Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt historiens

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Nicolas Bourguinat

Histoire morale, histoire sociale

Usage des États-Unis dans les romans d’Edmond de Goncourt

Philippe Geinoz

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la version du Journal qu’Edmond de Goncourt publie en 1887, on lit, en date du 18 novembre 1860, cette remarque « baudelairienne » relative aux métamorphoses de la ville :

Mon Paris, le Paris où je suis né, le Paris des mœurs de 1830 à 1848 s’en va. Il s’en va par le matériel, il s’en va par le moral. La vie sociale y fait une grande évolution qui commence. […] De là une impression de passer là dedans, ainsi qu’un voyageur. Je suis étranger à ce qui vient, à ce qui est, comme à ces boulevards nouveaux sans tournant, sans aventures de perspective, implacables de ligne droite, qui ne sentent plus le monde de Balzac, qui font penser à quelque Babylone américaine de l’avenir1.

Par rapport à la version initiale – celle que livre le manuscrit et qu’on rencontre donc dans les éditions actuelles du texte –, on note, entre autres modifications, qu’Edmond a jugé bon d’ajouter l’adjectif « américaine », sans doute par contagion, puisqu’il avait inscrit le 30 octobre 1886 une observation qui...

Auteur

Université de Fribourg. Cette étude a pu être réalisée grâce au soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540