Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt historiens

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Nicolas Bourguinat

Annexe

Le dépôt de l’Académie Goncourt aux Archives municipales de Nancy

Daniel Peter

Texte intégral

1À mon arrivée en 2005, le service des Archives municipales était en piteux état (le bâtiment non conforme aux normes ; les neuf kilomètres d’archives n’étaient pour ainsi dire pas classés). En 2014, soit neuf ans plus tard, l’ensemble s’était réduit à six kilomètres et demi d’archives, 55 % des fonds et séries étaient classés aux normes. Le projet de nouveau bâtiment était malheureusement resté au stade des intentions… Le service compte quatorze agents au total, mais plutôt une dizaine dans la réalité. Les archives privées n’avaient guère de statut ; on se contentait d’amasser tout et n’importe quoi. D’abord entreposé à la bibliothèque de l’Arsenal (Paris) où il sombrait dans l’oubli, le fonds de l’Académie Goncourt a été transféré aux Archives municipales de Nancy en juillet 1988 à la demande d’Hervé Bazin, qui présidait à l’époque l’illustre institution. Une démarche logique, puisque Edmond Huot de Goncourt, promoteur du futur prix portant son nom, est né dans la cité ducale.

2Le fonds Goncourt (4 Z) est en fait composé de trois fonds : le fonds Gustave Geffroy, membre fondateur de l’Académie Goncourt en 1900, et président du cénacle de 1912 à 1926, le fonds de l’Académie Goncourt et le fonds Armand Lanoux. Il s’agit de dépôts ou de dons réalisés par certains membres de l’instance ou leurs héritiers et surtout de documents issus du fonctionnement quotidien de l’Académie : correspondance, manuscrits, registres de délibérations du jury et coupures de presse. On y trouve aussi bien des photographies, des peintures, des objets divers et même quelques sculptures. Ces derniers éléments n’ont pas encore été classés. Parmi ces documents, on note des pièces signées par des noms souvent célèbres : Blanqui, Daudet, Clemenceau, Loti, Poincaré et, bien évidemment, Goncourt. Il convient d’ajouter à ce fonds, le fonds Constantin-Weyer, prix Goncourt 1928, donné à la ville de Nancy en 2005 (332 Z), le fonds Armand Lanoux donné en deux temps (2005 et 2012) (381 Z), le fonds Jacques Brengues (369 Z) ainsi que le fonds Edmonde Charles-Roux (358 Z), déposé par la ville de Marseille en 2008.

3Le fonds a connu divers classements plus ou moins heureux. Le traitement de 2008 réalisé par une archiviste littéraire en avril-mai 2008, ne répondant pas vraiment aux normes archivistiques, l’auteur de ces lignes a repris le classement en novembre 2011. Il n’a, toutefois, pas été possible de retrouver la structure initiale du fonds et plus particulièrement celle du fonds Geffroy, bouleversée par des années d’errance et d’abandon archivistique. Le fonds est ouvert dans la mesure où il est complété annuellement par des documents provenant du secrétariat de l’Académie, pour l’essentiel, ou des compléments d’envergure telle la seconde partie du fonds Armand Lanoux parvenue aux Archives municipales le 24 juillet 2012. L’ensemble des documents classés compte 162 articles et représente 10,30 ml.

4Le traitement prioritaire de ce fonds a permis d’enclencher une véritable campagne en faveur des dons ou dépôts aux Archives municipales de Nancy : nous étions devenus crédibles. Toutefois, hormis quelques exceptions (fonds de la communauté juive de Nancy, fonds Georges Petitjean, dépôt d’André Rossinot, ancien maire, ancien ministre…), les fonds ne sont pas toujours de qualité extraordinaire. J’ai tenté de convaincre des commerçants centenaires de donner leurs archives, mais je suis arrivé trop tard ou ai essuyé un refus net. Je m’évertue aussi à obtenir le dépôt de l’Association culturelle juive de Nancy (émigration juive polonaise) depuis plusieurs années, mais sans succès.

Fig. 1 : Déjeuner 1948, Archives municipales de Nancy, photographie reproduite avec l’aimable autorisation de l’Académie Goncourt.

Fig. 2 : Jules et Edmond de Goncourt, Archives municipales de Nancy, lithographie de Paul Gavarni reproduite avec l’aimable autorisation de l’Académie Goncourt.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Déjeuner 1948, Archives municipales de Nancy, photographie reproduite avec l’aimable autorisation de l’Académie Goncourt.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 2 : Jules et Edmond de Goncourt, Archives municipales de Nancy, lithographie de Paul Gavarni reproduite avec l’aimable autorisation de l’Académie Goncourt.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3863/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 439k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site