loin d’avoir couvert tout le champ de la poétique goncourtienne de l’histoire. Si certains domaines (l’histoire de l’art, l’histoire de la Révolution et du Directoire) sont restés trop en friche, du moins s’agissait-il, avec cette première rencontre centrée sur les deux historiens, d’impulser un mouvement à la fois vers le Fonds Goncourt aux Archives municipales de Nancy, présenté ici par Daniel Peter, leur conservateur, et vers l’œuvre des Goncourt dont la republication chez Champion et chez Garnier, du Journal et des œuvres narratives est en cours. Il est en effet possible à partir des carnets de notes prises par les Goncourt – et dont cent trente-six sont accessibles à Nancy, d’autres se trouvant dans des collections privées – de mener un travail d’étude génétique très fructueux et de mieux comprendre leur collaboration, qui reste une des grandes inconnues du travail des deux frères. L’œuvre narrative sort aujourd’hui définitivement de l’ombre grâce à des éditions critiques richement annotées tandis que l’édition du Journal, fruit du travail d’une équipe de recherches rattachée à l’Institut des Textes et manuscrits modernes (ITEM/CNRS) et conduite par Jean-Louis Cabanès, met à la disposition du public une édition savante de ce texte majeur de l’histoire littéraire du xixe siècle, source de documentation sur la vie littéraire, réservoir de potins et de méchancetés mais aussi analyse au plus juste de la condition d’écrivain dans un siècle où le marché de l’art et des lettres se transforme profondément. La création d’un Centre Goncourt où serait répertoriés travaux universitaires sur les deux frères (thèses et mémoires), articles et essais savants et où seraient réunies les différentes éditons de leurs ouvrages, accueillant chercheurs et étudiants, est actuellement à l’étude, à partir du legs Charles Grivel qui avait constitué une bibliothèque Goncourt et recensé la majeure partie des travaux sur les Goncourt outre-Rhin.

  • 1 En 1996, un colloque fut organisé à Bordeaux par Jean-Louis Cabanès. Les actes ont paru en 1997 : (...)

2Notre volume n’est donc qu’une étape dans une redécouverte de l’œuvre des deux frères engagée durant les années 1990 et qui a donné lieu à quelques grands colloques1. La présence nombreuse de jeunes chercheurs à Strasbourg, venus du Québec, d’Allemagne, de Suisse et de France témoigne en tout état de cause que le grand chantier initié par la création en 1993 d’une Société des Amis des frères Goncourt, sous l’égide d’Alain Barbier Sainte-Marie, a su attirer un intérêt renouvelé pour les Goncourt, dont cependant des pans entiers demeurent encore peu explorés.

3Leur place dans l’historiographie du xixe siècle est encore à reconsidérer. Qu’on les rapproche des méthodes de la micro-histoire ou qu’on voie en eux des inventeurs de l’histoire culturelle, on néglige trop qu’ils se trouvent coincés entre l’histoire résurrectionniste de Michelet et l’histoire positiviste et que leur caractère réactionnaire et anti-moderne les écarte de la reconnaissance qui va à des historiens politiquement récupérables. C’est aussi la place dans leur temps qui n’est pas parfaitement identifiable à celle d’autres auteurs comme Flaubert, Baudelaire ou Leconte de Lisle même si elle y ressemble. Mal à l’aise dans leur temps – bien que réactionnaires, ils voient dans les journées de juin 1848 un crime impardonnable dont le 2 décembre est sorti et, quoique familiers du salon de la Princesse Mathilde, ils jugent sans complaisance le régime impérial –, ils vivent dans le regret de la monarchie de Juillet, ce temps de leur jeunesse et dont précisément le Journal, entamé en 1850, ne peut parler qu’au passé…

4Quant au xviiie siècle, il figure le temps rêvé dont les traces et documents sont cherchés et collectionnés pour être ensuite mis en scène dans des biographies et des panoramas, parfois livrés presque tels, dans leur état brut de fragments, suffisamment signifiants per se que les historiens se dispensent de les commenter. Ainsi abordent-ils l’histoire à travers le tableau : le « Paris à l’encan » qui ouvre l’Histoire de la société française pendant le Directoire donne d’abord au lecteur l’impression d’un panorama michelétien, mais si éclaté en de multiples détails, coupés de tirets (les « Petites affiches » collées aux murs, les loques et drapeaux rouges qui pendent aux fenêtres, le nom et le numéro des rues modifiés, les animaux errants, les marchands de vin multipliés…) que le lecteur n’y voit plus un ensemble mais une accumulation de débris. C’est une histoire à hauteur de piéton que proposent les deux historiens. Ce refus du surplomb les place au revers de Michelet et les assimile à des historiens anecdotiers, toujours à la chasse au détail, et comme sans prises sur le flux du temps que pourrait dire la chronologie – qu’ils dédaignent.

5Historiens des affects en même temps qu’historiens affectifs, ils se placent résolument dans une histoire physiologique qui lit les mœurs et le temps dans les corps. Les recherches récentes sur les émotions et les affects pourraient bénéficier à l’œuvre des deux frères, écrivains empathiques ou aristocrates dédaigneux. Sans doute faudrait-il engager une réflexion sur ces usages et représentations du temps pour les distinguer aussi des romanciers contemporains – Flaubert, Zola, Huysmans, Maupassant – qui ont aussi, pour certains, prétendu représenter des mondes révolus (la Carthage de Salammbô chez Flaubert ou le Moyen Âge de Durtal chez Huysmans) et mettre au jour ces différentes poétiques de l’histoire, en un siècle où la discipline historique se dégage de la littérature et s’enseigne mais également où histoire et fiction ne cessent de se rencontrer.

Notes

1 En 1996, un colloque fut organisé à Bordeaux par Jean-Louis Cabanès. Les actes ont paru en 1997 : Les Frères Goncourt : art et écriture, Talence, Presses universitaires de Bordeaux. En 2005, furent publiés les actes du colloque de 2003 qui s’était tenu à la BNF et au Sénat : Les Goncourt dans leur siècle. Un siècle de “Goncourt”, Jean-Louis Cabanès, Pierre-Jean Dufief, Robert Kopp, Jean-Yves Mollier dir., Préface par Edmonde Charles-Roux, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2005.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site