Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt historiens

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Nicolas Bourguinat

Histoire morale, histoire sociale

Car la loi n’est pas le sang

Le nom, la terre, la guerre dans Renée Mauperin

Véronique Cnockaert

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre le titre du roman d’Élise Turcotte.
  • 2 Béatrice Didier, « La femme au xviiie siècle ou Qu’est-ce que la littérature ? », in Jean-Louis Cab (...)
  • 3 Jean-Paul Clément, « Les Goncourt, historiens de la Révolution et du Directoire » (ibid., p. 55).

1Dans l’univers des Goncourt, derrière la révélation d’anecdotes, le récit de faits divers ou les remarques esthétiques, un lecteur attentif entend le « bruit des choses vivantes1 », mais aussi le bourdonnement de la grande histoire. Car la petite, sous leur plume, se révèle chargée constamment du poids des événements, ceux, menus, croqués sur le vif, mais aussi ceux, plus larges, d’une époque. On sait, comme en ont fait la démonstration Jean-Louis Cabanès et Pierre-Jean Dufief, que dans leur Journal notamment, mais pas seulement, les Goncourt domestiquent l’art du circonstanciel et que les nombreuses réflexions, pensées et souvenirs glanés par-ci par-là au fil des jours finissent invariablement par former l’histoire d’une société. C’est que chez les Goncourt tout semble obéir à un principe organisateur qui condense le tout dans la partie ; et les traits d’esprit, les formules concises saisissent à la fois la défaillance morale et le masque sous lequel celle-ci se dissimule. Robert Kopp, Béatrice Didier et Jean-Paul Clément remarquent que dans cette façon de chorégraphier les paroles jetées, les poses arrêtées, les regards lancés, les postures privilégiées et les sentiments avoués des individus, les écrivains se présentent comme les « précurseurs de la nouvelle histoire2 » et les « pionniers d’une histoire des mentalités3 ». Cette manière de décrire leur monde, leur époque, vaut également pour la représentation des mondes et des époques antérieures, notamment celle, favorite des écrivains, du xviiie siècle. Là aussi très souvent, pensons tout particulièrement à la biographie de Marie-Antoinette, les Goncourt donnent la préférence aux bruissements des étoffes, aux babillages de salons, aux cliquetis des couverts, aux menus détails du quotidien plutôt qu’aux événements qui remuent la nation, comme s’il fallait rendre à l’histoire sa réelle épaisseur, c’est-à-dire un vraisemblable qui s’appuie autant sur les conquêtes et les défaites d’un peuple que sur la manière de tenir un mouchoir en société et le bruit de sa chute sur le parquet.

  • 4 Le Progrès de Lyon, 19 avril 1864.

2L’histoire – celle du passé ou du présent – passe ainsi par un inventaire bricolé, seul capable de rendre compte du fouillis du réel. Aussi sommes-nous restée frappée à la lecture de Renée Mauperin, par le récit généalogique des Villacourt, qui avance sur un petit nombre de pages et qui forme la totalité du chapitre XXXV. Si les Goncourt insèrent avec ce chapitre une page de l’histoire de leur province d’origine, la Lorraine, ils brossent comme en contrepoint de l’ascension rapide de la bourgeoisie dont ne cesse de traiter le roman, celle séculaire d’une aristocratie, qui va des plus brillants hauts faits à une déchéance totale. L’histoire de cette famille s’avère effectivement celle d’une chute, puisque le dernier fils finit au fond des bois, « sorte de Mauprat qui braconne au fond d’une forêt4 » écrira Jules Vallès.

  • 5 Edmond et Jules de Goncourt, Renée Mauperin, Paris, GF Flammarion, 1990 [1864], p. 200. Désormais, (...)

3En effet, les Villacourt appartiennent à une famille de Lorraine, « illustre autrefois [et] si oubliée aujourd’hui, peut-on lire, que tout le monde la croyait éteinte5 », à tel point que, persuadé que ce nom n’est plus attaché à aucun individu, Henri Mauperin demande l’autorisation de le joindre à son patronyme, afin d’offrir à sa future épouse, Noémi Bourjot, et surtout au père de celle-ci, le cadeau d’une particule. Monsieur Bourjot digne représentant de la nouvelle bourgeoisie qui s’est construite sous la Restauration rêve pour sa fille la solidité pérenne d’une particule, manière d’achever cette splendide conquête sociale, manière de rappeler que la bourgeoisie est la nouvelle aristocratie régnante, ce que le personnage de Denoisel, porte-parole des écrivains, se plaît ironiquement à rappeler : « [Vous n’êtes] pas une caste… Non, mais vous êtes déjà une aristocratie… Une aristocratie toute neuve dont les insolences ont déjà dépassé les impertinences des plus vieilles aristocraties du globe… Il n’y a pas une cour, à l’heure qu’il est, il n’y en a pas eu une, je crois, dans l’histoire, où l’on essuie plus de mépris que dans le cabinet de tel gros banquier qui n’a jamais reconduit jusqu’à sa porte que deux personnes dans sa vie ! » (192)

  • 6 M. D. Garval, « Balzac’s La Comédie humaine : the Archival rival », Nineteenth-Century French Studi (...)

4Michael D. Garval souligne au sujet de l’univers balzacien que désormais « [s]ous ce nouveau règne, incarné de la manière la plus visible par l’état civil napoléonien, l’identité individuelle est fondamentalement séculière, c’est une production humaine, issues de conventions et de pratiques bureaucratiques spécifiques. Dans cet ordre ontologique nouveau, l’identité de chaque homme et de chaque femme est nécessairement une fabrication, une fiction6 ». Cuisine administrative, dont personne dans le roman n’est vraiment dupe. Tous savent qu’une particule achetée est un signe creux, vide qui mime le clan familial, généalogique. Ils savent qu’elle sert non pas une identité, mais bien une individualité, ici celle de Henri Mauperin.

  • 7 Albert Cassagne, La Théorie de l’art pour l’art en France chez les derniers Romantiques et les prem (...)
  • 8 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 251 (19 février 1862).

5Le dernier des Villacourt, « noble de province ruiné, sorte de brute fanatisée par la religion du nom de ses ancêtres7 », comme se plaît à le décrire Albert Cassagne, qui ne peut par manque de moyens financiers stopper légalement ce qu’il considère comme le « vol » de son nom, décide donc d’affronter Henri Mauperin en duel. Ce dernier y laissera la vie. Les spécialistes des Goncourt ont vu dans la mort du jeune bourgeois une forme de vengeance en différé. Il est vrai que la question du vol du patronyme est pour eux névralgique, puisqu’ils ont engagé un procès pour garder la propriété exclusive de leur nom, ainsi qu’on peut le lire dans le Journal, en date du 19 février 1862, c’est-à-dire deux ans avant la publication de Renée Mauperin : « Notre procès au Conseil d’État a été jugé, notre pourvoi rejeté attendu qu’il n’y avait pas de préjudice pour nous à ce qu’une autre personne prît notre nom et en usât. – C’est encore heureux, que par le fait du vol de notre nom, la justice de notre pays ne nous ait pas retiré le droit de le porter8. » Il est facile d’imaginer que derrière la victoire du comte de Villacourt, les Goncourt réparent symboliquement en creux l’injustice dont ils estiment avoir été victimes. Mais ce qui nous intéresse, c’est que la question du nom propre nous ramène à celle de la lignée des Villacourt et au récit de celle-ci, scandé par les guerres d’un côté et par les mariages nobiliaires de l’autre. Ici, l’histoire s’écrit non pas à coups de portraits ciblés, de bavardages rapportés, d’intrigue de courtisans, mais plutôt par l’égrenage de conquêtes et de défaites, de mutinerie et de duels. Ainsi, la chronologie avance avec une certaine concision à travers le prisme de la grande Histoire jusqu’en 1790. À partir de là, année de la fin des privilèges, le récit s’intéresse essentiellement à la figure du dernier Villacourt, qualifié de « loup », et à sa vie d’homme sauvage.

6On sait que la disposition en chapelet des événements est une forme commune de la représentation de l’histoire, la date et le nom de l’épisode historique concentrant miraculeusement les faits. Dans ce roman, l’enchâssement de quelques dates et conquêtes permet un raccourci efficace, car après tout, il ne s’agit pas tant des Villacourt que des Mauperin, aussi faut-il être concis et ne pas perdre son lecteur dans un labyrinthe trop anecdotique qui ne servirait pas la trame diégétique. Pour autant, cette chronologie qui avance en accéléré et que ponctuent trois guerres, sept batailles, trois sièges, des duels et une mutinerie, et qui se dilue ensuite à partir des années 1800 dans une sorte de hors temps historique, semble dire quelque chose de plus. Car si écrire l’Histoire, celle d’une famille ou celle d’un peuple, c’est toujours peu ou prou une opération de triage, on peut interroger cette disposition en diptyque, avec au centre la Révolution française, et qui fonctionne tel un miroir inversé. D’un côté, couvrant cinq siècles, de grandes dates historiques se chevauchent chronologiquement, de l’autre par contre, la réalité historique du xixe siècle n’est soutenue que par deux événements des plus prosaïques, celui du passage furtif du dernier Villacourt enfant à Paris en 1802, et celui en 1854, de l’instauration d’une nouvelle réglementation sur la chasse.

7Par ailleurs, il est intéressant et instructif de remarquer qu’à mesure que la lignée avance, notamment à partir de 1790, plus les prénoms disparaissent pour laisser la place au substantif « fils ». Un tableau généalogique révèlerait cet impressionnisme nominal dont nous tenterons de comprendre la signification.

Verser le sang dans la terre

8Les Villacourt appartiennent à une famille issue de la noblesse d’extraction chevaleresque, qui tire, peut-on lire, son « nom du fief et du château de Villa-court, sis à trois lieues de Saint-Mihiel et possédée par [elle] depuis des temps immémoriaux » (200). On sait que cette noblesse, la plus ancienne qui soit, est prouvée par prescription, elle se définit ainsi par la possession d’un titre qui remonte au moins au xive siècle, par celle d’un fief et aussi par l’état de chevalerie qui est un état militaire, ce qui est en tout point le cas des Villacourt. En résumé, cette noblesse se fonde sur trois socles complémentaires : le nom, la terre, la guerre. Dès lors, si la terre dit la lignée, on peut déduire que dans ce régime nobiliaire, l’espace dit le temps. Et la guerre, censée protéger, garantir ou donner expansion à la terre, l’abreuve régulièrement du sang des siens. Elle sert donc à donner du temps au nom en lui donnant de l’espace. En effet, lors de la guerre, la terre s’imprègne, chaque fois un peu plus du nom de la lignée, au point que terre et nom deviennent consubstantiels et interchangeables : le nom est la terre, la terre est le nom. C’est d’ailleurs de la « terre seigneuriale » dont il est en premier lieu question au début du récit généalogique. La terre origine le nom et l’institue. L’être Villacourt, en tant qu’éthos, se révèle ainsi dans le corps de la guerre. En voici quelques exemples :

Gantonnet de Villacourt, fait prisonnier en combattant contre les Messins, n’eut sa liberté qu’en donnant sa parole de ne plus monter à cheval ni porter d’armes de guerre ; dès lors, il monta sur une mule, s’habilla de buffle, et, armé d’une lourde barre de fer, retourna se battre.
Hubert de Villacourt, fils de Remacle, sénéchal du Barrois et bailli du Bassigny, suivait le duc d’Antoine […] dans la guerre d’Alsace.
Jean-Marie de Villacourt s’attachait au service de France. Après la journée de Landrecies, le roi le faisait chevalier […] il était ensuite fait capitaine de trois cents hommes de pied…
Charles [de Villacourt] capitaine au régiment du Pont, [fut] tué au siège de Philisbourg…

9Et ses dix autres frères, morts comme lui à la guerre, etc.

10À lire le chapelet des conflits guerriers, ceux-ci semblent assurer la pérennité du nom. Et alors que la guerre a partie liée avec la mort, elle se mue, du moins sous la plume des Goncourt, en moment baptismal. Les hommes naissent au monde par l’épée, la question de la filiation – et de la lignée – s’orchestrant à partir de l’expérience guerrière. Le sang versé des hommes enfante les fils, c’est sûrement pour les frères Goncourt dont on connaît l’aversion pour le corps parturient des femmes, une forme d’engendrement rêvé. On ne s’étonnera donc pas que la famille des Villacourt, en soit une de garçons, puisqu’elle compte trente fils pour cinq filles.

  • 9 Pierre Barbéris, Aux sources du réalisme : aristocratie et bourgeoisie, Paris, UGE-10/18, 1978, p.  (...)

11De plus, à la lecture du récit généalogique, on voit bien que dans cet inventaire guerrier, les époques s’esquissent et ne se démarquent pas clairement les unes par rapport aux autres, ce qui importe visiblement pour les écrivains, ce n’est pas tant une véracité historique que d’établir la légende guerrière de cette lignée. Généalogie martiale qui fonctionne non seulement comme l’empreinte historique des morts, mais également comme l’assurance de la vaillance des vivants. Ce qu’ont fait les ancêtres est un gage de la bravoure des descendants. L’inventaire des batailles, leur énumération, fonde ainsi la cohésion de la famille et leste le nom des Villacourt d’un poids historique et légendaire. Ce que dit Barbéris au sujet d’une société non soumise à l’individualisme, « brève et exaltante fraternité de l’action au service d’une cause commune9 », vaut à cet égard pour la guerre en régime goncourtien. Ici, les guerres fonctionnent comme des points communs au sein d’une filiation commune, du coup leur égrenage devient générateur et révélateur d’une conscience familiale et généalogique. D’une certaine manière, les Goncourt usent de la guerre comme d’une stratégie, à l’intérieur de laquelle le sang versé sert de lien de reconnaissance au sens fort du terme.

12À suivre ce raisonnement, on s’explique mieux pourquoi les prénoms disparaissent, et pourquoi chaque fils semble valoir pour l’autre. Au-delà d’un simple effacement de la mémoire, que peut donc signifier cet effacement des prénoms ? En effet, à la lecture du récit, on remarque que le premier fils à perdre en individualité est aussi le premier à n’avoir participé à aucun fait de guerre. Il est dit de lui qu’il « quitt[a] Villacourt, s’établ[it] à Paris, se jet[a] dans le système et perd[it] les restes d’une fortune très entamée déjà par la perte d’un procès de son père […]. Il mour[ut] en 1752, ne possédant plus guère que les murs de son château, laissant un nom amoindri, et dont l’honneur commençait à décroître. » (202) On le voit, l’amoindrissement du nom va de pair avec une diminution de la propriété, ce qui confirme la consubstantialité entre le nom, la terre, mais aussi la nécessité de la guerre pour maintenir vivace la dialectique entre le premier et la seconde. La guerre, ici, est définitivement un espace de transmission rituelle puisqu’elle appelle la répétition de son effectuation. Comme si privé de l’expérience guerrière, le nom gardait sa forme (le patronyme), mais perdait son contenu (le prénom). Aussi, dès lors qu’un Villacourt ne combat plus et que le sang n’est plus versé, ce dernier perd en distinction, au sens de différenciation, étant donné que le prénom distingue un sujet par rapport aux autres membres de sa famille. Ainsi, le dernier de la lignée à être nommé, est également le dernier à se battre :

  • 10 Derrière ce portrait, les Goncourt évoquent la déchéance générale de la noblesse, ce qui fait des V (...)

Jean, lieutenant dans le régiment de Royal-Liégeois en 1787, se trouvait à l’affaire de Nancy, émigrait, faisait les campagnes de 1792 à 1801 dans la légion de Mirabeau, […], et dans les Grenadiers de Bourbon à l’armée de Condé. Le 13 août 1796, il était blessé à la tête au combat d’Oberkamlach. En 1802, il rentrait en France avec une femme qu’il avait épousée en Allemagne, et qui mourait après lui avoir donné quatre enfants, quatre fils.
De sa blessure, il lui était resté un affaiblissement de tête qui touchait presque à l’enfance. Peu à peu le désordre croissant dans la maison sans ménagère, des habitudes de boisson et de table ouverte le forçaient à vendre le peu de terre qui entourait le château. Le château [qui] à la longue, s’en allait morceau par morceau. Le vent passait, la pluie entrait10. (203)

13Même si le laisser-aller notoire dans lequel vit l’ancien lieutenant est dû à sa blessure de guerre, notons que ce désœuvrement coïncide avec le premier mariage d’un Villacourt contracté en dehors d’un régime endogamique. On remarquera aussi le lien indissociable entre l’homme et sa demeure : lui fêlé, le crâne fendu, elle se lézarde et s’effondre. À la suite de cette dispersion (l’union exogamique, la dilapidation immobilière) s’opère la lente oblitération du sujet. Dit autrement, ce que révèle la généalogie de la famille, c’est qu’avec la fin de l’aristocratie foncière advient la fin du nom, c’est-à-dire la fin de la lignée comme ligne infinie. Sans terre à défendre, sans guerre à entreprendre, il ne reste que chaos et étiolement, ce que symbolise la confusion nominale. Ne subsiste qu’une filiation d’engendrement, biologique et réelle, mais vide de sens quant au temps – entendons le temps de la lignée –, et quant à l’espace – entendons celui de la terre nourricière. Désormais, les enfants, individus sans prénom, ne sont plus sujets du temps et, anonymés, se voient éjectés de l’Histoire :

Les quatre frères, d’un commun accord, cédaient à un marchand de biens ce qui restait encore de pierres à leur château, moyennant quelques cents francs dont ils payaient des dettes criardes […] ; puis ils s’enfonçaient aux bois qui commençaient au bout de leur ancienne terre, et ils vivaient là avec les bûcherons et comme eux, faisant de leur hutte leur bauge, ayant leurs amours et leurs femmes, peuplant la forêt d’une race métis où le Villacourt était croisé de nature, le gentilhomme mâtiné de l’homme des bois, et dont la langue même n’était plus le français. (204)

  • 11 Sous Guillaume le Conquérant déjà, « beaucoup de nobles anglais dépossédés de leurs terres et de le (...)
  • 12 Sur la forêt comme lieu d’ensauvagement, voir également Marie Scarpa, « Sauvage, vous avez dit “sau (...)
  • 13 Voir sur ce point précis, Yvonne Verdier, « La forêt des contes », dans Coutume et destin. Thomas H (...)
  • 14 Michel de Certeau, La Fable mystique, Paris, Gallimard, 1982, p. 279.
  • 15 Sur l’honneur au xixe siècle, voir Robert Nye, Masculinity and Male Codes of Honor in Modern France (...)

14Chaque jour les derniers membres de cette famille renouent un peu plus avec une primitivité loin de tout système prescriptif qui creuse l’écart entre elle et une société d’État. Mais qu’on ne se trompe pas, le choix de la forêt comme lieu de vie souligne la nature aristocratique des derniers Villacourt. En effet comme le rappelle Robert Harrison, depuis des siècles, celle-ci sert d’asile aux nobles déchus de leurs droits ou privilèges11. Dans la forêt, par définition non cultivée, les hommes font l’épreuve de leur virilité en y chassant12, et ce « duel » avec l’animal devient l’unique lieu où la force et l’honneur s’expriment encore. La forêt est, comme l’ont largement démontré les ethnologues Yvonne Verdier et Nicole Belmont, spécialistes des contes, un lieu favorable à l’ensauvagement13, et si comme le soutient Michel de Certeau, le sauvage « introduit dans le symbolique ce que la cité exorcise14 » et qu’elle maintient à la marge du social, l’ensauvagement des Villacourt témoigne bel et bien de la fin d’un ordre dont la société n’a cure, et dont elle ne garde que les blasons. Et pour ceux qui croiraient au mirage démocratique que le xixe siècle instaure petit à petit, les Goncourt rappellent que la noblesse coexiste encore et toujours avec la bourgeoisie, mais qu’elles ne vivent pas ensemble. Ici les écrivains invitent cependant à penser que ce n’est pas la noblesse qui s’ensauvage volontairement, mais bien la société nouvelle et bourgeoise qui par un processus de déterritorialité force l’ensauvagement de cette noblesse désargentée. Dès lors, il ne reste au comte de Villacourt, lui qui vit dans une pauvreté extrême, qu’un bien – qui est aussi un lieu et du temps – : son nom. On comprend donc son acharnement à le défendre. Et lorsqu’il sortira vainqueur de son duel avec Henri Mauperin, il repartira dans son pays de Lorraine, la tête haute, souverain et l’honneur sauf15, puisqu’il aura réussi à sauver la seule chose qui lui reste en propre et qui rappelle qu’il a appartenu un jour à une race de seigneurs. D’ailleurs, il semble bien que dans Renée Mauperin l’honneur ait partie liée avec le sang et non pas avec l’encre, dit autrement avec le corps plutôt qu’avec la loi. L’historien André Rauch écrit d’ailleurs au sujet de la pratique du duel :

  • 16 André Rauch, Crise de l’identité masculine 1789-1914, Paris, Hachette-Pluriel, 2000, p. 74-75.

Restaurer sa réputation, satisfaire à un devoir d’affirmation de soi, c’est ici répondre à une attente de la communauté. Celui qui défend son honneur en répondant à la moindre provocation apporte la preuve qu’il défend des valeurs supérieures à l’obéissance au règlement. Ainsi mérite-t-il son appartenance à une caste dont la règle fondamentale reste le sens de l’honneur. Bravant les ordres, il se distingue du commun, en un mot des civils […]16.

  • 17 Pierre-Jean Dufief, loc. cit., p. 97.
  • 18 Edmond et Jules de Goncourt, La Révolution dans les mœurs, repris dans Cahiers Edmond et Jules de G (...)

15Le noble, incarné ici par le comte de Villacourt, se distinguerait donc en ce qu’il nie le juridique au profit du devoir d’honneur, l’écrit au profit de la coutume. Aussi comme le remarque très justement Pierre-Jean Dufief, « le fait que ce soit un noble qui tue Henri Mauperin semble bien évidemment d’une haute valeur symbolique : cette mort du bourgeois tué par un représentant de l’ancienne société constitue comme une revanche sur les faits, sur la réalité du triomphe de la bourgeoisie, pour ces nostalgiques de l’Ancien Régime que sont les Goncourt17 ». De ce point de vue, l’aristocrate sauvage fonctionne comme un refoulé social. Mais au-delà de la revanche symbolique, il semble que ce roman en soit un de filiation dévoyée. Alors que le comte de Villacourt, qualifié pourtant de « drôl[e] de nobl[e] » (171) au comportement de « satyr[e] » (171) se bat pour garder son nom, Henri Mauperin, type du jeune bourgeois, se bat également pour le sien, mais pour le travestir. Derrière la particule ajoutée se cache une déliaison, celle du fils avec son père qui, on ne s’en étonnera pas, ne voit pas d’un bon œil un tel artifice patronymique, car celui-ci affirme le caractère périssable de son propre nom. Ce que condamne le roman, c’est qu’à cette époque d’archéologie naissante, les fils étrangement enterrent le nom du père sous celui d’un autre. Il révèle par ailleurs que derrière cette mascarade symbolique se loge en creux le désir de se faire naître. Sorte de parthénogenèse institutionnalisée où l’individu en achetant son nom s’autonomise et se désolidarise de son origine, de son histoire : c’est sûrement ce morbide miracle bourgeois – tuer le nom du père (symptomatique pour eux d’une décadence) –, qui fait dire aux Goncourt : « La famille moderne ne se succède en rien. Elle ne se succède pas en elle-même ; une famille nouvelle et indépendante, presque étrangère à la famille-mère18 ». C’est pourquoi, très certainement, le jeune homme bourgeois tel que dépeint par les écrivains, dix ans avant la publication de Renée Mauperin, c’est-à-dire en 1854 dans une plaquette intitulée La Révolution dans les mœurs, possède des allures de vieil homme impuissant :

  • 19 Ibid., p. 165.

[L]es jeunes hommes, qui avaient jadis vingt ans une moitié de leur vie, sont devenus semblables aux vieillards. Et ce cœur de la jeunesse, l’âme vive de la France, ce cœur fait de tant de cœurs enrôlés, ce cœur qui appartenait au monde, cette machine généreuse enfin que toute cause humaine mouvait, – ce n’est plus que millions de moi, sans drapeau, débandés, isolés, personnels, dont chacun se possède tout entier, ne livre rien de lui, et vit chez lui, pour lui et en lui.
Ainsi ces vétérans, en qui le colon a tué le soldat, héros d’hier qui ont enterré leur aigle dans le champ dont ils vivent, qui se bouchent les oreilles aux fanfares des clairons lointains, et s’en vont peureux, par les chemins de traverse, vendre leurs salades à la ville prochaine19.

16En 1860, derrière le personnage de l’écrivain Charles Demailly qui décrit le jeune homme de son temps, les Goncourt réactualisent cette figure d’un puer senex inversé :

  • 20 Edmond et Jules de Goncourt, Les Hommes de lettres (roman intitulé par la suite Charles Demailly), (...)

[L]e fils, homme hâtif, gangrené à vingt ans des sciences de l’expérience, sorte d’enfant vieillard, résumait dans sa personne les ambitions froides, les impatiences de parvenir, les sécheresses et le calcul des intérêts, le trouble du sens moral par les conseils et les tentations des fortunes scandaleuses, tous les scepticismes pratiques de la jeunesse moderne20.

  • 21 Renée, sa jeune sœur, en a l’intuition lorsqu’elle dit à son frère : « Ça porte malheur de quitter (...)

17Ainsi, le jeune homme du xixe siècle en général et celui du Second Empire en particulier, s’il est redoutablement rusé dans un salon (La Comédie humaine n’a cessé d’en faire la démonstration) et s’il est capable de saigner le cœur des femmes pour arriver à ses fins, reste néanmoins et pour ces raisons mêmes aux yeux des deux frères, un impuissant notoire. Le xixe siècle s’avère dans l’univers goncourtien un immense théâtre d’imposteurs qui fonctionnent à partir de noms d’emprunt, un producteur d’individualités improductives, si ce n’est sur le plan de la génération, tout au moins sur celui de la généalogie et donc de l’Histoire. Car la loi n’est pas le sang, et tous les documents, toutes les particules à brader n’y changeront rien. Ainsi Renée Mauperin, roman d’une jeune fille est aussi celui d’un nom qu’il a fallu sauver de la faillite générale. La réappropriation par Villacourt de son nom, rappelle que le poids de l’histoire s’échafaude dans la guerre (le duel l’actualisant par effet de rétrécissement). Alors que le nom « de Villacourt » apparaissait comme « le nom d’un gueux » (205), un rebut, une chose oubliée, qui « ne valait plus rien » (205), un nom prêt à prendre, il redevient en tant qu’objet réchappé par le sang, un objet de conquête porteur d’identité, une véritable inscription baptismale. On ne s’étonnera donc pas que par effet de balancier, la mort d’Henri, ce voleur de nom, emporte avec elle le sien propre21, c’est-à-dire la lignée des Mauperin puisque les sœurs, Renée et Henriette, après la disparition du frère, mourront prématurément : l’une par culpabilité, l’autre en couches… Ne restent que deux vieillards, des vrais cette fois-ci, Madame et Monsieur Mauperin, déambulant à la manière de deux ombres orphelines, sans terre et sans enfants, à jamais détachés de l’Histoire, attendant, suspendus, de rejoindre – enfin ! – les leurs dans la mort ; mort qui signera l’effacement déjà bien entamé du nom :

Ils ont tout vendu, et sont partis. Ils ne tiennent plus à rien. […] Ils vont comme les choses déracinées et jetées au vent. Ils errent, ils tournent dans l’exil de la terre, fuyant des tombes et portant des morts, essayant de lasser leur douleur à la fatigue des chemins, traînant tous les bouts du monde leur vie pour l’user. (259-260)

  • 22 Qu’on pense au personnage balzacien, le colonel Chabert, qui a fait les frais de cet embaumement bu (...)

18En voulant créer, bien que légalement, un patronyme de manière artificielle, Henri a décidé de faire cavalier seul. Le choix d’un nouveau nom, d’une seconde filiation – d’une agrafe de pacotille – le dissocie à jamais de sa famille et symboliquement la désagrège. La fin tragique du roman ne fait dès lors que réitérer ce geste violent qui ne doit plus rien aux guerres ni à la terre, mais qui, pour cette raison même aux yeux des écrivains, disloque la lignée. Plus globalement, il semble bien que la bureaucratie s’affiche sous leur plume comme un univers exsangue et stérile, car amnésique ; c’est d’ailleurs ce qui fait d’elle un des puissants opérateurs de la Révolution, les Goncourt le savent. Et ce qu’ils déplorent dans cette mutation graphique, c’est qu’en offrant à l’individu la possibilité de se désolidariser de son sang au profit du document légal, elle ne lui permet plus, semble-t-il, d’étreindre l’Histoire, de faire corps avec elle22. Au sein de cette cataracte administrative sur le fleuve de l’état civil, les héros disparaissent et se noient dans la foule, ils n’ont plus d’autre choix que de troquer le champ de bataille pour le théâtre social, et l’épée pour la signature.

Notes

1 Pour reprendre le titre du roman d’Élise Turcotte.

2 Béatrice Didier, « La femme au xviiie siècle ou Qu’est-ce que la littérature ? », in Jean-Louis Cabanès et alii (dir.) Les Goncourt dans leur siècle. Un siècle de « Goncourt », Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2005, p. 43.

3 Jean-Paul Clément, « Les Goncourt, historiens de la Révolution et du Directoire » (ibid., p. 55).

4 Le Progrès de Lyon, 19 avril 1864.

5 Edmond et Jules de Goncourt, Renée Mauperin, Paris, GF Flammarion, 1990 [1864], p. 200. Désormais, toutes nos références à cette œuvre renvoient à cette édition. Le numéro de la page, entre parenthèses, suivra la citation dans le corps du texte.

6 M. D. Garval, « Balzac’s La Comédie humaine : the Archival rival », Nineteenth-Century French Studies, 25, 1996-1997, p. 38. Cité et traduit par Jean-Marie Privat et Marie Scarpa dans « Le Colonel Chabert ou le roman de la littératie », Horizons ethnocritiques, Presses universitaires de Nancy, 2010, p. 167.

7 Albert Cassagne, La Théorie de l’art pour l’art en France chez les derniers Romantiques et les premiers Réalistes, Champ Vallon, 1997 [1906], p. 159.

8 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 251 (19 février 1862).

9 Pierre Barbéris, Aux sources du réalisme : aristocratie et bourgeoisie, Paris, UGE-10/18, 1978, p. 425.

10 Derrière ce portrait, les Goncourt évoquent la déchéance générale de la noblesse, ce qui fait des Villacourt moins un cas qu’une famille-type : « Sans but, sans carrière ouverte, que de grandes familles ont absorbé leurs facultés et se sont éteintes dans la crapule, par cette même pente qui a fait des officiers en demi-solde, des Bridau sous la Restauration ! Ainsi, ici, les Mesrigny […] Le dernier rejeton de cette famille, maintenant, par les orgies, par le vin de cabaret, sans voix, sans pensées, n’a plus que des gestes et des fébrilités de main pour reconnaître les gens qu’il a connus. Cet homme, après avoir usé du plus vieux et du plus cher, n’a plus trouvé de goût qu’au petit vin et à l’eau de vie de marc du cabaret de la Galand ! » (entrée du 26 juin 1860, Journal, op. cit., t. II, p. 428-429).

11 Sous Guillaume le Conquérant déjà, « beaucoup de nobles anglais dépossédés de leurs terres et de leurs anciens droits […] qui ne pouvaient se résoudre à la soumission ou au travail de la terre, trop fiers pour mendier, fuirent dans les forêts, vivant de la chasse […]. » (Robert Harrison, Forêts. Essai sur l’imaginaire occidental, Paris, Flammarion, 2010 [Chicago, 1992], p. 121-122). Enzo Caramaschi dans son ouvrage, Réalisme et impressionnisme dans l’œuvre des frères Goncourt (Pise/Paris, Libreria Goliardica /A. G. Nizet, 1971), remarque que l’histoire des Villacourt est directement inspirée de celle des Clermont-Tonnerre : « Réfugiés dans un petit bois qui leur reste, près de Saint-Mihiel, ont là dépouillé le Français et presque l’homme ; et ces Clermont-Tonnerre, dont l’aïeul vendit […] cinq millions une terre de vingt-deux villages, vivent là, peuplent avec des bûcheronnes tout prêts à recommencer, en plein xixe siècle, une race sauvage, vêtus de peaux de bêtes et parlant déjà une langue à eux, qui recule au patois de peuples qui bégayent. » (Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 437, 22 juillet 1857).

12 Sur la forêt comme lieu d’ensauvagement, voir également Marie Scarpa, « Sauvage, vous avez dit “sauvage” ? Lecture ethnocritique de La Mère Sauvage de Maupassant », Littérature, no 153, mars 2009, p. 36-49 ; ainsi que notre article, « L’empire de l’ensauvagement : Adieu de Balzac », Romantisme, n˚ 145, 3e trimestre 2009, p. 37-49.

13 Voir sur ce point précis, Yvonne Verdier, « La forêt des contes », dans Coutume et destin. Thomas Hardy et autres essais, Paris, Gallimard, 1995, p. 207-222.

14 Michel de Certeau, La Fable mystique, Paris, Gallimard, 1982, p. 279.

15 Sur l’honneur au xixe siècle, voir Robert Nye, Masculinity and Male Codes of Honor in Modern France, Oxford et New York, Oxford University Press, 1993.

16 André Rauch, Crise de l’identité masculine 1789-1914, Paris, Hachette-Pluriel, 2000, p. 74-75.

17 Pierre-Jean Dufief, loc. cit., p. 97.

18 Edmond et Jules de Goncourt, La Révolution dans les mœurs, repris dans Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, no 15, 2008, p. 160.

19 Ibid., p. 165.

20 Edmond et Jules de Goncourt, Les Hommes de lettres (roman intitulé par la suite Charles Demailly), E. Dentu, 1860, chap. XX, p. 88.

21 Renée, sa jeune sœur, en a l’intuition lorsqu’elle dit à son frère : « Ça porte malheur de quitter le nom de son père… C’est notre sang, ce nom-là, Henri… » (167).

22 Qu’on pense au personnage balzacien, le colonel Chabert, qui a fait les frais de cet embaumement bureaucratique.

Auteur

Université du Québec à Montréal

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site