Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt historiens

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Nicolas Bourguinat

Matériaux et méthodes d'une histoire renouvelée

La bibliophilie des Goncourt au service du xviiie siècle : entre conservation et recréation

Marine Le Bail

Texte intégral

  • 1 Edmond et Jules de Goncourt, Les Maîtresses de Louis XV (lettres et documents inédits), Paris, Firm (...)
  • 2 Id., Histoire de la société française pendant la Révolution, Paris, Didier & Cie, 1875 (4e édition) (...)
  • 3 Voir Maurice Tourneux, La Bibliothèque des Goncourt, étude suivie d’un essai bibliographique sur l’ (...)

1Si les Goncourt s’enorgueillissent volontiers d’être à l’origine d’un renouveau méthodologique de la discipline historique, et s’ils revendiquent un rôle de précurseurs dans l’élaboration d’une « histoire humaine », « moderne » et « sociale1 », opposée à l’histoire événementielle, ils ont conscience que ce basculement ne peut s’effectuer qu’au prix d’un élargissement considérable des sources traditionnellement utilisées. Aux décrets officiels et aux grandes chroniques, l’historien moderne devra donc préférer de « nouvelles sources du vrai », puisées dans les « journaux [et les] brochures », dans tout un « monde de papier mort et méprisé jusqu’ici2 ». Or, Maurice Tourneux voit dans cette nouvelle exigence de véridicité la motivation principale de la démarche collectionneuse des deux frères qui, dès les années 1850, entreprennent de réunir une impressionnante documentation bientôt suffisamment conséquente pour former une bibliothèque exclusivement consacrée au xviiie siècle3, cette époque si douloureusement révolue que la nature aristocratique de leurs goûts et leur mépris pour la médiocrité de leur temps les amène à considérer comme leur patrie d’élection.

  • 4 Edmond de Goncourt, La Maison d’un artiste, t. 1, Paris, Charpentier, 1881, p. 344.

2Se pose néanmoins d’emblée le problème du double statut de ces livres, brochures, plaquettes et autographes, qualifiés par Edmond dans la Maison d’un artiste d’« outils de travail » autant que de « joyaux de musée4 ». En tant que traces d’un passé révolu qu’il s’agit de ressaisir dans toute sa spécificité, ces sources supposent une stricte fidélité à leur condition d’origine, au risque, dans le cas contraire, de voir leur intégrité historique compromise ; en tant qu’objets de collection en revanche, elles ne peuvent échapper aux mutations qui affectent au cours de la seconde moitié du xixe siècle le petit monde des collectionneurs, et qui substituent au modèle bibliophilique rétrospectif une nouvelle approche résolument « artiste » promouvant le bibliophile au rang de créateur à part entière. La bibliothèque des Goncourt, collectionneurs esthètes autant qu’historiens rigoureux, se voit dès lors soumise à un double impératif d’objectivité et de subjectivité, de fidélité et de singularisation, de conservation et de recréation. Il s’agira donc d’appréhender la tension inhérente à la pratique bibliophilique des Goncourt en ce qui concerne le xviiie siècle, pratique qui cherche une juste voie entre la convocation d’un passé que l’on cherche à appréhender aussi fidèlement que possible, et la conscience de l’irrémédiable fracture temporelle qui impose à ces documents, aussi authentiques soient-ils, la nécessaire médiation d’un regard moderne.

Portrait des Goncourt en bibliophiles « dix-huitiémomanes »

Le goût des Goncourt pour le xviiie siècle et la « sphère bibliophilique » de leur temps

3On sait combien les deux frères se sont plu à souligner leur rôle dans la réhabilitation d’un xviiie siècle trop souvent victime à leurs yeux d’une mythification dévalorisante :

  • 5 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 8-9 (12 février 1866).

Il monte quelquefois de l’orgueil en nous, à voir ce que nous avons donné de nous, de nos goûts et de nos manies à ce siècle, que nous avons formé à toutes ces modes nouvelles : la collection, les autographes, l’histoire peinte, le xviiie siècle.5

  • 6 Marc Fumaroli, « Le “siècle” des Goncourt ou le xviiie siècle réhabilité », in Jean-Louis Cabanès e (...)
  • 7 Robert Kopp, « Les Goncourt historiens », Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, no 12, 2005, p. 8.
  • 8 Jules-Amédée Barbey d’Aurevilly, « MM. de Goncourt », dans Id., Les Œuvres et les hommes, éd. de Pi (...)
  • 9 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 34 (24 février 1858).

4En réaction à la longue « guérilla pamphlétaire dirigée contre la « corruption6 » volontiers associée au siècle de Louis XV et de Marie-Antoinette, les Goncourt se sont en effet efforcés de « déjouer la réputation de frivolité que lui a faite la bourgeoisie louis-philipparde7 ». Si la monarchie de Juillet, qui a vu se multiplier les publications de mémoires authentiques ou apocryphes, a incontestablement contribué à susciter l’engouement et la curiosité pour cette époque à la fois si proche et si lointaine, les Goncourt franchissent un pas supplémentaire en faisant du xviiie siècle le parfait contrepoint de leur temps bourgeois. Défenseurs ardents du siècle de Louis XV et de son style rocaille, ils font ainsi très vite figure, dans l’esprit de leurs contemporains, de dix-huitiémolâtres farouches. Barbey d’Aurevilly, dont on connaît la répugnance pour ce « siècle scélérat », leur reproche d’ailleurs ironiquement d’avoir « reçu le coup de soleil du xviiie siècle8 », tandis que Charles Monselet les charge dans le Figaro « en rococotiers du xviiie siècle, furieux et enragés9 ».

  • 10 « Les deux frères ont été des premiers à redonner la vie à ce temps mort, à faire rentrer dans le c (...)
  • 11 Jean Viardot, « Les nouvelles bibliophilies », in Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histo (...)

5De la monomanie à la collection spécialisée, il n’y a qu’un pas, allègrement franchi par les deux frères dès la fin des années 1840 lorsqu’ils commencent à amasser une documentation remarquable tant par son ampleur que par la diversité des sources qu’elle convoque, depuis les infimes plaquettes et libelles réchappés de la boue révolutionnaire jusqu’aux somptueux livres illustrés et armoriés. Alidor Delzant insiste d’ailleurs volontiers dans la notice liminaire du catalogue de vente de cette bibliothèque sur la faible visibilité qui caractérisait les éditions imprimées du xviiie siècle avant les visites effrénées d’Edmond et Jules chez les libraires anciens et marchands d’autographes10. Il importe néanmoins de ne pas céder à l’image quelque peu complaisante entretenue par ce mémorialiste des Goncourt, et de confronter la démarche collectionneuse des deux frères aux grandes tendances qui régulaient alors le petit monde des amateurs de livres afin de mieux en évaluer la singularité. Jean Viardot définit dans un article fondateur la « sphère bibliophilique » d’une époque comme « l’ensemble des « classes de livres » […] désignés à un moment donné, dans une communauté bibliophilique donnée, comme éminemment collectionnables (et) légitimement dignes d’être recherchés11 » : c’est précisément en fonction de cet arrière-plan que l’on pourra voir dans quelle mesure les pratiques des deux frères se démarquent de celles de leur époque.

  • 12 Henri Béraldi, La Reliure du xixe siècle, t. 2, Paris, L. Conquet, 1895, p. 20.
  • 13 Jules Le Petit, L’Art d’aimer les livres et de les connaître : lettres à un jeune bibliophile, Les (...)

6Or, il est indéniable que les productions du xviiie siècle ne sont en général que médiocrement goûtées des connaisseurs. Les années 1830 à 1860 sont en effet caractérisées par la prégnance d’un paradigme bibliophilique essentiellement rétrospectif qui privilégie les manuscrits médiévaux, les incunables et les éditions du xviie siècle. Le xviiie siècle marque aux yeux des amateurs avertis le début d’une longue ère de décadence typographique et de dégradation dans l’art de la reliure. C’est d’ailleurs avec un dédain perceptible que le collectionneur Henri Béraldi évoque « l’immense camelote du xviiie siècle », qui ne saurait rivaliser dans les goûts des collectionneurs avec « le manuscrit, l’incunable, le xvie et le xviie12 ». Force est néanmoins de constater qu’en dépit de cette omerta, les mœurs de la Bibliopolis fin-de-siècle ont bien évolué, au point de faire adorer aux collectionneurs ce qu’ils brûlaient hier encore : « Aujourd’hui, écrit Jules Le Petit, le bibliophile […] recherche particulièrement les ouvrages illustrés du xviiie siècle et du xixe […]13 ». Les Goncourt seraient-ils passés par là ? S’il ne s’agit certes pas de sous-estimer le rôle des deux frères dans cette petite révolution, il importe toutefois de signaler que l’engouement inédit pour le xviiie siècle découle avant tout de la flambée des prix et de la spéculation qui, dès les années 1840, affecte le secteur de la librairie ancienne. Les ouvrages anciens et précieux, offerts à la convoitise des bibliophiles impécunieux dans les premières années du xixe siècle, suite aux grandes confiscations révolutionnaires, voient progressivement leur cote augmenter jusqu’à atteindre un seuil déraisonnable. Très vite, les amateurs de livres, qui se recrutent désormais jusque dans les rangs de la petite et moyenne bourgeoisie, se voient donc contraints de renoncer à des exemplaires devenus inaccessibles et de se tourner vers des livres moins prisés, comme les éditions du xviiie siècle.

7Qu’en est-il plus précisément, néanmoins, de la structure et du contenu de cette bibliothèque dix-huitiémiste qui occupe une place si essentielle dans la maison d’Auteuil ?

Composition d’une collection dix-huitiémiste

  • 14 Dominique Pety, Les Goncourt et la collection. De l’objet d’art à l’art d’écrire, Genève, Droz, 200 (...)
  • 15 Ibid.
  • 16 Maurice Rheims, Les Collectionneurs. De la curiosité, de la beauté, du goût, de la mode et de la sp (...)
  • 17 Edmond de Goncourt, La Maison d’un artiste, op. cit., p. 240.
  • 18 Gabriel Martin (1679-1761) est un libraire et bibliographe parisien, qui substitua à l’ordre par fo (...)

8Il importe tout d’abord de souligner la « spécialisation temporelle et thématique14 » de cette collection exclusivement dévolue au xviiie siècle. Ainsi que l’a bien montré Dominique Pety, les deux frères manifestent un net refus « de l’éclectisme en matière de collection15 » et lui préfèrent le modèle de la collection spécialisée, seul à même de répondre à l’ambition totalisatrice « de tout posséder dans un domaine déterminé16 ». Cet éloignement du modèle de la bibliothèque robine et humaniste est néanmoins loin d’être le propre des seuls Goncourt, en cette seconde moitié du xixe siècle qui voit justement le paradigme de la collection spécialisée s’imposer comme le plus adapté à la démocratisation du champ bibliophilique. L’élargissement du spectre social des amateurs, qui ne disposent dans leur large majorité ni des moyens financiers, ni des ressources logistiques nécessaires à la conservation d’un grand nombre de livres, induit en effet nécessairement un infléchissement de la tradition liée à la bibliothèque d’apparat aristocratique. Si Edmond, quelque peu bravache, note dans la Maison d’un artiste que la théologie et la jurisprudence sont quasiment absentes des murs du cabinet de travail d’Auteuil17, ce qui subvertit la classification en cinq sections héritée de Gabriel Martin18 et encore couramment employée, il importe donc de ne pas surévaluer la singularité de ce parti pris.

9Ce qui doit en revanche retenir notre attention, c’est le statut privilégié de ces ouvrages consacrés au xviiie siècle au sein de l’économie générale de la bibliothèque des Goncourt. Cette différence de traitement se traduit notamment par la publication de deux catalogues de vente bien distincts, l’un spécifique au siècle de Louis XV, et l’autre mêlant en une hybridation quelque peu curieuse les exemplaires antérieurs à 1700 et les livres modernes :

  • 19 Alidor Delzant, « Les livres du xviiie siècle […] », Bibliothèque des Goncourt…, op. cit., p. ix-x.

[…] nous avons reçu mission de les grouper ici (les livres du xviiie), à l’exclusion de tous les autres, qui trouveront leur place ailleurs. Les vieux livres antérieurs à 1700, tout ce qu’a produit l’évolution naturaliste, les ouvrages des jeunes qui, depuis vingt ans, saluaient, dans leurs dédicaces, le maître d’Auteuil, seront présentés au public dans une vente prochaine, avec les œuvres personnelles des Goncourt et leurs manuscrits.19

  • 20 Jurisprudence, Sciences, Beaux-arts, Arts divers, Belles-lettres, Histoire.

10Le caractère central de cette bibliothèque du xviiie siècle explique l’attention que les Goncourt ont pu porter à sa structure, dont Alidor Delzant souligne l’importance en rappelant qu’Edmond tenait expressément à ce qu’elle soit fidèlement reproduite dans le catalogue. Le souci d’adapter la répartition des ouvrages ainsi rassemblés à l’objet dix-huitiémiste se traduit d’ailleurs par l’élaboration d’une grille de classement inédite qui se veut à même d’épouser la spécificité des orientations privilégiées par les deux frères, au lieu d’imposer à la bibliothèque un modèle prédéfini. L’organisation générale en six sections20 qui régit l’ordre de description des exemplaires dans le catalogue se distingue ainsi par l’ampleur de la place dévolue aux Beaux-Arts, aux Belles-Lettres, et à l’Histoire, au détriment de la Jurisprudence et de la Science, quasiment absentes. La structuration interne de la partie consacrée à l’histoire de France reflète en outre les sujets de prédilection des Goncourt, qui portent manifestement une attention toute particulière aux périodes des règnes de Louis XV et de Louis XVI, mais surtout à la Révolution, tandis que la période de la Régence se trouve nettement sous-représentée, et la fin du règne de Louis XIV purement et simplement escamotée.

11Il s’agit maintenant de voir en quoi les ouvrages, plaquettes, brochures et autographes qui trouvent leur place dans cet ensemble circonscrit participent de l’élaboration d’une nouvelle méthode historique faisant la part belle à des documents volontiers assimilés à des reliques et dotés d’un pouvoir évocatoire.

Pour une nouvelle histoire du xviiie siècle : le bibliophile collecteur, conservateur et compilateur de sources inédites

Le culte du document inédit et curieux

  • 21 Voir Maurice Tourneux, La Bibliothèque des Goncourt…, op. cit., p. 8.

12Maurice Tourneux estime que si les Goncourt jouent un rôle significatif dans un certain renouveau de l’historiographie dans la seconde moitié du xixe siècle, c’est essentiellement du fait de leur réévaluation de la notion de « document », dont ils font la pierre de touche d’une investigation qui se donne pour ambition d’aller au-delà des grandes synthèses événementielles pour parvenir à ce qui constituerait le secret, l’intimité d’une époque donnée21. Or, les deux frères sont bien conscients que ce glissement de paradigme historique ne peut être atteint qu’au prix d’un élargissement et surtout d’une diversification des sources convoquées : les grandes chroniques sont en effet impuissantes à restituer cet élément versatile et délicat, l’air du temps, que les Goncourt poursuivent inlassablement. Ils s’en expliquent d’ailleurs dans la préface programmatique de La Femme au dix-huitième siècle :

  • 22 Edmond et Jules de Goncourt, La Femme au xviiie siècle. La Société, l’Amour et le Mariage, Paris, F (...)

Nous avons recouru, pour cette reconstitution, à tous les documents du temps, à tous ses témoignages, à ses moindres signes. Nous avons interrogé le livre et la brochure, le manuscrit et la lettre. Nous avons cherché le passé partout où le passé respire. […] Nous l’avons poursuivi dans le papier des greffes, dans les échos des procès, dans les mémoires judiciaires, véritables archives des passions humaines qui sont la confession du foyer. Aux éléments usuels de l’histoire, nous avons ajouté tous les documents nouveaux, et jusqu’ici ignorés de l’histoire morale et sociale.22

  • 23 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 139 (fin février 1854).
  • 24 « 290 – Principes de l’art du tapissier, ouvrage utile aux gens de la profession et à ceux qui les (...)

13Mémoires et chroniques, mais aussi gazettes, journaux, revues, plaquettes et libelles, sont ainsi convoqués pour soutenir l’effort d’investigation des deux frères, qui confient en février 1854 dans leur Journal avoir emporté « des quatre cents brochures d’un coup de chez M. Perrot23 » afin de les dépouiller à loisir dans le calme de leur appartement. Or, cette recherche assidue de sources encore marginalisées par une histoire précisément en cours d’institutionnalisation n’est pas sans influence sur la pratique bibliophilique des Goncourt, qui, à rebours des grands collectionneurs des années 1850, délaissent volontiers éditions rares et reliures prestigieuses pour traquer les curiosités en tous genres. S’établit dès lors une corrélation tout à fait singulière entre la notion éminemment bibliophilique de rareté et l’intérêt documentaire d’objets qui tirent précisément leur valeur de leur caractère apparemment insignifiant. On peut alors voir se dessiner les contours d’une histoire qui ne craint pas d’emprunter les chemins de traverse de la mode, de la toilette et de l’ameublement, pour mieux restituer l’esprit du siècle. Citons par exemple, au no 290 du catalogue, cet exemplaire des Principes de l’art du tapissier, dans son édition de 1744, ainsi décrit par Edmond dans une note manuscrite : « Livre rare et un des plus documentés sur le mobilier du xviiie siècle24 ».

  • 25 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. 1, p. 368 (16 mars 1857).
  • 26 Jean-Louis Cabanès, « Les Goncourt amateurs d’histoire », Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, no 1 (...)
  • 27 Ibid., p. 30.

14Un certain type de documents prend alors tout naturellement une importance inédite : il s’agit bien sûr du manuscrit autographe, dans lequel se rejoignent les deux caractères de l’infime et de l’intime. Les deux frères peuvent alors rêver d’une histoire dessinée au fil d’« une longue série de lettres autographes et de documents inédits, servant de prétexte à développer tous les côtés du siècle25 ». Les documents autographes – correspondance, papiers de famille, billets – émanent en effet directement de la main d’un sujet qui semble se livrer dans toute son ingénuité, loin de toute représentation. Dans cette perspective, les manuscrits autorisent ce « détour par le sujet biographique26 » que Jean-Louis Cabanès considère comme l’un des points essentiels de la méthode historique des Goncourt. Si la vogue des autographes constitue depuis les années 1830 une pratique bien établie, au carrefour de l’histoire et de la bibliophilie, l’usage que les Goncourt font des manuscrits, transformés en supports privilégiés d’une histoire biographique qui permet la « translation littéraire d’un écrit intime venu d’un passé encore proche27 », est quant à lui relativement inédit. On ne saurait donc s’étonner que cette double fonction de documentation et de légitimation dévolue à l’autographe engage un rapport de filiation entre le document manuscrit et sa réécriture historique, ainsi qu’Edmond le professe au début de l’essai qu’il consacre à Madame Saint-Huberty :

  • 28 Edmond de Goncourt, Madame Saint-Huberty. D’après sa correspondance et ses papiers de famille, Pari (...)

Avec l’ambition de mettre dans mes biographies – un peu des Mémoires des gens qui n’en ont pas laissé, – j’achetais, il y a une quinzaine d’années, chez le bouquiniste bien connu de l’arcade Colbert les papiers de la Saint-Huberty. Peu à peu, avec le temps, à ces papiers se joignaient les lettres de la chanteuse, que les hasards des ventes amenaient en ma possession28.

15La bibliothèque, qui s’apparente à une vaste compilation de documents oubliés et délaissés par la grande histoire, est alors élevée au rang de matrice historiographique. La plume d’Edmond prend en effet le relais des lettres, billets et mémoires de la Saint-Huberty dans un mouvement de continuité organique qui tend à superposer et même à confondre les deux scripteurs : l’hypotexte intime irrigue sans cesse le texte historique, dans une inlassable dynamique intertextuelle qui fait du second la continuation logique du premier. Par son travail de collecte et de conservation, l’historien devient dès lors aussi bien le dépositaire que le continuateur d’une histoire biographique et privée en mal de reconnaissance.

Le document-relique, ou la bibliophilie comme « machine à exploiter le temps »

16La valeur informative et documentaire des volumes de la bibliothèque dix-huitiémiste se double néanmoins d’une portée plus symbolique, d’une aura qui tient à la capacité de ces objets hérités du passé de cristalliser et de restituer l’atmosphère d’un temps en apparence inaccessible. Dans leur matérialité même, le livre ancien comme le manuscrit autographe portent en effet les stigmates de l’écoulement des années (papier jauni, graphie capricieuse, reliure surannée), comme autant de symptômes d’une identité temporelle paradoxale : ancrés dans le présent par leur intégration dans la collection moderne, ces sources ne cessent pourtant de renvoyer au passé. Au carrefour de l’investigation documentaire et de l’investissement imaginaire, de la pratique historiographique et de la rêverie mélancolique, le livre et le manuscrit de collection fonctionnent comme une véritable interface temporelle dont le pouvoir évocatoire donne à l’historien la sensation de se trouver plongé dans une autre époque :

  • 29 Maurice Rheims, Les Collectionneurs…, op. cit., p. 268.

L’objet devient un témoin. Sa possession semble donner pendant quelque temps une introduction mystérieuse : elle fait pénétrer le possesseur de l’objet dans l’histoire, semble-t-il29.

  • 30 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 434 (11 mai 1871).
  • 31 Nicolas Malais, Création littéraire et bibliophilie : de la mise en scène du bibliophile à la mise (...)
  • 32 Ibid., p. 135.

17Le poids temporel qui transparaît derrière l’apparence matérielle des livres et documents du xviiie siècle fascine en effet manifestement les Goncourt, au point qu’Edmond peut écrire dans le Journal, à la date du 11 mai 1871, qu’« il faut aux documents historiques un enfoncement dans le passé pour [le] toucher30 ». L’image de l’enfoncement réactive ici un fantasme d’immersion totale dans une temporalité révolue, opération dont le document hérité du passé constituerait le pivot. Du statut de source documentaire, le livre ancien passe dès lors à celui de relique auréolée par le prestige de son lointain ancrage temporel, au point de s’apparenter aux yeux de Nicolas Malais à un « objet transitionnel31 » ouvert sur le passé, faisant de la collection bibliophilique une véritable « machine à exploiter le temps32 ».

  • 33 « 341 – Lettres sur la Danse et les ballets, par M. Noverre. Londres et Paris, Vve Dessain, 1783, i (...)

18Il importe par conséquent que les collectionneurs, dépositaires d’un héritage quasi-sacré, s’assurent de préserver coûte que coûte son intégrité matérielle. Ce n’est en effet qu’à ce prix que le pouvoir évocateur du livre-relique pourra opérer, car toute intervention modifiant ou travestissant sa forme première ne pourrait qu’en compromettre la signature temporelle. Objet fondamentalement hybride, renvoyant en amont à un passé que l’on espère ressaisir dans toute son authenticité et en aval à l’horizon de la réécriture historique, l’ouvrage ancien impose donc au collectionneur un strict ethos de conservation, ce qui implique de préserver sa condition d’origine. Or, on constate justement, en parcourant les notices descriptives du catalogue de la bibliothèque des Goncourt, que les éditions du xviiie siècle sont laissées autant que possible dans leur reliure première, pourvu que celle-ci ne compromette pas la solidité de l’ouvrage. Citons, parmi bien d’autres exemples, l’entrée no 341 du catalogue, qui correspond à une édition originale des Lettres sur la danse et les ballets dont la riche reliure de maroquin rouge, avec son dos orné, ses plats semés de dentelles et doublés de tabis, se signale avant tout par son caractère authentique33 : la mention reliure ancienne, confortée par la description d’ornementations caractéristiques de la reliure d’art du xviiie siècle, atteste en effet l’ancrage temporel d’un document ainsi conservé dans toute son originalité et son originéité. Ce même souci de préservation se manifeste lorsque les Goncourt imposent à leur relieur attitré, Pierson, de préserver l’intégrité des marges d’un exemplaire ou de conserver sa couverture-papier d’origine, alors même que la plupart des bibliophiles de leur temps n’y voient qu’une protection éphémère, rendue superflue par la reliure définitive.

19En dépit toutefois de la fidélité aux documents du passé constitutive de cette nouvelle histoire du vrai, débarrassée des poncifs et des clichés, on perçoit d’emblée le risque de figement mortifère inhérent à une pratique de collection qui évacuerait toute interaction entre le sujet et l’objet. De la conservation à l’immobilisme stérile, il n’y a qu’un pas que les deux frères s’efforcent de ne pas franchir en faisant entrer leur bibliothèque dix-huitiémiste dans la modernité bibliophilique.

Une bibliophilie (re)créatrice et singulière pour une histoire revivifiée

Faire entrer le passé dans la modernité bibliophilique

  • 34 Henri Béraldi, La Reliure du xixe siècle, t. 2, op. cit., p. 7-8.
  • 35 Alidor Delzant, « Les livres du xviiie siècle […] », in Bibliothèque des Goncourt…, op. cit., p. xi(...)
  • 36 Christian Galantaris, Les Goncourt bibliophiles, Bruxelles, Société royale des bibliophiles et icon (...)

20La bibliophilie comporte selon Henri Béraldi deux versants principaux, l’un dirigé vers la préservation et la transmission des ouvrages anciens, l’autre orienté vers un horizon proprement créateur. La partie rétrospective se caractérise par la « recherche, la conservation, l’étude, l’admiration des livres légués par le passé, créés par nos devanciers », tandis que la partie actuelle suppose « la confection d’exemplaires curieux ou précieux, rendus définitifs par la reliure34 ». Le bibliophile est donc invité, dans le dernier tiers du xixe siècle, à apposer la marque de sa personnalité sur ses exemplaires, sous peine de s’enferrer dans une accumulation vaine et sclérosée. Tout l’enjeu pour les Goncourt sera donc de parvenir à un juste équilibre entre la singularisation de leurs volumes et la préservation de leur identité historique originelle. Il s’agit en somme, pour reprendre les termes d’Alidor Delzant, de conférer à cette bibliothèque « la couleur de deux siècles35 », ou encore de faire entrer la collection dans l’élan dynamique de la modernité sans pour autant mettre en péril son ancrage dans le xviiie siècle. Afin de relever cette gageure, les deux frères vont avoir recours à plusieurs procédés propres au champ bibliophilique fin-de-siècle ; « peu à peu, écrit ainsi Christian Galantaris, ils se sont mis aussi à entourer leurs livres d’attentions coûteuses, les dégageant de l’anonymat, leur créant une personnalité, les rendant aimables par des parures appropriées à leur mérite36 ».

21Un premier procédé consiste à truffer les exemplaires, c’est-à-dire à leur adjoindre gravures, manuscrits, billets et brochures pour enrichir et modifier leur physionomie sans toutefois la dénaturer. Cette pratique obéit en effet chez les Goncourt à un strict impératif de cohérence biographique, thématique ou chronologique, ce qui soumet l’ajout de documents annexes à des exigences de logique historique : les portraits ou papiers insérés dans le corps de l’ouvrage doivent entretenir un rapport d’inclusion ou de proximité avec l’auteur et le sujet de son œuvre. L’adjonction de ces éléments rapportés obéit dès lors à une double exigence de singularisation bibliophilique et d’investigation historique. Qu’on en juge d’après cette note manuscrite d’Edmond de Goncourt apposée sur un exemplaire du Diario degli anni 1720-1721 de la comtesse Rosalba qui signale l’insertion d’un portrait dont le sujet était jusque-là inconnu :

  • 37 « 119 – Diario degli anni 1720-1721, scritto di propria mano, in Parigi, da Rosalba Carriera, dipin (...)

C’est le journal du séjour en France de la Pintresse au pastel, et qu’a traduit M. Sensier. Rare bouquin trouvé à Venise en 1855, auquel j’ai ajouté le portrait d’Odieuvre et le portrait de Watteau, dans lequel personne encore n’avait deviné le portrait de la Rosalba37.

22Un autre mode d’appropriation du livre ancien consiste à lui apposer une marque de possession distinctive, ce qui permet d’établir une continuité entre les différents acteurs de la provenance d’un exemplaire et ses propriétaires actuels. Tout en s’inscrivant dans les nouvelles tendances de la Bibliopolis fin-de-siècle, l’obsession de la singularisation permet donc de resituer les Goncourt dans le temps long d’un héritage dont ils se présentent comme les dignes dépositaires. En unissant leur fameux ex-libris, gravé par Gavarni d’après un dessin de Jules, à ceux de leurs devanciers, ou en faisant cohabiter le monogramme EJ qui orne les plats des cartonnages de Pierson avec les reliures aux armes de quelque grande famille de l’Ancien-Régime, ne s’efforcent-ils pas de conjurer le passage du temps et de combler le gouffre béant de la Révolution ?

  • 38 « 300 – Les Modes, ou la Soirée d’été. Poëme en trois chants, avec des notes et des anecdotes parti (...)

23Enfin, une dernière méthode de singularisation consiste à prendre le relais des scripteurs du passé en inscrivant notes et marginalia dans les espaces encore vierges du livre – feuillets liminaires, pages de garde, marges. De la même manière que les Goncourt se sont efforcés de combler les lacunes de l’histoire du xviiie siècle, ils s’emparent donc également des interstices du livre et l’investissent de leur graphie propre, réduisant par là même autant que possible la béance temporelle qui les sépare du temps originel de l’écriture. Edmond est particulièrement coutumier du fait, et les notes dont il parsème généreusement les gardes de ses volumes sont en grande partie reproduites dans le catalogue de la bibliothèque, ainsi que dans certains passages de La Maison d’un artiste. Traitant en quelque sorte d’égal à égal avec les auteurs passés, il peut de cette manière lier son histoire subjective et familiale à la leur. L’exemple le plus frappant de cette collusion entre histoire personnelle et histoire collective se trouve dans un volume intitulé Les Modes, ou la Soirée d’été, publié en 1797, dont les « détails curieux et un peu indiscrets sur les mœurs du temps » servent de prétexte à Edmond pour établir un lien avec la vie de sa grand-mère : « Petit livre rare où ma coquette grand-mère maternelle, Mme de Courmont, est légèrement satirisée en ses toilettes excentriques par le poétereau, dans le chant second38 ».

24Dans une subversion complète de la chronologie linéaire, on assiste à une interpénétration des strates temporelles qui voit se confondre le temps passé de la rédaction du texte originel, le temps présent de l’écriture de la note, et le temps à venir de l’étude historique.

La bibliothèque de collection, matrice d’une histoire subjective du xviiie siècle

  • 39 Jean-Paul Clément, « Les Goncourt, historiens de la Révolution et du Directoire », Les Goncourt dan (...)
  • 40 Edmond et Jules de Goncourt, Portraits intimes du xviiie siècle, t. 1, Paris, E. Dentu, 1857, p. 54

25Le document ancien et le livre hérité du passé cessent alors d’être une matière morte pour s’animer au contact de la personnalité des Goncourt. Loin d’être relégués dans un isolement stérile, les brochures, plaquettes, lettres et mémoires du siècle passé ne cessent de circuler entre l’espace matériel de la collection et l’espace immatériel de l’écriture historique. En tant que sources documentaires authentiques, les manuscrits en particulier sont souvent cités et retranscrits in extenso, mais cette réécriture fidèle ne constitue que le prélude à une réappropriation du passé par les deux frères grâce à la vivacité d’un style empreint d’énergie. L’altérité du document ancien, rendu manifeste dans l’espace de la page par un traitement typographique spécifique, se trouve donc dans le même temps exhibée et conjurée, la reproduction de l’œuvre du passé s’inscrivant pleinement dans l’élaboration d’une nouvelle poétique de l’histoire. À la fois sources documentaires et sources d’inspiration littéraire, les éléments composant la bibliothèque dix-huitiémiste des deux frères apparaissent par conséquent, pour citer Jean-Paul Clément, comme les supports privilégiés d’une « histoire subjective puisée dans des sources objectives39 ». On s’en convaincra aisément en étudiant le chapitre consacré à Beaumarchais dans les Portraits intimes du xviiie siècle : si l’on y trouve en effet la retranscription fidèle d’une lettre issue de la collection d’autographes des Goncourt, elle est aussitôt suivie d’un portrait enlevé de l’auteur du Mariage de Figaro, certes « esquissé d’après nature40 », mais singularisé par la vivacité du style.

  • 41 Ibid., t. 2, p. 107.

26Les textes anciens, simples « voix mortes41 » sans la médiation d’un regard historien et artiste tout à la fois, retrouvent ainsi toute leur puissance évocatoire. Cette restitution de l’atmosphère de la société de Louis XV et Louis XVI témoigne du brio avec lequel les deux frères confèrent aux informations distillées par des sources éparpillées la cohérence et l’éclat d’un tableau animé. L’historien s’apparente alors à un démiurge, doué d’un véritable pouvoir de recréation :

  • 42 Jean-Paul Clément, « Les Goncourt historiens du Directoire », Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, (...)

Cette société contradictoire est peinte par les Goncourt, grands maîtres dans l’art de recréer, à partir de tous ces éléments épars, l’atmosphère d’une société restreinte, tout à la fois exclusive et ouverte aux idées nouvelles […]42.

27Ainsi magnifiée et exaltée à travers la peinture vivante et nostalgique à la fois du siècle de Louis XV, la bibliothèque dix-huitiémiste des Goncourt trouve, en somme, sa plus belle et sa plus forte expression dans cette littérarité de l’écriture qui lui confère une double dignité historique et artistique. Par son inscription vivante et dynamique dans le vaste panorama inlassablement brossé par les deux frères, elle échappe en outre à l’inévitable malédiction des collections de livres, à savoir la dispersion qui suit immanquablement la disparition de leur propriétaire. Le meilleur et le plus sûr moyen de préserver ces précieux volumes de la destruction du temps et de l’oubli des hommes serait dès lors de les transformer en autant d’objets textuels. C’est d’ailleurs ce que semble nous dire Dominique Pety lorsqu’elle fait de l’écriture de la collection la voie privilégiée d’une maîtrise du temps qui permet de superposer chronologies historique et individuelle, temporalités passée et future :

  • 43 Dominique Pety, Les Goncourt et la collection, op. cit., p. 233.

L’écriture permet à la collection de combler ses lacunes, de parfaire son unité dans le présent de son existence ; elle lui ouvre aussi le temps, en lui garantissant dans le futur une certaine forme de permanence, et dans le passé le souvenir fondateur d’une existence individuelle43.

  • 44 « 143 – Sophie Arnould d’après sa correspondance et ses mémoires inédits. Paris, Poulet-Malassis et (...)

28Le point culminant de cette mise en abyme vertigineuse se trouve atteint lorsque le livre d’histoire écrit à partir des sources de la bibliothèque devient lui-même un objet de collection offert à un autre auteur, qui pourra à nouveau l’utiliser comme support de sa propre démarche historique. Le catalogue de vente de la bibliothèque littéraire de Raoul Simonson, dispersée en 2013, comporte ainsi, au no 143, la notice descriptive d’une édition originale de Sophie Arnould enrichie d’un envoi autographe signé d’Edmond de Goncourt à Charles Monselet, lui-même éminent redécouvreur du siècle de Louis XV. L’adresse amicale se conclut par une injonction qui encourage le destinataire de l’envoi à prolonger et compléter l’œuvre goncourtienne : « À Charles Monselet. Revive le dix-huitième siècle44 ! ». De la bibliothèque dix-huitiémiste des Goncourt à celle de l’essayiste et historien, le cycle bibliophilique des documents anciens se trouve ainsi parachevé : l’objet collectionné, transfiguré par l’écriture sous la forme d’une œuvre historique, se voit à nouveau réifié et désigné comme matériau collectionnable, tout en s’inscrivant, via le texte de l’envoi, dans l’horizon possible d’une nouvelle réécriture.

29Au confluent de la collection bibliophilique et de l’investigation documentaire, la bibliothèque dix-huitiémiste des Goncourt témoigne de leur posture ambivalente vis-à-vis de l’histoire ; si la notion de document constitue indéniablement un des points essentiels du renouveau méthodologique dont ils se veulent les acteurs, et s’ils appellent de leurs vœux chez l’historien une exactitude scrupuleuse vis-à-vis des sources, ils n’en font pas moins de leur bibliothèque un espace d’expression fondamentalement subjectif, en usant de procédés propres aux pratiques bibliophiliques de leur temps, mais aussi en faisant de l’écriture historique un mode à part entière de sublimation des livres et documents anciens. Par le rapprochement de volumes miraculeusement sauvés du naufrage révolutionnaire qui constituent autant de traces de leur siècle de prédilection, l’espace de la bibliothèque ne se limite plus à un simple répertoire de sources. Bien plus que d’être la simple condition de production d’une écriture informée et raisonnée de l’histoire, la bibliothèque est l’histoire, mais une histoire qui ne parvient jamais à s’écrire sur le mode de la totalité. Collection condamnée à n’être jamais complète, elle s’inscrit pourtant dans l’horizon d’écriture d’un livre inlassablement rêvé et caressé par les Goncourt, un livre qui parviendrait à embrasser tout le xviiie siècle et à en restituer toute la poignante ambiguïté, un livre qui permettrait de conjuguer parfaitement la minutie documentaire de l’historien et la plume inspirée de l’artiste : un livre chimérique, fantasmé, impossible donc – le rêve, en somme, de tout bibliophile qui se respecte.

Notes

1 Edmond et Jules de Goncourt, Les Maîtresses de Louis XV (lettres et documents inédits), Paris, Firmin-Didot, 1860, p. ix.

2 Id., Histoire de la société française pendant la Révolution, Paris, Didier & Cie, 1875 (4e édition), p. v-vi.

3 Voir Maurice Tourneux, La Bibliothèque des Goncourt, étude suivie d’un essai bibliographique sur l’œuvre des deux frères, Paris, Techener, 1897, p. 8.

4 Edmond de Goncourt, La Maison d’un artiste, t. 1, Paris, Charpentier, 1881, p. 344.

5 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 8-9 (12 février 1866).

6 Marc Fumaroli, « Le “siècle” des Goncourt ou le xviiie siècle réhabilité », in Jean-Louis Cabanès et alii (dir.), Les Goncourt dans leur siècle. Un siècle de « Goncourt », Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2005, p. 18.

7 Robert Kopp, « Les Goncourt historiens », Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, no 12, 2005, p. 8.

8 Jules-Amédée Barbey d’Aurevilly, « MM. de Goncourt », dans Id., Les Œuvres et les hommes, éd. de Pierre Glaudes et Catherine Mayaux, série II, vol. 1, Paris, Les Belles-Lettres, 2007, p. 424.

9 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 34 (24 février 1858).

10 « Les deux frères ont été des premiers à redonner la vie à ce temps mort, à faire rentrer dans le courant du monde ce siècle, le plus vivant de tous les siècles français […] » : Alidor Delzant, « Les livres du xviiie siècle […] », Bibliothèque des Goncourt xviiie siècle, Paris, Impr. de Motteroz, 1897, p. xi.

11 Jean Viardot, « Les nouvelles bibliophilies », in Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, t. 3 : le temps des éditeurs, Paris, Fayard, 1990, p. 385.

12 Henri Béraldi, La Reliure du xixe siècle, t. 2, Paris, L. Conquet, 1895, p. 20.

13 Jules Le Petit, L’Art d’aimer les livres et de les connaître : lettres à un jeune bibliophile, Les Minimes / Brie-Comte-Robert, Les Bibliolâtres de France, 1938 [1884], p. 42.

14 Dominique Pety, Les Goncourt et la collection. De l’objet d’art à l’art d’écrire, Genève, Droz, 2003, p. 213.

15 Ibid.

16 Maurice Rheims, Les Collectionneurs. De la curiosité, de la beauté, du goût, de la mode et de la spéculation, Paris, Ramsay, 2002, p. 19.

17 Edmond de Goncourt, La Maison d’un artiste, op. cit., p. 240.

18 Gabriel Martin (1679-1761) est un libraire et bibliographe parisien, qui substitua à l’ordre par formats, jusqu’alors employé dans les catalogues, l’organisation en cinq sections (Théologie, Jurisprudence, Sciences et arts, Belles-lettres, Histoire) encore en vigueur au xixe siècle.

19 Alidor Delzant, « Les livres du xviiie siècle […] », Bibliothèque des Goncourt…, op. cit., p. ix-x.

20 Jurisprudence, Sciences, Beaux-arts, Arts divers, Belles-lettres, Histoire.

21 Voir Maurice Tourneux, La Bibliothèque des Goncourt…, op. cit., p. 8.

22 Edmond et Jules de Goncourt, La Femme au xviiie siècle. La Société, l’Amour et le Mariage, Paris, Flammarion, s.d., p. 6.

23 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 139 (fin février 1854).

24 « 290 – Principes de l’art du tapissier, ouvrage utile aux gens de la profession et à ceux qui les emploient, par M. Bimont. Paris, Lottin, 1744, in-12°, cart. vélin, chiffre ». Bibliothèque des Goncourt…, op. cit., p. 43.

25 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. 1, p. 368 (16 mars 1857).

26 Jean-Louis Cabanès, « Les Goncourt amateurs d’histoire », Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, no 12, 2005, p. 29.

27 Ibid., p. 30.

28 Edmond de Goncourt, Madame Saint-Huberty. D’après sa correspondance et ses papiers de famille, Paris, Flammarion / Fasquelle, s.d., [1880], p. 5.

29 Maurice Rheims, Les Collectionneurs…, op. cit., p. 268.

30 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 434 (11 mai 1871).

31 Nicolas Malais, Création littéraire et bibliophilie : de la mise en scène du bibliophile à la mise en livre d’une poétique (1830-1920), thèse de doctorat en littérature française, université de Paris X-Nanterre, 2011, p. 162.

32 Ibid., p. 135.

33 « 341 – Lettres sur la Danse et les ballets, par M. Noverre. Londres et Paris, Vve Dessain, 1783, in-8 °, mar. rouge, dos orné, dent., doublé de tabis, tr. dor. (Rel. anc.). Première édition. Portrait ajouté ». Bibliothèque des Goncourt…, op. cit., p. 52.

34 Henri Béraldi, La Reliure du xixe siècle, t. 2, op. cit., p. 7-8.

35 Alidor Delzant, « Les livres du xviiie siècle […] », in Bibliothèque des Goncourt…, op. cit., p. xi.

36 Christian Galantaris, Les Goncourt bibliophiles, Bruxelles, Société royale des bibliophiles et iconophiles de Belgique, 1994, p. 8.

37 « 119 – Diario degli anni 1720-1721, scritto di propria mano, in Parigi, da Rosalba Carriera, dipintrice famosa […]. In Venezia, nella stamperia Coleti, 1793, in-4, cart. vélin, chiffre ». Bibliothèque des Goncourt…, op. cit., p. 20.

38 « 300 – Les Modes, ou la Soirée d’été. Poëme en trois chants, avec des notes et des anecdotes particulières à la bonne compagnie. Paris, Moret, 1797, in-12°, mar. rouge, chiffre, tr. dor. [Lortic] ». Bibliothèque des Goncourt…, op. cit., p. 45.

39 Jean-Paul Clément, « Les Goncourt, historiens de la Révolution et du Directoire », Les Goncourt dans leur siècle…, op. cit., p. 56.

40 Edmond et Jules de Goncourt, Portraits intimes du xviiie siècle, t. 1, Paris, E. Dentu, 1857, p. 54.

41 Ibid., t. 2, p. 107.

42 Jean-Paul Clément, « Les Goncourt historiens du Directoire », Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, no 12, 2005, p. 83.

43 Dominique Pety, Les Goncourt et la collection, op. cit., p. 233.

44 « 143 – Sophie Arnould d’après sa correspondance et ses mémoires inédits. Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1857. In-12°. Demi-maroquin rouge à coins, dos à nerfs orné, tête dorée, couverture et dos [Cuzin] ». Bibliothèque littéraire Raoul Simonson / Albert et Monique Kies. Première partie, Paris, Sotheby’s, 2013, p. 97.

Auteur

Université Toulouse 2-Jean Jaurès

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site